Winamp Logo
365Histoires Cover
365Histoires Profile

365Histoires

French, Children-Kids, 1 season, 503 episodes, 1 day, 13 hours, 46 minutes
About
Jean-Louis Gaillard est l’un des pasteurs de l’Église Évangélique Missionnaire de Chaville, Nanterre et Bihorel en France www.assemblee-chretienne.fr/. Il travaille depuis plus de 30 ans avec la mission CTMI de l'Île Maurice www.ctmi.org . Depuis 2008, il anime des programmes sur des radios télévisions chrétiennes francophones du monde entier. Il a écrit 5 livres de ces petites histoires. Actuellement, il met à la disposition de tous 60 de ses histoires en téléchargement gratuit. L’histoire se compose de 3 à 7 tableaux, une image les illustre au recto, le texte correspondant se situe au verso. Nous sommes en train de réaliser des bandes dessinées de ces histoires afin de les mettre dans les salles d'attente : des églises, cabinets médicaux, etc. Retrouvez-le sur le site www.365histoires.com ou sur YouTube.
Episode Artwork

La Grand-Mère Et Le Fils Du Pasteur (11-387)

Chaque dimanche après-midi, le pasteur et son fils de 11 ans sortaient dans la ville pour distribuer des brochures d’évangélisation. Mais nous étions en hiver et, ce jour là, Il faisait très froid et il pleuvait beaucoup. L'enfant qui était déjà habillé dit: - Papa, je suis prêt Et son père lui demanda : - Prêt à quoi mon fils ? - Papa, il est temps de rassembler nos brochures et de sortir Son père lui répondit : - Rémy, il pleut et il fait très froid dehors ! Le garçon surprit alors son papa et lui demanda : - Mais papa, les gens ne vont-ils pas en enfer même les jours de pluie ? Son père lui répondit : - Rémy, le temps ne le permet pas ! Le garçon demanda alors : - Papa, est-ce que je peux y aller seul ? S'il te plaît ! Son père hésita un moment, puis lui dit : - D’accord, tu peux y aller. Voici les brochures. Sois prudent. - Merci, papa ! Et Rémy sortit sous la pluie Ce garçon de 11 ans, alla dans les rues faire du porte à porte, pour distribuer des feuillets à tous ceux qu'il voyait. Après deux heures de marche sous cette intense pluie, il était trempé, mais il ne lui restait qu'une toute dernière brochure. Il s'arrêta au coin de la rue, cherchant à qui il pourrait remettre le feuillet, mais les rues étaient totalement désertes. Il se tourna alors vers la première maison qu'il vit et se permit de sonner. Il sonna, sonna, mais personne ne répondit. Il sonna encore,encore, et toujours personne, aucune réponse. Enfin, Rémy décida de partir, mais quelque chose l'en empêcha. Encore une fois, il se tourna vers la porte et se mit à sonner et àfrapper fort à la porte. Soudain, Il entendit quelque chose qui remuait, là-haut sur le balcon. Il sonna de nouveau et cette fois, la porte s'ouvrit lentement... Debout à la porte, il y avait une vieille dame avec un regard très triste. Elle demanda doucement - Qu'est-ce que je peux faire pour toi, mon enfant ? Avec des yeux et un sourire radieux, le petit garçon lui dit : - Madame, je suis désolé de vous avoir dérangée, mais je veux juste vous dire que vraiment Jésus vous aime et je suis venu ici pour vous donner mon tout dernier livret, qui vous dira tout sur Jésus et son grand amour pour vous ! Et puis, il lui remit son tout dernier feuillet et s'en retourna pour partir. Elle l'appela et lui dit : - Merci, mon garçon ! Et que Dieu te bénisse ! (A suivre)
1/24/20248 minutes, 37 seconds
Episode Artwork

J'ai vu la victoire ! Edmond Rostand 10-367

De santé précaire, Edmond Rostand ne put s'engager dans l'armée française en 1914. Il se dévoua au chevet des blessés hospitalisés près de chez lui. La veille de l'Armistice arriva. Le poète était grippé, mais rien ne put le retenir. Il voulut aller à Paris où il arriva le 11 novembre 1918, au matin. Malgré l'avis de son entourage, il insista pour passer la journée au milieu de la foule en délire. Le soir, il s'alita, atteint par la terrible épidémie de grippe espagnole qui provoqua tant de décès. Avant de s'éteindre, au début de décembre, il murmura à sa femme : —Ne pleure pas... j'ai vu la victoire. D'autres ont salué la victoire de loin sans pouvoir la voir, tel ce soldat français qui périt sur le front au matin même où l'Armistice fut signé. Pour notre part, même si nous n'avons pas vu de nos yeux la victoire remportée par Jésus sur la croix, victoire sur le péché et sur la mort, nous pouvons cependant affirmer avec l'apôtre Jean, par le moyen des yeux de la foi : « Car la vie a été manifestée, nous l'avons vue et nous en rendons témoignage… » 1 Jean 1 : 2. Cependant, nous avons expérimenté sa victoire dans nos vies et l'avons vue à l'œuvre en beaucoup de croyants. Quand la vraie foi est exercée, la victoire en Jésus est manifestée.
1/24/20242 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

La Foi d'un Enfant Handicapé !( 25-918)

Qu’y a -t- il de plus touchant que la foi toute simple d’un enfant ? Johanne vient d’avoir ses sept ans. Elle semble tellement charmante et heureuse de vivre cette jolie petite fille brune au teint clair ! Mais à l’instant on peut déceler, imperceptible, une ombre passer dans ses yeux noirs et pétillants lorsqu’un groupe d’enfants insouciants la dépasse en courant. Oui, Johanne, c’est seulement en rêve qu’elle court ! Sa démarche est si disgracieuse, affublée de ses grosses chaussures orthopédiques d’où émergent deux petites jambes frêles. En effet Johanne est née avec les pieds bots. Lors d’une promenade avec sa maman, la jeune infirme est attirée par une joyeuse et puissante clameur qui semble provenir de la grande tente qu'elles avaient déjà repérée la veille sur la place du Marché. -'Tu crois qu’on peut y aller aussi Maman ?' -‘Mais oui ma Chérie, pourquoi pas ...’ Elles entrèrent et se mêlant à la foule, elles entendirent un prédicateur appeler les gens à la conversion. Il expliquait que le Seigneur est toujours le même aujourd’hui comme hier, qu’il désirait perpétuer son ministère de miséricorde pour les malades. Puis le serviteur de Dieu annonce qu’il allait prier pour les malades et leur imposer les mains selon l’enseignement de Jésus, lui demandant de les guérir. Plusieurs s’avançaient pour la prière. -‘Maman, si nous y allions … ‘ dit Johanne -‘Mais non, ce n’est pas pour toi ‘ répondit sa mère. Et les yeux pleins de larmes, elle sortit avec la petite infirme. -‘Maman, tu ne crois pas que Jésus puisse me guérir ?’demanda Johanne à sa mère le long du chemin. - 'Mais si ma Chérie ‘ Alors pourquoi m’as- tu- dit que ce n’était pas pour moi ? 'Johanne ', reprit la mère, à la fois gênée et émue par tant de foi, -'Voudrais-tu que nous y retournions demain ?’ -‘Oh oui Maman ! Mais alors il faudra demander au Pasteur de prier pour que Jésus me guérisse, n’est-ce pas Maman ?’ -'Oui ma chérie !’ -‘ Mais alors il faut qu’on aille vite acheter des souliers comme les autres petites filles pour quand je serai guérie. Allons-y tout de suite avant que les magasins soient fermés !’ Entrant dans la boutique la mère de Johanne après avoir fait signe au vendeur, lui demanda une paire de chaussures qui puissent aller à la fillette. -‘j’aimerais des souliers blancs !’ Le soir, elle s’endormit en serrant ses souliers blancs sur son cœur … Le lendemain, quand l’homme de Dieu, après avoir rappelé les promesses de l’Evangile, invita les malades à s’approcher pour la prière, Johanne s’avança au bras de sa mère. -‘Qu’est-ce que tu as dans ce paquet ? demanda -t-il à la fillette. -‘J'ai deux jolis souliers que je vais mettre tout de suite quand Jésus m’aura guérie, répondit-elle ‘ Emu aux larmes par une foi si simple et si confiante, l’homme posa ses mains sur la tête de l’enfant et fit cette courte prière : -‘ Seigneur Jésus, exauce la vraie foi de cette enfant ! ‘ La fillette s’assit et défit ses chaussures orthopédiques. Ses petits pieds étaient toujours tout tordus. Elle prit un premier soulier blanc, fit le geste de l’enfiler et c’est alors, qu’en un instant, devant trois mille personnes, le miracle s’accomplit : Ses pieds se redressèrent ! Et tout de suite, chaussée de ses beaux souliers blancs tout neufs, Johanne, rayonnante, se mit à marcher avec grâce, on aurait dit une petite princesse !
6/27/20236 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

Une leçon bien donnée !

Dans un village du Liban, une missionnaire regroupait chaque soir quelques enfants pour leur apprendre à lire et elle en profitait pour leur parler du Seigneur Jésus. Parmi ses auditeurs, il y avait aussi un vieillard, à la fois aveugle et sourd. — Vous devriez le renvoyer, lui dit une amie, il ne fait que marmonner sans arrêt. Il gêne vos leçons et vous ne pouvez atteindre son âme, captive comme dans une prison au-dedans de lui. — Ce serait dommage, répondit la missionnaire, car l’enfant qui l’amène sera alors renvoyé aussi. Le vieillard continua à venir régulièrement sous la conduite de son petit-fils, si bien qu’un jour, la missionnaire eut une idée. Elle prit la main du vieil infirme et y traça avec un doigt les caractères arabes qui désignent le nom de Dieu. Il comprit vite ce premier mot : « Dieu » et ne cessa de le répéter. Le lendemain, notre amie continua : « Dieu a tant aimé », puis, le troisième jour : « Dieu a tant aimé le monde », et ainsi de suite jusqu’à ce que le vieillard ait appris le verset tout entier. Dès lors, on le vit chaque jour, assis près du marché, répétant à haute voix à qui voulait l’entendre les mots de la parole de Dieu qui avaient apporté la paix et la joie dans son cœur. Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle, Jean 3 : 16.
6/30/20222 minutes, 31 seconds
Episode Artwork

L'homme au serpent

O mort, où est ton aiguillon ? L’aiguillon de la mort, c’est le péché, c’est la loi. Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ ! 1 Corinthiens 15 : 55-57. Comment serions-nous face à une telle situation ? Un individu sur la place du village avait attiré une foule de curieux. Autour de son cou était enroulé un serpent d’une espèce très venimeuse et l’animal bien qu’agacé ne parvenait pas à frapper le charmeur. La plupart des spectateurs étaient figés de peur. Face au danger, à la mort, sommes-nous comme ce public effrayé ou comme ce charmeur de serpent sur de lui ? Il s’avéra qu’au milieu de ces spectateurs l’on s’écria :« Ce serpent n’a plus de dard ! ». Et c’était vrai, le dard et le venin avaient été enlevés et le reptile était parfaitement inoffensif. Dans 1 Corinthiens 15 : 56, Paul explique : Pourquoi avons-nous peur de la mort ? Parce qu’elle a une aiguillon terrible : l’aiguillon de la mort, c’est le péché. Hébreux 9 : 27 nous dit aussi : Il est réservé aux hommes de mourir une fois, et après cela vient le jugement, Voilà bien ce qui la rend si redoutable pour celui qui va rencontrer Dieu. Mais alors, comment extirper cette aiguillon ? Autrement dit, comment expier le péché ? Ce que nous ne pouvons pas faire, Dieu l’a fait. Christ est mort pour nos péchés. Il les a pris sur Lui, à son compte, comme si c’étaient les siens et il a subi de la part de Dieu le jugement que nous méritions. Christ est mort pour nous, Romains 5 : 8. Est-ce à dire que tous les hommes seront sauvés ? Hélas non ! Il a plu à Dieu de sauver ceux qui croient,1 Corinthiens 1 : 21. La question que nous nous permettons de vous poser est celle-ci : est-ce que vous en faites partie ? Prière pour aujourd’hui : Seigneur, je désire croire en toi pour que le péché soit enlevé de moi. Je ne veux plus avoir peur de mourir mais je veux avoir cette assurance et cette joie que je te verrais au jour que tu as fixé d’avance.
6/10/20222 minutes, 53 seconds
Episode Artwork

Ce que vis la jeune chinoise !

A Pékin, près de Notre poste missionnaire, nous avions notre voisine, une dame veuve qui vivait avec ses trois filles. La plus jeune qui avait 17ans environ était atteinte de tuberculose pulmonaire. On entendait dans le silence à travers la porte, la respiration courte de ses poumons rongés de maladie comparable au froissement de papier de soie. Dans ses derniers moments, sa mère et ses sœurs se tenaient à son chevet et pleuraient. Tout semblait fini. Pendant quelques instants, la mère au cœur brisé donna libre cours à sa douleur. Et soudain, la mourante ouvrit les yeux et s’écria avec un visage resplendissant de joie et de paix : je suis revenu pour vous dire que j'ai vu le ciel. Oh c’est merveilleux, c’est merveilleux, j'ai vu le seigneur Jésus, et elle mourut. Plus tard, en faisant allusion à ces moments, la mère nous disant, je ne pouvais plus prier mais seulement louer Dieu. Plusieurs fois, des chrétiens chinois qui avaient été témoins de la mort de parents ou d'amis chrétiens, nous ont dit qu'il leur semblait avoir un avant goût de quelque chose de merveilleux juste avant de franchir le seuil. L’Évangile de Jean au chapitre 14 verset 2 nous dit : il y’a plusieurs demeures dans la maison de mon père, si cela n’était pas je vous l'aurai dit. Je vais vous préparer une place.
12/29/20212 minutes, 28 seconds
Episode Artwork

Dieu accomplit ses promesses !

Pendant six ans, Adoniram Judson, le célèbre missionnaire baptiste qui défricha la Birmanie, travailla avec zèle et patience sans obtenir une seule conversion. Quelqu'un lui ayant demandé quelle preuve il avait que le succès couronnerait ses efforts, il répondit : « Le succès me sera donné parce que je crois en Dieu, qui accomplit ses promesses. » Trente et un ans plus tard, il y avait en Birmanie soixante-dix églises avec sept mille membres. « II y a un Dieu qui accomplit ses promesses, aimait-il à répéter. C'est ce Dieu tout-puissant qui a honoré sa foi. Il honorera aussi la nôtre si nous nous fondons sur cette parole de la Bible » : « Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle. » Hébreux 10 : 23.
11/2/20211 minute, 51 seconds
Episode Artwork

La vraie richesse Yvan le Terrible (11-409)

Au cours du XVIe siècle, Yvan dit le terrible était tsar de toutes les Russies. Il avait l’habitude de s’habiller en mendiant et de se mêler au peuple pour en connaître la vie. Un jour, il parla avec une femme âgée et pauvre. Il en vient à lui parler de Jésus-Christ et lui offrit une Bible en disant : « Tu y trouveras des trésors inépuisables ». Un mois plus tard, Yvan retrouva la vieille femme. Il était en somptueux vêtements, suivi de ses ministres. La femme reconnut alors le tsar. « Comment, lui dit-il, tu es toujours aussi pauvre, et qu’as-tu fait de la Bible que je t’ai donnée ? »
9/3/20212 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

Les grottes de Qumran (11-408)

En 1947, un jeune berger arabe, gardant son troupeau dans la région de la mer Morte, cherche une chèvre égarée. Dans les falaises proches de Qumran, il découvre l’entrée d’une grotte. Avec beaucoup d’hésitation, il entre en rampant et trouve une grande quantité de cruches d’argile contenant chacune un rouleau de parchemin. Aux premiers siècles, on avait ainsi caché de précieux parchemins pour les protéger des pillards et des faits de guerre ...
9/3/20212 minutes, 31 seconds
Episode Artwork

Mary Jones et sa Bible (11-407)

Connaissez-vous l’histoire de Mary Jones ? Cette petite fille avait attendu pendant des années qu’une école s’ouvrît dans un village voisin, à 6km de son domicile. Elle s’y rendait tous les jours (pieds nus !) et apprit à lire dans une Bible. Mais comment obtenir une telle Bible ? Son prix était exorbitant pour une petite fille de huit ans, ainsi que pour ses parents. Pendant six années, elle fit toutes sortes de travaux (raccommodages, couture, garde des vaches...) pour gagner un peu d’argent. Lorsqu’elle économisa le prix de la Bible, elle se rendit, toujours pieds nus, à Bala, à 40km de là, où habitait le pasteur Charles. Mais voilà : il n’y avait plus de Bibles en gallois et l’éditeur londonien avait décidé de ne plus en imprimer ...
9/3/20215 minutes, 36 seconds
Episode Artwork

Crayons de couleur (11-405)

Dans un hôpital, une petite fille atteinte de scarlatine se trouvait à l’isolement. Ses parents ne pouvaient la voir qu’à travers une vitre. Mais l’enfant avait trouvé un moyen de communication. Elle faisait coller par sa garde-malade un billet sur sa vitre. Un matin, le père qui passait chaque jour en se rendant au bureau trouva le billet suivant : « Papa, s’il te plaît, apporte-moi une boîte de crayons de couleur. » Le lendemain à son arrivée, il trouva un nouveau billet : « Merci beaucoup papa pour la belle boîte de crayons ! » ...
9/3/20212 minutes
Episode Artwork

Eloge au printemps (07-230)

Par un bel après-midi de printemps, nous nous promenions, Sidonie, Marc, Piff (notre caniche) et moi-même dans le parc des Cascades jouxtant notre demeure. La nature semblait revivre après cet hiver qui n'en finissait pas ; des crocus de toutes couleurs jaillissaient, çà et là, de la pelouse encore recouverte de quelques feuilles d'automne égarées par le vent. Près du lac, où les truites se régalaient goulûment du pain que les promeneurs leur jetaient (sous le regard courroucé du Cygne), étaient assises, sur un banc de pierre, une jeune fille et probablement sa mère, profitant de ce paisible spectacle. Sidonie et Marc se poursuivaient sur le toboggan accompagné des aboiements de Piff qui participait, à sa manière, à leur joyeuse turbulence ; quand, soudain, du banc où était assise une jeune fille trisomique, s'éleva un chant ; plus qu'un chant, cela me faisait penser à un cantique dont chaque mot, martelé de sa voix grave, demeurait incompréhensible. La jeune fille s'était levée, cueillant les crocus, tout en continuant de chanter et tournoyant sur elle-même, comme voulant offrir une danse sacrée à l'Eternel, nullement gênée par le regard réprobateur de certains promeneurs. Elle s'offrait à la nature, réveillée par ces premiers rayons de soleil, sous l'œil médusé des enfants : le spectacle était incroyablement fascinant et bouleversant. Des larmes se mirent à jaillir de mes yeux, émus de tant de beauté. Le cœur plein de tristesse, je me demandai si Dieu, un jour, me permettrait de connaître cette joie immense de pouvoir le louer de tout mon être avec autant de liberté et de simplicité que cette adolescente.
8/25/20213 minutes, 2 seconds
Episode Artwork

Dieu m'a dit ! (07-229)

On entend très souvent des « Chrétiens » dire « Dieu m'a dit… » Un jour, un homme marié alla voir ses amis chrétiens pour leur annoncer que Dieu lui avait dit de quitter sa femme et d'épouser sa secrétaire ; l'homme semblait tellement convaincu que ses amis lui conseillèrent d'aller parler avec son pasteur. Le pasteur le reçut dans son bureau et écouta son histoire, puis le pasteur lui dit : « Allons prier ! ». Au bout de deux minutes, le révérend enleva sa chaussure, la prit et se mit à frapper son visiteur. Tout de suite, l'homme cria : — Mais que faites-vous ! Le pasteur répondit : — Le Seigneur m'a dit de prendre ma chaussure et de vous frapper ! L'autre répondit, c'est impossible, le Seigneur ne peut pas vous avoir dit cela ! La réponse du pasteur fusa. — Eh bien, de même que le Seigneur n'a pas pu me dire cela, le Seigneur ne vous a pas dit non plus, qu'il fallait divorcer et épouser votre secrétaire ! L'homme partit tout penaud. Il est remarquable de voir que dans la Parole de Dieu, lorsque Dieu parle à un homme, il parle aussi à d'autres ; par exemple, lorsque l'ange a annoncé à Marie qu'elle serait la mère du Seigneur Jésus, l'ange est parti aussi l'annoncer à Joseph ainsi qu'à sa cousine Elizabeth et à son mari Zacharie.
8/25/20213 minutes
Episode Artwork

La chaîne et la grâce (25-917)

Dans un haut quartier de la ville d’Alger, qui domine le port, et qu’on nomme la Kasbah, on peut encore voir l’ancien palais du Dey, transformé aujourd’hui en musée. Au pied de l’édifice s’ouvre une salle qui donne sur la rue et qui servait auparavant de tribunal. Au fond se tenaient les juges. A leur gauche, on trouvait une porte de prison, noire, qui s’ouvrait sur la geôle où le prévenu attendait le jugement. Au-dessus, des juges pendaient une corde qui permettait, lorsque l’accusé était condamné, de procéder sans délai à son exécution. On devine l’angoisse des délinquants lorsque la sentence de mort était prononcée à leur encontre. Quelques instants seulement les séparaient de la pendaison. Une seule chance de salut s’offrait au coupable. A la porte cochère de la salle était suspendue en demi-cercle une chaîne qui subsiste encore aujourd’hui et que l’on aperçoit de la rue. La coutume voulait que le condamné pût tenter une dernière chance d'éviter l'exécution. S’échappant au travers de la foule qui remplissait la salle, s’il pouvait atteindre la porte et toucher de sa main la chaîne de la grâce, il était sauvé. Les malheureux purent-ils en profiter souvent ? La foule s’ouvrait-elle avec compassion devant eux ? Ou au contraire, resserrait-elle les rangs pour permettre aux juges d'accomplir leur sentence ? Je l’ignore. Ce que nous savons, c’est que nos fautes accumulées nous ont valu une sentence de condamnation. Mais une chance de salut subsiste toujours. Jésus, le fils de Dieu est monté sur la croix. Quiconque tourne vers Lui les regards et met en Lui sa confiance, touche la chaîne du salut. Tous les pécheurs que leur conscience accuse, sont invités par le juge même à recourir à la grâce, et ce, sans tarder.
8/25/20213 minutes, 36 seconds
Episode Artwork

La flambeau d'Alexandre Le Grang

L’histoire raconte qu’Alexandre le Grand, chaque fois qu’il mettait le siège devant une ville ennemie, faisait fixer, devant les portes de la cité, un énorme flambeau allumé. Cela signifiait que toute personne qui sortirait vers lui, de jour ou de nuit, tant que le flambeau brûlerait, aurait la vie sauve. Mais, une fois le flambeau éteint, tous ceux qui seraient restés à l’intérieur de la ville seraient, sans miséricorde, frappés par l’épée. Le monde n’est pas en état de siège ; cependant beaucoup de gens, même parmi ceux qui rejettent la parole prophétique de la Bible, ont le pressentiment que les choses ne peuvent pas continuer ainsi et ils sont saisis d’angoisse. Le déséquilibre de l’économie mondiale, la consommation effrénée des ressources naturelles, les perpétuels risques de guerre dans tel ou tel point chaud du globe, les menaces qui pèsent sur l’écologie de la planète, sans parler de la dérive morale de la société, sont autant de sujets d’inquiétude pour tous ceux qui veulent bien regarder les choses en face. Dans la Bible, Dieu a décrit cette ambiance, et en a annoncé l’issue : La terre chancelle, elle chancelle comme un homme ivre, elle vacille comme une cabane. Son péché pèse sur elle, elle tombe et ne se relève plus, Esaïe 24 : 20. Mais le « flambeau » brûle encore. Aujourd’hui, c’est encore le temps de la grâce durant lequel Dieu sauve tous ceux qui se confient en Lui. Au temps favorable, je t’ai exaucé, au jour du salut, je t’ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut, 2 Corinthiens 6. 2. Et maintenant, pourquoi tardes-tu ? Actes 22. 16.
8/25/20212 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

10-357 Des moineaux effrayés.

