Winamp Logo
Storiavoce Cover
Storiavoce Profile

Storiavoce

French, Education, 1 season, 627 episodes, 2 days, 52 minutes
About
Storiavoce est une radio web exclusivement consacrée à l'histoire. Storiavoce s'adresse à un grand public cultivé, étudiant et universitaire.
Episode Artwork

La guerre de Trente Ans : les racines du conflit [1/3], avec Claire Gantet

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Entre 1618 et 1648, l'Europe se déchire dans le conflit le plus meurtrier de son histoire. Dans cette nouvelle série de nos Cours d'Histoire, l'historienne franco-allemande Claire Gantet aborde les origines de la fameuse guerre de Trente Ans. Tout commence le 23 mai 1618 avec la défenestration des représentants de l'empereur du Saint Empire romain germanique. Que se passe-t-il au cours de cette curieuse affaire, dont les conséquences seront dramatiques ? Pourquoi faut-il replacer cet événement sur le temps long ? Comment le protestantisme s'est-il développé dans la seconde moitié du XVIe siècle, et quelle est sa force à la veille du conflit ? Faut-il voir la guerre de Trente Ans comme un conflit avant tout politique, ou bien religieux, remettant en cause l’équilibre fragile du Saint Empire ? L'invitée: Claire Gantet est professeur d'histoire moderne à l'université de Fribourg, en Suisse, et présidente de la Société suisse pour l'étude du XVIIIe siècle. Autrice de nombreux ouvrages, elle a notamment publié avec Christine Lebeau, Le Saint Empire, 1500-1800 (Armand Colin, 272 p., 23,99€) et Une histoire du rêve. Les faces nocturnes de l’âme (Allemagne, 1500-1800), (PUR, 326 p., 25 €). Son livre La Guerre de Trente Ans 1618-1648 a été coédité par les éditions Tallandier et le Ministère des Armées (634 p., 26,90 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
6/20/202418 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

Les Illuminati : des Lumières aux théories du complot

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le mythe des Illuminati est largement présent dans la culture populaire et nourrit les fantasmes des théoriciens du complot. Pourtant, les racines de cette société secrète sont issues d’un temps perçu comme celui du triomphe de la raison : le siècle des Lumières. Projetant de lutter contre l'obscurantisme, ceux qu’on appelle aujourd’hui les Illuminati sont d’abord un groupe d’anciens jésuites. La secte, prenant exemple sur les méthodes franc-maçonnes, parvient peu à peu à recruter des membres dans les élites européennes. Rapidement interdite et accusée d’avoir précipité la Révolution Française, l’assemblée des “illuminés” se pare d’une aura sulfureuse. Au début du XIXe siècle, le mythe se teinte d’antisémite, composante aujourd’hui présente dans la plupart des théories du complot. Cet épisode est adapté d’un article de Pierre-Yves Beaurepaire, professeur d’histoire moderne, « Les Illuminati : des Lumières aux théories du complot », paru dans Histoire & Civilisations en février 2023. Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte raconté par Christophe Mory. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
6/17/202413 minutes, 48 seconds
Episode Artwork

Napoléon II, le roi éphémère, avec Laetitia de Witt

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ [Rediffusion] Napoléon rêvait de fonder une dynastie, mais rien ne s'est passé comme il l'avait voulu. Titré roi de Rome, le fils de l'empereur et de Marie Louise d'Autriche ne fut Napoléon II que quelques jours. Il n'avait pas quatre ans que les armées étrangères foulaient le sol français. Quasiment kidnappé sur ordre de son grand-père maternel, il ne devait jamais revoir son père. Élevé comme un Autrichien sous la très lointaine tutelle de Marie-Louise, privé peu à peu de son entourage français, celui qui allait devenir duc de Reichstadt allait passer à Vienne plus d'une quinzaine d'années avant de mourir en 1832 de la « poitrine », otage impuissant et souvent inconscient de manœuvres voire de complots sur fond de relations internationales. Notre invitée : Laetitia de Witt. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
6/13/202445 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Munich 1938 - La Paix Impossible

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Symbole de la capitulation des démocraties françaises et anglaises face au totalitarisme allemand, les accords de Munich du mois de septembre 1938, qui interviennent quelques semaines après l'Anschluss, précipitent l'Europe dans l'abîme. Dans un livre magistral, Maurizio Serra revient d'abord sur les conséquences politiques de la Grande Guerre. Il s'attarde ensuite sur les différents acteurs de ce drame, dont la Tchécoslovaquie est la victime expiatoire. Qui était Chamberlain ? Est-il le seul père de la politique dite d'apaisement avec l'Allemagne ? Quel rôle joue la France de Daladier, et comment Mussolini va savoir tirer profit de l'événement, au point d'en faire son dernier succès diplomatique ? Comment Hitler va abandonner le plan extrémiste de Ribbentrop, afin de mieux poursuivre ses desseins machiavéliques ? L’invité : Maurizio Serra de l’Académie française, diplomate de profession, est aussi historien. Avec Le Mystère Mussolini (Perrin, 500 pages, 25 €), il a complété sa fresque magistrale publiée chez Grasset de grands auteurs italiens du XXe siècle, commencée avec Malaparte, vie et légendes (couronné en 2011 par le Goncourt de la biographie et le prix Casanova), poursuivie avec Italo Svevo ou l’antivie et D’Annunzio le Magnifique (Prix Chateaubriand 2018 et Prix du Livre incorrect 2018), ouvrages qui ont remporté l’adhésion de la critique et du public, déjà traduits en plusieurs langues. Son dernier livre s'intitule Munich 1938. La paix impossible (Perrin, 389 p., 24€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
6/10/202444 minutes, 53 seconds
Episode Artwork

La France sous l'Occupation, avec Eric Alary

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le 14 juin 1940, les troupes de l'armée allemande entrent dans Paris. Pendant quatre ans, la France vit sous le régime de l'Occupation. Vue du côté allemand, l'Occupation commence par une forme de rêve fait de profits, d'abondance et d'évasions culturelles. Cependant, avec le temps, les Allemands tombent dans l'obsession du contrôle et finissent par sombrer dans un jusqu'au-boutisme meurtrier sur fond de défaites militaires. Du coté français, la peur domine pendant toutes ces années. Après la terrible période de l'exode, la population est très vite soumise à une série de restrictions, alors que des pans entiers de son économie sont pillés par l'occupant. Même si la collaboration politique est un échec, la collaboration économique, elle, tourne à plein au seul profit de l'Allemagne nazie.  L’invitée : Agrégé d’histoire, docteur de l’Institut d’études politiques de Paris, Eric Alary est professeur de chaire supérieure en khâgne et hypokhâgne. Spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, de la gendarmerie et de l’histoire sociale des Français au XXe siècle, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont une Histoire des enfants. Des années 1890 à nos jours (Passés composés, 2022). Après sa Nouvelle Histoire de l'Occupation parue chez Perrin en 2019, il vient de publier chez le même éditeur Joseph Darnand. De la gloire à l'opprobre (384 p., 24 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
6/6/202448 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

Qui étaient les druides ? avec Jean-Louis Brunaux

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Depuis la Renaissance, nous avons une image biaisée des druides : alors que les humanistes redécouvraient l'Antiquité gréco-romaine, le XVIe siècle a comme définitivement attaché le monde gaulois à la Préhistoire. Il avait tort. En effet, dès le IVe siècle av. J.-C., les druides étaient considérés comme des savants. Le mot possède ainsi une racine indo-européenne : drui et vid, ce qui signifie "celui qui voit très loin, celui qui possède la connaissance dans ce qu'elle a de plus puissant". Mieux, ces hommes de savoir étaient les "amis des Grecs" et cultivaient une vision du monde comparable à celle des pythagoriciens. Les druides sont surtout à l'origine de la civilisation gauloise, que l'on doit considérer dans son unité. Il s'agissait de leur dessein depuis toujours : "faire de la Gaule une seule cité" (J.-L. Brunaux). Une réalité politique et religieuse dont va bénéficier un certain César... L’invité : Jean-Louis Brunaux est chercheur au CNRS (Laboratoire d’archéologie de l’ENS). Il a dirigé de nombreuses fouilles sur les sites gaulois de Picardie, à Gournay-sur-Aronde, Saint-Maur, La Chaussée-Tirancourt et Montmartin. Jean-Louis Brunaux a rédigé plusieurs monographies sur les résultats de ses recherches archéologiques et des ouvrages de synthèse. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Alésia (Gallimard, 2012), Vercingétorix dans la collection "Biographies" de chez Gallimard, Les Gaulois. Vérités et Légendes (Perrin, 2019) et dernièrement La Cité des druides. Bâtisseurs de l'ancienne Gaulle (Gallimard, 247 p., 20,50 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
6/3/202448 minutes, 58 seconds
Episode Artwork

Histoire économique de la France, avec Charles Serfaty

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le Français vivait-il mieux à la Renaissance qu’au Moyen Âge, comme l’image d’Épinal le suggère ? Une lecture économique de l'Histoire permet de mettre à mal certaines idées reçues. Mais comment juger de la bonne santé économique d'un pays et de la richesse de sa population ? Coïncident-elles ? Le rayonnement d'un pays est-il conditionné par sa prospérité ? La situation géographique - et démographique - de la France, « une contrée sise au rapprochement des deux mers », soulignée par le géographe Paul Vidal de La Blache, a indéniablement influencé son évolution économique. Peut-on alors parler de spécificité française ? La synthèse de Charles Serfaty permet de considérer autrement les temps forts et les périodicités de l'histoire de France. L'auteur : Charles Serfaty est docteur en économie et économiste à la Banque de France. À seulement 31 ans, il publie son premier livre Histoire économique de la France. De la Gaule à nos jours, Passés Composés, 2024, 528 p., 27 €. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
5/30/202446 minutes, 54 seconds
Episode Artwork

La Justice de Saint Louis. Dans l’ombre du chêne, avec Marie Dejoux

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Petit-fils de Philippe Auguste, roi Très Chrétien, Louis IX occupe une grande place dans l’historiographie. Mais que sait-on réellement de son rôle dans le renforcement de la dynastie capétienne par l’exercice de la justice ? Saint Louis a été porté à la postérité par les écrits de Joinville le décrivant en train de rendre la justice sous un chêne, tout près du château de Vincennes, mais également par les images d’Epinal présentes dans les manuels scolaires sous la IIIe République. Perpétuant l’héritage de son grand-père Philippe Auguste en matière d’administration et d’expansion du royaume, créant par lui-même de nouvelles institutions, Saint Louis a véritablement incarné la figure du roi sacré, garant de la justice. La politique de Saint Louis fut guidée par un principe hérité du droit romain : « Il est de l’intérêt de la chose publique que les méfaits ne restent pas impunis ». C’est en 1239 que se tient la première réunion de la curia regis en Parlement, fondant ainsi l’un des principaux organes du pouvoir royal. On assiste ainsi au renforcement de l’autorité capétienne, dont les fondements idéologiques reposent sur l’exercice de la justice, guidé par la notion de bon gouvernement et la pensée chrétienne du XIIIe siècle. L’invitée : Ancienne élève de l’École Normale supérieure de Paris et actuellement Maître de conférence en Histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Marie Dejoux a réalisé une thèse intitulée Gouverner par l’enquête au XIIIe siècle, les restitutions de Louis IX (1247-1270). Elle vient de publier un ouvrage collectif, La Justice de Saint Louis. Dans l’ombre du chêne (PUF, 2024, 304 p. 28 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
5/27/202441 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

La véritable histoire des mousquetaires du roi, avec Julien Wilmart

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Près de deux siècles après la publication des Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, la devise “Tous pour un, un pour tous" résonne encore dans les esprits. Athos, Porthos, Aramis et d’Artagnan occupent une place de choix dans le panthéon littéraire et cinématographique français. En témoigne la récente adaptation de l’épopée de cape et d'épée réalisée par Martin Bourboulon, dont le deuxième opus est sorti en salles en décembre 2023. Honneur, bravoure, combats et intrigues rocambolesques sur fond historique, voilà la recette du succès de la figure du mousquetaire. Mais au-delà de la fiction, que savons-nous vraiment de la réalité de ces soldats œuvrant pour la Couronne ? Au micro de Storiavoce, Julien Wilmart prouve que la véritable histoire des mousquetaires n’a rien à envier à la fiction… L’invité : Professeur agrégé et docteur en histoire moderne et contemporaine, Julien Wilmart est un spécialiste de l’histoire politique et militaire de l’Ancien Régime. Auteur d’une thèse remarquée sur les mousquetaires du roi en 2022, il a été conseiller scientifique pour le cinéma, notamment pour Les Trois Mousquetaires de Martin Bourboulon (2023). Il vient de publier Les Mousquetaires du roi. Une troupe d'élite au cœur du pouvoir (Tallandier, 2023, 607 pages, 27 €), en lice pour le Prix château de Versailles du livre d'Histoire 2024. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
5/25/202449 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

Crise et fin des troupes coloniales [3/3], avec Julie d’Andurain

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ L'année 1923 constitue une rupture dans l'histoire des troupes coloniales : elle inaugure un long déclin jusqu'à la période de la décolonisation, au début des années 1960. Or, paradoxalement, l’indigène, grâce à la Grande Guerre, a gagné un statut : celui de soldat. Ce dernier est valorisé et on voit même son visage sur les publicités de l'entre-deux-guerres. Il n'empêche, tout cela se fait dans un contexte de démobilisation. La France est devenue pacifique et cultive une forme d'antimilitarisme. Après l'occupation de la Ruhr précisément en 1923, l'arrivée de la gauche au pouvoir acte ce changement. Dans les années qui suivent, les troupes coloniales vivent dans l'incertitude : doivent-elles fusionner avec l'armée métropolitaine ou préserver leur autonomie ? Le manque de crédits et la crise économique des années 1930 aggravent leur situation. Pourtant, l'occupation allemande va leur permettre d'incarner une autre France : la France libre.  L'invitée : Julie d’Andurain est professeure en histoire contemporaine à l’université de Lorraine (Metz). Agrégée et docteure en histoire, membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, elle est spécialiste des questions coloniales et des phénomènes guerriers. Autrice de plusieurs ouvrages, elle vient de publier Les Troupes coloniales. Une histoire politique et militaire (Passés/Composés, 400 p., 23,50 €) *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
5/20/202420 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

Comment Hitler est devenu le Führer ?

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le soir du 8 novembre 1923, Adolf Hitler participe à un putsch dans une brasserie à Munich. Chef du NSDAP (parti national-socialiste des travailleurs allemands) depuis 1921, il est fortement inspiré par la marche sur Rome de Mussolini, et souhaite imposer une “révolution nationale” par la violence. Rapidement maîtrisés, Hitler et ses hommes échouent à s’emparer du pouvoir et sont conduits derrière les barreaux. Ce qui pourrait signer la fin du parcours politique d’Hitler marque plutôt le début d’une décennie de formation idéologique et de structuration de son parti. Ce temps de captivité est notamment mis à profit pour l’écriture de Mein Kampf, son manifeste antisémite et nationaliste, qui sera la clef de voûte du programme politique mis à exécution à son accession au titre de chancelier en 1933. Cet épisode est adapté d’un article paru dans Histoire & Civilisations de janvier 2023 de Claude Quétel, historien, ancien directeur de recherche au CNRS, « Portrait : comment Hitler est devenu le Führer ». Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte raconté par Christophe Mory.
5/16/202412 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

L'apogée des troupes coloniales [2/3], avec Julie d’Andurain

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Au mois de juillet 1900, les troupes coloniales voient le jour grâce à un décret les rattachant au ministère de la Guerre. Afin de pouvoir rayonner dans le cadre d'un travail de propagande, un plan de communication est établi et une revue est créée. Toute une littérature populaire se développe par ailleurs autour du personnage central de la coloniale : le "marsouin". La période voit l'apogée de ce corps si spécifique de l'armée française. A la suite de divers abus (affaires Gaud et Tauqué, Voulet-Chanoine) , le discours colonialiste des socialistes radicaux évolue avec une part d'utopie. Une partie du monde politique pense ainsi que les coloniaux vont pouvoir répondre aux besoins militaires de la métropole. Il est vrai que la Grande Guerre bouleverse les conceptions militaires françaises. Une guerre à laquelle les troupes coloniales participent pleinement. L'invitée : Julie d’Andurain est professeure en histoire contemporaine à l’université de Lorraine (Metz). Agrégée et docteure en histoire, membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, elle est spécialiste des questions coloniales et des phénomènes guerriers. Autrice de plusieurs ouvrages, elle vient de publier Les Troupes coloniales. Une histoire politique et militaire (Passés/Composés, 400 p., 23,50 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
5/13/202420 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Le débarquement : vérités et légendes

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Immortalisé par Robert Capa, Le débarquement est devenu l’une des opérations les plus emblématiques de la Seconde Guerre mondiale. Les plages de Normandie, devenues lieux de commémoration et de tourisme mémoriel, témoignent de l’engouement des amateurs comme des plus érudits pour le jour le plus long. Cette renommée s’accompagne aussi de légendes et de récits parfois aussi tenaces qu'inexacts. Dans son livre, Nicolas Aubin propose de confronter la mythologie qui entoure la bataille de Normandie avec l'historiographie la plus récente et pointue sur le sujet. La bataille a‐t‐elle été une étape décisive dans la victoire ? Staline a‐t‐il facilité « Overlord » ? Le mur de l’Atlantique était‐il de papier ? Hitler faisait-il la grasse matinée pendant l’arrivée des Alliés ? Avec une grande pédagogie, Nicolas Aubin répond méthodiquement à chacune des questions pour faire connaître l’exactitude du déroulement du débarquement hors du cercle des experts, et surtout au-delà de son récit romancé. L’invité : Agrégé d'histoire et spécialiste de la Deuxième Guerre mondiale, Nicolas Aubin est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, comme La Course au Rhin. 25 juillet-15 décembre 1944 : pourquoi la guerre ne s'est pas finie à Noël (Economica, 2018, 512 pages, 29 €). Il participe régulièrement à la revue Guerres et Histoire dirigée par Jean Lopez, avec qui il a écrit Infographie de la Seconde Guerre mondiale (Perrin, 2021, 200 pages, 30 €). Il vient de publier Le Débarquement dans la collection Vérités et légendes (Perrin , 2024, 304 pages, 13 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
5/9/202450 minutes, 45 seconds
Episode Artwork

Aux origines des troupes coloniales françaises [1/3], avec Julie d'Andurain

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Étonnamment, aucune synthèse de l'histoire des troupes coloniales n'était disponible. Avec son livre Les Troupes coloniales. Une histoire politique et militaire, Julie d'Andurain comble ainsi une lacune historiographique. Au cours de ce premier volet, elle s'attache à en décrire les origines de 1857, date de la création des fameux tirailleurs sénégalais, à 1900, qui voit l'officialisation de ce corps d'armée. La période correspond à la conquête des territoires africains (Sénégal, Dahomey, Madagascar), mais aussi à celle de l'Asie (Tonkin). Au fil de ces quatre décennies, l’idée d’une formation militaire spécifique s’accélère, pour finalement s'imposer : chargés de représenter la souveraineté française outre-mer, les "marsouins" et les "bigors" sont l'illustration des liens entre le monde militaire et la politique intérieure et extérieure de la France. L'invitée : Julie d’Andurain est professeure en histoire contemporaine à l’université de Lorraine (Metz). Agrégée et docteure en histoire, membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, elle est spécialiste des questions coloniales et des phénomènes guerriers. Autrice de plusieurs ouvrages, elle vient de publier Les Troupes coloniales. Une histoire politique et militaire (Passés/Composés, 400 p., 23,50 €) *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
5/6/202421 minutes, 48 seconds
Episode Artwork

Les grands diplomates qui ont changé le monde, avec Hubert Védrine

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ En 1648, les traités de Westphalie et de Munster font entrer l'Europe dans une nouvelle ère, celle de l'équilibre des puissances. Aux rêves hégémoniques de la papauté en crise se substitue la recherche d'équilibres afin de maintenir la paix en Europe. Visionnaire génial, le cardinal de Richelieu est le précurseur de ce nouvel âge selon les termes d'Henry Kissinger, à la fois père de l'Etat moderne et vulgarisateur de la raison d'Etat. Mazarin et Kaunitz, Choiseul et Pitt, Metternich et Bismarck sont ainsi les fils spirituels de "l'homme rouge". Au service du prince, ils ont promu une vision politique réaliste de la politique étrangère. Dans ce Grand entretien, Hubert Védrine nous présente les caractéristiques de ce nouvel âge politique, la grandeur de la diplomatie et ce qui, aujourd'hui, contribue à une remise en cause de son efficacité. L'invité : L'engagement d'Hubert Védrine sur la scène internationale a été et reste considérable. Il a été successivement conseiller diplomatique, porte-parole et secrétaire général de l’Élysée durant les deux septennats de François Mitterrand. Conseiller d'Etat en 1986, il devient ministre des Affaires étrangères (1997-2002) sous la présidence de Jacques Chirac. Aujourd'hui, Hubert Védrine mène des activités de conseil en géopolitique. Auteur de nombreux ouvrages sur la question, il vient aussi de publier Camus, notre rempart (Plon, 128 p., 18€) et de diriger Grands diplomates. Les maîtres des relations internationales de Mazarin à nos jours (Perrin, 416 p., 25€). Ce dernier ouvrage rassemble les contributions de vingt historiens et journalistes sur les grands négociateurs et diplomates de l'époque moderne et contemporaine. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
5/2/202448 minutes, 36 seconds
Episode Artwork

Robert le Pieux : l'enracinement dynastique, avec Yves Sassier

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Successeur d’Hugues Capet, Robert le Pieux est le roi de l’an mil. Associé au pouvoir par son père dans la tradition carolingienne, il est un dirigeant aux choix politiques audacieux, bien loin de l’image d’un homme dirigé par ses passions amoureuses, comme le présenta le XIXe siècle ! Il est vrai que la politique matrimoniale a été l'un des aspects les plus complexes du règne. Cependant, la France de Robert le Pieux est une France sans État : quelle est alors la réalité du pouvoir du Capétien ? Peut-on parler d’une faiblesse de l’institution royale ? Est-ce que l’on assiste à une mutation soudaine et rapide des structures politiques et sociales à la charnière de l’an mil ? Yves Sassier, dans une nouvelle biographie, nous offre pour la première fois un regard chronologique du règne de Robert le Pieux. L'invité : Docteur en droit et spécialiste de l’histoire politique et institutionnelle des Xe-XIIe siècles, professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), Yves Sassier a été professeur à la Faculté de droit de Lille, puis à celle de Rouen. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont, chez Fayard, Hugues Capet (1987) ou Louis VII (1991). Il vient de publier dernièrement Robert le Pieux. L'enracinement dynastique (Fayard, 352 p., 25 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
4/29/202441 minutes, 36 seconds
Episode Artwork

Henri VIII, amour et vengeance à la cour des Tudors

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Dans l'Angleterre du XVIe siècle, Henri VIII, héritier des Tudor, règne en maître sur son royaume comme sur sa vie maritale. Il annule son premier mariage avec Catherine d’Aragon, fautive de n’avoir pas engendré un héritier mâle. Cette décision, contraire au dogme religieux, le conduira à l'excommunication par l'Église catholique. Qu’importe ! L’inflexible souverain est prêt au schisme pour assouvir ses objectifs de descendance. Le fondateur de l'Église anglicane ne connaîtra pas moins de six noces différentes au cours de sa vie. Divorcées, décapitées, décédées en couches, les épouses se succèdent au bras du vorace monarque. Les destins tragiques de ces reines éphémères marquent cependant durablement l’histoire de la monarchie anglaise. Cet épisode est adapté d’un article paru dans Histoire & Civilisations de septembre 2016 de Glyn Redworth, professeur à l’Université d’Oxford, « Henri VIII, amour et vengeance à la cour des Tudors ». Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte raconté par Christophe Mory. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
4/25/202412 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Les Natchez, autopsie d'un massacre en Nouvelle-France, avec Gilles Havard

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Aujourd’hui méconnue, l’histoire coloniale de la Nouvelle-France a pourtant fait l’objet de romans. Celui de Chateaubriand, intitulé les Natchez, dépeint un événement spectaculaire au cœur de la Louisiane du XVIIIe siècle. Le 28 novembre 1729, 600 guerriers amérindiens du peuple Natchez tuent plus de 200 colons français. Cette nation est pourtant alliée des Français, qui admirent son organisation hiérarchisée perçue comme un miroir de leur monarchie natale. S'il a longtemps été analysé seulement sous le prisme de la révolte, Gilles Havard mène lui une véritable enquête historique et ethnographique haletante pour comprendre les motivations derrière cet assaut meurtrier. L’invité : Gilles Havard est historien, directeur de recherche au CNRS au sein du laboratoire Mondes américains. Spécialiste de l’histoire des relations entre Amérindiens et Européens en Amérique du Nord, il a écrit plusieurs ouvrages de référence sur le sujet comme Histoire des coureurs de bois (Les Indes savantes, 2016, 904 pages, 35 €), qui a reçu le Grand prix des rendez-vous de l’histoire de Blois, ou l’Amérique Fantôme, les aventuriers francophones du Nouveau Monde (Flammarion, 2019, 656 pages, 26 €). Il vient de publier les Natchez, une histoire coloniale de la violence (Tallandier/Flammarion, 2024, 608 pages, 26,90 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
4/24/202450 minutes, 11 seconds
Episode Artwork

L'autre bataille de Poitiers : quand la Narbonnaise était arabe, avec Philippe Sénac

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ La date de la reprise de Poitiers en 732 par Charles Martel tient une place particulière dans le roman national en France depuis le XIXe siècle. La présence arabe dans la province romaine de Narbonnaise, quant à elle, est très peu abordée. Pourtant, en 719, « Sema, roi des sarrasins, assiège et prend Narbonne », nous dit la chronique de Moissac qui rapporte les faits du point de vue des vaincus. Narbonne devient dès lors une tête de pont de l’expansion arabe dans le royaume des Francs. Les raids et les razzias se multiplient, aboutissant à la prise de butins et de captifs. Mais dès 721, les Arabes sont défaits par le duc d’Aquitaine Eudes à Toulouse. Cependant, ils continuent d’être présents en Narbonnaise jusqu’en 793. Les sources archéologiques, les pièces de monnaies, les sceaux et les sépultures sont les éléments les plus parlants pour comprendre la nature de cette présence arabe qui pose question : Pourquoi la bataille de Poitiers tient-elle une place si importante dans l’imaginaire, alors qu’elle n’est pas la première victoire sur les Arabes et ne marque pas non plus leur départ du royaume des Francs ? L’auteur : Philippe Sénac est professeur émérite à Sorbonne Université et ancien membre de la Casa Velasquez. Il vient de publier L’autre bataille de Poitiers. Quand la Narbonnaise était Arabe (VIIIe siècle) (Armand Colin, 160 p., 23,90€). *** Facebook : www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : twitter.com/Storiavoce
4/18/202441 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

La fin de la route de la soie [3/3], avec Etienne de la Vaissière

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le déclin puis la fin de la route de la soie (738-840) est le résultat d'un processus complexe, marqué principalement par la disparition du pouvoir turc, la révolution abbasside et l'affaiblissement chinois. Dès lors, un processus d'islamisation se met en marche sur l'ensemble de l'Asie centrale. Comment les institutions et les pratiques transforment les sociétés ? Quelles sont les nouvelles normes religieuses et sociales ? Quel est le rôle et la place des élites régionales vis-à-vis de ce nouveau pouvoir en place ? Comment la conjonction entre géopolitique, commerce et appartenance religieuse change l'espace eurasiatique ? L'invité : Historien, Étienne de la Vaissière enseigne à l’EHESS sur la chaire « sociétés centre-asiatiques médiévales : migrations et acculturations ». Après avoir travaillé sur les réseaux caravaniers, il s’est intéressé aux relations de pouvoir et d’identité des nomades, notamment lors des grandes migrations, ainsi qu’aux processus d’intégration au monde musulman. Il a participé à de nombreuses fouilles et prospections archéologiques notamment en Ouzbékistan (1996-2008), en Afghanistan (2010-2013), et maintenant en Mongolie. Il vient de publier Asie centrale 300-850. Des routes et des royaumes, aux Belles Lettres (648 p., 33 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
4/15/202423 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Février 1934 : une menace fasciste ?, avec Olivier Dard

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ En ce matin du 6 février 1934, Paris se réveille en colère. Ses habitants découvrent, placardés aux murs et dans les pages de leur journaux, des appels à manifester. « La dictature du sectarisme veut s’implanter chez vous ! » «Ton parlement est pourri», «À bas les voleurs ! » Et le soir même, sur la place de la Concorde à Paris, la manifestation tourne à l’émeute. On compte vingt morts et des centaines de blessés. Reste le souvenir de la violence. On a souvent interprété cette manifestation comme un coup d’État fasciste ou du moins, une tentative de prise de pouvoir par l’extrême droite. La veille de son exécution, l’intellectuel fasciste Robert Brasillach faisait mémoire des morts du 6 février : "Sur onze ans de retard, serai-je donc des vôtres ? Je pense à vous, ce soir, ô morts de février". L'émeute n’a-t-elle été portée que par les fascistes ? Cet épisode dramatique a-t-il véritablement constitué une menace pour la IIIe République ? Derrière les slogans, quelles sont les revendications des manifestants ? Quels sont les différents éléments déclencheurs de cette manifestation qui a marqué l’Histoire ? L'auteur : Olivier Dard est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne Université, spécialiste d’histoire politique. Il est l'auteur de biographies de référence consacrées à Bertrand de Jouvenel (Perrin, 2008, 527 p., 27 €) et à Charles Maurras. Le nationaliste intégral (Dunod, 2023, 432 p., 11,90 €). Il publie avec Jean-Philippet : Février 34. L'affrontement (Fayard, 752 pages, 34 €). Grâce à la mobilisation de nombreuses archives, le livre replace la manifestation du 6 février dans une plus large séquence. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
4/11/202449 minutes, 49 seconds
Episode Artwork

Commercer sur les routes de la soie [2/3], avec Etienne de la Vaissière

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le réseau commercial asiatique, appelé communément la route de la soie, s'inscrit au cœur de nos représentations littéraires. Pourtant, la réalité de ce monde est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Mêlant sédentarisme et nomadisme, hiérarchies et administrations, affrontements guerriers et pillages, l'univers eurasiatique offre pourtant la particularité d'une stabilité économique à travers les siècles. Quels étaient les temps de parcours entre la Chine et Byzance ? Que transportaient les fameuses caravanes ? Comment étaient-elles organisées, et pourquoi faut-il les distinguer des marchands ? Quelle était enfin la place de l'État dans ce monde économique ? L'invité : Historien, Étienne de la Vaissière enseigne à l’EHESS sur la chaire « sociétés centre-asiatiques médiévales : migrations et acculturations ». Après avoir travaillé sur les réseaux caravaniers, il s’est intéressé aux relations de pouvoir et d’identité des nomades, notamment lors des grandes migrations, ainsi qu’aux processus d’intégration au monde musulman. Il a participé à de nombreuses fouilles et prospections archéologiques, notamment en Ouzbékistan (1996-2008), en Afghanistan (2010-2013), et maintenant en Mongolie. Il vient de publier Asie centrale 300-850. Des routes et des royaumes, aux Belles Lettres (648 p., 33 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
4/8/202421 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

La bataille de l'Atlantique. 1939-1945, avec Olivier Wieviorka

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Véritable tempête d'acier, la bataille de l'Atlantique est sans nul doute la plus longue de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. L'enjeu de cet affrontement est simple : isoler les îles Britanniques et contraindre Churchill à capituler. Du côté allemand, tandis que le chef de la Kriegsmarine, Erich Raeder, souhaite engager la flotte de haute mer, Karl Dönitz plaide, lui, pour une guerre sous-marine. La défaite du Bismarck, coulé le 27 mai 1941, donne raison à ce dernier. Dès lors s'engage une véritable "guerre de course", dont l'enjeu est d'arrêter les convois de navires marchands entre le continent américain et les territoires alliés. La nouvelle revue L'Histoire en guerre décrit ce moment dantesque que furent la guerre hauturière et la guerre sous-marine. L’invité : Membre de l’Institut universitaire de France et professeur des universités à l’École normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale, auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement dernièrement réédité au Seuil, accompagné d'infographies. Il a publié avec Jean Lopez Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et codirigé une Histoire militaire de la France avec Hervé Drévillon (Perrin-Ministère des Armées). Il est enfin l'auteur aux éditions Perrin d'une Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale (1072 pages, 29 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
4/4/202444 minutes, 42 seconds
Episode Artwork

Vivre sur les routes de la soie [1/3], avec Etienne de la Vaissière

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le réseau commercial asiatique, appelé communément la route de la soie, Sur cette route mythique se croisent caravanes et conquérants, moines et artistes. Ils passent par Samarcande, Dunhuang ou Bactres, pour aller de la Chine à Byzance, ou de l’Iran et l’Inde à la steppe. Il s'agit d'un espace considérable, préfigurant une forme de globalisation des échanges. Or, cet espace immense composé en grande partie de déserts, est avant tout sujet aux aléas d'un climat que l'homme doit savoir dompter. Un monde fragile, à la fois sédentaire et nomade, qu'Étienne de la Vaissière nous présente à travers une somme magistrale et inédite dans son approche pluridisciplinaire. L'invité : Historien, Étienne de la Vaissière enseigne à l’EHESS sur la chaire « sociétés centre-asiatiques médiévales : migrations et acculturations ». Après avoir travaillé sur les réseaux caravaniers, il s’est intéressé aux relations de pouvoir et d’identité des nomades, notamment lors des grandes migrations, ainsi qu’aux processus d’intégration au monde musulman. Il a participé à de nombreuses fouilles et prospections archéologiques notamment en Ouzbékistan (1996-2008), en Afghanistan (2010-2013), et maintenant en Mongolie. Il vient de publier Asie centrale 300-850. Des routes et des royaumes, aux Belles Lettres (648 p., 33 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
4/1/202422 minutes, 51 seconds
Episode Artwork

Qui était Charlemagne ? avec Bruno Dumézil

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Oubliez tout ce que vous savez sur Charlemagne - la barbe fleurie, la couronne du Saint Empire dont on lui orne souvent la tête, et même son nom, car Charlemagne ne s’appelait pas Charlemagne. Plus surprenant encore, celui que France Gall accusait dans sa chanson Sacré Charlemagne d'avoir inventé l'école ne savait lui-même pas écrire. Cela l'aurait-il empêché d'inventer l'école ? Quelles archives nous reste-il du règne de ce monarque ? Né dans les années 740, Charlemagne est le fils de Pépin le Bref, fondateur de la dynastie des Carolingiens, et le petit-fils de Charles Martel, maire du palais. Comment est-il parvenu à devenir empereur, alors que son grand-père n'était même pas roi ? À quoi ressemblait le royaume franc, sur lequel Charlemagne régnait ? Quels étaient ses projets politiques ? L'auteur : Bruno Dumézil est professeur d'histoire médiévale à Sorbonne Université, grand spécialiste du Haut Moyen Âge. Il est l'auteur d'ouvrages de référence sur la période : Le baptême de Clovis. 24 décembre 505 ? (Gallimard, 2019, 320 p. 22 €), L'Empire mérovingien Ve – VIIIe siècles (Passés Composés, 2023, 352 p., 23 €) Charlemagne (PUF, 2024, 228 p. 15 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
3/28/202445 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Pirates et corsaires, les écumeurs des mers

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Si les pirates sont généralement associés à la période moderne, l’activité est en réalité millénaire. Depuis le développement du commerce maritime durant l'antiquité, des hommes se sont affranchis des règles pour mener une vie de crimes et d'aventures. Ce sont d’ailleurs les Grecs qui donnèrent leur nom aux voyous des mers : les pirates, littéralement « ceux qui osent ». Figures historiques incontournables, les pirates et leurs alter égos institutionnels, les corsaires, ont acquis une place de choix dans les mémoires et les récits. Barbe-Noire, Mary Read ou encore Jack Rackham sont devenus les symboles d'une période d'exploration et de commerce. Depuis son archétype du XVIIIe jusqu'à son avatar informatique contemporain, le pirate ne cesse de fasciner et de se jouer de la légalité. Cet épisode est adapté d’un article d'Alain Blondy, professeur émérite, spécialiste de l’histoire du monde méditerranéen, paru dans Histoire & Civilisations de juin 2022, « Pirates et corsaires, les écumeurs des mers ». Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte raconté par Christophe Mory. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
3/25/202416 minutes, 53 seconds
Episode Artwork

Armagnacs et Bourguignons : la fabrique de la guerre civile, avec Joël Blanchard

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ À sa mort en 1380, le roi Charles V laisse place à un équilibre fragile. Charles VI, qui lui succède, gouverne aux côtés des anciens conseillers de son père, les marmousets. Mais bientôt, le souverain est atteint d’un mal étrange. Les crises de folie de Charles VI favorisent la montée en puissance des princes Louis d’Orléans et Jean sans Peur. Deux clans se forment autour d’eux, les Armagnacs et les Bourguignons. Fort de l’assassinat de Louis d’Orléans en 1407, Jean sans Peur s’allie avec les Anglais et se place sur le terrain de la réforme, aux côtés de Simon Caboche. Les intellectuels s’interrogent dès lors sur la notion de crime de lèse-majesté, jusqu’au drame ultime : l’assassinat de Jean sans Peur à Montereau en 1419. L’arrivée de Jeanne d’Arc, personnage dont le mythe naît de son vivant même, met un terme aux ambitions anglaises de conquête du royaume de France. Au traité d’Arras, en 1435, le roi Charles VII, successeur de Charles VI, a retrouvé toute sa légitimité. L’auteur : Joël Blanchard, professeur émérite à l’université du Mans, est spécialiste du Moyen Âge tardif. Il vient de publier Armagnacs et Bourguignons, la fabrique de la guerre civile (1407-1435) aux éditions Perrin (448 p., 25 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
3/21/202437 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

La mort de la IIIe République : la liquidation [3/3], avec Hugo Coniez

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le 22 juin 1940, l'armistice est signé entre la France et l'Allemagne. La première conséquence de la suspension des hostilités entre les deux pays est la rupture entre la France et l'Angleterre, rupture consommée par l'attaque de la Royale Navy sur le port français de Mers el-Kébir, en Algérie. En outre, une fois l’armistice signé, un véritable programme visant à renverser la IIIe République est mis en place pour le futur. Plusieurs hommes, dont le général Weygand, jouent un rôle clé dans ce projet. Il s'agit d'empêcher les Chambres de relever la tête sur le plan politique et de convaincre le président de la République Lebrun de soutenir le projet de Laval, visant à donner les pleins pouvoirs à Pétain. Le 10 juillet 1940, l'Assemblée nationale donne tout pouvoir au gouvernement de la République sous l'autorité du maréchal Pétain pour rédiger une nouvelle Constitution. L'invité : Agrégé d’histoire, ancien élève de l’ENA et de l’ENS, Hugo Coniez est rédacteur de débats au Sénat. Auteur de nombreux ouvrages de sciences humaines et de culture générale, il est l'auteur de La Mort de la IIIe République (Perrin, 368 p., 23 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
3/18/202426 minutes
Episode Artwork

Gouverner le Japon : des origines à la fin des samourais, avec Pierre François Souyri

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Malgré la diffusion de certains éléments culturels japonais (les mangas, les sushis, les bonsaïs) et par la même occasion la popularisation de certaines anciennes réalités (les geishas, les samouraïs), l'histoire globale de l'archipel reste méconnue. Quels sont les événements qui ont structuré l'histoire du Japon ? Comment s'est mis en place l'État japonais ? Quelle forme de gouvernement a prédominé ? Comment définir une culture proprement japonaise malgré l'influence de la Chine ? L'histoire du Japon peut-elle se lire indépendamment des événements continentaux ? Qui étaient les samuraïs et quel a été leur véritable rôle dans l'histoire du Japon ?  L'auteur : Pierre-François Souyri est historien spécialiste du Japon médiéval, ancien directeur de la maison franco-japonaise de Tokyo et professeur honoraire à l’université de Genève. Ses ouvrages ont largement contribué à populariser cette histoire encore méconnue. Il vient de publier avec Laurent Nespoulous, Le Japon ancien. Des chasseurs-cueilleurs à Heian (- 36 000 à l'an mille) (Belin, coll. « Mondes anciens », 560.p, 49 €) et sa Nouvelle histoire du Japon vient d'être rééditée (Perrin, 2023, 640 p., 29 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
3/14/202447 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

La mort de la IIIe République : révolution de palais [2/3], avec Hugo Coniez

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Alors que la France de 1940 s'enfonce lentement dans un climat de défaite, une révolution de palais change la donne politique. Groupe beaucoup trop hétérogène, le gouvernement est incapable de répondre à l'urgence du moment et se replie en Touraine puis à Bordeaux. Deux tendances se dessinent : la première regroupe ceux qui sont appelés les "flanchards". Ils estiment l'armistice inéluctable. Pétain fait partie de ces derniers, en se gardant bien de le dire publiquement. La seconde tendance, dont fait partie un certaine colonel de Gaulle, souhaite continuer à se battre, même dans un "réduit breton". L'Afrique du Nord est envisagée, par les uns comme par les autres comme une solution, sans emporter l'adhésion du général en chef des armées, Weygand. Le 13 juin, Pétain abat son jeu : il dit très officiellement que l’armistice est la condition de la pérennité de la France.  L'invité : Agrégé d’histoire, ancien élève de l’ENA et de l’ENS, Hugo Coniez est rédacteur de débats au Sénat. Auteur de nombreux ouvrages de sciences humaines et de culture générale, il est l'auteur de La Mort de la IIIe République (Perrin, 368 p., 23 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
3/11/202425 minutes, 34 seconds
Episode Artwork

Le comte de Mirabeau dans la Révolution, avec Loris Chavanette

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le 14 juillet 1789, il souffle sur Paris un vent de révolution. Au sommet de l’une des tours de la Bastille, un homme "fort gros" - dira Chateaubriand -, "laid comme Satan" - dira son propre père -, donne un coup de pioche aux murs de l’édifice déjà tombé. Il s'agit de Mirabeau. Ancienne prison d’État, la Bastille était quasiment vide lorsqu’elle a été prise d’assaut. Mais Mirabeau, qui lui assène le coup de grâce, venge ses nombreuses années d’ancien détenu qu'il a subies ailleurs. Ce coup de pioche immortalise plus qu’aucun autre l’insurrection. Comment le comte Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau est-il devenu député du tiers état ? Pourquoi a-t-il rejoint l'insurrection ? Quelle est sa part de responsabilité dans la chute de l'Ancien Régime ? Quelle direction voulait-il donner à la Révolution française ?  L’auteur : Loris Chavanette est docteur en histoire, spécialiste de la Révolution française et de l’Empire et auteur de romans (Fantasia, 2020, Albin Michel, 288 p. 19,90 €). Sa thèse, publiée sous le titre Repenser le pouvoir après la Terreur (1794-1797) a reçu le prix de l’Assemblée nationale. Après Danton et Robespierre, le choc de la Révolution (2021, Passés composés, 480 p., 25 €), il publie dans un style très enlevé Le 14 juillet de Mirabeau, la revanche du prisonnier (Tallandier, 2023, 400 p. 23.5 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
3/7/202445 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

La mort de la Troisième République : vers la débâcle [1/3]

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Tout se joue entre une vingtaine de personnes qui se connaissent et se côtoient depuis plusieurs années : ils sont les acteurs consentants ou non de la mort de la IIIe République et ont pour nom Reynaud, Lebrun, Gamelin, Weygand, Pétain, De Gaulle, Mandel, Laval... Le vendredi 10 mai 1940, Hitler joue le tout pour le tout et surprend la France en passant par les Ardennes : la progression jusqu'à Dunkerque est foudroyante. Comment expliquer l’hécatombe à la fois française et anglaise ? Quelles sont les articulations entre le monde politique et le monde militaire sur ces quelques semaines ? Quel rôle joue l'Angleterre, notamment Churchill, dans ce drame ? Dans ce premier volet de cette nouvelle série de nos Cours d'Histoire, la défaite n'est pas encore là, mais les premières semaines de la débâcle préparent une révolution de palais, puis la fin du régime républicain. L'invité : Agrégé d’histoire, ancien élève de l’ENA et de l’ENS, Hugo Coniez est rédacteur de débats au Sénat. Auteur de nombreux ouvrages de sciences humaines et de culture générale, il est l'auteur de La Mort de la IIIe République (Perrin, 368 p., 23 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
3/4/202423 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

Les images médiévales, avec Jean-Claude Schmitt

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ L’homme, dit le livre de la Genèse dans la Bible, est à l’image de Dieu. Cependant, dans le judaïsme, la Torah dit « Tu ne feras pas d’image », tout comme, plus tard, l'islam verra les représentations comme une idolâtrie. Entre les deux, le christianisme se distingue par leur utilisation dans le monde domestique, cultuel ou littéraire. Paradoxalement, l'Église, dont on dit qu'elle a critiqué et rejeté le corps, le représente rapidement dans l'histoire. À l'époque médiévale, et plus particulièrement au XIIIe siècle, nous assistons même à une prolifération d'images. Que dit cet essor de la société médiévale ? Existait-il des oppositions à ce mouvement ? Pourquoi le christianisme oriental se distingue-t-il du monde occidental dans la fameuse crise de l'iconoclasme ? Enfin, comment l'image figurative évolue au profit du naturalisme à la fin du Moyen Âge ? L'invité : Jean-Claude Schmitt, directeur d'études à l'EHESS, étudie depuis de nombreuses années la place des images dans l'histoire européenne. Son dernier ouvrage, intitulé Les images médiévales. La figure et le corps (Gallimard, 364 p., 29,50€), est un recueil de ses articles et conférences sur le sujet. Il est par ailleurs l'auteur de nombreux autres ouvrages, notamment Les Rythmes au Moyen Âge (2016) et Le Cloître des ombres (2021, en collaboration avec Gisèle Besson). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/29/202445 minutes, 4 seconds
Episode Artwork

Scipion l'Africain (235-183 av J.-C.) : le sauveur de Rome, avec Laurent Gohary

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ En 201 av. J.-C., une foule en liesse célèbre un homme, le visage peint en rouge, qui se tient debout sur un char. Devant lui, les magistrats, les sénateurs, toute l’élite de la République romaine. Derrière eux, les Carthaginois vaincus, humiliés, trainent leur défaite et leur honte. L'homme acclamé entre alors dans l'enceinte sacrée de Rome, le pomerium. Cet homme, est Scipion l’Africain, le chef militaire romain qui a gagné la paix après après dix-huit ans de conflit avec les armées puniques. Entre 264 et 146 av. J.-C. Rome et Carthage s'affrontent durant trois périodes de conflits ; en 201 av. J.-C s'achève, grâce à Scipion, la deuxième guerre punique. Qui est le vainqueur de Carthage bien moins connu que l'adversaire qu'il a combattu, Hannibal Barca ? Dans le cortège, derrière Scipion, comme pour le préserver de l'orgueil démesuré qu'il pourrait tirer de sa gloire, ses légionnaires lui chantent des vers moqueurs. Un esclave porte au-dessus de la tête du héros une couronne de laurier en lui répétant à l’oreille : « Souviens toi que tu es mortel .» Scipion s’en est-il souvenu ou a-t-il, à cause de ses succès, cédé à l’hybris ? L'auteur : Laurent Gohary, enseignant au lycée et à l’université Panthéon-Sorbonne, est spécialiste d'histoire romaine. Il vient de publier l'une des premières biographies françaises de Scipion l'Africain : Scipion l'Africain, Belles Lettres, 2023, 416 p., 25.90 €. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/27/202443 minutes, 11 seconds
Episode Artwork

Histoire des épices à l'époque médiévale, avec Michel Balard

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ L’époque médiévale connaît une véritable mutation gustative : les épices s’invitent sur les tables de toutes les têtes couronnées de l’Occident chrétien. Venues des confins du monde connu, les épices sont les premiers produits d’une économie qui se mondialise. Dans son livre, Michel Balard dresse l’inventaire de ces marchandises précieuses, auxquelles on prête des vertus miraculeuses. À travers les inventaires des apothicaires, il met à jour l’extraordinaire diversité des épices, dont les usages sont extrêmement variés. Condiment alimentaire, remède médicinal, utile pour l’artisanat, la cosmétique ou encore la parfumerie, l’épice est présente dans tous les aspects de la vie. Michel Balard questionne les causes de cet engouement médiéval pour ce produit global et propose une réponse à la question : les épices sont-elles le moteur de l’Histoire ? L’invité : Michel Balard, ancien membre de l’École française de Rome, professeur émérite d’histoire du Moyen ge à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages parmi lesquels Les Latins en Orient (XIe-XVe siècle) (Presse Universitaires de France) et La Méditerranée médiévale. Espaces, itinéraires et comptoirs (Éditions Picard). Il vient de publier Histoire des épices au Moyen Âge (Perrin , 2023, 480 pages, 25 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/22/202459 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

Des monarques en exil, avec Hélène Becquet

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Louis XVIII, Louis-Napoléon Bonaparte, Charles X, Louis XIX, Henri V... Une des particularités du XIXe siècle français est l'incroyable liste des princes et monarques en exil, parfois chassés de France, souvent prétendants au trône ou à la couronne impériale. Issus de trois dynasties différentes, ces hommes bénéficiant d'un réseau en France, mais aussi au-delà de nos frontières, voyagent dans toute l'Europe au gré de l'instabilité politique. Ils entretiennent l'espoir de leur retour tout en prenant des noms et des titres improbables. L'historiographie s'est trop souvent attardée sur la douleur de l'exil, sans considérer le fait que ces hommes et leur cour constituaient un des « rouages essentiels de l’histoire politique de leur temps ». Hélène Becquet nous explique pourquoi. L'invitée : Ancienne élève de l'École nationale des chartes, Hélène Becquet est agrégée d’histoire et docteur en histoire de l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne. Elle enseigne comme maître de conférences à l’IEP Sciences-Po Paris et vient de diriger L'Exil des monarques. Entre abdications et désirs de conquêtes (Armand Colin, 312 p., 23 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/19/202444 minutes, 36 seconds
Episode Artwork

Parcours et oeuvre d'Henri Pirenne, un médiéviste iconoclaste.

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Ouvrage posthume, Mahomet et Charlemagne d'Henri Pirenne (1868-1935) constitue un des classiques des études historiques. Certes remis en cause, cet ouvrage n'en reste pas moins indispensable pour les médiévistes et les passionnés d'histoire. On sait moins qu'Henri Pirenne fut aussi un historien des villes et du rôle déterminant des marchands. Précurseur et pionnier de l'histoire économique et sociale, l'historien belge a ainsi développé au cours des années 1920 une nouvelle vision de l'histoire de l'Europe et de la Méditerranée. Il est surtout l'un des premiers à remettre en cause l'idée d'une chute de la romanité au Ve siècle. Cultivant l'art de la synthèse, Pirenne prône une méthode comparative en dehors de tout déterminisme et idéologie. Au cours de cette émission, Geneviève Warland, qui vient de diriger la réédition d'une partie de l'oeuvre de Pirenne chez Gallimard dans la collection Quarto, évoque son parcours, ses amitiés et ses idées. L'invitée : Geneviève Warland est professeure en historiographie et histoire publique à l’Université catholique de Louvain. Ses recherches s’inscrivent dans la perspective transnationale des transferts culturels sur la période allant de 1870 jusqu’à l’entre-deux-guerres. Elle vient de diriger Henri Pirenne. Histoire de l'Europe. Œuvres choisies (Gallimard, collection Quarto, 1500 p., 35 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/15/202444 minutes, 21 seconds
Episode Artwork

La Russie et la guerre. D'Ivan le Terrible à la Guerre froide, avec Pierre Gonneau

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ L'histoire de la Russie est celle de nombreux peuples et d'une multiplicité de territoires. Sur quels espaces l'État russe revendique-t-il, depuis ses origines, la légitimité de gouvernement ? Si la construction et l'affirmation de l'identité d'un pays font rarement l'économie de la guerre, peut-on affirmer que la Russie est par nature plus belliciste que ses voisins ? Combat-on de la même manière en Russie et en Europe ? L'Église orthodoxe est-elle un relai de l’expansionnisme ? Les guerres de l'Empire soviétique obéissent-elles aux mêmes logiques géopolitiques que celles des tsars ? Dans le cas de la Russie, il y a absolue nécessité de remonter aux origines pour comprendre le présent. L’invité : Pierre Gonneau est historien, spécialiste de la Russie, professeur à Sorbonne Université et directeur d’études à l’EPHE. Il est l’auteur d’ouvrages de référence sur la Russie : Des Rhôs à la Russie. Histoire de l’Europe orientale (v. 730-1689) (PUF, 2012, 696 p., 49 €), Histoire de la Russie, d’Ivan le Terrible à Nicolas II. 1547-1917 (Tallandier, 2016, 544 p., 24.90 €), Novgorod. Histoire et archéologie d’une république russe médiévale (970-1478) (CNRS éditions 2021, 248 p., 29 €), La guerre russe. Ou le prix de l'Empire. D’Ivan le Terrible à Poutine (Tallandier, 2023, 544 p., 26 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/12/202447 minutes, 46 seconds
Episode Artwork

Napoléon III, le retour en grâce

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Depuis une quarantaine d’années, les historiens se penchent sur le Second Empire, devenu un objet d’étude à part entière. Louis Napoléon Bonaparte devient, en 1848, le premier chef d'État élu au suffrage masculin direct, avant de rétablir l’Empire lors de son coup d’Etat, trois ans plus tard. Sa politique le place à la fois en héritier de la Révolution et du régime autoritaire bonapartiste, mais aussi en modernisateur de l’économie, de l'administration, et même de l’urbanisme de la capitale. Le Second Empire s’étend sur presque deux décennies et hésite entre autoritarisme et libéralisme, avant sa chute brutale à l'issue de la bataille de Sedan, qui ne doit pas éclipser la complexité d’une période essentielle de l’histoire française. Cet épisode est adapté d’un article d’Éric Anceau, maître de conférences, Sorbonne université, spécialiste du Second Empire, paru dans Histoire & Civilisations de février 2023, « Napoléon III. Un regard renouvelé sur le Second Empire ». Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte raconté par Christophe Mory. Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1 euro par mois sur www.histoire-et-civilisations.com *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/8/202418 minutes, 34 seconds
Episode Artwork

L’Amérique espagnole : si loin de Madrid? [2/3], avec Gonzague Espinosa Dasonneville

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Afin de justifier la rupture avec la couronne d'Espagne, les États nés de l'indépendance de l'Amérique espagnole ont revisité leur histoire tout au long du XIXe siècle. Ainsi, les indépendances sud-américaines "ont pâti de l'oubli du contexte historique dans lequel elles ont été réalisées", nous explique Gonzague Espinosa-Dassonneville. Depuis, l'historiographie a progressé en apportant des réponses à des questions essentielles : peut-on parler tout d'abord d'une identité ou d'une patrie commune américaine ? Quel rôle joue le souvenir de l'Amérique préhispanique dans la marche vers l'indépendance ? Est-ce que la population créole est loyaliste ou entretient-elle une défiance à l’égard de la couronne espagnole ? Quelles sont finalement les forces profondes qui ont présidé à la dislocation du grand empire ? L'invité : Docteur en histoire, spécialiste du XIXe siècle, Gonzague Espinosa-Dassonneville est président de la Société de Borda et enseigne à l’École des hautes études internationales et politiques. Il est l’auteur de plusieurs livres sur le général Lamarque et le chevalier de Borda, et vient de publier La chute d'un empire. L'indépendance de l'Amérique espagnole (Passés Composés, 384 p., 23,50 €) *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/7/202418 minutes, 47 seconds
Episode Artwork

Qui a eu la peau de la Wehrmacht ? avec Jean Lopez

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Les 6 et 22 juin 1944, les deux plus grandes opérations de la Seconde Guerre mondiale sont menées par les Alliés et l'Armée rouge. Cette double opération n'est évidemment pas un hasard, mais le fruit d'une coordination entre les forces américaines, britanniques et soviétiques. Pourtant et assez étrangement, alors que nous avons une vision d'une initiative commune, il n’existe aucun organe militaire de commandement intégré. Nous pouvons même affirmer qu'il existait une forme de méfiance entre les Etats-Unis et l'Union soviétique. Que s'est-il donc passé à la conférence de Téhéran à la fin de l'année 1943 ? Quelles sont les grandes différences entre Overlord et Bagration ? Comment expliquer l’énormité de la défaite allemande sur le font biélorusse ? L'Allemagne était-elle vaincue dès l'été 1944 ? L’invité : Jean Lopez, directeur de la rédaction de Guerres et Histoire, s’est signalé par une série d’ouvrages revisitant le front germano-soviétique dont, avec Lasha Otkhmezuri, une biographie de Joukov unanimement saluée (Perrin). Il a en outre codirigé, avec Olivier Wieviorka, Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et, toujours chez le même éditeur, avec Nicolas Aubin, Vincent Bernard et Nicolas Guillerat, l’Infographie de la Seconde Guerre mondiale. Avec Lasha Otkhmezuri, Jean Lopez est l’auteur d’une monographie magistrale intitulée Barbarossa 1941. La Guerre absolue (Passés Composés, 957 pages, 31 €). Il dirige aussi le mook De la Guerre, une coédition Perrin et Guerres et Histoire. Il vient d'éditer L'Armée rouge. Innovatrice, libératrice, prédatrice (Perrin - Guerres & Histoire, 397 p., 35 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/5/202433 minutes, 43 seconds
Episode Artwork

Aux origines de l'armée rouge, avec Jean Lopez

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ En 1917, le coup d'État bolchevique accouche d'une armée dans le double contexte de la Grande Guerre et de la guerre civile : la RKKA. C'est peu dire que cette nouvelle armée, future Armée rouge, naît dans la douleur et les difficultés. Alors que Lénine est un incompétent sur le plan militaire, l'institution pâtit de la rivalité entre Trotski et Staline. Pourtant, l'armée qui voit le jour est à nulle autre pareille. Elle est un cas unique dans l'histoire militaire. Au cours de cette émission, Jean Lopez nous explique pourquoi, en nous présentant par ailleurs le conflit russo-polonais de 1919-1920. Comment expliquer la victoire polonaise ? Quelles ont été les faiblesses de l’Armée rouge ? Staline porte-t-il une part de responsabilité dans cette défaite ? L’invité : Jean Lopez, directeur de la rédaction de Guerres et Histoire, s’est signalé par une série d’ouvrages revisitant le front germano-soviétique dont, avec Lasha Otkhmezuri, une biographie de Joukov unanimement saluée (Perrin). Il a en outre codirigé, avec Olivier Wieviorka, Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et, toujours chez le même éditeur, avec Nicolas Aubin, Vincent Bernard et Nicolas Guillerat, l’Infographie de la Seconde Guerre mondiale. Avec Lasha Otkhmezuri, Jean Lopez est l’auteur d’une monographie magistrale intitulée Barbarossa 1941. La Guerre absolue (Passés Composés, 957 pages, 31 €). Il dirige aussi le mook De la Guerre, une coédition Perrin et Guerres et Histoire. Il vient d'éditer L'armée rouge. Innovatrice, libératrice, prédatrice (Perrin - Guerres & Histoire, 397 p., 35 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
2/1/202437 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Comment la confiance vient aux princes, avec Jean-Marie Le Gall

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Les princes de l'époque moderne sont les garants de leurs territoires et de leur souveraineté. Les rencontres avec leurs égaux sont pour eux un temps d'affirmation et de représentation. Mais à l'inverse, elles peuvent être aussi synonyme de vulnérabilité. Comprendre comment cette défiance est surmontée, c'est interroger l’hospitalité et le cérémonial dans la construction d’une société de confiance. Quels sont les principaux motifs de rencontres ? Est-ce que le respect mutuel est systématiquement garanti lors de ces rencontres ? Qu'est-ce qui conduit les princes à voyager incognito et que recouvre ce terme ? Les historiens Jean-Marie Le Gall et Claude Michaud ont étudié plus de trois mille rencontres et entrevues princières : une promenade inédite dans l’histoire du continent qui "montre comment les puissants rivalisent de magnificence, exhibent leur force et assouvissent un besoin aigu de reconnaissance." L'invité : Spécialisé en histoire moderne et notamment de la Renaissance, Jean-Marie Le Gall est professeur à l'université Rennes-II. Auteur de nombreux ouvrages, il vient de publier aux PUF avec Claude Michaud Comment la confiance vient aux princes. Les rencontres princières en Europe (1494-1788) (696 p., 27 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
1/29/202452 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

Crepuscules des lumières, avec Monique Cottret [3/3]

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
1/25/202421 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

Les femmes dans la résistance avec Cindy Biesse

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Après la défaite de 1940, le régime collaborationniste de Vichy administre une zone dite "libre". Une liberté très relative, puisque la Révolution Nationale contraint les Juifs français et étrangers à la clandestinité. En région Rhône-Alpes, des réseaux de Résistance se sont constitués pour venir en aide à des individus autrement condamnés à la mort. Au cœur de ces organisations complexes, Cindy Biesse dévoile le parcours de sauveteuses qui ont lutté quotidiennement au péril de leur vie. Bravant un ordre social extrêmement restrictif pour les femmes, les sauveteuses ont hébergé des Juifs, fourni des faux papiers ou conduit des individus hors des frontières. En rendant hommage au sacrifice de ces femmes, la chercheuse offre une analyse éclairante sur le phénomène protéiforme de la Résistance Civile pendant la Seconde Guerre mondiale. L’invitée : Cindy Biesse est docteure en études germaniques. professeure en classe préparatoire, et chercheuse associée au laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes travaillant sur les Religion et croyances, elle vient de publier Sauveteuses. Les femmes et le sauvetage des Juifs dans la région Rhône-Alpes (Éditions Ampelos, 284 p., 24€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
1/22/202452 minutes, 43 seconds
Episode Artwork

Définir les lumières européennes, avec Monique Cottret [2/3]

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le siècle des Lumières est connu mais il ne saurait se cantonner à un regard franco-français. En effet, les Lumières constituent un phénomène européen. Nous parlons ainsi d'Enlightement en Angleterre, d'Ilustracion en espagnol ou d'Illuminismo en Italien… Les Lumières est donc un mot à accorder au pluriel parce qu'il recouvre aussi des réalités différentes. Quand utilise-t-on pour la première fois le terme de Lumières ? Pourquoi les Lumières n'ont-elles pas repris à son compte le terme de Renaissance ? Quelles sont les différences entre les deux mouvements ? Qui était "éclairé" et quelles sont les caractéristiques d'une société elle-même éclairée ?   L'invitée : professeur émérite à l’université de Paris X-Nanterre, Monique Cottret est spécialiste de l'histoire de l'Europe et des idées du XVIIIe siècle. Elle a écrit des ouvrages en collaboration avec son mari Bernard Cottret décédé en 2020, notamment Jean-Jacques Rousseau en son temps et dernièrement L'Europe des Lumières (Perrin, 888 p.,  30 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
1/18/202422 minutes, 16 seconds
Episode Artwork

Philippe VI, le premier Valois : sauvegarder la Couronne, avec Christelle Balouzat-Loubet

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ « Entre le prestigieux Siècle de Saint Louis et la Renaissance, les historiens n'ont jamais su trop quoi faire des XIVe et XVe siècles » reconnaît l'historien médiéviste Alain Demurger. Et pourtant, entre le règne de Saint Louis qui prend fin sur les rives de Carthage en 1270 - le roi étant alors en croisade - et la Renaissance, les Français sont entraînés dans l'un des évènements les plus fondateurs et les plus dramatiques de leur histoire : la guerre de Cent Ans. La guerre éclate sous le règne de Philippe VI, premier de la dynastie des Valois, fils de Charles de Valois et de Marguerite d'Anjou, et neveu de Philippe le Bel. "Roi trouvé" pour ses opposants politiques et surnommé "Philippe qui se dit roi de France" par son cousin Édouard III, roi d'Angleterre, comment Philippe VI est-il parvenu à garder la couronne pour lui et ses descendants ? L'auteur : Christelle Balouzat-Loubet est maîtresse de conférence en histoire médiévale à l'université de Lorraine. Elle vient de publier un livre sur le règne de Philippe VI aux éditions Passés Composés : Philippe VI. Le premier des Valois, 2023, 256 p., 21 €. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
1/15/202442 minutes, 32 seconds
Episode Artwork

Aux origines des Lumières, avec Monique Cottret

Faites un don et recevez un cadeau : don.storiavoce.com/ Quelles sont les origines des Lumières ? Dans les faits, le règne de Louis XIV et le XVIIe siècle ne sont pas étrangers à leur émergence. Non seulement à travers la fameuse querelle des Anciens et des Modernes, mais aussi parce que des hommes comme Descartes, Bacon ou Spinoza n'ont pas connu le XVIIIe siècle. Ils n'en restent pas moins des penseurs qui ont marqué profondément les philosophes et le fameux siècle des Lumières. Dans son dernier ouvrage, consacré à L'Europe des Lumières, Bernard Cottret dresse un tableau complexe du continent et de ses rapports avec les nouveaux courants de pensée. Au-delà de la fameuse révolution anglaise, il souligne l'importance de faits historiques comme la défaite des Turcs à Vienne, la révolution de l'édit de Nantes et la fin de la guerre de Succession d'Espagne. Sans oublier le facteur religieux qu'est le réformisme catholique. L'invitée : professeur émérite à l’université de Paris X-Nanterre, Monique Cottret est spécialiste de l'histoire de l'Europe et des idées du XVIIIe siècle. Elle a écrit des ouvrages en collaboration avec son mari Bernard Cottret décédé en 2020, notamment Jean-Jacques Rousseau en son temps et dernièrement L'Europe des Lumières (Perrin, 888 p., 30 €). *** Facebook : www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : twitter.com/Storiavoce
1/10/202420 minutes, 5 seconds
Episode Artwork

La révolution alphabétique chez les Indiens, avec Serge Gruzinski

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Comment mesurer la révolution alphabétique du XVIe siècle ? Afin de répondre à cette question, Serge Gruzinski la compare avec notre propre révolution digitale et nous explique les conséquences de l'événement sur les Amériques fraîchement colonisées par l'Espagne et le Portugal. Le terme de mondialisation ibérique prend ici tout son sens. Entre le Nouveau Monde et l'Europe, il y a un cordon ombilical entretenu par des clercs chargé d'enseigner, de transmettre, mais aussi de recevoir. Loin d'une vision binaire de la colonisation, Serge Gruzinski insiste sur les échanges entre le monde occidental et le monde indien. Comment, aussi, les clercs ont rapporté pour les générations suivantes la réalité de la civilisation aztèque. L'invité : Serge Gruzinski a été chargé de recherche au CNRS et est directeur adjoint du Centre de recherches sur le Mexique, l'Amérique centrale et les Andes. Archiviste paléographe, ancien membre de l'École française de Rome et de la Casa de Velasquez, il est l'auteur de très nombreux ouvrages reconnus sur l'Amérique espagnole et portugaise. Il vient de publier Quand les Indiens parlaient latin. Colonisation alphabétique et métissage dans l'Amérique du XVIe siècle (Fayard, 320 p., 23€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
1/8/202446 minutes, 45 seconds
Episode Artwork

1808 : Napoléon et l’étonnante chute de l’Empire espagnol [3/3], avec Gonzague Espinosa Dasonneville

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ En 1796, l’Espagne perd la guerre contre la France révolutionnaire, après avoir été l'une de ses opposantes les plus farouches. La péninsule entre alors dans une instabilité politique et un conflit dynastique qui la pousse littéralement dans les bras du nouvel empereur, Napoléon. Appelé en arbitre dans le conflit entre l'infant d'Espagne, Ferdinand, et son père Charles IV, Napoléon pousse l'un et l'autre à abdiquer au profit de Joseph, son frère, en avril 1808. Cette décision sur une question nationale a des conséquences à l'autre bout du monde, en Amérique espagnole. La voie des indépendances est ouverte avec cette question : est-ce que ce sont les indépendances qui ont brisé l'Empire espagnol ou bien les maladresses de l'empire qui ont déclenché les indépendances ? L'invité : Docteur en histoire, spécialiste du XIXe siècle, Gonzague Espinosa-Dassonneville est président de la Société de Borda et enseigne à l’École des hautes études internationales et politiques. Il est l’auteur de plusieurs livres sur le général Lamarque et le chevalier de Borda, et vient de publier La Chute d'un empire. L'indépendance de l'Amérique espagnole (Passés Composés, 384 p., 23,50€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
1/4/202424 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

Jack l’Éventreur : le crime sans visage

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ À la fin de l'été 1888, une série de meurtres particulièrement sordides ébranle la capitale britannique. Les victimes sont des prostituées, et leurs dépouilles sont retrouvées dans l'East End, quartier populaire de Londres gangrené par la misère et l’alcoolisme. L’absence de vol, la façon dont les corps des victimes ont été découpés et meurtris, tout laisse présager l’existence d’un seul et même assassin, aux motivations perverses. C'est ainsi que débute l'affaire de Jack l'Éventreur. L'enquête devient un feuilleton exploité par une presse populaire friande de faits divers.  Cet épisode est adapté d’un article de Dominique Kalifa, Professeur d’histoire contemporaine à Paris 1 où il dirigeait le Centre d’histoire du XIXe siècle, paru dans Histoire & Civilisations de mars 2017, « Jack l'Eventreur, le crime sans visage ». Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte raconté par Christophe Mory. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
1/1/202415 minutes, 54 seconds
Episode Artwork

Sparte : cité des arts, des armes et des lois, avec Nicolas Richer

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ [Rediffusion] Nous avons généralement tendance à faire de Sparte un monde à part, un monde si particulier qu’il a donné à notre langage un adjectif : spartiate. Pourtant ce serait oublier que Sparte doit être considérée comme une "cité grecque de Grecs en Grèce". Elle nous apparaît ainsi comme un autre modèle parce qu’elle eut à l’époque classique un rayonnement incontestable. Les historiens de l’Antiquité Hérodote, Thucydide, Xénophon sont là pour en témoigner. L'invité : Nicolas Richer, agrégé d’histoire, enseigne à l’École normale supérieure lettres et sciences humaines de Lyon. Il est l'auteur de Sparte, cité des arts, des armes et des lois, Perrin, 400 p., 25 €. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
12/27/202347 minutes, 32 seconds
Episode Artwork

Mazarin : l'italien qui a dirigé la France

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ [Rediffusion] De Jules Mazarin (1602-1661), ses contemporains ont tout dit, sur le ton de l'emphase et de l'admiration aussi bien que sur le mode de la détestation et de la moquerie. Aujourd'hui, les historiens veulent en retenir la figure de l'homme d'État, les prouesses du politique et la générosité du mécène. Pourtant, le personnage déroute dès qu'on le ramène sur les terres italiennes qui l'ont vu naître. Audacieux ou défait dans la négociation, pressé et déraisonnable dans l'action, gauche et passionné dans l'expression, Mazarin, dans ses rapports avec Rome et avec l'Italie, n'est pas toujours celui que l'on attend. L'invité : Olivier Poncet, ancien membre de l'École française de Rome, est professeur à l'École nationale des chartes où il enseigne l'histoire des institutions et des archives de l'époque moderne. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Mazarin l'italien, Tallandier, 21 €. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
12/25/202352 minutes, 35 seconds
Episode Artwork

Les personnages qui ont fait et défait le Second Empire

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ [Rediffusion] De grands personnages ont marqué le Second Empire : ils lui ont donné son éclat, éveillé son idée ou pensé son renouvellement, consolidé ses fondements ou fissuré sa structure, pleuré sa chute ou précipité sa fin. Eric Anceau revient sur vingt-cinq portraits de femmes et d'hommes liés aux splendeurs et aux misères de la France au milieu du xixe siècle : Français et étrangers, politiques, diplomates, militaires ou intellectuels. L'invité : Eric Anceau est un historien, spécialiste reconnu du Second Empire et de Napoléon III. Il a publié Ils ont fait et défait le Second Empire, Tallandier, 384 p., 21,90 €. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
12/23/202351 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

L'indépendance de l'Amérique espagnole [1/3], avec Gonzague Espinosa Dasonneville

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Au début du XIXe siècle et en à peine quelques années, l'Espagne voit son empire américain se déliter. Dans une nouvelle série des Cours d'Histoire, Storiavoce vous invite à comprendre les ressorts de l'indépendance de l'Amérique espagnole. Dans ce premier volet, l'historien Gonzague Espinosa-Dassonneville décrit cette Amérique à la veille de l’indépendance. Le territoire dominé par la couronne d'Espagne, considérable, s'étend du sud de l'Amérique latine au nord des États-Unis actuels. Entre 1550 et 1570, les fonctionnaires remplacent les "insolents conquistadors". Comment gouverner un tel espace géographique ? La mainmise de la couronne est-elle purement théorique ? Quelle est la force économique de ce territoire ? Comment se caractérisent les sociétés, et quelles sont les réformes du pouvoir madrilène ?  L'invité : Docteur en histoire, spécialiste du XIXe siècle, Gonzague Espinosa-Dassonneville est président de la Société de Borda et enseigne à l’École des hautes études internationales et politiques. Il est l’auteur de plusieurs livres sur le général Lamarque et le chevalier de Borda, et vient de publier La chute d'un empire. L'indépendance de l'Amérique espagnole (Passés / Composés, 384 p., 23,50€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
12/21/202319 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

Être une femme à la Renaissance, avec Sylvie le Clec'h

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Considérée comme une ère de faste et d’effervescence (intellectuelle, artistique, littéraire), la Renaissance (XIVe-XVIe siècles) est aussi une période marquée par les guerres de Religion, qui plongent régulièrement le pays dans un climat de violence. Qu'est-ce que ces vies méconnues, évoluants à la même époque que des destins exceptionnels comme ceux de Marguerite de Navarre ou de Catherine de Médicis, nous révèlent-elles du quotidien et de la place des femmes dans la société de la Renaissance ? Ont-elles les mêmes droits et les mêmes devoirs que les hommes ? Quel est leur statut juridique ? Toutes les femmes travaillent-elles ? Peuvent-elles s’accomplir en dehors du mariage et de la maternité ? Existent-ils des métiers féminins et des métiers masculins ? L'auteur : Sylvie Le Clech est historienne de l’époque moderne et directrice adjointe des Archives diplomatiques. Son livre Femmes de la Renaissance. Elles ont lutté pour leur liberté paru en 2021 chez Tallandier vient de sortir en format poche (Texto, 2023, 288 p., 10 €). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
12/18/202346 minutes, 27 seconds
Episode Artwork

La Troisième République, une république antireligieuse ? [3/3] avec Bertrand Joly

[La IIIe République 3/3] Avec l'appel au ralliement des catholiques à la république du pape Léon XIII, les tensions entre l'Église et la république avaient l'air de s'atténuer à la fin du XIXe siècle. Et pourtant, les Français se querellent sur l’école et les congrégations : Qui doit enseigner ? Comment ? La religion n'obscurcit-elle pas l’intelligence des enfants ? Quel est le lien entre l'anticléricalisme et la loi de 1901 sur les associations ? En 1905, la séparation de l'Église et de l'État est imposée à l'Église après de longs débats à la Chambre. Bien que d'inspiration libérale, elle consacre la victoire des anticléricaux. Comment réagit le Vatican ? En 1904, l'ambassadeur français auprès du Saint-Siège est rappelé. Cette rupture a-t-elle eu des conséquences néfastes pour la France pendant la Grande Guerre ? La question religieuse est-elle le sujet central de la IIIe République ? L’auteur : Bertrand Joly est professeur des universités, historien spécialiste d’histoire politique contemporaine. Depuis sa thèse de doctorat sur Paul Déroulède sous la direction de Jean-Marie Mayeur, il a publié des ouvrages de référence sur la IIIe République : Histoire politique de l’affaire Dreyfus, Fayard, 2014, 784 p., 41 €, Aux origines du populisme. Histoire du boulangisme (1886-1891), CNRS Éditions, 2022, 610 p., 29 €.
12/14/202321 minutes, 51 seconds
Episode Artwork

1709 : l'année où la révolution n'a pas éclaté, avec Gauthier Aubert

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ En 1709, la France vit les dernières années du règne de Louis XIV. Pris dans la fameuse guerre de Succession d'Espagne, le pays est exsangue, d'autant plus que l'hiver est l'un des plus rudes depuis des décennies. Le port de Marseille est pris par les glaces, les chariots à bœufs traversent la Garonne complètement gelée, et les récoltes sont catastrophiques. Tant et si bien que des révoltes éclatent dans le royaume : des rumeurs courent sur l'assassinat du "tyran Louis" et sur la prochaine réunion des états généraux. La Bastille même est menacée... Pourquoi et comment les institutions monarchiques ont-elles tenu en dépit de cette crise inouïe ? Pourquoi la révolution n'a pas eu lieu ? L'invité : Gauthier Aubert est professeur d’histoire moderne à l’université Rennes 2. Il est en particulier l’auteur de Révoltes et répressions dans la France moderne (Armand Colin, 2015) et a codirigé avec Georges Provost Rennes 1720. L’incendie (PUR, 2020). Il vient de publier 1709. L'année où la révolution n'a pas éclaté (Calype, 180 p., 19€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
12/11/202336 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

La question sociale à la Belle Époque [2/3], avec Bertrand Joly

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ [La IIIe République 2/3] L’image que l'on a du XIXe siècle et du début du XXe siècle est celle d’une France en pleine industrialisation, une France libérale. Cette industrialisation s'accompagne-t-elle d'une considération des ouvriers ? Les sujets sociaux étaient-ils secondaires dans la société et à l'Assemblée ? Peut-on confondre la question sociale et la question ouvrière ? N'intéressait-elle que la gauche ? Les mesures sociales datent-elles du Front populaire (1936) ? Née sur les ruines de la Commune, à la suite d’une répression, la IIIe République était-elle, considérée comme antisociale ? L’auteur : Bertrand Joly est professeur des universités, historien spécialiste d’histoire politique contemporaine. Depuis sa thèse de doctorat sur Paul Déroulède sous la direction de Jean-Marie Mayeur, il a publié des ouvrages de référence sur la IIIe République : Histoire politique de l’affaire Dreyfus, Fayard, 2014, 784 p., 41 €, Aux origines du populisme. Histoire du boulangisme (1886-1891), CNRS Éditions, 2022, 610 p., 29 €. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
12/7/202320 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

Vieux, un grec ne peut pas l'être, avec Véronique Boudon-Millot

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le vieillissement, processus biologique commun à tous les êtres vivants, inspire aujourd’hui effroi et mépris. Mais en a-t-il toujours été ainsi ? Sa représentation, loin d’être figée, s'ancre dans la culture de la société qui la pense. La pathologisation actuelle de la vieillesse par les médecins qui cherchent, avec un brin d’hubris, à repousser l’inéluctable aurait suscité l’incompréhension des médecins grecs. C’est ce que cherche à démontrer l'helléniste Véronique Boudon-Millot dans son livre, Vieux, un grec ne peut pas l’être. Elle y mène l’enquête pour comprendre la manière dont la société antique pensait le vieillissement. À travers un corpus médico-philosophique qui convoque Galien, Hippocrate, Aristote ou encore Platon, la chercheuse révèle une vision de la vieillesse aux antipodes de notre conception actuelle. Alimentation, activité professionnelle, genre et hygiène de vie sont autant de facteurs étudiés par les savants antiques pour définir et penser la vieillesse.  L'invitée : Véronique Boudon-Millot, ancienne élève de l’École normale supérieure, directrice de recherche au CNRS, a dirigé l’UMR Orient & Méditerranée à la Sorbonne (2014-2018). Elle vient de publier Vieux, un Grec ne peut pas l'être (Les Belles Lettres, 376 p., 19€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
12/4/202347 minutes, 55 seconds
Episode Artwork

Les fondements de la IIIe République [1/3] , avec Bertrand Joly

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ [La IIIe République 1/3] Comment la république advenue en 1870 à la suite du Seconde Empire  se met-elle en place ? Alors qu'elle se caractérise par une forte instabilité ministérielle, comment expliquer la si longue durée de la IIIe République ? Cette instabilité a-t-elle été pensée par la Constitution ? Par quoi est-elle régie ? Quelle est la particularité de sa constitution ? Quels découpages chronologiques peut-on faire de la période ? La IIIe République a-t-elle convaincu les Français de la république ? L’auteur : Bertrand Joly est professeur des universités, historien spécialiste d’histoire politique contemporaine. Depuis sa thèse de doctorat sur Paul Déroulède sous la direction de Jean-Marie Mayeur, il a publié des ouvrages de référence sur la IIIe République : Histoire politique de l’affaire Dreyfus, Fayard, 2014, 784 p., 41 €, Aux origines du populisme. Histoire du boulangisme (1886-1891), CNRS Éditions, 2022, 610 p., 29 €. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
12/4/202322 minutes, 21 seconds
Episode Artwork

Aux origines du livre : le codex, avec Sylvie Lefèvre

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Au Ier siècle apr. J.-C., le codex apparaît dans le monde gréco-latin. Ancêtre de notre livre, il remplace progressivement le volumen, c'est-à-dire le rouleau. Dans un ouvrage richement illustré, Sylvie Lefèvre présente cet objet fascinant, pratique et économique, qui a révolutionné le monde de l'écrit et de la lecture. Comment se développe le codex ? Quels sont les mots nouveaux permettant de décrire cet objet ? Comment les décorations, les images et les pictogrammes vont-ils agrémenter les ouvrages et la lecture ? Pourquoi les tranches des livres sont-elles parfois colorées ? Quand apparaît la page de titre ? Spécialiste de littérature médiévale, l'autrice revient aussi sur la place du codex dans la civilisation, ainsi que sur la lecture à haute voix, remplacée progressivement par la lecture silencieuse à partir du VIIIe siècle. L'invitée: Sylvie Lefèvre est spécialiste de littérature française du Moyen Âge. Elle est aujourd’hui professeur à la Sorbonne. Éditrice de nombreux textes, elle a travaillé notamment sur Nicole Oresme, Antoine de La Sale et Charles d’Orléans. Correspondante de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, elle est aussi chercheuse associée de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS). Elle vient de publier aux Belles Lettres. La magie du codex - Corps, folio, page, pli, cœur (293 p., 25,90€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
11/27/202334 minutes, 1 second
Episode Artwork

Avant Mein Kampf, avec Anne Quinchon

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Depuis des décennies, notre vision du nazisme et de la personnalité d'Hitler est tributaire du fameux livre écrit dans la prison de Landsberg (1923-1924), Mein Kampf. Pourtant, cet ouvrage reste un livre de propagande avec ses manquements volontaires, et donc ses mensonges. Loin d'être un démiurge fruit d'une génération spontanée, Adolf Hitler est un homme de son temps avec un héritage et des influences intellectuelles, mais aussi politiques et sociales. Dans son livre Avant Mein Kampf, la germaniste Anne Quinchon-Caudal démêle le vrai du faux et retrace la généalogie intellectuelle du fondateur du IIIe Reich. Elle retrouve ainsi les racines de son antisémitisme et décrit l'influence déterminante de Dietrich Eckart, écrivain et poète raté, tout comme celle des hommes qu'il fréquenta au sein du Parti des Travailleurs.  L'invitée : Anne Quinchon-Caudal est agrégée d’allemand et docteure en études germaniques. Maîtresse de conférences à l’université Paris-Dauphine depuis 2007, et chercheuse associée au laboratoire I.C.T. de l’université Paris Cité depuis 2013, elle vient de publier Avant Mein Kampf (CNRS éditions, 390 p., 25€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
11/23/202347 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

Maurice Barrès : l'écriture et la politique, avec Emmanuel Godo

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Il ne cesse de pleuvoir dans les rues de la capitale qui, en ce matin du 8 décembre 1923, s’est réveillée la mine triste et le cœur serré. "On dirait que le ciel ruisselant veut descendre sur le prince de l’esprit", commente Le Figaro du 9 décembre. Ce "prince de l’esprit", dont les funérailles sont célébrées à Notre-Dame de Paris, c’est Maurice Barrès. Né en 1862, il est l'un des écrivains les plus brillants de sa génération. À son chevet, des présidents, des ministres, des hommes en habits verts, des députés de droite comme de gauche, des artistes et des écrivains. Toute l’élite du pays est là pour un dernier adieu. Rendent-ils ce dernier hommage à un écrivain ou à un homme politique ? Proche de Charles Maurras, admiré par Léon Blum, adoré par Anna de Noailles, célébré par André Malraux et Marguerite Yourcenar, mais aussi condamné à vingt ans de travaux forcés par le jury du procès fictif des dadaïstes en 1921, Maurice Barrès n'a pas laissé sa génération indifférente. Qui est ce "prince de la jeunesse" ? Resté tristement célèbre pour son antisémitisme et ses écrits nationalistes, qu'en reste-t-il ? Que nous dit-il de son époque ? L'auteur : Emmanuel Godo est professeur de littérature en classes préparatoires au lycée Henri IV. Son livre Maurice Barrès. Le grand inconnu 1862-1923 (Tallandier, 2023, 688 pages, 27 €) propose un portrait littéraire tout en nuance d'un des plus grands écrivains du siècle dernier. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
11/20/202349 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

La mort stupéfiante de Charles le téméraire, avec Jean-Baptiste Santamaria

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le 5 janvier 1477, à l’issue d’une bataille courte mais décisive près de Nancy, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire meurt sous les coups de l’ennemi suisse et lorrain. Immédiatement, la nouvelle sidère l’Europe. La défaite de Charles est celle d’une des plus grandes maisons de la Chrétienté : « L’événement faisait la France autant qu’il refaisait l’Europe » affirme Jean-Baptiste Santamaria dans son dernier ouvrage consacré à l'événement. Que s’est-il donc passé cet après-midi de janvier ? Quel était le réseau d’alliances des deux partis ? Pourquoi le roi de France n’a-t-il pas été partie prenante, tout en bénéficiant de la mort du duc ? Qui était Charles le Téméraire que l’on qualifiait aussi de Charles le Travaillant et que représentait son duché ? L'invité : Normalien et agrégé d'histoire, Jean-Baptiste Santamaria est maître de Conférences en histoire médiévale à l’Université Charles de Gaulle de Lille 3 depuis 2013. Il est spécialiste de la fin du Moyen âge auquel il a consacré plusieurs ouvrages. Il vient de publier La Mort de Charles le Téméraire (Gallimard, 361 p., 24€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
11/16/202348 minutes, 53 seconds
Episode Artwork

Être une femme au Moyen Âge : Une soumission apparente

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Trop souvent éludée, la place des femmes dans la société médiévale renseigne pourtant sur les représentations religieuses, les rapports de domination politique et économique qui structurent le corps social. Comment cette subordination imposée s’exprime concrètement dans le quotidien des femmes ?  Cet épisode est adapté d’un article de Didier Lett, professeur d'Histoire médiévale à l'université Paris Cité, paru dans Histoire & Civilisations d’octobre 2020, « Être une femme au Moyen Âge, une soumission apparente ». *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
11/13/202316 minutes, 18 seconds
Episode Artwork

Le boulangisme : une crise inévitable ? avec Bertrand Joly

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Qu’est-ce que le boulangisme, et que nous dit-il de son époque ? Précédant de peu de peu l’Affaire Dreyfus, la crise boulangiste survient dans un moment critique pour la IIIe république, alors à ses débuts. Quelle menace a-t-elle véritablement constitué ? Qui est l'homme qui a donné son nom au mouvement ? Après une brillante carrière dans l’armée, Georges Boulanger, surnommé le général Revanche, a une ascension politique fulgurante. Il rallie à droite comme à gauche. Jusqu’où cet ambitieux voulait-il aller dans la conquête du pouvoir ? Le renversement de la république ? Le boulangisme aurait-il pu exister sans Boulanger ? Cette émission est l'occasion de démêler le vrai du faux dans les idées souvent simplistes que l'on a du boulangisme, mais aussi de faire le tri entre ce qu’on a prêté à Boulanger à l’époque et ses véritables intentions. C’est surtout l’occasion de redécouvrir la IIIe République : ses fondements, ses dysfonctionnements, et plus généralement toute sa société. L'auteur : Bertrand Joly est professeur des universités, historien spécialiste d'histoire politique contemporaine. Depuis sa thèse de doctorat sur Paul Déroulède sous la direction de Jean-Marie Mayeur, il a publié des ouvrages de référence sur la Troisième République : Histoire politique de l'affaire Dreyfus, Fayard, 2014, 784 p., 41 €, Aux origines du populisme. Histoire du boulangisme (1886-1891), CNRS Éditions, 2022, 610 p., 29 €. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
11/9/202348 minutes, 51 seconds
Episode Artwork

Existait-il une internationale protestante au XVIe siècle ? avec Nicolas Le Roux

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Alors qu'au XVIe siècle les guerres de Religion touchent l'ensemble du continent européen, se pose la question de savoir si le parti huguenot, en dépit de sa diversité religieuse (Luther, Calvin, Zwingli), a tenté de s'unir afin de mieux lutter contre les couronnes catholiques. À cet égard, existe-t-il un bloc papiste ou cette idée relève-t-elle d'un fantasme ? Comment le parti huguenot monte ses réseaux de correspondance et d'actions à travers l'Europe et dans quel but ? Peut-on parler d'une diplomatie huguenote, et comment le roi de France réagit-il au fait que ses sujets protestants agissent avec des puissances étrangères ? Doit-on enfin parler d'une propagande protestante, et quel a été le résultat de cette politique européenne ? Nicolas Le Roux entame ici le dernier volet de la série de Cours d'Histoire consacrés aux guerres de Religion en Europe. L'invité : Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé et docteur en histoire, Nicolas Le Roux est professeur d'histoire du XVIe siècle à Sorbonne Université. Il a dirigé Les Guerres de Religion. Une histoire de l'Europe au XVIe siècle (Passés composés et Ministère des Armées, 2023, 400 p., 24€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
11/6/202319 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Le Moyen-âge dans tous ses Etats, avec Florian Besson et Lucie Malbos

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ L'histoire médiévale peuple notre quotidien : nous la retrouvons dans les jeux vidéos et les jeux de société, dans les séries et au cinéma, mais aussi naturellement dans la littérature ou même la politique. Cette omniprésence nous révèle la fascination ou, au contraire, la répulsion que suscite la période. Or, la façon dont nous nous représentons les temps médiévaux porte un nom : le médiévalisme. Pourquoi cette fascination du Moyen Âge ? Comment l’expliquer ? La subtilité du médiévalisme est-elle accessible in fine uniquement aux spécialistes que sont les médiévistes ? Comment les professeurs et les élèves peuvent-ils utiliser le médiévalisme afin de rendre accessible l'histoire ? Dans cette émission enregistrée aux Rendez-vous de l'histoire de Blois 2023, Lucie Malbos et Florian Besson expliquent comment des passerelles peuvent relier la culture savante et la culture populaire. Nos invités : Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée et docteure en histoire, Lucie Malbos est maîtraisse de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers et membre du CESCM. Elle est l’autrice d’une thèse remarquée, publiée sous le titre Les Ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle). Elle a publié chez Passés composés Harald à la Dent bleue. Viking, roi, chrétien (288 pages, 22 €) et Le Monde viking. Portraits de femmes et d’hommes de l’ancienne Scandinavie chez Tallandier (352 pages, 21,90 €), qui a remporté le prix lycéen du livre d'Histoire 2023. Florian Besson est spécialiste des croisades et des États latins d'Orient. Il travaille également sur les médiévalismes contemporains. Il est l'animateur du site Internet Actuel Moyen âge et co-auteur de Actuel Moyen Âge (2 tomes, Arkhé Éditions, 384 p. et 272 p., 21,50 € chaque tome). Lucie Malbos et Florian Besson ont codirigé avec Martin Aurell et Justine Breton Les Médiévistes face aux médiévalismes (Presses universitaires de Rennes, 222 p., 25 €) *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
11/2/202334 minutes, 19 seconds
Episode Artwork

Le XVIe siècle : un siècle de haines et de peurs, avec Nicolas Le Roux

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Alors que le monde médiéval est à tort considéré comme un monde violent, les temps modernes, avec la Renaissance, nous apparaissent comme un temps de paix. Pourtant, le XVIe siècle a massivement vu couler le sang à l'occasion des guerres de Religion. Loin de se cantonner au royaume de France, ces guerres étaient bien européennes, mêlant à la fois des intérêts politiques et religieux. Nicolas Le Roux qualifie la période de « siècle de haine » ou de « siècle de peur ». Il écrit ainsi : « Le salut de chacun dépendait du salut de tous car Dieu avait en horreur les impies. » Au cours de cette émission, l'historien revient sur la temporalité de ces guerres européennes et la nature des affrontements : peut-on voir dans ces mouvements européens une forme de contestation du pouvoir ? Les Pays-Bas et la France se distinguent-ils par la violence des guerres ? Quel fut le rôle de l'Espagne, mais aussi de l'Angleterre dans ces conflits ? Existait-il une internationale catholique contre la menace huguenote ? L'invité : Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé et docteur en histoire, Nicolas Le Roux est professeur d'histoire du XVIe siècle à Sorbonne Université. Il a dirigé Les Guerres de Religion. Une histoire de l'Europe au XVIe siècle (Passés composés et Ministère des Armées, 2023, 400 p., 24€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
10/31/202320 minutes, 32 seconds
Episode Artwork

La véritable Histoire des Gladiateurs

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ La réalité des duels sanglants mis en scène par les Romains est très éloignée des idées reçues. Plus que la mort, c’est le suspense, la bravoure et la variété des techniques employées par des stars surentraînées qui font vibrer les foules à l’apogée de l’Empire. Au-delà des mythes et des péplums, qui étaient les véritables gladiateurs ? Comment s’organisait cette activité centrale dans la vie des Romains des centres urbains de l’Empire ? Depuis son apparition jusqu’à son déclin, la gladiature a connu des évolutions au gré des conquêtes et des révoltes. La pratique s’est professionnalisée et codifiée, loin de son image sanguinaire fantasmée. Cet épisode est adapté d’un article d’Éric Teyssier, professeur d'histoire romaine à l’université de Nîmes, paru dans Histoire & Civilisations de juin 2021, « La véritable histoire des gladiateurs, les rois de l’arène ». Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte raconté par Christophe Mory. *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
10/27/202315 minutes, 47 seconds
Episode Artwork

Aux origines des Guerres de religion, avec Nicolas Le Roux

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Le regard franco-français que nous portons sur les guerres de Religion nous fait presque oublier que l'ensemble du continent fut touché par la Réforme. Dans le Saint-Empire romain germanique, les cantons helvétiques ou les Pays-Bas, on recense ainsi de nombreux conflits sanglants. Dans cette nouvelle série de nos Cours d'Histoire, enregistrés aux Rendez-vous de l'Histoire de Blois, Nicolas Le Roux décrit cette Europe du XVIe siècle. Dans ce premier volet, il s'attache à présenter les origines des guerres de Religion : quelles sont les origines du luthéranisme ? En quoi se distingue-t-il du calvinisme ou encore de l'Helvète Zwingli ? Comment expliquer l'incroyable essor du protestantisme ? Quelles ont été les formes de contestation de l'Église ? Existe-t-il une violence protestante, et comment les princes y répondent-ils ? L'invité : Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé et docteur en histoire, Nicolas Le Roux est professeur d'histoire du XVIe siècle à Sorbonne Université. Il a dirigé Les Guerres de Religion. Une histoire de l'Europe au XVIe siècle (Passés composés et Ministère des Armées, 2023, 400 p., 24€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
10/23/202323 minutes, 30 seconds
Episode Artwork

Vérités et légendes de la Rome antique, avec Dimitri Tilloi-d'Ambrosi

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ De Rome, nous pensions tout savoir. Pourtant, la ville qui domina la Méditerranée reste la victime de nombreux clichés. Dans un ouvrage stimulant, Dimitri Tilloi-d'Ambrosi revient sur l'ensemble de ces clichés. Au cours de cette émission, l'historien aborde aussi et surtout la place de Rome dans l'historiographie et l'histoire des représentations : comment expliquer notre fascination pour l'Empire romain ? Existe-t-il une légende noire de la Rome antique ? Comment évolue l'historiographie sur le sujet ? Quels sont les plus grands lieux communs sur Rome ?   L'invité : Agrégé et docteur en histoire romaine, Dimitri Tilloi-d'Ambrosi enseigne dans le secondaire et en université, à Paris. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont L' Empire romain par le menu, qui a reçu le prix Anthony Rowley, Les voyages d'Hadrien, et récemment La Rome antique. Vérités et légendes (Perrin, 300 pages, 13€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
10/19/202326 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Ravenne ou l'aube d'un monde nouveau, avec Judith Herrin

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ De Ravenne au Ve siècle, nous avons l'image peu reluisante d'un Empire romain décadent et moribond, disparaissant sous le coup des invasions barbares. Dans le livre qu'elle lui consacre, l'historienne britannique Judith Herrin renouvelle notre vision en montrant tout au contraire que la fameuse ville rayonne véritablement et se situe au fondement de la chrétienté primitive. Ravenne nous apparaît ainsi comme le creuset de l'Europe avec sa vie de cour, ses penseurs et son art majestueux, que nous pouvons encore contempler aujourd'hui. Au carrefour des mondes barbare, byzantin et romain, la cité nous est révélée dans toute sa complexité et sa grandeur.   L'invitée : Judith Herrin est professeure émérite au département des lettres classiques du King’s College de Londres. Elle a notamment publié Byzantium. The Surprising Life of a Medieval Empire, Unrivalled Influence. Women and Empire in Byzantium, Margins and Metropolis. Authority across the Byzantine Empire, Women in Purple. Rulers of Medieval Byzantium et The Formation of Christendom. Elle vit à Oxford, en Angleterre. Elle vient de publier Ravenne. Capitale de l'Empire, creuset de l'Europe (Passés composés, 507 p., 27€) *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
10/16/202341 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

Le chevalier inconnu du récit Arthurien, avec Emmanuele Arioli

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/ Pendant plus de sept siècles, un roman sommeillait dans les archives : celui d'un chevalier du nom de Ségurant le Brun, fils d'Hector, "incroyablement grand, au point que vous auriez dit que c'était vraiment un géant. Il avait le visage beau et large, et d'un teint presque brun". Cependant, Ségurant n'est pas un chevalier comme ceux évoqués dans la fameuse légende de Chrétien de Troyes. Héros sans dame, il part dans une quête impossible, non pas du Graal, mais d'un dragon insaisissable. Emanuele Arioli, découvreur du texte, évoque pour sa part sa propre quête sur tous les continents, afin de rassembler les éléments de cette légende, qui renouvelle littéralement notre vision du récit arthurien. L'invité : Emanuele Arioli, né en 1988 en Italie, est médiéviste, archiviste-paléographe et maître de conférences à l'université des Hauts-de-France. Il a publié l'ensemble de ses travaux sur Ségurant aux éditions Honoré Champion, ainsi qu'une édition du texte aux Belles Lettres (262 pages, 13,50€). *** Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
10/12/202325 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

La passion du Moyen Âge, avec Claude Gauvard

Depuis le XIXe siècle, le Moyen Âge ne cesse d'être à la mode et de nous fasciner. Il est aussi la victime d'un jugement ambivalent. À la fois période d'obscurantisme et âge méprisable pour les uns, il est pour d'autres une époque sensationnelle faite de merveilleux. Autrement dit, le Moyen Âge est la victime de bien des fantasmes. L'historien, lui, considère les faits avec la nuance qui caractérise son travail méthodologique. Ce faisant, il doit se battre contre tous les clichés qui peuplent l'imaginaire médiéval. Cela commence par une réflexion sur le temps long et le temps lent : ainsi, il est difficile de voir dans tel ou tel événement du Moyen Âge une rupture. Que fut cette société de la tradition ? Existe-t-il un prototype de l’homme médiéval ? Peut-on parler d’un progrès médiéval ? Dans un « plaidoyer pour redonner aux gens ordinaires toute leur dignité », la médiéviste Claude Gauvard nous permet de (re)découvrir une période à laquelle elle a consacré toutes ses recherches. L'invitée : Claude Gauvard est professeure émérite d’histoire médiévale (Paris 1- Panthéon-Sorbonne) et spécialiste de la société et de la justice du Moyen Âge. Auteure de très nombreux ouvrages, elle vient de publier aux éditions Tallandier Passionnément Moyen Âge. Plaidoyer pour le petit peuple (308 pages, 21,50€).
10/9/202349 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

La peste à Marseille au XVIIe siècle, avec Frédéric Jacquin

Au printemps 1720, Marseille est une ville et un port florissants. Malgré la mise en place d'un protocole sanitaire strict pour les bateaux souhaitant accoster, le navire Le Grand-Saint-Antoine entre au port. "Vers la fin du mois de mai, le vaisseau du capitaine Chataud venant de Seyde, échelle du levant, aborda à Marseille avec patente nette [c'est-à-dire bonne santé]. Ce capitaine fit sa déposition aux intendants de la santé où il déclara que dans sa route il etoit mort 10 à 12 hommes dans son bord." Et c'est ainsi que la peste débarque à Marseille, avant de toucher toute la Provence. Le bilan est effroyable : plus de la moitié de la population en meurt, et la ville s'en remet difficilement. Frédéric Jacquin met en lumière deux manuscrits inédits écrits par des Marseillais qui ont connu la peste : le Journal de ce qui s’est passé dans la ville de Marseille et son terroir à l’occasion de la peste depuis le mois de mai 1720 jusques en 1723, du père trinitaire Paul Giraud, et la Relation de la peste arrivée à Marseille l’an 1720, du négociant Pierre-Honoré Roux. Cette étude est l'occasion de redécouvrir l'un des événements les plus dramatiques de la fin de l'Ancien Régime, tout en nous donnant une véritable leçon d'anthropologie. L'auteur : Frédéric Jacquin est docteur en histoire, spécialiste de la criminalité et des épidémies sous l’Ancien Régime. Dans son dernier livre, Il publie deux témoignages directs de la peste de Marseille : Marseille malade de la peste. 1720-1723 (PUF, 2023, 288 p.).
10/5/202344 minutes, 18 seconds
Episode Artwork

L'espionnage au Moyen Âge, avec Valentin Baricault

Si l’espionnage existe depuis l’Antiquité, il a surtout fasciné le XXe siècle. Le sujet est à la mode dans la littérature et au cinéma. Ce monde du secret existe d’abord par les héros et antihéros qui l’incarnent, personnages fictifs ou réels : James Bond, Hubert Bonisseur de la Bath, mais aussi le chevalier d’Éon sous Louis XV, Mata Hari, et plus récemment Anna Chapman. Selon George Simmel, « toutes les relations entre les hommes reposent, cela va de soi, sur le fait qu’ils savent des choses les uns sur les autres » (Secret et société secrète). L’espionnage serait alors une nécessité sociale et diplomatique. Qu’en était-il au Moyen Âge ? Existait-il des structures de renseignement ? À quels besoins l’espionnage répondait-il ? Était-il théorisé ? Les espions médiévaux ont-ils inspirés les arts, tels des héros au service de l’État royal ? Comment écrire l’histoire de l’espionnage si sa pratique devait rester secrète ? L’invité : Valentin Baricault est professeur d’histoire-géographie. Il vient de publier son premier livre : L’Espionnage au Moyen Âge ( Passés composés, 2023, 224 pages,19.5 €).
10/3/202342 minutes, 27 seconds
Episode Artwork