Par un soir d’hiver glacial, l’homme entendit un bruit irrégulier martelait la double porte de la cuisine. Il se rendit à la fenêtre et observa des petits moineaux grelottants qui connaissant la chaleur qui habitait de l’autre côté de la fenêtre s’entêtaient désespérément d’entrer par la vitre. Touché, le fermier s’habilla chaudement, se fraya un chemin en traînant les pieds, à travers la neige fraîchement tombée et ouvrit la porte de la grange. Il alluma la lumière, jeta du foin dans un coin et traça sur le sol un sentier à l’aide de petits biscuits salés afin d’y attirer les petits moineaux. Mais effrayés par la présence du fermier, les oiseaux s’étaient envolés dans diverses directions et demeuraient cachés dans la nuit. Il essaya différentes techniques - encercler les oiseaux afin de les faire entrer dans la grange, lancer des miettes dans leur direction, se retirer dans sa maison et observer si les moineaux ne se dirigeraient pas d’eux-mêmes vers leur demeure temporaire. Effrayés par cette énorme créature temporaire, les oiseaux ne parvenaient pas à comprendre que le fermier désirait les aider. Finalement, le fermier entra dans sa maison et surveilla les oiseaux, condamnés à rester à l’extérieur derrière la fenêtre. Soudain une idée le frappa comme un éclair éblouissant dans un ciel tout bleu. Si seulement je pouvais me transformer en un oiseau et devenir l’un d’eux pour un court moment je ne les effraierai pas autant. Je pourrais leur montrer le chemin vers la chaleur et la sécurité. Au même instant il comprit qu’il venait de vraiment saisir le principe de l’incarnation. Un homme qui devient un oiseau, mais qu’est ce que comparer à Dieu qui s’est fait homme. L’idée d’un être souverain aussi grand que l’univers qu’Il a créé, qui accepte d’être confiné aux limitations du corps humain, a toujours été et demeure difficile à croire pour certaines personnes
8/25/20213 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Le milliardaire et la femme de ménage !

Alors, cette histoire se passe actuellement dans les escaliers d’une tour de la place de la Défense à Paris. Il y avait un certain milliardaire dont les bureaux se trouvaient au huitième étage d'une immense tour de ce quartier d’affaires. Ce grand PDG avait l’habitude de se rendre à son bureau, en prenant l'ascenseur. Par contre, quand il quittait son bureau, il descendait par les escaliers, histoire de faire de l’exercice. C'était un homme hautain qui avait connu la pauvreté auparavant et qui s'était élevé dans le monde par sa propre force et sa grande énergie. Il paie son loyer régulièrement le premier jour du mois, et s’occupe pleinement de son travail. Et il ne s’arrête pas au fait qu’il y ait des êtres humains qui travaillent dans les ascenseurs ou qui nettoient les fenêtres suspendues à des hauteurs vertigineuses au-dessus du trottoir. Il ne se souvient d’aucun d’eux au moment des étrennes pour leur remettre un pourboire. Non il ne pense qu’à lui ! Mais dans cette tour, il y a une femme qui nettoyait les escaliers ainsi que les étages. Il est passé à côté d’elle souvent, mais il ne l’a jamais vue jusque récemment, car sa tête était dans les nuages, il pensait davantage à sa fortune, et la femme de ménage se trouvaient à mi-chemin dans les escaliers, car elle avait commencé en haut et elle avait donné un premier coup de chiffon sur la toute première marche dans une flaque d’eau , il y avait aussi là, un gros pain de savon et le milliardaire mis le pied dessus, le pied qu’il avait posé sur le savon s’envolant vers le soleil levant et l’autre pied entreprit une expédition toute propre vers le soleil couchant et le milliardaire tomba assis sur la première marche. Il tomba par terre et ne resta pas là ! Comme, il avait eu l’intention de descendre, il descendit donc, mais pas de la manière qu’il avait d’abord conçue, et en descendant il frappa chaque marche, un son se faisait entendre comme s’il s’était agi d’un tambour. Et la femme de ménage se rangea poliment de côté pour le laisser passer ! En se relevant, l’homme se demanda s’il devait courir dans le bureau du gestionnaire de l’immeuble pour demander qu’on renvoie la femme de ménage, mais il se dit que si on lui demandait la raison, cela déclencherait une certaine hilarité parmi les autres habitants de l’immeuble, il décida donc de garder le silence ! Mais depuis ce jour, il remarque la femme de ménage et il passe à côté d’elle avec respect et circonspection ! La saluant à chaque occasion. Car personne, malgré sa puissance, ne peut se permettre d’ignorer ses semblables, car une très humble femme de ménage et un pain de savon jaune bien ordinaire peuvent détourner l’attention d’un grand homme de ses rêves ou de ses difficultés professionnelles avec une rapidité surprenante. Par conséquent, considérez ces choses et ne pensez pas que vous êtes plus grand que le plus humble parmi les enfants de Dieu de peur que par accident, vous ne tombiez de votre piédestal et que vos blessures ne vous fassent souffrir un peu plus du fait que vous pourriez croire que la femme de ménage sourit dans ses bulles de savon ! Qu’elle commence sa journée de travail d’une humeur plutôt joyeuse en repensant au plaisir que vous lui avez procuré, car les temps sont difficiles et celui qui fait sourire une femme de ménage n’a pas vécu en vain ! Nous vous encourageons à faire de même et d’avoir toujours une parole gentille eu égard à tous ceux qui travaillent autour de vous comme le dit si bien, le proverbe 25 et au verset 11 : _ "Comme des pommes d’or sur des ciselures d’argent, ainsi est une parole dite à propos." Et encore comme a dit Jésus : _"Qu’il n’en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert." Luc 22 : 26
8/24/20216 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

262. Élève De Liszt

Une jeune fille, peu fortunée, nourrissait sa mère et ses frères et sœurs en donnant des leçons de piano. Un jour, poussée par la misère, et afin de se donner quelque prestige, elle fit mettre dans les journaux l’annonce d’un concert en se donnant comme élève de Liszt. Or, ce n’était pas vrai. Par une coïncidence étrange, le jour même du concert, Liszt arrive dans cette ville. Sans rien savoir, il descend dans l’Hôtel où se donne le concert. Hors d’elle-même, la jeune fille bouleversée se décide à aller trouver le maître pour tout avouer. Le grand artiste se montra plein de bonté envers la jeune fille dont les yeux étaient remplis de larmes. - Pauvre enfant, pauvre enfant, lui dit-il, je vous pardonne ! Le célèbre compositeur demanda alors à la jeune pianiste de se mettre au piano. Il écouta, la rendit attentive à quelques fautes, l’engagea à nuancer certains passages du morceau, puis il ajouta : « Vous pouvez dire maintenant que vous êtes mon élève, et je vous prie de mettre au programme que Franz Liszt jouera le dernier morceau ». Combien de chrétiens ne sont disciples de Christ que de nom ! Oh toi qui portes le nom de chrétien, es-tu vraiment à l’école de Christ ? Va, dis-lui tout. Il te pardonnera et mettra son nom dans le programme de ta vie.
8/24/20212 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

L'horloge et l'inspecteur

Voilà plus de cinquante ans, un inspecteur de la Poste arrivait inopinément dans un bureau. Et interrogeait les employés : - Est- ce que vous prenez bien l'heure exacte à la radio chaque jour ? - A vrai dire, j'ai tellement de travail que je la règle plutôt sur l'horloge de la mairie, juste en face. Une horloge toute neuve ! Monsieur l'inspecteur. - Cela ne veut pas dire qu'elle soit exacte parce qu'elle est neuve ! Il est de toute importance d'avoir l'heure juste dans un bureau de poste. Réglez donc votre pendule sur la radio ! L'employé promit qu'il le ferait tout en pensant que l'inspecteur était bien maniaque. À la sortie l'inspecteur jette un regard sur l'horloge de la mairie qui a une bonne apparence dans son aspect de nouveautés. Il aperçoit le concierge devant la porte et l'interpellent : - Vous avez donc une nouvelle horloge à la mairie. - Est-ce qu'elle est bien exacte, au moins ? - Oh ! elle marche à merveille - Mais comment donc, le savez-vous, mon ami ? - Eh bien, je la règle d'après le bureau de poste, car je vois bien qu'elle ne varie pas. Vous savez les postiers, ils ont toujours l'heure exacte. Ainsi chacun était persuadé d'avoir l'heure juste en se fiant aux voisins d'en face ! Mais c'était évidemment une garantie bien précaire N'en n'est-il pas aussi pareillement des chrétiens qui s'efforcent de régler leur conduite sur celle de leurs frères et sœurs dans la foi ? Ces derniers pour leur part utilisent la même façon de faire. En effet, il existe une norme infaillible : Un guide sûr et éprouvé pour nous conduire dans l'obéissance qui glorifie Dieu. Il s'agit de la Bible que nous devions lire et puiser chaque jour, elle nous révèle Jésus ! Lui seul a pu dire dans l’Évangile de Jean au chapitre 14 verset 6 "Je suis le chemin, la vérité et la vie"
8/24/20213 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Le jardin mal tenu

— Je trouve que Dieu est injuste, estimait un cultivateur. Pourquoi ne donne-t-il pas aux hommes tous les moyens d’être heureux ? Bien des choses devraient changer… — Je suis d’accord avec vous, répondit un estivant en vacances dans le village. Par exemple, regardez ce pauvre jardin plein de mauvaises herbes ; tout est sec ; la nature l’a plutôt malmené, ce jardin ! — On voit que vous ne connaissez pas son propriétaire : un paresseux, un ivrogne qui laisse tout aller chez lui. — Peut-être, mais il ne commande ni au soleil, ni à la pluie, ce n’est pas lui qui fait pousser ses légumes. — Pas d’accord avec vous, reprit le premier, c’est tout à fait sa faute. Le jardin d’à côté reçoit les mêmes pluies, le même soleil et voyez comme il est bien entretenu… — Eh bien, mon cher, conclut l’étranger, il en est de même du monde. A qui la faute si au point de vue moral, il est à l’état sauvage ? A Dieu dont la belle création répondait exactement aux besoins de sa créature ? Ou à l’homme qui gâche stupidement ces ressources et a transformé cette terre en une véritable jungle ! L’homme pollue, dévaste et perpétue l’injustice sociale. Et tout cela sans fruits pour Dieu. Mais, il viendra un moment, où Dieu retirera aux descendants d’Adam l’administration de la terre et la confiera à Christ, le roi de l’univers. Alors, seulement règneront l’ordre, la paix et la justice dont l’homme ne peut jouir tant qu’il n’obéit pas à Dieu ». Le Dieu vivant, qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve. Ce Dieu, dans les âges passés, a laissé toutes les nations suivre leurs propres voies, quoiqu’il n’ait cessé de rendre témoignage, Actes 14 : 15-17.
8/24/20212 minutes, 48 seconds
Episode Artwork

Il méprisait les lettres de sa mère !

Voilà bien des années, en Chine, un jeune homme qui avait vécu uniquement pour les plaisirs de ce monde, mourut sur un bateau qui voguait sur le fleuve Yang-Tsê Kiang, le plus long fleuve d’Asie, 5500 kms. Sa mort n’avait été que le reflet de sa vie. Les autorités trouvèrent parmi ses papiers un volumineux paquet de lettres qu’il n’avait jamais été ouvertes. C’était des lettres de sa mère. Le paquet fut retourné à celle qui en avait été l’auteur, conformément au règlement consulaire, et cette femme eut ainsi en même temps la douleur d’apprendre la mort de son fils et le chagrin de constater que les lettres qu’elle lui avait envoyées n’avaient jamais été lues. Quel fils indigne ! s’écria -t-elle, et à juste titre, mais combien de personnes méprisent également la Parole de Dieu, la Bible, la lettre que Dieu a envoyée aux hommes dans son immense amour. S’ils la possèdent, ils ne la lisent pas ; s’ils ne la possèdent pas, ils ne cherchent nullement à s’en procurer une et à la lire, alors que cela leur serait si facile de le faire. Jésus déclare : Heureux plutôt, ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent ! C’est dans Évangile de Luc chapitre 11 verset 28 Lisez-vous cette parole que Dieu, vous a adressé. Cette parle ou Dieu a envoyé son fils sur la terre pour nous transmettre cette parole de vie et nous donner la vie. Vous perdez beaucoup de ne pas la lire. Je vous encourage à la lire ! Que Dieu vous bénisse !
8/24/20212 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

Témoignage Stal Gamin miraculé du COVID 19

Témoignage du pasteur Stal Gamin miraculé du COVID 19
8/24/20216 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

Impatience ou confiance ?

Il vaut mieux être patient que fort, nous dit le livre des Proverbes. Une jolie petite fleur bleue avait poussé au bord du chemin. Cette fleur transpirait beaucoup sous les ardents rayons du soleil. Elle n’appréciait pas du tout cette chaleur torride ; aussi se mit elle à souhaiter ardemment que le vent se lève pour la rafraîchir. — Sois patiente et accepte ce que Dieu t’envoie. Ne pense pas qu’il t’abandonne. Comme il est ton créateur et qu’il t’aime, il te donne ce qui est le meilleur pour toi. La sueur coulait le long des feuilles de la petite plante. Soudain, une brise douce et légère se leva et se mit à la caresser. Pendant quelques instants, la fleur se sentit bien ; elle était heureuse. Mais son sourire disparut bien vite : comme ce courant d’air dessèche mes feuilles ! Pourquoi n’a-t-il pas amené la pluie avec lui ? La pluie arriva, les gouttes ruisselaient sur elle. La fleur gémit à nouveau : je n’en peux plus ! Pourquoi le soleil ne brille-t-il pas ? L’auteur d’un aussi sale temps n’est qu’un tyran ! À coup sûr, mes rhumatismes vont me reprendre ! Au bord du chemin, notre petite fleur se lamentait jour et nuit. Par temps de pluie ou de brouillard, elle n’était jamais heureuse ; elle n’avait jamais la patience d’attendre qu’au soleil succède la pluie, à la pluie le vent, au vent à nouveau le soleil. Finalement, elle sombra dans une profonde mélancolie. Ne sommes-nous pas comme cette fleur ? Nous trouvons toujours matière à nous plaindre. Dans le mot patience, il y a l’idée de souffrir. Or nous vivons dans un monde qui recherche la jouissance et esquive la souffrance ; nous poursuivons le plaisir et rejetons toute contrainte. Jacques est pourtant clair : Mes frères, considérez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves que vous pouvez rencontrer, sachant que la mise à l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse une œuvre parfaite, afin que vous soyez parfaits et accomplis, et qu’il ne vous manque rien. Ne voulez-vous pas déposer vos fardeaux, vos soucis sur le Dieu vivant et vrai ? Il sait ce qui est le meilleur pour nous. Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l’affliction. Persévérez dans la prière, Romains 12 : 12.
8/24/20213 minutes, 47 seconds
Episode Artwork

Utiliser la puissance de Dieu

Le célèbre compositeur Franz Joseph Haydn était interrogé par un éminent musicien intrigué de savoir comment il pouvait retrouver si rapidement sa force intérieure après une période d’efforts intenses. Il répondit : « Quand je me sens fatigué après avoir créé une composition, je me retire pour prier. Ce simple remède ne m’a jamais fait défaut ». Les croyants qui parlent à Dieu quand ils ont besoin de se ressourcer, se branchent sur la réserve de toute force : le Tout-Puissant lui-même. Christ nous a donné le plus bel exemple de la façon de résister par la prière aux pressions de la vie. L’Evangile de Marc nous apprend qu’après une épuisante journée où il avait enseigné, guéri, chassé des démons, Jésus ne dormit que très peu. Avant le lever du soleil, il se retira dans un endroit à l’écart pour s’adresser à son Père et renouveler sa vigueur spirituelle. Si le Fils de Dieu trouvait nécessaire de préparer son cœur au début d’une autre fatigante journée, combien plus, avons-nous besoin, nous autres, faibles humains, de prendre le temps de prier avant d’affronter nos responsabilités ! Celui qui se rend compte des complexités et des exigences de la vie ne devrait jamais rien entreprendre sans demander au Seigneur de la diriger. Nous pouvons avoir confiance que Ceux qui se confient en l’Eternel renouvelleront leurs forces, Esaïe 40 : 31. S’étant levé sur le matin, longtemps avant le jour, il sortit et s’en alla dans un lieu désert, où il pria, Marc 1 : 35.
8/24/20212 minutes, 54 seconds
Episode Artwork

Une déclaration d’amour peut-elle être un piège ?

J’étais parti de Belfort en train, et pour la première fois en tenue militaire. Je me trouvai déjà en Allemagne pour atteindre bientôt Coblence où l’on m’attendait à la caserne de mon futur bataillon médical. À un arrêt, une belle jeune fille allemande monta dans le train et trouva place dans notre compartiment, où se trouvaient déjà plusieurs militaires. Comme elle parlait bien le français, elle nous précisa qu’elle prenait ce train régulièrement, pour aller à son lieu de travail, quelques gares plus loin. Sa destination arrivante, elle se leva et, avant de nous quitter, elle serra la main à chacun de nous. En serrant ma main, elle y laissa incognito un petit papier plié plusieurs fois, où elle avait écrit : « Je t’aime de tout mon cœur », accompagné bien sûr de tous les renseignements pour la retrouver. Mais cette déclaration d’amour, elle ne l’avait pas écrite dans le train, en face de moi, en succombant à quelque charme éventuel de ma part. Cette déclaration piège, était déjà prête d’avance dans son sac à main, pour jeter son grappin, à la bonne occasion, sur l’homme de son choix. Bien sûr. Dieu merci, je n’ai pas donné suite à ses avances, sinon j’aurais peut-être fini, comme ce jeune homme dont parle la Bible : Elle le séduisit à force de paroles, elle l’entraîna par ses lèvres doucereuses. Il se mit tout à coup à la suivre, comme le bœuf qui va à la boucherie, Proverbes 7 : 21-27.
8/24/20212 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

Le mensonge puni

Le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume (1798-1861) s’arrêta un jour dans un relais de poste. Remarquant un Nouveau Testament sur le comptoir, il demanda au maître de poste s’il le lisait régulièrement. — Oui, Sire, chaque jour. — Très bien ! Et où en êtes-vous maintenant ? — A l’évangile de Matthieu. — Bien ! Continuez à lire sans vous presser, mais faites-le soigneusement tous les jours. A celui qui cherche le salut de son âme, le Seigneur ne manque pas de lui répondre. Il peut aussi, s’il le juge opportun, lui octroyer des bénédictions terrestres. Là-dessus, profitant d’une courte absence de l’hôte, le roi déposa secrètement plusieurs billets de banque à la fin de l’évangile de Matthieu. A son retour de voyage, Frédéric-Guillaume s’arrêta de nouveau chez le maître de poste et lui demanda où il en était arrivé de sa lecture. — A l’évangile de Luc, Sire. — Eh bien, voyons ce qu’il en est. Prêtez-moi votre Nouveau Testament. Les billets de banque se trouvaient encore à la place où le monarque les avait placés. — Le mensonge, dit le roi au bonhomme qui rougissait de honte, est un grave péché. Et il reprit l’argent qu’il fit distribuer aux pauvres du village. Celui qui méprise et néglige la Parole de Dieu perd bien plus que tout l’or et l’argent que cette terre peut lui offrir ; il perd l’occasion de connaître Jésus qui seul est : Le chemin, la vérité et la vie, Jean 14 : 6. Les lèvres fausses sont en horreur à l’Eternel, Proverbes 12 : 22. Eloigne de moi la fausseté et la parole mensongère, Proverbes 30 : 8. Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres. Colossiens, 3 : 9.
8/24/20213 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Laisser faire Dieu !