Faut-il (encore) lire Foch ?, avec Martin Motte

Marc Bloch et Raymond Aron en faisaient un dangereux illuminé, la réincarnation des idées napoléoniennes aux conséquences effroyables en 1914-1918. Mis de côté par l’historiographie, qui préféra les perceptions aux faits, le maréchal Foch n’a pas, il faut le dire, bonne réputation. En contrepoint de cette tendance, les éditions Tallandier viennent de rééditer deux de ses ouvrages, Des principes de la Guerre et De la conduite de la guerre, sous le titre De la guerre. Quelle fut donc la pensée militaire de l’ancien maréchal ? Existe-t-il d’ailleurs une science de la guerre ? Que nous dit cette œuvre qui a marqué et continue de marquer l’histoire, mais aussi la stratégie militaire ? Professeur à l'EPHE, Martin Motte est notre invité. L'invité : Martin Motte, ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), est agrégé et docteur en histoire. Directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études depuis 2014, il dirige également le cours de stratégie de l’École de Guerre. Il est notamment l’auteur de Une éducation géostratégique. La pensée navale française, de la Jeune École à 1914 (Economica, 2004, Grand Prix 2005 de l’Académie de Marine) et a dirigé La Mesure de la force. Traité de stratégie de l’École de Guerre (Tallandier, 2018 ; 4e édition actualisée en préparation). Il vient d'éditer les cours de Ferdinand Foch sous le titre De la guerre (Tallandier, 528 pages, 26,50€).
9/28/202328 minutes, 5 seconds
Episode Artwork

L'État au Maroc et en Tunisie sous protectorat français, avec Antoine Perrier

L'État au Maroc et en Tunisie sous protectorat français, avec Antoine Perrier by Storiavoce
9/21/202342 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

Comment la civilisation de l'île de Pâques s'est effondrée

L'île de Pâques abrite une énigme : Les moai, ces statues colossales dressées sur des ahu, des plateformes cérémonielles où un culte leur était rendu. Mais une autre énigme caractérise cette île, celle de la disparition des habitants aborigènes, les Rapanuis. Pendant longtemps, le déclin, puis la disparition de cette civilisation ont été attribués à la surexploitation et l'épuisement des ressources de l'île. Mais en est-on certain ? Cet épisode est adapté d'un article de Valentí Rull, paru dans Histoire & Civilisations de juin 2023, "L'île de Pâques, l'effondrement d'une civilisation". Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d'1 euro par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte raconté par Christophe Mory.
9/20/202313 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

L’Okhrana : La police secrète des Tsars, avec Alexandre Sumpf

« En 1917, l’autocratie s’est effondrée sans que ses légions de mouchards, de provocateurs, de gendarmes, de bourreaux, de sergents de ville, de cosaques, de juges, de généraux, de popes, puissent retarder encore le cours inflexible de l’histoire. » Dans cette citation, l’opposant au régime Victor Serge acte l’échec de la Russie tsariste, mais surtout de sa police politique, l’Okhrana, chargée de protéger la Sainte Russie face aux divers courants révolutionnaires, communistes, anarchistes et nihilistes, et insiste sur le caractère inéluctable de cet échec. Alors, ce combat était-il vraiment perdu d’avance ? Comment cette organisation menait-elle son combat, notamment en France, le cœur des opposants en exil ? Au-delà des échecs de l'Okhrana et de son impuissance à endiguer la marche de l’histoire, l’auteur s’interroge sur sa postérité au sein même du système répressif bolchevique du FSB, et jusqu’au fameux KGB. L’invité : Alexandre Sumpf est historien, maître de conférences à l’université de Strasbourg, auteur de plusieurs monographies remarquées sur l’histoire de la Russie et de l’URSS, dont De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, et Raspoutine. Nous le recevons pour son dernier ouvrage, Okhrana. La police secrète des Tsars, 1883-1917 (CERF, 443 pages, 24 €).
9/18/202352 minutes, 18 seconds
Episode Artwork

Les appartements de Marie Antoinette : des archives à la restauration, avec Hélène Delalex

Derrière le faste de ses salons, de ses chambres et de sa galerie des Glaces, le château de Versailles cache des pièces à visage humain : les appartements privés. Après plusieurs années d’études et différentes phases de restaurations au cours desquelles sont intervenus plusieurs corps de métiers, ceux de la reine Marie-Antoinette sont désormais accessibles au public. Conservatrice au château, spécialiste de la souveraine, Hélène Delalex nous prend littéralement par la main afin de nous faire découvrir la réalité de cette « vie privée » de l’épouse de Louis XVI. Elle relate avant tout la façon dont cet incroyable projet a vu le jour et s’est développé pour enfin aboutir : que nous apprennent les archives sur ces appartements ? Une fois ces éléments réunis, comment les spécialistes et les hommes de l’art travaillent-ils ensemble ? Par ailleurs, que disent ces appartements du caractère et des goûts de la reine ? Un parcours étonnant au cours duquel Leslie Villiaume, horlogère du Château, évoque les garde-temps et nous fait écouter la sonnerie de la pendule de Morand. L’invitée : Hélène Delalex est conservatrice du patrimoine au Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon. Elle a été commissaire de plusieurs grandes expositions dont Louis XV. 1722-2022 (2022, Château de Versailles), Versailles & le monde. Au cœur des échanges entre Orient et Occident (2021, Louvre Abu-Dhabi), Le Château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre (Canberra, National Gallery of Art, 2016-2017, et Arras, Musée des Beaux-Arts 2014-2015), Roulez carrosses ! (2011-2013, Arras, Musée des Beaux-Arts). Elle a publié chez Perrin Marie-Antoinette. La légèreté et la constance (25€, 312 pages).
9/14/202341 minutes, 47 seconds
Episode Artwork

Deuxième Guerre mondiale : des sociétés civiles éclatées ? [3/3], avec Olivier Wiervorka

Alors que, pendant la guerre de 14-18, la société civile a soutenu très largement les gouvernants au cours des hostilités, ce schéma va être totalement bouleversé à l'occasion de la Deuxième Guerre mondiale. En effet, la guerre se greffe sur des divisions intérieures préexistantes : conflits sociaux, racisme, déclassement économique, oppositions politiques, etc. Autrement dit, l'unité des sociétés civiles fait figure de chimère. Même à propos de l'extermination des juifs par l'Allemagne nazie, Alliés et pays neutres restent passifs, alors que des informations confirmant la politique meurtrière arrivent dès 1941. Dans cette émission, Olivier Wieviorka bouleverse bien des idées reçues en reprenant à son compte la phrase de Raymond Aron : « Les hommes font leur histoire, mais ils ne savent pas l’histoire qu’ils font. » L’invité : Membre de l’Institut universitaire de France et professeur des universités à l’École normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale, auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement et une Histoire de la Résistance. Il a publié avec Jean Lopez Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et codirigé une Histoire militaire de la France avec Hervé Drévillon (Perrin-Ministère des Armées). Il vient de publier aux éditions Perrin une Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale (1072 pages, 29€).
9/11/202329 minutes, 1 second
Episode Artwork

La Seconde Guerre mondiale a-t-elle existé ? [2/3], avec Olivier Wiervorka

La question semble être une provocation : la Deuxième Guerre mondiale a-t-elle existé ? Dans les faits, il ne s’agit pas de remettre en cause l'existence du conflit dans une perspective déconstructiviste, mais de nuancer l’expression de Seconde Guerre mondiale. En effet, la qualification n’est pas si évidente selon les pays et les continents. Dans sa magistrale Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale, Olivier Wieviorka nous présente ces différentes perceptions géographiques et nationales : avant tout, la guerre a-t-elle fait des ravages sur tous les continents ? Ce qui nous amène à un autre questionnement, cette fois chronologique : à partir de quand la guerre possède-t-elle une véritable dimension mondiale ? Peut-on aussi la définir comme une guerre idéologique, portée par des idéaux universalistes du côté allié ? Quelle fut enfin la place des pays neutres dans cette déflagration ? L’invité : Membre de l’Institut universitaire de France et professeur des universités à l’École normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka, est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale, auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement et une Histoire de la Résistance. Il a publié avec Jean Lopez Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et codirigé une Histoire militaire de la France avec Hervé Drévillon (Perrin-Ministère des Armées). Il vient de publier aux éditions Perrin une Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale (1072 pages, 29€).
9/4/202324 minutes, 4 seconds
Episode Artwork

Tokugawa, le plus puissant shogun du Japon

À la fin du XVIe siècle, dans un Japon convulsé par la guerre civile, Tokugawa Ieyasu parvient à assujettir tous les seigneurs féodaux de l'archipel, au prix de l'instauration d'un régime militaire héréditaire, fondé sur la répression. Cet épisode est adapté d'un article d'Antonio Miguez, paru dans Histoire & Civilisations de février 2023, « Tokugawa, le plus puissant shogun du Japon ». Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir de 1 euro par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte lu par Christophe Mory.
8/31/202310 minutes, 10 seconds
Episode Artwork

Les historiens doivent-ils brûler Alexandre Dumas ?, avec Isabelle Safa

Élu ni à l'Académie française ni à l'Assemblée nationale, Alexandre Dumas n'a jamais reçu de consécration institutionnelle de son vivant. Bénéficiant d'une réhabilitation depuis quelques décennies, l'auteur des Trois mousquetaires nous apparaît comme un fils de son siècle : le XIXe siècle. Or ce siècle entretient une conscience renouvelée de l’histoire : le récit républicain se substitue à la conception providentialiste de Bossuet. L'histoire elle-même se sépare des "belles-lettres" afin de devenir une discipline à part entière. Un nouveau récit est à écrire, et Dumas tient à y prendre part. Il le fait en romantique, alors qu'il considère que l'art littéraire est indissociable de la politique. Comment travaillait-il donc dans les méandres de l'histoire ? S'estimait-il lui-même historien ? Fût-il au fond meilleur romancier qu'historien ? L'invitée : Agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française, Isabelle Safa enseigne en classes préparatoires au lycée Notre-Dame de la Paix à Lille. Chercheuse associée au centre Jacques Seebacher (Paris université), elle est autrice d'une thèse sur le roman historique d'Alexandre Dumas. Elle travaille sur le romantisme et sur l'écriture de l'histoire au XIXe siècle. Elle vient de publier une biographie d'Alexandre Dumas aux éditions PUF (288 pages, 14€). Sa thèse "Du temps retrouvé au temps réfléchi : enjeux idéologiques et narratologiques de la mise en roman de l'histoire dans l'œuvre d’Alexandre Dumas père" sera publiée en 2024 chez l'éditeur Honoré Champion. À lire aussi : "Charles Baudelaire, poète maudit ou génie incompris ?" : https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/charles-baudelaire-poete-maudit-ou-genie-incompris-81116.php "Victor Hugo, le chantre de la dignité du peuple" : https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/victor-hugo-le-chantre-de-la-dignite-du-peuple-74444.php
8/28/202347 minutes, 48 seconds
Episode Artwork

Aux origines de la Seconde Guerre mondiale [1/3], avec Olivier Wieviorka

Il existe toujours de nombreuses légendes et mythes à propos de la Seconde Guerre mondiale. Dans une nouvelle série de nos Cours d'Histoire, Storiavoce fait le point avec Olivier Wieviorka, auteur d'une Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce premier volet, nous nous penchons sur les origines du conflit : doit-on en chercher les causes dans le traité de Versailles ou penser ce conflit sur le temps long comme le général de Gaulle, qui parlait d'une nouvelle "guerre de Trente Ans" ? Est-ce qu’il existe une continuité entre Guillaume II et Hitler ? Que signifie, de chaque côté de la Manche, la politique d'appeasement ? En quoi la politique de sécurité collective a-t-elle été un échec ? Une guerre préventive était-elle possible ?  L’invité : Membre de l’Institut universitaire de France et professeur des universités à l’École normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka, est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale, auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement et une Histoire de la Résistance. Il a publié avec Jean Lopez Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et codirigé une Histoire militaire de la France avec Hervé Drévillon (Perrin-Ministère des Armées). Il vient de publier aux éditions Perrin une Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale (1072 pages, 29€).  À lire aussi : "La Deuxième Guerre mondiale sous psychotropes" : https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/la-deuxieme-guerre-mondiale-sous-psychotropes-2345.php "Seconde Guerre mondiale : le jour où les Alliés ont débarqué en Sicile" : https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/seconde-guerre-mondiale-le-jour-ou-les-allies-ont-debarque-en-sicile-88296.php
8/24/202323 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

La Méduse, l’histoire d’un naufrage très politique, avec Dominique Le Brun

[Rediffusion] Le 2 juillet 1816, la frégate française La Méduse s’échoue sur un banc de sable au large de la Mauritanie, à la suite d’une erreur de navigation grossière. La mer est calme, le navire n’est pas endommagé, et la côte est proche… Pourtant, cet incident stupide mais banal va se transformer en tragédie. À ce naufrage, survit un radeau, qui va se perdre sur les flots pendant plusieurs jours, trimbalant les rescapés de la frégate entre la mort et la folie. Notre invité : Dominique Le Brun est journaliste historique et spécialiste de l’univers maritime. Il est lui-même navigateur depuis sa tendre enfance et membre des écrivains de la Marine. Il est l’auteur de La Méduse, les dessous d’un naufrage (Omnibus, 624 pages, 22€). Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
8/21/202343 minutes, 12 seconds
Episode Artwork

La Bretagne, l’histoire d’une terre de légendes, avec Joël Cornette

[Rediffusion] C'est l'histoire d'une région française dont la renommée dépasse les frontières nationales. C'est l'histoire d'un peuple venu d'ailleurs, d’une religion faite de mythes et de légendes, d'une langue qui fascine et qui se chante... La Bretagne est une énigme et un mystère pour ceux qui veulent la découvrir, mais c'est aussi et surtout une histoire réelle et une aventure vécue. Pourquoi les Bonnets rouges ? Et pourquoi en Bretagne ? Qui est réellement la duchesse Anne ? Peut-on parler d’une identité bretonne ? La Bretagne en France : est-elle synonyme d'un destin malheureux ? Mari-Gwenn Carichon reçoit Joël Cornette pour nous présenter une région aux multiples facettes et nous initier à une histoire qui a l’allure d’une épopée mondiale. L’invité : Joël Cornette est historien moderniste, reconnu pour ses travaux et publications sur la France de l'Ancien Régime. Il est l’auteur de nombreux ouvrages marquants, dont Le Roi de guerre (Payot, 1993, réed., 2000). Il a reçu en 2006 le Grand prix d’histoire de l’Académie française pour ce dernier livre et l’ensemble de son œuvre. Il est surtout le spécialiste de la Bretagne. En 2015 son Histoire de la Bretagne et des Bretons a reçu le Grand prix d'histoire de l'Académie française. Il vient de publier un ouvrage collectif aux éditions Tallandier : La Bretagne, une aventure mondiale (384 pages, 20.90€). Dans cet ouvrage collectif, de brillants chercheurs (Olivier Chaline, Jean Kerhervé, Christian Bougeard, Roger Dupuy, Jean-Clément Martin, Éva Guillorel, et la « Bretonne et républicaine » Mona Ozouf, mais aussi Donatien Laurent, ethnologue en quête des traditions orales) sont ici réunis pour nous faire découvrir et partager les secrets d'un territoire original et nous aider à comprendre l'irréductible et forte personnalité de cette singulière Armorique. Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
8/17/202345 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

Commode, l’empereur gladiateur, avec Eric Teyssier

[Rediffusion] Notre représentation de l’histoire est très souvent liée à des œuvres de fictions. Mais le cinéma, tout comme la littérature, prend des libertés avec notre passé. Tout en respectant un verni historique, le spectateur ou le lecteur est assez rapidement confronté à des raccourcis, des simplifications voire des erreurs historiques. Un des exemples les plus emblématiques de ces vingt dernières années est sans nul doute le personnage de Commode. Nous avons tous en tête l’image de cet empereur, qui dans le film de Ridley Scott Gladiator, défie le Général Maximus Decimus, en trichant dans le fameux cirque romain. Storiavoce vous propose de partir à la découverte de ce personnage énigmatique. Qui était le fils de Marc Aurèle et de Faustine la Jeune ? Mais aussi qui était sa sœur Lucilla admirablement interprétée dans le film par Connie Nielsen ? Est-ce que d’ailleurs Maximus a existé, tout comme les conjurations des sénateurs ? L'invité : Spécialiste de la Rome antique, Éric Teyssier est maître de conférences à l’université de Nîmes, où il dirige le département d’histoire. Il a publié le livre référence sur les gladiateurs, La Mort en face. Le dossier gladiateurs, ainsi que des biographies particulièrement remarquées : Spartacus et Pompée. Il a aussi publié aux Editions Perrin une biographie de Commode (380 pages, 23€). Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce À lire aussi : "Empereurs romains : quand le pouvoir leur monte à la tête" : https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/empereurs-romains-quand-le-pouvoir-leur-monte-a-la-tete-1580.php "Caligula, l’empereur qui voulait être un dieu" : https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/h-c-11-r-caligula-lempereur-qui-voulait-etre-un-dieu-69380.php
8/14/202352 minutes, 4 seconds
Episode Artwork

La Méditerranée, l’histoire d’une mer disputée, avec Guillaume Calafat

[Rediffusion] En histoire, les idées les plus intéressantes sont celles qui recherchent les causes et les origines des événements. Elles en sont bien évidemment la clé essentielle : pourquoi et comment les événements se sont-ils construits ? Une fois n’est pas coutume, nous allons nous pencher sur la construction, non pas d’un événement, mais plutôt d’un concept : celui de souveraineté à travers un espace bien connu, celui de la mer Méditerranée à l’époque moderne. Storiavoce va naviguer sur les eaux de l’histoire, du droit, de la géographie, de la philosophie à travers les âges, de l’Antiquité jusqu’au XVIIe siècle, en passant par l’époque médiévale. Notre invité : Ancien élève de l’École normale supérieure (ENS-Ulm), agrégé d’histoire, ancien membre de l’École française de Rome, Guillaume Calafat est maître de conférences en histoire moderne à l’Université Paris 1 depuis septembre 2014 (Institut d’histoire moderne et contemporaine). Ses recherches portent sur la Méditerranée de l’époque moderne, et notamment sur les échanges marchands et maritimes entre Europe occidentale et monde ottoman. Il est membre du comité de rédaction des revues Annales. Histoire, Sciences Sociales (2015). Pour l’année académique 2018-2019, il a été Fung Global Fellow, PIIRS, Princeton University. Il est l'auteur de Une mer jalousée, Contribution à l'histoire de la souveraineté (Méditerranée, XVIIe siècle), Seuil (456 pages, 25 €). Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce
8/10/202347 minutes, 21 seconds
Episode Artwork

Le Pacifique, l’histoire d’un monde convoité, avec Bernard Lavallé

[Rediffusion] Ses initiales en runes sont sur les téléphones mobiles du monde entier et sont ainsi devenues un logo faisant désormais partie de notre quotidien. Et pourtant, peu savent que ce logo, qui indique l’usage de la technologie du Bluetooth, renvoie au premier roi chrétien danois : Harald à la Dent bleue. Son règne, dans la seconde moitié du Xe siècle, a marqué des changements profonds en terre scandinave : artisan de l’unification du royaume des Danois, Harald fut également celui qui le convertit au christianisme. Le roi viking étendit même son influence à la Norvège et à la Suède. Par son action et les liens qu’il entretint avec l’Empire ottonien, le Danemark intégra pleinement un monde européen alors engagé dans une période de transition majeure, à tel point que Harald apparaît aujourd’hui comme le symbole d’une société de plus en plus connectée. Qui était-il ? Pourquoi s’est-il converti ? Quelles sont les conséquences politiques et religieuses de cette conversion ? Assiste-t-on à ce que nous appellerions une occidentalisation du pouvoir scandinave ? Que nous dit aussi la fameuse pierre de Jelling ? Lucie Malbos est la seule biographe de ce personnage de l’histoire scandinave. Elle est l’invitée de Christophe Dickès. Notre invitée : Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée et docteure en histoire, Lucie Malbos est maîtresse de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers et membre du CESCM. Elle est l’autrice d’une thèse remarquée, publiée sous le titre Les Ports des mers nordiques à l'époque viking (VIIe-Xe siècle). Elle vient de publier chez "Passés composés" : Harald à la Dent bleue, viking, roi, chrétien (288 pages, 22€). Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce À lire aussi : "Les Vikings, peuple conquérant" : https://bit.ly/3O3JbCs "Groenland : quand les Vikings s’installèrent en Amérique du Nord" : https://bit.ly/3Q4n0yo
8/7/202345 minutes, 16 seconds
Episode Artwork

L’Europe vue par les géographes arabes du Moyen Âge, avec Jean-Charles Ducène

[Rediffusion] À la fin du XVIIe siècle, dans son Dictionnaire universel contenant tout ce qui regarde la connoissance des peuples de l’Orient, Barthélémy d’Herbelot écrivait à l’entrée "Roum" : « C’est le nom que les Arabes et autres Orientaux ont donné aux pays et aux peuples que les Romains et ensuite les Grecs et les Turcs ont soumis à leur obéissance. » Cependant, le mot de Roum peut avoir une signification plus précise chez les Arabes et désigner un espace géographique plus ou moins restreint. À l’entrée "Afrangiah", d’Herbelot nous dit : « C’est ainsi que les Arabes appellent l’Europe du nom de la nation françoise, qui leur a été plus connue qu’aucune autre, à cause des guerres d'Égypte et de la Palestine. Afrangi signifie donc non seulement un François, mais encore un Européen ou, comme ils le nomment aussi, un Latin. » À lui seul, ce Dictionnaire universel sur le monde oriental de D'Herbelot prouve la considération que les auteurs arabes anciens, et plus précisément les géographes, portaient à l’égard de l’Europe. Storiavoce vous propose aujourd’hui de revenir aux origines des représentations : comment le monde arabo-musulman voyait-il notre vieux continent ? Qui étaient ces auteurs et ces géographes qui, dès le deuxième quart du VIIe siècle, pensaient le monde ? Comment ce regard a-t-il évolué ? S’est-il affiné ou au contraire perdu dans des généralités acquises ? Pourquoi aussi représenter l’espace qui nous entoure ? Existe-t-il des raisons et des motivations politiques, ou bien est-ce simplement le fruit d’une volonté, celle de réunir des connaissances dans un cadre encyclopédique ? C’est que Storiavoce vous propose de découvrir dans cette émission avec l’historien et philologue Jean-Charles Ducène. Il est interrogé par Christophe Dickès. L’invité : Directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études, où il enseigne la géographie et les sciences naturelles arabes médiévales, l’historien et philologue Jean-Charles Ducène est aussi un spécialiste de l’Islam. Il est maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles. Il est l’auteur de très nombreux articles scientifiques et du livre L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge (CNRS Editions, 504 pages, 27€) Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce À lire aussi : - "Rémi Brague : « Les savants n’ont jamais oublié la contribution arabe au patrimoine culturel européen »" : https://bit.ly/43AZj45 - "Le rêve maurophile, un Orient fantasmé" : https://bit.ly/3rCdrNb
8/3/202348 minutes, 21 seconds
Episode Artwork

Comment la culture grecque est passée dans le monde européen médiéval, avec Sylvain Gouguenheim

[Rediffusion] Une des questions les plus intéressantes que peut se poser l’historien dans ses recherches et dans son approche du temps est sans nul doute celle de la transmission. Comment les sciences, comment la pensée, comment les arts se transmettent-ils d’une époque à une autre ? Comment des idées, un ensemble de valeurs peuvent-ils traverser les âges et produire de nouveaux fruits, des années, des siècles, voire un millénaire après leur apparition ? Comment enfin, en dépit des crises des temps, des décadences, des forces contraires, "une flamme" se maintient-elle ? Storiavoce vous propose de comprendre comment la culture grecque est passée dans le monde européen médiéval. Longtemps, les études historiques ont privilégié l’idée que la Grèce est venue à nous par le monde arabe. Sans remettre en cause ce canal de transmission, quel rôle a aussi joué Byzance ? Quels furent les routes, les intermédiaires, les supports de cet univers qui fonde notre humanisme et, disons-le, notre civilisation ? Une émission avec l'historien Sylvain Gouguenheim, auteur du livre La Gloire des Grecs. Il est interrogé par Christophe Dickès. L'invité : Agrégé d’histoire, médiéviste reconnu, professeur à l’ENS (LSH) de Lyon, Sylvain Gouguenheim est l’auteur de plusieurs ouvrages qui font autorité. Fin connaisseur de l’espace germanique au Moyen Âge, il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet et notamment d'un remarquable Frédéric II paru chez Perrin. Il vient de publier La Gloire des Grecs (Éditions du Cerf). Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce À lire aussi : "Sainte-Sophie : une basilique à la gloire de Dieu... et de l'Empire byzantin" : https://bit.ly/46WnY5W "Jeux Olympiques : les dieux des stades antiques" : https://bit.ly/3rDgm8n
7/31/202344 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

Venise, grandeur et chute d'une république légendaire, avec Élisabeth Crouzet-Pavan

[Rediffusion] Quatrième et dernier volet de notre série enregistrée aux Rendez-vous de l’histoire de Blois 2021 avec la grande historienne Élisabeth Crouzet-Pavan, autrice d’une somme magistrale consacrée à l’histoire de Venise. Pourquoi Venise nous fascine autant ? Pourquoi Venise semble avoir un avantage sur Rome et Florence ? Est-ce par son histoire, par sa géographie si particulière ? Faut-il déconstruire le mythe de la glorieuse République de Venise et revoir l’histoire d’une République construite sur les décombres de l’Empire byzantin, mise à mal par l’Empire Ottoman pour finalement disparaître au XVIIIe siècle ? Faut-il voir dans le fameux Stato da mar une colonisation vénitienne ? Quelle est la place de l’imaginaire dans l’histoire médiévale et moderne de Venise? Élisabeth Crouzet-Pavan est l’invitée de Christophe Dickès. Notre invitée : Professeure d’histoire du Moyen Âge à Sorbonne Université, Élisabeth Crouzet-Pavan est l’autrice de nombreux ouvrages sur l’Italie de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance dont Venise. VIe-XXIe siècle, « Références », Éditions Belin. Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce À lire aussi : - "Venise, la naissance d'une grande puissance" : https://bit.ly/43zNHyh - "Venise : comment construire une ville sur l’eau" : https://bit.ly/3pUYpl4
7/27/202341 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

Croyait-on au Moyen Âge que la terre était plate ?, avec Violaine Giacomotto-Charra et Sylvie Nony

[Rediffusion] De toutes les idées reçues concernant le Moyen Âge, celui qui vient sans nul doute en tête de liste est l’affirmation que les hommes du Moyen Âge croyaient que la terre était plate. Il aurait donc fallu attendre la Renaissance et son génie pour que l’on redécouvre, dans le sillage de l'Antiquité, que la terre était bien ronde. Storiavoce vous propose de mettre fin à un des plus grands mythes médiévaux. Quel est précisément l’apport du savoir antique aux sociétés médiévales ? Comment cet apport est-il transmis ? Quels en sont ses vecteurs notamment dans l’Antiquité tardive ? Que nous disent les textes des hommes de l’époque médiévale à ce propos ? Et, surtout, comment va se construire cette légende ? Nos invités : Violaine Giacomotto-Charra est professeure d’histoire des savoirs et de langue et littérature de la Renaissance à l’université Bordeaux Montaigne. Elle est spécialiste de l’écriture et de la circulation des savoirs de la nature à la fin de la Renaissance. Sylvie Nony est professeure agrégée de sciences physiques et chercheuse associée à l’UMR 7219 SPHere. Elle est spécialiste de la physique arabe médiévale et a produit notamment Les Variations du mouvement. Abū al-Barakāt, un physicien à Bagdad. VIe-XIIe siècle. Elles viennent de publier aux Belles Lettres La Terre plate. Généalogie d'une idée fausse (280 pages, 17.80€). Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce À lire aussi : - "Objectif Lune. Voyages imaginaires au temps de Galilée" : https://bit.ly/44zC0Jh - "Le Moyen Âge ne croyait pas que la Terre était plate" : https://bit.ly/3q4Pr4J
7/24/202352 minutes, 28 seconds
Episode Artwork

Harald à la dent bleue, viking et roi du Danemark, avec Lucie Malbos

[Rediffusion] Ses initiales en runes sont sur les téléphones mobiles du monde entier et sont ainsi devenues un logo faisant désormais partie de notre quotidien. Et pourtant, peu savent que ce logo, qui indique l’usage de la technologie du Bluetooth, renvoie au premier roi chrétien danois : Harald à la Dent bleue. Son règne, dans la seconde moitié du Xe siècle, a marqué des changements profonds en terre scandinave : artisan de l’unification du royaume des Danois, Harald fut également celui qui le convertit au christianisme. Le roi viking étendit même son influence à la Norvège et à la Suède. Par son action et les liens qu’il entretint avec l’Empire ottonien, le Danemark intégra pleinement un monde européen alors engagé dans une période de transition majeure, à tel point que Harald apparaît aujourd’hui comme le symbole d’une société de plus en plus connectée. Qui était-il? Pourquoi s’est-il converti ? Quelles sont les conséquences politiques et religieuses de cette conversion ? Assiste-t-on à ce que nous appellerions une occidentalisation du pouvoir scandinave ? Que nous dit aussi la fameuse pierre de Jelling ? Lucie Malbos est la seule biographe de ce personnage de l’histoire scandinave. Elle est l’invitée de Christophe Dickès. Notre invitée : Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée et docteure en histoire, Lucie Malbos est maîtresse de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers et membre du CESCM. Elle est l’autrice d’une thèse remarquée, publiée sous le titre Les Ports des mers nordiques à l'époque viking (VIIe-Xe siècle). Elle vient de publier chez "Passés composés" : Harald à la Dent bleue, viking, roi, chrétien (288 pages, 22€). Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce À lire aussi : "Les Vikings, peuple conquérant" : https://bit.ly/3O3JbCs "Groenland : quand les Vikings s’installèrent en Amérique du Nord" : https://bit.ly/3Q4n0yo
7/20/202350 minutes, 42 seconds
Episode Artwork

La chute de la forteresse cathare de Montségur

Dans les Pyrénées, perché à 1 200 m d'altitude, le château de Montségur est aujourd'hui la forteresse cathare la plus célèbre. De 1243 à 1244, il a été défendu par des chevaliers protégeant une communauté cathare lors du siège mené par une armée de 6 000 hommes commandée par le sénéchal de Carcassonne et l'archevêque de Narbonne. Il représente aujourd'hui le symbole de la résistance et de la soumission des hérétiques. Cet épisode est adapté d'un article de Didier Lett, paru dans Histoire & Civilisations en février 2023, « Montségur : la chute des Cathares ». Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir de 1 euro par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte lu par Christophe Mory. À lire aussi : "Massada : face à Rome, la légendaire citadelle de Judée" : https://bit.ly/3rBkHZr "L'héritage des cathares, un mythe fondateur de l'identité occitane ?" : https://bit.ly/3K2ViOW
7/17/202311 minutes, 49 seconds
Episode Artwork

Wehrmacht : la fin d'un mythe, avec Jean Lopez

Relayé par des dizaines d'historiens depuis Jacques Benoist-Méchin, le mythe d'une armée allemande invincible a longtemps duré. Certes, la Wehrmacht possédait une excellence tactique, un encadrement de qualité, ainsi qu'une souplesse d'action dans l'utilisation des chars et de l'aviation. Il n'empêche, il s'agit de rétablir une vérité historique en se posant des questions essentielles : quelle était la valeur de cette armée depuis le XVIIIe siècle ? Qu'est-ce que l'art militaire doit à l'Allemagne ? Quelle était la place des officiers dans l'appareil militaire ? Que représente la victoire en Pologne (1939), puis en France (1940) ? Dans cette émission, l'historien Jean Lopez renouvelle notre vision et met fin à la légende de la première armée du monde. L’invité : Jean Lopez, directeur de la rédaction de Guerres et Histoire, s’est signalé par une série d’ouvrages revisitant le front germano-soviétique dont, avec Lasha Otkhmezuri, une biographie de Joukov unanimement saluée (Perrin). Il a en outre codirigé, avec Olivier Wieviorka, Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et, toujours chez le même éditeur, avec Nicolas Aubin, Vincent Bernard et Nicolas Guillerat, l’Infographie de la Seconde Guerre mondiale. Avec Lasha Otkhmezuri, Jean Lopez est l’auteur d’une monographie magistrale intitulée Barbarossa 1941, La Guerre absolue (Passés/Composés, 957 pages, 31 €). Il dirige aussi le mook De la Guerre, une coédition Perrin et Guerres et Histoire. Il vient de rééditer La Wehrmacht. La fin d'un mythe (Perrin, 320 pages, 22 euros) À lire aussi : - "Seconde Guerre mondiale : le jour où les Alliés ont débarqué en Sicile" : https://bit.ly/3Dd7TLK - "Nazisme : une idéologie radicale à l’inspiration alors banale" : https://bit.ly/3JWEMzI - "1940, l’épreuve fatale de l’armée française" : https://bit.ly/3JQSQLq
7/13/202350 minutes, 31 seconds
Episode Artwork

Rien n'échappe à l'histoire, avec Ambroise Tournyol du Clos

L'histoire a envahi le champ de nos loisirs, mais semble avoir disparu de notre culture commune. À ce constat s'ajoute la volonté pour beaucoup de juger l'histoire en adoptant une posture morale, voire vindicative. Or, le rôle de l'historien apparaît comme plus rationnel : "Artisan appliqué, il se doit d'être humble et rigoureux, mais il pressent aussi la haute vocation de l'histoire : bien au-delà de ses usages politiques et sociaux, elle nous renvoie à la question de la vérité." Dans un essai stimulant intitulé Rien n'échappe à l'histoire, Ambroise Tournyol du Clos se penche sur les fondements de la discipline historique. Sur les pas de March Bloch ou d'Henri-Irénée Marrou, le professeur qu'il est revient sur des questions essentielles : peut-on considérer l'histoire comme une science au même titre que les autres ? Quel est le rôle de l'histoire dans nos sociétés contemporaines ? Comment transmettre l'amour de l'histoire ou répondre à ses usages politiques ? L'histoire est-elle neutre et objective ? L'invité : professeur agrégé, Ambroise Tournyol du Clos est actuellement professeur après avoir enseigné en Afrique. Il a publié Transmettre ou disparaître. Manifeste d'un prof artisan (Salvator, 2021), et récemment chez le même éditeur Rien n'échappe à l'histoire (208 pages, 19,90€).
7/10/202347 minutes, 35 seconds
Episode Artwork

Les rois francs : L'an mil de Robert le Pieux [3/3], avec Laurent Theis

Successeur du roi Hugues Capet, Robert le Pieux est le souverain de l'an mil. Son règne est marqué par « un très fort mouvement d'interpénétration entre l'Église et la société ». Dans ce contexte, l'an mil nous apparaît comme une césure mystique, pendant laquelle les contemporains discutent, s'enflamment, voient des signes. Le chroniqueur Raoul Galber écrit ainsi : « [Les] signes concordent avec la prophétie de saint Jean, selon laquelle Satan sera déchaîné après mille ans accomplis. » Dans cette émission, Laurent Theis jauge le règne de Robert le Pieux à la lumière de ce millénarisme : sa volonté de mettre fin aux violences féodales par sa participation aux mouvements de paix, la dynamique de purification des mœurs et de lutte contre l'hérésie, les appels à la sainteté, etc. Se pose ultimement la question de la pratique du roi : Robert était-il l'homme pieux qui est resté à la postérité ? Peut-on parler à son endroit d'une cléricalisation de la charge royale ? Était-il au fond un saint ? L'invité : Ancien élève de l’École normale supérieure, Laurent Theis a construit une carrière d’historien, d’éditeur et de critique. Spécialiste reconnu du haut Moyen Âge, il a été plusieurs fois lauréat de l’Institut de France. Il est l’un des fondateurs du prix Provins-Moyen Âge, dont il préside le jury depuis 2019. Il vient de publier une partie de son œuvre avec plusieurs textes inédits sous le titre Rois des Francs. Le Haut Moyen Âge de Clovis à Robert le Pieux chez Bouquins (32€, 800 pages). À lire aussi : "Climat : coup de chaud sur le Moyen Âge" : https://bit.ly/3XFr4qD "Les rois mérovingiens : la longue histoire d’un destin français" : https://bit.ly/3rgwFaY
7/6/202322 minutes, 59 seconds
Episode Artwork

Parler de la misère au Moyen Âge, avec Jean-Louis Roch

Le point de départ : le mot, et plus largement le langage. Les mots sont nos portes d’accès, nos fenêtres à travers lesquelles on voit cette histoire, pour paraphraser le linguiste Alain Rey. Que nous disent-ils de la pauvreté au Moyen Âge ? Comment définit-on la misère et comment réagit-on face à elle ? Comment les miséreux sont-ils décrits, et donc perçus ? L'évolution du langage révèle-t-elle un changement de l'appréhension des pauvres et de leurs conditions ? L'auteur : Jean-Louis Roch, maître de conférences honoraire à l'université de Rouen, est spécialiste de la période médiévale. Il propose d'approcher l'histoire en s'arrêtant sur les pratiques langagières. Il vient de publier Vivre la misère au Moyen Âge aux Belles Lettres (2023, 260 pages, 25 €). À lire aussi : - Prostitution : un Moyen Âge étonnamment tolérant : https://bit.ly/3PF2MeJ - Crimes et châtiments au Moyen-Âge : https://bit.ly/3NSBZu6
7/3/202341 minutes, 21 seconds
Episode Artwork

Les rois francs : qui était le bon roi Dagobert ? [2/3], avec Laurent Theis

Tout comme le roi Arthur, Clovis ou Barbe Bleue, Dagobert Ier est un personnage intemporel de l'histoire. Pourtant, la fameuse chanson, qui a légué à la postérité ses tribulations et ses maladresses, ne date que de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Dans les faits, le court règne du Mérovingien (629-639), arrière-arrière petit-fils de Clovis, est bien éloigné de la caricature qu'on en fit plus tard. Sachant s'entourer, Dagobert a préféré la diplomatie à la guerre. Homme de paix, moins prompt à la violence que ses prédécesseurs, il sait aussi gérer ses domaines et ne pas dilapider le trésor. En outre, il tire parti de la force montante qu'était l’Église et s'entoure de grands saints : Éloi, Arnoul, etc. Dagobert en son temps donne l'image prestigieuse d'un roi respecté, scellant l'avenir des dynasties royales à Saint-Denis, où il est enterré. L'invité : Ancien élève de l’École normale supérieure, Laurent Theis a construit une carrière d’historien, d’éditeur et de critique. Spécialiste reconnu du haut Moyen Âge, il a été plusieurs fois lauréat de l’Institut de France. Il est l’un des fondateurs du prix Provins-Moyen Âge, dont il préside le jury depuis 2019. Il vient de publier une partie de son œuvre avec plusieurs textes inédits sous le titre Rois des Francs. Le Haut Moyen Âge de Clovis à Robert le Pieux chez Bouquins (32€, 800 pages). À lire aussi : Les rois mérovingiens : la longue histoire d’un destin français : https://bit.ly/3XBF8BB « Le Bon Roi Dagobert », une chanson parodique : https://bit.ly/3JxWTvG
6/29/202320 minutes, 44 seconds
Episode Artwork

Les rois francs : obscurs mérovingiens ? [1/3], avec Laurent Theis

Le 27 novembre 511, Clovis laisse son royaume en partage à ses quatre fils… Or, il existe un contraste entre ce roi, avec qui tout semble commencer, et un temps d’obscurité allant jusqu'à l’époque carolingienne. Autrement dit, l'historien se demande quel objectif poursuivaient les héritiers de Clovis ? Victimes d'une vision biaisée par le XIXe siècle, les temps mérovingiens ne sont pourtant pas une période d'anarchie et d'obscurité. Mieux, ils voient apparaître le terme de Francia. Que recouvre ce nom ? Peut-on parler de pays des Francs et d'un embryon de France ? L’idée d’unité et d’un héritage tenu par une seule couronne reste-t-il un idéal ? Quelles sont aussi les permanences de la romanité ? Enfin, dans la descendance de Clovis, quelles sont sont les grandes figures qui se dégagent ? L'invité : Ancien élève de l’École normale supérieure, Laurent Theis a construit une carrière d’historien, d’éditeur et de critique. Spécialiste reconnu du haut Moyen Âge, il a été plusieurs fois lauréat de l'Institut de France. Il est l’un des fondateurs du prix Provins-Moyen Âge, dont il préside le jury depuis 2019. Il vient de publier une partie de son œuvre avec plusieurs textes inédits sous le titre Rois francs. Le Haut Moyen Âge de Clovis à Robert le Pieux, chez Bouquins (32€, 800 p.) À lire aussi : - "Les rois mérovingiens : la longue histoire d'un destin français" : https://bit.ly/3r1i6Ig - "« Le Bon Roi Dagobert », une chanson parodique" : https://bit.ly/46igOIY - "Baptême de Clovis de France qui est devenu catholique" : https://bit.ly/3pgSWVv
6/26/202320 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

L'exposition universelle de 1867 : l'apogée d'un empire, avec Édouard Vasseur

Le 1er avril 1867, à 14h, l’empereur Napoléon III inaugure, en compagnie de son épouse, l’impératrice Eugénie, l'exposition universelle en préparation depuis quatre ans. Symbole fort de l'apothéose d'un empire. Paris s'est transformé en un gigantesque musée en éloge à la modernité. Il n'y a pas moins de 52 000 exposants ! La commission impériale, constituée par Napoléon III pour la mise en place de cette exposition, est composée des meilleurs acteurs de la vie politique et économique du pays. Mais comment organiser concrètement un événement d’une telle ampleur ? Qu'y voit-on ? Comment les entreprises font-elles pour participer ? Derrière le projet commercial, quelles sont les autres raisons de la tenue de l'événement ? Le succès de l'Exposition reflète-il la prospérité d'une époque ? En ce 1er avril 1867, Napoléon III et son épouse Eugénie sont guidés parmi les stands dignes de leur être présentés. Leur sont cachés les espaces encore en chantier : on s’affaire encore en ce jour d’inauguration. Triste métaphore d’un empire dont les malheurs et les carences semblent effacés par le faste de cette exposition universelle ? L'invité : Édouard Vasseur est professeur d’archivistique, diplomatique et histoire des institutions de l’époque contemporaine. Son livre L'exposition universelle de 1867. L'apogée du Second Empire (Perrin, 2023, 368 pages, 24.00 €) est tiré de sa thèse de doctorat « L'exposition universelle de 1867 à Paris : analyse d'un phénomène français au XIXe siècle », soutenue à Sorbonne Université en 2004. À lire aussi : "Second Empire : les coulisses politiques de la fête impériale" : https://bit.ly/42YYfav "Napoléon III : un regard renouvelé sur le Second Empire" : https://bit.ly/420cmeH
6/22/202350 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Doit-on parler de l'Italie ou des Italies ?, avec Jean Boutier

Aux époques médiévale et moderne, la péninsule italienne est un espace géographique divisé, qui semble naviguer entre deux pôles : celui d'une histoire locale omniprésente et celui d'une histoire globale, puisque les frontières de l'influence italienne s'étendent au-delà des mers et sur l'ensemble du continent européen. Fuyant un récit national joué d'avance, un groupe d'historiens se penche sur Le Temps des Italies, du XIIe siècle au début du XIXe siècle : est-ce que l’unité italienne est un aimant inexorable au fil de ces siècles ? Peut-on dire que l’Italie oscille entre forces centrifuges et centripètes ? Européenne et méditerranéenne, l'Italie, en dépit de ses querelles communales, rayonne. Comment expliquer ce rayonnement ? Dans cet ouvrage indispensable, une trentaine de spécialistes explore ces Italies d’avant l’Italie. Ils nous invitent « à une promenade entre des histoires distinctes, mais souvent enchevêtrées, survenant dans des espaces tantôt centrés sur la Péninsule, tantôt resserrés dans les limites d’un simple village ou dans les murs d’une orgueilleuse cité, tantôt dilatés à la mesure des mers, des empires ou de l’universelle romanité.» (Le Temps des Italies. XIIe-XIXe siècles) L'invité : Jean Boutier est directeur d'études à l'EHESS et membre du Centre Norbert Elias. Il a développé dans son œuvre une histoire comparée des noblesses européennes à l'époque moderne. Avec Sandro Landi et Jean-Claude Waquet, il a dirigé Le Temps des Italies (XIIe-XIXe siècles) (Passés/Composés, 752 pages, 29€) À lire aussi : - "Laurent le Magnifique : l'art florentin de la politique" : https://bit.ly/45npSLZ - "La vraie vie de Nicolas Machiavel" : https://bit.ly/3BKx738 - "Renaissance française : Leonard de Vinci s'installe au Clos Lucé" : https://bit.ly/3OsY8Qj
6/19/202344 minutes, 58 seconds
Episode Artwork

Staline, camarade et dieu vivant

Le 5 mars 1953, Staline disparaissait dans la solitude d'une bulle paranoïaque qu'il avait lui-même créée. Révolutionnaire et dictateur, idole et bourreau, vainqueur de la grande guerre patriotique, l'homme a marqué au fer rouge l'histoire de l'URSS. Et par la propagande, il a forgé de son vivant sa propre image. Une image dont les avatars ne cessent de resurgir depuis sa disparition. Cet épisode est adapté d'un entretien avec Nicolas Werth, paru dans Histoire & Civilisations en mars 2023, « Les vies et les morts de Staline ». Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir de 1 euro par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte lu par Christophe Mory. À lire aussi : - "Nicolas Werth : « Le gouvernement de Staline s'apparente à celui d'un clan mafieux »" : https://bit.ly/3X73fI6 - "10 points historiques pour comprendre Staline" : https://bit.ly/3PcHyV0 - "URSS : le sombre bilan du stalinisme" : https://bit.ly/3N8uc9N
6/15/202314 minutes, 28 seconds
Episode Artwork

1813 : La fin de l'Empire napoléonien, avec Charles-Éloi Vial

Au début de l'année 1813, l'empire sort tout juste du désastre de la campagne de Russie et la France est exsangue, usée par des années de guerre. Napoléon tente de reprendre la main sur les événements et de sauver son empire. Il domine encore largement le continent notamment l'Italie, la Hollande et l’Allemagne via la confédération du Rhin, et il fait face à des Alliés aux intérêts divergents mais au but commun : l’abattre. Quel fut l’enchaînement des événements de cette année charnière et méconnue, faite d’affrontements titanesques et d’innombrables pourparlers, notamment la fameuse rencontre avec Metternich, qui conduit à la fin de l’Empire napoléonien ? L’invité : Charles-Éloi Vial, est docteur en histoire, conservateur à la Bibliothèque nationale de France et directeur de la collection « Bibliothèque des illustres » chez Perrin. Il s’intéresse notamment au Premier Empire et à la Restauration. Nous l’avons d’ailleurs reçu pour une émission sur la famille royale au Temple et pour sa biographie de l’impératrice Marie-Louise, et le recevons cette fois pour son dernier ouvrage : Sauver l’Empire. 1813 : la fin de l’Europe napoléonienne, aux éditions Perrin, (416 pages, 25 €). À lire aussi : "Napoléon et la bataille de la postérité" : https://bit.ly/3oW76uU "Napoléon, l'ombre et la lumière" : https://bit.ly/3PacWUa
6/12/202341 minutes, 58 seconds
Episode Artwork

Démosthène : aux origines de la rhétorique

Afin de pouvoir bien s'exprimer en public, Plutarque nous dit que Démosthène se mettait des cailloux dans la bouche. Une anecdote bien connue, qui esquisse l'image d'une personnalité remarquable, ayant vécu le déclin d'Athènes confrontée à la brutalité de la monarchie macédonienne. Pour mieux connaître cette figure d'exception, les éditions des Belles Lettres viennent de publier la totalité de ses discours dans un seul volume. Une oeuvre magistrale, incontournable pour les hellénistes et les passionnés du monde grec. Au cours de cette émission, Pierre Chiron, directeur du projet, revient sur les grandes étapes de la vie de cet homme d'état, sur ses idées politiques et sur son art oratoire, dont l'influence rayonne jusqu'au XXe siècle. Comment se caractérise son éloquence et son style ? Sait-on comment il travaillait son jeu d'acteur ? Quelles étaient ses faiblesses ? Comment expliquer le décalage entre une carrière en demi-teinte et l'incroyable destinée posthume de Démosthène ? L'invité : Pierre Chiron, helléniste, philologue, historien de la rhétorique, est professeur à l’Université Paris-Est et membre de l’Institut universitaire de France. Il a édité et traduit Du Style de Démétrios (coll. des Universités de France, Les Belles Lettres, 1993), la Rhétorique de Pseudo-Aristote (coll. des Universités de France, Les Belles Lettres, 2002), traduit et commenté les Discours I, XII, XXIV et XXXII de Lysias (coll. Commentario, Les Belles Lettres, 2015). Il est également l'auteur, toujours aux Belles Lettres, du Manuel de rhétorique (2018) et a dirigé la traduction des Discours de Démosthène (coll. Editio minor, 2023). À lire aussi : "Guerre du Péloponnèse : la désastreuse expédition d'Athènes en Sicile" : https://bit.ly/3NkwIv5 "Antiquité grecque : sur les premières traces de l’« Odyssée »" : https://bit.ly/43NzcqZ "Lycurgue, le législateur mythique de Sparte" : https://bit.ly/43yM84n
6/8/202341 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

L'Amérique précolombienne : l'empire solaire des Aztèques [3/3], avec Carmen Bernand

Dans l'histoire de l'Amérique du Sud, les Incas et Aztèques font figure d'exception : ce sont des empires solaires qui vont susciter l'admiration des conquistadores. Au delà de leurs origines mythologiques, ces deux empires se distinguent et possèdent chacun leurs particularismes. Au cours de cette nouvelle émission qui clôt la série consacrée à la Mésoamérique et l'Amérique du Sud, Carmen Bernan présente l'empire aztèque. Quel est le fondement idéologique de leur domination impériale? Que représente Mexico Tenochtitlan ? Le polythéisme aztèque est-il un polythéisme ressemblant à celui des mondes gréco-romains ? Quelle était la place des sacrifices humains dans cette civilisation? L'invitée : Ancienne élève de Claude Lévi-Strauss, Carmen Bernan est spécialiste de l'histoire du Nouveau Monde. Elle a enseigné l'anthropologie à l'université Paris X - Nanterre et a été directrice adjointe du Centre de recherches sur les mondes américains. Auteur de plusieurs ouvrages sur l'Amérique latine et la Mésoamérique, elle vient de publier L'Amérique latine précolombienne, des premiers peuples à Tupac-Amaru (Belin, 680 pages, 49€). À lire aussi : "Mexique : une journée dans la vie des nobles Aztèques" : https://bit.ly/3BMA2IB "Aztèques : des sacrifices humains pour honorer les dieux" : https://bit.ly/3pX8JbT "À travers l'art, un point de vue sur la conquête de l'Empire aztèque" : https://bit.ly/42W6WCI
6/5/202321 minutes, 46 seconds
Episode Artwork

La Révolution française : le fruit d'un complot ?, avec Edmond Dziembowski

Brutale, soudaine, inouïe. Comment expliquer le caractère exceptionnel de la Révolution française ? Quelles sont les causes de l'effondrement d’un régime qui semblait destiné à toujours durer ? « Ce prodigieux et incalculable bouleversement a sans doute été destiné à punir de grands crimes », disait alors l’historien français du XVIIIe siècle Jacob-Nicolas Moreau. Dès 1789, on cherche des responsables. Des grilles de lecture complotistes tentent d'expliquer la Révolution française : des thèses les plus farfelues aux hypothèses les plus argumentées. La Révolution serait le fruit d'actions occultes et préméditées, le fait d'une "main cachée" qui aurait planifié et déterminé le cours des événements et le destin des hommes de 1789. Philosophes, francs-maçons, Anglais, ministres de Louis XVI, clercs corrompus... Qui sont les coupables désignés par les thèses complotistes ? Tout est-il faux ? Qui accordait du crédit à ces thèses ? Que nous disent-elles des contemporains de la Révolution française ? De la société post-révolutionnaire ? L'invité : L'historien Edmond Dziembowski est spécialiste de l'histoire politique et culturelle, et a soutenu sa thèse de doctorat sur Les Français face à la puissance anglaise, 1750-1770. Il vient de publier La main cachée. Une autre histoire de la Révolution française (Perrin, 2023, 368 pages, 24.00 €) À lire aussi : "Les Illuminati : des Lumières aux théories du complot" : https://bit.ly/45zSxNY "Vers la Révolution : comment la France a basculé" : https://bit.ly/3Mw3lUO "Le secret nauséabond des « Protocoles des sages de Sion »" : https://bit.ly/428UqOX
6/1/202346 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

L'Amérique précolombienne : le génie des Mayas [2/3], avec Carmen Bernand

À l'origine d'une brillante civilisation précolombienne, les Mayas atteignent leur apogée entre 300 et 900 apr. J.-C, comme en témoignent leurs pyramides depuis le Yucatan jusqu'au Mexique. Aujourd’hui, nous voyons une nature exubérante autour des ruines majestueuses, mais celle-ci est trompeuse : à l'époque, la pierre dominait ce monde étonnant. Comment ont été conçus et édifiés ces temples ? Existait-il des techniques comme au temps des cathédrales, des poulies aux systèmes de levages ? Quelle était la place du sacré dans ces sociétés ? Par quel génie la civilisation maya se distingue-t-elle ? Après avoir évoqué les Olmèques, Carmen Bernand se penche sur ce peuple qui a inventé le 0 et possédait un calendrier d'une précision époustouflante. L'invitée : Ancienne élève de Claude Lévi-Strauss, Carmen Bernand est spécialiste de l'histoire du Nouveau Monde. Elle a enseigné l'anthropologie à l'université Paris X-Nanterre et a été directrice adjointe du Centre de recherches sur les mondes américains. Auteur de plusieurs ouvrages sur l'Amérique latine et la Mésoamérique, elle vient de publier L'Amérique précolombienne, des premiers peuples à Tupac-Amaru (Belin, 680 pages, 49€). À lire aussi : - "Aguada Fénix, cité maya des origines" : https://bit.ly/3WrtFnr - "Les Mayas : grandeur et déclin d’une civilisation qui fascine" : https://bit.ly/3MMCtRF - "L’écriture des Mayas : un système numérique élaboré" : https://bit.ly/3Wslac7
5/31/202321 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

La séduction ou l'identité française, avec Robert Muchembled

"Mettre le diable en enfer", "de l’andouille au souper", "le pain des pauvres gens" ... Autant d'expressions qui disent les relations sexuelles et qui sont utilisées depuis le XVIe siècle. Qui dit séduction dit inévitablement amour et sexualité. Comment en parle-t-on au fil des âges ? Est-on plus pudique et moins "libéré" au XVIe siècle qu'à la cour de Louis XIV ? Dans quelle mesure les religions condamnent-elles la séduction ? Y a-t-il une grande différence entre ce qui en est dit et ce qui est pratiqué ? Si la séduction évoque avant tout l'intime, elle est aussi et surtout une clé de compréhension des sociétés. Souvent institutionnalisé, l'art de séduire s'est transformé au fil des époques, accompagnant les évolutions des relations homme/femme et reflétant les rapports de force qui structurent les dynamiques sociales et politiques des pays. "Le mythe fondateur de la séduction française postule qu’elle découle entièrement du mâle dominant exceptionnel, quasi divin, placé à la tête d’un peuple appelé à apporter son génie et sa civilisation au reste de l’humanité" : la séduction se ferait-elle alors l'interprète d'une théorie politique ? Les manières de séduire sont-elles très différentes selon les espaces géographiques (ville/campagne, par exemple) ? Peut-on véritablement parler d'une séduction "à la française" ? Notre invité : Robert Muchembled est historien moderniste, professeur émérite de l'université Paris-Cité et spécialiste de l'histoire des mentalités. Sa thèse de doctorat, soutenue en 1985, porte sur "Violence et société : comportements et mentalités populaires en Artois (1400-1660)". Il vient de publier La Séduction. Une passion française (Belles-Lettres, 2023, 328 pages, 25,00 €). À lire aussi : "Roxelane, le grand amour du sultan Soliman" : https://bit.ly/3Or9tAl "Prostitution et érotisme : l'autre visage de Pompéi" : https://bit.ly/3BKg4hE
5/25/202348 minutes, 18 seconds
Episode Artwork

Le mystère des Olmèques [1/3], avec Carmen Bernand

Au cours d’une longue histoire, les peuples indigènes d’Amérique latine ont bâti des cités puissantes et des empires, et ont édifié une architecture monumentale sur une aire immense, allant de la Mésoamérique aux confins de la Terre de Feu. Dans une nouvelle série consacrée à l'Amérique précolombienne, l'historienne Carmen Bernand nous présente les Olmèques, peuple de la Mésoamérique. Qui était ce peuple olmèque, à l'origine de l'écriture glyphique ? Dans quel environnement vivait-il ? Comment interpréter ces têtes sculptées monumentales qu'ils nous ont léguées ? Enfin, quand disparaît la culture olmèque, et pourquoi ? L'invitée : Ancienne élève de Claude Lévi-Strauss, Carmen Bernand est spécialiste de l'histoire du Nouveau Monde. Elle a enseigné l'anthropologie à l'université Paris X - Nanterre et a été directrice adjointe du Centre de recherches sur les mondes américains. Autrice de plusieurs ouvrages sur l'Amérique latine et la Mésoamérique, elle vient de publier L'Amérique précolombienne. Des premiers peuples à Tupac Amaru (Belin, 680 pages, 49€). À lire aussi : "Aguada Fénix, cité maya des origines" : https://bit.ly/3WrtFnr "Le cacaco, ce divin breuvage venu du Mexique" : https://bit.ly/3MOMTQI "Le pari de Cortès : comment il a soumis les Aztèques" : https://bit.ly/3BNzVfY
5/22/202324 minutes, 32 seconds
Episode Artwork

1919 - 1939 : la grande solitude française, avec Gérard Araud

Victorieuse mais épuisée au lendemain de la guerre de 1914-1918, la France fait face à une Allemagne qui n'accepte pas sa défaite. De l'autre côté de la Manche, le Royaume-Uni estime que la France en demande trop, alors que les États-Unis attendent d'être remboursées pour leur investissement sur le continent européen. Dans ce jeu de dupes, la France est contrainte à l'isolement : le rêve de Clemenceau d'une entente à trois s'évanouit sur l'autel du réalisme politique et économique. Dans son livre Nous étions seuls, l'ambassadeur Gérard Araud revisite l'entre-deux-guerres de la France et ses grands enjeux : la question des réparations au centre des préoccupations, le désarmement, ainsi que les grandes étapes d'une guerre à l'autre, notamment l'occupation de la Ruhr, le traité de Locarno, la crise de 1929 et l'épanouissement des totalitarismes. Il revient enfin sur les grandes figures qui ont fait l'entre-deux-guerres. Notre invité : unanimement reconnu comme le plus grand diplomate de sa génération, Gérard Araud a été ambassadeur de France en Israël et aux États-Unis. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Passeport diplomatique (Grasset, 2019, Le Livre de poche, 2020), Histoires diplomatiques. Leçons d'hier pour le monde d'aujourd'hui (Grasset, 22€, 318 pages, 2022) et, dernièrement, Nous étions seuls. Une histoire diplomatique de la France. 1919-1939 (Tallandier, 336 pages, 22,90€). Il tient une chronique géopolitique hebdomadaire dans Le Point. À lire aussi : "1918, la paix inachevée" : https://bit.ly/3MzHn4o "Clemenceau, le « Père la victoire »" : https://bit.ly/3BBZAYZ "Gagner la guerre, perdre la paix : l’illusion du traité de Versailles" : https://bit.ly/41J2plp
5/22/202330 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

La Tour de Londres et ses sombres secrets

Attraction touristique de nos jours, la tour londonienne accueille de nombreux visiteurs attirés par l'histoire de ce lieu emblématique. Au fil des siècles, la tour a eu plusieurs fonctions telles que palais royal, zoo, trésorerie du royaume, mais également prison inexpugnable, dans laquelle des événements lugubres se sont déroulés. Cet épisode est adapté d’un article de Joan Eloi Roca, paru dans le magazine Histoire & Civilisations en janvier 2023, « La Tour de Londres : les sombres secrets d'une forteresse royale ». Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d’1€ par mois sur www.histoire-et-civilisations.com Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce Le jingle est extrait de l’œuvre de Keys of Moon – The Epic Hero ; Licence Creative Commons. Un texte raconté par Christophe Mory. À lire aussi : "Les sombres secrets de la Tour de Londres" : https://bit.ly/3O8zsMC "Mont-Saint-Michel : en Normandie, une merveille gothique et mystique" : https://bit.ly/3W1weN5
5/15/202310 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Leçons d'histoire et de diplomatie, avec Gérard Araud

L'histoire est maîtresse de vie et de vérité, dit le proverbe latin. À travers l'exemple de la diplomatie, l'ancien ambassadeur Gérard Araud nous le rappelle merveilleusement bien. Dans son livre Histoires diplomatiques. Leçons d'hier pour le monde d'aujourd'hui, il retient dix tableaux de notre histoire internationale afin d'éclairer notre présent et de mieux en comprendre les enjeux. Guerre de succession d'Espagne, paix d'Amiens, dépêche d'Ems, traité de Versailles, expédition de Suez, etc. : pour chacun de ces événements, il nous donne un rappel historique des faits, définit les enjeux en présence, ainsi que les choix qui s'offraient aux différents protagonistes. Ce faisant, il souligne la gamme des obstacles inhérents aux relations internationales, les résistances et les erreurs, mais aussi les succès de la politique étrangère de la France. De fil en aiguille, il nous offre un véritable manuel de diplomatie réaliste, à l'usage aussi de l'historien. Notre invité : unanimement reconnu comme le plus grand diplomate de sa génération, Gérard Araud a été ambassadeur de France en Israël et aux États-Unis. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Passeport diplomatique (Grasset, 2019, Le Livre de poche, 2020), Histoires diplomatiques. Leçons d'hier pour le monde d'aujourd'hui (Grasset, 22€, 318 pages) et, dernièrement, Nous étions seuls. Une histoire diplomatique de la France. 1919-1939 (Tallandier, 336 pages, 22,90€). Il tient une chronique géopolitique hebdomadaire dans Le Point. À lire aussi : - Louis XIV : les derniers instants d’un roi : https://bit.ly/42IKkVF - 1918, la paix inachevée : https://bit.ly/41qnoJJ - Napoléon III : un regard renouvelé sur le Second Empire : https://bit.ly/3nPjtZ9
5/11/202332 minutes, 14 seconds
Episode Artwork

La Horde : La route mongole du Nord [3/3], avec Marie Favereau

Au XIVe siècle, la Horde mongole atteint son apogée. En dehors de la route sibérienne moins connue, la Horde évolue avant tout sur la route du Sud par terre et par mer, et celle du Nord. Deux axes qui se croisent naturellement, avec leurs propres particularismes : la route de la Soie allant d'Est en Ouest, et celle de la fourrure venant du Nord. Or, tout au long de ces deux axes, se développent des villes qui profitent du Grand échange mongol. Une croissance encouragée par la Horde, notamment sous le règne d'Özbek Kan. L'historienne Marie Favereau clôture ici le troisième volet consacré à la Horde mongole en se penchant sur les aspects économiques, religieux et culturels de ce peuple méconnu. Notre invitée : Marie Favereau est actuellement maîtresse de conférences à Nanterre. Elle a été membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale (2005-2009), boursière Fulbright et membre visiteur de l’Institut des études avancées de Princeton (2009-2010), chercheuse et chargée de cours à l’université de Leyde (2011-2014). Elle a obtenu son doctorat en histoire à la Sorbonne-Paris IV et à l’Università degli Studi de San Marino en 2004. Elle est l’autrice de La Horde d’Or. Les héritiers de Gengis Khan (La Flandonnière, 2014) et a coécrit la bande dessinée Gengis Khan (Fayard-Glénat, 2014). Elle vient de publier aux éditions Perrin La Horde, comment les Mongols ont changé le monde (432 pages, 25€). À lire aussi : "Les grands conquérants d’Asie centrale" : bit.ly/3Vn92Z6 "La route de la soie, un mythe de 16 000 kilomètres" : bit.ly/42kEl9v
5/8/202321 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Du prince de Galles à Charles III, avec Philip Kyle

Héritier direct de la couronne britannique pendant plus de 70 ans, Charles III reste pourtant méconnu. Qui est donc l'actuel roi d’Angleterre ou, pour être plus précis, roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord ? Nous ne sommes pas nécessairement habitués à parler de lui ainsi. On pense plutôt à celui qui fut prince de Galles, au mari de Lady Di, ou encore au père de William et Harry. Quel furent la vie, l’influence et les combats jusqu’à son accession au trône d’Angleterre le 8 septembre 2022 de celui qui jusqu’ici a plutôt était vu comme « fils de », « époux de », puis « père de ». Notre invité : Philip Kyle est né en 1983 de parents britanniques émigrés en France. Diplômé en droit français et anglais à l’Université d’Exeter, il a travaillé pour la fondation du Prince Charles, The Prince’s Trust, où il a été en charge des relations avec la presse. Depuis, il a travaillé au service communication de la BBC, puis a dirigé celui de la chaîne d’information internationale Euronews. Avec Charles III, Philip Kyle signe sa première biographie, aux éditions PERRIN biographie (464 pages, 24€). À lire aussi : "La reine Victoria, souveraine du plus grand empire du monde" : https://bit.ly/425KNBt "Les Tudors : Anne Boleyn et Henri VIII, l'amour qui tue" : https://bit.ly/42s2rPF
5/4/202347 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

Comment la bête du Gévaudan est devenue une légende ?

La campagne du Gévaudan, un plateau du Massif central couvert de landes broussailleuses, arrosé de pluies abondantes et baigné de brumes tenaces, fut dévastée entre 1764 et 1767 par une série d’attaques meurtrières qui fit frémir le reste de l'Europe. Traumatisée, la population les attribue très vite à une créature terrifiante. D'ailleurs, les attaques ne se réduisent pas à la province du Gévaudan, aux frontières assez floues. D'autres ont été signalées dès 1762 dans la province voisine du Dauphiné. L'étendue du terrain de chasse de la « bête », qui recouvrait de 1 600 à 2 000 km2 au début de 1765, laisse penser que ces attaques n'auraient pas été l'œuvre d'un animal isolé, mais celle d'une meute de plusieurs prédateurs. Cet épisode est adapté d'un article de Juan José Sanchez Arresiegor, paru dans le magazine Histoire & Civilisations en février 2023, "La bête du Gévaudan, du fait divers à la légende". Abonnez-vous au magazine Histoire & Civilisations à partir d'1 euro par mois sur www.histoire-et-civilisations.com. À lire aussi : -"La bête du Gévaudan : du fait divers à la légende" : https://bit.ly/3VowO7b -"Kraken : le calamar géant qui a fait trembler les mers" : https://bit.ly/3LQ7eVs -"Les vampires, des montres si naturels..." : https://bit.ly/3NuVfhp Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce Le jingle est extrait de l'œuvre de Keys of Moon - The Epic Hero ; Licence Creative Commons.
5/3/20238 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

La Horde : le grand échange mongol [2/3], avec Marie Favereau

Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, la Horde mongole arrive à s’emparer des marchés les plus lucratifs de la vallée de la Volga. Dès lors, l'ensemble géographique dominé par les successeurs du grand Gengis Khan ne cesse de se développer sur le plan commercial. Afin de désigner cet essor du monde marchand, les historiens ont utilisé le terme de pax mongolica. Est-ce que ce terme est juste ? Combien de temps dure cette prospérité ? Sur quels ressorts se fonde la domination mongole ? Comment le règne de Möngke-Temür se distingue-t-il durant ce véritable âge d'or ? Quelles sont les caractéristiques et la nature des relations entre la Horde et le monde occidental ? Dans ce deuxième volet de nos Cours d'Histoire, Marie Favereau décrit l'incroyable "grand échange mongol". Notre invitée : Marie Favereau est actuellement maîtresse de conférences à Nanterre. Elle a été membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale (2005-2009), boursière Fulbright et membre visiteur de l’Institut des études avancées de Princeton (2009-2010), chercheuse et chargée de cours à l’université de Leyde (2011-2014). Elle a obtenu son doctorat en histoire à la Sorbonne-Paris IV et à l’Università degli Studi de San Marino en 2004. Elle est l’autrice de La Horde d’Or. Les héritiers de Gengis Khan (La Flandonnière, 2014) et a coécrit la bande dessinée Gengis Khan (Fayard-Glénat, 2014). Elle vient de publier aux éditions Perrin La Horde, comment les Mongols ont changé le monde (432 pages, 25€). À lire aussi : -"Russie : l'expansion sans fin d'un empire" : bit.ly/41127WO -"Les grands conquérants d’Asie centrale" : bit.ly/3Vn92Z6 -"La route de la soie, un mythe de 16 000 kilomètres" : bit.ly/42kEl9v
5/2/202322 minutes, 12 seconds
Episode Artwork

Les pénuries alimentaires sous l'occupation allemande

Les restrictions qui ont frappé les Français ont commencé dès la déclaration de guerre en septembre 1939. Elles se sont ensuite aggravées avec l'occupation allemande à partir de juin 1940 et l'instauration du régime de Vichy le mois suivant. Le compartimentage du pays en plusieurs zones, les pillages des occupants, le marché noir, ainsi que la perte des approvisionnements internationaux de la France ont provoqué de sévères pénuries dans le pays. Les effets se font encore sentir plusieurs années après la Libération. Cet épisode est adapté d'un article d'Éric Alary, paru dans le magazine Histoire & Civilisations en mars 2023, "Le grand retour des pénuries". A lire aussi : "Occupation : la France à l'heure des pénuries": https://bit.ly/3LyZyql Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag Insta : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/ Twitter : https://twitter.com/Storiavoce Jingle extrait de l'œuvre de Keys of Moon - The Epic Hero (https://soundcloud.com/keysofmoon) Licence Creative Commons (https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr)
4/27/202313 minutes, 11 seconds
Episode Artwork

Nouveaux regards sur la Horde [1/3]

Ni empire, ni État-nation, ni État dynastique, la Horde constitue une singularité dans l'histoire eurasiatique. Longtemps déconsidérée, la structure politique créée par les conquêtes de Gengis Khan est aujourd'hui réhabilitée par l'historiographie. Comment, dans ce cas, définir la Orda ? Comment ce peuple est-il passé de quelques milliers de personnes à des centaines de milliers en l'espace de trente ans ? Quelles sont les sources qui nous permettent de mieux saisir la réalité mongole ? Quels étaient les espaces de domination de ce peuple et peut-on d'ailleurs parler de domination dans le sens classique du terme ? Au cours de cette émission, nous voyons que cet univers singulier est incompréhensible sans une vision globale, prenant en compte des dimensions à la fois politiques, économiques et sociales ; un monde en constante mutation, qui transcende la division classique entre la période médiévale et les temps modernes. Notre invitée: Marie Favereau est actuellement post-doctorante à l’université d’Oxford. Elle a été membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale (2005-2009), boursière Fulbright et membre visiteur de l’Institut des études avancées de Princeton (2009-2010), chercheur et chargée de cours à l’université de Leyde (2011-2014). Elle a obtenu son doctorat en Histoire à la Sorbonne-Paris IV et à l’Università degli Studi de San Marino en 2004. Elle est l’autrice de La Horde d’Or. Les Héritiers de Gengis Khan (La Flandonnière, 2014) et a coécrit la bande dessinée Gengis Khan (Fayard-Glénat, 2014). Elle vient de publier aux éditions Perrin, La Horde, comment les Mongols ont changé le monde (432 pages, 25€). À lire aussi : Russie : l'expansion sans fin d'un empire : https://bit.ly/3Hb1vXI Les grands conquérants d’Asie centrale : https://bit.ly/43SmBE1 La route de la soie, un mythe de 16 000 kilomètres : https://bit.ly/41wBFFr
4/25/202321 minutes, 30 seconds
Episode Artwork

Petite et grande histoire de la Cité interdite, avec Bernard Brizay

Impressionnante, mystérieuse, inégalée, la Cité interdite fascine tous ceux qui la pénètrent. « Tous ceux qui sont entrés dans le Vieux palais conservent de leur première visite un souvenir impérissable, tant la magnificence des bâtiments, le raffinement de leurs proportions et le rythme savant de leur succession atteignent …la perfection » disait Gilles Béguin, ancien conservateur du Musée Cernuschi (Paris). Les secrets de la Cité interdite sont-ils à la hauteur de l’écrin qui les habite ? Qui sont ses habitants ? La Cité est-elle un palais luxueux ou une prison dorée ? Quel est le pouvoir des femmes et des eunuques qui entourent l’empereur ? Que sait-on de leur vie quotidienne ? Comment écrire l’histoire du palais le plus secret du monde ? L’invité : Bernard Brizay est historien et journaliste, grand connaisseur de l’histoire de la Chine (Les trente empereurs qui ont fait la Chine, Tempus, 2023, 11.00 €). Il vient de publier Petite et grande histoire de la Cité interdite (Perrin, 2023, 384 pages, 23.00 €).
4/20/202344 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

Religion romaine : la mort romaine [3/3]

Même si nous possédons peu de sources sur la mort antique en dehors de celle des élites, l’historien peut retracer l’organisation des funérailles des Romains. Comment les Romains voyaient-ils la mort ? Croyaient-ils en l’au-delà ou en l’immortalité de l’âme ? Quel était le rituel des funérailles et comment la famille célébrait-elle le défunt ? Entre inhumation et incinération, existait-il des modes funéraires? Dans ce troisième volet, John Scheid cloture la série consacrée à la piété quotidienne des Romains. L'invité : Ancien directeur d'études à l'École pratique des hautes études et professeur émérite au Collège de France, John Scheid est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages de référence dont La religion des Romains ou encore Les dieux, l'État et l'individu et La tortue et la lyre. Il vient de publier aux éditions du Cerf Les Romains et leurs religions : la piété au quotidien (329 pages, 24 €). À lire aussi : "Dionysos, le dieu sauvage de la Grèce antique" : bit.ly/40GuZEp "Caligula, l’empereur qui voulait être un dieu" : bit.ly/3GdmYOY
4/17/202321 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Religion romaine : rites et pratiques dans la vie d'un Romain (2/3)

De la naissance à la mort, les Romains pratiquaient de multiples rites qui jalonnaient leur existence. Ils nous disent la nature du culte domestique et privé dans la vie quotidienne de l’Urbs. L’entrée dans la famille du nouveau-né donnait-elle lieu à des rites ? La majorité constituait-t-elle un moment aussi religieux ? Acte public, le mariage avait-il une portée aussi religieuse ou spirituelle ? Quels étaient les moments de la journée pendant lesquels les Romains priaient ? Existait-il des sacrifices privés ? Dans ce deuxième volet de nos Cours d'Histoire, le grand historien John Scheid évoque la relation au divin des Romains et leur piété. L’invité : Ancien directeur d’études à l’École pratique des hautes études et professeur émérite au Collège de France, John Scheid est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages de référence dont La religion des Romains ou encore Les dieux, l’État et l’individu et La tortue et la lyre. Il vient de publier aux Editions du Cerf Les Romains et leurs religions : la piété au quotidien (329 pages, 24 €). À lire aussi : "Caligula, l’empereur qui voulait être un dieu" : http://bit.ly/3zVlB3T "Dionysos, le dieu sauvage de la Grèce antique" : http://bit.ly/3o1Z4Qn
4/11/202321 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

Crécy : la bataille des cinq rois

La fameuse bataille de Crécy (26 août 1346) aurait dû en toute logique marquer la fin précoce de la Guerre de Cent ans… Il n'en fut rien. Quel était l’état des forces en présence ? Le royaume de France était-il vulnérable ? Après avoir débarqué en Normandie, les Anglais pouvaient-ils être repoussés par les Français ? Pourquoi et comment le contingent anglais s'est-il déplacé vers le Nord ? En quoi surtout la supériorité des Français s'est-elle retournée contre eux à Crécy ? Dans un livre qui fera date, l'historien David Fiasson reprend les derniers éléments de la recherche historiographique sur un des événements les plus importants de la Guerre de Cent ans. L'invité : David Fiasson est chercheur associé au laboratoire Héritages UMR 9022 de Lille et membre associé temporaire de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public. Membre du Centre européen d’études bourguignonnes, il vient de publier Crécy 1346, chez Perrin dans la collection « champs de bataille » (301 p, 25€). À lire aussi : "1358 : la révolte populaire qui fit trembler la France" : http://bit.ly/3Mkhm9w "Gilles de Rais, le grand seigneur serial killer" : http://bit.ly/439hn6k "Jeanne d’Arc, la sorcière devenue sainte" : http://bit.ly/3GihMti
4/6/202351 minutes, 37 seconds
Episode Artwork

Religion romaine : vénérer les dieux au quotidien à Rome [1/3]

Nous faisons de la religion romaine une religion d'État, en oubliant presque qu'il existait aussi un culte domestique et privé dans la vie quotidienne de l'Urbs (« ville » dans la Rome antique). Dans le film Gladiator, le héros Maximus rend grâce aux dieux après sa victoire sur les barbares et il leur demande de protéger sa femme et son fils. Scène totalement inédite dans l'histoire du cinéma, elle est visiblement proche de la réalité décrite par l'historien John Scheid dans son dernier ouvrage. Faut-il distinguer sphère et cultes publics et sphère et cultes privés ? L'individu, détaché du groupe, rend-il un culte individuel ? Peut-on avoir une prédilection sentimentale et personnelle pour une divinité ? Les Romains croyaient-ils au salut éternel ? L'invité : Ancien directeur d'études à l'École pratique des hautes études et professeur émérite au Collège de France, John Scheid est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages de référence dont La religion des Romains ou encore Les dieux, l'État et l'individu et La tortue et la lyre. Il vient de publier aux éditions du Cerf Les Romains et leurs religions : la piété au quotidien (329 pages, 24 €). À lire aussi : "Dionysos, le dieu sauvage de la Grèce antique" : http://bit.ly/40GuZEp "Caligula, l’empereur qui voulait être un dieu" : http://bit.ly/3GdmYOY
4/4/202323 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

Histoire mondiale des impôts, avec Éric Anceau

« L’impôt est comme le salaire que vous devez à la patrie en échange des services qu’elle vous rend » écrit Gabriel Compayré à la fin du XIXe siècle, une période où l’idée de consentement à l’impôt est en plein essor. Pourquoi et depuis quand l’impôt existe ? De quelles façons y résiste-t-on ? Comment obtenir le consentement des populations ? À quoi sert-il ? Peut-on taxer l’air que nous respirons ? Nous vous invitons à parcourir l’histoire universelle et millénaire de l’impôt, de l’antiquité à nos jours, avec ses machines fiscales, ses révoltes et ses transformations au fil de l’histoire. L’invité : Codirecteur de l’axe politique du LabEx EHNE, vice-président du Comité d’histoire parlementaire et politique et coordonnateur du double diplôme Histoire-Sciences sociales de Sorbonne-Université et Sciences-Po Paris, Éric Anceau est rattaché au Centre d’histoire du XIXe siècle de Sorbonne-Université et Paris-Panthéon-Sorbonne. Il enseigne l’histoire politique et sociale de la France et de l’Europe à l’époque contemporaine. Ses travaux ont été récompensés par plusieurs prix (Académie des sciences morales et politiques, Fondation Napoléon, prix du Mémorial de la ville d’Ajaccio…). Déjà interviewé pour l’ouvrage collectif Qu’est-ce qu’une nation en Europe? (Sorbonne université presses, 280 pages, 8.90 €) et pour Ils ont fait et défait le Second Empire (Tallandier, 384 pages, 21,90 €), Éric Anceau vient de publier avec Jean-Luc Bordron Histoire mondiale des impôts, de l’antiquité à nos jours aux éditions Passés composés (448 pages, 25 €). À lire aussi : "La chute de l'Empire romain : quand la machine s’enraie" : http://bit.ly/40udebj "République de Weimar : de l'hyperinflation à la dépression, une économie ébranlée" : http://bit.ly/3M34Nj1
3/30/202337 minutes, 1 second
Episode Artwork

Les grands enjeux du XXe siècle [3/3], avec Florian Louis

[Histoire du XXe siècle 3/3] Dernier volet du cours d'histoire sur le XXe siècle au travers de ses principaux enjeux. Raymond Aron soulignait le phénomène de « guerres en chaîne » lorsqu’il parlait de ce siècle. Peut-on dire que c'est une époque plus violente que les autres ? Le XXe siècle est-il le temps des démocraties ? Les empires ont-ils disparu au profit d’une mosaïque d’États-nations ? Est-ce la fin des croyances et du religieux, du moins en Europe ? La question de l’environnement et de la préservation de la planète commence-t-elle au XXe siècle ? L'invité : Florian Louis est historien, spécialiste d'histoire contemporaine et enseignant en CPGE. Il a codirigé avec Nicolas Beaupré une Histoire mondiale du XXe siècle (2022, PUF, 1152 pages, 39.00 € ). À lire aussi : "La riche et mouvante historiographie des croisades" : bit.ly/3ncFbWj "Menace nucléaire : la crise de Cuba, apogée de la guerre froide" : bit.ly/3JQMQl3
3/27/202319 minutes, 27 seconds
Episode Artwork

Rome : aux origines de la domination méditerranéenne, avec Pierre-Luc Brisson

Grâce à la puissance de son armée, et au terme d’une série de guerres menées contre Carthage et les royaumes gréco-macédoniens héritiers d’Alexandre le Grand, Rome étend sa domination sur l’ensemble de la mer Méditerranée, au IIe siècle avant notre ère. Phénomène inédit : la République romaine est devenue ce que les théoriciens des relations internationales contemporaines qualifient de « puissance unipolaire ». Tout se joue entre la paix d'Apamée (188 avant J.-C.), qui met fin à l’affrontement romano-syrien, et la chute de Carthage en 146 avant J.-C. À la suite de cette courte période, Rome devient la seule puissance méditerranéenne. Au moyen d'une grille d'analyse contemporaine, l'historien Pierre-Luc Brisson revient sur ce moment charnière de l'histoire romaine impériale. L'invité : Pierre-Luc Brisson, docteur en histoire ancienne, est chercheur postdoctoral Banting au département d’histoire et d’études classiques de l’université McGill de Montréal. Il enseigne l’histoire aux niveaux collégial et universitaire. Il vient de publier Le moment unipolaire : Rome et la Méditerranée hellénistique (188 - 146 avant J.-C). (L'Harmattan, 496 pages, 55 €). À lire aussi : -"Les aigles des mers : Rome déploie sa marine" : bit.ly/3Z4jntm -"Naufrage antique : en Méditerranée, la découverte de l’épave « Bou Ferrer »" : bit.ly/3lDQ0R2
3/23/202348 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

Les espaces et les lieux du XXe siècle [2/3], avec Florian Louis

[Histoire du XXe siècle 2/3] En s'appuyant sur les thématiques et les notions développées dans l'Histoire mondiale du XXe siècle, cet entretien revient sur les lieux et les espaces où s'est joué le XXe siècle. Quels en sont les plus emblématiques ? L'inconnu existe-t-il encore ? La conquête spatiale renvoie-t-elle aux mêmes enjeux que les conquêtes terrestres ? Peut-on parler de chaque continent au singulier ? L'histoire a-t-elle changé d'échelle au XXe siècle ? L'invité : Florian Louis est historien, spécialiste d'histoire contemporaine et enseignant en CPGE. Il a codirigé avec Nicolas Beaupré une Histoire mondiale du XXe siècle (2022, PUF, 1152 pages, 39,00 €). À lire aussi : "La riche et mouvante historiographie des croisades" : bit.ly/40p8vr7 "Menace nucléaire : la crise de Cuba, apogée de la guerre froide" : bit.ly/3YUMy1S
3/20/202321 minutes, 11 seconds
Episode Artwork

L'âge d'or de la Perse, avec Yves Bomati

L’épopée des Safavides aux XVIe et XVIIe siècles en Iran a contribué à l’âge d’or de la Perse. Mieux, l’Iran d’aujourd’hui serait incompréhensible sans la prise en compte du rôle de cette dynastie dans la création du premier État chiite de l’histoire. À quel moment précisément assumera-t-elle, sans équivoque, ses liens avec le chiisme ? En quoi l’année 1501 fut-elle déterminante ? Prince inattendu et même oublié, l’empereur Shah Abbas Ier, le cinquième des shahs safavides, a marqué l’histoire de la dynastie. Grand diplomate, il a ouvert son pays à l’Occident, facilité les échanges par la création de réseaux de communication et fondé la plus belle perle de l’Orient, Ispahan. Quelles politiques intérieures et étrangères a-t-il menées ? Pourquoi l’Iran s’est-elle tournée vers l’Occident, et même la papauté ? Comment distinguer la réalité des mythes autour de ce personnage qui domine l’histoire iranienne ? L'invité : Yves Bomati, docteur ès lettres et sciences humaines, diplômé de l'École pratique des hautes études, est spécialiste d'histoire des religions et s'intéresse de près aux civilisations orientales et moyen-orientales. Il est en outre l'auteur de nombreux ouvrages sur la littérature et la langue françaises. Avec Houchang Nahavandi, ils ont écrit Shah Abbas, empereur de Perse, 1587-1629, couronné en 1999 par le prix Eugène-Colas de l'Académie française et, récemment, Mohammad Réza Pahlavi, le dernier shah, 1919-1980. Yves Bomati vient de publier L'âge d'or de la Perse. L'épopée des Safavides : 1501 - 1722 (Perrin, 444 pages, 25€). À lire aussi : _"De la tradition à l'audace, la culture face à la censure en Iran" : bit.ly/40ehBGP _"La révolution de 1979 : quand les religieux prennent le pouvoir en Iran" : bit.ly/3YR0SbI _"Iran : à Jiroft, la découverte d’une civilisation oubliée" : bit.ly/3Lsl5kY
3/16/202351 minutes, 11 seconds
Episode Artwork

La France, l'amie du monde arabe ? Avec Jean-François Figeac

L'Orient est victime d'une double vision erronée : celle du mythe oriental entretenue par le XIXe siècle français mais aussi, à l'extrême opposé, celle post-coloniale défendue par Edward Saïd dans son livre Orientalism (1978). Dans les faits, l'histoire des relations de l'Orient et de la France est bien plus complexe. Comment tout d'abord définir l’Orient Français géographiquement ? Est-il ainsi différent de l’Orient britannique ? À l'époque moderne, quelles sont les conceptions politiques orientales du Ministre des Affaires étrangères ? En quoi Vergennes, un de ses meilleurs représentants, se distingue à ce sujet ? Que représente ensuite le moment révolutionnaire pour l’Orient ? La campagne d’Égypte est-elle un retour au réel pour la France ? De l'époque moderne à la Troisième République, l'historien Jean-François Figeac nous dit au fond si la France a vraiment été l'amie du monde oriental. L'invité : Agrégé d’histoire, Jean-François Figeac a consacré sa thèse à la question d’Orient dans l’opinion publique française (1789-1861) sous la direction de J'. O. Boudon. Il est membre du Centre de Recherche du XIXe siècle de Paris Panthéon-Sorbonne. La France et l’Orient (Passés / Composés, 288 pages, 22€) est son premier livre. À lire aussi : _"Ali Bey, l’espion qui explora La Mecque" : bit.ly/3mIeF6Z _"Lawrence d’Arabie, l’agent secret du désert" : bit.ly/3YGOniY
3/13/202343 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

Comment écrire l'histoire du XXe siècle ? [1/3], avec Florian Louis

[Histoire du XXe siècle 1/3] Comment écrire l’histoire du XXe siècle qui nous est presque contemporain ? Siècle des guerres mondiales et des conférences de paix, des dictatures et de l’expansion de la démocratie, des révolutions et des décolonisations, des nationalismes et des impérialismes, le XXe siècle est le temps des paradoxes. Quand et où commence-t-il ? Quelle méthode pour écrire l’histoire d’un siècle à l’échelle planétaire ? Peut-on parler de déseuropéanisation du monde ? L'invité : Florian Louis est historien, spécialiste d'histoire contemporaine et enseignant en CPGE. Il a codirigé avec Nicolas Beaupré une Histoire mondiale du XXe siècle (2022, PUF, 1152 pages, 39,00 €). À lire aussi : _"La riche et mouvante historiographie des croisades" : bit.ly/3ZQQKAK _"Menace nucléaire : la crise de Cuba, apogée de la guerre froide" : bit.ly/3ZLtmok
3/9/202321 minutes, 27 seconds
Episode Artwork

Les Chevaliers de la Table ronde : histoire d'un récit, avec Martin Aurell

Le roi Arthur et les Chevaliers de la Table ronde sont les protagonistes d'un imaginaire qui colore le Moyen Âge du merveilleux. Sont-ils la version romancée de véritables personnages historiques ? Quels sont les auteurs qui ont tracé les contours de cet univers romanesque ? Tous les hommes du Moyen Âge connaissaient-ils le roi Arthur, Tristan et Iseult, Merlin l'enchanteur et la quête du Graal ? À quoi ressemblent ces récits ? Dans quel contexte la légende a-t-elle été rédigée et que nous dit-elle des sociétés médiévales ? L'invité : Martin Aurell est historien médiéviste, spécialiste de l’histoire de l’Occident aux Xe-XIIIe siècles, et professeur à l'université de Poitiers. Il a publié avec Michel Pastoureau : Les Chevaliers de la Table ronde. Romans arthuriens (Gallimard, 2022, 1080 pages, 34,00 €). À lire aussi : -"Bretagne : une place à la Table ronde du roi Arthur" : http://bit.ly/3moGDod -"Très Riches Heures du duc de Berry : une vision ambiguë de la paysannerie" : http://bit.ly/3ISOcLw
3/6/202348 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

Rome et Jérusalem : la chute de Jérusalem (70 ap. J. C.) [3/3], avec Mireille Hadas-Lebel

Le siège et la chute de Jérusalem furent un des événements les plus marquants de l'histoire de l'Empire romain mais aussi de l'histoire du judaïsme. Peu avant la Pâque en 70, les armées de Titus entament un siège de plusieurs mois. À la fin septembre, la ville est prise puis finalement détruite. Le dernier foyer juif, réfugié dans la fameuse forteresse de Massada, tombe à son tour en 73.   Quels sont les causes de la chute de Jérusalem ? Faut-il lire l'événement sur le temps long ou au contraire au prisme de la dernière décennie des années 60 ?  Quel est le récit qu'en fait l'auteur juif Flavius Josèphe ?  L’invitée : Mireille Hadas-Lebel est historienne, spécialiste de l’histoire du judaïsme et de l’hellénisme, professeur émérite à la Sorbonne. Elle a publié chez Fayard une biographie de Flavius Josèphe mais aussi d’Hérode. Elle est aussi l’auteure de Jérusalem contre Rome (CNRS éditions, 567 pages, 12 €) et vient de compiler l’œuvre de Flavius Josèphe dans la Collection Bouquins (1536 pages, 34 €). À lire aussi : -"Égypte antique : d’Abraham à Moïse, l’autre terre biblique" : https://bit.ly/3YS6ind -"Bar-Kokhba : le Juif qui s’est révolté contre l’Empire romain" : https://bit.ly/3YSpkdD -"Bérénice, la princesse juive qui séduisit Titus" : https://bit.ly/3YTCOVZ
3/2/202323 minutes, 46 seconds
Episode Artwork

Les hommes de Mussolini, avec Frédéric Le Moal

Les proches de Mussolini ont souvent décrit leur première rencontre avec le Duce comme fascinante voire envoutante. Alors au début de sa carrière, l'homme politique Dino Grandi décrivait le Duce comme « un génie, un magicien ou un fou ». Pourtant, le 24 juillet 1943, la chute de Benito Mussolini, a été précipitée par les hiérarques qui l'avaient servi. Pourquoi la majorité d'entre eux se retournèrent-ils contre leur maître, prenant alors le risque de tout perdre : pouvoir, situation sociale et financière ? Quelles étaient leurs ambitions ? Étaient-ils de droite ou de gauche ? Monarchistes ou républicains ? Qu'est-ce que leurs carrières disent du fascisme et révèlent de la politique italienne de la première moitié du XXe siècle ? Notre invité : Frédéric Le Moal est historien, spécialiste du fascisme (Histoire du fascisme, Victor-Emmanuel III-roi d'Italie), professeur au lycée Militaire de Saint-Cyr-l'École. Il vient de publier Les hommes de Mussolini (Perrin, 2022, 368 pages).  À lire aussi : -"Marche sur Rome : en 1922, un coup de bluff signé Mussolini" : http://bit.ly/3IPxJc1 -"10 points historiques pour comprendre Staline" : http://bit.ly/3ZeXwzQ
2/28/202348 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Rome et Jérusalem : Flavius Josèphe, le juif de Rome [2/3], avec Mireille Hadas-Lebel

Sans le récit de Flavius Josèphe, deux siècles d'histoire de Rome et de Jérusalem nous seraient quasiment inconnus. Né Yosef ben Mattityahu Ha-cohen dans une grande famille de Jérusalem en l'an 37, il est mort à Rome, protégé des empereurs successifs de la dynastie flavienne, vers l'an 100. Entretemps il avait vécu en tant qu'acteur des tensions entre Rome et Jérusalem, puis témoin oculaire de la chute du Temple. Proche de Titus, la seconde partie de sa vie est romaine. Elle est entièrement consacrée à l'histoire. En effet dès le lendemain de la guerre, il fut chargé d'en écrire le récit pour la gloire des vainqueurs mais sans dissimuler son propre chagrin. À ce premier ouvrage, La Guerre des juifs contre les Romains ou Guerre de Judée (vers 75), s'ajoutèrent les Antiquités judaïques qui relatent l'histoire biblique mais aussi une précieuse Autobiographie. L’invitée : Mireille Hadas-Lebel est historienne, spécialiste de l’histoire du judaïsme et de l’hellénisme, professeur émérite à la Sorbonne. Elle a publié chez Fayard une biographie de Flavius Josèphe mais aussi d’Hérode. Elle est aussi l’auteure de Jérusalem contre Rome (CNRS éditions, 567 pages, 12 €) et vient de compiler l’œuvre de Flavius Josèphe dans la Collection Bouquins (1536 pages, 34 €). À lire aussi : -"Égypte antique : d'Abraham à Moïse, l'autre terre biblique" : http://bit.ly/3xIkcg7 -"Bar-Kokhba : le Juif qui s'est révolté contre l'Empire romain" : http://bit.ly/3YSpkdD -"Bérénice, la princesse juive qui séduisit Titus" : https://bit.ly/3YTCOVZ
2/22/202323 minutes, 42 seconds
Episode Artwork

L'armée allemande face au débarquement du 6 juin 1944, avec Jean-Luc Leleu

Le 6 juin 1944, date du débarquement des Alliés sur les plages normandes, est l’une des dates les plus connues et les plus célébrées de l’histoire. Plus qu’un évènement, c’est un symbole. Sa commémoration est-elle le reflet de son caractère décisif ? Si le débarquement n'a pas été une surprise pour le régime nazi, était-il considéré comme une véritable menace ? Comment cet épisode nous éclaire-t-il sur l'histoire de la Wehrmacht et plus précisément sur son déclin ? Quelle est la particularité du combat en dictature ? Jean-Luc Leleu propose une nouvelle lecture du conflit à partir de l'étude de ses acteurs. Notre invité : Jean-Luc Leleu est historien, spécialiste de la Second Guerre mondiale, membre du conseil scientifique du Mémorial de Caen. Combattre en dictature 1944 - la Wehrmacht face au débarquement (2022, Perrin, 784 pages, 29.00 €) est le résultat de dix années de recherche. À lire aussi : _"Marche sur Rome : en 1922, un coup de bluff signé Mussolini" : http://bit.ly/3YZQ0t7 _"Adolf Hitler à l'assaut de la république de Weimar" : http://bit.ly/3kfnyUL
2/20/202352 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

Rome et Jérusalem : amitié et inimitié antiques [1/3]

Parmi les nombreux peuples soumis par Rome, seuls les Judéens nous ont laissé un témoignage cohérent sur la puissance impériale. Grâce à l’œuvre immense de Flavius Josèphe, le Juif de Rome, l’historien possède une archive d’une inestimable richesse. Les premiers liens de Rome avec les Juifs datent du IIe siècle avant J.-C. : ils sont mentionnés par le livre de Maccabées et il s’agit d'une relation d’amitié. Que modifie l’arrivée de Pompée à Jérusalem en 63 avant J.-C. ? Comment s’exprime dans les écrits la lutte contre Rome ? Que signifie être juif sous l’Empire romain ? Existe-t-il un particularisme juif ? Quels sont les abus de pouvoir dans ce coin de l'Empire ? Retour sur la naissance de l'amitié entre les deux entités, puis sur la dégradation de leur relation au fil des décennies. L’invitée : Mireille Hadas-Lebel est historienne, spécialiste de l’histoire du judaïsme et de l’hellénisme, professeur émérite à la Sorbonne. Elle a publié chez Fayard une biographie de Flavius Josèphe mais aussi d’Hérode. Elle est aussi l’auteure de Jérusalem contre Rome (CNRS éditions, 567 pages, 12 €) et vient de compiler l’œuvre de Flavius Josèphe dans la Collection Bouquins (1536 pages, 34 €). À lire aussi : _"Égypte antique : d’Abraham à Moïse, l’autre terre biblique" : bit.ly/3YS6ind _"Bar-Kokhba : le Juif qui s'est révolté contre l'Empire romain" : bit.ly/3I7OpKb _"Bérénice, la princesse juive qui séduisit Titus" : bit.ly/3YTCOVZ
2/16/202322 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

L'invention du travail, avec Olivier Grenouilleau

Le travail est pour l’homme un phénomène universel. Il traverse le temps et l’espace et, même si certains ont imaginé la fin du travail, il reste toujours un élément central de nos vies quotidiennes et de nos perceptions sociales. Dans L'invention du travail, Olivier Grenouilleau nous propose de découvrir un vaste panorama de se son histoire dans la pensée occidentale, depuis le Néolithique en passant par les prophètes de Jérusalem, les philosophes d’Athènes, jusqu’au monde contemporain et ses mutations technologiques. Aux anciens récits religieux ont succédé les utopies sociales modernes. Comment le travail était-il perçu au fil des millénaires ? À quels concepts s'est-il rapporté et se rapporte-t-il encore de nos jours : nature ou culture, malédiction ou rédemption, servitude ou dépassement, abondance ou misère ? L’humanité est-elle condamnée à travailler pour les dieux ou pour le progrès ? Ou le travail est-il plutôt source de justice, de bonheur et voie de l’accomplissement ? Notre invité : Olivier Grenouilleau est docteur en histoire, directeur de recherche au centre Roland-Mousnier de Sorbonne-Université, membre de l’Académie des sciences d’Outre-mer. Il est l’auteur d’une œuvre récompensée par de nombreux prix et internationalement reconnue sur l’économie maritime, le marché et l’esclavage. Nous le recevons pour L’invention du travail, aux éditions du CERF, (296 pages, 20 €), une fresque capitale sur l’idée de travail, pour penser hier et demain. À lire aussi : _"Le quotidien des paysannes, compagnes de labeur" : https://bit.ly/40VCND0 _"Luddisme : la première rébellion contre les machines" : https://bit.ly/3jVlh0S
2/13/202346 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Ottoman : la défense des domaines (1574-1699), avec Olivier Bouquet

Après l'apogée de la domination ottomane, l'empire entre dans une nouvelle phases de son histoire: celle de la défense de son vaste domaine qui s'étend sur trois continents. Considérée comme une moment de déclin, la période de 1574 à 1699 est plus complexe qu'il n'y parait. Vu d’Istanbul, il existe à la fois des crises intérieures mais aussi des revers extérieurs. Que perd l’empire ottoman sur l'ensemble des deux fronts ? La période sonne-t-elle un coup d’arrêt à son extension ? Est-ce que le trône pendant cette période a été menacé ? A contrario, quels sont les éléments, notamment économique , politique ou même artistique, qui nous font dire que le déclin est relatif ? Notre invité : Olivier Bouquet est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Université de Paris et chercheur au CESSM. Il est un grand spécialiste de l’histoire ottomane. Il est notamment l’auteur de : Vie et mort d’un grand vizir, Halil Hamid Pacha (1736-1785). Biographie de l’Empire ottoman (Belles-Lettres, 2022, 640 pages, 29,00 €). Il vient de publier Pourquoi l’Empire ottoman? Six siècles d’histoire (Folio, 11,50€). A lire aussi : Sainte-Sophie : une basilique à la gloire de Dieu... et de l'Empire byzantin bit.ly/3XnKoXP Roxelane, le grand amour du sultan Soliman bit.ly/3RNOPde Hamit Bozarslan : « La Turquie d’Erdogan, comme celle d’Atatürk, se veut essentiellement turque » bit.ly/3jGMnZD
2/10/202319 minutes, 18 seconds
Episode Artwork

Savoir et pouvoir en Al-Andalus au XIe siècle, avec Emmanuelle Tixier du Mesnil

L’Andalousie musulmane, Al-Andalus, continue de susciter fantasmes, nostalgie et projections de toutes sortes. Erigée en haut lieu de la tolérance islamique, en paradis perdu, elle apparaît aussi comme le théâtre d’une lutte sans merci entre Islam et Chrétienté. Il s’agit ici de dépasser les mythes et de revenir sur l’histoire politique et culturelle. Au-delà de la confrontation avec les chrétiens du nord, quels sont les menaces internes de cette partie excentrée du monde musulman qui provoquent sa division puis l’avènement d’une dynastie berbère venue d’Afrique qui supplantera le pouvoir arabe ? Pourquoi malgré ces troubles, l’Andalousie est-elle le théâtre d’une très belle floraison culturelle, chaque ville ayant ses savants, sa cour et défendant son prestige ? Notre invité : Emmanuelle Tixier du Mesnil est docteur en histoire, professeur d’histoire médiévale de l’Islam à l’université de Paris Nanterre, spécialiste de l’histoire d’Al-Andalus et de la géographie arabe médiévale. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages sur le sujet et vient de publier Savoir et pouvoir en Al-Andalus au XIe siècle au Seuil (416 pages, 24.50 €). À lire aussi : -"Qui est le véritable Cid, preux chevalier de l'Espagne médiévale" : https://bit.ly/3HBtf7c -"Savoir et pouvoir en Al-Andalus au XIe siècle" : https://bit.ly/3jwsi8f
2/6/202347 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