À Florence, plusieurs sculpteurs taillaient en vain un immense bloc de marbre. Frappé à coups de ciseaux et de marteaux, il n’avait plus aucune forme jusqu’à ce que l’on fasse appel à Michel-Ange pour qu’il en tire quelque chose de beau. Il fit construire une cabane autour du bloc de marbre et travailla pendant dix-huit mois à l’abri des curieux. Enfin, il invita ses concitoyens à venir voir son œuvre. De la masse informe, maltraitée par les autres sculpteurs, émergeait la statue du jeune David, le berger-roi d’Israël, qui est maintenant l’une des gloires de Florence. Sur le plan spirituel, le Christ peut s’emparer des vies que le péché a saccagées et les transformer à son image. Voulez-vous le laisser faire son œuvre en vous ? Mes enfants pour qui j’éprouve de nouveau les douleurs de l’enfantement, jusqu’à ce que Christ soit formé en vous, Galates 4 : 19.
8/24/20211 minute, 57 seconds
Episode Artwork

Lettre d'un Papa à son fils ainé, David.

À notre fils David, David, je me souviens de toi lorsque tu étais enfant. Tu parlais du Seigneur Jésus à tout le monde et c'était une joie pour tes parents ! Tu t'adressais aussi bien aux prêtres du village qu'à l'homme qui venait sortir les poubelles de notre immeuble. Puis tu as grandi et je me rappelle tes premiers cours de philosophie en classe de 1re qui ont amené un trouble certain à ta vie spirituelle. Tu découvrais un autre mode de pensée que celui que tu avais connu. Puis l'année suivante, alors que tu aurais dû être en classe, je te rencontre d'une façon impromptue dans la rue, et je te demande ce que tu fais là ? Et tu me racontes que tu n'as pas classe et que tu vas faire une course ! Je trouve cela tellement surprenant que j'appelle la direction du Lycée qui me confirme que tu ne vas plus à l'école depuis plusieurs jours. Tu m'expliques alors que tu as 18 ans, que tu es majeur, et que c'est toi qui signes maintenant tes bulletins d'absence ! Je suis abasourdi, mais je reste calme et je me rappelle que je te dis :" pas de problème c'est ton choix David, mais maintenant ne vis pas dans le mensonge, et va travailler !" Quelques jours après, tu rencontres un journaliste spécialiste en codage informatique qui te prend sous son aile et tu apprends à écrire des programmes informatiques. Mais cette année-là également, tu me déclares ne plus vouloir aller à l'église et mener ta vie comme tu l'entends. C'est alors que commence une descente aux enfers dans la drogue qui nous angoisse, car ta maman et moi te voyons quitter nos relations parentales, pour vivre la nuit dans un monde que nous ne connaissons pas. Mais là, je te laisse raconter. Par ailleurs, je vois nombre de choses entassées dans la cave, des vélos, des chaînes hi-fi, etc. Et je réalise que pour dealer, tu te procures des choses qui ne t'appartiennent pas. Je tente de parler avec toi, mais tu me donnes des explications extravagantes qui ne me rassurent pas. Alors, durant plusieurs années, ta mère et moi, prions pour toi chaque jour et attendons chaque soir que tu rentres à la maison, debout derrière la fenêtre, jusqu'à ton retour à une heure avancée de la nuit. Durant cette période, nous sommes secoués par cette situation : alors que je suis pasteur, j'ai un fils qui vit la nuit, qui doit fumer des substances illicites. Sachant que la Parole de Dieu nous dit que "le pasteur doit tenir ses enfants dans la soumission et dans l'ordre." Que dois-je faire ? : - Démissionner de ma fonction de pasteur ou mettre notre fils à la porte de la maison ? Le Seigneur me parle alors et me dit : "Ne démissionne pas et ne mettez pas votre fils dehors, car vous allez le perdre, mais supportez cette épreuve et attendez-vous à moi, car j'agirai en mon temps." Ce temps a été pénible à vivre, mais il a été l'occasion pour le Seigneur, de nous montrer notre loi, nos principes rigides et notre orgueil, que Lui seul pouvait traiter. Nous avons appris à prendre notre croix ; pas la théorie d'une prédication, mais une réalité dans notre vie de tous les jours. Cela a été une période difficile, mais nécessaire pour notre maturité spirituelle. Nous sommes heureux d'avoir traversée ce chemin afin de mieux connaître le Seigneur et de pouvoir grandir avec Lui. Nous apprenons toujours à travers les épreuves, rarement quand tout va bien ! Et en définitive, ces moments difficiles ont fortifié notre couple et ont approfondi notre relation avec notre Seigneur Jésus. Nous en sommes reconnaissants et nous pouvons aider ceux qui traversent les mêmes situations à regarder au Seigneur en comptant sur Sa grâce. Mon fils, Ta maman et moi, nous t'aimons et nous voulons continuer à servir le Seigneur. Papa & Maman
8/24/20214 minutes, 2 seconds
Episode Artwork

Croire au progrès !

Le monde va à sa perte ! Le monde va de mal en pis ! Nos parents croyaient pour la plupart que leurs enfants seraient plus heureux et plus prospères qu’eux. Le progrès des sciences et des techniques permettrait une plus grande maîtrise de la nature. La prospérité future ferait oublier les souffrances du passé… La conquête des énergies (vapeur, électricité, nucléaire) et les succès de la médecine ont fait naître en occident un grand orgueil et des espoirs démesurés. La recherche d’un monde meilleur a nourri les ambitions les plus nobles et les plus folles. La foi dans le progrès, chez les nations qui ont délaissé le christianisme, est devenue une sorte de religion laïque : demain, on fêterait l’extinction de la pauvreté, demain le progrès souverain conduirait à une planète illuminée par la Justice et la Liberté… Mais depuis une trentaine d’années, c’est la désillusion croissante. Et les parents se demandent avec inquiétude dans quel monde vont vivre leurs enfants ! Dieu a donné pour vocation à l’homme de gérer la terre… non pas égoïstement, mais pour Dieu et avec Lui. Nous pouvons profiter avec reconnaissance des progrès matériels, mais sobrement et en cherchant d’abord ce qui plaît au Seigneur. La Bible nous montre que l’état moral du monde ira en empirant et que Dieu devra ôter le mal de la terre par de terribles jugements avant d’instaurer une ère de justice et de paix. Mais maintenant encore, le salut est offert à chacun. Non pas un salut lié à la prospérité matérielle, mais le bonheur de se savoir pardonné et aimé, d’avoir la paix avec Dieu par la foi en Jésus-Christ, et l’espérance d’être toujours avec lui au ciel. Et croyez-moi Le jour du Seigneur vient comme un voleur dans la nuit. Quand ils diront : « Paix et sureté », alors une subite destruction viendra sur eux, 1 Thessaloniciens 5 : 2,3. Et encore Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance., Jérémie 29 : 11.
8/24/20213 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Le départ de son mari, le compagnon de sa vie.

La vielle dame de 93 ans tremble un peu en racontant cette page précieuse de sa très longue vie. Il était cardiaque, ce jour-là rien de spécial ne s’était passé mais le soir il lui dit : - Le Seigneur m'a dit : je viendrai te chercher cette nuit. Elle était sous le coup. On partira ensemble tu le sais bien, et elle le regardait. Il était dans son bon sens pensait elle. Cela doit être vrai. - Chérie nous avons passé 67 années de bonheur ensemble. Nous allons rendre grâce à Dieu, le remercier parce que ce n'est pas le lot de tout le monde tu sais, nous allons lire un psaume et après nous prierons. Et c'est ce qu'ils firent. Puis, ils allèrent se coucher. Vers 4h du matin, voici ce qu'il lui dit : - Je te remercie d’avoir été une compagne aussi admirable pour moi. Pardonne-moi si je t'ai peut-être peiné sans le savoir. Elle dans un souffle : - Toi aussi tu as été un mari merveilleux pour moi, merci. Et il s'est endormit pour toujours. La vieille dame aux mains qui tremblent, à la pensée forte ajoute : - Et je restai la avec ces beaux souvenirs en entendant qu’un jour prochain, le Seigneur vienne me chercher à mon tour et que nous soyons réunis à nouveau dans le royaume de notre Père Céleste.
8/24/20212 minutes, 15 seconds
Episode Artwork

Monde moderne !

Alexis Carrel (1873–1944), le célèbre chirurgien et physiologiste qui ouvrit la voie aux opérations à cœur ouvert, a écrit : « On dirait que la vie moderne s’est engagée dans une impasse. L’intelligence, dans son développement égoïste, isolée du domaine spirituel, est une monstruosité. Sur l’arbre de la science, l’homme moderne a cueilli, pour la seconde fois, le fruit défendu. La difficulté vient de ce qu’il connaît les lois de la mécanique, de la physique, de la chimie ; mais qu’il ne se connaît pas lui-même. Il a donc créé un paradis qui ne lui convient pas, un monde dur, géométrique, technique ». Ces réflexions sont plus que jamais actuelles : l’homme, qui a cru pouvoir se passer de Dieu, s’aperçoit qu’en lui-même subsiste un vide immense que rien ne peut combler. Il a voulu se libérer et il est tombé dans de nouvelles servitudes. La technique, le confort, les facilités, l’argent, les plaisirs, voilà ce qui l’enchaîne. On n’écarte pas Dieu de son chemin sans en subir les plus grands dommages. Mais ce Dieu, dont on ne veut pas, est toujours là et il attend le pécheur repentant. Il faut que chacun reconnaisse sa culpabilité personnelle et la valeur du sacrifice de Jésus. On ne vient à Dieu qu’en passant par la croix. Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres, Jean 8 : 36. Christ est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité, 2 Corinthiens 5 : 15.
8/24/20212 minutes, 53 seconds
Episode Artwork

Astronome mais déserteur

William Herschel, Hanovrien vivant en Angleterre au XVIIIème siècle, musicien de renom, fut aussi un célèbre astronome qui construisit un télescope par le moyen duquel il découvrit la planète Uranus. Quand le roi d’Angleterre, George III, qui s’intéressait aux questions scientifiques, l’apprit, l’astronome reçut l’ordre de se présenter au château de Windsor. Il s’y rendit avec son télescope. Cependant, Herschel traînait derrière lui une grave faute qu’il croyait ignorée : il avait autrefois servi dans la garde royale, puis avait déserté. C’était, à l’époque, un crime passible de mort. L’astronome fut introduit en présence du roi ; une foule nombreuse était réunie dans les salons du château. Le roi le salua brièvement : « Monsieur, avant que nous ne parlions d’astronomie, nous avons une petite affaire à liquider ». Et il tendit à Herschel une lettre cachetée du sceau royal. A son extrême stupéfaction, le savant y trouva, écrite de la main du roi, une déclaration par laquelle il recevait plein pardon pour la faute qu’il avait commise. Aux yeux de la loi, il n’était plus coupable. Le roi l’acquittait. Son cas se trouvait définitivement réglé. Les hommes portent le fardeau de leurs péchés. Du point de vue de la loi divine, ils sont condamnés. Mais le Fils de Dieu en a subi le châtiment et Dieu acquitte entièrement celui qui le croit simplement. Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l’esprit, Romains 8 : 1.
8/24/20212 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Choisir sa propre voie

Ayant survécu à 3 sombres années passées à Auschwitz et et dans d’autres prisons nazies, le Dr Victor Frank a écrit ses observations sur la vie dans les camps de Hitler. Nous avons vécu dans les camps de concentration, nous pouvons nous rappeler les hommes qui réconfortaient les autres dans les baraquements, donnant leur dernier morceau de pain. Ils sont peu nombreux, mais ils attestent clairement qu’on peut tout enlever à un homme sauf une chose : la dernière des libertés humaines. Choisir son attitude dans n’importe quelle circonstance, choisir sa propre voie
8/24/20211 minute, 27 seconds
Episode Artwork

L'Eglise peuple sans frontière

Sans Frontières, cette seule expression soulève un élan d’espoir parmi les hommes. On parle de « Médecins sans frontières », de « Jeunes sans frontières », de « Voyages sans frontières ». Combien aimerait-on un monde qui ne serait qu’une seule communauté fraternelle d’êtres humains, paisibles et sans rivalité ! Mais les frontières existent… Elles existent parce que le mal existe, parce que les peuples s’envient et s’opposent. Chacun cherche à se protéger et à protéger ses richesses. C’est vrai sur le plan des individus, comme sur celui des nations. Pourtant, il existe une grande communauté sans frontières. C’est l’Eglise, qui est constituée de l’ensemble de ceux que le Seigneur a sauvés. Quelles que soient notre race, notre nation, notre âge, notre instruction, notre situation sociale, si nous avons cru Dieu qui a donné son Fils pour nous, nous faisons partie de l’Eglise. Nous formons un seul ensemble spirituel : « Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps… » 1 Corinthiens 12 : 13. Quelle joie profonde de contempler avec le regard de la foi tous les chrétiens unis à Christ ! Cette unité fondamentale de l’Eglise est, hélas, aujourd’hui invisible, mais un jour, il y aura au ciel des hommes rachetés, « …de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; » Apocalypse 5 : 9. Déjà maintenant, que nos pensées et notre amour s’étendent à tous les enfants de Dieu sans distinction ! A ceux qui ont été sanctifiés en Jésus-Christ, appelés à être saints, et à tous ceux qui invoquent en quelque lieu que ce soit le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur et le nôtre, « que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ ! » 1 Corinthiens 1 :3. « …car tous, vous êtes un en Jésus-Christ. » Galates 3 : 28.
8/24/20212 minutes, 31 seconds
Episode Artwork

Il est vivant

Il est vivant Le docteur Dale, pasteur anglais, préparait une prédication de Pâques. Soudain, la pensée du Christ ressuscité s'imposa à son esprit comme jamais auparavant : — Christ est vivant ! s'écria-t-il à plusieurs reprises. Vivant, aussi réellement que je vis moi-même ! Et il se mit à arpenter son bureau en répétant : — Christ est vivant ! Alors, répéta-t-il, la phrase que je lançai dans l'air me revint comme transfigurée de l'éclat d'une gloire radieuse :Oui, Christ est vivant ! C'était pour moi une nouvelle découverte. Je me dis alors, il faut que mes paroissiens le sachent. Je prêcherai et repêcherai Christ vivant jusqu'à ce qu'ils croient en lui comme je crois en lui à cette heure. Cette certitude ne nous fait-elle pas bondir de joie : II est vivant ! Et, parce qu'il vit, « …Il peut sauver parfaitement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. » Hébreux 7 : 25.
8/24/20212 minutes, 3 seconds
Episode Artwork

Il avait l'air d'un juste ! Maxime Gorki

II avait l'air d'un juste Maxime Gorki, le célèbre écrivain russe a écrit : « Quand j'allais en Sibérie par étapes, voici ce qu'un forçat m'a raconté. C’était un voleur et il avait avec lui toute une bande : cinq personnes. L'un d’eux déclara un jour : —Cessons de voler, mes amis. De toute façon, ça ne mène à rien. On n'est pas heureux ! À cause de cela, ils l'étranglèrent un jour qu'il s'était endormi, après une de leurs beuveries. Le forçat faisait grand éloge de sa victime : —J'en ai tué trois autres après sans regret. Mais celui-là, je le regrette ; c'était un bon camarade, intelligent, gai, une âme pure... —Alors, pourquoi l'avez-vous tué ? Vous craigniez qu'il vous dénonce ? Le forçat fut froissé. — Non, ni pour de l'argent ni pour rien au monde, il ne nous aurait dénoncés. Mais comme ami, ce n'était plus ça. Nous sommes tous des pécheurs, et lui, il avait l'air d'un juste ; ça n'allait plus ! N'est-ce pas là ce qui explique en partie la mort de Jésus ? On l'a arrêté, condamné à mort et crucifié parce qu’« il avait l'air d'un juste ». Mieux encore, il était le seul juste, le seul qui n'ait jamais commis de péché. « Christ aussi a souffert une fois pour les péchés ; lui, juste, pour des injustes, » 1 Pierre 3 : 18.
8/24/20212 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

Donne-moi un Fils (du Général Douglas MacArthur)

Donne-moi un Fils (du Général Douglas MacArthur) Donne-moi un fils Seigneur ! qui sera assez fort pour savoir quand il est faible et assez brave pour se faire face quand il aura peur. Un fils qui sera fier et inflexible dans une honnête défaite et humble et doux dans la victoire. Donne-moi un fils dont les désirs ne se substitueront pas à ta volonté. Un fils qui te connaîtra et pour qui te connaître est la pierre angulaire de la connaissance. Conduis-le, je te prie, non dans le sentier de la facilité du confort mais sous le stress et l’aiguillon des difficultés des défis. Ici apprend lui à tenir bon dans la tempête. Ici apprends lui à avoir de la compassion pour ceux qui tombent. Donne-moi un fils dont le cœur sera pur, dont les objectifs seront élevés. Un fils qui apprendra à rire sans jamais oublier comment pleurer. Un fils qui tendra vers l’avenir sans jamais oublier le passé. Et une fois que toutes ses choses seront siennes, ajoute je te prie assez de sens de l’humour pour qu’il puisse toujours être sérieux sans jamais se prendre trop au sérieux. Donne-lui de l’humilité afin qu’il se rappelle toujours la simplicité de la véritable grandeur. Un esprit ouvert à la véritable sagesse. La douceur de la véritable force alors moi son père j’oserais chuchoter : « Je n’ai pas vécu en vain »
8/24/20212 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

El millonario y la empleada de limpieza

Esta historia acontece en las escaleras de una torre en la Plaza de la Defensa, en París. Había un cierto multimillonario cuya oficina estaba en el octavo piso de una enorme torre en esta zona comercial. Este gran empresario solía ir caminando a su oficina, y cuando llegaba al edificio, tomaba el ascensor. Sin embargo, cuando salía de su lugar de trabajo, bajaba por las escaleras, con el fin de hacer ejercicio. Era un hombre altivo que había conocido la pobreza y que se había educado por sus propios medios y que pudo salir adelante gracias a su gran fuerza de voluntad. Él paga el alquiler con regularidad el primer día de cada mes y se ocupa de su trabajo. Sin embargo, no se interesa ni siquiera en saludar a las otras personas que trabajan en los ascensores o limpiando las ventanas en aquellas alturas vertiginosas. Tampoco ayuda con una moneda a quienes lo necesitan. Solo piensa en sí mismo. 

Sin embargo en esta torre hay una mujer que limpia los pisos y las escaleras. Y él pasaba a menudo junto a ella, y siempre la ignoraba, hasta un día en que tenía la cabeza por las nubes, pensando en su fortuna, y la señora de la limpieza estaba en el medio de las escaleras pasando el trapo. Y en el primer escalón había un charco, y también una gran barra de jabón y el multimillonario la pisó. Inmediatamente resbaló y aunque intentó recuperar el equilibrio, sus pies comenzaron a resbalar en diferentes direcciones y terminó bajando por las escaleras como lo hacía habitualmente, pero de una manera que no imaginaba. Los golpes sonaban como un tambor.

La señora de la limpieza estaba debajo y se hizo a un lado para dejarlo pasar después de que este se pusiera nuevamente en pie.
El empresario pensó en ir a la oficina del consorcio para pedir que despidan a esta mujer, pero desistió porque temía que cuando contase el motivo, los demás terminen burlándose de él y que eso lo desprestigie; y finalmente, en silencio se marchó. Pero a partir de ese día, él comenzó a prestar más atención a esa señora, saludándola y caminando con precaución, cada vez que pasaba por el pasillo y por las escaleras. Porque ninguna persona, más allá de su poder, debe darse el lujo de ignorar a sus semejantes; porque una humilde empleada de limpieza y un jabón común y corriente, pueden terminar distrayendo a un gran hombre rápidamente. Por lo tanto, considera estas cosas y no creas que eres más importante que los demás entre los hijos de Dios, no sea que por "accidente" caigas de tu pedestal y que aquellos a quienes menosprecias, terminen riéndose de ti. Empiece su día con alegría y transmita su felicidad a otros. Porque aquel que regala una sonrisa a otras personas, no habrá vivido en vano. Tenga siempre una palabra de ánimo para quienes trabajan a su alrededor, como dice Proverbios 25:11: "Manzana de oro con figuras de plata, es la palabra dicha como conviene". Y como Jesús dijo en Lucas 22:26: "mas no así vosotros, sino sea el mayor entre vosotros como el más joven, y el que dirige, como el que sirve". Hasta pronto
8/13/20215 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

Los efectos de la generosidad

Hola, esta historia se titula: Los efectos impensados de la generosidad. Un joven que quería estudiar medicina, vendía revistas temprano en la mañana para juntar algo de dinero y poder así pagar su educación. Un día, en la entrada de un edificio se encontró con una mujer que le dijo: "perdón, no tengo dinero para comprar una revista, pero te ves muy cansado, ven a mi casa a tomar algo para que te sientas mejor. El joven entró a la casa de esta mujer y ella le ofreció un poco de agua. Mientras el joven tomaba, le trajo un vaso de leche y luego, otro más. El joven estaba renovado. Luego de aquel momento le agradeció por su amabilidad y retomó su arduo trabajo. Diez años más tarde, esta mujer se enfermó. Tenía un tumor en el cerebro. Su médico de cabecera le dijo que solo había un especialista en Estados Unidos que podía ayudarla a salir de esta enfermedad. Su clínica estaba en Nueva York. Pero también él le advirtió, que habría un problema, ella no podría pagarlo. Aunque también le dijo que él hará todo lo posible para que ella sea aceptada. Sorprendentemente, la mujer fue aceptada y se programó una cita rápidamente para la cirugía. El médico de cabecera estaba asombrado por la respuesta de la clínica. Cuando la señora llegó a este sanatorio, fue alojada en la mejor habitación y tuvo la mejor atención. La cirugía salió bien y llegó el momento en que le iban a dar de alta. El día en que ella debía quitar la clínica, el cirujano entró en su habitación. La mujer se asustó mucho porque había visto la factura por aquella intervención. Ella era pobre y la verdad era que no tenía el dinero para pagar aquel precio. El médico se sentó a su lado y le explicó en qué consistía aquel costo. La factura era de 25 mil dólares. La mujer empezó a llorar y le dijo: "Nunca podré pagar por esto, porque no tengo dinero". El médico la calmó y le pidió que mirara más de cerca la factura. Entonces, la mujer leyó la frase que estaba escrita al final de la cuenta: "Todo fue pagado con aquel vaso de agua y con dos vasos de leche". #365Historias #JeanLouisGaillard
8/6/20212 minutes, 58 seconds
Episode Artwork

José prueba a sus hermanos y se les revela

José prueba a sus hermanos antes de revelarse a ellos, como encontramos en Génesis 44 y 45. Él necesita comprobar si el corazón de ellos ha cambiado desde aquel día en que, animados por los celos, lo vendieron a los ismaelitas. Para comprender completamente la historia, es necesario comprender el propósito de la vida de José. Él ya los había perdonado por lo que le habían hecho, porque había entendido que había un plan de Dios detrás, pero necesitaba saber cómo eran ellos en aquel momento. Habían pasado veintidós años desde que lo vendieron; pero ¿seguían siendo como en aquel entonces? ¿Cómo podía José saberlo? Y así decide "poner en riesgo" la vida de Benjamín, para descubrirlo. Y es así que el primer ministro de Egipto, decide poner su copa en el costal de su hermano más pequeño, para inculparlo y ver la actitud de sus otros hermanos hacia él. Pero, suponiendo que no hubiera nada objetable en los medios que utilizó José para lograr su objetivo, ¿se puede decir lo mismo de las palabras que puso en boca de su mayordomo y que él mismo repitió, incluso cuando volvió a ver a sus hermanos? ¿Era correcto que él fingiera ser un adivino (Gn 44:15)? ¿Especialmente para decir que adivinó por su corte? ¡Pobre de mí! Hay pocos hombres que hayan sido más santos que José; sin embargo, está seguro de que no estaba absolutamente libre de pecado. Benjamín es ahora el favorito de su padre, y en Egipto, aunque es el más joven, es objeto de extraordinarios honores. Una historia contundente que nos muestra que es necesario morir a nosotros mismos y revestirnos del nuevo hombre, que debe hacernos parecer cada vez más al Señor Jesús. Este es el quinto episodio de esta serie. ¡Qué lo disfrutes! Su hermano, Jean-Louis Gaillard #JeanLouisGaillard #365Historias #Biblia Para ver los episodios anteriores: Episodio 1: https://youtu.be/AADoJ1kpBYM Episodio 2: https://youtu.be/BsKAiypOUyU Episodio 3: https://youtu.be/MwepY3rnjpk Episodio 4: https://youtu.be/039Hb4IsvPs Visite nuestro blog, donde además encontrará la transcripción de cada mensaje: https://jlgaillard.fr/es/
8/1/202143 minutes, 5 seconds
Episode Artwork

Los hermanos de José vienen por alimentos a Egipto

Génesis capítulos 42 y 43 Los hermanos de José en Egipto. La necesidad de traer a Benjamín, el hermano pequeño de la familia de José (hijo del mismo padre y de la misma madre Raquel) Intriga y sorpresa en estos capítulos. La obra de arrepentimiento comienza a realizarse en los corazones de los hermanos de José, después de pasar un tiempo en prisión. Sigua conmigo esta maravillosa aventura de la familia de Jacob y de sus doce hijos... Para ver los episodios anteriores: Episodio 1: https://youtu.be/AADoJ1kpBYM Episodio 2: https://youtu.be/BsKAiypOUyU Episodio 3: https://youtu.be/MwepY3rnjpk Visite nuestro blog, donde además encontrará la transcripción de cada mensaje: https://jlgaillard.fr/es/ #JeanLouisGaillard #365Historias #José #Biblia
7/25/202129 minutes, 44 seconds
Episode Artwork

El tiempo de Dios para llegar al faraón

Éxodo 41: el Señor revela su plan para José y Él acomoda todas las cosas. El mayordomo se acuerda después de un largo tiempo de aquel que le había ayudado a comprender aquel sueño. El plan perfecto de Dios está en marcha. Un estudio apasionante que te animará, el tercer episodio en la vida de José. #JeanLouisGaillard #365Historias #José #Biblia
7/16/202129 minutes, 17 seconds
Episode Artwork

Esperar el tiempo de Dios

Segundo episodio sobre la vida de José. La muy enriquecedora historia de José que nos recuerda cómo el Señor Jesús guía nuestros pasos y cuáles son las actitudes del corazón que debemos mostrar. Trataremos: Las etapas de su vida. El llamado Persecuciones Procesos Formación Y su destino... Estoy haciendo una serie sobre la vida de José que se asemeja en cierto grado a la vida de nuestro Salvador y Señor Jesucristo y por lo tanto, también a nuestro andar cristiano.
7/5/202120 minutes, 35 seconds
Episode Artwork

Savoir calculer !

Sous le titre « Savoir calculer le prix d’un deuil », un hebdomadaire écrivait : « Les familles doivent être averties : si elles n’y prennent pas garde, les frais d’obsèques peuvent dévorer un petit héritage ». Et l’auteur de l’article mentionnait le coût d’un service funèbre : prix d’une concession au cimetière, prix du cercueil, prix du service des pompes funèbres et des formalités à accomplir. C’est vrai, mais est-ce là la chose importante ? Une vieille chrétienne, quand elle apprenait la mort d’une personne inconvertie, répétait souvent : « Ce ne sont pas ceux qui restent qui sont à plaindre, ils auront peut-être encore l’occasion de se convertir, mais c’est celui qui quitte ce monde avec ses péchés. Il est entré dans l’éternité, loin de Dieu ». La mort nous introduit, en effet, dans l’irrévocable. L’esprit de celui qui meurt avec ses péchés s’en va loin de Dieu et quand son corps ressuscitera, ce sera pour comparaître devant le Juge dont il a méprisé le pardon. Car, avant d’être le Juge, Jésus est le Sauveur. C’est Lui qui, aujourd’hui encore, s’approche de vous : il vous demande de reconnaître votre culpabilité aux yeux de Dieu et de croire à son sacrifice rédempteur. Heureux celui qui meurt dans la foi ! Son âme s’en va près de Jésus et son corps attend dans la poussière le jour de la résurrection. Cherchez l’Eternel, pendant qu’il se trouve ; invoquez-le, tandis qu’il est près, Esaïe 55 : 6. Voici, c’est maintenant le temps favorable ; voici, c’est maintenant le jour du salut, 2 Corinthiens 6 : 2.
7/1/20212 minutes, 42 seconds
Episode Artwork

El llamado y la perseverancia - Jean-Louis Gaillard

La muy enriquecedora historia de la vida de José nos recuerda cómo el Señor Jesús guía nuestros pasos y cuáles son las actitudes del corazón que debemos demostrarle. Las etapas de la vida. El llamado Persecuciones La perseverancia El discipulado Y el destino... Estoy haciendo una serie sobre la vida de José que se asemeja en cierto grado a la vida de nuestro Salvador y Señor Jesucristo y, por lo tanto, también a nuestro andar cristiano.
6/25/202128 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Leonardo Da Vinci y Verrocchio

El viejo maestro Andrea Verrocchio, uno de los pintores más famosos de su tiempo de Toscana, Italia, estaba muy enfermo. Un día, el artista mando a llamar a un joven que estaba en su taller, sosteniendo su paleta. “Hijo”, dijo su madre, “al maestro le gustaría verte. Date prisa y ve ahora mismo." El joven dejó su pincel y fue rápidamente a ver a Verrocchio. "Leonardo", dijo el maestro. "Este lienzo que he empezado a pintar, tú sabes el del altar de San Juan, ¿podrías terminarlo por mí?". El estudiante lo miró sorprendido. “Maestro, lo siento mucho, pero no puedo. Lo estropearía con solo tocarlo". El viejo pintor sonrió. “No, hijo mío, haz tu mejor esfuerzo. Hazlo por mí. ¡Tengo que terminarlo y sé que puedes hacerlo!" Esa noche, en el ático, en una casa de Florencia, el joven oró: "Dios", dijo, arrodillándose, "por favor ayúdame, por el bien de mi maestro, ¡Ayúdame a dar lo mejor!" Una vez que el lienzo estuvo terminado, fue a mostrárselo al viejo Verrocchio. "Hice lo mejor que pude, Andrea, para ti." El anciano comenzó a llorar: "Mi hijo, mi querido hijo, ¡es bueno, es muy bueno! Ya no necesito volver a pintar. Florencia estará orgullosa de ti un día, Leonardo da Vinci". En cada uno de nosotros hay dones y talentos, que nuestro Maestro conoce perfectamente. Y que quiere que usemos para Su gloria. ¿Qué estás haciendo con esas habilidades únicas que tienes? ¿Qué estás haciendo con tu salud, con tu vida? ¡Que Dios te ayude a encontrarte a ti mismo!
6/23/20212 minutes, 35 seconds
Episode Artwork

Dios nunca se equivoca

Un rey que no creía en la bondad de Dios tenía un esclavo que en todas las circunstancias le decía: -Mi rey, no se desanime, porque todo lo que Dios hace es perfecto, ¡Él no se equivoca! Un día, en el camino, mientras iban a cazar, un animal salvaje atacó al rey. Su siervo mató al animal, pero no pudo evitar que su señor perdiese un dedo. El servidor dijo: -Mi rey, a pesar de todo lo ocurrido, solo puedo decirle que Dios es bueno y que Él sabe el porqué de todas las cosas. Lo que Dios hace es perfecto. ¡Él nunca se equivoca! Indignado por la respuesta, el rey ordenó el arresto de su esclavo. Un día, mientras iba de caza, el rey fue capturado por hombres salvajes que hacían sacrificios humanos. Mientras los nativos se preparaban para sacrificarlo, notaron que le faltaba uno de los dedos de la mano, y por ese motivo lo liberaron. Según ellos, no podían ofrecer a los dioses a alguien que estaba incompleto. Cuando regresó al palacio, pidió inmediatamente la liberación de su servidor, a quien recibió con mucho afecto. -Dios fue muy bueno conmigo. Casi me matan unos salvajes, pero como me faltaba un dedo, me dejaron en libertad. Sin embargo, tengo una pregunta para ti: si Dios es tan bueno, ¿por qué permitió que te metiese en la cárcel? -Mi rey, si yo hubiese ido con usted a esta cacería, hubiera sido sacrificado en su lugar, porque yo tengo todos los dedos. Por eso le digo de nuevo: todo lo que Dios hace es perfecto. ¡Él nunca se equivoca! A menudo nos quejamos de la vida y de aquellas cosas aparentemente malas que nos pasan, olvidando que nada viene como fruto del azar y que todo tiene un propósito. #365Historias #JeanLouisGaillard
6/14/20213 minutes, 3 seconds
Episode Artwork

Claves para un matrimonio feliz

El Señor Jesús quiere también transformar nuestro matrimonio Si hay una etapa importante en nuestra vida después de la conversión, es el matrimonio. De hecho, este es el momento más importante de nuestra vida en el que nos uniremos con otra persona. Esta noche me gustaría animarles a los hombres que se han casado con una mujer y que hoy no se sienten muy cómodos en su vida matrimonial y en su vida cotidiana. Recordamos nuestra vida temprana cuando estábamos comprometidos, estábamos muy emocionados por la vida que nos esperaba porque estábamos seguros de haber encontrado una perla rara de gran valor. El problema no venía de ella, sino de nosotros, porque teníamos una alta estima de nosotros mismos; de hecho, habíamos vivido nuestra vida de solteros como hombres perfectos, agradables, llenos de vida y de esperanza. Como alguien que tenía todas las cualidades para edificar un futuro matrimonio. Pero desde el primer día de nuestra unión con nuestra esposa, notamos que algo andaba mal y nos tomó un tiempo darnos cuenta de que éramos nosotros mismos; sin embargo, era conveniente y fácil de acusarnos mutuamente sin reconocer nuestras responsabilidades de manera individual y personal. Pero la realidad se reveló en los primeros meses, no habíamos terminado nuestra adolescencia y estábamos más interesados ​​en salir a charlar con nuestros amigos, que en afrontar la situación en casa. Sin embargo, en ese momento, ya conocíamos al Señor y lo que había logrado por nosotros en la cruz para perdonar nuestros pecados y darnos una nueva vida. Esto es cierto, pero era poco lo que conocíamos de Él hasta ese momento. Ya los primeros conflictos llegaron rápidamente, sobre todo cuando mi esposa quería visitar a sus padres, sus propios amigos, el estilo de los muebles que debíamos comprar, etc. Los temas eran variados y numerosos. Cada pequeño detalle se convirtió rápidamente en una disputa entre nosotros. De hecho, vimos que los dos todavía éramos adolescentes y no habíamos terminado de crecer para ser un hombre y una mujer. Si bien pensábamos que éramos adultos e incluso por qué no también "maestros", porque en ese momento nuestro orgullo no tenía límites. Eramos tan orgullosos de nosotros mismos y estábamos totalmente ciegos. Diferentes puntos tratados: 1° Ver la verdad sobre nosotros 2° El anuncio del Evangelio 3° El caminar por la fe 4° Mis preguntas: 1° ¿Quién puede quitarme este orgullo y esta pretensión? 2° ¿Cómo tener la victoria sobre mi carne? ¡La respuesta de Dios a través de su Palabra! Se avecinan cambios... El texto completo aparecerá en nuestro sitio: www.jlgaillard.fr Reanudación del culto en nuestras iglesias de Chaville (92)- Nanterre (92) y Rouen (76), al registrarse, escriba a: [email protected] ¡Hasta pronto! Jean-Louis Gaillard
6/7/202124 minutes, 59 seconds
Episode Artwork

La alumna de Franz Liszt

Una niña, no muy afortunada, mantenía a su madre y a sus hermanos con el dinero que le ingresaba dando lecciones de piano. Por una extraña coincidencia, el mismo día del show, Liszt estaba de visita en esta ciudad; y sin saberlo, llegó al hotel donde se estaba dando el concierto. Cuando la joven notó la presencia del artista, decidió acercársele y confesarle todo. El compositor se mostró conmovido hacia la joven cuyos ojos se llenaron de lágrimas. - Pobre niña, pobre niña, dijo, ¡claro que te perdono! Liszt le pidió entonces a la joven artista que tocara el piano. Entonces la escuchó con atención y le corrigió algunos errores que estaba cometiendo, y la animó a tocar con más fuerza algunos de los pasajes de la composición; y al final le dijo: «ahora puede decir que eres mi alumna, y te pido que pongas el programa que Franz Liszt interpretará la última pieza» . ¡Cuántos cristianos dicen ser discípulos de Cristo sin realmente serlo! Tú que te defines como cristiano: ¿formas parte de la escuela de Cristo? Acércate a Él y confiésale todo. Él te perdonará y pondrá su nombre en el «programa» de tu vida. #365Historias #JeanLouisGaillard
5/28/20212 minutes, 11 seconds
Episode Artwork

La importancia de las raíces

En esta historia trataremos un tema muy importante: nuestro fundamento en Cristo. ¿Estamos realmente fundados en la Biblia o le damos importancia solamente a nuestro exterior? La respuesta en esta historia. 365 Historias - La importancia de las raíces (185) #365Historias #JeanLouisGaillard
5/21/20212 minutes, 55 seconds
Episode Artwork

3° La formation aux ministères. (° Partie)

Bonjour aux pasteurs et frères et sœurs qui nous suivent : Aujourd’hui, dernier jour de la partie en audio où je souhaite vous partager : La formation aux ministères 1°. Comment étaient formés les premiers serviteurs chrétiens ? 2°. Impératif primordial : Être formé au pied de Jésus. 3°. Formation de caractère et de cœur. 4°. L’École Biblique ?
5/17/202116 minutes, 4 seconds
Episode Artwork

Les cinq ministères d'autorités différents.

Les cinq ministères d'autorités différents. by Jean-Louis Gaillard
5/17/202114 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

Le Ministère

Bonjour mes chers collègues-serviteurs de Dieu et les frères et sœurs qui nous écoutent, Je parlerais de ce sujet en 3 sections : 1 Jour aujourd’hui le 12-05-2021 " Le Ministère et les ministères " Avec témoignage personnel 1° chose: "L’appel" au ministère être réellement appelé ou pour être pasteur pour ma part en mars 1974 Actes 17 : 30-31 2°. De quel ministère avons-nous ? Il y en a 5 ministères d’autorités ...
5/12/202115 minutes, 5 seconds
Episode Artwork

Le message qui a tout changé !

Bonjour, mes amis, aujourd’hui, c'est ma joie de vous partager cette vidéo qui s'appelle : " Le message qui a tout changé ! " Aujourd’hui, je veux encourager les pasteurs et tous les chrétiens : les frères et les sœurs à ne pas hésiter à renverser leurs habitudes, surtout s’ils se sentent prisonniers d'un système religieux, qu’il constate qu'il n’avance plus dans leur vie spirituelle et qu’ils constatent aussi que l’église fait du surplace. L’église doit avancer dans la bonne direction, sinon elle se perd dans des tas de fausses directions. Notre seul critère : c’est la conformité à la Parole de DIEU. Trop d’églises marchent dans de faux évangiles qui les paralysent et les conduisent dans l’erreur, les éloignant de la vie de l’Esprit, conduisant les chrétiens à rétrograder. Quand on est pasteur, ce n’est pas uniquement de notre personne dont nous devons nous occuper, mais surtout du peuple que Dieu nous a confié et pour lequel le Seigneur Jésus nous demandera des comptes. Retrouvez la totalité du texte sur : https://jlgaillard.fr/le-message-qui-a-tout-change/ En vidéo : https://youtu.be/tvkOO9R-ajo
5/8/202120 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

El mensaje que cambió todo

Hola amigos, es una alegría compartir con ustedes este video que se titula: "¡El mensaje que cambió todo!" Hoy quiero animar a los pastores y a todos los cristianos, mis hermanos y hermanas a que no duden en hacer un cambio de rumbo, especialmente si se sienten atrapados en un mundo de religiosidad, y si se da cuenta de que ya no avanza en su vida espiritual; y si siente que también está estancado en la iglesia donde se congrega. La iglesia debe marchar en la dirección correcta. De lo contrario, termina perdiéndose en otras direcciones equivocadas. Nuestro único criterio debe ser el de marchar conforme a la Palabra de Dios. Demasiadas iglesias caminan en evangelios falsos que las paralizan y que las llevan a equivocarse, alejándolas de la vida del Espíritu, llevando a los fieles por caminos errantes. Cuando eres pastor, no solo tienes que cuidar de quién eres; también debes velar por el pueblo que Dios te ha confiado y por el cual el Señor Jesús nos hará responsables. En conclusión, no quiero decirte que soy mejor que los demás; claro que no. Es solo la gracia de Dios la que me ha revelado su Evangelio, solo Su gracia. Y quiero animarlos pastores, hermanos, hermanas a cuestionarse a sí mismos, y a comprender que no es la progresión numérica lo que cuenta a los ojos del Señor, si no que es la progresión de la revelación del Espíritu de Dios en nuestros corazones lo que da frutos para la gloria de Dios, y que esto ocurre primero en nuestra vida personal como pastores. Porque antes de tratar con la oveja que Dios te ha confiado, deberás como pastor morir a tí mismo y servir al Señor Jesús en espíritu y para Su gloria.
5/6/202120 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

9 claves para que un siervo de Dios sea feliz

Creemos y estamos convencidos de que cada día el Espíritu del Señor nos habla, nos anima, nos muestra el camino en el servicio de Dios; y habla a nuestro corazón y nos desafía y desafía, pero es muy importante detenernos y examinarnos a nosotros mismos. Qué gracia que al escuchar la Palabra de Dios, el Espíritu del Señor nos ilumina, nos anima, pero al mismo tiempo nos desafía, para que podamos enderezar o corregir lo necesario. Y estoy convencido de que incluso los siervos de Dios a menudo, o de vez en cuando, necesitan ser enderezados. Porque a menudo puede suceder que partamos en una dirección, que nos aleja de la verdad, especialmente al escuchar a ciertos predicadores de moda, que estemos en un estado en el que no podemos discernir si realmente se basa en la Biblia o no. Esto nos lleva irremediablemente a alejarnos de la doctrina pura y santa. Pero confiemos en el Espíritu del Señor para que nos muestre e ilumine para permanecer en el camino correcto. Cuántas veces he estado agradecido al equipo de ancianos locales con los que trabajo así como al equipo apostólico con el que colaboramos desde hace más de 33 años. ¡Cuántas veces no vi, no entendí que había dado un paso en la dirección equivocada al caminar en todo lo que pensaba que era correcto y claro! Mi deseo hoy es hablarles sobre el gozo: el gozo del ministerio, el gozo en el servicio de Dios. Creo que nosotros, los siervos de Dios y todos los que predicamos el evangelio, debemos sentir gozo en nuestro corazón cuando servimos al Señor a pesar de todas las circunstancias, favorables o desfavorables. Como Pablo en prisión durante sus epístolas como la de los Filipenses, apodada "la Epístola al gozo". Sin embargo, está en prisión, seguramente en Roma, custodiado por soldados romanos. Escribió a esta querida iglesia de Felipe, el fundamento que puso con sus compañeros de trabajo: Timoteo, Silas y Lucas, siguiendo una visión recibida en Troas (Hechos 16:9-40 durante su segundo viaje misionero). Sin embargo, debido a sus circunstancias humanamente desfavorables, Pablo ve esta prueba como una bendición. La pregunta que se puede hacer es: "¿Qué es lo que hace feliz al Ministerio?". Lo primero: el gozo de la salvación en Cristo. La segunda cosa: la alegría de leer su Palabra es que está viva y nos habla directamente. La tercera cosa: la unción de Dios en nuestra vida, es decir, el ministerio del Espíritu Santo a través de nosotros. La cuarta cosa: lo que alegra el corazón del siervo de Dios es cuando ve a los cristianos crecer y transformarse. La quinta cosa: la unidad de corazón por la obra del Espíritu Santo. La sexta cosa: es ver el poder del evangelio obrando en los corazones. La séptima cosa: es cuando nos identificamos con Cristo. La octava cosa: la alegría de tener una visión clara para lograr. Y lo noveno: el gozo y la esperanza que siguen al arrepentimiento. Encuentra todo el texto en mi sitio web https://jlgaillard.fr/​ Importante: 6-7 de mayo de 2021 Conferencia por Internet para pastores y líderes de iglesias con el equipo de CTMI y el pastor Miky Hardy. La conferencia se traducirá a 13 idiomas. Información e inscripción en: https://build-conference.com/fr/​
4/28/202130 minutes, 58 seconds
Episode Artwork