Ottoman : l'apogée d'un empire 1453-1574 [2/3], avec Olivier Bouquet

Ils s'appellent Mehmet II, Sélim Ier ou Soliman le Magnifique. Leur règne constitue l'apogée d'un empire qui s’étendait sur trois continents et a duré plus de six siècles. Nouvel Alexandre, Mehmet II fut tout d'abord le sultan qui emporta l'imprenable Constantinople en 1453. Conquérant audacieux et homme talentueux, il fonde Istanbul c'est-à-dire Islambol , la ville "pleine d'Islam" et inaugure une longue période de suprématie. Que représente le sultan dans le monde ottoman ? Comment le pouvoir des sultans évolue-t-il et se transforme-t-il ? Quels sont les relais de ce pouvoir ? Quelle est la place de la diplomatie dans son action ? Comment évolue le droit dans la société islamisée ? Notre invité : Olivier Bouquet est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Université de Paris et chercheur au CESSMA. Il est un grand spécialiste de l’histoire ottomane. Il est notamment l’auteur de : Vie et mort d’un grand vizir, Halil Hamid Pacha (1736-1785). Biographie de l’Empire ottoman (Belles-Lettres, 2022, 640 pages, 29,00 €). Il vient de publier Pourquoi l’Empire ottoman? Six siècles d’histoire (Folio, 11,50€). À lire aussi : -"Sainte-Sophie : une basilique à la gloire de Dieu... et de l'Empire byzantin" : https://bit.ly/3jhYv36 -"Roxelane, le grand amour du sultan Soliman" : https://bit.ly/3R9Ukm7 -"Hamit Bozarslan : « La Turquie d’Erdogan, comme celle d’Atatürk, se veut essentiellement turque »" : https://bit.ly/3R8zJic
2/2/202321 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Philippe le Bel, la naissance de l'État, avec Jacques Krynen

Dans notre mémoire nationale, la figure de Philippe le Bel reste attachée à une dérive autoritaire de la monarchie capétienne. Longtemps critiqué, il fut pourtant réhabilité par les études historiques tout au long du XIXe siècle. En effet, ce roi a fait la France à plus d’un titre. Son règne s’inscrit dans un contexte de maturation institutionnelle ainsi qu’un mouvement intellectuel juridique et philosophique de grande ampleur. Qui était donc Philippe le Bel ? Quelle fut la singularité du roi par rapport à ses prédécesseurs, Saint Louis et Philippe Auguste ? Comment comprendre les motivations de sa politique à l’égard des templiers ou du pape Boniface VIII ? Quel contenu la royauté donna au droit royal et quelle place pris la religion dans l’exercice du pouvoir ? L’invité : Jacques Krynen est un historien du droit, spécialiste de l’époque médiévale et moderne. Auteur de nombreux ouvrages dont la codirection du Dictionnaire historique des juristes français, XIIe-XXe siècle paru aux PUF (2012). Professeur émérite de l’université de Toulouse Capitole, il a publié récemment : Philippe le Bel, la puissance et la grandeur (Gallimard, 160 pages, 17 €). À lire aussi : -"La Sainte-Chapelle : et la lumière fut" : https://bit.ly/3YanFzs -"Aliénor d'Aquitaine, une souveraine de tête" : https://bit.ly/3kXMC2o -"Machiavel sonne le glas du Moyen Âge politique" : https://bit.ly/3Y7dr2F
1/30/202349 minutes, 34 seconds
Episode Artwork

Ottoman : l'empire des trois continents [1/3], avec Olivier Bouquet

Il s’étendait sur trois continents et a duré plus de six siècles. Il vivait aussi sous quatre climats différents et fut la dernière formation impériale du Proche-Orient. Après Rome et Byzance, l’empire Ottoman est tout simplement la seule construction politique à avoir atteint de telles dimensions dans l'histoire. Quelles sont les origines de cet Empire ? Comment définir cet espace politique mais aussi économique : est-ce un empire continental ou maritime ? Faut-il parler d'un empire colonial ? Doit-on différencier Turcs et Ottomans ou distinguer l'empire du monde arabe ? Comment le pouvoir central a-t-il assuré sa domination sur cet espace considérable ? Quelle fut enfin la place de la religion dans l'empire ? Notre invité : Olivier Bouquet est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Université de Paris et chercheur au CESSMA. Il est un grand spécialiste de l’histoire ottomane. Il est notamment l'auteur de : Vie et mort d’un grand vizir, Halil Hamid Pacha (1736-1785). Biographie de l’Empire ottoman (Belles-Lettres, 2022, 640 pages, 29,00 €). Il vient de publier Pourquoi l'Empire ottoman? Six siècles d'histoire (Folio, 11,50€). À lire aussi : -"Sainte-Sophie : une basilique à la gloire de Dieu... et de l'Empire byzantin" : https://bit.ly/3WKuDKa -"Roxelane, le grand amour du sultan Soliman" : https://bit.ly/3R9Ukm7 -"Hamit Bozarslan : « La Turquie d’Erdogan, comme celle d’Atatürk, se veut essentiellement turque »" : https://bit.ly/3R8zJic
1/26/202321 minutes, 17 seconds
Episode Artwork

L'invention du patriotisme dans la Grèce antique, avec Michel de Jaeghere

En 1949, au lendemain de la seconde guerre mondiale, la philosophe Simone Weil écrivait que la patrie est dans l’ordre temporel « le bien le plus précieux parce qu’elle est ce qui assure à l’homme à travers le présent une liaison entre le passé et l’avenir ». Ajoutant qu'elle apporte « une continuité dans le temps, par-delà les limites de son existence humaine ». La doctrine juridique nous dit, de son côté, qu’elle représente la rencontre d’un peuple, d’une terre et d’une souveraineté. Mais d'où vient le patriotisme ? Dans un essai-fleuve, Michel de Jaeghere nous dépeint ses fondements établis dans la Grèce antique. Quels rôles les guerres médiques vont-elles jouer dans cette construction ? Que nous disent les résistances des cités grecques de l'identité hellénique ? Si les Grecs n'avaient pas remporté la victoire, leur génie se serait-il malgré tout épanoui ? Quelle a été l'influence de la paideia (« l'instruction d'un bon citoyen, selon la Grèce antique ») dans la résistance ? La guerre du Péloponnèse a-t-elle symbolisé une trahison de l'idéal grec ? L’invité : Michel de Jaeghere est journaliste, directeur du Figaro Histoire et du Figaro Hors-Série. Auteur de plusieurs ouvrages, son œuvre d’historien se distingue notamment par son travail sur la chute de Rome : les Derniers Jours (Belles Lettres – Tempus). Il a publié récemment la Mélancolie d'Athéna, l'invention du patriotisme (Belles Lettres, 632 pages, 17,99 €). À lire aussi : -"Grèce antique : les hilotes, ou le cruel paradoxe de Sparte" : https://bit.ly/3HmVtDO -"La guerre du Péloponnèse : un conflit à la résonance universelle" : https://bit.ly/3Dvqd3h -"Socrate, ce jeune philosophe de 25 siècles " : https://bit.ly/3XxDHDi
1/23/202350 minutes, 21 seconds
Episode Artwork

L'absolutisme fut-il un pragmatisme ? avec Pauline Valade

La période la Renaissance voit une véritable mise en scène de la monarchie. Celle-ci ne cesse de se développer à l'époque moderne pour s'épanouir dans l'absolutisme bourbonnien. Paradoxalement, à la conception contractuelle médiévale - celle du droit - se substitue une conception consensuelle autour de la dynastie et de l'État qui ne cesse de se sacraliser et de se centraliser. Les moteurs de cette accélération sont la fiscalité, le religieux, le contrôle social et l'armée mais, contrairement à l'idée reçue, Louis XIV sait composer : il agit même dans une forme de pragmatisme de tous les instants. Dans ce troisième volet consacré à la construction de l'État monarchique, Pauline Valade nous décrit cette évolution majeure au cours des temps modernes. L’invitée : Pauline Valade est spécialiste d’histoire moderne et enseignante. Elle est l’auteure de Le goût de la joie, réjouissances monarchiques et joie publique au XVIIIe siècle (Champs-Vallons, 424 pages, 26 €) et vient de coéditer sous la direction de Michel Figeac La construction de l’État monarchique en France de 1380 à 1715 (Armand Colin, 26 €, 2022). À lire aussi : -"Royaume de France : quand les régentes entrent dans l'Histoire" : https://bit.ly/3D3ZfPI -"Anne d'Autriche : comment la mère de Louis XIV a sauvé la monarchie française" : https://bit.ly/3QQzsAl -"Quand les rois de France et d'Angleterre avaient la main guérisseuse" : https://bit.ly/3iPxW4Z
1/20/202323 minutes, 44 seconds
Episode Artwork

1870 : l'année décisive qui provoque la chute du Napoléon III, avec Thierry Lentz

1870 marque sans contexte un des tournants de l'histoire de France et de l'Europe. Alors qu'en 1852, Napoléon III déclarait « L'Empire, c'est la paix » , sa politique étrangère au cours de son règne va bouleverser l'ordre du Congrès de Vienne de 1815, jusqu'à précipiter sa chute lors du désastre de Sedan, le 1er septembre 1870. Moqueur, le premier ministre anglais disait du neveu de Napoléon : « Ses idées se multiplient comme des lapins dans une garenne ! ». Quels furent les principes qui portèrent sa politique étrangère ? Quel influence aura dans ses décisions le journal d'exil de son oncle le Mémorial de Sainte-Hélène écrit par son secrétaire Emmanuel de Las Cases ? Comment les grandes étapes guerrières du Nouvel Empire aboutirent au conflit franco-prussien de 1870 ? Enfin, quels ont été au fond les manquements et, disons-le, les erreurs de Napoléon III qui menèrent à l'année décisive ? L'invité : Directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz s’est imposé comme un des maîtres de l’histoire napoléonienne. Auteur d’une quarantaine d’ouvrages, il a été distingué en 2019 par l’Institut de France pour l’ensemble de son œuvre. Il avait été invité par Storiavoce pour son remarquable Joseph Bonaparte. Il vient de publier Napoléon III, la modernité inachevée (Coédition Perrin - BNF, 256 pages, 25 €). À lire aussi : -"Eugénie, la belle Espagnole qui a conquis Napoléon" : https://bit.ly/3Xue9qi -"Bataille d'Alésia : la découverte qui alimenta les polémiques" : https://bit.ly/3ZQFi94 -"Les Habsbourg dans l'ombre du Saint Empire" : https://bit.ly/3GLonff
1/16/202344 minutes, 35 seconds
Episode Artwork

L’État avant la nation, avec Thierry Dutour

Le grand historien Marc Bloch rappelait que les institutions politiques en général ne peuvent se comprendre qu’en prenant en compte les courant d’idées et la relation. Évoquer les institutions, c’est donc aussi évoquer une communauté politique. L’État monarchique en France renvoie donc à cette idée d'une communauté. Médiéviste, Thierry Dutour nous décrit la construction de cet État alors que le droit n'est pas encore unifié. À quelles réalités renvoient les idées de nations et d’État ? Quelles étaient les limites du pouvoir et les devoirs du roi ? Quelle était la place faite au consentement et au consensus mais aussi à l'opinion publique dans la société ? Quelle est enfin la part de la fiscalité dans la construction de l’État ? Notre invité : Thierry Dutour est maître de conférences HDR à Sorbonne Université. Il est notamment l’auteur de La Ville médiévale. Origines et triomphe de l’Europe urbaine (Odile Jacob, 2003) et Sous l’empire du bien. « Bonnes gens » et pacte social (XIIIe -XVe siècle) (Classiques Garnier, 2015). Il vient de publier La France hors la France, l’identité avant la nation (Vendémiaire, 372 pages, 24 €). Il est enfin coauteur de La construction de l’État monarchique en France entre 1380 et 1715 (Armand Colin, 352 pages, 26 €). À lire aussi : -"Royaume de France : quand les régentes entrent dans l'Histoire" : https://bit.ly/3Irn6MY -"Anne d'Autriche : comment la mère de Louis XIV a sauvé la monarchie française" : https://bit.ly/3vDUR5R -"Quand les rois de France et d'Angleterre avaient la main guérisseuse" : https://bit.ly/3vYmG9b
1/12/202326 minutes, 10 seconds
Episode Artwork

La femme dans les textes du Moyen Âge, avec François-Marie Portes

L'injonction biblique "Femmes soyez soumises à vos maris" (Paul, 3.18) est probablement aujourd'hui l'une des plus provocantes et des plus choquantes de la littérature chrétienne. Elle vient appuyer l'idée selon laquelle les sociétés structurées par la religion catholique, et notamment les sociétés médiévales, étaient misogynes. Or la pensée chrétienne sur la femme était loin d'être uniforme en fonction des lieux et des époques. La femme a-t-elle véritablement été considérée comme l'inférieure de l'homme ? Comment en parlait-on et la définissait-on au Moyen Âge ? Les auteurs chrétiens s’appuyaient-ils d'abord sur la Bible ou sur l'héritage gréco-latin ? Si la femme était considérée comme inférieure de l'homme, comment expliquer les reines, les régentes, les abbesses, les femmes d'influence etc. ? Existe-t-il une cohérence entre les écrits sur la femme et sa place dans la société ? Notre invité : François-Marie Portes est enseignant et historien de la philosophie. Sa récente publication La femme au Moyen Âge : Aristote contre l’Évangile (2022, Éditions du Cerf, 480 pages, 34,00 €) est le fruit de sa thèse de doctorat Parler de "la Femme" au Moyen-Age. Comparaison épistémologique entre corpus d'auteurs universitaires du XIIIe et XVIe siècle soutenue en 2019. À lire aussi : "Violences faites aux femmes. Un regard sur le Moyen Âge" : https://bit.ly/3XhnJwF "Royaume de France : quand les régentes entrent dans l'Histoire" : https://bit.ly/3Irn6MY
1/9/202349 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

Henri VIII ou la démesure, avec Cédric Michon

Henri VIII est le monarque anglais le plus célèbre parce que son histoire demeure l’une des meilleures que l’on puisse raconter. Si c’est un jeune roi pieux au cœur de l’Europe catholique qui monte sur le trône, c’est un prince schismatique, qui a créé une Église nationale et une nouvelle manière de régner, qui meurt en 1547. Pendant ces trente ans, il aura fait sauter les unes après les autres de multiples digues séculaires : rupture avec la papauté ; exécution de sa seconde épouse, de son principal ministre, de son chancelier, d’un cardinal, de sa cinquième épouse ; tour de vis fiscal sans précédent ; suppression de tous les monastères du royaume ; confiscation de dizaines de palais, de châteaux et de demeures nobles. Tout y est. La violence et le sexe. L’amour et la haine. Le pouvoir et la démesure. L’amitié et la trahison. Le fils écrasé par son père ; le père écrasant ses enfants. L'historien Cédric Michon nous plonge dans ce règne de la démesure. Notre invité : Cédric Michon, normalien, agrégé d’histoire, est maître de conférences à l’université du Maine et membre junior de l’Institut universitaire de France. Il a consacré plusieurs ouvrages à François Ier et à sa cour : Louise de Savoie (2015), Le cardinal Jean Du Bellay (2014), Les conseillers de François Ier (2011) et La crosse et le sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII (2008) et a publié une cinquantaine d’articles sur le sujet. Il vient de publier Henri VIII, la démesure du pouvoir (Perrin, 416 pages, 25€). À lire aussi : -"Henri VIII, amour et vengeance à la cour des Tudors" : https://bit.ly/3jA2FTt -"François Ier, une Renaissance française" : https://bit.ly/3QekaF9
1/3/202345 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

Colette en guerre : confinée et occupée, avec Bénédicte Vergez-Chaignon [3/3]

[Les Français sous l'Occupation 3/3] Alors que Colette est plus que jamais au cœur de notre littérature, sa vie sous l'occupation reste empreinte d’un halo de mystère et de beaucoup de rumeurs. Que représente l'écrivain en 1939 ? Entre-t-elle en guerre en 1939 comme en 1914 ? Comment vit-elle à l'heure allemande ? Ses écrits ne font-ils pas « pâle figure dans un temps de décisions vitales et d’engagements ? » Dans son livre Colette en guerre, l'historienne Bénédicte Vergez-Chaignon mène l'enquête. Nourrie d’archives en grande partie inédites elle nous entraîne dans le quotidien de la célébrité. L’invitée : Bénédicte Vergez-Chaignon est diplômée de Sciences Politiques et Docteur en Histoire. Spécialiste de la France et de la deuxième Guerre Mondiale, elle a travaillé sous la direction de Serge Berstein. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont une biographie de Pétain (Tempus, 1276 pages, 16 €) qui fait autorité. L’ouvrage, qui a été salué unanimement, a reçu le prix de la biographie politique 2014 et le prix de la biographie du Point en 2015. Bénédicte Vergez-Chaignon vient de publier Les Français dans la Guerre – Archives du quotidien 1940-1945 (Flammarion, 224 pages, 39 €) et Colette en guerre 1939-1945 (Flammarion, 334 pages, 21,90 €). À lire aussi : "L’Occupation vue par les Allemands" : https://bit.ly/3jwJ1I4 "Documentaire : Versailles sous occupation allemande" : https://bit.ly/3I3U1qH
12/28/202220 minutes, 14 seconds
Episode Artwork

Le sens de la fête... au XVIIIe siècle, avec Pauline Valade

Au XVIIIe siècle, Paris célébrait chaque événement lié à la Couronne de France : naissance royale, mariage princier, victoire militaire, etc. Dès lors, la Maison du Roi, le Bureau de la Ville et le Châtelet de Paris organisaient les réjouissances pour le peuple. Feux de joie, banquets, orchestres, lâchers d'oiseaux, distribution d’argent, Te Deum... Les manifestations de joie se mettaient en branle sous le contrôle des autorités qui en régulaient les rites : « La politique est affaire de passion, de croyance, d’émotion voire d’irrationnel. » nous dit Pauline Valade. Pour les autorités, les réjouissances étaient les signes tangibles d’une communion avec les sentiments du souverain. Invitée de Storiavoce, l’historienne qui vient d’être primée par l’Académie française, nous présente ce goût de la joie qui, tout au long du XVIIIe siècle, évolue jusqu’à la Révolution : comment ces réjouissances étaient-elles organisées ? Quels en étaient ces acteurs économiques ? Quel rôle jouait la police du roi dans leurs régulations et comment la population s'appropriait l'événement ?   L'invitée : Pauline Valade est spécialiste d'histoire moderne et enseignante. Elle est l'auteure de Le goût de la joie, réjouissances monarchiques et joie publique au XVIIIe siècle (Champs-Vallons, 424 pages, 26 €) et vient de co-éditer sous la direction de Michel Figeac La construction de l'Etat monarchique en France de 1380 à 1715 (Armand Colin, 26 €, 2022).` À lire aussi : "Exposition : à Versailles, le portrait intimiste de Louis XV" : https://bit.ly/3Giyxow "Deux petites princesses échangées pour une alliance" : https://bit.ly/3PUjg0v
12/26/202247 minutes
Episode Artwork

La vie quotidienne des Français sous l'occupation [2/3], avec Bénédicte Vergez-Chaignon

[Les Français sous l'Occupation 2/3] En 1940, la France est occupée par les troupes allemandes : "La convention d’armistice qui fixe les règles d’occupation est à géométrie variable [...] L’emprise n’est pas seulement militaire : elle est administrative et économique" nous dit Bénédicte Vergez-Chaignon. Peut-on dire que la France devient "allemande" en 1940 ? Quelle est la vie des Français sous l'occupation ? Comment cette présence allemande s’exprime-t-elle dans leur quotidien ? Quelles sont les formes d'expression de la propagande ? Après avoir vu la relation des Français avec le Marchal Pétain pendant l'occupation, l'historienne Bénédicte Vergez-Chaignon présente ici le quotidien de l'occupation. L'invitée : Bénédicte Vergez-Chaignon est diplômée de Sciences Politiques et Docteur en Histoire. Spécialiste de la France et de la deuxième Guerre Mondiale, elle a travaillé sous la direction de Serge Berstein. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont une biographie de Pétain (Tempus, 1276 pages, 16 €) qui fait autorité. L’ouvrage, qui a été salué unanimement, a reçu le prix de la biographie politique 2014 et le prix de la biographie du Point en 2015. Bénédicte Vergez-Chaignon vient de publier Les Français dans la Guerre - Archives du quotidien 1940-1945 (Flammarion, 224 pages, 39€) et Colette en guerre 1939-1945 (Flammarion, 334 pages, 21,90 €). À lire aussi : "Documentaire : Versailles sous occupation allemande" : https://bit.ly/3GdhvIE "1940, l'épreuve fatale de l'armée française" : https://bit.ly/3jpBGd8 "L'Occupation vue par les Allemands" : https://bit.ly/3PLvqIO
12/22/202226 minutes, 2 seconds
Episode Artwork

Blanc : histoire d'une couleur, avec Michel Pastoureau

En 1124, Pierre le Vénérable, à la tête de l’abbaye de Cluny, interpelle Bernard de Clairvaux, à propos de l'évolution de la couleur de l'habit des moines cisterciens. Auparavant vêtus de gris, les moines de Cîteaux portent à présent le blanc. Habituellement couleur de la gloire, de la fête et du Christ, porter du blanc serait signe d'orgueil selon l'abbé de Cluny. Le noir, symbole d'humilité conviendrait mieux au vêtement monastique. Pour Saint Bernard porter l’habit blanc engage le pêcheur à tendre vers la pureté et la lumière. L'expression vestimentaire et corporelle doit encourager et incarner l'attitude spirituelle, or, le noir est la couleur du diable. Cette querelle chromatique fait échos à d'autres  controverses : idéologiques, liturgiques et théologiques. Que révèle-t-elle de l'importance de la symbolique des couleurs, et plus précisément du blanc dans la société médiévale ? La moralité concerne-t-elle aussi les couleurs ? Comment définir une couleur et comment définir le banc ? Au même titre que le noir, n'est-il pas un couleur à part ? Outre l'enjeu pictural,  pourquoi écrire l'histoire des couleurs ?  Notre invité : Michel Pastoureau est historien, spécialiste de la couleur et de la symbolique médiévale, titulaire de la chaire d’Histoire de la symbolique occidentale à l'École Pratique des Hautes Études. Blanc, histoire d'une couleur (Seuil, 240 pages, 39.90 €) est la dernière publication d'une série de six : Bleu (2000), Noir (2008),Vert (2013), Rouge (2016) et Jaune (2019). À lire aussi : "Les Chevaliers de la Table ronde. Romans arthuriens" : https://bit.ly/3BTa4nd "Archéologie : comment restituer la couleur d'origine des statues antiques" : https://bit.ly/3v5w36A
12/20/202245 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

Quarante millions de pétainistes ? avec Bénédicte Vergez-Chaignon [1/3]

[Les Français sous l'Occupation 1/3] En 1977, Henri Amouroux publiait Quarante millions de Pétainistes chez l'éditeur Robert-Laffont. Cinquante ans après, l'historienne Bénédicte Vergez-Chaignon fait le point historiographique sur les relations entre les Français et le maréchal Pétain en 1940. Comment les Français sont-ils entrés en guerre ? Quelle fut leur réaction face à la disparition de la Troisième République ? Comment a été perçue la Révolution nationale et le « redressement intellectuel et moral » voulus par les autorités de Vichy ? Les Français qui ont remis en en cause le pouvoir du maréchal Pétain étaient-ils majoritaires ? L'invitée : Bénédicte Vergez-Chaignon est diplômée de Sciences Politiques et Docteur en Histoire. Spécialiste de la France et de la deuxième Guerre Mondiale, elle a travaillé sous la direction de Serge Berstein. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont une biographie de Pétain (Tempus, 1276 pages, 16 €) qui fait autorité. L’ouvrage, qui a été salué unanimement, a reçu le prix de la biographie politique 2014 et le prix de la biographie du Point en 2015. Bénédicte Vergez-Chaignon vient de publier Les Français dans la Guerre - Archives du quotidien 1940-1945 (Flammarion, 224 pages, 39€) et Colette en guerre 1939-1945 (Flammarion, 334 pages, 21,90 €).
12/14/202224 minutes, 49 seconds
Episode Artwork

Voyage des intellectuels français dans l'Allemagne nazie, avec Alexandre Saintin

Écrivain à la réputation sulfureuse, Pierre Drieu la Rochelle confie dans Récit secret, rédigé en 1944 : "J'ai toujours voulu rapprocher et mêler les soucis contradictoires : nation et Europe, socialisme et aristocratie, liberté de pensée et autorité, mysticisme et anticléricalisme." Face à ces idéaux irréconciliables, l’enthousiasme des débuts semble laisser la place à l’aveu d’échec. Drieu la Rochelle fait partie de ces écrivains français qui ont été séduit par la nazisme. Certains intellectuels l'ont vu comme une idéologie qui aurait réconcilié les paradoxes et répondu aux aspirations idéologiques, politiques et spirituelles des lendemains de la Grande Guerre. Qui sont ces intellectuels voyageurs qui ont voulu découvrir le national socialisme “sur place” ? Pourquoi cette fascination ? Qui sont-ils et de quel bord politique se revendiquent-ils ? Ces voyageurs ont-ils préparé le terrain de la collaboration ? Comment appréhender leurs écrits ? L'auteur : Alexandre Saintin est historien, spécialiste de l'histoire des intellectuels français de l’entre-deux-guerres. Son livre Le vertige nazi, voyages des intellectuels français dans l’Allemagne nationale-socialiste (Passés/Composés, 2022, 320 pages, 23 €)est tiré de sa thèse, Tristes tropismes : voyages des intellectuels français en Italie fasciste et en Allemagne nazie 1922-1939, soutenue en 2015.
12/12/20221 hour, 22 seconds
Episode Artwork

Histoire de la rue, de l’Antiquité à nos jours, avec Joël Cornette

Depuis les rues droites de l’Antiquité en passant par les rues sinueuses et étroites du Moyen Âge, jusqu’aux percées et aux rationalisations du XIXe siècle, quelle est l'évolution de la rue au fil des époques ? Comment y circule-t-on ? Aucun historien n’avait écrit l’étude de ce « lieu de vie, de circulations, de sociabilité, de pouvoir » avant aujourd’hui.Théâtre du pouvoir, espace de fêtes et de violence : quel est le rôle politique et idéologique de la rue, qui se trouve au cœur de la ville ? Étienne Gros reçoit Joël Cornette, l'un des auteurs de L'Histoire de la rue, de l’Antiquité à nos jours, le récit inédit, passionnant et foisonnant d'un espace urbain méconnu. L'invité : Joël Cornette est un historien moderniste, reconnu pour ses travaux et ses publications sur la France de l’Ancien Régime. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de référence (Le Roi de guerre (Payot, 1993, réed, 2000)). Son Histoire de la rue, de l’Antiquité à nos jours (Tallandier 2022, 528 pages, 34,9€), co-écrit avec Catherine Saliou, Claude Gauvard et Emmanuel Fureix sous la direction de Danielle Tartakowsky, est appelé à faire date.
12/7/202247 minutes, 16 seconds
Episode Artwork

Revisiter le Moyen Âge, avec William Blanc

Si Notre-Dame de Paris est une cathédrale médiévale, elle a été en partie revisitée par le XIXe siècle. Les chimères, monstres caricaturant le Moyen Âge, sortent tout droit de l’imagination de l’architecte Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879). Moins connus que sa flèche, que ses trésors ou que son architecture, les chimères font tout autant partie de l'identité de Notre-Dame de Paris. Quand on les regarde, le Moyen Âge nous apparaît sublime, grandiose, fascinant tout autant que monstrueux, fantastique et effrayant. Eugène Viollet-Le-Duc en architecture, Umberto Ecco et Walter Scott en littérature, Games of Thrones à l'écran et le Puy du fou dans ses spectacles... Chacun réinvente le Moyen Âge à sa manière. On parle alors de médiévalisme. Quand est né ce mouvement et comment-a-t-il évolué ? Qui sont les stars du médiévalisme ? Sert-il ou dessert-il l'histoire ? L'invité : William Blanc est historien médiéviste spécialiste de la fantasy (Le Roi Arthur, un mythe contemporain (Libertalia, 2016) et Winter is coming, une brève histoire politique de la fantasy (Libertalia, 2019)), co-directeur du dictionnaire du Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire, Le médiévalisme, hier et aujourd’hui (2022, Vendémiaire, 464 pages, 30 €). Il a travaillé avec Anne Besson, professeur en littérature générale et comparée à l'université d'Artois (Arras) et Vincent Ferré professeur de littérature à l’université Sorbonne nouvelle. À lire aussi : «Très Riches Heures du duc de Berry : une vision ambiguë de la paysannerie » : https://bit.ly/3H6M97j « "Le Bon Roi Dagobert", une chanson parodique » : https://bit.ly/3HbxXd3
12/5/202249 minutes, 17 seconds
Episode Artwork

Voyages en Afrique médiévale, avec François-Xavier Fauvelle

En 1932, un jeune explorateur nommé Jerry Van Graan, trouva une tombe située sur une colline non loin du fleuve Limpopo (Afrique du Sud). Il y découvrit un rhinocéros entièrement recouvert d’or, et avec lui une partie de l'histoire de l'Afrique. Le rhinocéros d’or mesurait environ 15 cm. Sa tête était baissée, comme posée au sol, son corps imposant et son allure compacte qui lui donnaient une attitude grave renvoient indéniablement à l’idée de puissance. Il ne possède qu'une seule corne, ce qui peut paraître étrange car le rhinocéros africain en possède deux. Il semblait dormir dans la tombe depuis des siècles avec les autres objets qui l'entouraient : des bijoux en or, d’autres figurines elles aussi recouvertes d'or, des perles de verre… Depuis combien de temps était-il là ? S'il n’a qu’une corne, vient-il vraiment d’Afrique ? À qui tenait-il compagnie dans la tombe ? Que peut-il nous raconter sur la région ? La découverte de l’Afrique par ceux qui viennent d’ailleurs est-elle le point de départ de l’histoire de ce grand continent ? Notre invité : François-Xavier Fauvelle est professeur au Collège de France. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il est l’un des spécialistes mondiaux de l’histoire des sociétés africaines anciennes. Son livre Le Rhinocéros d'or, Histoire du Moyen Âge africain nouvellement réédité a été salué unanimement par le public et la critique.
12/1/202247 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

Comment la France a gagné la guerre de Cent Ans, avec Amable Sablon du Corail [3/3]

[La guerre de Cent Ans 3/3] Après des décennies de conflits et la bataille de Castillon (1453), la France remporte la fameuse guerre de Cent Ans. Cependant, il faut attendre le traité de Picquigny de 1475 et Louis XI pour que le conflit prenne définitivement fin. Comment la France a-t-elle remportée cette victoire ? Quel a été le rôle de la communication politique mais aussi l'importance de la volonté des Valois ? Peut-on parler de révolution militaire au cours de la période ? Quels sont les grands tournants du conflit et quelle a été la place réelle de Jeanne d'Arc dans la victoire finale ? L’invité : Ancien élève de l’École nationale des chartes, docteur en histoire, Amable Sablon du Corail est conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, où il est responsable du département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime. Il est par ailleurs l’auteur d’une biographie de Louis XI et de 1515, Marignan. Il vient de publier chez Passés / Composés : La guerre de Cent Ans, Apprendre à vaincre (464 pages, 25 €).
11/29/202221 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

Louis XV, côté cour, côté jardin, avec Hélène Delalex

Pour la première fois depuis des décennies, le château de Versailles organise une exposition consacrée à Louis XV à l'occasion du tricentenaire de son sacre. L'occasion pour Storiavoce de revenir sur celui qui était qualifié de "bien aimé". Le duc de Luynes ajoutait à son endroit : « C’est un caractère caché, non seulement impénétrable dans son secret, mais encore très souvent dans les mouvements qui se passent dans son âme. Le tempérament du roi n’est ni vif ni gai ; il y aurait même plutôt de l’atrabilaire." nous dit le Duc de Luynes. Qu'est ce que les objets exposés à Versailles nous révèlent sur règne de Louis XV ? Pourquoi la mort est-elle une obsession du roi dès sa prime jeunesse ? Quel sont les différentes influences de Madame de Pompadour ? Quel est le rapport de Louis XV avec les sciences, les livres et les arts ? Quels sont les derniers jours de Louis XV ? L'invitée : Hélène Delalex est, avec Yves Carlier, commissaire de l'exposition "Louis XV : passions d'un roi" (jusqu'au 19 février 2023). Conservatrice du patrimoine au musée du château et historienne, elle est sans nul doute la meilleure spécialiste de la reine Marie-Antoinette. Elle est enfin co-auteur du catalogue d'exposition Louis XV Passions d'un roi(Co-édition In Fine et Château de Versailles, 496 pages, 49 €). À lire aussi : "Louis XV, le roi méconnu" : https://bit.ly/3UZcQPi "Deux petites princesses échangées pour une alliance" : https://bit.ly/3UZFlMY
11/28/202242 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

La guerre de Cent Ans : matrice de la modernité ? avec Amable Sablon du Corail [2/3]

[La guerre de Cent Ans 2/3] Considérée à tort comme une guerre féodale, la Guerre de Cent ans préfigure au contraire l'État moderne et pose les bases de l'absolutisme : quel rôle jouent le roi Charles V puis Charles VII dans cette évolution ? Comment la réforme de la fiscalité et la création d'une armée permanente changent-elles l'exercice de l'État ? Peut-on parler véritablement d'un "absolutisme" au XVe siècle ? Comment l'administration évolue-t-elle sur un territoire marqué par la guerre et la division du royaume ? L'invité : Ancien élève de l’École nationale des chartes, docteur en histoire, Amable Sablon du Corail est conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, où il est responsable du département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime. Il est par ailleurs l’auteur d’une biographie de Louis XI et de 1515, Marignan. Il vient de publier chez Passés / Composés : La guerre de Cent Ans, Apprendre à vaincre (464 pages, 25 €). À lire aussi : "Non, Jeanne d’Arc n’était pas bergère à Domrémy" : https://bit.ly/3VdYOch "1358 : la révolte populaire qui fit trembler la France" : https://bit.ly/3hOr9HJ
11/21/202223 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Manger de la viande du paléolithique à nos jours, avec Florent Quellier

Dans son roman primé par le prix Goncourt, Les racines du ciel, Romain Gary voit dans la consommation de la viande, un instinct vital plus puissant que l'instinct sexuel : "Besoin de viande - la besoin ancestral de viande de l’homme africain et l’homme tout court…c’était un rêve, une nostalgie, une aspiration de tous les instants - un cri physiologique de l’organisme plus puissant que l’instinct sexuel. La viande ! c’était l’aspiration la plus ancienne, la plus réelle, et la plus universelle de l’humanité". Si de nos jours, les pays occidentaux tendent vers une alimentation de moins en moins carnée - et ce pour diverses raisons : sanitaires, écologiques, économiques, idéologiques, religieuses - qu'en était-il des sociétés qui les ont précédées ? La viande a-t-elle toujours été un aliment à part ? Était-elle un élément de distinction sociale ? Sa consommation résulte-t-elle d'un besoin vital ? L'invité : Florent Quellier est professeur d’histoire moderne à l’Université d’Angers, spécialisé dans l’histoire des cultures et de l’alimentation a dirigé une Histoire de l’alimentation chez Belin. À lire aussi : "Pomme de terre : le triomphe d’un aliment mondialisé" : https://bit.ly/3XkZiiB "Épices : l'Europe à la conquête des routes commerciales" : https://bit.ly/3EsPHO3
11/16/202249 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

Définir la Guerre de Cent ans, avec Amable Sablon du Corail [1/3]

[La Guerre de Cent ans 1/3] Deux siècles durant, deux dynasties françaises, les Plantagenêt et les Valois, placées l’une à la tête de l’Angleterre, l’autre sur le trône des fleurs de lys, se sont livré une lutte à mort. Cette "Guerre de Cent ans", comme le XIXe siècle l'a qualifiée, a été comme boudée par l'historiographie. Elle suscite pourtant de nombreuses questions : était-elle une guerre féodale ou un conflit de souveraineté ? Peut-on la considérer comme une guerre de nations ? Quelle fut aussi la part de la guerre civile dans cet affrontement ? Était-elle enfin une guerre nouvelle et globale ? Invité de Storiavoce, Amable Sablon du Corail entame une série de trois cours d'histoire sur le sujet. Après avoir défini la Guerre de Cent ans, la semaine prochaine, il verra en quoi cette guerre est une préfiguration de l'État moderne. Dans un dernier volet, il se penchera sur les causes de la victoire française. L'invité : Ancien élève de l’École nationale des chartes, docteur en histoire, Amable Sablon du Corail est conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, où il est responsable du département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime. Il est par ailleurs l’auteur d’une biographie de Louis XI et de 1515, Marignan. Il vient de publier chez Passés / Composés La Guerre de Cent ans Apprendre à vaincre (464 pages, 25 €). À lire aussi : "Jeanne d’Arc, fille de la frontière" : https://bit.ly/3V3msIo "1358 : la révolte populaire qui fit trembler la France" : https://bit.ly/3ghX2bc
11/14/202218 minutes, 54 seconds
Episode Artwork

Émile Combes et le combisme, avec Julien Bouchet

Le Larousse publié en 1929 définit l’anticléricalisme comme « la caractéristique du combisme » qui est « l’ensemble des opinions et tendances politiques du ministre Combes et ses partisans ». Peut-on réduire la politique du sénateur Émile Combes (1835-1921) à l’anticléricalisme ? Le combisme est-il une idéologie ou doit-il être identifié à un moment politique précis ? Quelle est la singularité du parcours d’Émile Combes ? Quel est le rôle du sénateur dans l’exil des congrégations suite à la loi sur les associations de 1901, dans la séparation de l’Église et de l’État (1905) et dans la rupture des relations diplomatiques avec le Vatican (1904) ? Peut-il être considéré comme le père de la laïcité française ? L’affrontement de mémoire entretenu par une gauche anticléricale et une droite catholique hantée par le souvenir de « persécutions » a-t-il nui à l’histoire de cette personnalité ? L'invité : Julien Bouchet est historien spécialiste d'histoire politique. Il a soutenu, en 2013, une thèse sur Le combisme dans la France du début du XXème siècle : pratiques de pouvoir, réceptions et dissensions. Il a dirigé avec Pierre Triomphe, la publication des actes d’un colloque sur Émile Combes organisé au Sénat et à Pons en mai et juin 2021 : Émile Combes et le combisme (2022, éditions Atlande, 390 pages, 21,00 €). À lire aussi : "Clemenceau, le « Père la victoire »" : https://bit.ly/3WO7VC7 "La tour Eiffel, ou la naissance d’un colosse de fer" : https://bit.ly/3TnmNEw
11/10/202248 minutes, 12 seconds
Episode Artwork

La médecine au temps des Lumières, Philip Rieder

En 1773, le jeune médecin suisse Louis Odier considère que : « le gros des médecins particulièrement hors de la Grande-Bretagne est presque entièrement composé d’ignorants charlatans et de malhonnêtes fourbes ». Louis Odier n’est ni un médecin ordinaire, ni une célébrité, mais il est emblématique d’une génération qui veut renouveler la pratique de la médecine. Elle doit être guidée par la raison et les Lumières. Comment cette démarche se traduit-elle concrètement ? En quoi s'oppose-t-elle aux anciennes pratiques ? À travers le parcours de Louis Odier, nous découvrons le monde médical au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Quelles sont les motivations de cette génération ? Comment est-elle formée ? Que nous apprend l'histoire de la médecine sur celle des sociétés des XVIII et XIXème siècles ? Notre invité : Philip Rieder est titulaire d'un doctorat ès-lettres, il a enseigné l'histoire de la médecine et l’histoire de la Suisse à la l’université de Genève. Auteur d'un ouvrage sur l'histoire de la formation médicale, il a écrit de nombreux articles sur l'histoire du savoir médical, sur l'histoire sociale du patient et des soignants. Il répond à nos questions à la suite de la parution de son ouvrage Le monde médical des Lumières, Louis Odier (1748-1817), aux éditions Presses Universitaires François Rabelais (352 pages, 26 €). À lire aussi : "Explorateurs des Lumières" : https://bit.ly/3hqsm7S "La quinine : un antidote venu d’Amérique" : https://bit.ly/3Uz86Qt
11/8/202243 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

Le Portugal : une nation entre l’Espagne et le grand large, avec Yves Léonard

Au XXe siècle, le triple F incarne les "valeurs" du Portugal, comme les définit le régime salazariste : "Foot", "Fatima", haut lieu d’apparition mariale et symbole de l’importance et de l’ancrage du catholicisme portugais, et "Fado", genre musical portugais. Comment le Portugal s'est-il construit avant le triple F ? Quels sont les liens entre une certaine vision de l'histoire et la fabrication de la nation ? Était-ce parce qu'il se sentait à l'étroit, bloqué à la périphérie de l’Europe, que le Portugal s'est lancé à la conquête des mers ? Quelle est la place de l'histoire des Lusitaniens parmi celle des peuples européens ? Quelles sont les dates clefs de l'histoire du Portugal ? L'invité : Yves Léonard est spécialiste de l'histoire du Portugal. Membre du Centre d’histoire de Sciences Po et chercheur-associé à l’université de Rouen-Normandie, sa thèse portait sur Salazarisme, nationalisme et idée coloniale au Portugal. Il vient de publier une Histoire de la nation portugaise aux éditions Tallandier (2022, 400 pages, 24.90 €) dans la collection "Histoire d'une nation" dirigée par Éric Anceau. À lire aussi : "Lalibela, les églises creusées dans la pierre d’Éthiopie" : https://bit.ly/3SZNFKT "Arménie, le dur désir de durer" : https://bit.ly/3Wsolji
11/2/202248 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

L'alchimie : une passion florentine, avec Alfredo Perifano

Cet entretien propose de plonger dans un univers assez particulier : celui de l’alchimie. Cette science occulte, très en vogue à l’époque médiévale, évoque tout à la fois la fameuse pierre philosophale, l’élixir de jouvence, la transmutation des métaux, mais aussi les textes codés, un certain mysticisme, voire la magie. Au-delà de ces réalités souvent fantasmées, rappelons que l’alchimie occupe une place importante dans l’histoire des idées, durant le Moyen Âge donc, mais aussi pendant la Renaissance. Elle habite ainsi les grandes cours princières d’Europe, notamment celle de Florence où règne en maître Côme Ier de Médicis, Grand-duc de Toscane. Quelles sont les spécificités du fait alchimique à la Renaissance ? Côme Ier est-il le premier des Médicis à s'intéresser à cette science ? L’alchimie, qui est une activité privée, implique-t-elle toutefois des conséquences dans l’espace public et sur la collectivité ? Quel rapport établir entre alchimie et religion ? Où s'arrête l'alchimie et où commence la magie ? Comment le fait alchimique, intégré dans une politique culturelle, est-il mis au service du pouvoir médicéen ? L'invité : Alfredo Perifano est professeur émérite de littérature et civilisation de la Renaissance à l’Université de Franche-Comté. Il est l'auteur de L’alchimie à la cour de Côme Ier de Médicis : savoirs, culture et politique (Rééd, Classique Garnier, 248 p, 32,00 €). À lire aussi : "Alchimistes à la poursuite de la pierre philosophale" : https://bit.ly/3sI4gbl "Paracelse, le combat d’un médecin visionnaire" : https://bit.ly/3TVfwNq
10/31/202242 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

Les tirailleurs sénégalais, avec Anthony Guyon

Banania, chéchia et coupe-coupe... La trilogie autour des tirailleurs sénégalais remporte sans nul doute la palme des clichés historiques. Fuyant ces images simplistes, reprises d'ailleurs dans la propagande de guerre, le livre d'Anthony Guyon retrace l'histoire complexe et étonnante d'un corps d'armée de ses origines à sa disparition en 1960. Les tirailleurs étaient-ils tous sénégalais ? Quel rôle joue Louis Faidherbe dans la création de ce corps africain ? Quelles seront les forces et les limites de l'analyse de Charles Mangin sur la "force noire" ? Pourquoi les Anglais et les Allemands estimaient-ils l'envoi d'un corps de couleur comme un scandale ? Quels fut le rôle de ces soldats pendant la Grande Guerre et la deuxième Guerre mondiale ?  L'invité : Enseignant agrégé et docteur en Histoire, Anthony Guyon a consacré sa thèse aux tirailleurs sénégalais durant l'entre-deux-guerres. Il participe au site à Nonfiction.fr, le quotidien des livres et des idées depuis 2013. Il y coordonne l'histoire contemporaine et anime les entretiens du Regard du Chercheur.  Il vient de publier chez Perrin en co-édition avec le Ministère des Armées : Les tirailleurs sénégalais, de l'indigène au soldat de 1857 à nos jours (380 pages, 22 €)
10/26/202249 minutes, 3 seconds
Episode Artwork

L’État français au chevet des déserts médicaux au XIXe siècle, avec Olivier Faure

Au début du XIXe siècle, la création du corps des officiers de santé veut pallier la difficulté de l'accès aux soins notamment pour les populations des campagnes et des petites agglomérations. Histoire d'un métier disparu. Le désert médical n’est pas une problématique nouvelle. Au début du XIXème siècle, la France a mis en place pour y faire face, un métier aujourd’hui oublié : celui d’officier de santé. Ces médecins de second ordre du XIXème siècle, ou de seconde zone selon l’avis de leurs détracteurs, ont largement participé à fournir aux campagnes et petites agglomérations les soins médicaux auparavant inaccessibles. Pendant que les docteurs en médecine, moquent leur incompétence et les assimilent à des charlatans, les officiers de santé sont pourtant encouragés par l’État français. Ont-ils eu un réel impact sur l’accessibilité au soin ? D’où venaient-ils et pourquoi ont-ils disparu ? Peuvent-ils nous inspirer aujourd’hui ? L’invité : Olivier Faure est professeur émérite à l’université de Lyon et membre du LARHRA, spécialiste d’une histoire de la médecine qu’il aborde principalement par les marges et du point de vue des patients. Il a, entre autres, publié Les Français et leur médecine (Belin, 1993), La longue histoire de l’homéopathie (Aubier 2015) et une collection d’articles Aux marges de la médecine (PUP 2015). Il vient de publier Contre les déserts médicaux, Les officiers de santé en France dans le premier XIXe siècle, aux presses universitaires François-Rabelais (280 pages, 24 €).
10/24/202240 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

Une histoire du spiritisme, avec Philippe Charlier

Le XIXe siècle, considéré comme le siècle de la science, fut aussi celui de l’occultisme : de nombreux savants s'adonnaient alors aux pratiques du spiritisme. Que nous dit le spiritisme des sociétés dans lesquelles il se développe ? Comment définir cette doctrine et cette pratique ? Car le travail de l’historien ne consiste pas à dire si les fantômes existent ou à démontrer la véracité du surnaturel ; il en étudie le discours, il analyse les croyances qui lui sont rattachées, il tente d'en comprendre les acteurs et contextualise le phénomène. En apparence hors du domaine de recherche de l’historien et du scientifique, les contrées du surnaturel bordent pourtant le champ de certaines de nos connaissances. Quelle science peut s’intéresser à l’invisible ? L'invité : Médecin, anthropologue, archéologue, Philippe Charlier a publié de nombreux livres sur l’histoire du spiritisme, des croyances occultes et des rituels qui entourent la mort (Autopsie des fantômes, Une histoire du surnaturel, Tallandier, 2021, 321 pages). Il est actuellement directeur du département de la recherche et de l’enseignement au musée du quai Branly-Jacques Chirac. À lire aussi : "Camille Flammarion : un astronome en quête de mondes parallèles" : https://bit.ly/3DgNzZa "Paranormal : quand le spiritisme envoûte l'Occident" : https://bit.ly/3DP7nVm
10/19/202246 minutes
Episode Artwork

Combattre dans l'Atlantique aux XVIe et XVIIe siècles, avec Alexandre Jubelin

Rendre compte au plus près des navires et des hommes de la réalité du combat sur mer entre le début du XVIe et le milieu du XVIIe siècle, tel est le pari du livre d'Alexandre Jubelin : comment ont évolué les techniques navales ? Quelle était la vie à bord de ces vaisseaux de guerre ? Qui étaient ces hommes qui se battaient et ne pouvaient fuir une fois l'abordage engagé ? Quel est le rôle de l'artillerie dans les combats? Est-elle une révolution ou au contraire un long moment de transformation des techniques de combat ? Dans le cadre des Rendez-vous de l'histoire consacrés à la mer (Edition 2022), Alexandre Jubelin est notre invité. Notre invité : Agrégé et docteur en histoire, Alexandre Jubelin est professeur d'histoire-géographie en région parisienne et vient de publier Par le fer et par le feu. Combattre dans l'Atlantique (XVIe-XVIIe siècles) (Passés composés, 2022). Ayant collaboré régulièrement à France Culture et l'Obs, il a notamment publié en 2018 une longue enquête dans La Revue du Crieur sur l'état et les perspectives des War studies en France. Il est aussi le producteur du podcast Le Collimateur et le Rétroviseur.
10/17/202249 minutes, 5 seconds
Episode Artwork

Pillage et commerce dans le monde viking, avec Lucie Malbos

Quand apparaît le mot Viking et que désigne-t-il ? Peut-on parler d’une époque viking comme on parle d’une époque carolingienne ? Le monde viking est-il inséparable du voyage et quels sont les liens entre le pillage et le commerce ? Les Vikings ont-ils eu des contacts avec les habitants d’Amérique du Nord ? À travers quatorze portraits d’hommes et de femmes connus et inconnus, l’historienne Lucie Malbos nous offre une réflexion approfondie et renouvelée sur ce monde si particulier et passionnant. Une émission enregistrée à à l’occasion des Rendez-vous de l’Histoire (2022) consacrés à la Mer. Notre invitée : Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée et docteure en histoire, Lucie Malbos est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers et membre du CESCM. Elle est l’auteure d’une thèse remarquée, publiée sous le titre Les Ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle). Elle a publié chez Passés/Composés : Harald à la Dent bleue, viking, roi, chrétien (288 pages, 22€) et Le Monde Viking, portraits de femmes et d’hommes de l’ancienne Scandinavie chez Tallandier (352 pages, 21,90€).
10/12/202245 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Existe-t-il une identité méditerranéenne ? avec David Abulafia

Mare Nostrum pour les Romains, mer Blanche pour les Turcs, mer du Milieu pour les Allemands : les noms de la Méditerranée nous disent l'extrême richesse de cet espace et de ses perceptions. Dans un entretien exclusif enregistré aux Rendez-Vous de l'Histoire de Blois, le grand historien David Abulafia explique en quoi il se démarque des travaux de Fernand Braudel. Comment écrire une histoire de la Méditerranée ? Quelles sont les grandes périodes de cette histoire ? La Méditerranée est-elle un monde avant tout masculin ? Existe-t-il une identité méditerranéenne ? Ou bien l’identité méditerranéenne est-elle le reflet d’une utopie, tant sa diversité et sa pluralité (ethnique, linguistique, religieuse et politique) sont réelles ? Notre invité : Professeur émérite d’histoire méditerranéenne à l’université de Cambridge, David Abulafia en a présidé la faculté d’histoire. Son travail porte sur l’Espagne, l’Italie et la Méditerranée médiévales. La Grande mer. Une Histoire de la Méditerranée et des Méditerranéens a reçu le prix de la British Academy ainsi que le Mountbatten Maritime Award. Le livre vient d'être publié aux Belles Lettres (35 €, 744 pages). À lire aussi : "Les aigles des mers : Rome déploie sa marine" : https://bit.ly/3TuN30v "Christophe Colomb : itinéraire d’un monarque des océans" : https://bit.ly/3TfU98X
10/10/202228 minutes
Episode Artwork