Donne gloire à ton Dieu Éric Liddell 4° partie et fin

La foule était en délire. Soudain une voix annonça qu’Éric Liddell avait battu le nouveau record des 400 mètres : 47,6 secondes. Les hurlements de la foule étaient tellement forts, qu’ils avaient sans doute ébranlé Paris et les cris de joie avaient certainement traversé la Manche et étaient parvenus en Grande Bretagne.Sir Philip Christison avait cru que c’était ses cornemuses et ses tambours qui avaient poussé Liddell, âgé de 22 ans, vers la victoire. Mais Éric savait à qui il devait sa victoire. Quelques heures avant la course, le Seigneur Lui-même l’avait encouragé. Le masseur de l’équipe britannique avait glissé un petit mot dans le creux de sa main alors qu’il quittait l’hôtel pour se rendre au stade. Ce masseur avait appris à connaître Éric, et il l’admirait. Il avait vu les fruits de sa relation avec le Seigneur et il admirait cet homme paisible en toutes circonstances. Quand il eut un moment, quelques temps avant la course, Éric déplia le papier que le masseur lui avait glissé. Il lut : « Dans l’Ancien Testament, il est écrit que le Seigneur honore celui qui l’honore, je te souhaite bonne chance ! » Le Seigneur Lui-même lui promettait Son appui ! Et comme à son habitude, Jésus avait fait au-delà de tout ce qu’on pouvait imaginer et penser ! Dieu avait honoré Eric Liddell parce qu’Éric avait cherché à donner Gloire à son Dieu en toutes circonstances. Il avait accompli la devise des Jeux Olympiques-Citius, Althius,Fortius. Plus rapide, plus haut, plus fort. Après les Jeux, au lieu de céder à la tentation de la gloire, Éric repartit en Chine comme professeur et missionnaire. En 1932, il était ordonné pasteur et se marie en 1933. Il voyage souvent en bicyclette, bravant aussi bien les Seigneurs de guerre chinois que les Japonais dans leur conquête de la Chine. Sa décision de s’occuper des communautés isolées, le forçant à laisser son épouse et ses enfants à l’arrière, était le résultat de la prière insistante. " Reddition complète" décrivait son attitude spirituelle. En mars de 1943, Liddell, est interné dans un camp japonais. Les prisonniers décident de s’organiser. Éric enseigne les maths et le sport aux enfants. Il sort chaque matin pour étudier sa Bible et est très apprécié dans le camp. Mais sa santé se détériore rapidement. Une tumeur de cerveau ravage son corps avec des maux de tête graves. Peu de temps après son quarante-troisième anniversaire le 21 février 1945, Liddell s'effondre. Ses derniers mots, prononcés à une infirmière du camp, sont, "C’est la reddition complète."
4/26/20212 minutes, 59 seconds
Episode Artwork

Donne gloire à ton Dieu Éric Liddell 3° partie

Même si les résultats semblaient désastreux, pour Éric Liddell ce fut un succès. L’Ecosse n’avait jamais gagné une médaille de bronze pour le 200 mètres, et l’Angleterre n’avait jamais réussi à faire mieux qu’une troisième place. Le jeudi eut lieu les épreuves de qualification pour le 400 mètres. Éric ne fit pas de prouesses, bien qu’il réussît à améliorer son temps à chaque épreuve préliminaire. Lors des demi-finales, il améliora encore son temps mais il ne termina pas premier. La veille, Imbach, athlète suisse, avait battu le record mondial du 400 mètres en 48 secondes seulement. Le jour de la finale, sur la ligne de départ, il y avait deux américains, un canadien et deux britanniques : Guy Butler et Éric Liddell. Bien que la tension fût à son comble, Éric ne changea pas ses habitudes, il serra la main de chaque finaliste et leur souhaita bonne chance. Le Comité Olympique trouvait cela bien étrange. Que des concurrents et adversaires puissent se souhaiter bonne chance c’était étonnant ! L’enjeu était de taille, c’était ni plus ni moins la médaille Olympique, gloire pour le pays et renommée pour l’athlète ! Comment est-ce que cet athlète trouvait le moyen de féliciter et d’encourager ses adversaires alors qu’il était sous une telle pression ? Bien sûr, ils ne pouvaient pas comprendre ce qui animait Éric. Éric était animé par le Seigneur, et il ne voulait pas céder à cet esprit de compétition. Au contraire il voulait porter le cœur du Seigneur et aimer et respecter ses adversaires. Éric était maintenant sur la ligne de départ. Il s’échauffait avec les autres athlètes. Tout à coup, un bruit de tonnerre éclata dans le stade. C’étaient les cornemuses et les tambours du Queen’s Cameron Highlanders qui se mirent à jouer un air bien connu des Ecossais. Sir Philipp Christison, responsable de l’équipe britannique avait ressenti que les supporters britanniques étaient un peu découragés. Il pensait sans doute que cette musique énergique leur redonnerait du courage. Et qui sait peut-être qu’Éric Liddell, aussi, serait stimulé ! Peut-être que cette musique réveillerait sa fibre écossaise et que la cornemuse lui donnerait un coup de fouet, une poussée d’adrénaline qui le ferait remporter la victoire ! Mais ce n’était pas le son des cornemuses et des tambours qui donnerait la victoire à Éric ! Soudain, le silence remplit le stade jusqu’à ce que le coup de pistolet vienne le rompre. Éric s’élança. Dès le début il distança ses concurrents de trois mètres. Il n’avait aucune élégance quand il courait. Il ressemblait à un mauvais nageur qui se noie et qui se débat pour reprendre son souffle. Il lançait ses bras dans toutes les directions ! Le stade retint son souffle, tout le monde savait qu’il ne pouvait maintenir ce rythme. La foule était fascinée. Tout-à-coup contre toute attente, Fitch, coureur américain dépassa Butler et s’approcha dangereusement d’Éric ! Éric monta en puissance ! Il s’approcha de la ligne d’arrivée. Il avait rejeté sa tête en arrière et il fixait le ciel. La foule en délire arborait des petits drapeaux britanniques. Soudain dans un tonnerre d’applaudissement la foule acclama Éric Liddell. Il venait de remporter la victoire ! Après ces quelques secondes qui paraissaient interminables, Éric Liddell avait gagné la médaille d’or ! Le 400 mètres n’était pas son point fort. Il avait accepté de courir le 400 mètres puisqu’il n’avait pas pu courir le 100 mètres. Là encore il s’en était remis au Seigneur. Et le Seigneur l’avait honoré ! Éric avait devancé Fitch de 5 mètres au moins, Butler courait pour remporter la médaille de bronze, en dépit d’une blessure.
4/26/20214 minutes, 58 seconds
Episode Artwork

Donne gloire à ton Dieu Éric Liddell 2 ° partie

La France sortait d’une guerre atroce, elle était en train de se reconstruire, et les parisiens voulaient rattraper le temps perdu et vivre à cent à l’heure. La pression montait, les moqueries aussi. Le Prince de Galles lui-même essayait de raisonner Éric Liddell. « Mais Dieu ne peut pas être contre le fait que vous courriez le dimanche, de toute façon vous vous devez d’obéir à votre Prince ». Éric avait répliqué que, bien qu’il reconnût et respectât son prince et souverain, il se devait d’obéir au Roi des Rois. Le prince de Galles ne pouvait plus rien répondre. Éric n’était pas bien vu pour d’autres raisons, il refusait de participer aux festivités organisées pour les athlètes. Il préférait rester dans sa chambre à lire la Bible et à chercher le Seigneur. Cela aussi le Prince de Galles le lui avait reproché. Mais rien ne pouvait ébranler la détermination de l’athlète : Dieu d’abord. Voyant que rien ne pouvait le faire changer d'avis, Harold Abrahams fut désigné pour courir le 100 mètres. C’était le seul espoir pour l’Angleterre de gagner une médaille. Abrahams était un étudiant de l’Université de Cambridge. Il était de confession israélite. Pour lui le sabbat c’était le samedi, donc courir le dimanche ne lui posait aucun problème. Éric respectait cela. Il rendit visite à Abrahams avant la course et lui souhaita bonne chance. Le dimanche, Abrahams se plaça sur la ligne de départ des préliminaires des 100 mètres. Pendant ce temps Éric prêchait dans l’Eglise Ecossaise, Scott Kirk, à l’autre bout de Paris. Harold se qualifia lors des deux épreuves préliminaires. Le lendemain il était prêt pour la finale. Éric Liddell était dans les gradins et l’encourageait. Abrahams remporta les 100 mètres en 10,6 secondes sous un tonnerre d’applaudissements. Jamais un européen n’avait gagné une médaille d’or pour les cent mètres. Il faudrait attendre 56 ans pour qu’un européen réussisse à nouveau cet exploit. Éric partageait la joie d’Abrahams, même s’il avait peut-être ressenti un petit pincement au cœur puisque le 100 mètres était SA course. Mais en même temps il ressentait la joie du Seigneur, parce qu’il avait obéi. Le Seigneur le récompensait en lui faisant ressentir Son approbation. Se sentir approuvé par le Seigneur valait toutes les médailles d’or du monde. C’est pour cela qu’il avait pu partager pleinement la joie d’Abrahams. Cette attitude étonnait beaucoup. Éric était sous les feux des projecteurs. Il était observé par tout le monde. S’il avait montré le moindre signe de faiblesse, ou de déception ou d’envie, ni la presse, ni le public ne l’auraient raté. Il était chrétien, et à cause de cela on ne lui passait rien. Peut-être qu’au fond certains étaient confrontés par son attitude ? Le mardi avait lieu les épreuves éliminatoires du 200 mètres. Harold Abrahams et Éric Liddell se qualifièrent tous deux pour la finale qui avait lieu le mercredi. Il faisait très chaud ce mercredi de juillet sur le stade de la Courneuve. Le stade était bondé. Tout le monde voulait voir ce phénomène qui avait bravé la sacro-sainte loi olympique et l’autorité de son Prince pour obéir au Roi des Rois et se soumettre à cette loi supérieure qu’est la Loi de Dieu. Éric avait chaud. Il s’agenouilla sur la ligne de départ à côté de quatre américains et d’Harold Abrahams. Dans son cœur, il priait. Il était en paix. Ce qui comptait ce n’était pas qu’il gagne mais que Dieu soit glorifié. Il voulait donner gloire à son Dieu. Le signal donné, les athlètes s’élancèrent. Abrahams et Liddell prirent un bon départ mais ils furent vite devancés par deux américains qui finirent respectivement premier et deuxième. Éric termina troisième et Abrahams sixième et dernier.
4/26/20215 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

Neuf sources de Joie pour un serviteur de Dieu

Nous croyons et sommes persuadés que chaque jour, l’Esprit du Seigneur nous parle, nous encourage, nous montre le chemin dans le service de Dieu. Et cela parle à nos cœurs et nous remet en cause et nous défie, mais c’est très important de s’arrêter et de s’examiner. Quelle grâce qu’en écoutant la Parole de Dieu, l’Esprit du Seigneur nous éclaire, nous encourage, mais nous remet en cause en même temps, afin que nous puissions redresser ou corriger ce qui est nécessaire. Et je suis persuadé que même les serviteurs de Dieu ont souvent besoin, ou de temps à autre, d’être redressés. Car il peut souvent arriver que l’on se lance dans une direction, qui nous éloigne de la vérité surtout en écoutant certains prédicateurs à la mode, qu’on soit dans un état ou l’on est incapable de discerner si c’est vraiment fondé Bibliquement ou pas. Et cela nous conduit irrémédiablement à nous éloigner de la pure et Sainte doctrine. Mais faisons confiance à l’Esprit du Seigneur pour nous montrer et nous éclairer à rester sur le bon chemin. Que de fois, j’ai été reconnaissant envers l’équipe d‘anciens locaux avec qui je travaille ainsi qu’avec l’équipe apostolique avec qui nous collaborions depuis plus de 33 ans. Que de fois, je ne voyais pas, je ne comprenais pas que j’étais entré dans une fausse direction en marchant dans tout ce que je pensais être bon et claire. Mon désir aujourd’hui, est de vous parler de la joie. La joie du ministère, La joie dans le service de Dieu. Je crois que nous, les serviteurs de Dieu et tous ceux qui prêchent l’Évangile, nous devons ressentir dans nos cœurs une joie quand nous servons le Seigneur malgré toutes les circonstances favorables ou non. Tél que Paul en prison lors de ses épîtres comme celle aux Philippiens, surnommée « l’Épître à la joie ». Pourtant il est en prison, très certainement à Rome, gardé par des soldats Romains. Il écrit à cette chère Église de Philippe dont il a posé le fondement avec ses compagnons d’œuvres : Timothée, Silas et Luc, suite à un vison reçu à Troas (Actes 16 : 9-40 lors de son second voyage missionnaire). Pourtant à travers ses circonstances défavorables humainement, Paul voit cette épreuve comme une bénédiction ! La question que l’on peut se poser est : « qu’est-ce qui fait la joie du Ministère ? ». La première chose : La joie du salut en Christ. La deuxième chose : C’est la joie de lire sa Parole est que celle-ci est vivante et nous parle directement. La troisième chose : L’onction de Dieu dans notre vie, c’est-à-dire : le ministère du Saint-Esprit à travers nous. La quatrième chose : qui amène la joie dans le cœur du serviteur de Dieu, c’est quand il voit les chrétiens grandir et être transformés. La cinquième chose : L’unité de cœur par l’œuvre du Saint-Esprit. La sixième chose : C’est de voir la puissance de l’Évangile à l’œuvre dans les cœurs. La septième chose : C’est quand nous nous identifions nous-mêmes à Christ. La huitième chose : la joie d’avoir une vision claire à accomplir. Et la neuvième chose : la joie et l’espérance qui suivent la repentance. Retrouvez la totalité du texte sur mon site https://jlgaillard.fr/ Important : du 6 et 7 mai 2021 Conférence des pasteurs et des responsables d’église par Internet avec l’équipe CTMI et le pasteur Miky HARDY. La conférence sera traduite en 13 langues ! Renseignement et informations sur : https://build-conference.com/fr/
4/24/202129 minutes
Episode Artwork

Sanidad del alma - ¿Es bíblica? - Jean-Louis Gaillard

En primer lugar, definimos lo que se denomina «La sanidad de alma»: ¿Esta doctrina es bíblica? Veamos lo que nos dice la Palabra de Dios: En esto se basa la «sanidad del alma» o también llamada «autoayuda» ¿Cuál es la sana doctrina del mensaje del Evangelio? ¿Esta técnica existía antes? Veamos lo que dice el Nuevo Testamento. ¿Hay frutos de esta técnica de la sanidad del alma? ¿Por qué en la década de 1980 hubo tal entusiasmo por estas falsas enseñanzas en el ambiente cristiano? La verdadera pregunta: ¿he realmente experimentado un nuevo nacimiento? Otro detalle importante. Todo el texto está disponible en https://jlgaillard.fr/es/​ Enlace para inscribirse en nuestra próxima conferencia "Construir su pueblo, y su Iglesia " del 6 y 7 de mayo de 2021: https://jlgaillard.fr/es/conferencia-para-lideres-batir-2021/
4/14/202122 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

La cure d’âme est-elle biblique ? Jean-Louis Gaillard

Au préalable, définissons ce qu’on a appelé « La cure d’âme » Cette doctrine est-elle biblique ? Regardons ce que nous dit la Parole de Dieu : Voilà sur quoi est fondé « la cure d’âme » ou encore appelée « relation d’aide » ? Qu'est ce que la La saine doctrine est le message de l’Évangile ? Cette technique existait-elle auparavant ? Regardons ce qu’en dit la Nouvelle Alliance Y a-t-il des fruits de cette technique de la cure d’âme ? Pourquoi à cette époque, y a-t-il eu un tel engouement pour ces faux enseignements dans le milieu chrétien ? La véritable question : c’est vraiment cette nouvelle naissance Une autre chose importante La totalité du texte se trouve sur mon site : www.jlgaillard.fr Lien pour s'inscrire à notre prochaine conférence "Bâtir son peuple, et son Eglise " du 6 & 7 mai 2021 : www.build-conference.com
4/10/202122 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Pedid y se os dará ¿es tan así?

Hola amigos, hoy me gustaría hablarles de una de las muchas doctrinas falsas que ha confundido a millones de cristianos sinceros y ha hecho que se desanimen al interpretar la palabra de Dios de una manera que no es la correcta. Esto los llevó a hacer de Dios su siervo y a ponerse en lugar de Dios. Esto representa una inversión total de los roles de cada uno. Durante el avivamiento carismático que tuvo lugar entre 1960 y 1990, los estos movimientos propagaron el mensaje: “¡Pide y recibirás!", como parte del versículo de 1 Juan 16:24 "Pide, y recibirás, para que su gozo sea perfecto". Si bien este versículo forma parte del evangelio de Juan, está también sacado de contexto y se convierte en un pretexto para justificar la falsa doctrina y servir a la carne humana. Recordemos siempre que Dios reina y que no es un Dios que dispensa gracias para alimentar nuestra carne con sus deseos carnales y emocionales. Lo que Dios quiere es tener una relación personal con cada uno de nosotros para que experimentemos el amor a través de su hijo, el Señor Jesucristo. Pero esta falsa doctrina que se apoderó del mundo decía que podemos tener lo que querramos. Todo lo que se necesitaba era seguir seis puntos: El primero: desear una cosa. El segundo: pedirlo a Dios con fe. El tercero: Visualizar la petición, su forma, su color, etc. El cuarto: reclamar esto a Dios. El quinto: declarar por fe que lo has recibido. El sexto: "está hecho, lo recibiste" Pero en realidad no lo tienes, así que lo esperas; luego confiesas que lo vas a recibir, y si dices que no lo recibiste, es porque te falta fe. Si creemos que es una oración con llaves mágicas que nos abrirá la caja fuerte de Dios y derramará su bendición sobre cada uno de nosotros, es realmente un engaño. Este movimiento carismático había comenzado bien, pero pastores sin escrúpulos comenzaron a tergiversar la Palabra de Dios en un intento de atraer a grandes multitudes con falsas doctrinas como la teoría de la prosperidad, abogando por la salud y la comodidad; fe en el interés de la carne, el desarrollo personal, bienestar, sanidad asegurada a cambio de ofrendas económicas, etc. Muchas de estas supuestas revelaciones no provienen de la Palabra de Dios, sino de movimientos con bases ocultas o psicológicas como “El Nuevo Pensamiento” definido por Phineas Quimby (1802-1866) filósofo, hipnotizador y espiritista. Luego, pastores evangélicos de renombre mundial tomaron estas teorías y las aplicaron a la fe cristiana. Sus fuentes fueron y siguen siendo basadas en la sabiduría humana, las técnicas humanas, exaltando la gloria de la inteligencia humana, sin mencionar el "pensamiento positivo", el humanismo, la masonería y "la nueva era"; entre otros. Entonces veremos la verdad bíblica como Jesús nos la enseñó: ¿cómo orar? ¿Debemos hacer nuestra voluntad o la de Dios? ¿Estamos llamados a ganar o a perder nuestras vidas? ¿Y con respecto a nuestros planes? ¿Cómo hacer para cumplir el plan de Dios? Compartiremos muchas cosas que le mostrarán el plan de Dios para cada uno de nosotros. No dudes en comentar y hacer tus preguntas. #JeanLouisGaillard​ #365historias​
3/26/202113 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

Pentecôte

On demandait à des étudiants : —Pour vous, qu'est donc la Pentecôte ?' —C'est le week-end le plus meurtrier de l'année, répondit l'un d'eux, après un silence pesant. La même question fut posée à des enfants d'une école du dimanche du Midi où est dispensé un enseignement biblique à leur niveau : qu'est-ce donc que la Pentecôte ? Ignorance ? Timidité ? Enfin, un garçon hasarda cette réponse : —La Pentecôte, dit-il en détachant bien les deux syllabes, lapente-côte ? Eh bien, ça monte et ça descend ! Évidemment, il ne pensait qu'à une côte qui peut être une montée ou une descente selon le sens dans lequel on s'y engage. Mais n'y a-t-il pas quelque chose de juste dans cette réponse ? Le jour de la première Pentecôte, les apôtres et d'autres croyants réunis à Jérusalem dans la Chambre Haute, en tout cent vingt personnes, firent monter vers Dieu des prières et des louanges, et le Seigneur fit descendre sur eux la puissance du Saint-Esprit, le baptême du feu divin pour qu'ils annoncent avec efficacité et vigueur l'Evangile de Jésus-Christ. Paul Claudel a noté dans son journal : le jour de la Pentecôte, le Saint-Esprit a allumé les apôtres. La Bible dit : Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et ils commencèrent à parler en d'autres langues selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer, Actes 2 : 41. Interrogeons-nous : que représente la Pentecôte pour moi ?
3/25/20212 minutes, 32 seconds
Episode Artwork

¿Cuál es el verdadero lugar de la mujer?

Continuando mi video de la semana pasada: el lugar de la mujer en la Biblia voy a responder a todas tus preguntas. ¿Cuál debería ser el verdadero lugar de la mujer en la iglesia hoy? ¿Existe la igualdad espiritual entre hombres y mujeres? ¿Cuál es el orden de autoridad establecido por Dios? ¿Puede una mujer predicar en la iglesia? ¿Debería ella quedarse en su casa y ocuparse exclusivamente de su hogar? ¿Qué se le permite hacer en la iglesia? 1. ¿Existe la igualdad espiritual entre hombres y mujeres? "Ya no hay judío ni griego; no hay esclavo ni libre; no hay varón ni mujer; porque todos vosotros sois uno en Cristo Jesús". Gálatas 3:28 En la Epístola de Pablo a los Gálatas en el capítulo 3, se trata de la unidad de los cristianos en la salvación obtenida por la fe en Jesucristo. Hombres y mujeres comparten: - Los mismos mandamientos - Las mismas promesas - Las mismas bendiciones - Los mismos recursos espirituales - Las mismas responsabilidades espirituales 2. ¿Cuál es el orden de autoridad establecido por Dios? Recordemos siempre 1 Corintios 11:3: “Pero quiero que sepáis que Cristo es la cabeza de todo varón, y el varón es la cabeza de la mujer, y Dios la cabeza de Cristo". 3. Las diferencias entre hombres y mujeres en la iglesia. Hoy vemos en este mundo que hay un reclamo permanente y un cuestionamiento de esta diferencia. El caso de las viudas... 4. Entonces, ¿puede una mujer predicar en la iglesia? 5. ¿Debería quedarse en su casa y ocuparse exclusivamente de su hogar? 6. ¿Qué puede hacer en su casa, en su ciudad, en la iglesia local? A) En su casa B) Fuera de su casa C) En la iglesia local ¡Conclusión a descubrir! El texto completo está disponible en www.jlgaillard.fr Consulte también mis 365 Historias: https://www.youtube.com/watch?v=mQl9s0mg5WY&list=PLCtD-kUYlJnMyk4gsU06yryJzGS1wm8Gq Posdata: Mucho se dice acerca de Débora en el Antiguo Testamento (Jueces 4:4). Débora era una jueza, pero la gente la consideraba una "profetisa" debido a la fuerza divina y la sabiduría que la caracterizaban, y por eso ella había ganado el respeto de la gente; quienes la escogieron como juez. Los jueces ordinarios parecen haber faltado (#De 16:18) Lappidoth ("antorchas") era el nombre de su esposo. También hay que decir que en ese momento los hombres habían abandonado. Seguramente ella profetizó a las personas que acudieron a pedirle consejo. Tenga en cuenta también que esto estaba sucediendo en Israel en A.T. y que no se puede justificar en el tiempo de gracia, en la actual Iglesia del Señor. Saludos, J-L Gaillard
3/16/202122 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

La place de la femme dans l'église aujourd'hui

Suite à ma vidéo de la semaine dernière : la place de la femme dans la Bible et mes réponses à toutes vos questions. Les questions : Que devrait-être la vraie place de la femme dans l’église d’aujourd’hui ? L’égalité spirituelle entre les hommes et les femmes ? L’ordre d’autorité établi par Dieu ? Est-ce qu’une femme peut prêcher dans l’église aujourd’hui ? Doit-elle rester dans sa maison et s’occuper exclusivement de son foyer ? Qu’a-t-elle le droit de faire dans l’église ? 1°) Les égalités spirituelles entre les hommes et les femmes « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni libre, ni homme ni femme, car tous sont un en Jésus-Christ. » Galates 3 :28 Dans l’Épître de Paul aux Galates au chapitre 3, il est question est l’unité des chrétiens vis-à-vis du salut obtenu par la foi en Jésus-Christ. Les hommes et les femmes partagent : -- Les mêmes commandements -- Les mêmes promesses -- Les mêmes bénédictions -- Les mêmes ressources spirituelles -- Les mêmes responsabilités spirituelles 2. L’ordre d’autorité établi par Dieu ? Rappellerons-nous toujours 1 Corinthiens 11 : 3 « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. » 3° Les différences entre femmes et hommes dans l’église. Aujourd’hui, nous voyons dans ce monde où il y a une revendication permanente et une remise en cause de cette différence. Le cas des veuves 4. Alors, est-ce qu’une femme peut prêcher dans l’église aujourd’hui ? 5. Doit-elle rester dans sa maison et s’occuper exclusivement de son foyer ? 6. Que peut-elle faire dans sa maison, dans sa ville dans l’église locale ? A) Dans sa maison B) À l’extérieur de sa maison C) Dans l’église locale Conclusion à découvrir ! L'intégralité du texte est disponible sur www.jlgaillard.fr Regardez aussi mes 365Histoires sur https://www.youtube.com/user/lepit007​ Post-scriptum : Beaucoup me parle de Déborah dans L'Ancienne Alliance (Juges 4: 4) Deborah était juge mais le peuple la considérait comme "prophétesse" à cause de la force et la sagesse divines dont elle était remplie lui avaient valu la vénération du peuple qui l’avait établie comme son arbitre. Les juges ordinaires paraissent avoir fait défaut (#De​ 16:18​) Lappidoth (« flambeaux ») était le nom de son mari. Il faut dire aussi qu'à cette époque les hommes avaient démissionné. Surement qu'elle donnait des prophéties aux personnes qui venaient lui demander conseil. Remarquons aussi que cela se passait en Israël dans l'A.T et ne peut pas justifier dans le temps de la grâce, dans l'église du Seigneur actuel. Salutations fraternelles. J-L Gaillard
3/13/202122 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

El papel de las mujeres en la iglesia

Esta es una pregunta que surge a menudo y quiero tomarme el tiempo para responderla. Éste es un tema que me es muy consultado y que es también controvertido, incluso en las iglesias, y que suscita muchas opiniones diferentes sobre el rol que debe tener la mujer en la iglesia, en la familia y hasta en la comunidad. También vemos muchos movimientos que se levantan por la igualdad entre las mujeres, entre otros. Pero, ¿qué nos dice la Biblia sobre esto? Pero, veamos: 1° El lugar de la mujer en la historia bíblica del Antiguo Testamento. 2° A la luz de Jesús; cómo Jesús considera a las mujeres; para poder sentar las bases. 3° ¿Cuál es el lugar de la mujer hoy? ¿Debería predicar? ¿Es ella igual a los hombres, en todos los niveles? ¿Puede una mujer dirigir una iglesia? Tan pronto como miramos la historia de la mujer a través de los tiempos, vemos que a menudo ha sido rechazada por los hombres. Tratada como inferior, le debía una sumisión total al hombre. Podemos resumir de la siguiente manera el papel de la mujer en el Antiguo Testamento: Las mujeres son muy importantes con la condición de que se queden en casa haciendo las tareas del hogar, la cocina, la costura, que dejen a los hombres solos y que transmitan la vida y los valores. En el Antiguo Testamento, salvo en algunos casos, siempre fue degradada y con demasiada frecuencia excluida de todas las decisiones. Su única libertad era para aceptar o rechazar el avance de uno de sus pretendientes a la etapa del matrimonio. Por supuesto, algunas han vivido plenamente desde su lugar la fe y en plenitud, confiando en Dios; y se las recuerda como ejemplo de fe y de perseverancia en Hebreos 11. Y a la llegada del mesías Jesús de Nazaret: • Jesús apoyó a las mujeres. Jesús les hizo saber a las mujeres que eran inteligentes e intrínsecamente dignas del amor y del cuidado de Dios. Ni una sola vez en los cuatro Evangelios ha degradado a una mujer. La mayoría de los hombres, en algún momento de sus vidas, han menospreciado a las mujeres. Pero Jesús nunca lo hizo. Desde los primeros días de su vida, hasta que ascendió al cielo, Jesús tuvo estima por las mujeres y las apoyó. Sí, Jesús fue sensible a sus necesidades: Jesús era sensible a las desventajas sociales y religiosas que enfrentaban las mujeres y alivió estas cargas. Fue compasivo y afectuoso. En otra ocasión, Jesús resucitó al hijo de la viuda de Naín (Lucas 7:11​-17). La posición de las viudas en la cultura del Medio Oriente es dura, si no tienen hombres que las protejan. Mientras Jesús observaba la procesión de entierro, vio a los pocos portadores del ataúd y a esta mujer solitaria caminando detrás. Se dio cuenta de que no había otro hombre en su familia que se ocupara de esta mujer. Por compasión de esta pobre mujer, Jesús se acercó, tocó al joven y lo devolvió a la vida. Aún más marcado, vemos en el Evangelio de Lucas a Jesús oponiéndose a los prejuicios y abusos de la religión organizada contra las mujeres. En esta parte del mundo, tal comportamiento puede ser peligroso. Debemos honrar a todas las mujeres con el mismo amor y respeto que Jesús les mostró. Veamos Lucas 13: 10-17. El texto completo está disponible en https://jlgaillard.fr/es/​ #mujer​ #iglesia​ #365Historias​ #JeanLouisGaillard
3/9/202120 minutes, 4 seconds
Episode Artwork

¿Cómo elegir tu pareja?

Nueva serie de videos sobre ​​la familia cristiana que publicaremos mensualmente: 1er. tema: La elección del cónyuge 2do. tema: El rol del marido 3er. tema: El rol de la esposa 4to. tema: Los niños 5to. tema: las finanzas en la pareja. Y otros temas más... En este video hablo sobre "La elección del cónyuge": ¡Hablemos primero sobre el celibato, que es una excelente manera de servir al Señor! La felicidad no viene del matrimonio, la felicidad viene de nuestra relación con Dios ya sea que estemos casados ​​o no; y esto no debe olvidarse, porque muchos creen que la felicidad viene en el matrimonio. ¡No saben lo que están diciendo! Pero volvamos a nuestro tema del día: la elección del cónyuge. ¿Cómo sé que no me equivoco? Los 5 consejos básicos antes de comprometerse. ¿Los 7 puntos para asegurarme de que estoy haciendo la voluntad de Dios? Las preguntas que me hago: ¿Qué hacer con las señales que he recibido? ¿Sexualidad? Mi testimonio como padre y pastor. El testimonio de mi hija. Conclusión. Encuentra todo el texto en esta dirección: https://jlgaillard.fr/es/​
3/3/202120 minutes, 31 seconds
Episode Artwork

Somos lo que comemos

En esta historia, el pastor Jean-Louis Gaillard nos habla de la importancia de alimentar nuestro espíritu correctamente, con la buena comida. Somos lo que comemos es el tema de este video. 365 Historias - Los dos perros (140) #JeanLouisGaillard #365Historias #365Histoires
2/22/20212 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

Ayudar a los demás

A través de este video, el pastor Jean-Louis Gaillard relata la historia de un dibujo de una mano y del significado de una gran acción. #365Historias​ #JeanLouisGaillard​ Una mano dibujada (176)
2/14/20211 minute, 41 seconds
Episode Artwork

¿Qué esperanza hay para los cristianos en este año 2021?

Resumen: Esta es la pregunta que mas me hacen actualmente muchos cristianos golpeados por la crisis de la COVID 19 y por diferentes injusticias ocurridas en sus iglesias. Vale destacar que hice varios videos sobre ambos temas. Escuchamos en todas partes que los jóvenes están desanimados, y que los adultos y los niños que se ven privados de relaciones sociales a causa de este virus de la Covid; que los dueños de pequeñas empresas están al borde del suicidio, etc. En este mundo del desánimo, nuestra verdadera esperanza está en Jesucristo. Él es el único que puede y quiere ayudarnos. ¿Qué solución para el cristiano sincero en 2021? • Primero tenemos que poner las cosas en perspectiva, nuestra situación es mucho menos terrible que la de nuestros padres o abuelos al final de la guerra, y sin embargo salieron de ella, y vivieron los "gloriosos 30" • ¡El Señor Jesucristo no ha cambiado y reina en su trono de gloria! Levántate cada mañana dando gloria a Dios porque Él reina • Pasemos tiempo en oración sincera con todo nuestro corazón (Santiago 5:16​) • De la nada Dios puede hacer cosas nuevas. Recuerde los primeros versículos del Génesis, "la tierra estaba desordenada y vacía". Dios pudo crear el mundo que conocemos. Por supuesto, este mundo fue diseñado para que el hombre floreciera en la comunión de su creador, pero el hombre lo ha pervertido y continúa destruyéndolo cada vez más. Tenemos ejemplos en la Palabra de Dios donde todo parecía perdido, pero cuando el hombre regresa a su Creador, entonces todo se vuelve posible. Ejemplo: El regreso de David en 1 Samuel 30 1-4. • ¿Qué esperanza para el cristiano sincero en 2021? 1 ° Hagamos como David y volvamos al Señor con todo nuestro corazón 2 ° Tomemos decisiones draconianas 3 ° Cambiemos nuestra forma de vida; volvamos a la fuente que es la Palabra de Dios, Josué 1: 8-9 + 10 puntos importantes Si quieres más aclaraciones, mira nuestros videos: https://www.youtube.com/watch?v=6t7a_...​ https://www.youtube.com/watch?v=xjo6W...​ "¿Entonces creo que tienes una pregunta candente?" Y si ninguna iglesia en mi área cumple con todos estos criterios, ¿qué debo hacer? Conclusión: ¡Ponga la palabra de Dios primero y aplíquela! Solo ella es la verdad desde la fundación del universo y mucho más allá de 2021. Si desea encontrar este texto completo, vaya a www.jlgaillard.fr Listas de videos que responderán a sus preguntas: --- Lista de sitios para asesorar en francés: https://ctmi.org/fr​ www.acmir.re ECOI TV https://www.youtube.com/c/ECOITV​ www.assemblee-chretienne.fr Para las hermanas: Malaïka la revista de mujeres africanas Lista de sitios para asesorar en inglés: Zimbabwe: Selbourne Park Christian Church - YouTube https://ctmi.org​ Iglesia del Evangelio de Gracia de Sudáfrica - YouTube Inglaterra: (1) Iglesia cristiana de Bournemouth - YouTube EE.UU .: (1) Grace Fellowship Church - Sarasota, FL - YouTube Encuéntrame en el sitio web de mi pastor: www.jlgaillard.fr en francés y español. Hasta pronto.
2/8/202111 minutes, 14 seconds
Episode Artwork

Les anciens : qualifications & rôles (32)

Comme pour les synagogues, les communautés chrétiennes ont nommé des anciens dans chaque église locale. Il y a bien écrit “des” anciens, ce terme est au pluriel et c'est ainsi dans chaque ville. Chaque église est dirigée par une équipe d’anciens qui doit gérer les problèmes rencontrés dans les diverses situations de la vie de l'assemblée. Sujets traités : L'ordre d'autorité ? Rôle des sœurs ? Pourquoi plusieurs anciens ? Exemple, du règlement d'un problème dans le livre des actes. Qualifications des anciens : a) Qualifications spirituelles b) Qualifications personnelles c) Qualifications familiales d) Qualifications sociales e) Qualifications propres au ministère Le rôle des anciens auprès des brebis L’importance et le rôle du Conseil des Anciens Conclusion Titre des vidéos à venir : Le rôle des diacres, et de chacun des 5 ministères Éduquer ses enfants dans la soumission et le respect des parents Marchez dans le bon Esprit de l’Évangile Retrouvez tout le texte en Français sur www.jlgaillard.fr Video doblado al español aquí: https://www.youtube.com/watch?v=X6cdDNIOlOw
2/5/202117 minutes, 10 seconds
Episode Artwork

Les coulisses de l'Evangile de la prospérité (64)

Vous avez tous entendu parler de Benny Hinn, le grand prédicateur du « Message de la Prospérité ». Et bien en 2018, il a publié une vidéo où il se repend de tout ce qu’il avait prêché sur la prospérité. Bien sûr, nous ne voulons pas juger l’homme, ni le sérieux de sa repentance, car c’est Dieu seul qui juge. Retrouvez tout le texte sur mon site : www.jlgaillard.fr C’est vrai qu’une vraie repentance devrait produire des fruits à l’exemple de Zachée qui rencontre Jésus alors qu’il était monté dans un arbre. C’est dans l’évangile de Luc 19 versets 5-8 « Lorsque Jésus fut arrivé à cet endroit, il leva les yeux et lui dit : Zachée, hâte-toi de descendre ; car il faut que je demeure aujourd’hui dans ta maison. Zachée se hâta de descendre, et le reçut avec joie. Voyant cela, tous murmuraient, et disaient : Il est allé loger chez un homme pécheur. Mais Zachée, se tenant devant le Seigneur, lui dit : Voici, Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens, et, si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple. » Pour Zachée on peut voir les fruits de sa repentance sans équivoque Un livre en français vient de sortir le 15 décembre 2020 aux éditions « Ourania » écrit par le pasteur Costi W . Hinn, le neveu du Pasteur Benny Hinn. Le titre est : « Les coulisses de l’évangile de la prospérité » Tout ce que je vais partager est tiré de ce livre : Car tout y est déballé : des pièges et de la façon de procéder, jusqu’au moment où ce neveu termine en racontant comment il a retrouvé le vrai chemin du service de Dieu. Le mot « prospère » est bien biblique et se trouve dans 3 Jean 1 : 1 Mais l’évangile de la prospérité c’est vraiment autre chose. C’est un faux évangile qui a pour but de faire croire aux personnes qu’elles vont être guéries à la condition de donner leur plus grosse offrande. C’est une manipulation de prédicateur n’ayant aucun scrupule à voler l’argent des chrétiens en échange d’une soi-disant guérison qui n’arrivent que trop rarement et quand cette guérison n’arrive pas, c’est de la faute de la personne qui n’a pas assez de foi !
2/5/202117 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Les excés de la louange et de l'adoration moderne (62)

En préambule, je voudrais dire que je suis pleinement convaincue d’utiliser des instruments de musique les plus variés, la sono et tout ce qui est nécessaire pour louer Dieu. Ce dont, je veux parler, ce sont ces excès en tous genres et là je suis vraiment opposé. Mais regardons d’abord ce qui plait au Seigneur. Pour cela ouvrons le livre de la Genèse au chapitre 4 versets 3 à 5 : « Au bout de quelque temps, Caïn fit à l’Eternel une offrande des fruits de la terre ; et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L’Eternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande ; mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande ». Selon ce passage, les deux premiers adorateurs de la Bible, Caïn et Abel, furent jugés par Dieu sur la base de leur état spirituel plutôt que sur leur sacrifice. En effet, le regard de Dieu se porta tout d’abord sur leur personne, puis sur leur offrande. Il n’est donc pas exagéré d’affirmer que Dieu est plus sensible à notre état spirituel qu’à ce que nous Lui offrons. Il en est sûrement de même de notre adoration. Caïn n’a pas accepté que Dieu l’examine de cette manière et finit par tuer son frère. Et vous qu’allez-vous faire de cette vérité ? Ce qui intéresse notre Dieu est davantage notre état spirituel plutôt que sur leur sacrifice. Certains chants finissent par être produits, non pour purement glorifier le Nom du Seigneur, mais pour satisfaire, autant la gloire des artistes que l’appât du gain. La ressemblance entre églises et les boites de nuit : Les spots de toutes couleurs roses, bleu, fuchsias semblables à ceux utilisées dans les boites de nuit, l'ambiance, des fumées artificielles, l'ambiance … Les résultats : L’on assiste alors, malheureusement pas à un réveil spirituel, mais à un retour de la chair qui introduit avec elle tout ce qui fait sa nature, c’est-à-dire le péché. L'origine du combat entre la chair et l'Esprit de Dieu. La chute de Satan qui avait un ministère d’adoration proche du trône de Dieu Ézéchiel 28 12-17 mais il s’est corrompu par son orgueil, (Ézéchiel 28 : 17) dès que l’iniquité a été trouvée en lui, il a été déchu avec 1/3 des anges, emmenant avec lui un mélange très nocif sur la terre. Les trois éléments qui compose la musique : la mélodie, l’harmonie et le rythme. Ces paramètres sont indissociables et influent sur trois aspects chez son auditeur : l’âme, l’esprit et le corps. Deux exemple : 1° le RAP qui est né dans le Bronx aux Etats Unis a été inventé dans l’objectif de se révolter et utilise une technique que l’on appelle “scander” pour défendre une idée mais nous voyons bien que l’écoute de ce genre de musique amène son auditeur à la violence et fait naître en lui cette rébellion. 2° Par exemple, quand le jeune David jouait de la musique pour Saül, (1 Samuel 16 : 23) cela calmait l’âme de Saul et on voit qu’une musique saine et bienfaisant y contribue, soulage, et apaise émotionnellement une personne agitée, parce que cette musique était produite par un homme qui avait le cœur selon Dieu et qui était animé de l’Esprit de Dieu. Ce qui démontre que tout dépend de l’Esprit qui habite le musicien. 3° Certains chanteurs actuels reconnaissent qu’ils ont fait un pacte avec le diable en lui vendant leur âme en échange de son aide pour créer des musiques qui influenceront des millions de personnes, et qu’en échange, ils puissent gagner beaucoup d’argent. En conclusion : on doit faire attention, à ce que notre louange soit spirituelle et non pas charnelle. Que celle-ci soit pour glorifier notre Dieu et lui dire notre amour et notre reconnaissance pour l’œuvre du Seigneur Jésus-Christ et du Saint Esprit. Le texte est complet sur le site www.jlgaillard.fr
2/5/202113 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

Résolution du chrétien en 2021 (63)

Exposé des résolutions, puis hélas on ne peut les tenir Pourquoi ? Comment faire ? Puis : Ecoutez ma conclusion Tout est détaillé sur mon site www.jlgaillard.fr
2/5/202111 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Doit-t-on être négatif sur tout ce qui se passe aujourd'hui dans nos église ? (65)