Voyager dans l'Antiquité, avec Claude Sintès

Pourquoi voyage-t-on dans l’Antiquité ? Les hommes de l’Antiquité étaient-ils fascinés par le « lointain » ou au contraire, en avaient-ils peur ? Quelle était la relation de l’homme à la mer ? « Ce qui frappe dans les premières descriptions de voyages lointains, c’est l’absence de pathos, d’émerveillement devant des choses et des êtres si différents. » nous dit l’historien Claude Sintès, auteur d’une anthologie consacrée aux voyages dans l’Antiquité. Il est l’invité de Storiavoce qui, dans le cadre des Rendez-vous de l’histoire de Blois, réalise une série de podcasts consacrés au thème de l’édition 2022 : la Mer. L'invité : Claude Sintes, conservateur en chef du patrimoine honoraire, archéologue, ancien directeur du musée de l’Arles antique, est membre de la mission archéologique française de Libye où il a conduit les fouilles sous-marines du port d’Apollonia de Cyrénaïque. Aux Belles Lettres, il a publié Sur la mer violette (2009), Les Pirates contre Rome (2016) et une Bibliothèque idéale des Odyssées (2022). À lire aussi : - Bataille d’Alalia : quand les Grecs convoitaient la Corse : https://bit.ly/3fWaC3C - Archéologie sous-marine : comment les vestiges de l'Antiquité refont surface : https://bit.ly/3yyEU2N
10/9/202230 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Libre-échangistes et protectionnistes français (XIXe-XXe siècles), avec Francis Démier

Le XIXe siècle est le siècle des transformations, et notamment des transformations économiques. Or, ces évolutions sont toujours les fruits, directs ou indirects, voulus ou non, des décisions humaines, politiques ou non. Qui sont les hommes qui pensent l'économie et définissent les lois du négoce ? Quels sont les corps sociaux responsables de l’évolution du commerce ? Dans quelle mesure la définition de la nation détermine-t-elle les contours du marché ? La ligne de douane est-elle un obstacle au libéralisme ? De la même manière que le XIXe siècle semble tiraillé entre son héritage monarchique et son passé révolutionnaire, il donne l’impression de balancer entre deux modèles économiques : le libre échange et le protectionnisme. Ces lois dépendent-elles de l'idéologie des régimes en place ? Qu'est-ce que les pratiques commerciales nous disent-elles de l'attachement des Français à leur territoire ? Car étudier le dynamisme économique d'une nation, c'est comprendre la politique de toute une société. L'invité : Francis Démier, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Nanterre, est spécialiste de l’histoire de la France du premier XIXe siècle : La France de la Restauration. L’impossible retour du passé (Gallimard, 2012), La France du XIXe siècle. 1814-1914 (Points Seuil, 2014). Il vient de publier La nation, frontière du libéralisme, libre-échangistes et protectionnistes français (CNRS éditions, 2022, 464 pages, 26,00 €). À lire aussi : "Le client, roi des grands magasins" : https://bit.ly/3hXhWNq "Eugénie, la belle Espagnole qui a conquis Napoléon III" : https://bit.ly/3EQWWRG
10/5/202246 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

Savoirs et sciences en Mésopotamie, avec Philippe Clancier [3/3]

[La Mésopotamie 3/3] Peut-on parler de sciences en Mésopotamie ? Existait-il des disciplines "scientifiques" et comment étaient-elles associées les unes aux autres ? Les Mésopotamiens souhaitaient-ils inscrire le passé dans le présent en l’écrivant et rédigeaient-ils des chroniques ? Des auteurs et grands savants se distinguent-ils au sein de cette civilisation ? Peut-on enfin parler d'une influence mésopotamienne, tout comme il existe une influence hellénistique ou romaine ? Dans ce troisième volet d'une série consacrée à la civilisation mésopotamienne après la chute de Babylone, l’historien Philippe Clancier évoque les savoirs et les sciences de la région. Un premier volet a été consacré aux tablettes cunéiformes, puis un deuxième, à la situation politique, économique et sociale de la province impériale. L’invité : Philippe Clancier est maître de conférences à l’université Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent sur l’histoire mésopotamienne du Ier millénaire av. J.-C d’un point de vue politique, culturel et économique. Il est est le porteur du programme NimRoD : bibliothèques de l’Antiquité, financé par le Labex Les Passés dans le présent. Il assure la coordination scientifique de l’ensemble du programme. Il est un des co-auteurs chez Belin (collection Mondes anciens) du volume consacré à La Mésopotamie (1040 pages, 58 €) À lire aussi : "Darius III : la Perse s’effondre face à Alexandre" : https://bit.ly/3CpK8Ao "Les éléphants d’Hannibal : des géants redoutables au combat" : https://bit.ly/3ycykyZ
10/3/202219 minutes, 53 seconds
Episode Artwork

Formation au travail et apprentissage au XXe siècle, avec Stéphane Lembré

Le début du XXe siècle traverse une « crise de l’apprentissage ». D’un côté certains patrons affirment qu’« un ouvrier maçon n’a pas besoin de connaître la géographie », de l’autre le monde syndicale dénonce une exploitation des enfants alors que leur grande majorité intègre le monde du travail à la sortie de l’école, alors obligatoire jusqu’à l’âge de 13 ans. Comment doit être organisée la formation au travail de la jeunesse ? L’apprentissage, encore conçu comme une relation assez traditionnelle de maître à apprenti, peut-il répondre aux défis du temps : l’extension du domaine de la scolarité, l’affirmation de la relation salariale et l’innovation technique avec l’essor du machinisme ? L’État est attendu dans son rôle de régulation, et c’est ainsi qu’en 1919, la loi relative à l’organisation de l’enseignement technique industriel et commercial, dite loi Astier, est votée. Alors, quelles furent les conditions de sa rédaction ? Comment s’est organisée la formation au travail au cours du XXe siècle ? Quel fut l’impact de cette loi sur l’extension de la scolarité et son allongement ? Doit-on parler d’enseignement technique, d’enseignement industriel et commercial, d’enseignement vocationnel ou d’apprentissage ? L’invité : Stéphane Lembré est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, chercheur au CREHS de l’université d’Artois. Ses recherches portent sur l’histoire de l’éducation et l'histoire du travail au XXe siècle. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment d'une Histoire de l’enseignement technique (La Découverte, 2016) et vient de publier Une formation au travail pour tous ? La loi Astier, un projet pour le XXe siècle, aux éditions Classique Garnier (416 pages, 35 €).
9/29/202246 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

La Babylonie, province impériale de l’Empire perse, avec Philippe Clancier [2/3]

[La Mésopotamie 2/3] Que devient Babylone après sa chute en 539 av. J.-C. ? Quelles sont les grandes périodes de son histoire sous la domination impériale perse jusqu'à la conquête d'Alexandre en 331 ? Comment les grands rois achéménides, dont le fameux Xerxès Ier, vont-ils l'administrer ? Pendant près de deux siècles, la Mésopotamie est comme écartelée par un double phénomène : celui de l’insertion dans un empire monde, mais aussi celui d'un mouvement identitaire. Dans une nouvelle série de nos Cours d’Histoire, l’historien Philippe Clancier nous propose une découverte de la Mésopotamie au lendemain de la chute de Babylone. Après un premier volet consacré aux tablettes cunéiformes, il décrit pour nous la situation politique, économique et sociale de la province impériale. Avant de voir, la semaine prochaine, s'il existe des sciences et un savoir en Mésopotamie, au même titre qu’il existe une science et un savoir hellénistiques. L’invité : Philippe Clancier est maître de conférences à l’Université Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent sur l’histoire mésopotamienne du Ier millénaire d’un point de vue politique, culturel et économique. Il est est le porteur du programme NimRoD : bibliothèques de l’Antiquité, financé par le Labex Les Passés dans le présent. Il assure la coordination scientifique de l’ensemble du programme. Il est un des co-auteurs chez Belin (collection Mondes anciens) du volume consacré à La Mésopotamie (1040 pages, 58 €). À lire aussi : "Darius III : la Perse s’effondre face à Alexandre" : https://bit.ly/3dJfNDj "Les éléphants d’Hannibal : des géants redoutables au combat" : https://bit.ly/3LMLEje
9/26/202223 minutes, 11 seconds
Episode Artwork

L'Italie fascinée par l'Égypte : à la découverte du Musée égyptologique de Turin, avec Cédric Gobeil

Le succès des "expositions-événements" sur l'Égypte ancienne, notamment sur Toutankhamon en 2019, parle de lui-même : la terre des Pharaons nous fascine toujours autant. Comment en effet ne pas se sentir appelé par les rives sacrées du Nil, ne pas s’émerveiller devant ses pyramides, ses temples et l’habileté de ceux qui les ont construits ? Comment ne pas être troublé par cette civilisation hantée par l’éternité ? Mais sait-on que la route qui mène à Thèbes ou à Memphis passe par… Turin ? C’est ce qu’affirmait en tous cas Jean-François Champollion. La capitale du Piémont, en Italie, abrite en effet le plus ancien musée des antiquités égyptiennes et le plus important au monde après celui du Caire. Sarcophages, momies, statues monumentales, papyrus et objets usuels : pas moins de 40 000 pièces exceptionnelles dans ce musée créé dans le sillage de la campagne d'Égypte (1798-1801) s'y trouvent, dont le célèbre Canon royal de Turin - étudié par Champollion -, le temple rupestre d'Ellesiya ou la tombe de Kha et Merit. L'invité : Cédric Gobeil est conservateur au Musée des antiquités égyptiennes de Turin, archéologue de la vie quotidienne et de la culture matérielle durant la période du Nouvel Empire. Il est également professeur d'égyptologie à l'Université américaine du Caire et professeur associé au département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).
9/22/202236 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

Qu’est-ce qu’une tablette cunéiforme ? avec Philippe Clancier [1/3]

[La Mésopotamie 1/3] Quand apparaissent les tablettes cunéiformes ? Comment se présentent-elles physiquement et comment étaient-elles confectionnées ? Est-ce que les historiens possèdent un fonds important de tablettes ? Sait-on comment elles étaient conservées et stockées ? Est-ce que la civilisation mésopotamienne possédait des archives et des bibliothèques comme nous l’entendons aujourd’hui ? Dans une nouvelle série de nos Cours d’Histoire, l’historien Philippe Clancier nous propose une découverte de la Mésopotamie au lendemain de la chute de Babylone en 539 av. J.-C. Dans un premier volet, il se penche sur les tablettes cunéiformes. La semaine prochaine, nous partirons à la découverte de la Babylonie, province impériale de l’Empire perse. Enfin, nous verrons s’il existe des sciences et un savoir en Mésopotamie, au même titre qu’il existe une science et un savoir hellénistiques. L’invité : Philippe Clancier est maître de conférences à l’Université Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent sur l’histoire mésopotamienne du Ier millénaire d’un point de vue politique, culturel et économique. Il est est le porteur du programme NimRoD : bibliothèques de l’Antiquité, financé par le Labex Les Passés dans le présent. Il assure la coordination scientifique de l’ensemble du programme. Il est un des co-auteurs chez Belin(collection Mondes anciens) du volume consacré à La Mésopotamie (1040 pages, 58€). À lire aussi : "Mésopotamie : des loisirs pour oublier les difficultés du quotidien" : https://bit.ly/3qTMYae "Comment les cunéiformes de Mésopotamie ont-ils été déchiffrés" : https://bit.ly/3BUa2f7
9/20/202221 minutes, 12 seconds
Episode Artwork

Faut-il se sentir coupable de notre histoire ? avec Maroun Eddé

Depuis plusieurs années déjà, l’Occident en général, c’est-à-dire l’Europe occidentale mais aussi l'Amérique du Nord, est entrés dans une forme de culpabilité à l’égard de son histoire. Dans une société qui doute d’elle-même, nous sommes à l’ère de la repentance. La morale s’est ainsi invitée dans les débats historiques, mais aussi dans les livres de nos collégiens et lycéens. Storiavoce vous propose aujourd’hui de mieux comprendre ce sentiment de culpabilité et mieux saisir notre propre relation à l’histoire : comment expliquer tout d’abord ce phénomène de repentance ? A-t-il des aspirations légitimes ? Faut-il distinguer responsabilité juridique et responsabilité historique ? L’histoire, d’ailleurs, peut-elle être morale ? Peut-on accuser un peuple entier pour des faits qui se sont produits il y a plusieurs siècles ? Faut-il se sentir coupable de notre histoire ? L'invité : Maroun Eddé est philosophe et essayiste français, diplômé de Sciences Po et de l'École normale Supérieure. D'origine libanaise, il s'intéresse à la question de la mémoire des crimes du passé et à leur héritage dans le présent. Il vient de publier son premier essai aux éditions Bouquins, La mémoire coupable, dans lequel il analyse le poids des crimes historiques dans l'inconscient collectif européen et s'interroge sur les voies possibles pour les réparer.
9/15/202240 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

Contester sous l'Ancien Régime, avec Michelle Bubenicek

Les doléances ou « cahiers de doléances » restent intimement liés à la Révolution française, puisqu’ils ont été rédigés en vue de préparer les États généraux de 1789. On y faisait part de ses souhaits, de ses récriminations, autrement dit de ses vœux ou de ses doléances. On sait moins que les doléances furent en usage tant à l’époque médiévale qu’à l’époque moderne. Storiavoce vous propose de vous arrêter sur une pratique, la plainte politique, qui, sous l’Ancien Régime, visait à réguler les rapports entre les gouvernés et les gouvernants. Qui avait le pouvoir de rédiger ces doléances ? Comment s’exprimaient-t-elles ? Quelle importance le pouvoir donnait-il à ces récriminations ? Les doléances constituaient-elle une délimitation du pouvoir monarchique ? L’invitée : archiviste-paléographe et professeur des Universités, Michelle Bubenicek est directrice de l’École nationale des Chartes. Avec François Foronda, elle a dirigé l’ouvrage Doléances, la plainte politique, voie de régulation des rapports gouvernés-gouvernants (XIII-XVIIIe siècle), Coll. Études et rencontres de l’École des Chartes ( 34 €, 280 pages). À lire aussi : "La dette de l’État, poison de l’Ancien Régime" : https://bit.ly/3QzZjLg "Les États généraux : le reflet d’une société d’ordres" : https://bit.ly/3RSvyX1
9/12/202247 minutes, 19 seconds
Episode Artwork

La Russie et ses peuples, des origines à la révolution de 1917, avec Pierre Gonneau

"Tsar de toutes les Russies" est le titre que se donnent les souverains russes depuis Ivan le Terrible (XVIe siècle), même si le titre d’empereur a été préféré par Pierre le Grand (XVIIe siècle). Que signifie ce pluriel ? Que nous dit-il sur la mentalité politique de la Russie et plus généralement sur son histoire ? L'évènement fondateur de la Russie date de 862. Les habitants Novgorod, en proie à l'anarchie et aux conflits, auraient fait appel au peuple varègue pour les gouverner. Comment est née la Russie à partir de cet immense territoire morcelé en plusieurs entités ? Quelle unité et quelle identité pour cette mosaïque géographique de peuples, de religions, de civilisations ? Comment écrire l’histoire de ce pays souvent décrit comme incompréhensible et fascinant ? L'État fort est-il nécessaire pour échapper au chaos ? L'invité : Pierre Gonneau est historien, spécialiste de la Russie, professeur à Sorbonne Université et directeur d’études à l’EPHE. Il est l'auteur d'ouvrages de référence sur la Russie : Des Rhôs à la Russie : histoire de l’Europe Orientale (v. 730-1689) (PUF, 2012, 696 pages, 49 €), Histoire de la Russie, d’Ivan le Terrible à Nicolas II. 1547-1917 (Tallandier, 2016, 544 pages, 24.90 €), Novgorod : histoire et archéologie d’une république russe médiévale (970-1478) (CNRS éditions 2021, 248 pages, 29 €). Une émission enregistrée en partenariat avec le numéro 86 du magazine Histoire & Civilisations qui propose le dossier suivant : "L'empire russe d'Ivan le Terrible à Poutine". Offre promotionnelle exclusive pour un abonnement au magazine Histoire & Civilisations en cliquant ici. À lire aussi : "Russie : l'expansion sans fin d'un empire" : https://bit.ly/3KR455K "Impérialisme soviétique : quand l’URSS étend ses frontières" : https://bit.ly/3x5eFQN
9/8/202250 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

Itinéraire d'un livre : "L'Histoire de France" de Victor Duruy, avec Jean-Charles Geslot

Tout au long du XIXe siècle, l’histoire de France est à la mode. Si elle est considérée comme un enseignement noble et nécessaire, l’édition des manuels dépend directement des enjeux économiques et financiers du monde de l’édition. L’Histoire de France écrite par Victor Duruy (1811-1894) a une place particulière dans le paysage éditorial, car son auteur devient ministre en 1863. Comment conçoit-t-il son Histoire de France ? Son contenu est-il radicalement différent de celui des manuels actuels ? Quel est le rôle de Louis Hachette, l’éditeur de Victor Duruy, dans le succès du livre ? En quoi sa réception critique nous renseigne-t-elle sur les tensions idéologiques qui divisent alors la France ? Qu’est-ce que cette Histoire de France, qui fit rêver Charles Péguy, nous apprend-elle sur l’histoire sociale et culturelle de la France dont les écoliers connurent la craie, le grand tableau sombre et l’instituteur de noir vêtu ? L’auteur : Jean-Charles Geslot est maître de conférences à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialiste de l’histoire culturelle des XIXe et XXe siècles. Il vient de publier : Histoire d’un livre. L’Histoire de France de Victor Duruy (CNRS éditions, 400 pages, 25.00€). À lire aussi : Cinq bonnes raisons de relire Jules Michelet : https://bit.ly/3AMTl3H Baptême de Clovis : le roi de France qui est devenu catholique : https://bit.ly/3cPe1jC
9/5/202247 minutes, 46 seconds
Episode Artwork

Paul Deschanel : le président fou ? avec Thierry Billard

Élu le 17 janvier 1920 à la présidence de la République contre le « Tigre », Clemenceau, Paul Deschanel démissionne le 21 septembre 1920, sept mois seulement après son élection. Illustration parfaite de ce qu’écrit Maurice de Waleffe dans ses mémoires : « On ne disait pas d’un homme politique : il s’est reposé, donc il est rajeuni, on disait il s’est reposé, donc il est fini » (Quand Paris était un paradis). Ces sept mois de Deschanel à l’Élysée ont néanmoins suffi à dessiner dans les mémoires la figure d’un homme politique très sensible – ému aux larmes devant les gueules cassées de 14-18 -, fantasque – il pataugea à moitié nu dans un bassin du château de Rambouillet alors qu’il s’y trouvait pour se reposer – , et même fou, à cause de sa « chute de train » incongrue au milieu de la nuit, en 1920, qui fit croire quelques jours à sa disparition. Fou ? Ridicule ? Dépressif ? Comment cet homme politique dont on garde surtout des souvenirs de l’absurdité a-t-il pu accéder à la présidence de la République ? L’invité : Thierry Billard est directeur éditorial chez Robert Laffont et auteur de biographies. Il vient de réactualiser son travail sur Deschanel : Paul Deschanel, le président incompris, Perrin, 280 pages, 21.00 €.
8/31/202248 minutes, 23 seconds
Episode Artwork

Le trésor des rois du Moyen Âge à la Renaissance, avec Murielle Gaude-Ferragu

Que sait-on du contenu des trésors qui appartenaient aux rois de France ? Quelle part de notre histoire ces objets fabuleux, qui ont donné tant de matière à la littérature romanesque, nous permettent-ils de découvrir ? Les touristes du monde entier viennent à Paris pour découvrir la Sainte-Chapelle, tandis que les pèlerins vénèrent toujours de nos jours les reliques du Christ autrefois abritées dans cet édifice du XIIIe siècle édifié par Louis IX, dit Saint Louis. Sanctuaire somptueux, la Sainte-Chapelle et ses reliques si prestigieuses, meilleures pièces du trésor royal, illustrent le faste et la richesse de la monarchie française et affirment son prestige. Que révèlent ces reliques sur le lien entre sacré et royauté ? La détention d'un trésor royal est-elle nécessaire à l'affirmation du pouvoir royal ? De quoi était composé le trésor des rois et à quoi servait-il ? Quelles étaient les professions qui avent accès a ce trésor ? Comment écrire l'histoire de ces objets fabuleux, dont la légende a donné tant de matière à la littérature romanesque ? Notre invitée : Murielle Gaude-Ferragu est historienne, maîtresse de conférences HDR à l’université Sorbonne Paris Nord. Ses travaux portent sur le pouvoir et ses représentations au Moyen Âge. Elle vient de publier une étude fondamentale sur le trésor des rois : Le trésor des rois, sacré et royauté des rois maudits aux princes de la Renaissance (Perrin, 336 pages, 24.00 €). À lire aussi : Les reliques, ce commerce sacré du Moyen Âge : https://bit.ly/3QPCG6e Aliénor d’Aquitaine, une souveraine de tête : https://bit.ly/3pHDfDe
8/29/202243 minutes, 23 seconds
Episode Artwork

Des religions romaines à la religion impériale, avec Valérie Huet [3/3]

[Les religions romaines 3/3] L’historiographie et les approches du phénomène religieux romain ont beaucoup évolué depuis un certain nombre d’années, battant en brèche l’image d’un système rigide, fait de pratiques uniformes et immuables. Une certitude demeure : à Rome, la religio est née avec la cité. De là son imbrication avec le politique. Et, de fait, elle évolue avec les différents régimes que connaît l’Urbs, de la royauté à la République, jusqu’à l’Empire, objet du 3e volet de ce cours d’Histoire. Quel est le contexte religieux romain de ce Ier siècle avant notre ère ? Que va changer l’arrivée au pouvoir d’Octave, futur Auguste, et l’établissement de son principat ? La restauration augustéenne répond-t-elle à une nécessité politique ? De quelle manière les cultes impériaux vont-ils s’inscrire dans l’espace urbain ? Le succès des religions dites « orientales » est-il compatible avec la pratique des religions traditionnelles ? L’invitée : Valérie Huet est directrice du centre Jean-Bérard à Naples, professeure d’histoire ancienne à l’université de Bretagne occidentale, spécialiste d’anthropologie des images et des religions romaines. À lire aussi : L’Empire romain devient chrétien : https://bit.ly/3dYAb33 Cicéron, l’idéaliste qu’il fallait abattre : https://bit.ly/3KpSdYd
8/29/202227 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

Les cadres des religions romaines sous la République, avec Valérie Huet [2/3]

[Les religions romaines 2/3] L’historiographie et les approches du phénomène religieux romain ont beaucoup évolué depuis un certain nombre d’années, battant en brèche l’image d’un système rigide, fait de pratiques uniformes et immuables. Une certitude demeure : à Rome, la religio est née avec la cité. De là son imbrication avec le politique. Et, de fait, elle évolue avec les différents régimes que connaît l’Urbs, de la royauté à la République, jusqu’à l’Empire. Après nous être penchés sur la genèse de ces religions à l’époque archaïque, voyons aujourd’hui quels sont les cadres qui les régissent durant les années républicaines : comment les religions structurent-elles l’espace et le temps ? Qui sont les desservants du culte ? À quelles règles obéissent les pratiques sacrificielles et divinatoires ? En quoi les conquêtes romaines de la péninsule italique, puis du bassin méditerranéen aux IIIe et IIe siècles vont-elles changer la donne ? L’invitée : Valérie Huet est directrice du centre Jean-Bérard à Naples, professeure d’Histoire ancienne à l’université de Bretagne occidentale, spécialiste d’anthropologie des images et des religions romaines. À lire aussi : À Rome, le Capitole domine le monde : https://bit.ly/3SZTIA6 Un char romain caché sous les cendres : https://bit.ly/3T5Glyo
8/22/202226 minutes, 10 seconds
Episode Artwork

Comment abdiquer ? avec Albrecht Burkardt

Fruit de la mélancolie ou bien de la lassitude de vivre, conséquence d’une conversion mystique ou au contraire d’une ruse machiavélique, l’abdication suscite les interprétations les plus contradictoires. Charles Quint a abdiqué, mais aussi des papes comme Célestin V ou plus récemment Benoît XVI. Il faut aussi mentionner Christine de Suède en 1654, ou encore Charles de Gaulle en 1969. Pascal nous disait : « La grandeur a besoin d’être quittée pour être sentie ». Comment donc quitter le pouvoir ? L’abdication de Charles Quint est-elle un prototype ? Est-ce qu’il existe un droit de l’abdication dans les textes, une ou des théories de l’abdication ? Que nous dit l’abdication de la perception du pouvoir ? Enfin, comment lire enfin l’abdication à travers la fameuse thèse de Kantorowicz sur « les deux corps du roi » ? Notre invité : Après des études d’Histoire et de Germanistique à Berlin, Bochum, Florence et Paris, Albrecht Burkardt a soutenu sa thèse en 1998, à l’EHESS. Maître de conférences à l’université Lumière Lyon2 depuis 1999, il a soutenu l’Habilitation à diriger des recherches en 2010 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est actuellement professeur d’histoire moderne à l’université de Limoges. Il a dirigé chez Classiques Garnier Le Crépuscule du pouvoir, Destitutions et abdications de l’Antiquité au xxe siècle, (665 pages, 39€). À lire aussi : Anne d’Autriche et Mazarin, un couple de choc au pouvoir : https://bit.ly/3dOyYer Les Romanov, le récit d’une chute : https://bit.ly/3QVg188
8/22/202249 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Aux origines des religions romaines, avec Valérie Huet [1/3]

[La religion romaine 1/3] Faut-il parler de la religion ou des religions romaines ? C’est la question qui s’impose d’emblée ici. En effet, l’historiographie et les approches du phénomène religieux romain ont beaucoup évolué depuis un certain nombre d’années, battant en brèche l’image d’un système rigide, fait de pratiques uniformes et immuables. Une certitude demeure : à Rome, la religio est née avec la cité. De là son imbrication avec le politique. Et, de fait, elle évolue avec les différents régimes que connait l’Urbs, de la royauté à la République, jusqu’à l’Empire. Que sait-on des religions romaines archaïques ? Comment les Romains percevaient-ils leurs dieux et quelle était la nature de leurs relations ? Comment définir le concept même de religio pour un Romain ? Que suppose la distinction entre croyance et piété ? Quel est le but recherché par l’accomplissement scrupuleux des rites ? Ce sont autant de questions que nous poserons aujourd’hui, dans la première partie de notre cours d’Histoire. Un second volet entrera plus en profondeur dans le système religieux romain, tel qu’il se présente à l’époque de la République. Un troisième épisode s’arrêtera enfin sur les traits que revêtent les religions romaines à l’heure impériale. L’invitée : Valérie Huet est directrice du centre Jean-Bérard à Naples, professeure d’Histoire ancienne à l’Université de Bretagne occidentale, spécialiste d’anthropologie des images et des religions romaines. À lire aussi : - À Rome, le Capitole domine le monde : https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/a-rome-le-capitole-domine-le-monde-2670.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=plateforme_podcast&utm_campaign=podcast_religionromaine1 - Caligula, l'empereur qui voulait être dieu : https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/h-c-11-r-caligula-lempereur-qui-voulait-etre-un-dieu-69380.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=plateforme_podcast&utm_campaign=podcast_religionromaine1
7/15/202221 minutes, 43 seconds
Episode Artwork

Alexandre Millerand : le président des ouvriers, avec Jean-Philippe Dumas

Grand oublié de l'histoire, l'homme d'État Alexandre Millerand a pourtant suivi un impressionnant parcours, qui l'a mené jusqu'à la présidence de la République. Difficilement classable sur l'échiquier politique, il a fait de la condition ouvrière l'un de ses grands combats. En 1899, sous la IIIe République, le député socialiste Alexandre Millerand (1859-1943) est nommé ministre du Commerce et de l’Industrie. Le gouvernement Waldeck-Rousseau est composé d’hommes de sensibilités politiques très différentes. Avec l’arrivée de Millerand au pouvoir, c’est la première fois depuis le début de la IIIe République qu’un socialiste siège au gouvernement, et le jeune homme politique est loin de faire l’unanimité même dans sa famille politique. « J’étais hanté du souci que l’arrivée au pouvoir d’un socialiste fût marquée pour les travailleurs par une amélioration tangible de leur sort », note-il dans ses Mémoires. Brillant avocat, politique ambitieux à la carrière remarquable (député à 25 ans, ministre de la Guerre, président du Conseil, président de la République), il incarne une troisième voie entre le socialisme et le libéralisme. Comment a-t-il œuvré pour l’amélioration des conditions de travail des ouvriers ? Comment évolue sa pensée politique jusqu’à son élection à la présidence de la république ? Son parcours est-il particulièrement remarquable par sa réussite ? L’ invité : Jean-Philippe Dumas est historien, ancien chartiste, conservateur général du patrimoine au ministère des Affaires étrangères et chercheur associé à l’École pratique des hautes études. Spécialiste d’histoire politique des XX et XXe siècles (L’État, moteur du progrès ; le ministère du commerce et de l’industrie, 1870-1914), Il vient de publier Millerand, un combattant à l’Élysée (2022, CNRS éditions, 384 pages, 26,00€). À lire aussi : Adolphe Thiers, le Rastignac de la politique : https://bit.ly/3AL9FUa Les communards : le prix de l’engagement : https://bit.ly/3yYqV6Y
7/12/202246 minutes
Episode Artwork

Le star-system nazi avec Isabelle Mity

S’inspirant largement du modèle hollywoodien, le Troisième Reich met sur pied une véritable industrie du cinéma dès 1933. Bien conscient du pouvoir de séduction et de fascination qu’opère le Septième art et les actrices sur le peuple, le pouvoir national-socialiste produit des comédies romantiques, des mélodrames, des comédies musicales ou encore des films policiers. Comment se caractérise la politique culturelle du Troisième Reich ? Quel rôle joue le sombre Goebbels dans cette industrie cinématographique vendant du rêve et de la propagande ? Qui sont les actrices de ce véritable « star system » ? Sont-elles manipulées par le pouvoir ou, au contraire, peuvent-elles laisser libre court à leur art ? Doit-on parler du cinéma nazi ou bien du cinéma à l’époque nazie ? Comment les films tournés pendant la période vont être diffusés jusque dans les années 1990 ?  L’ invitée : Isabelle Mity a étudié l’allemand et l’histoire à l’ENS Lyon et à la Humboldt-Universität Berlin. Agrégée d’allemand et docteure en études germaniques, elle enseigne la langue et la civilisation allemandes à l’université Paris-Dauphine. Chroniqueuse régulière au magazine Historia, elle préside également le Prix Historia du roman policier historique. Elle vient de publier Les actrices du Troisième Reich, splendeurs et misères des icônes du Hollywood nazi (https://www.lisez.com/livre-grand-format/les-actrices-du-iiie-reich/9782262080563) (Perrin, 368 pages, 22€).
7/8/202245 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Le peuple juif : trois mille ans d'histoire

L'histoire trimillinénaire des Juifs déclinée en 80 dates : voici le pari d'un ouvrage collectif rassemblant le meilleur de la recherche sur cet objet historique complexe. Entretien avec Pierre Savy. Ce grand entretien est consacré à une histoire extrêmement riche et complexe, puisqu’elle s’étend sur 30 siècles, une histoire tourmentée, souvent tragique : celle des Juifs. Un peuple, une religion, mais une multiplicité de cultures, de modes de vie, de pratiques, de rapports au monde. En résumé, une unité et une diversité qui interpellent l’historien. Histoire des Juifs. Un voyage en 80 dates, de l’Antiquité à nos jours (https://www.puf.com/content/Histoire_des_Juifs), aux Presses universitaires de France, propose une pérégrination à travers cette histoire, en évoquant des parcours d’hommes, de femmes, de familles ; mais aussi des événements, tant sombres que lumineux, pour tenter de saisir ce qui fait l’essence de la judéité et de comprendre les ressorts de sa perpétuation. D'où vient la première mention historique connue du "peuple d'Israël" ? L'apparition de la conscience monothéiste peut-elle être déterminée dans le temps ? L' expérience diasporique est-elle constitutive de l'identité juive ? Quelle place la conflictualité entre juifs et chrétiens tient-elle dans cette longue histoire ? À côté des drames, quels sont les succès, éclatants ou méconnus, qui ont fait l'histoire des Juifs ? L' invité : Pierre Savy (https://www.efrome.it/les-personnes/les-services/directions-des-etudes/personne/pierre-savy) est historien, directeur des études médiévales à l’École française de Rome. Ses recherches portent notamment sur les relations entre Juifs et Chrétiens à la fin du Moyen Âge. Il a codirigé Histoire des Juifs. Un voyage en 80 dates, de l’Antiquité à nos jours (https://www.puf.com/content/Histoire_des_Juifs) avec les historiennes Katell Berthelot (https://www.cpaf.cnrs.fr/spip.php?article58) et Audrey Kichelewski (https://arche.unistra.fr/equipe/membres-titulaires/audrey-kichelewski).
7/4/202244 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

La crise des missiles : apogée de la guerre froide ?

Entre le 16 et le 29 octobre 1962, la crise des missiles de Cuba, entre les États-Unis et l'Union soviétique, fait craindre au monde son anéantissement nucléaire. Quel est l'impact de cette crise sur l'évolution de la guerre froide ? Entretien avec Catherine Durandin. Le lundi 22 octobre 1962, John Kennedy, président des États-Unis depuis janvier 1960, prend la parole à la télévision. Il affirme avoir eu la confirmation en image de l’installation de missiles sur l’île de Cuba. En annonçant un blocus maritime et des représailles en cas d’attaque soviétique, il menace son adversaire en la personne de Khrouchtchev, premier Secrétaire du parti communiste de l’URSS. « Cette transformation précipitée de Cuba en importante base stratégique, par suite de la présence de ces puissantes armes offensives à long rayon d’action et qui ont des effets de destruction massive, constitue une menace précise à la paix et à la sécurité de toutes les Amériques. »  Si la crise commence officiellement le 14 octobre 1962, elle atteint son paroxysme le 27 octobre avec la destruction d’un avion américain par un missile soviétique : la guerre froide se réchauffe en un instant. Le monde retient son souffle. Finalement, la troisième guerre mondiale n’a pas lieu, mais la crise cubaine a donné à la guerre froide son paroxysme et son symbole. Comment ont été menées les négociations ? Y a-t-il alors un « avant » et un « après » crise des missiles de Cuba ? Comment les populations ont-elles vécu la crainte de l’anéantissement planétaire ? Qu’est-ce que cette crise révèle de la guerre froide ?  L’auteur : Catherine Durandin (https://www.diploweb.com/_Catherine-DURANDIN_.html) est historienne spécialiste d’histoire contemporaine. Elle est professeur à l’Inalco et a publié La Guerre froide (https://www.quesaisje.com/content/La_guerre_froide)dans la collection Que sais-je ? (PUF, 2019, 128 pages). Une émission enregistrée en partenariat avec le numéro 85 (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/les-gaulois-si-etranges-et-si-familiers-82731.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_guerre_froide) du magazine Histoire & Civilisations (https://www.histoire-et-civilisations.com/?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_angkor) qui propose une nouvelle rubrique : « L’air du temps (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/les-gaulois-si-etranges-et-si-familiers-82731.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_guerre_froide) » avec ce mois-ci : « La crise de Cuba : il y a 60 ans, le monde en proie au péril nucléaire ». Offre promotionnelle exclusive pour un abonnement au magazine Histoire & Civilisations en cliquant ici (https://abo.histoire-et-civilisations.com/storiavoce.html?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_gaulois).  
6/30/202245 minutes, 36 seconds
Episode Artwork

John Churchill, premier duc de Marlborough et grand ennemi de Louis XIV, avec Clément Oury

Qui est John Churchill, duc de Marlborough, héros anglais de la guerre de Succession d'Espagne, que Voltaire a pu qualifier d'« l’homme le plus fatal à la grandeur de la France qu’on ait vu depuis plusieurs siècles » ? On connaît la chanson « Marlborough s’en va en guerre…», on connaît moins John Churchill, duc de Marlborough. Pourtant, son rôle dans la perte d’influence de la France et l’émergence de l’Angleterre comme puissance dominante de l’Europe est essentiel. Même s’il doit sa carrière au roi d’Angleterre Jacques II, il a activement participé à son renversement au profit de Guillaume d’Orange en 1688. Il devient l’un des principaux chefs des armées de la Grande Alliance, qui regroupe notamment la Hollande et l’empire des Habsbourg durant la guerre de Succession d’Espagne , contre le roi Soleil. Comment cet homme, issu de la petite noblesse anglaise, que rien ne destinait à de grandes fonctions, devint-il un homme politique majeur de l’Europe de son temps ? Faut-il se fier à sa légende noire, qui le décrit avide de pouvoir et manipulateur, ou plutôt le voir comme un héros qui sauva la liberté de l’Angleterre et de toute l’Europe face à l’hégémonie française, comme le fit plus tard son lointain descendant, Winston Churchill ? L’invité :  Clément Oury (https://www.chartes.psl.eu/fr/clement-oury) est archiviste paléographe, docteur en histoire de l’université Paris-Sorbonne et directeur adjoint à la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle. Spécialiste reconnu de l’histoire de la guerre sous l’Ancien Régime, il est l’auteur de La Guerre de Succession d’Espagne. La fin tragique du Grand Siècle (https://www.tallandier.com/livre/la-guerre-de-succession-despagne/) (Tallandier, 2020) et vient de publier Le Duc de Marlborough. John Churchill, le plus redoutable ennemi de Louis XIV (https://www.lisez.com/livre-grand-format/le-duc-de-marlborough/9782262086145) chez Perrin (504 pages, 24€). 
6/28/202247 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Sur les traces des Gaulois

Quand les découvertes archéologiques viennent éclairer et contredire l'histoire des Gaulois. Entretien avec Laurent Olivier. Les bandes dessinées d’Astérix et Obélix nous racontent la jolie légende du peuple Gaulois. Ils sont d’infatigables bagarreurs sympathiques qui aiment manger, boire et chanter et qui vivent dans des huttes. Mais la légende sur les Celtes ne date pas de Goscinny et d'Uderzo. À partir du IVe siècle av .J.-C., les auteurs romains et grecs ont prêté à leurs voisins l'image d'un peuple grossier et peu raffiné :  “Ils ont de toute antiquité la passion du brigandage, envahissant les terres d’autrui et méprisant tout le monde” affirme Diodore de Sicile au Ier siècle av. J.-C.  La description caricaturale de l'autre, de celui que l'on ne comprend pas, est une tendance universelle. Ici elle est influencée par les rapports guerriers qu'entretenaient ces peuples entre eux. Avant de conquérir la Gaule, les Romains ont été envahis par les Celtes (IVe siècle av. J.-C.). Les approximations et les erreurs sur l'histoire des peuples des Gaules ont traversé l'histoire. Aujourd'hui, les recherches archéologiques confrontent l'histoire à sa légende. L'archéologie (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/archeologie-le-portrait-dun-irreductible-gaulois-breton-3121.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_gaulois) contredit-elle le récit ? Qui étaient vraiment les Celtes ? Où se trouvent les sites majeurs d'archéologie gauloise ? Existe-t-il un art gaulois ? Peut-on parler de "nos ancêtres les Gaulois ?" L'auteur : Laurent Olivier (https://archeologie.culture.gouv.fr/sources-archeologie/fr/auteur/laurent-olivier)est archéologue, spécialiste de l'histoire des Gaulois (Le Pays des Celtes, Mémoires de la Gaule (https://www.seuil.com/ouvrage/le-pays-des-celtes-laurent-olivier/9782021189629), 2018, Seuil, 336 pages) et conservateur au Musée d'Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye. Une émission enregistrée en partenariat avec le numéro 85 (https://kiosque.histoire-et-civilisations.com/?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_angkor) du magazine Histoire & Civilisations (http://histoire-et-civilisations.com/?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_angkor) qui propose le dossier suivant : "Les Gaulois, si étranges et si familiers". Offre promotionnelle exclusive pour un abonnement au magazine Histoire & Civilisations en cliquant ici. (https://abo.histoire-et-civilisations.com/storiavoce.html?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_gaulois)
6/23/202248 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Cumes, la plus ancienne colonie grecque d’Occident

Cette nouvelle émission nous emmène à la découverte d'un site archéologique italien d'exception. Cumes est située à la limite des champs phlégréens, à une vingtaine de kilomètres de Naples. Selon les récits mythologiques, c’est en ce lieu que Dédale arriva, après avoir fui à tire-d’aile le labyrinthe du minotaure (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/minotaure-le-monstre-du-labyrinthe-3216.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=plateforme_podcast&utm_campaign=podcast_cumes). C’est là encore que le troyen Énée fut porté par le Destin et obtint de la Sybille l’itinéraire pour descendre aux Enfers. Cumes, c’est aussi, selon le géographe Strabon, la « plus ancienne colonie grecque en Occident ». Ce site emblématique de ce que les Anciens appelaient la Grande Grèce se révèle capital pour comprendre le processus de naissance d’une colonie, son environnement, son développement, et jusqu’à son déclin. Quelles sont les raisons qui poussent les Grecs à s’établir sur les côtes méridionales de la péninsule Italique ? À partir de quelle date Cumes devient-elle une cité à part entière ? Entretient-elle des liens avec la mère patrie et les colonies voisines ? Comment se passent les interactions avec les populations indigènes non grecques ? Quelles sont les conséquences de la domination samnite, puis romaine sur Cumes ? Que nous enseignent à ce propos les fouilles de la nécropole romaine ? Que dire de l’attractivité religieuse de la ville liée à la Sybille, prophétesse d’Apollon ? L’invitée : Priscilla Munzi (https://cv.archives-ouvertes.fr/priscilla-munzi-santoriello) est archéologue, spécialiste de la période hellénistique. Directrice-adjointe du Centre Jean Bérard de Naples (https://centrejeanberard.cnrs.fr/), elle est chef de la mission archéologique d’Italie du Sud et coresponsable du site de Cumes.
6/21/202242 minutes, 53 seconds
Episode Artwork

La domination macédonienne sur la Grèce (359-323) [2/2]

Après la guerre de Péloponnèse et l’âge d’or d’Athènes, la Grèce semble entrer dans une période de déclin.  Storiavoce vous propose de comprendre dans ce nouvel épisode comment la Macédoine profite de cette situation afin d'étendre son empire au delà même de la Perse : quelle fut la politique de Philippe II de Macédoine puis de son fils Alexandre? Comment réagissent les cités grecques face à cette domination? Quelles oppositions les Perses vont-ils susciter face à cette avancée? Alexandre ne prend-il pas le risque de la démesure et donc de la fragilité ?  L’invitée : Catherine Grandjean, professeure d’histoire grecque à l’université de Tours, est spécialiste de numismatique et d’histoire de la Grèce continentale classique et hellénistique. Elle appartient à l’équipe de recherche CeTHiS (https://cethis.hypotheses.org/chercheurs/membres-titulaires/catherine-grandjean) (université de Tours) et codirige la Revue numismatique (https://www.persee.fr/collection/numi). Elle vient de diriger La Grèce classique (https://www.belin-editeur.com/la-grece-classique) chez Belin (528 pages, 44€). 
6/16/202231 minutes, 48 seconds
Episode Artwork

Le marquis de Bonnay : père oublié de la Déclaration des droits de l'homme

Page de Louis XV, député des États généraux, ministre de Louis XVIII, le marquis de Bonnay est une figure majeure de la Révolution française. Retour sur ce parcours politique méconnu avec François Duluc. Malgré son parcours oublié aujourd'hui, Charles-François de Bonnay a été au plus près du pouvoir politique sous l'Ancien Régime. Page de Louis XV puis garde du corps de Louis XVI, ce militaire, qui n’a jamais combattu, devient célèbre en tant qu’élu de la noblesse aux États généraux. À ce titre, il préside plusieurs fois l’Assemblée constituante et s’oppose régulièrement à Mirabeau. Monarchiste parlementaire influencé par le modèle anglais, il joue un rôle politique indéniable à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Il est l'un des élaborateurs de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Pendant la Révolution française, il s'exile et parcourt les villes et les cours d’Europe pendant près de 30 ans avant de devenir l'un des ministres de Louis XVIII. Retour sur la carrière mouvementée d'un aristocrate des Lumières au cœur de la Révolution française. L'auteur : François Duluc est directeur des services de l’Assemblée nationale, où il a travaillé 35 ans. Professeur d’histoire des idées politiques à Science-Po Paris, il vient de publier un ouvrage très documenté et vivant,  Le marquis de Bonnay, le père oublié de la Déclaration des droits de l’homme (https://passes-composes.com/book/328) (Passés / Composés, 2022, 476 pages, 24€). 
6/15/202249 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

La Grèce au lendemain de la guerre du Péloponnèse

Après la guerre de Péloponnèse et l'âge d'or d'Athènes, la Grèce semble entrer dans une période de déclin.  Storiavoce vous propose de comprendre les bouleversements politiques, économiques et sociaux qu’elle a vécu et de porter son regard au delà de la péninsule : Comment la Perse mais aussi la Macédoine vont profiter de ce nouvel état de faits ? La période constitue-t-elle une rupture ou s’inscrit-t-elle dans la continuité de l’époque classique ?  Comment le "pacifisme" va-t-il intégrer l'identité hellénique ?  Autant de questions abordée au cours de deux grandes parties : une première consacrée à la Grèce au lendemain de la guerre ; une seconde sera, elle, consacrée à la domination macédonienne. L'invitée : Catherine Grandjean, professeure d’histoire grecque à l’université de Tours, est spécialiste de numismatique et d’histoire de la Grèce continentale classique et hellénistique. Elle appartient à l’équipe de recherche CeTHiS (https://cethis.hypotheses.org/chercheurs/membres-titulaires/catherine-grandjean) (université de Tours) et codirige la Revue numismatique (https://www.persee.fr/collection/numi). Elle vient de diriger La Grèce classique (https://www.belin-editeur.com/la-grece-classique) chez Belin (528 pages, 44€). 
6/10/202234 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Femmes illustres du Grand Siècle

Quel est le rôle des femmes dans le renouveau politique, religieux et culturel qui caractérise le Grand Siècle ? Entretien avec Marie-Joëlle Guillaume. Lorsque l'on parle du Grand Siècle, on pense à l’art de la sociabilité, à la vie élégante, au faste incarné par Versailles, aux chefs-d'œuvres dramatiques de Corneille et de Racine, mais aussi aux œuvres caritatives, aux réformes monastiques, au développement des nouvelles spiritualités. Les femmes jouent un rôle indéniable dans ce renouveau politique, religieux et artistique qui caractérise le XVIIe siècle français. Ce sont elles qui donnent le la aux conversations qui se tiennent dans le salon des hôtels particuliers. Elles s’inspirent des méditations de l’oratoire et des nouveaux titres à la mode qui garnissent les bibliothèques. Qui sont les femmes illustres du Grand Siècle ? Qu’est-ce que leurs œuvres nous permettent de comprendre sur le règne de Louis XIV ? Peut-on dire que le Grand Siècle est féminin ? L' auteur : Marie-Joëlle Guillaume est agrégée de Lettres classiques et auteur de nombreux livres sur le Grand Siècle et sur l'histoire de la spiritualité (Vincent de Paul (https://www.lisez.com/livre-grand-format/vincent-de-paul/9782262036515) (Perrin, 2015), Pour Dieu et pour le Roi (https://www.lisez.com/livre-grand-format/pour-dieu-et-pour-le-roi/9782262066789)(Perrin, 2019)). Elle vient d'écrire : Le Grand Siècle au féminin, Femmes de foi, de culture et de gouvernement (https://www.lisez.com/ebook/le-grand-siecle-au-feminin/9782262086237)(Perrin, 2022, 382 pages, 16.99 €).
6/7/202245 minutes, 10 seconds
Episode Artwork

Gambetta : fondateur de la République ?

Le 3 décembre 1851, le député Alphonse Baudin meurt sur une barricade, élevée pour contester coup d’état du 2 décembre 1851 du futur Napoléon III. Des journalistes hostiles au pouvoir lancent une souscription en 1868 pour l’érection d’un monument à la mémoire de celui qu’il voit comme un héros républicain. Un procès est ouvert contre les agitateurs. À cette occasion, un jeune avocat méconnu galvanise l’auditoire de sa verve impertinente et enflammée. La plaidoirie du jeune avocat se remarque, son éloquence devient légendaire. C’est ainsi que Léon Gambetta, « entre par effraction sur la scène du monde ». C’est en défendant des accusés républicains qu’il entame sa conquête de la République. Quelle a été sa véritable participation à la chute du Second Empire (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/la-commune-de-paris-derniere-des-revolutions-68989.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=plateforme_podcast&utm_campaign=podcast_gambetta) ? Que dire de son évolut ion politique ? A-t-il le parcours "classique" d'un homme politique de la Troisième République ? Peut-on définir la gauche à partir de la figure de Gambetta ? Peut-on le voir comme le père de la Troisième République, voire le père de la République française ? Notre invité : Gérard Unger (https://www.fayard.fr/auteurs/gerard-unger) a mené une carrière dans le monde de l'entreprise et dans la publicité. Administrateur de l'INA, il est l'auteur d'ouvrages de référence sur l'histoire du Second Empire et de la Troisième République (Histoire du Second Empire (https://www.lisez.com/livre-grand-format/histoire-du-second-empire/9782262043735) (Perrin, 2018), Aristide Briand (https://www.fayard.fr/auteurs/gerard-unger) (Fayard, 2005), Lamartine : poète et homme d'État (Flammarion, 1998)). Il signe une grande biographie sur Gambetta (https://www.lisez.com/livre-grand-format/gambetta/9782262079918) aux éditions Perrin (2022, 480 pages, 25.00 €).
6/2/202250 minutes, 58 seconds
Episode Artwork

L'identité française avant la nation ?

Comment définit-on la France et  le Français à l'époque médiévale ? Entretien avec Thierry Dutour. A quoi renvoie la doulce France de la Chanson de Roland ? Quand utilise-t-on pour la première fois l’adjectif « français » à l’époque médiévale ? Que signifie cet adjectif ? Quels sont les rapports entre langue, territoire et histoire ? Avant l’histoire de France, nous devrions-nous pas parler de l’histoire des Français ? Les historiens savent bien que le grand danger et le grand ennemi de l’histoire s’appelle : l’anachronisme. Le dictionnaire Le Grand Robert nous dit que le mot est apparu au début du XVIIe siècle, en 1625. « Anachronique » vient de ana en grec, qui signifie en arrière et de Kronos qui signifie le temps. L’anachronisme désigne la confusion des dates mais aussi l’attribution à une époque de ce qui appartient à une autre. Or Storiavoce se penche aujourd’hui sur un anachronisme : la nation France. En écho de l’émission « Quand la France commence-t-elle ? (https://storiavoce.com/quand-la-france-commence-t-elle/#:~:text=Storiavoce%20%C2%B7%20Quand%20la%20France%20commence,sait%20r%C3%A9ellement%20de%20ses%20origines.) », cet entretien propose une réflexion sur la notion de nation et d’identité à l’époque médiévale. Thierry Dutour est maître de conférences HDR à Sorbonne Université (https://centrerolandmousnier.cnrs.fr/annuaire/fiche_personnelle_thierry_dutour/). Il est notamment l’auteur de La Ville médiévale. Origines et triomphe de l’Europe urbaine (Odile Jacob, 2003) et Sous l’empire du bien. « Bonnes gens » et pacte social (XIIIe -XVe siècle) (Classiques Garnier, 2015). IL vient de publier La France hors la France, l’identité avant la nation (https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/nouveautes/la-france-hors-la-france-thierry-dutour-2/) (Vendémiaire, 372 pages, 24€).
5/30/202250 minutes, 51 seconds
Episode Artwork

Être entrepreneur au Moyen Âge : l'histoire d'un cordier d'Avignon

À partir de la découverte, de l'étude et de l'analyse d'un livre de raison d'un cordier avignonnais, l'historienne Mélanie Dubois-Morestin nous ouvre les portes du monde de l'entrepreneuriat médiéval. Qui sont les entrepreneurs au Moyen Âge ? Comment gèrent-ils leurs affaires ? Grâce à une source inédite, l’auteur nous plonge au XIVème, après la période de la grande peste (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/moyen-age/la-peste-noire-la-grande-tragedie-du-moyen-age-2381.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=plateforme_podcast&utm_campaign=podcast_entrepreneur), au cœur de la cité des papes, pour suivre l’aventure entrepreneuriale de l’artisan cordier Jean Teisseire. « Veuille toujours te souvenir de bien écrire tes affaires ; afin qu’elles ne te sortent de la tête , écris-les aussitôt » dit un proverbe génois. Et c’est ainsi que Jean Teisseire conserve avec minutie les traces de son activité dans son « livre de raisons » riche de plusieurs centaines d’actes notariés. Ce livre de raison nous introduit dans l’intimité de ses boutiques et de ses ateliers, et nous fait entrevoir entrevoir la réalité d’un homme au travail au XIVème siècle. Nous découvrons la carrière d’un gestionnaire, ses réseaux professionnels et ses réseaux d’amitiés à l’échelle d’un quartier, d’une région et d’un continent, l’Europe. (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/moyen-age/quand-le-moyen-age-faisait-la-foire-78102.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_entrepreneur)  L’invitée : Mélanie Dubois-Morestin (https://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100473610&fa=author&person_id=16816#content) est ancienne élève de l’École Normale supérieure de Paris (ULM), agrégée d’histoire, docteur en histoire médiévale et professeure en CPGE littéraire au lycée Gambetta Carnot d’Arras. Elle vient de publier Être entrepreneur au Moyen Âge, Jean Teisseire, artisan cordier d’Avignon (https://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100473610) (Presses Universitaires du Septentrion, 404 pages, 30€).
5/25/202248 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

La chute de Babylone (539 av. J. C.)