Voici quelques extraits de ma vidéo ! Mon but n’est pas de parler de choses négatives, ni de critiquer pour critiquer mais d’avertir comme le faisait les prophètes de l’Ancien Testament, les apôtres dans le Nouveau Testament et tous les serviteurs qui ont à cœur de voir cette église glorieuse se lever pour représenter Christ. L’apôtre Paul dit dans l’épître aux Colossiens 1 : 29 « C’est à quoi je travaille, en combattant avec sa force, qui agit puissamment en moi ! » Je vous rassure, je ne suis pas grognon, mais plutôt dans la joie de servir le Seigneur par ces moyens audiovisuels mais souvent, je suis dans une sainte colère quand je vois l’église du Seigneur aller dans de nombreuses fausses directions, alors mon désir est de dénoncer cela car l’Evangile est équilibré et nous, nous devons absolument garder l’équilibre face à tous les excès actuels. Bien sûr, chacun peut avoir des opinions différentes et je veux respecter les opinions différentes de chacun : par exemple si vous voulez fêter Noël, c’est votre choix et votre liberté, moi j’ai voulu vous interpeller face à la Parole de Dieu afin que chacun se forge une opinion. Car c’est trop triste de voir les chrétiens marcher comme le monde sans se rendre compte du piège qui est devant eux ! Mon but est de dénoncer les excès de certains qui deviennent des pièges pour les chrétiens non affermis. Surtout, je suis convaincu que cela va aller en s’empirant ! Je pressens que ce qui se prépare en Amérique va venir bientôt déferler sur la France et sur tous les continents à travers les mouvements chrétiens libéraux dit New Age : La remise en cause de l’inspiration de la Parole de Dieu ! L’importance de garder l’équilibre du vrai évangile et de laisser de côté les conclusions tirées de nos expériences personnelles qui conduisent à de fausses doctrines. Mon cœur est d’avertir et de partager mes expériences car depuis que je connais le Seigneur il y a 50 ans, J’ai vu tant de catastrophes, de faillites… Aujourd’hui, il y a en Amérique des mouvements dit libéraux avec à leurs têtes des hommes qui ont étudié la Bible, la théologie dans les plus grandes universités mais qui sont partis tellement loin qu’ils ne croient plus à l’inspiration de la Parole de Dieu. C’est pourquoi Jésus a prédit dans Luc 18 :8 « Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » J’ai souvent des questions comme celle-ci, dites-nous le nom et l’adresse de ces églises tellement mondaines afin que nous les fuyions ? • Il y a deux problèmes, les chrétiens sont devenus paresseux, ils veulent des réponses tout compris au lieu d’exercer le discernement. • Et de vérifier dans les écritures que ce qu'ils voient et entendent est conforme à la Parole de Dieu ou pas, comme les chrétiens de Bérée dans Actes 17 :11 Il est donc temps que les chrétiens se réveillent et cherchent la vérité dans la Parole de Dieu car autrement ils tomberont dans d’autres travers. • La solution de Dieu, la repentance. Qui dans sa vie n’a jamais fait d’erreur ? A eu des moments de faiblesse croyant faire bien, et s’apercevant de son erreur est revenu en arrière et a compris que par ses excès, le Seigneur lui demande de se repentir et de reprendre le bon chemin ? Moi, cela m’est arrivé plein de fois et m’arrivera sûrement encore ! Dieu, me rejette-il pour cela ? Non, tant que je reconnais et me repends, il me pardonne et efface mes erreurs. Donc, s’il le fait pour moi, il le fait pour toi aussi et d’ailleurs. C’est comme cela que nos erreurs peuvent tourner à la gloire de Dieu car on en comprend la leçon. Bien fraternellement. Votre pasteur : Jean-Louis Gaillard Si vous voulez me poser des questions écrivez-moi à : [email protected] Texte complet sur mon site www.jlgaillard.fr
2/5/202116 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

Quels sont les 10 caractéristiques bibliques d’un bon serviteur de Dieu ? (66)

Bonjour, pourquoi l’église va si mal ? Pourquoi, il y a tant de dérives dans les églises évangéliques ? Je suis étonné de voir qu’il y a une course au nombre d’ouvertures d’églises, que les Unions d’églises ne recherchent qu’une chose, avoir de plus en plus d’églises associées et qu’importe la qualité de ces églises. Recherche du nombre au lieu du sérieux de ces églises. La santé des églises est directement proportionnelle à la santé spirituelle des serviteurs de Dieu. Alors, quelles sont les caractéristiques d’un bon serviteur de Dieu ? Vingt critères se trouvent dans 1°Épître de Paul à Timothée 3 des versets 1 à 7, puis trois autres critères rajoutés à la liste par Paul dans sa lettre à Tite chapitre 1 verset 9 Mais commençons par définir ce qu’est un ancien tantôt appelé « évêque » ou en grec « épiskopos ». Celui qui occupe une fonction pastorale. Qu’est-ce qu’un ancien ? C’est un serviteur. Regardons à son appel : Dans la 1re lettre de Paul à Timothée chapitre 3. Verset 1, nous dit : " Cette parole est certaine : Si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, il désire une œuvre excellente ". Plus la charge était excellente (grec « belle ou bonne »), élevée et sainte, plus il était nécessaire d’en écarter tous ceux qui agiraient avec de mauvais motifs, et d’insister sur les qualités requises des vrais serviteurs au sein des églises locales. 1° Critère: L’appel, cela commence par une aspiration = désirer fortement et durablement, être demandeur. Il y a la part de l’homme puis l’appel de Dieu qui se ressent dans la prière et la communion avec notre Seigneur Jésus-Christ ! Ce n’est pas pareil que d’être animé d'une envie de carrière publique, souhaitant devenir un personnage public ! Car c’est un piège, on ne devient pas pasteur pour être en vue auprès des autres ou pour rendre service aux autres. Non c’est un appel de Dieu ! Qui doit être confirmé par la communauté locale. C’est malheureusement tout à fait préjudiciable que certains pasteurs soient nommés par des Fédérations et imposés à l’église locale. Un autre aspect : On ne s’auto proclame pas « Pasteur ». C’est la pire des choses, car c’est prendre un fardeau que Dieu ne nous donne pas et que nous porterons avec nos forces jusqu’à l'épuisement, en fatiguant les brebis de l’église du Seigneur. Alors qu'est-ce qui qualifie ou disqualifie un vrai serviteur ? Il est dit qu’un évêque ou un ancien doit avoir des caractéristiques morales et personnelles bien définies (1re épître de Paul à Timothée chapitre 3 versets 1 à 7) : Voyons ces 10 premiers critères accompagnés de témoignage et de retour de mise en pratique au niveau personnel, familiale et de l'église locale... Le texte paraîtra complet sur notre site www.jlgaillard.fr ou directement à cette adresse : https://jlgaillard.fr/les-10-criteres-dun-bon-serviteur-de-dieu-bonjour-pourquoi-leglise-va-si/ Merci de m’avoir suivi et cherchons les vrais bergers selon le cœur de Dieu. Nous partagerons les autres critères prochainement. À bientôt donc. Texte complet sur mon site www.jlgaillard.fr
2/5/202113 minutes, 5 seconds
Episode Artwork

Quelles solutions pour le chrétien sincère en 2021 ? (40)

C’est la principale question qui m’est posée actuellement par de nombreux chrétiens déroutés par la crise du COVID 19 (1) et de la situation de l’état de l’église aujourd’hui (2). Nous entendons partout que les jeunes sont découragés, alors que dire des adultes et des enfants qui sont privés de relation à cause de ce Covid 19 (3 & 4). Que les patrons de petites entreprises sont au bord du suicide, etc. Dans cet univers de découragement, notre véritable espoir est en Jésus-Christ ! Lui seul peut et veut nous aider. Quelle solution pour le chrétien sincère en 2021 ? • D’abord il faut relativiser, notre situation est beaucoup moins catastrophique que celle de nos parents ou grands-parents à la sortie de la guerre, et pourtant, ils en sont sortis ils ont même connu les « 30 glorieuses » • Le Seigneur Jésus-Christ n’a pas changé et règne dans son ciel de Gloire ! Levons-nous chaque matin en rendant gloire à Dieu car il règne • Passons du temps dans la prière sincèrement de tous nos cœurs Jacques 5 :16 • C’est toujours à partir de rien que Dieu peut faire des choses nouvelles. Rappelons-nous les premiers versets de la Genèse, le monde était informe et vide (Tohu Bohu) Dieu a pu créer le monde que nous connaissons. Bien sûr ce monde a été conçu pour que l’homme s’épanouisse dans la communion de son créateur, mais hélas, l’homme l’a perverti et il continue de le détruire de plus en plus. Nous avons des exemples dans la Parole de Dieu où tout semblait perdu, mais quand l’homme revient à son créateur, tout devient alors possible. Exemple : Le retour de David dans 1 Samuel 30 1-4. Lorsque David arriva le troisième jour à Tsiklag avec ses gens, les Amalécites avaient fait une invasion dans le midi ainsi qu'à Tsiklag... Quelle solution pour le chrétien sincère en 2021 ? 1°) Faisons comme David et revenons à l’Éternel de tout notre cœur 2°) Prenons des décisions draconiennes 3°) changeons de façon de vivre, oui, revenons à la source qui est la Parole de Dieu, Josué 1 :8-9 + 10 points importants Si vous voulez plus d’éclaircissement, regardez notre vidéo sur : 11 Critères pour vous assurer que vous êtes dans une bonne église ? (18)https://youtu.be/iYKVyTIGeFA Texte complet sur mon site www.jlgaillard.fr
2/5/202111 minutes, 14 seconds
Episode Artwork

Entendre la voix de Dieu 2° Partie et fin

Les magasins étaient fermés et la plupart des maisons était sans lumière comme si les gens étaient déjà au lit. De nouveau, il ressentit quelque chose : « Va donner le lait aux personnes dans la maison de l'autre côté de la rue ». Le jeune homme regarda la maison. Elle était sombre et il semblait que les gens étaient absents ou bien qu'ils dormaient déjà. Il commença à ouvrir sa portière, puis se rassit au fond de son siège de voiture. « Seigneur, c'est du délire. Ces gens dorment et si je les réveille, ils vont être furieux contre moi et j'aurai l'air stupide » Mais il sentit de nouveau qu'il devait aller donner le lait. Il ouvrit finalement sa portière. « D'accord Seigneur, si c'est toi, j'irai à leur porte et leur donnerai le lait. Si tu veux que j'aie l'air d'un fou, d'accord. Je veux être obéissant. J'imagine que cela comptera pour quelque chose, mais s'ils ne répondent pas tout de suite, je me sauve ! » Il traversa la rue et sonna à la porte. Il pouvait entendre du bruit à l'intérieur. La voix d'un homme cria, « Qui est-ce ? Qu'est-ce que vous voulez ? » Alors la porte s'ouvrit avant que le jeune homme n'ait pu s'en aller. L'homme se tenait là debout en jeans et tee-shirt. Il avait l'air d'être tout juste sorti du lit. Il avait un regard étrange et ne semblait pas très heureux de voir un étranger se tenir sur son seuil. « Que voulez-vous ? » Le jeune homme brandit le litre de lait : « Voilà, je vous ai apporté ceci ». L'homme prit le lait et se précipita au fond du couloir parlant très fort en espagnol. Alors, apparut une femme qui portait le lait vers la cuisine. L'homme la suivait portant un bébé. Le bébé pleurait. L'homme versait des larmes. Il commença à parler tout en pleurant : « Nous étions juste en train de prier. Nous avons eu de grosses factures ce mois-ci et nous avons manqué d'argent. Nous n'avions plus de lait pour notre bébé. J'étais juste en train de prier et je demandais à Dieu de me montrer comment obtenir du lait » Son épouse dans la cuisine cria : « Je lui ai demandé d'envoyer un ange avec du lait. Êtes-vous un ange ? » Le jeune homme prit alors son porte-monnaie et retira tout l'argent qu'il avait sur lui et le mit dans la main de l'homme. Il fit demi-tour et marcha vers sa voiture très ému. Il venait d’avoir la preuve que Dieu exauçait encore les prières.
2/2/20213 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Adrien et le Père Noël (2° Partie et fin)

Le 25 décembre, Adrien entra triomphalement dans la chambre de ses parents. « Le Père Noël existe et il m’a répondu. ». Il brandit les 750 euros et raconta son histoire, les lettres et les réponses. « Maintenant on peut célébrer Noël. Ne serait-ce que pour remercier le Père Noël. » Il avait déjà oublié qu’il avait demandé les 500 euros pour ses sœurs. Les parents ne dirent rien, mais ils étaient consternés. Ils avaient essayé de détourner leur enfant de l’attrait du monde mais l’appel du monde était plus fort que tout. Le père dit simplement : « Donne-moi cet argent ». Adrien jubilait à l’intérieur. « Je suis sûr qu’il va acheter une dinde et des cadeaux, tant pis si on célèbre Noël demain le 26 ». La journée se passa normalement. On ne parla de rien. A table, le père rendit grâce comme d’habitude. Le lendemain, Adrien était encore en vacances. Son papa rentra plus tôt. Il dit à Adrien : « Viens Adrien on va sortir ». Adrien ne pouvait plus attendre. « On va faire les courses, c’est sûr ». Il prit la main de son père et ils partirent. Adrien était très surpris que le père n’aille pas vers les magasins mais vers le bureau de poste. « Tiens, je ne savais pas qu’il y avait un magasin dans ce coin ». Le père entra dans le bureau de poste et il se contenta de montrer un bureau sur la porte duquel était écrit : « Bureau du Père Noël ». Il frappa à la porte. On cria : « Entrez » et là Adrien vit une centaine d’employés qui répondaient à des centaines de lettres. Il fut très choqué. Le père s’approcha de l’un d’entre eux. Il avait à la main la soi-disant réponse du Père Noël et les 750 euros. Il dit : « Mesdames, Messieurs, je crois que cet argent vous appartient. Je suis venu vous le rapporter parce que je ne veux pas que mon fils croie à ces mensonges ». Adrien et son père sortirent du bureau de poste. Ils marchèrent en silence. Après des minutes qui semblèrent interminables, le papa prit la parole : « Tu vois Adrien, plutôt que de monter toute cette mise en scène, tu aurais dû nous parler. Nous aurions pu prier ensemble. Tu vois le but de Jésus ce n’est pas de te frustrer et de t’empêcher d’être heureux, bien au contraire. Mais pas de cette façon. Ce que le monde t’offre est un leurre, non seulement le Père Noël est un mensonge mais tous ces biens matériels n’ont jamais rendu quelqu’un heureux. Si tu creusais un peu sous la surface, tu verrais que beaucoup de tes amis qui se vantent ainsi, ne sont pas si heureux que cela ». Adrien ne savait que répondre. Il savait que son père avait raison mais il était en colère. En colère contre Jésus. Au bout de quelques minutes, son père s’assit sur un banc, il prit Adrien dans ses bras, et il pria : « Seigneur montre à Adrien que toutes ces choses n’ont aucune réalité et révèle-lui ce qui se passe réellement dans le cœur de ses amis » Adrien avait envie de pleurer. A la rentrée, le premier jour de l’école, Cyrille, un de ses amis qui s’était le plus moqué de lui, s’approcha d’Adrien et lui dit : « Tu sais les fêtes ont été un cauchemar. Mes parents se sont disputés tout le temps, je crois qu’ils vont se séparer. Pendant le repas de Noël, mon père a beaucoup bu et il a été odieux avec nous tous. Je vais te dire un secret, je déteste Noël, j’ai toujours détesté. Je n’aime pas les cadeaux que je reçois ; en effet, qu’est-ce que j’en ai à faire qu’un vieux bonhomme que je ne connais pas me fasse des cadeaux. D’ailleurs je ne crois pas au Père Noël. Je préférerais mille fois que mes parents m’avouent que ce sont eux qui font les cadeaux. Mais ce que j’aimerais par-dessus tout c’est qu’ils cessent de se disputer et qu’ils me disent qu’ils m’aiment. C’est toi qui a raison. J’aime l’atmosphère de ta maison. Tes parents ont l’air de s’aimer et c’est le plus beau trésor. Chez toi, il y a la paix. Ta maman est vive et généreuse et ton papa est tranquille et tellement présent, on sent tellement l’amour chez toi. Ça, ça vaut tous les trésors de la terre ».
2/2/20216 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Características de un buen siervo de Dios

Hola, ¿por qué la iglesia está tan mal? ¿Por qué hay tantos abusos en las iglesias evangélicas? Me sorprende ver que hay una carrera por el número de aperturas de iglesias, que los sindicatos de iglesias solo buscan una cosa, tener más y más iglesias asociadas y no importa cuán buenas sean estas iglesias. Busque el número en lugar de la seriedad de estas iglesias. La salud de las iglesias es directamente proporcional a la salud espiritual de los siervos de Dios. Veamos, ¿cuáles son las características de un buen siervo de Dios? Veinte criterios se encuentran en 1° Epístola de Pablo a Timoteo 3 de los versículos 1 al 7, luego otros tres criterios agregados a la lista por Pablo en su carta a Tito capítulo 1 versículo 9 Pero comencemos por definir cómo se llama a veces a un anciano "Obispo ”o en griego “épiskopos”. El que ocupa una función pastoral. ¿Qué es un anciano? Es un servidor.
1/29/202113 minutes, 5 seconds
Episode Artwork

“Dios, la avaricia y el Evangelio (de la prosperidad)” - Jean-Louis Gaillard

Hola amigos, hoy quiero hablarles sobre "¡Detrás de las escenas del evangelio de la prosperidad!" Todos habéis oído hablar de Benny Hinn, el gran predicador del "Mensaje de Prosperidad". Bueno, en 2018 publicó un video en el que se arrepintió de todo lo que dijo sobre la prosperidad. Por supuesto, no voy a juzgar a este hombre, ni ponerme a evaluar sobre la seriedad de su arrepentimiento, porque es solo Dios quien juzga. Es cierto que el verdadero arrepentimiento debe dar frutos como lo hizo en la vida de Zaqueo que se encuentra con Jesús mientras trepaba a un árbol. Está en el Evangelio de Lucas 19 versículos 5-8. (...)
1/23/202117 minutes, 2 seconds
Episode Artwork

¿Deberíamos ser negativos sobre todo lo que está sucediendo en nuestras iglesias hoy?

¡Aquí hay algunos extractos de mi video! Hola, ¿deberíamos ver de una manera negativa algunas de las cosas que están sucediendo en nuestras iglesias hoy? Mi objetivo no es hablar de cosas negativas, ni de criticar por criticar sino de advertir como hicieron los profetas del Antiguo Testamento, y los apóstoles en el Nuevo Testamento y todos los siervos que se preocupan por ver a esta gloriosa iglesia levantarse para representar a Cristo. El apóstol Pablo dice en la carta a los Colosenses 1:29: "Para esto también trabajo, luchando según la fuerza de él, la cual actúa poderosamente en mí". Les aseguro que no estoy de mal humor, sino con el gozo de servir al Señor, por estos medios audiovisuales pero a menudo, tengo un enojo santo cuando veo que la iglesia del Señor va en direcciones incorrectas, Y mi deseo es denunciar esto porque el Evangelio es equilibrado y tenemos que mantener el equilibrio ante todos los excesos actuales. Por supuesto, todos tenemos opiniones diferentes y quiero respetar las opiniones de todos: por ejemplo, si quieres celebrar la Navidad, es tu elección y tienes libertad de hacerlo, Solamente quería desafiarte frente a la Palabra de Dios para que cada uno pueda formarse una opinión al respecto. ¡Porque es demasiado triste ver a los cristianos andar como el mundo sin darse cuenta de lo engañoso que esto puede volverse! Pero la Palabra de Dios nos anima a no jugar a los falsos evangelios porque destruyen a miles de cristianos. El falso evangelio siempre te llevará a una catástrofe material y espiritual en un mayor o menor plazo. Lamentablemente, no todos los siervos de Dios son honestos, y con demasiada frecuencia se encuentran personas interesadas en las finanzas en lugar de estar motivados en realizar la obra de Dios de manera desinteresada. Usan maneras extrañas para recibir el dinero que los cristianos ofrendan para la obra de Dios. 1 Timoteo 4:1-2, dice: "Pero el Espíritu dice claramente que en los postreros tiempos algunos apostatarán de la fe, escuchando a espíritus engañadores y a doctrinas de demonios; por la hipocresía de mentirosos que, teniendo cauterizada la conciencia..". En un futuro cercano, me gustaría hacer un video para responder sus preguntas, incluso preguntas personales: sobre mi ministerio, matrimonio, mi vida familiar, etc. Seguro que tienes preguntas que no nos atrevemos a hacerle a un pastor, pero intentaré responderlas lo mejor que pueda. Te invito a que me envíes tus dudas y estaré encantado de responderte por video. Entiendo que a algunas personas no les gustan mis videos pero seamos amables y fraternos, porque pronto nos encontramos con el Señor. Comprenderá fácilmente que no guardo comentarios adjuntos a un enlace de video. Muy fraternalmente. Su pastor: Jean-Louis Gaillard #JeanLouisGaillard​ #365Historias​ #365histoires​ Si quieres hacerme preguntas escríbeme a: [email protected]
1/18/202116 minutes, 18 seconds
Episode Artwork

04 L'ennemi Insoupçonné 2° Partie et fin.

L'instrument divin pour détruire mon ennemi numéro un. Dieu m’a fait grâce, depuis l’âge de 22 ans, d’identifier mon plus dangereux ennemi : il porte le nom de « péché ». Pour détruire son pouvoir, Jésus le Fils de Dieu a dû quitter l’environnement saint du ciel et s’entourer de pécheurs, qui allaient réclamer Sa mort. Cette mort, de Celui qui n’avait jamais commis de péché, fut l’instrument divin pour détruire mon ennemi numéro un. En acceptant Jésus dans ma vie, en croyant en Lui de tout mon cœur, le pouvoir de destruction et de condamnation du péché fut anéanti en moi par le pardon et la purification. Nous sommes pécheurs signifie que nous sommes péché. Le péché est l’ennemi que peu de gens soupçonne. C’est le pire ennemi, car le plus sournois et le plus destructeur. Il envoie des âmes là où personne ne voudrait se rendre et dont personne ne veut entendre parler. Pourtant, la majorité de l’humanité y va aveuglément, séduite par la tromperie du péché. Car, ce dernier sait se faire oublier par la pratique même de la religion, en noyant notre conscience dans les bonnes œuvres sociales ou religieuses, et que la Parole de Dieu appelle "œuvres mortes" c'est-à-dire qui n'ont aucun pouvoir de nous donner la vie et de nous changer. On ne se débarrasse donc pas aussi facilement du péché. Ce n’est pas une seconde nature que l’on peut assujettir, c’est notre nature première et primitive, indomptable et immuable. Nous sommes pécheurs signifie que nous sommes péché. L'être humain est entièrement corrompu, corps, âme, esprit, selon la description faite par David et utilisée plus tard par l'apôtre Paul: Romains 3 :10-12 Il n'y a point de juste, pas même un seul; Nul n'est intelligent, nul ne cherche Dieu; tous sont égarés, tous sont pervertis. Il n'en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul. Jésus est devenu péché pour nous Pour nous libérer de cette horrible condition, Jésus a dû devenir péché à notre place. 2 Corinthiens 5.21. Celui qui n'a point connu le péché, Il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en Lui justice de Dieu. Il n’a pas été condamné à une peine quelconque, mais à une peine de mort sanglante, car seule la mort et le sang versé pouvaient éteindre son feu. À la croix, le péché a cessé de vivre. Ce miracle est pour tous ceux qui mettent leur foi en Jésus-Christ. Puisse Dieu vous convaincre que c’est là, le seul moyen de salut pour vaincre cet ennemi redoutable ! @Seryjocelyn
1/12/20213 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

.L'ennemi Insoupçonné 1° Partie

On a dit de Staline que son plus grand ennemi fut ce vaisseau sanguin qui éclata à l’arrière de sa tête. Serait-il possible que ce vaisseau témoin de chacune de ses pensées meurtrières n’ait pu supporter le poids de sa conscience, accablée par tous ses crimes ? En effet, Staline avait passé la majeure partie de sa vie à éliminer ses adversaires et même des millions d’innocents, par crainte pour sa personne et par désir de gouverner sans risque de concurrence possible. Vous pouvez vous imaginer le cynisme de celui qui prononça ces paroles : « Un mort est une tragédie, un million de morts est une statistique. » Nous travaillons pratiquement tous à vaincre nos éventuels futurs ennemis Mes amis, nous travaillons pratiquement tous à vaincre nos éventuels futurs ennemis qui menacent notre existence. Ainsi, nous nous consacrons au sport pour vaincre la fatigue, à la diététique pour amenuiser les effets du vieillissement. Certains pratiquent les arts martiaux pour se défendre, d’autres le yoga pour faire le plein de zen, afin de combattre cet ennemi moderne qu’est le stress. En définitive, on est tous au combat contre un ennemi quelconque. Mais, sommes-nous prêts à nous défendre contre celui qui nous frappera subitement et mortellement ? Personne ne connaît réellement le défaut de sa propre cuirasse. Nous sommes tous, un petit peu comme un pauvre Staline et croyons qu’en combattant sur tous les fronts, nous garantissons notre sécurité. Nous avons même acquis l’art d’une manière experte et habile, de refouler, quelque part à l’arrière de notre crâne, ce que notre conscience nous reproche clairement à l’avant et qui assombrit notre regard. L'ennemi qui peut nous tuer est celui qui vit en nous Ce fut le cas de cet ignoble dictateur de Staline qui a même fait exécuter un bon nombre de médecins lors d’un complot que l’on a appelé le complot des blouses blanches. Ce faisant, il élimina, peut-être du même coup, celui qui avait la science pour le guérir. C’est comme cela que nous ignorons souvent que l’ennemi qui peut nous tuer est celui qui vit en nous, et que celui que nous suspectons et que nous cherchons à détruire, est celui qui peut nous sauver. Telle fut d’ailleurs l’œuvre machiavélique des Juifs au temps de Jésus. Ils portèrent la main sur leur Messie et, sans le comprendre, firent de Lui non seulement leur Sauveur, mais aussi Celui du monde entier. @Seryjocelyn
1/11/20212 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

Metas 2021: ¿Cómo planificar el año?