Le 12 janvier 539 avant JC, en à peine une seule nuit, l’antique et splendide cité de Babylone tombe aux mains du roi perse Cyrus le Grand : c'est la fin aussi soudaine qu’inattendue de l’Empire néo-babylonien et de son roi Nabonide. Bien des récits de l’époque insistent d’ailleurs sur l’effet de surprise de l’événement : Comment expliquer la chute de ce magnifique empire au pied d’argile ? Qui était Nabonide, successeur du grand Nabuchodonosor mais usurpateur du trône ? Quelle était la situation intérieure et militaire de ce grand empire néo-babylonien ?  La découverte de tablettes cunéiformes nous permet de saisir un évènement qui bouleversé le monde entier : la chute de Babylone. Francis Joannès nous aide à les décrypter.  L'invité : Francis Joannès (https://www.pantheonsorbonne.fr/page-perso/joannes) est professeur émérite d’histoire ancienne à l’université Paris-1. Spécialiste de l’histoire économique, sociale et intellectuelle de Babylone, il est notamment coauteur de La Mésopotamie, de Gilgamesh à Artaban (2017). Il vient de publier La Chute de Babylone, 12 octobre 539 avant J.-C (https://www.tallandier.com/livre/la-chute-de-babylone-2/) (Tallandier,  384 pages, 23.5 €).
5/23/202247 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Épouses de ministres sous Louis XIV

Quels étaient le rôle et la place des femmes de ministre, si proches du pouvoir, dans la société française du XVIIème siècle ? Entretien avec Pauline Ferrier-Viaud. Colbert, Louvois ou Pontchartrain: les noms des plus proches conseillers du roi Louis XIV sont bien connus, autant que leur personnalité et leurs œuvres politiques. Leur histoire conjugale et familiale l’est nettement moins, tant pour les historiens que pour le grand public. Storiavoce vous propose un portrait dynamique des épouses de ministres du le règne personnel de Louis XIV, en envisageant leur place dans leur couple, dans leur famille, dans l’entourage du roi et dans la société française du XVIIème siècle. Ces femmes étaient-elles uniquement des femmes de l’ombre ? Retour sur le véritable rôle de ces épouses loin de l’idée caricaturale selon laquelle elles n’auraient été que « d’éternelles mineures », ou de « tendres demeurées », pour paraphraser l’historien Daniel Dessert. Quelle a été leur capacité d’action et leur influence dans la société ? Pauline Ferrier-Viaud (https://artois.academia.edu/PaulineFerrierViaud/CurriculumVitae) est docteur en histoire, maître de conférences à l’Université d’Artois et membre du laboratoire Centre de Recherche et d’Études Histoire et Société (CREHS). Elle vient de publier Épouses de ministres (http://www.champ-vallon.com/pauline-ferrier-viaud-epouses-de-ministres/), une histoire sociale du pouvoir féminin au temps de Louis XIV », (Champ Vallon, 336 pages, 25€).
5/19/202249 minutes, 15 seconds
Episode Artwork

Violette Szabo : une espionne de Londres à Ravensbrück

Figure de la résistance et de la lutte clandestine contre l’occupant nazi, Violette Szabo eut un destin hors du commun. Aussi belle que volontaire, mariée à 19 ans, mère à 20 ans, veuve à 21, agent des services secrets britannique à 22 ans, déportée puis assassinée à 23 ans dans le camp de Ravensbrück… Violette Szabo est malheureusement peu connue de ce côté de la Manche. Étonnamment, aucun biographie n’était disponible en langue française. Guillaume Zeller vient de combler ainsi un vide. Il est l'invité de Christophe Dickès. L'invité : Guillaume Zeller (https://www.eyrolles.com/Accueil/Auteur/guillaume-zeller-111344/) est journaliste et auteur.  Il a été directeur de la rédaction d’i-Télé et de Direct 8. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine. Aux éditions Tallandier, il a déjà publié Oran, 5 juillet 1962. Un massacre oublié (https://www.librairie-gallimard.com/livre/9791021049918-oran-5-juillet-1962-un-massacre-oublie-guillaume-zeller/) (2012) et La Baraque des prêtres. Dachau, 1938-1945 (https://www.tallandier.com/livre/la-baraque-des-pretres/) (2015). Dans son nouveau livre consacré à Violette Szabo, grâce à une enquête fouillée, il nous brosse le portrait d’une magnifique figure de la résistance et de la lutte clandestine. On découvre le parcours hors du commun d’une femme de l’ombre, un modèle de courage et de détermination (Tallandier (https://www.tallandier.com/livre/violette-szabo/), 340 pages, 20,90€). Une émission enregistrée en partenariat avec la revue Histoire et Civilisations. (https://www.histoire-et-civilisations.com/?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_siege_de_paris) Pour en savoir plus : Mata Hari, la sensuelle espionne de la Grande Guerre (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/mata-hari-la-sensuelle-espionne-de-la-grande-guerre-68430.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_vszabo) 1940, l’épreuve fatale de l’armée française (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/1940-lepreuve-fatale-de-larmee-francaise-2390.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_vszabo) Le Baron rouge part à la conquête du ciel (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/le-baron-rouge-part-a-la-conquete-du-ciel-74225.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_vszabo)
5/16/202246 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

L'Empire romain expliqué par le sesterce

Au milieu du XXe siècle, l’historien britannique Arnold Hugh Martin Jones affirmait dans un texte consacré à la numismatique et à l’histoire qu’il était peut être mieux pour les numismates de prendre moins au sérieux les pièces anciennes, leurs types ainsi que leur légende. Storiavoce vous propose aujourd’hui de faire mentir cette affirmation en nous transportant à l’époque romaine. Et si la monnaie était plus qu’une histoire économique mais bien une histoire politique, autant qu’une histoire de réception et de représentations ? Que nous disent les monnaies de cette histoire politique ? Comment et où frappait-on monnaie sous l’empire ? Les monnaies d’Auguste sont-elles comparables à celles de Constantin trois siècles plus tard ? La même monnaie était-elle utilisée dans l’ensemble des provinces impériales ? Ces monnaies sont-elles enfin le reflet de ce que nous appellerions une civilisation ? Notre invité : Depuis dix ans, Donatien Grau exerce des fonctions universitaires (Ecole Normale Supérieure, Sorbonne) et muséales (Getty, musée d'Orsay, musée du Louvres). Docteur en littérature française et comparée, en littérature moderne et histoire de l'art, et en sciences historiques et philologiques, il est l'auteur à la fois de travaux savants (Néron en Occident, 2015, Le Roman romain, 2018), et d'écrits contemporains (Plato in L. A., 2018, Le Musée transitoire, avec Emanuele Coccia, 2018). Il co-dirige la collection Figures aux éditions Grasset et vient de publier aux Belles Lettres : La Mémoire numismatique de l'Empire romain (https://www.lesbelleslettres.com/livre/9782251452395/la-memoire-numismatique-de-lempire-romain) (518 pages, 43€).
5/12/202244 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Avicenne ou l’islam des Lumières?

On connaît l’influence du philosophe Avicenne (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/moyen-age/remi-brague-les-savants-nont-jamais-oublie-la-contribution-arabe-au-patrimoine-culturel-europeen-2555.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_avicenne), de son vrai nom Ibn Sina, sur les penseurs et théologiens de l’Occident chrétien. Médecin de renom (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/monde/soigner-en-terre-dislam-la-medecine-arabe-medievale-69190.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_avicenne), qui était-il réellement ? Au tournant des Xème et XIème siècle, il a un parcours étonnant, errant de principauté en principauté (entre l'Ouzbékistan et l'Iran actuels) connaissant autant d'heures de gloire que de disgrâces. Philosophe aristotélicien, Avicenne est confronté au rigorisme et au littéralisme des docteurs de la loi et régulièrement  accusé d’athéisme par son entourage. A travers cette biographie Avicenne, ou l’islam des lumières (https://editions.flammarion.com/avicenne/9782081348097), parue au édition Flammarion, Omar Merzoug tente de répondre à cette question cruciale : peut-on être croyant et exercer son esprit critique sur le livre sacré de l’Islam (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/aux-origines-de-lislam-mahomet-le-prophete-conquerant-68870.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_avicenne) ? L'invité : Omar Merzoug (https://editions.flammarion.com/Auteurs/merzoug-omar) est docteur en philosophie, spécialiste de la pensée au Moyen Age et a publié récemment, Existe-t-il une philosophie islamique  (https://www.lescahiersdelislam.fr/Omar-Merzoug-Existe-t-il-une-philosophie-islamique-1ere-Edition_a1102.html)? Pendant 7 ans, il a enseigné la philosophie et la civilisation islamique à l’institut Al-Ghazali (http://institut-al-ghazali.fr/)de la Grande Mosquée de Paris. Il vient de publier Avicenne, ou l’islam des lumières  (Flammarion (https://editions.flammarion.com/), 416 pages, 25€). 
5/9/202239 minutes, 19 seconds
Episode Artwork

Une autre histoire du siège de Paris (1870-1871)

🎙️Cette émission propose de découvrir l'histoire du siège de Paris, moment clé de la guerre de 1870, à travers le regard d'un parisien enfermé dans la capitale au moment du siège. Il ne s'agit pas ici de revenir sur la chronologie des événements mais de découvrir de l'intérieur un drame national qui fut également un drame familial et personnel pour beaucoup de Français. L'historien Thibault Montbazet propose le récit intime d'un évènement marquant de l'histoire de France. Il s'appuie sur les écrits de Léon Lescœur (157 lettres écrites entre 1870 et 1871 mais aussi des mémoires écrites rétrospectivement des années après), inspecteur de l’éducation nationale, premier acteur et spectateur « du début d’une décadence et d’un drame français ». 👨‍🏫Notre invité : Thibault Montbazet est agrégé d'histoire et enseignant au lycée. Il signe ici son premier livre : Une année terrible, histoire biographie du siège de Paris 1870-1871 (https://passes-composes.com/book/323) (Passés/Composés, 288 pages, 20 €). 👍Une émission enregistrée en partenariat avec la revue Histoire et Civilisations. (https://www.histoire-et-civilisations.com/?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_siege_de_paris)  Pour approfondir : Adolphe Thiers, le Rastignac de la politique (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/adolphe-thiers-le-rastignac-de-la-politique-1562.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_siege_de_paris) La Commune de Paris, dernière des révolutions (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/la-commune-de-paris-derniere-des-revolutions-68989.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_siege_de_paris) Victor Hugo, le chantre de la dignité du peuple (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/victor-hugo-le-chantre-de-la-dignite-du-peuple-74444.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_siege_de_paris) 
5/6/202244 minutes, 55 seconds
Episode Artwork

Vie et mort d'un grand vizir désavoué

Personnage de roman, la vie et la mort du vizir Halil Hamid Pacha (1736-1785), raconte l’histoire de l’Empire ottoman du XVIIIe siècle. . « Le grand vizir est une lune qui ne brille qu’autant qu’il reçoit la lumière du soleil de l’État, c’est-à-dire le sultan » (Joseph von Hammer-Purgstall, diplomate et orientaliste du XIXème siècle). Cette formule en dit long, à la fois sur le prestige de la fonction de grand vizir et sur sa dépendance considérable à l’égard de son maître: le sultan. Jusqu'où va  le pouvoir du sultan ? Comment Halil Hamid Pacha devient-il le second de l'Empire ottoman ? S'est-il distingué par sa politique ? Le vizir Halil Hamid Pacha est démis de ses fonctions, exilé puis exécuté par le maître qu’il a servi pendant deux ans.  Pour appréhender l'histoire de l'Empire ottoman, il est aussi important de considérer le parcours brillant du vizir que les conditions tragiques de sa mort. Mari-Gwenn Carichon reçoit l'historien Olivier Bouquet qui a entièrement redécouvert l'histoire de cette personnalité haute en couleur. Notre invité : Olivier Bouquet (https://histparis.hypotheses.org/olivier-bouquet) est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l'Université de Paris et chercheur au CESSMA (https://www.cessma.org/BOUQUET-Olivier). Il est un grand spécialiste de l’histoire ottomane. La biographie qu'il vient de publier est le fruit de quinze ans de recherches : Vie et mort d’un grand vizir, Halil Hamid Pacha (1736-1785). Biographie de l’Empire ottoman (https://www.lesbelleslettres.com/livre/9782251452432/vie-et-mort-dun-grand-vizir) (Belles-Lettres, 2022, 640 pages, 29,00 €). Une émission enregistrée en partenariat avec la revue Histoire et Civilisations (http://histoire-et-civilisations.com/?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_angkor).  Lire, écouter et voir sur le site à propos de l'Empire ottoman : Roxelane, le grand amour du sultan Soliman Arabie saoudite, l’alliance de la foi et du sabre (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-contemporaine/arabie-saoudite-lalliance-de-la-foi-et-du-sabre-1717.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_vizir_hamid_pacha) Russie : Catherine II à la conquête de la mer Noire (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/epoque-moderne/russie-catherine-ii-a-la-conquete-de-la-mer-noire-81219.php?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_vizir_hamid_pacha) 
5/3/202247 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

Nuremberg : la bataille des images

🎙️Au crépuscule de l’année 1944, les Alliés décidèrent d’un procès exemplaire contre les criminels de guerre nazis. Véritable mise en scène américaine mais aussi soviétique, le procès de Nuremberg devint avec le temps un procès spectacle : quelle fut la ligne de démarcation entre le judiciaire et l’extra judiciaire ? Comment s’est organisée la recherche des preuves ? Quel rôle les images vont-elles jouer dans ce moment judiciaire ?  Comment ce procès va-t-il s’organiser notamment sur le plan logistique ? Quels en sont ses grandes étapes médiatiques et enfin, quel en fut sa réception? Storiavoce vous propose non pas tant une histoire du procès que de sa mise en scène avec Sylvie Lindeperg, au micro de Christophe Dickès. 👩‍🏫L'invitée: Sylvie Lindeperg (https://sylvielindeperg.com/) est professeure d’histoire du cinéma à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est l’auteure entre autres de «La Voie des images »; « «Nuit et brouillard » : un film dans l'histoire »; «Clio de 5 à 7 »; «Les Écrans de l'ombre.» Elle a co-dirigé avec Annette Wieviorka «Le Moment Eichmann »et co-écrit avec Jean-Louis Comolli le film« Face aux fantômes.» Elle vient de publier Nuremberg, la bataille des images (https://www.payot-rivages.fr/payot/livre/nuremberg-la-bataille-des-images-9782228928045) (Payot, 528 pages, 25 euros). >>> Une émission enregistrée en partenariat avec la revue Histoire et Civilisations (http://histoire-et-civilisations.com/?utm_source=storiavoce&utm_medium=article_podcast&utm_campaign=podcast_angkor).  
4/29/202246 minutes, 37 seconds
Episode Artwork

Angkor, cité de l'art khmer

🎙️Au XIXème siècle, les Européens ré-découvrent ces temples envahis par la végétation tropicale et s’intéressent à l’histoire khmère. «À la vue de ces temples, l'esprit se sent écrasé, l'imagination surpassée ; on regarde, on admire, et, saisi de respect, on reste silencieux ; car où trouver des paroles pour louer une œuvre qui n'a peut être pas son équivalent sur le globe …. qu'il était élevé le génie de ce Michel-Ange de L’Orient qui a conçu une pareille œuvre … » (Notes du naturaliste Henri Mouhot dans Le Tour du Monde, 1863).  Ancienne capitale de l’empire khmer, Angkor fascine et passionne par ces oeuvres d’art majestueuses qui se situent au carrefour des différentes influences religieuses de l’Inde (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/monde/angkor-le-joyau-de-lempire-khmer-livre-ses-derniers-secrets-81662.php).  Que représente les visages imposants des tours des temples d'Angkor ? Quelles en sont les caractéristiques architecturales ? Angkor est-il un site exclusivement religieux ? Peut-on véritablement parler d'une "disparition d'Angkor (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/monde/angkor-un-autre-regard-sur-la-fin-de-la-cite-81664.php)"? Mari-Gwenn Carichon reçoit Thierry Zéphir. 👨‍🏫Notre invité : Thierry Zéphir (https://data.bnf.fr/fr/12560780/thierry_zephir/) est enseignant à l'école du Louvre et ingénieur d'études au Musée national des Art asiatiques-Guimet (https://www.guimet.fr/). Il a écrit de nombreux ouvrages sur l'art asiatique et notamment khmer : L'empire des rois khmers (https://www.librairie-gallimard.com/livre/9782070533947-l-empire-des-rois-khmers-thierry-zephir/) (Gallimard, 1997), L'âge d'or de l'Inde classique (https://www.librairie-gallimard.com/livre/9782070341610-l-age-d-or-de-l-inde-classique-amina-okada-thierry-zephir/) (Gallimard, 2007). Il a participé à la mise en place de nombreuses expositions sur Angkor : Angkor et dix siècles d'art khmer (https://www.youtube.com/watch?v=BxnjIR32D6c) (du 28 janvier au 26 mai 1997, Grand Palais) Angkor, naissance d'un mythe, Louis Delaporte et le Cambodge (https://www.guimet.fr/sites/angkor/) (du 16 octobre 2013 au 13 janvier 2014, musée national des arts asiatiques-Guimet). 🗞️Une émission enregistrée en partenariat avec le numéro 83 (https://kiosque.histoire-et-civilisations.com/) de la revue Histoire et Civilisations (http://histoire-et-civilisations.com/), qui a consacré son dossier à "Quand la capitale khmère révèle ses mystères (https://www.histoire-et-civilisations.com/editorial/angkor-quand-la-capitale-khmere-revele-ses-mysteres-81659.php)". Offre promotionnelle exclusive pour un abonnement à la revue Histoire et Civilisations : abo.histoire-et-civilisations.com/storiavoce.html. (https://storiavoce.histoire-et-civilisations.com/) 
4/21/202250 minutes, 48 seconds
Episode Artwork

Quand faire de la politique dans la Grèce ancienne était un danger

🎙️La politique dans la Grèce ancienne était-elle une activité dangereuse? Après avoir abordé les cadres de la politique et de l'exercice démocratique dans les cités comme Sparte ou Athènes, l'historienne Danielle Jouanna se penche sur une réalité prosaïque : le danger à exercer une telle activité. Invitée par Christophe Dickès, elle répond aux questions suivantes: Existait-il des procédures judiciaires contre les politiques? Quels étaient les motifs de condamnation d'un homme politique?  Les auteurs comiques se moquaient-t-ils du monde politique?Quelle était la place de l'assassinat politique? La peine de mort pour des raisons politiques existait-elle en Grèce ancienne?  Pourquoi donc faire de la politique s'ils s'agissait d'une activité si dangereuse?  👩‍🏫L'invitée: Danielle Jouanna, helléniste et historienne, a déjà publié plusieurs essais : Aspasie de Milet (2005, prix Diane Potier-Boès de l’Académie Française), L’Europe est née en Grèce (2009), ainsi que, aux Belles Lettres, Les Grecs aux Enfers (2015), Rire avec les Anciens (2016) et L’Enfant grec au temps de Périclès (2017) et Le Monde comme le voyaient les Grecs (2018). Elle vient de publier La politique : une activité dangereuse en Grèce ancienne? (Belles Lettres (https://www.lesbelleslettres.com/livre/9782251452692/la-politique-une-activite-dangereuse-en-grece-ancienne), 307 pages, 21,50€). Une émission co-présentée avec Histoire et Civilisations. Lire, écouter et voir sur le site à propos de la Grèce: La Grèce antique (https://www.histoire-et-civilisations.com/mot-clef/grece-antique). Socrate, le maître de la Grèce (https://www.nationalgeographic.fr/histoire/2019/09/sommaire-du-magazine-histoire-et-civilisations-septembre-2019). Comprendre la Grèce antique (https://www.histoire-et-civilisations.com/thematiques/antiquite/comprendre-la-grece-antique-74385.php). 
4/18/202224 minutes, 34 seconds
Episode Artwork

L'absolutisme : une histoire française

Celui qui se qualifiait lui-même comme « le plus grand roi du monde » a donné à la France l’un de ses plus beaux emblèmes : le château de Versailles. Il donne à la monarchie française son apparence fastueuse, puissante, centralisée. « Par sa perfection architecturale et rituelle, il incarne l’absolutisme louis quatorzien »; absolutisme auquel on réduit souvent le règne du grand roi à travers cette phrase qu’il n’a probablement jamais prononcée : « L’État c’est moi ». Cette formule semble être l'aboutissement d'un long processus d'instauration de l'absolutisme. Cette notion existe-elle avant Louis XIV ? Que nous dit cette expression de la réalité de l’identification du souverain à l’État ? Quelles sont les origines de l’absolutisme ? Le cas français est-il réellement original ? Mari-Gwenn Carichon reçoit Joël Cornette. Une émission enregistrée en partenariat avec la revue Histoire et Civilisations. Notre invité : Joël Cornette est un historien moderniste, reconnu pour ses travaux et publications sur la France de l’Ancien Régime. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de référence (Le Roi de guerre (Payot, 1993, réed, 2000)). Avec Le Roi absolu, Une obsession française 1515-1715 (Tallandier, 2021, 432 pages, 22.50 €) l'auteur nous invite à relire l'histoire de France à travers l'évolution absolutiste de son pouvoir. Joël Cornette est aussi le spécialiste de l'histoire de la Bretagne (Histoire de la Bretagne et des Bretons (2015), La Bretagne, une aventure mondiale (Taillandier), Anne de Bretagne (Gallimard, 2021).
4/14/202246 minutes, 35 seconds
Episode Artwork

Parler politique dans la Grèce ancienne.

Dans une série de Cours d'Histoire divisée en deux parties, la grande helléniste Danielle Jouanna évoque la politique et l'exercice démocratique dans la Grèce ancienne. Dans un premier volet, l'historienne aborde la question de la parole politique, intimement mêlée à l'expression démocratique. Invitée par Christophe Dickès, elle répond aux questions suivantes: >>> Comment définir l'oligarchie? Donnait-on la parole au peuple en oligarchie ? L’oligarchie varie-t-elle selon que l’on se trouve à Sparte ou à Athènes ? >>> Quel sens donner au mot peuple dans la démocratie athénienne ? Quelle est la place du peuple dans la constitution athénienne ? >>> Peut-on comparer la démocratie athénienne à notre démocratie ? >>> Comment se passaient les réunions à l’assemblée et les prises de paroles concrètement ? Qui pouvait vraiment parler ? Qui assistait à ces assemblées ? >>> Qui sont les grands orateurs de la période classique et leur professeur de rhétoriques? >>> Parlait-on politique ailleurs, en dehors des assemblées ? Quelle est la place de la parole des femmes? >>> Pouvait-on réussir en politique sans être riche ? Qu'est-ce que l'hétairie? L'invitée: Danielle Jouanna, helléniste et historienne, a déjà publié plusieurs essais : Aspasie de Milet (2005, prix Diane Potier-Boès de l’Académie Française), L’Europe est née en Grèce (2009), ainsi que, aux Belles Lettres, Les Grecs aux Enfers (2015), Rire avec les Anciens (2016) et L’Enfant grec au temps de Périclès (2017) et Le Monde comme le voyaient les Grecs (2018). Elle vient de publier La politique : une activité dangereuse en Grèce ancienne? (Belles Lettres, 307 pages, 21,50€).
4/10/202236 minutes, 35 seconds
Episode Artwork

Paul Doumer : la République audacieuse

La Troisième République incarne souvent l’âge d’or du régime. On l’invoque souvent comme modèle pour évoquer la méritocratie républicaine. Sur les images d’Epinal, les hussards noirs de la République, célébrés par Péguy, ouvrent les portes des ministères aux enfants d’ouvriers. Le président Paul Doumer, mieux connu aujourd’hui grâce aux rues auxquelles il a donné son nom que pour la singularité de son parcours, incarne parfaitement cette ascension sociale et professionnelle. Né le 23 mars 1875 à Aurillac, rien ne destinait ce fils de cheminot à une si longue carrière politique (50 ans) au cœur des moments clefs et fondateurs de la Troisième République.Qui est Paul Doumer, ce président français assassiné en 1932 qui a été oublié des livres d'histoire ? Pourquoi un tel oubli dans l'historiographie ? Peut-on véritablement voir dans l'école de la Troisième République le tremplin de la réussite professionnelle de Paul Doumer ? Quels sont ses réseaux ? Quel est l'impact de la Grande Guerre sur son parcours politique et sa légitimité ? Paul Doumer était-il de gauche ou de droite ? Une émission enregistrée en partenariat avec la revue Histoire et Civilisations. Notre invité : Amaury Lorin est docteur en histoire contemporaine, spécialiste d'histoire politique et coloniale. Après avoir soutenu une thèse consacrée à Paul Doumer, Amaury Lorin en tire une biographie enrichie par la découverte de nouvelles archives inédites. Paul Doumer, la République audacieuse (Champ Vallon, 2022, 424 pages, 27 €) est la première biographie écrite sur ce président oublié.
4/7/202249 minutes, 48 seconds
Episode Artwork

Représenter la Révolution française

Suite et fin de la série de nos Cours d’Histoire consacrés à la Révolution française. Après un premier volet sur la définition de la Révolution autour de l'ouvrage de Jean-Clément Martin, La Révolution n’est pas terminée, un deuxième volet s'était penché sur l'exécution de Louis XVI. Cette troisième partie est, elle, consacrée à l’enseignement et à la modélisation graphique de la Révolution à travers le travail graphique remarquable de Jean-Clément Martin et Julien Peltier sur la Révolution paru chez Passés / Composés. J. C. Martin est l'invité de Christophe Dickès et répond aux questions suivantes: - Existe-t-il une singularité de l’exercice infographique ? Peut-on résumer l’exercice a de l’histoire quantitative ? - On est saisi par ce foisonnement de données, de modélisations : la première infographie évoque la révolution universelle qui replace la France dans une perspective globale… - Comment êtes-vous sorti d'une perspective chronologique. - Que nous dit l'histoire des objets de la Révolution? - Pourquoi la Révolution française est souvent associée au triptyque Robespierre, Terreur, Guillotine ? Notre invité : Jean-Clément Martin est professeur émérite de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l'institut d'Histoire de la Révolution française. Il a consacré de nombreux livres à la Révolution française comme à la Contre-Révolution et à leurs mémoires dont dernièrement La Révolution française n'est pas terminée (Passés /Composés, 208 pages, 17€), Infographie de la Révolution (Passés / Composés, 128 pages, 27€)) et de L'Exécution du roi (Perrin, 300 pages, 21€).
4/3/202218 minutes, 19 seconds
Episode Artwork

Anne d'Autriche : intimité et carrière

“La vigueur avec laquelle cette princesse avait soutenu ma couronne dans les temps où je ne pouvais encore agir, m’était une marque de son affection et de vertu” (Louis XIV au sujet de sa mère Anne d'Autriche). La fille du roi d’Espagne arrive en France en 1615 pour devenir la femme de Louis XIII; elle a seulement quatorze ans. Délaissée par son mari, vue comme une rivale par sa belle-mère Marie de Médicis, mal considérée par Richelieu, elle est tenue à l’écart du pouvoir. De plus, elle tombe enceinte de Louis XIV vingt-trois après son mariage. Avant de devenir une mère dévouée et une régente ambitieuse, Anne d’Autriche a été une femme délaissée sur le plan personnel comme sur le plan politique. A travers cette émission nous chercherons à dénouer les liens complexes qui unissent la vie intime et la carrière politique de la régente. Quel est l'impact de sa difficile vie conjugale sur son exclusion du pouvoir ? Quelle est la véritable nature du couple qu'elle forme avec Mazarin pendant le régence (1643-1651) ? Comment son dévouement pour son fils Louis XIV détermine-t-il sa politique ? Jean-français Solnon est interrogé par Mari-Gwenn Carichon. Cette émission est enregistrée en partenariat avec le numéro 82 de la revue Histoire et Civilisations, qui a consacré son dossier à "Anne d'Autriche, mère de Louis XIV, une grande femme d'Etat" Notre invité : Jean-François Solnon est professeur émérite d'histoire moderne à l'université de Franche-Comté. Il est un grand spécialiste de l'Ancien régime (Histoire des favoris (Perrin)) et de l'Empire ottoman (L'Empire ottoman et l'Europe). Dans son dernier livre Anne d'Autriche, reine de France "au rang des plus grands rois" (Perrin, 2022, 420 pages, 24.00 €), il propose “de mettre à jour sa psychologie, de mettre à jour les faits grands et petits, de son existence”.
3/31/202247 minutes, 16 seconds
Episode Artwork

L'exécution de Louis XVI

Suite de la série de nos Cours d’Histoire consacrés à la Révolution française. Après un premier volet sur la définition de la Révolution autour de l'ouvrage de Jean-Clément Martin, La Révolution n’est pas terminée, un deuxième volet se penche sur l'exécution de Louis XVI. Une troisième partie sera consacrée à l’enseignement et à la modélisation graphique de la révolution. Invité de Christophe Dickès, Jean-Clément Martin répond aux questions suivantes: - Pourquoi le mot exécution est-il plus approprié que régicide ou celui de mort par exemple ? - La mort est-elle une cassure entre deux époques ? - Sur quels fondements repose la condamnation ? La condamnation du roi était-elle une évidence ? - Dans ce procès, la Défense avait-elle une marge de manœuvre ? - La peine de mort était-elle aussi une évidence ? Faut-il voir la responsabilité du roi, sa personnalité ou bien les querelles et les rapports de forces entre groupes révolutionnaires ? - S’agit-il d’une cérémonie sacrificielle, d’un baptême républicain accompli dans le sang royal ou bien d’un acte purement politique et même politicien ? Faut-il distinguer Révolution et république : en somme est-ce ici la victoire de la République, de la révolution ou des deux ? - Etc. Notre invité : Jean-Clément Martin est professeur émérite de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l'institut d'Histoire de la Révolution française. Il a consacré de nombreux livres à la Révolution française comme à la Contre-Révolution et à leurs mémoires dont dernièrement la Révolution française n'est pas terminée (Passés /Composés, 208 pages, 17€) et de l'Exécution de Louis XVI (Perrin, 300 pages, 21€).
3/28/202220 minutes, 15 seconds
Episode Artwork

Une histoire des enfants et de l'enfance

L’enfant laissant peu de traces est longtemps resté un grand absent de l’histoire contemporaine. Pourtant, pour qui voudrait lire entre les lignes, les plus jeunes en disent long sur la société bâtie par leurs aînés. Les parties de billes, de cache-cache et de marelle sont le reflet de leur temps, des enjeux politiques, des progrès médicaux et industriels, en somme de l’évolution de la société. Au sortir du XIXe siècle, le régime républicain se penche avec intérêt sur le sort des petits français : il s’agit d’affermir la République et les enfants bénéficient alors d’un apprentissage scolaire, d’où l’enjeu est hautement politique. Deux guerres mondiales viennent cependant rompre le cours de leur vie. Puis les enfants du baby-boom profitent des Trente glorieuses, et plongent au cœur de la société de consommation: il est alors soumis aux valeurs et aux idées d'une époque. Eric Alary répond aux questions d’Etienne Gros. L’invitée : Agrégé d’histoire, docteur de l’Institut d’études politiques de Paris, professeur de chaire supérieure en khâgne et hypokhâgne. Eric Alary est spécialiste de la Seconde Guerre Mondiale, de la gendarmerie et de l’histoire sociale des Français au XXème siècle, il vient de publier une Histoire des enfants, des années 1890 à nos jours (Passés composés, 336 pages, 23€).
3/24/202232 minutes, 14 seconds
Episode Artwork

Définir la Révolution française.

Nous entamons une nouvelle série de trois Cours d’Histoire autour de la Révolution française avec un premier volet consacré à sa définition autour de l'ouvrage de Jean-Clément Martin: La Révolution n’est pas terminée ; un deuxième volet sera consacré à la mort du roi Louis XVI et un dernier à l’enseignement et à la modélisation graphique de la révolution. Invité de Christophe Dickès, Jean-Clément Martin répond aux questions suivantes: - Quelles sont les limites chronologiques de la révolution? - Pourquoi la Révolution est-elle devenue la révolution modèle ? - Comment expliquer que la Révolution française soit toujours au cœur de bien des débats ? - Clemenceau disait que la Révolution est un bloc quand Raymond Aron disait que la Révolution est tout sauf un bloc. Qui croire? - Comment définir cette révolution française ? Existe-t-il une machine révolutionnaire sans créateur ou plutôt avec de multiples créateurs, de multiples ouvriers pour l’entretenir ? - La révolution est-elle condamnée à une interprétation continue ? - Est-ce l’apanage de la Révolution française que d’être au centre de la simplification ? Jean-Clément Martin est professeur émérite de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l'institut d'Histoire de la Révolution française. Il a consacré de nombreux livres à la Révolution française comme à la Contre-Révolution et à leurs mémoires dont dernièrement la Révolution française n'est pas terminée (Passés /Composés, 208 pages, 17€)
3/21/202226 minutes, 43 seconds
Episode Artwork

Faire la guerre au Moyen âge (XVe siècle)

Dans une nouvelle série de nos Cours d'Histoire, l'historienne médiéviste Valérie Toureille présente le Traité de Troyes de 1420 : après avoir vu sa dimension politique et la façon dont les sociétés et les populations vivaient en guerre, elle termine cette série avec les techniques guerrières médiévales du début du XVe siècle. Elle est l'invitée de Christophe Dickès. Notre invitée: Valerie Toureille est historienne, professeur d’histoire du Moyen Age à l’Université de Cergy-Pontoise. Elle a publié une biographie de Jeanne d’Arc aux éditions Perrin (431 pages, 24.00 €) et La bataille d'Azincourt (Albin Michel). Elle a organisé en 2020 l'exposition consacrée au Traité de Troyes et la parution du magnifique catalogue d'exposition Un roi pour deux couronnes Troyes 1420 (Snoeck, 432 pages, 30€).
3/18/202222 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

Qu'est-ce que le progressisme?

Qu'est ce-que le progressisme ? Comment un élan vers le progrès scientifique s'est-il transformé en une idéologie politique ? Qui sont ses penseurs et ses théoriciens ? La notion renvoie à la fois à une théorie, à un élan politique et idéologique et à un mode d’action. Peut-on définir un courant de pensée progressiste en tant que tel ou la notion est-elle transversale ? Renvoie-t-elle avant tout à une idéologie ou à une mentalité ? Peut-on opposer de manière tranchée le progressisme et le conservatisme ? Ou du moins mettre ces grilles de lecture au même niveau ? Mari-Gwenn Carichon reçoit Olivier Dard. Notre invité: Professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne Universités, Olivier Dard est rattaché à l'UMR (laboratoire en histoire des relations internationales contemporaines et des mondes étrangers). Après avoir dirigé avec Frédéric Rouvillois et Christophe Boutin le dictionnaire du Conservatisme (Le Cerf, 2017), et le dictionnaire des populismes (Le Cerf, 2019), il co-dirige aujourd'hui le dictionnaire du progressisme proposant plus de 200 notices (Le Cerf, 2022, 1232 pages, 39,00€).
3/14/202247 minutes, 14 seconds
Episode Artwork

Vivre en guerre au Moyen âge

Dans une nouvelle série de nos Cours d'Histoire, l'historienne médiéviste Valérie Toureille présente le Traité de Troyes de 1420 : après avoir vu sa dimension politique, elle aborde cette semaine la question sociale et la façon dont les sociétés et les populations vivaient en guerre au début du XVe siècle à travers l'exemple de la Champagne, au coeur du conflit. Elle verra dans une troisième partie la semaine prochaine les techniques guerrières médiévales du début du XVe siècle. Elle est l'invitée de Christophe Dickès. Notre invitée: Valerie Toureille est historienne, professeur d’histoire du Moyen Age à l’Université de Cergy-Pontoise. Elle a publié une biographie de Jeanne d’Arc aux éditions Perrin (431 pages, 24.00 €) et La bataille d'Azincourt (Albin Michel). Elle a organisé en 2020 l'exposition consacrée au Traité de Troyes et la parution du magnifique catalogue d'exposition Un roi pour deux couronnes Troyes 1420 (Snoeck, 432 pages, 30€).
3/10/202216 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

La guerre de Sécession : cataclysme fondateur, avec Vincent Bernard

La France a la Révolution française ; l’Amérique, la guerre de Sécession. Deux guerres civiles dans un pays qui se (re)définit, deux débats historiographiques, deux querelles idéologiques fondées souvent sur une appréhension simpliste des événements, deux fresques en couleur, idéales pour inspirer la littérature, la peinture, le cinéma. Si on oppose souvent les héros du bien et de la liberté au Nord, et les riches esclavagistes au Sud, il y a quelques années le Sud avait l’héroïsme et le romantisme de son côté (en témoigne par exemple le succès extraordinaire du roman puis du film « Autant en emporte le vent »). Une autre lecture manichéenne des événements, qui prend de l’importance aujourd’hui, tend à réduire les causes et les enjeux du conflit à la question de l’esclavage et des rapports de domination entre les Blancs et les Afro-Américains. Face à cette difficulté, Vincent Bernard nous propose une lecture chronologique et factuelle de la guerre la plus meurtrière des États-Unis. Quand commence véritablement le conflit ? Comment les armées sont-elles recrutées ? Quels sont les grands fronts du combat ? Comment les Afro-Américains ont-ils œuvré pour leur propre émancipation ? Pourquoi ne doit-on pas réduire la guerre de Sécession à une lutte « pour » ou « contre » l’esclavage ? Au delà de la question de l’esclavage, la guerre de Sécession oppose surtout deux modes de vie et deux visions des États-Unis. Notre invité : Vincent Bernard est historien, spécialiste de la guerre de Sécession et rédacteur en chef adjoint de la revue Guerres & Histoire. Il est aussi l’auteur de deux biographies de grandes figures de la guerre de Sécession : Ulysses.S Grant, l’étoile du Nord (Perrin, 2018), Robert.E Lee, la légende sudiste (Perrin, 2014) ainsi que d’un essai Le sud pouvait il gagner la guerre de Secession ? (2017). La guerre de Sécession, la « grande guerre » américaine (1861-1865) est publié aux éditions Passés-Composés (448 pages, 24 €).
3/6/202241 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

Le traité de Troyes: un roi pour deux couronnes.

Le 21 mai 1420 est conclu en la cathédrale de Troyes, entre les rois de France et d’Angleterre, le traité instituant la réunion de leurs deux royaumes sous une seule couronne. Cet accord reconnaît le souverain Lancastre comme l’héritier légitime du royaume des lis au détriment du Dauphin, réfugié à Bourges. Il prévoit également le mariage d’Henri V avec Catherine de France, l’une des filles de Charles VI et d’Isabelle de Bavière. Présenté par ses partisans comme « la paix finale et générale », le traité sera plus tard dénoncé comme « honteux » par ses détracteurs. Loin de mettre un terme à la guerre de Cent Ans (1337-1453), cet acte diplomatique consacre la suprématie anglaise sur une grande partie de la France, cinq ans après la bataille d’Azincourt. La reconquête progressive du royaume, grâce à l’action conjuguée des capitaines restés fidèles et à l’intervention providentielle de Jeanne d’Arc, rend alors le traité caduc. La fin de la guerre civile, entérinée à Arras en 1435, permet à Charles VII d’engager la pacification des territoires et de devenir finalement le « Victorieux ». Dans une nouvelle série de nos Cours d'Histoire, l'historienne médiéviste présente le Traité de Troyes: sa dimension politique (Partie I), mais aussi sociale (Partie II) et enfin guerrière (Partie III). Elle est l'invitée de Christophe Dickès. Notre invitée: Valerie Toureille est historienne, maître de conférences d’histoire du Moyen Age à l’Université de Cergy-Pontoise. Elle a publié une biographie de Jeanne d’Arc au éditions Perrin (431 pages, 24.00 €) et La bataille d'Azincourt (Albin Michel). Elle a organisé en 2020 l'exposition consacrée au Traité de Troyes et la parution du magnifique catalogue d'exposition Un roi pour deux couronnes Troyes 1420 (Snoeck, 432 pages, 30€)
3/3/202221 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Quand les dieux païens s'effacent...

Les habitants de l’espace balte actuel avaient quitté depuis longtemps le stade de la prédation lorsque les Européens de l’Ouest, les Scandinaves ou les Rus’ les rencontrèrent, du IXe au XIIIe siècle. Ce peuple dépourvu d’écritures se laisse appréhender par l’archéologie et les récits de ses voisins. Dans une approche fine et novatrice, Sylvain Gouguenheim s’emploie ici à reconstituer leurs mythes, leurs croyances et leur histoire fascinante et méconnue. Il s’intéresse à la christianisation des Prusses, Lives, Estoniens et Lituaniens, ainsi qu'au rôle central des chevaliers teutoniques et à leurs luttes souvent violentes. Jusqu'à la création d’un puissant Etat païen en Lituanie, dominant une population majoritairement orthodoxe entre la Baltique et la mer Noire. Enfin, l'auteur revient sur le lent effacement des dieux et la survie du paganisme dans la culture populaire. Sylvain Gouguenheim répond aux questions d’Etienne Gros. L’invité : Agrégé d’histoire et professeur à l’ENS (LSH) de Lyon, Sylvain Gouguenheim est l’auteur de plusieurs ouvrages qui font autorité. Fin connaisseur de l’espace germanique au Moyen âge, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les chevaliers Teutoniques. Nous l’avons reçu à plusieurs reprises, notamment pour son livre Ce que l’Europe doit à la Grèce et à Byzance et Frédéric II la Stupeur du monde. Il vient de publier Les derniers païens : les Baltes face aux Chrétiens (XIIIe-XVIIIe siècles) chez Passés / Composés (448 pages, 24€).
2/27/202239 minutes, 30 seconds
Episode Artwork

Paganini : le violoniste du diable

En 1818, le futur roi de Savoie Carlos Felice écoute Niccolò Paganini (1782-1840) lors d’un concert à Turin. Subjugué par sa virtuosité, il lui demande, alors, de rejouer un morceau que le musicien vient d’interpréter. Avec la fierté et l’audace qu’on lui connaît, Paganini, maître dans l’art de l’improvisation répond alors : « Paganini ne répète pas ». On dit que cet incident lui interdit par la suite de jouer son dernier concert prévu la ville italienne. Aujourd’hui, lorsqu’un italien refuse de se répéter, il cite cette phrase attribuée à Niccolò Paganini. Que cette répartie soit vraie ou fausse, elle en dit long sur la popularité du musicien jusqu'à nos jours. Paganini, le maître violoniste ! A son nom et même à la phonétique de son nom, on entend aussitôt une harmonie enlevée, un rythme efficace et des notes qui dansent presto sur un violon énergique. Sa vie est à l’image de sa musique, pleine de rebondissements et d’impétuosité. Laure Dautriche est invitée par Mari-Gwenn Carichon. Notre invitée : Laure Dautriche est journaliste à Europe 1 depuis 2009. Diplômée en musicologie et en lettres modernes, elle est également violoniste. Après avoir publié Ces musiciens qui ont fait l’histoire (256 pages, 19.90€), elle publie Paganini le violoniste du diable (Tallandier, 304 pages, 20.90 €).
2/24/202235 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Harald et le bluetooth

Ses initiales en runes sont sur les téléphones mobiles du monde entier et sont ainsi devenues un logo faisant désormais partie de notre quotidien. Et pourtant, peu savent que ce logo qui indique l’usage de la technologie du Bluetooth renvoie au premier roi chrétien danois : Harald à la Dent bleue. Son règne, dans la seconde moitié du Xe siècle, a marqué des changements profonds en terre scandinave : artisan de l’unification du royaume des Danois, Harald fut également celui qui le convertit au christianisme. Le roi viking étendit même son influence à la Norvège et à la Suède. Par son action et les liens qu’il entretint avec l’Empire ottonien, le Danemark intégra pleinement un monde européen alors engagé dans une période de transition majeure, à tel point que Harald apparaît aujourd’hui comme le symbole d’une société de plus en plus connectée. Qui était-il? Pourquoi s’est-il converti ? Quels sont les conséquences politiques et religieuses de cette conversion ? Assiste-t-on à ce que nous appellerions une occidentalisation du pouvoir scandinave ? Que nous dit aussi la fameuse pierre de Jelling ? Lucie Malbos est la seule biographe de ce personnage de l'histoire scandinave. Elle est l'invitée de Christophe Dickès. Notre invitée : Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée et docteure en histoire, Lucie Malbos est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers et membre du CESCM. Elle est l’auteure d’une thèse remarquée, publiée sous le titre Les Ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle). Elle vient de publier chez Passés/Composés : Harald à la Dent bleue, viking, roi, chrétien (288 pages, 22€).
2/20/202250 minutes, 42 seconds
Episode Artwork

Images (inédites) d'une reine

Tout n’a pas été dit sur Marie-Antoinette, et tout n’a pas été montré non plus. En s’appuyant sur les extraordinaires collections de la Bibliothèque nationale de France, Hélène Delalex a repris le dossier pour un salutaire retour aux sources : documents d’archives, livres, lettres, gravures et dessins, méconnus ou inédits, confèrent un éclairage original à cette biographie centrée sur la femme, sa vie quotidienne et son entourage, encore enrichie par des documents rares provenant des Archives nationales et des œuvres prestigieuses du château de Versailles. Hélène Delalex est l'invitée de Christophe Dickès. L'invitée: Hélène Delalex est conservateur du patrimoine au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon. Elle a été commissaire de plusieurs grandes expositions dont Louis XV. 1722-2022 (2022, Château de Versailles), Versailles & le Monde. Au cœur des échanges entre Orient et Occident (2021, Louvre Abu-Dhabi), Le château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre (Canberra, National Gallery of Art, 2016-2017, et Arras, musée des Beaux-Arts 2014-2015), Roulez carrosses ! (2011-2013, Arras, musée des Beaux-Arts). Elle est chargée de cours d’histoire de l’art et du patrimoine à l’Université Sorbonne-Paris-IV, et est également l’auteur de nombreux ouvrages dont Le Carrousel du Roi-Soleil (Gallimard, 2016), Louis XIV (Gallimard, 2015) et Un Jour avec Marie-Antoinette (Flammarion, 2015). Elle vient de publier chez Perrin, Marie-Antoinette, la légèreté et la constance (25€, 312 pages).
2/17/202244 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Charles Quint vs François Ier

Alors qu'il ne semblait pas être doté d’une personnalité hors du commun, ni de qualités singulières, Charles Quint est un des personnages les plus importants de l’histoire européenne. Il était ainsi à la tête d’un empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais. Storiavoce vous propose d'aborder son règne sous deux angles différents. Après avoir vu l'idée impériale et l'exercice du pouvoir la semaine apssée, nous nous penchons aujourd'hui sur un des éléments clés du règne : l’affrontement entre Charles et François Ier: « Vu la méfiance respective et l’absence de volonté pour trouver un compromis satisfaisant, seul le pouvoir des armes était capable de dénouer une telle situation. » Juan-Carlos d'Amico est l'invité de Christophe Dickès. Il répond aux questions suivantes: - Quelles sont les origines du conflit entre la France et l'empire? - Est-ce que François n'entre pas trop tard dans le conflit pour vaincre? - Comment se passe sa fameuse captivité? - Peut-on parler d'une haine entre les deux hommes? - Faut-il opposer l'inconstance de François et les dissimulations de Charles ? - Charles était-il plus chevaleresque que son rival et beau frère? - Comment Charles gagne-t-il cet affrontement? L'invité : Professeur à l'université de Caen Normandie, Juan-Carlos d'Amico, spécialiste de l'Italie du XVIe siècle, a publié de nombreux ouvrages sur la période. Il vient de coéditer avec Alexandra Danet, professeur agrégée et docteur en langues et littératures romanes, Charles Quint, Un rêve impérial pour l'Europe (Perrin, 763 pages, 27€).
2/13/202240 minutes, 23 seconds
Episode Artwork

Antonin Carême, une révolution de palais

Vitrine d’un savoir-faire et d’un savoir-être, la gastronomie française se veut ouverte sur le monde, authentique mais surtout excellente. Crée en France en 1883, une académie culinaire distingue les meilleurs chefs. Sur les médailles qu’on offre aux membres est gravée l’effigie du prince des cuisiniers : Antonin Carême. Né à la fin de l’Ancien Régime, abandonné par ses parents, rien le destinait à une brillante carrière. Et pourtant, le jeune cuisinier s’illustre très vite comme l’un des meilleurs chefs de son temps : il régale les plus belles tables de l’Europe et révolutionne l'art culinaire et l'art de la table. Antonin Carême invente de nouveaux mets, allège les recettes, mais surtout, il les transmet, les écrit les publie. Qui est l’homme derrière la carrière ? Qui sont ses clients et ses admirateurs ? Peut-on dire qu’il y a un avant et un après Antonin Carême dans l’art culinaire français ? Mari-Gwenn carichon reçoit Marie-Pierre Rey. L'invité : Ancienne élève de l'ENS, Marie-Pierre Rey est professeur des universités (Panthéon-Sorbonne), spécialiste de l'histoire russe et soviétique (1814. Un tsar à Paris (Paris, Flammarion, 2014), Alexandre Ier (Paris, Flammarion, 2009 et 2013, primé par l’Académie des sciences morales et politiques, publié en anglais chez NIUP en 2012 et en russe chez ROSSPEN en 2013)). Sa dernière biographie, Le premier des chefs, l'exceptionnel destin d'Antonin Carême (Flammarion, 388 pages, 2021, 24,90 €) est un livre très éclairant sur l'histoire de la gastronomie et de la diplomatie du XIXème siècle.
2/10/202248 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

Charles Quint : une utopie impériale?

Alors qu'il ne semblait pas être doté d’une personnalité hors du commun, ni de qualités singulières, Charles Quint est un des personnages les plus importants de l’histoire européenne. Il était ainsi à la tête d’un empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais. Storiavoce vous propose d'aborder son règne sous deux angles différents. Cette semaine, nous allons nous pencher sur cette idée d’empire. Certes, il s’agit d’un concept polysémique à l’époque, mais cela ne nous empêche pas de comprendre la conception du pouvoir par Charles Quint et ses conseillers : doit-on parler d’utopie impériale, de rêves ou au contraire d’un projet rationnel et même moderne? La semaine prochaine, nous verrons un des éléments clés du règne : l’affrontement entre Charles et François Ier. Juan-Carlos d'Amico est l'invité de Christophe Dickès. Il répond aux questions suivantes: - Existe-t-il une continuité entre l’empire romain et le Saint Empire romain germanique? - Que signifie l’expression de monarchie universelle chez les penseurs et acteurs politiques de l'époque? - En quoi ce projet s'opposaient aux conceptions pontificales ou françaises? - Ce projet est-il une utopie ou un un projet rationnel voire moderne dans l’exercice d’un pouvoir qui visait à unifier politiquement, administrativement et même dans une certaine mesure socialement ce conglomérat d’Etat ? - Etc. L'invité : Professeur à l'université de Caen Normandie, Juan-Carlos d'Amico, spécialiste de 'l'Italie du XVIe siècle, a publié de nombreux ouvrages sur la période. Il vient de coéditer avec Alexandra Danet, professeur agrégée et docteur en langues et littératures romanes, Charles Quint, Un rêve impérial pour l'Europe (Perrin, 763 pages, 27€).
2/6/202234 minutes, 2 seconds
Episode Artwork

L'Alhambra, à la croisée des histoires.

« Tel est l’Alhambra, disait John Irving, un bâtiment musulman au milieu d’une terre chrétienne ; un palais oriental au sein des édifices gothiques de l’Occident ; l’élégant souvenir d’un peuple plein de courage, d’intelligence et de grâce qui conquit, régna puis s’évanouie ». L’Alhambra, ensemble palatial fondé aux XIIIe et XIVe siècles par les souverains arabes de Grenade, est resté dans l’ombre pendant plusieurs siècles après la fin de la Reconquista. Au cours de ce Grand Entretien, l’auteur analyse l’influence du palais Nasride sur le mouvement orientaliste, puis ensuite sur le Maghreb et l’Empire ottoman en crise, et enfin sur les mouvements panarabes du début du XXème siècle. L'invité Edhem Eldem nous fait découvrir les destins croisés des visiteurs de l’Alhambra ; qu’ils soient européens, américains, turques, arméniens, arabes musulmans ou chrétiens ; il révèle l’influence de ce palais sur l’architecture, bien sûr, mais aussi sur les mouvements culturels, idéologiques et politiques qui secouèrent le bassin méditerranéen à cette époque. Il répond aux questions d’Etienne Gros. L’invitée : Edhem Eldem est professeur à l’université de Bogazoci (Turquie) et titulaire de la chaire internationale d’histoire turque et ottomane au Collège de France. Ses travaux portent sur l’histoire sociale et culturelle et des mentalités du dernier siècle de l’Empire ottoman avec un accent particulier sur l’occidentalisation et l’orientalisme. Nous le recevons pour son dernier ouvrage : L’Alhambra, à la croisée des histoires, paru aux Éditions des Belles Lettres (384 pages, 21,50€).
2/3/202246 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

Surcouf ou la fin d'un monde

Grand spécialiste de la marine à l’époque moderne, Michel Vergé-Franceschi termine ici sa série d’émissions consacrée au monde portuaire et à la vie maritime au temps moderne. Après deux volets consacrés à la vie quotidienne des marins à l’époque moderne puis au vaisseaux de lignes, il évoque ici la figure de Surcouf, véritable légende maritime. Invité de Christophe Dickès, il répond cette semaine aux questions suivantes: - Quelles sont les origines de la famille et dans quel contexte politique et intellectuel vit-il? - Quelle fut la première expérience maritime de Surcouf ? Fut-il un grand marin? - Quelle est la place de la traite dans ses affaires? - Comment vit-il la révolution? - Quel est le rôle de la course à son époque? - Est-il malgré tout un patriote ? - Quel bilan faire de ses multiples courses ? Bilan militaire et bilan financier ? - Doit-on parler d’une légende Surcouf ? - Etc. L’invité : Corse de naissance, indéfectiblement attaché à son île d’origine, Michel Vergé-Franceschi lui a rendu hommage dans plusieurs ouvrages. Il est un des grands spécialistes d’histoire moderne et tout spécialement du monde maritime. Auteur de très nombreux ouvrages, il a publié chez Payot une biographie de Colbert mais aussi de Ninon de Lenclos. Professeur d’histoire moderne à l’université de Tours, il a été l’invité de Storiavoce pour évoquer la figure de Pozzo di Borgo, l’ennemi juré de Napoléon (Payot, 411 pages, 24€) et Colbert. Il a aussi réalisé un Cours d’Histoire consacré à l’absolutisme. Il vient de publier chez Passés/Composés Surcouf (350 pages, 21€).
1/31/202225 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

Le dernier carré

« Merde ! La garde meurt et ne se rend pas ». La célèbre apostrophe, prêtée au général Cambronne à Waterloo illustre le mépris de la mort et le sacrifice authentique : celui qui consiste à donner volontairement sa vie pour un homme, une cause, une idéologie ou une patrie. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce cas de figure se présente assez souvent à travers les siècles : Thermopyles, sicaires juifs à Massada, derniers cathares, chouans de 1815, sudistes, samouraïs, communards, cristeros, soldats blancs de Russie, vietnamiens du Sud, combattantes kurdes et bien d'autres encore se sont illustrés lors d'événements méconnus ou oubliés tels les frères de la forêt qui ont combattu l'armée rouge dans les pays Baltes après 1945. Tous, dans un dernier geste, ont marqué l'histoire et la postérité. Pour les évoquer, Mari-Gwenn carichon reçoit Jean-Christophe Buisson. Notre invité: Journaliste et historien, Jean-Christophe Buisson est rédacteur en chef du service culture du Figaro magazine. Il présente depuis 2016 l’émission Historiquement show sur la chaîne Histoire (Groupe TF1). Spécialiste du monde slave, il a publié plusieurs ouvrages sur le sujet dont une histoire de Belgrade et une biographie de Mihailovic, 1893-1946, héros trahi par les Alliés (Perrin, 1999) qui a été primé par l’Académie française et l'Académie des Sciences morales et politiques. Il vient de diriger avec Jean Sévillia un ouvrage collectif intitulé Le dernier carré, combattants de l'honneur et soldats perdus, de l'Antiquité à nos jours (Perrin, 416 pages, 21€).
1/27/202241 minutes, 42 seconds
Episode Artwork

A bord des vaisseaux de ligne!

Grand spécialiste de la marine à l'époque moderne et auteur récemment d'un Surcouf aux Editions Passés/Composés, Michel Vergé-Franceschi continue une série d'émissions consacrées au monde portuaire et à la vie maritime au temps moderne. Après un premier volet consacrée à la vie quotidienne des marins à l'époque moderne, il aborde l'histoire des vaisseaux de lignes et des arsenaux. Il terminera ce cycle en évoquant la figure de Surcouf. Invité de Christophe Dickès, il répond cette semaine aux questions suivantes: - Quand apparaît le fameux vaisseau de ligne dans l’histoire moderne ? - Comment évoluent les techniques dans le monde marin entre les XVIe-XVIIIe sc ? - Comment se transforme la marine à voile, comment évoluent les voiliers ? Quels sont les éléments qui président à ces changements ? - Quelles sont au début de la période moderne les pays ayant une forte tradition maritime ? - L’Angleterre a-t-elle les meilleurs arsenaux ? Quels sont les autres grands arsenaux en Europe ? - Quelles sont les fonctions d’un arsenal ? - Etc. L’invité : Corse de naissance, indéfectiblement attaché à son île d’origine, Michel Vergé-Franceschi lui a rendu hommage dans plusieurs ouvrages. Il est un des grands spécialistes d’histoire moderne et tout spécialement du monde maritime. Auteur de très nombreux ouvrages, il a publié chez Payot une biographie de Colbert mais aussi de Ninon de Lenclos. Professeur d’histoire moderne à l’université de Tours, il a été l’invité de Storiavoce pour évoquer la figure de Pozzo di Borgo, l’ennemi juré de Napoléon (Payot, 411 pages, 24€) et Colbert. Il a aussi réalisé un Cours d'Histoire consacré à l'absoolutisme. Il vient de publier chez Passés/Composés Surcouf (350 pages, 21€).
1/24/202223 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

Sur la trace des Etrusques

Les Étrusques : ils ne sont quasiment plus mentionnés dans les manuels scolaires et peu étudiés à l’Université. Et pourtant, leurs artefacts peuplent nombre de prestigieux musées, leurs fabuleuses nécropoles sont parmi les mieux conservées, leur histoire s’étend sur presque un millénaire, et sans eux, Rome n’aurait peut-être pas été ce qu’elle fut. Peuple de la péninsule italienne -dont ils occupèrent, à leur apogée, une certaine partie-, ils furent en effet les voisins et les inspirateurs des Romains qui finirent par les assujettir et les absorber, au Ier siècle avant notre ère. La fascination qu'ils n'ont eu de cesse d'exercer tient en grande partie à la difficulté de les étudier, les sources étant trop parcellaires. Ainsi, des zones d'ombre entourent-elles encore leur religion, leur système politique, l'organisation de leur société, leur mode de vie, ou même leur langue. Bref, des interrogations demeurent et nous les explorons aujourd'hui avec l'étruscologue Marie-Laurence Haack, interrogée par Manuella Affejee. Notre invitée : Marie-Laurence Haack est historienne et étruscologue. Actuellement professeure d'Histoire ancienne à l'Université de Picardie - Jules Verne, elle vient de publier A la découverte des Étrusques (La Découverte, 2021), passionnante synthèse des connaissances actuelles sur ce peuple antique.
1/20/202245 minutes
Episode Artwork

La vie quotidienne des marins à l'époque moderne

Grand spécialiste de la marine à l'époque moderne et auteur récemment d'un Surcouf aux Editions Passés/Composés, Michel Vergé- Franceschi entame une série d'émissions consacrées au monde portuaire et à la vie maritime au temps moderne. Après un premier volet consacrée cette semaine à la vie quotidienne des marins à l'époque moderne, il abordera l'histoire des vaisseaux de lignes et des arsenaux la semaine prochaine. Il terminera ce cycle en évoquant la figure de Surcouf. Invité de Christophe Dickès, il répond cette semaine aux questions suivantes: - Existe-t-il une identité et une sociologie portuaire ? - Quel est la place de l’Etat dans le monde portuaire ? - Le monde marin fait-il vivre plus de gens à terre que de gens en mer ? - Qui sont les marins ? Sont-ils des gens qualifiés ? Comment sont-ils recrutés ? - Quel est leur quotidien des marins sur les bateaux ? - Etc. L’invité : Corse de naissance, indéfectiblement attaché à son île d’origine, Michel Vergé-Franceschi lui a rendu hommage dans plusieurs ouvrages. Il est un des grands spécialistes d’histoire moderne et tout spécialement du monde maritime. Auteur de très nombreux ouvrages, il a publié chez Payot une biographie de Colbert mais aussi de Ninon de Lenclos. Professeur d’histoire moderne à l’université de Tours, il a été l’invité de Storiavoce pour évoquer la figure de Pozzo di Borgo, l’ennemi juré de Napoléon (Payot, 411 pages, 24€) et Colbert. Il a aussi réalisé un Cours d'Histoire consacré à l'absoolutisme. Il vient de publier chez Passés/Composés Surcouf (350 pages, 21€).
1/17/202224 minutes, 35 seconds
Episode Artwork

Transmettre le savoir à tous? (XV-XVIe Sc.)

Comment définir le terme de vulgarisation à l’époque médiévale et à la Renaissance ? Comment se transmettent les connaissances et en quelle langue? La vulgarisation est-elle une nécessité et quelles en sont ses motivations ? Quels sont les enjeux de la transmission des savoirs pour les contemporains de l'époque? Dans ce Cours d'Histoire, Violaine Giacomotto-Charra répond aux questions de Christophe Dickès sur cette période entre monde médiéval et Renaissance. Notre invitée : Violaine Giacomotto-Charra est professeur d’histoire des savoirs et de langue et littérature de la Renaissance à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle est spécialiste de l’écriture et de la circulation des savoirs de la nature à la fin de la Renaissance. Elle vient de publier avec Sylvie Nony aux Belles Lettres La terre plate, généalogie d’une idée fausse (280 pages, 17.80€). Avec Christine Silvi, elle a aussi dirigé le colloque consacré à Lire, choisir, écrire: la vulgarisation des savoirs du Moyen âge à la Renaissance (Ecole des Chartes, 278 pages, 24€).
1/14/202235 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

Vie et mort à crédit

Dans le Paris de la Belle Époque, de plus en plus d'ouvriers, d’employés et de petits fonctionnaires accèdent à la consommation. Les garde-robes se diversifient, les intérieurs populaires se peuplent peu à peu de meubles, comme la très convoitée armoire à glace, et la décoration envahit le logement. Les plus aisés des ouvriers et des employés arrivent même à acheter une bicyclette ou une machine à coudre. Cette nouvelle culture matérielle émerge grâce au développement du crédit qui donne accès financièrement à la consommation et de la publicité qui donne envie d’acheter des biens nouveaux. Georges Dufayel, en pionnier de cette révolution commerciale, a bâti un empire économique à la fin du siècle. Ses magasins grandioses, installés boulevard Barbès, deviennent les temples de la consommation populaire parisienne. A la croisée de l'histoire sociale et de l'histoire économique, Anaïs Albert nous décrit une véritable révolution commerciale et la réalité quotidienne de ces classes populaires. Elle répond aux questions d'Etienne Gros. L'invité: Anaïs Albert est maître de conférence en histoire contemporaine à l’université de Paris VII, spécialiste d’histoire économique et sociale à l’époque contemporaine et auteur de La vie à crédit, la consommation des classes populaires à Paris (années 1880-1920), paru aux Éditions de la Sorbonne. Cet ouvrage est issu de sa thèse de 2015 couronnée de plusieurs prix, notamment le prix de la société française d’histoire urbaine.
1/10/202252 minutes, 37 seconds
Episode Artwork

L'Histoire incroyable d'un petit carnet médiéval.

Nous littéraires, avons tous dans nos sacs ou nos sacoches un petit carnet. Un petit carnet sur lequel nous couchons nos citations préférées rencontrées au hasard de nos lectures, des extraits de livres aussi qui nous semblent pertinents pour nos recherches ou notre parcours personnels. Parfois même nous y mettons nos pensées propres, nos sentiments ou bien nos réflexions. Ce petit carnet, nous ne le quittons pas, nous l’emportons au gré de nos visites et de nos rencontres, de nos lectures et de nos flâneries… Storiavoce vous propose de partir à la découverte d’un de ces petits carnets, un minuscule livre de proche de 12 cm sur 8, acheté par la BNF dans une galerie parisienne en 2014. Un petit carnet de 122 feuillets à l’écriture minuscule mais qui possède une particularité certaine puisqu’il a été utilisé dans la première moitié du XIIIe siècle, un libricino qu’un disciple de Françoise d’Assise mit dans sa besace. Que contient cet ouvrage ? Que nous dit-il sur l’époque, ses méthodes de lecture et de pensée ? Que nous dit aussi cet objet des techniques d’écriture et de composition de l'époque ? Une exploration avec Nicole Bériou au micro de Christophe Dickès. L’invitée de Storiavoce: Nicole Bériou est médiéviste. Ses champs de recherche, couverts par une bibliographie de plus de 80 titres, sont l’Histoire religieuse, l’Histoire culturelle et l’Histoire des pratiques de la communication. Ses principaux travaux, empreints d’une érudition exigeante, abordent la prédication médiévale comme un système de communication. Elle est venu à notre micro afin d'évoquer son livre Religion et communication, un autre regard sur la prédication médiévale (Droz, 563 pages, 24€) Membre de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, elle vient de publier avec Jacques Dalarun et Dominique Poirel : Le Manuscrit franciscain retrouvé (CNRS Editions, 39€).
1/6/202244 minutes, 21 seconds
Episode Artwork

La première guerre civile : la République romaine déchirée

Après sa victoire sur sa rivale méditerranéenne, l’orgueilleuse Carthage, après l’épisode crucial des réformes gracchiennes, voici que Rome est confrontée à sa première guerre civile, acmé d’une situation de forte tension sociale, que l’action des Gracques, justement, avaient révélée. Populares versus Optimates : deux visions de la République s'opposent à travers les généraux Marius et Sylla, épaulés par leurs factions respectives. Cet affrontement idéologique et militaire changera en profondeur le paysage politique de la République. Notre invitée : Catherine Virlouvet est spécialiste de l’Histoire sociale et économique romaine (fin de la République et Haut-Empire), professeure émérite d’Histoire antique à l’Université d’Aix-Marseille, rattachée au centre Camille Jullian et ancienne directrice de l’École française de Rome (2011-2019). Elle a récemment publié avec Stéphane Bourdin, Rome, naissance d’un empire : De Romulus à Pompée (753 – 70 av. JC) dans la collection “Mondes anciens” de Belin.
1/3/202233 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Charles le Chauve : le petit-fils oublié de Charlemagne

En 843, une frontière qui marquera toute l’histoire l’Occident se dessine ; d’un côté, la France et de l’autre, l’Allemagne. Ce "bipartisme" modèlera notre vision de l’Occident et influencera toute son histoire. Cette frontière ne se dessine pas sous le règne de Clovis, ni de Charlemagne, ni encore d'Hugues Capet mais sous celui de Charles le Chauve. Petit-fils de Charlemagne, sa popularité s’est effacée derrière celle de son grand-père. Et pourtant, le roi puis l'empereur dont il est question a voulu entretenir sa mémoire et a grandement participé à la fondation de la France. Pourquoi l'avoir alors oublié dans les livres d'histoire ? Comment ce roi monte-t-il sur le trône ? Qu'a t-il réellement accompli pour le rayonnement du royaume ? Découvrir la figure et le gouvernement de Charles le Chauve c'est aussi pénétrer la France des VIIIème et IXème siècles et découvrir l'histoire de la fondation de la nation. L'historien Laurent Theis répond aux questions de Mari-Gwenn Carichon. L'invité: Laurent Theis est historien spécialiste du Haut Moyen Âge (L'avènement d'Hugues Capet, Robert le Pieux : le roi de l'an mil) et spécialiste du XIXème siècle français (François Guizot) Il vient de publier une biographie remarquable de Charles le Chauve, l'Empire des Francs (Gallimard, 07-10-2021, 272 pages, 21,00 €).
12/30/202152 minutes, 2 seconds
Episode Artwork

Le "moment Gracques" : la République romaine à l'épreuve des réformes

C'est en 509 avant notre ère que les historiens romains situent la fin de la période monarchique et l'établissement d'un régime républicain libre (libera res publica), garant des libertés publiques et du respect des droits de tous ses citoyens. Mises en place dans un contexte de fortes tensions internes et externes, les institutions républicaines ne se stabilisèrent que vers le milieu du IVe siècle et ne subirent aucune modification avant la crise finale du Ier siècle avant notre ère et l'avènement d'Octave Auguste. Impossible ici de retracer l'intégralité de cette histoire longue et complexe. Aussi, avons-nous choisi de nous concentrer sur trois moments-clefs de cette période. Nous évoquerons, dans un premier temps, le duel de près d'un siècle entre Rome et Carthage, lequel marque les débuts de l’impérialisme romain ; nous retracerons ensuite l’épisode crucial des frères Gracques, prémices d’un long temps de crise pour la République qui atteindra son apogée avec la première guerre civile et la confrontation entre Marius et Sylla. *** Issus de la plus haute noblesse romaine, remarquables orateurs pétri de culture grecque, Tiberius (163-133) et Caius (154-121) Gracchus, tribuns de la Plèbe, furent les initiateurs d'audacieuses réformes agraire, politique, sociale, judiciaire et militaire qui leur attirèrent la vindicte des grandes familles sénatoriales. Ce "moment Gracques", marqué par des violences inédites dont furent victimes les deux frères à onze années d'intervalle, inaugura à Rome l'ère des guerres civiles. Notre invitée : Catherine Virlouvet est spécialiste de l’Histoire sociale et économique romaine (fin de la République et Haut-Empire), professeure émérite d’Histoire antique à l’Université d’Aix-Marseille, rattachée au centre Camille Jullian et ancienne directrice de l’École française de Rome (2011-2019). Elle a récemment publié avec Stéphane Bourdin, Rome, naissance d’un empire : De Romulus à Pompée (753 – 70 av. JC) dans la collection “Mondes anciens” de Belin.
12/27/202131 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

A la recherche du premier pape...

Dans l’histoire de l’Eglise, Pierre est considéré comme le premier pape. Pourtant, rien ne le disposait à prendre la place du premier apôtre. Originaire d’une petite bourgade sans prétention située au nord de la terre d’Israël, il exerce humblement une activité de pêcheur avec son frère et quelques amis qui lui sont associés. Alors que la région est dominée par l’Empire romain et que le judaïsme est en crise, le discours messianique de Jésus le séduit si bien qu’il décide de le suivre. D’après les évangiles, c’est Jésus qui donne à Simon le nom de Pierre. Il reçoit aussi la charge du « troupeau », c’est-à-dire de l’Eglise : « Tu es Pierre, dit le Christ, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ». L’historien Christophe Dickès offre un regard inédit et complet sur le personnage. Il répond aux questions de Mari-Gwenn Carichon. L'invité: Christophe Dickès est docteur en histoire contemporaine des Relations internationales (Paris Sorbonne Université). Spécialiste de la papauté, il a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège (2013) et est l'auteur, chez Perrin, de Vatican, vérités et légendes (2018). Il est aussi le fondateur de Storiavoce, la première radio web consacrée à l’histoire.
12/23/202149 minutes, 12 seconds
Episode Artwork

Les guerres puniques : les débuts de l'impérialisme romain

C'est en 509 avant notre ère que les historiens romains situent la fin de la période monarchique et l'établissement d'un régime républicain libre (libera res publica), garant des libertés publiques et du respect des droits de tous ses citoyens. Mises en place dans un contexte de fortes tensions internes et externes, les institutions républicaines ne se stabilisèrent que vers le milieu du IVe siècle et ne subirent aucune modification avant la crise finale du Ier siècle avant notre ère et l'avènement d'Octave Auguste. Impossible ici de retracer l'intégralité de cette histoire longue et complexe. Aussi, avons-nous choisi de nous concentrer sur trois moments-clefs de cette période. Nous évoquerons, dans un premier temps, le duel de près d'un siècle entre Rome et Carthage, lequel marque les débuts de l’impérialisme romain ; nous retracerons ensuite l’épisode crucial des frères Gracques, prémices d’un long temps de crise pour la République qui atteindra son apogée avec la première guerre civile et la confrontation entre Marius et Sylla. *** De 264 à 146, les trois guerres puniques opposèrent la République romaine et la redoutable Carthage pour le contrôle de la Méditerranée occidentale. Le premier affrontement (264-241), qui se concentre autour de la Sicile et se conclut par la victoire de Rome, aboutit à la création des premières provinces romaines ; la seconde guerre (218-202) voit le général carthaginois Hannibal porter la guerre en Italie et infliger de cuisantes défaites à Rome, avant d'être vaincu par le général Scipion l'Africain, en Afrique du nord ; même si la cité punique ne représentera plus aucune menace sérieuse, Rome décidera de la détruire complètement, au cours du 3e et dernier conflit (149-146). Cette ultime victoire viendra parachever la soumission de l'ensemble du bassin méditerranéen à la République romaine, alors au faîte de sa puissance et tout entière tournée vers son expansion. Interrogée par Manuella Affejee, Catherine Virlouvet reparcourt les années de cet affrontement immortalisé par les plumes de Tite-Live et de Polybe. Notre invitée : Catherine Virlouvet est spécialiste de l'Histoire sociale et économique romaine (fin de la République et Haut-Empire), professeure émérite d'Histoire antique à l'Université d'Aix-Marseille, rattachée au centre Camille Jullian et ancienne directrice de l'École française de Rome (2011-2019). Elle a récemment publié avec Stéphane Bourdin, Rome, naissance d'un empire : De Romulus à Pompée (753 - 70 av. JC) dans la collection "Mondes anciens" de Belin.
12/19/202136 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

Louis de Bonald : nostalgie ou modernité?

Considéré comme l'intellectuel qui a inspiré toute la pensée réactionnaire, Louis de Bonald est réputé comme un penseur rétrograde et moralisateur. Né en 1754 et mort en 1840, on le dissocie rarement de son contemporain Joseph de Maistre (1753-1821). Louis de Bonald n'est pas seulement philosophe. Maire de Millau à l'aube de la Révolution, il suit une carrière politique active durant toute la première moitié du XIXème siècle et expose son analyse du monde qui va dans de nombreux journaux. Était-il vraiment le nostalgique que l'on décrit ? De quelle monarchie souhaite-t-il le rétablissement ? Sa pensée est-elle plus philosophique qu'idéologique ? Comment le moraliste conjugue-t-il ses idéaux philosophique et sa carrière politique ? Mari-Gwenn Carichon reçoit l'historien Flavien Bertrand de Balanda. L’invité : Flavien Bertrand de Balanda est chercheur à l’École Pratique des Hautes Études et chercheur associé au centre d’histoire du XIXème siècle. Louis de Bonald, Philosophe et homme politique (1754-1840) est le fruit de sa thèse de doctorat soutenue en 2016 et qui a reçu le prix du Jury de la Fondation Napoléon 2021 et le prix de thèse de la maison Auguste Comte.
12/15/202146 minutes, 45 seconds
Episode Artwork

1300-1450 : un Moyen âge (vraiment) en crise?

1300-1450 : un Moyen âge (vraiment) en crise? by Storiavoce
12/12/202122 minutes, 17 seconds
Episode Artwork

La terre était-elle plate au Moyen âge?

De toutes les idées reçues ou de tous les lieux communs concernant le Moyen âge, celui qui vient sans nul doute en tête de liste est l’affirmation que les hommes du Moyen âge croyaient que la terre était plate. Il aurait donc fallu attendre la Renaissance et son génie pour que l’on redécouvre $, dans le sillage de l’antiquité, que la terre était bien ronde. Storiavoce vous propose de mettre fin à un des plus grands mythes médiévaux. Quel est précisément l’apport du savoir antique aux sociétés médiévales ? Comment cet apport est-il transmis ? Quels en sont ses vecteurs notamment dans l'antiquité tardive ? Que nous disent les textes des hommes de l'époque médiéval à ce propos ? Et surtout, comment va se construire cette légende ? Pour répondre à ces questions, Christophe Dickès reçoit Violaine Giacomotto-Charra et Sylvie Nony. Nos invités: Violaine Giacomotto-Charra est professeur d’histoire des savoirs et de langue et littérature de la Renaissance à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle est spécialiste de l’écriture et de la circulation des savoirs de la nature à la fin de la Renaissance. Sylvie Nony est professeur agrégée de sciences physiques et chercheuse associée à l’UMR 7219 SPHere. Elle est spécialiste de la physique arabe médiévale et a produit notamment Les variations du mouvement, Abū al-Barakāt, un physicien à Bagdad (VIe/XIIe siècle). Elles viennent de publier aux Belles Lettres La terre plate, généalogie d'une idée fausse (280 pages, 17.80€).
12/9/202152 minutes, 28 seconds
Episode Artwork

Dynamismes et... renaissances à l'époque médiévale?

“Epoque Moyenne” selon Pétrarque (1304-1374), “Temps moyen” pour le chroniqueur Schedel (1440-1514), “Âge du milieu” d’après Rhenanus (1486-1547)… l’époque du Moyen âge n’a pas bonne presse depuis Voltaire. Dans une nouvelle série de nos [Cours d’Histoire], Storiavoce se penche sur une période victime de nombreuses idées reçues, de raccourcis historiques et d’anachronismes. Après un premier volet visant à définir ce qu’est-ce que le Moyen Âge, nous abordons ici les dynamiques de la période. Peut-on à cet égard parler de renaissances médiévales? Joël Chandelier, notre invité, répond aux questions de Christophe Dickès. -Peut-on parler de renaissance à l’époque médiévale ? Comment se caractérise cette renaissance globalement ? Existe-t-il une conscience de ce progrès ? - On parle toujours du temps des cathédrales en oubliant qu’il existe aussi un temps des villes… et une croissance démographique. Qui dit ville aussi, dit commerce et échanges ? La ville est-elle le reflet d’une nouvelle société ? - Le monde guerrier n’est pas en reste : peut-on associer cette renaissance à l’idée d’une expansion militaire et de croisade ? - Que peut-on dire du monde scolaire et des universités? - Peut-on parler d’une révolution des savoirs ? L’invité: Joël Chandelier, archiviste paléographe, agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris 8. Spécialiste de l’histoire des sciences et de l’histoire culturelle et intellectuelle, dans l’espace latin médiéval et dans le monde islamique, il est notamment l’auteur de l’ouvrage Avicenne et la médecine en Italie. Le Canon dans les universités, 1200-1350 (Champion, 2017). Il vient de publier chez Belin L’Occident médiéval (700 pages, coll. Mondes anciens, 49€).
12/6/202120 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

La Basilique Saint Marc : naissance d'un mythe vénitien

Sa silhouette colossale est devenue à elle seule le symbole de Venise et ses mosaïques d’or éblouissent ceux qui les contemplent depuis des siècles. Édifiée au IXe siècle pour accueillir les reliques de l’évangéliste saint Marc, elle est réduite en cendres par un incendie en 976 lors d'une révolte, avant d’être ensuite reconstruite, agrandie, réagencée. Depuis près de mille ans, la Basilique Saint Marc, joyau architectural byzantin, fait l'orgueil de la cité lacustre. C'est en grande partie autour d'elle que s'est bâti tout l'imaginaire politico-religieux de la Sérénissime. En parcourant les longues années de sa construction et de ses enrichissements successifs, nous explorerons les thématiques à l'œuvre derrière ce monument emblématique : les relations complexes qu'entretint la République du Lion avec le monde byzantin et le rapport original des Vénitiens à la religion. Pour évoquer l'ensemble de ce spoints, Frederick Lauritzen est interrogé par Manuella Affejee. Notre invité : Frederick Lauritzen est historien, byzantiniste, membre de la Scuola Grande di San Marco à Venise. Il est l'auteur de Theandrites Studies on Byzantine Philosophy and Christian Platonism (284-1453).
12/2/202147 minutes, 2 seconds
Episode Artwork

Mais qu'est-ce donc que le Moyen âge?

"Epoque Moyenne" selon Pétrarque (1304-1374), "Temps moyen" pour le chroniqueur Schedel (1440-1514), "Âge du milieu" d'après Rhenanus ((1486-1547)... l'époque du Moyen âge n'a pas bonne presse depuis Voltaire. Dans une nouvelle série de nos [Cours d'Histoire], Storiavoce se penche sur une période victime de nombreuses idées reçues, de raccourcis historiques et d'anachronismes. Ce premier volet se penche sur une question simple mais à la réponse complexe : qu’est-ce donc au fond que le Moyen Âge ? Nous verrons ensuite la semaine prochaine quelles furent les dynamiques de la période parce que dynamiques il y eut… Enfin, nous terminerons sur ce qu’on appelle peut-être à tort le bas Moyen âge et particulièrement sur les années 1300-1450 avec une question : la période correspond-t-elle à un temps de crise, une longue suite de difficultés comme elle est présentée le plus souvent ou au contraire à une autre modernité. Dans une nouvelle série de [Cours d'Histoire], Joël Chandelier, notre invité, répond aux questions de Christophe Dickès. L'invité: Joël Chandelier, archiviste paléographe, agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris 8. Spécialiste de l’histoire des sciences et de l’histoire culturelle et intellectuelle, dans l’espace latin médiéval et dans le monde islamique, il est notamment l’auteur de l’ouvrage Avicenne et la médecine en Italie. Le Canon dans les universités, 1200-1350 (Champion, 2017). Il vient de publier chez Belin L'Occident médiévale (700 pages, 49€)
11/29/202123 minutes, 8 seconds
Episode Artwork

Mazarin, l'art de gouverner

Sur Mazarin, Madame de Motteville, proche de la reine Anne d'Autriche écrivait ces mots : « Il était capable de plaire par son esprit adroit, fin et habile à l'intrigue, et par une manière d'agir pleine de douceur, fort éloigné de la rigueur du règne précédent, et fort accommodant à la bonté de la reine ». Si dans cette citation, Mazarin paraît arrangeant et diplomate. Il renvoie également l’image d’un homme intriguant et séducteur. Ce portrait peu valorisant a été enrichi par la plume des romanciers notamment depuis le XIXe siècle, mais également par les cours dispensés sous la IIIè République: « menteur », « avare », « séducteur convaincu de rien mais plaisant à tous… » Pourtant les archives que nous possédons sur le cardinal Jules Mazarin sont abondantes et prouvent la pertinence de son action politique. D'abord soldat de l'armée pontificale, il s'illustre vite par ses talents de négociateurs et devient indispensable à la cour du roi de France. Peut-on interpréter son parcours comme celui d'un opportuniste ? La Fronde ne symbolise-t-elle pas l'échec de sa politique ? Au nom de quels principes soumet-il ses entreprises de guerre ou de négociation paix ? Comment gouvernait l'homme qui a permis la transition de règne entre Louis XIII et XIV, qui a connu trois papes et aimé deux rois de France ? Mari-Gwenn Carichon reçoit Olivier Poncet. Notre invité : Ancien membre de l’Ecole française de Rome, Olivier Poncet est professeur à l’Ecole nationale des Chartes où il enseigne l’histoire des institutions et des archives de l’époque moderne. Après son Mazarin l’Italien (Tallandier), Olivier Poncet publie dans "Bibliothèque des Illustres" (collection partenariat entre Perrin et la BnF) Mazarin ou l'art de gouverner (octobre 2021, 256 pages, 24.00 €).
11/26/202147 minutes, 15 seconds
Episode Artwork

Quand les nazis et les fascistes pensaient l'Europe...

Des puissances européennes de l’Axe, nous retenons généralement leur idéologie mortifère, leur volonté de domination mais aussi, comme nous l’avons encore vu récemment au cours des RDV de l’histoire de Blois, leur volonté d’extermination. Pour l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste, il s’agissait d’annexer certains territoires, d’établir aussi des colonies de peuplement ou bien de créer des Etats vassaux à l’Ouest de l’Europe. Nous savons moins en revanche que Rome et Berlin préparaient un ordre nouveau européen. Totalitaire, autarcique mais avec une union géopolitique, une union économique du continent, un projet culturel et même social. Quelles sont les origines intellectuelles de ces projets ? Quelle en sont leur nature ? S’agissait-il de doux rêves restés à l’état de propagande ou au contraire de projets politiques identifiés et effectifs dans le temps, avec des hommes chargés de le mettre en place ? Georges-Henri Soutou est l'invité de Christophe Dickès. Notre invité : Georges-Henri Soutou est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne et membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Grand spécialiste de la Grande Guerre et de la Guerre froide, il a dirigé de nombreux travaux sur ces questions et a publié plusieurs ouvrages (La Guerre de cinquante ans, 2001; La Grande illusion, quand la France perdait la guerre, 2015), La Guerre froide de la France 1941-1990. Il vient de publier aux éditions Tallandier, Europa! Les projets européens de l'Allemagne nazie et de l'Italie fasciste (544 pages, 24,90€).
11/23/202154 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

La perle des Valois : Marguerite de Navarre

Un « Corps féminin, un cœur d’homme, et tête d’ange ». C'est ainsi que le poète Clément Marot voit Marguerite de Navarre. Princesse, duchesse par son mariage, puis reine de Navarre, Marguerite est surtout la sœur du roi François Ier. Entourée par les plus grands hommes de son temps, qu'ils soient rois (François Ier, Henri IV), savants (Guillaume Briçonnet) ou poètes (Clément Marot) sa vie tend à s'effacer derrière celles des illustres qui l'entourent. Pourtant, cette femme au caractère bien trempé a participé à la politique de son temps et ce, dans tout ce qu’elle implique : guerre avec l’empire de Charles Quint, Grandes Découvertes, réformes religieuses etc... Marguerite de Navarre est une femme instruite et une artiste qui contribue au "tournant" de la Renaissance. Mari-Gwenn Carichon reçoit Patricia Lojkine biographe de Marguerite de Navarre aux éditions Perrin. Notre invitée : Normalienne et agrégée de Lettres modernes, Patricia Lojkine est professeur des universités en littérature française du XVIe siècle à l'Université du Mans. Spécialiste de la Renaissance française et italienne, elle propose une biographie de Marguerite de Navarre à la fois comme femme politique et comme poète et auteur de renom (Marguerite de Navarre, perle de la Renaissance, 2021, 350 pages, 24.00 €).
11/20/202144 minutes, 46 seconds
Episode Artwork

Catherine de Médicis, la survivante

Tout ou presque a déjà été dit sur les Médicis, famille de banquiers et maîtres de Florence, dont la richesse, l’influence et la quête de pouvoir marquèrent de leur empreinte ce remarquable Quattrocentro italien. Mais l’étincelant vernis des arts, du faste et des idées humanistes ne peut masquer les tourments d’une Italie déchirée entre intérêts politiques et territoriaux contraires, dont sauront profiter les puissances européennes voisines. Deux premiers grands entretiens ont retracé l'irrésistible ascension de cette famille, à partir de Laurent de Médicis, en suivant ses fils et neveux - dont certains portèrent la tiare pontificale. Place aujourd'hui à Catherine, arrière-petite-fille du "Magnifique" et sa dernière héritière directe ; elle deviendra reine d'une France lacérée par les Guerres de religion. Si son règne tumultueux a fait l'objet de nombreuses études fouillées, son enfance florentine et romaine, ainsi que ses premiers pas à la Cour de France l'ont peut-être moins été. Ces années s'avèrent pourtant déterminantes dans la compréhension de la personnalité de Catherine, de sa vision du pouvoir et de son action à la tête de l'État. L’historien italien Marcello Simonetta les a explorées, archives à l'appui. Il est interrogé par Manuella Affejee. Notre invité : Diplômé de l’Université La Sapienza (Rome) et de l’Université de Yale (États-Unis), Marcello Simonetta est historien, spécialiste de la Renaissance et de Machiavel. Il est l’auteur d’une trilogie consacrée aux Médicis, publiée en plusieurs langues, dont le français, aux éditions Albin Michel : L’énigme Montefeltro (2018), Des renards et des lions (2019), et Catherine de Médicis (2020). Il est également chercheur au sein du Medici Archive Project, basé à Florence.
11/17/202141 minutes, 1 second
Episode Artwork

Crimes et violences sexuels au siècle des Lumières

Nous avons tendance à imaginer la société d’avant les années 1960 comme gangrenée par la patriarcat et dans laquelle les femmes n’auraient eu ni la parole, ni le droit à la justice… Qu'en était-il alors de la fin de l’Ancien Régime ? Contrairement aux idées reçues, les crimes sexuels et en particulier le viol n'étaient pas impunis et constituaient une faute morale et sociale grave. Comment étaient-ils alors jugés ? Punis ? Que devenaient les criminels et les victimes ? Quelles étaient leur répercussion sociale ? Si les traces qui nous en restent sont principalement judiciaires, l'étude du crime sexuel nous apprend beaucoup sur la société d'Ancien Régime sur sa structure, ses mentalités et sur son quotidien. Enora Peronneau Saint-Jalmes est invitée par Mari-Gwenn Carichon. Notre invitée: Enora Peronneau Saint-Jalmes, archiviste paléographe (prom. 2020 de l'Ecole des Chartes), est lauréate de la première édition de la bourse Victor Baubet, lancée en 2020 par l’École et les Éditions Perrin. Elle publie dans ce cadre un ouvrage intitulé Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime, aux Éditions Perrin.
11/13/202147 minutes, 34 seconds
Episode Artwork

Être musicien dans la Rome du XVIIIe siècle

A la croisée des histoires sociale et économique, ce cours d'histoire en deux parties s'essaie à brosser un panorama musical de ce flamboyant XVIIIe siècle, à comprendre ce qui le caractérise, ce qu’il apporte comme transformations artistiques et sociales au sein de la société romaine de cette époque. Après une première partie ayant posé les cadres du sujet, ce deuxième épisode s'interroge sur ce qui fait ce monde de la musique, en explorant ses pratiques, ses institutions, ses dynamiques, notamment au travers de parcours et de carrières individuels. Comment l'artiste du XVIIIe siècle vit-il de son art? Quelles sont les possibilités et les difficultés? Existe-t-il une hiérarchie des métiers de la musique? Quels sont les liens qui unissent les artistes aux familles nobiliaires romaines? La mobilité du musicien est-elle un gage de succès et de célébrité? Les femmes ont-elles leur place au sein de cet univers musical? Notre invitée : Élodie Oriol est docteure en Histoire moderne, membre de la section Époques moderne et contemporaine de l’École française de Rome. Elle est également chercheuse associée au laboratoire TELEMMe et membre du LIA MediterraPolis. Elle publie Vivre de la musique à Rome au XVIIIe siècle dans la collection de l’École française de Rome.
11/10/202127 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

Rome, capitale européenne de la musique au XVIIIe siècle

A la croisée des histoires sociale et économique, ce cours d'histoire en deux parties s'essaie à brosser un panorama musical de ce flamboyant XVIIIe siècle, à comprendre ce qui le caractérise, ce qu’il apporte comme transformations artistiques et sociales au sein de la société romaine de cette époque. Que représente le XVIIIe siècle dans l’histoire de la musique en Italie et surtout à Rome? De quelle manière l'évolution des goûts musicaux se manifeste-t-elle? Quels sont les principaux lieux de spectacles? Quel rôle les grandes familles aristocratiques romaines jouent-elles dans cette effervescence musicale? Rome est-elle comparable aux éblouissantes capitales européennes de la musique que sont Venise et Naples? Autant de questions qui figurent au cœur de ce premier cours d'histoire ; une seconde partie sera consacrée aux métiers de la musique, aux artistes et aux conditions d'exercice de leur profession. Notre invitée : Élodie Oriol est docteure en Histoire moderne, membre de la section Époques moderne et contemporaine de l'École française de Rome. Elle est également chercheuse associée au laboratoire TELEMMe et membre du LIA MediterraPolis. Elle publie Vivre de la musique à Rome au XVIIIe siècle dans la collection de l'École française de Rome.
11/4/202126 minutes, 43 seconds
Episode Artwork

Danton et Robespierre

Danton et Robespierre sont deux géants de la Révolution française. Leurs noms seuls évoquent la Terreur. Avocats tous les deux, patriotes et républicains, ils se sont donnés corps et âmes pour la cause révolutionnaire. Camarades de lutte, puis adversaires, leur parcours et leurs actions témoignent de deux idées de la révolution, deux conceptions du politique qu’on ne peut comprendre sans étudier leur jeunesse, leur caractère et même leur physique. Un peu comme Plutarque et ses Vies parallèles, qui compare des itinéraires d’hommes illustres, Loris Chavanette parle de Danton à la lumière de Robespierre et de Robespierre à celle de Danton. Mais, contrairement aux héros de Plutarque qui ne croisaient que dans les écrits du biographe grec, les deux révolutionnaires se sont connus, appréciés, puis trahis. Mari-Gwenn Carichon reçoit Loris Chavanette. L'auteur : Loris Chavanette est spécialiste de la Révolution française et de l'Empire. Sa thèse, publiée sous le titre Repenser le pouvoir après la Terreur (1794-1797) a reçu le pris de l'Assemblée nationale. Danton et Robespierre, le choc de la Révolution est paru aux éditions Passés/Composés (480 pages, 25 €)
11/3/202152 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Henri IV, pacificateur moderne

La légende dit qu’Henri IV souhaitait que tous les Français puisse déguster une poule au pot le dimanche. Rien n’atteste de la véracité de ses propos mais derrière cette formule on devine la mise en place d’un mythe autour du "bon roi Henri IV", mythe qui perdure jusqu’à nos jours : celui d’un roi proche du peuple, d’un souverain qui se préoccupe du sort de ses paysans ; un roi populaire et aimé par ses sujets… « Le roi, disait sa belle-sœur Éléonore de Médicis est un homme à se faire aimer par les pierres elles-mêmes » Tout avait pourtant assez mal commencé dans une France déchiré par les guerres de religions. Comment le roi protestant a-t-il conquis sa légitimité ? Henri IV a-t-il réussi à pacifier une France déchirée par le conflit religieux ? Que dit la postérité sur la réalité de son règne ? Mari-Gwenn Carichon reçoit Jean-Christian Petifils qui vient de publier la biographie d'Henri IV (700 pages). L'invité : Jean-Christian Petifils est un historien moderniste, membre du conseil scientifique du Figaro histoire. Il a écrit une vingtaine d'ouvrages dont des biographies devenues incontournables : Louis XIV, Louis XV, Louis XVI.
10/30/202148 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Les maîtres de la manipulation (de masse).

« La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses, joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays, nous sommes, pour une large part, gouverné par des hommes dont nous ignorons tous, qui modèle notre esprit, forge nos goûts, nous souffle nos idées » (Edward Bernays). Cette citation, issue de Propaganda (1928) fait froid dans le dos. Elle est aussi à nuancer: dans quel pays commence la révolution de l’art de la persuasion? Quelle fut la stratégie de Ivy lee au profit de Rockfeller? Comment Georges Creel a-t-il vendu la guerre aux Américains en 1917? Invité d'Etienne gros, David Colon qui enseigne notamment l’histoire de la propagande et des techniques de communication persuasives, répond à l'ensemble de ces questions. Plongée dans la propagande et la manipulation de masse. L'invité: Professeur agrégé d’histoire à l’IEP de Paris. David Colon est membre de l’administration de Sciences Po depuis 2003, je s'occupe de la préparation aux agrégations d’histoire et de géographie. Il dirige également une collection de manuels scolaires aux éditions Belin. Il est l'auteur du livre Les maîtres de la Manipulation paru chez Tallandier (362 pages, 21,50€). Il dirige un blog à l'adresse suivante: https://david-colon.fr/
10/27/202141 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Les maîtres de la manipulation (de masse)

« La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses, joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays, nous sommes, pour une large part, gouverné par des hommes dont nous ignorons tous, qui modèle notre esprit, forge nos goûts, nous souffle nos idées » (Edward Bernays). Cette citation, issue de Propaganda (1928) fait froid dans le dos. Elle est aussi à nuancer: dans quel pays commence la révolution de l’art de la persuasion? Quelle fut la stratégie de Ivy lee au profit de Rockfeller? Comment Georges Creel a-t-il vendu la guerre aux Américains en 1917? Invité d'Etienne gros, David Colon qui enseigne notamment l’histoire de la propagande et des techniques de communication persuasives, répond à l'ensemble de ces questions. Plongée dans la propagande et la manipulation de masse. L'invité: Professeur agrégé d’histoire à l’IEP de Paris. David Colon est membre de l’administration de Sciences Po depuis 2003, je s'occupe de la préparation aux agrégations d’histoire et de géographie. Il dirige également une collection de manuels scolaires aux éditions Belin. Il est l'auteur du livre Les maîtres de la Manipulation paru chez Tallandier (362 pages, 21,50€). Il dirige un blog à l'adresse suivante: https://david-colon.fr/
10/27/202141 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

L'Atlantique a-t-il bouleversé le monde aux XVIIe-XVIIIe Sc. ?

Espace imaginé, réalité colonisée, lieu de transferts et d'échanges, le monde atlantique est au coeur des bouleversements des sociétés qui l'entourent et le parcourent. Quels y sont les principaux flux ? Quel sont les impacts économiques et civilisationnels des activités liées au monde atlantique ? (commerce, esclavage, mission). Peut-on penser les évolutions européennes sans penser leurs rapports à l'océan ? L'Europe moderne est-elle la fille de l'Atlantique ? Peut-on parle d'une identité atlantique ? L’invité : Eric Schnakenbourg est professeur d’histoire moderne à l’université de Nantes et directeur du Centre de recherche en histoire internationale et atlantique (CRHIA). Spécialiste d'histoire moderne, ses travaux portent principalement sur l'histoire des colonisations et l'histoire de l'Europe moderne.
10/24/202121 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Venise : la fascination, le mythe et l'imaginaire

Quatrième et dernier volet de notre série enregistrée aux Rendez-vous de l'histoire de Blois 2021 avec la grande historienne Elisabeth Crouzet-Pavan, auteure d'une somme magistrale consacrée à l'histoire de Venise. Pourquoi Venise nous fascine autant ? Pourquoi Venise semble avoir un avantage sur Rome et Florence ? Est-ce par son histoire, par sa géographie si particulière ? Faut-il déconstruire le mythe de la glorieuse République de Venise et revoir l’histoire d’une République construite sur les décombres de l’empire byzantin, mise à mal par l’empire Ottoman pour finalement disparaître au XVIIIe sc ? Faut-il voir dans le fameux Stato da mar une colonisation vénitienne ? Quelle est la place de l'imaginaire dans l'histoire médiévale et moderne de Venise? Elisabeth Crouzet-Pavan est l'invitée de Christophe Dickès. Notre invitée : Professeure d’histoire du Moyen Âge à Sorbonne Université, Élisabeth Crouzet-Pavan est l’auteure de nombreux ouvrages sur l’Italie de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance dont Venise. VIe-XXIe siècle, « Références », Éditions Belin.
10/21/202141 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

Les travaux et les jours de l'historien

Dans le cadre des Rendez-vous de l'histoire 2021, Storiavoce a interrogé trois historiens sur leur travail et leur métier. D'où vient leur vocation d'historien? Quelle est la vocation de l'historien? Tout objet, tout évènement est-il objet d'histoire? Quelle est la place des archives? Quel est le fait historique qui vous a posé le plus de difficultés dans vos recherches? Etc. Francine-Dominique Liechtenhan, Florence Quentin et Patrice Gueniffey sont les invités de Mari-Gwenn Carichon. Nos invités : - Florence Quentin est égyptologue et spécialiste d’histoire de l’Égypte ancienne. Elle a publié de nombreux ouvrages sur la civilisation et le religion égyptienne : Isis l’éternelle, biographie d’un mythe féminin, Le Livre des Égypte, savoirs et imaginaires. Son dernier livre paru chez Perrin (mars 2021, 416 pages, 24.00 €)/ Les grandes souveraines d’Egypte propose une galerie de portraits des souveraines les plus marquantes de l’antique civilisation égyptienne. - Francine-Dominique Liechtenhan est chargée de recherche au CNRS. Spécialiste de l'histoire de Russie, elle enseigne à l'Université de Paris Sorbonne (Paris IV) et à l'Institut catholique de Paris. Elle vient de publier chez Perrin Catherine II de Russie. - Patrice Gueniffey est directeur d’études à l’EHESS et membre du Centre d’études sociologiques et politiques Raymond-Aron. Il a notamment écrit un Bonaparte, qui a été unanimement salué par la critique et qui a reçu le Grand Prix de la Fondation Napoléon, et a dirigé (avec Thierry Lentz) l’ouvrage collectif La Fin des Empires (Perrin/ Le Figaro Histoire). Il vient de publier Napoléon et De Gaulle, deux héros français aux éditions Perrin. Le nombre et la raison, la Révolution française et les élections est le titre de la thèse de Patrice Gueniffey, réédité dernièrement aux éditions du Cerf (novembre 2020,588 pages, 24,00€).
10/17/202148 minutes, 21 seconds
Episode Artwork

Nouveaux regards sur la Shoah

Dans le cadre des Rendez-vo