Nos encontramos en este primer mes del año para establecer nuestros objetivos como cristianos para el 2021. Y se lo digo directamente: ¡Solo hay una decisión importante que tomar! Pero eso lo veremos durante el video. Espero que se encuentre bien, que haya comenzado el año con buena salud, y que el Señor le guíe en este 2021. En este nuevo año, los cristianos en Jesucristo, nacidos de nuevo, solo podemos dar gracias al Señor por su protección durante el año que pasó. Y seguimos orando por este nuevo año que comienza. Creemos por la fe que este será un año para su gloria; que podamos conocer aún más al Señor Jesús y sobre todo ser como él. Muchas veces establecemos objetivos que no alcanzamos. Generalmente nos establecemos metas al final del año que se va, para realizar en el año entrante. Y esta tradición de establecerse objetivos es mundial y sorprendente. Cada pueblo, cada cultura, cada comunidad tiene una forma especial de comenzar el nuevo año, y una manera particular de trazarse nuevas metas a alcanzar. Estas son algunas de las tradiciones más simples y sorprendentes: algunas pueden robarnos una sonrisa, como las de India y Japón; donde se da la bienvenida al año pintando la casa y haciendo una gran limpieza con la esperanza de tener una vida mejor. #metas #2021 #JeanLouisGaillard
1/10/202111 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Surmonte Le Mal Par Le Bien de Jocelyn Sery

Romains 12.21 : Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien. Il y a plus grand mal et plus pernicieux que la maladie qui atteint le corps, et c’est celle qui ronge l’âme du chrétien comme un cancer. Je veux parler de l’amertume. C’est de la gangrène intérieure qui peut vous dévorer les émotions, en vous privant de paix et de joie de vivre, pour en finir avec votre foi. Une plaie négligée dès le début, peut aboutir à une infection purulente, et même déclencher une septicémie qui menace directement la vie, en empoisonnant le sang. Ne pas pardonner dès l’offense agit de la même manière. Un danger mortel guette ceux qui refusent absolument de pardonner. Celui qui ne pardonne pas volontairement, en confessant froidement « jamais je ne lui pardonnerai », celui-là se met-il dans une posture favorable, pour continuer sa course en toute sécurité ? Le prochain virage ne risque-t-il pas de lui être fatal, alors qu’aveuglé par les ténèbres, il aura besoin de tout son discernement pour prendre des décisions cruciales. Certains chrétiens blessés croient même que Dieu comprend leur amertume, et qu’Il est de leur côté, au vu de ce qu’ils ont souffert. Pour que cela soit vrai, il faudrait que le Père renie l’œuvre de la croix de Son Fils. Or c’est par elle que nous sommes sauvés, après que Jésus ait souffert injustement pour nous. Sa réponse au mal fut sans équivoque, et Il l’exprima par cette prière : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font ». Luc 23.43. Ainsi, le pardon fait partie intégrante du chemin de la croix que nous devons emprunter pour suivre Jésus. Il est insensé de penser autrement. Alors pourquoi tant de défaites à ce niveau ? Pourquoi tant de chrétiens sont-ils infectés par l’amertume ? Il est possible qu’ils auraient dû faire un mille de plus pour en extraire les racines. Le relâche verbal du pardon n’a pas été suffisante, et la douleur a vite rattrapé la confession. Le mal cherche toujours à faire son nid profondément dans notre âme. Il ne faut jamais tarder à l’en déloger, quoi qu’il nous en coûte. C’est alors que ces paroles du Docteur Paul nous révèlent un excellent remède. Lisez attentivement cette prescription détaillée, et au cas où vous seriez affecté par cette grave pathologie, pratiquez ses recommandations : Romains 12.20–21 : « Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s’il a soif, donne-lui à boire ; car en agissant ainsi, tu amasseras des charbons ardents sur sa tête. 21 Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien ». Si cette attitude est recommandée face à notre ennemi, ne croyez-vous pas qu’elle l’est encore plus, face à tous nos bien-aimés ? Appliquons-nous donc à pratiquer le bien envers notre prochain, en commençant par le bénir. N’empirons pas notre état, en trempant notre langue dans le poison de l’amertume, en proférant de mauvaises paroles à son encontre. Trempons là plutôt dans la Parole du Seigneur et bénissons-le. Elle deviendra ainsi une puissante épée de l’Esprit pour vaincre le mal. N’ayez aucun doute, la guérison germera progressivement. @seryjocelin
1/6/20214 minutes, 15 seconds
Episode Artwork

¿Cómo dejar de preocuparse?

A través de esta nueva historia, el pastor Jean-Louis Gaillard nos enseña acerca de la manera en que podemos dejar nuestras preocupaciones y el peso de las cargas de todos los días en las manos de Dios, quien está ahí para ayudarnos a dejar esos "pequeños paquetes negros". 365 Historias (166)
1/2/20214 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

05. Le Cimetière du Passé Jocelyn Sery

Le passé est un cimetière dans lequel devraient être enterrées toutes les offenses qui nous ont été faites. Il ne serait pas normal de voir des morts s’y balader la nuit, et même le jour. C’est pourtant ce qu’il se passe lorsque nous ne pardonnons pas. Les blessures, tels des cercueils mal scellés, laissent échapper des fantômes qui reviennent nous hanter, et nous priver de notre précieux sommeil. Paul nous dit en Romains 3.13 que notre gosier est parfois comme un sépulcre ouvert, d’où s’échappent des paroles de rancune et de malédiction. Combien de chrétiens n’ont pas fait le deuil des offenses dont ils ont été victimes! En Jésus-Christ, il existe pourtant une grâce assez puissante pour pardonner et oublier. De même que le pardon en Christ a fait mourir tous nos péchés, et que leur souvenir est effacé autant de notre conscience que de la mémoire de Dieu, ainsi la même grâce nous appartient d’oublier le mal que l’on nous fait. Nous rendons grâces à Dieu, de ce que la mort de Christ a ouvert pour chacun de nous un cimetière, dont l’espace infini permet d’y enterrer tous nos péchés et toutes nos offenses. Chaque repentance sincère prononce une condamnation à mort sur chaque péché confessé, et la sentence étant exécutée, le mort ne revivra plus. Chaque pardon que nous accordons de tout notre coeur à notre prochain, agit comme un fossoyeur qui garde secrètement caché le lieu où se trouve la tombe. L’on ne pourra plus jamais y retourner. Ainsi, Dieu ne veut pas qu’on vive avec les morts. Sous l’Ancien Testament, les cadavres étaient vus comme impurs, et celui qui en touchait un devenait lui-même impur pendant sept jours. ( Nombres 19.11). C’est pourquoi, les doctrines qui incitent à fouiller dans le passé, souillent les chrétiens. Il en est ainsi de la cure d’âme, véritable hérésie montrant que la solution à certains problèmes se trouve cachée dans le passé. Pardonner et se repentir, c’est laisser le fossoyeur de la mort de Christ agir en nous. Il s’occupe de tout et efficacement. Préservons la puissance de notre mémoire pour toutes les bonnes choses que Dieu nous accorde, de manière à toujours célébrer la bonté de Dieu. Sinon, nous célébrerions les œuvres du malin par des plaintes adressées les uns contre les autres. N’oublions pas d’être bons et parfaits comme notre Père céleste l’est. L’apôtre Paul nous a ainsi exhorté en Colossiens 3.12–13 : « Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous de sentiments de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi ». @Seryjocelyn
12/29/20203 minutes, 45 seconds
Episode Artwork

Una historia de amor

Esta historia representa el amor de Dios por cada persona al enviar a Su Hijo Jesús a dar su vida por el perdón de nuestros pecados.
12/26/20204 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

Si Tu Veux Aimer La Vie

Dieu est l’auteur de la vie, et le chrétien qui veut aimer sa vie doit absolument veiller sur la façon dont il utilise sa langue. C’est l’enseignement de Pierre dans sa première épître : « Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie Et voir des jours heureux, Qu’il préserve sa langue du mal Et ses lèvres des paroles trompeuses », 1Pierre 3.10 N’est-ce pas incroyable que le bonheur dépende dans une grande mesure, de ce petit organe ? Dieu l’a doté du pouvoir de produire soit la mort, soit la vie. C’est la déclaration de Proverbes 18.21 : « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue ; Quiconque l’aime en mangera les fruits ». BÉNIR OU MAUDIRE ? C’est pourquoi bénir et maudire ont des conséquences indéniables même si elles sont immensurables. Celui donc qui choisit d’aimer la vie doit bénir et ne jamais maudire. Or, la médisance n’est-elle pas le commencement de la malédiction ? Oui, cela commence malheureusement souvent par parler en mal de son prochain, et par le juger. Puis cela peut déraper en lui souhaitant le malheur. L’apôtre Pierre nous l’enseigne dans le verset suivant : « Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure ; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction ». 1Pierre 3.9. LE TRIOMPHE PAR LA CROIX Ainsi donc, en bénissant les autres, et encore plus lorsqu’ils nous font du tort, Dieu nous accorde Sa bénédiction. Pourquoi ? Tout simplement parce que notre vie est associée à celle de Christ dans Sa mort et Sa résurrection. De même qu’à la croix, le Seigneur répondit à ceux qui Le crucifiaient injustement en ne leur souhaitant aucun mal, mais en leur pardonnant, de même nous héritons la bénédiction en Christ, lorsque nous suivons Ses traces en bénissant nos ennemis. C’est ici ce que la puissance de la croix de Christ accomplit en notre faveur, en tournant le mal que l’on nous fait en bénédiction. Toutefois, il nous faut veiller à bénir, et non à répondre mal pour mal et injure pour injure. En effet, celui qui est sous la bénédiction divine, ne peut qu’apprécier la vie avec bonheur et à sa juste valeur, c’est-à-dire comme un don de Dieu. Sans cela, nous ne trouverions aucune joie à exister ni à servir le Seigneur et la dépression ne se coucherait jamais trop loin de la porte de notre âme. Chaque souffrance infligée par les autres est l’occasion d’hériter la bénédiction de Dieu, à condition toutefois de les bénir en retour, sinon elles pourraient davantage nous en éloigner. Or Dieu nous a appelés à hériter de Lui. Alors n’oubliez pas l’enseignement de l’apôtre Pierre : Si vous voulez aimer la vie Et voir des jours heureux, Préservez votre langue du mal Et vos lèvres des paroles trompeuses Texte de Jocelyn Sery @seryjocelyn
12/23/20203 minutes, 34 seconds
Episode Artwork

Jérémie Et Elie

Jérémie 12.5 : « Si tu cours avec des piétons et qu’ils te fatiguent, Comment pourras-tu lutter avec des chevaux ? » Aujourd’hui, Dieu nous fait courir avec des piétons pour nous préparer à une course plus défiante, la course avec les chevaux. Ces piétons nous rappellent les situations de la vie courante quotidienne, tandis que les chevaux sont un défi d’un cran plus haut. L’on est alors dépassé par les évènements, et il nous faut galoper pour être à la hauteur. Ainsi, Dieu exhorte Jérémie à ne pas céder au découragement lorsqu’il est confronté aux piétons, car il lui serait alors impossible d’affronter les chevaux. Je connais un seul homme qui a littéralement remporté la course avec des chevaux, c’est Élie le prophète. La performance est rapportée en 1Rois 18.45–46 : « Achab monta sur son char et partit pour Jizréel. 46 La main du Seigneur fut sur Elie, qui passa une ceinture à ses reins et courut devant Achab jusqu’à l’entrée de Jizréel ». Élie battit ce record sans aucun entraînement ; ce fut un miracle de Dieu. Il en est de même du chrétien qui ceint ses reins de la vérité de l’évangile : il expérimente le miracle de courir beaucoup plus vite que n’importe quel croyant confortablement installé dans le char de la vie mondaine ou de celui de la religion. À ce sujet, les Galates retournant à la circoncision, Paul leur demande : « Vous couriez bien : qui vous a arrêtés pour vous empêcher d’obéir à la vérité ? » Galates 5.7. La course chrétienne est un miracle, mais celui qui abandonne la vérité, se prendra les pieds dans sa robe de justice, et chutera inévitablement. Ainsi, la ceinture est indispensable pour courir jusqu’au bout sans trébucher. De l’autre côté, le Seigneur voulait former en Jérémie de l’endurance pour accomplir sa mission. Il devait profiter des défis à relever avec les piétons, afin d’être prêt à affronter l’épreuve des chevaux dans son ministère. Ces deux prophètes illustrent deux vérités complémentaires de la vie chrétienne : Élie représente l’aspect miraculeux de la course chrétienne, alors qu’il est saisi par l’Esprit du Seigneur. Tandis que Jérémie est un puissant encouragement à s’exercer quotidiennement à la piété, et à laisser Dieu nous façonner pour muscler notre maturité. La course de Jérémie est une formation permanente pour augmenter progressivement en force, tandis que celle d’Élie est le produit pur de la manifestation inattendue du Saint-Esprit alors que nous marchons dans la vérité. Les deux sont d’une valeur irremplaçable pour ceux qui veulent servir Dieu. Texte écris par Jocelyn Sery @seryjocelin
12/20/20203 minutes, 23 seconds
Episode Artwork

SAUVÉS PAR LA PRÉDICATION DE LA CROIX !

1Corinthiens 1.18 : « Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés elle est une puissance de Dieu ». S’il y a bien une prédication qui devrait être considérée de la plus haute importance pour un chrétien et pour une église, c’est bien celle de la croix. Celle-ci est une puissance de Dieu pour sauver ceux qui sont sauvés. Notez bien que Paul affirme qu’elle est une puissance de Dieu pour nous qui sommes sauvés. Plus en avant, en 1 Corinthiens 1.21, Paul demeure sur les mêmes affirmations en disant : « Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu, il a plu à Dieu dans sa sagesse de sauver les croyants par la folie de la prédication ». Ici l’apôtre parle de sauver les croyants. N’est-ce pas étrange puisque les croyants sont déjà sauvés ? En fait, cela nous montre que si nous sommes déjà sauvés par la grâce, par le moyen de la foi, l’œuvre de notre salut ne fait que commencer à notre nouvelle naissance. La prédication de la croix tient ensuite le rôle principal de cette œuvre, elle nous garantit l’achèvement de la sanctification et celle de notre course. Nous n’aimons pas conjuguer le verbe sauver au futur ; nous ne le faisons qu’au passé et au présent. Pourtant les Écritures le font bien à notre place. Regardez par exemple ce verset : 1 Timothée 4.16 : Veille sur toi-même et sur ton enseignement ; persévère dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent. Ce n’est ici qu’un verset parmi tant d’autres. Ils nous rappellent que rien n’est joué, ni gagné, et que tant que nous demeurons dans la chair, exposés aux tentations, nous devons être vigilants. Veillons donc sur nous-mêmes, avec une vigilance accrue, car les temps sont mauvais. Accueillons, les cœurs grands ouverts le message de la croix. C’est une puissance de Dieu pour nous sauver, nous les croyants. C’est grâce à cette prédication que l’apôtre Pierre dit en 1 Pierre 1.5 : « à vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps ! » Cette prédication est la puissance de Dieu agissant en nous, et nous préparant pour notre rendez-vous céleste, lorsque nous irons à la rencontre du Seigneur sur les nuées, au jour de l’enlèvement et de la résurrection des morts. Texte de Jocelyn Sery à retrouver sur les réseaux sociaux à @seryjocelyn
12/17/20203 minutes, 3 seconds
Episode Artwork

Navidad a la luz del Evangelio

Hola amigos, Después de unos meses de ausencia, debido a una actividad abrumadora, vuelvo para compartir con ustedes un tema que me gusta mucho: "Nuestra libertad en Jesucristo". Parece que esta época del año, en la que estamos ahora, es el tiempo favorito de muchos. El año pasado publiqué un video al que muchos reaccionaron y cuyo titular decía: "¿Deberían los cristianos celebrar la Navidad?" Pero, esta vez, vuelvo a esta época precisa del año para intentar traer un poco más de luz sobre este tema de la navidad... ¡Que el Señor Jesús nos ilumine! ¡Busquemos verdaderamente hacer Su voluntad para nuestra vida! Fraternalmente en Jesucristo. Su pastor Jean-Louis Gaillard.
12/15/202011 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

DE QUEL CÔTÉ ES-TU ?

DE QUEL CÔTÉ ES-TU ? Jocelyn Sery 4-12-2020 Quelle différence entre un chrétien légaliste et un chrétien selon le coeur de Dieu ? Le chrétien légaliste a un comportement tellement spirituel qu’il oublie qu’il est aussi humain, tandis que le chrétien selon le coeur de Dieu peut être parfaitement humain sans devenir charnel. Le premier s’élève avec orgueil, le deuxième s’abaisse avec humilité. L’un se place au-dessus de son prochain et l’autre se met à la place de son prochain. L’un est fier de sa force, et l’autre est brisé par sa faiblesse. L’un ne tolère aucune faiblesse alors que l’autre ne s’appuie pas sur sa force. Car la faiblesse du premier est sa force tandis que la force du second est sa faiblesse. L’un prend la place du juge, et l’autre se met à la place de celui qui est jugé. L’un exige réparation, et l’autre se satisfait de la repentance. L’un ne peut supporter des reproches, tandis que l’autre se rassasie d’opprobre. L’un demande un procès et l’autre oublie les offenses. L’un veut prouver qu’il a raison et l’autre se dit qu’il a aussi ses torts. L’un réclame justice et l’autre demande miséricorde. L’un scrute les défauts de son prochain, l’autre voit les siens. L’un cherche la paille dans l’œil des autres, et l’autre n’ose le faire à cause de la poutre dans le sien. L’un pointe du doigt, l’autre frappe sur sa poitrine. L’un étale sa connaissance tandis que l’autre la retient. L’un croit qu’il connaît tout, l’autre ne connaît que la croix. L’un parle de ses richesses, l’autre reconnaît sa misère. L’un se croit arrivé, l’autre se demande s’il a vraiment commencé. Alors toi, es-tu l’un ou bien l’autre ? Peut-être es-tu tout simplement de temps à autre l’un, Et de temps en temps, l’autre. Sois sincère, car Dieu résiste aux orgueilleux, mais Il fait grâce aux humbles. Jocelyn Sery
12/14/20202 minutes, 47 seconds
Episode Artwork

Misericordia Inexplicable (180)

Una historia que nos hará pensar en el amor de Dios que todo perdona, a causa de su gran amor y misericordia por cada uno de nosotros. Una nueva historia del pastor Jean-Louis Gaillard. (180)
12/12/20204 minutes, 19 seconds
Episode Artwork

El Hombre Y La Serpiente - 365 Historias (133)

En esta nueva historia del pastor Jean-Louis Gaillard, abordamos el tema del pecado y de la manera en que podemos ser libres de lo que nos ata espiritualmente.
12/6/20203 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

El Señor es mi pastor

Es de noche, muy tarde y el pastor continúa trabajando en su oficina. De repente suena el teléfono. ¿Quién puede ser a esta hora? Se preguntó. « Hola, ¿quién habla? Sí, yo soy el pastor. Ah, es usted, el periodista... No, no. No es molestia. Sé porqué me llamas. Es por el título de la predicación de mañana… Es un honor ser parte de sus columnas. Sí, pastor. No me llamó en todo el día y como tengo que terminar la edición del periódico para enviarla a imprenta, pensé en llamarlo. ¿Podría decirme el tema de este domingo? Claro, es simple. Hablaré del Salmo 23. « El Señor es mi pastor » (143)
11/28/20202 minutes, 4 seconds
Episode Artwork

La experiencia de un ateo - 365 Historias

"Ateo o perezoso" es una historia que le hará reflexionar. Forma parte del proyecto del pastor Jean-Louis Gaillard titulado "365 Historias".
11/21/20201 minute, 49 seconds
Episode Artwork

Luttes

Un homme se promenait sur un petit chemin quand il aperçut un cocon fixé à une branche sur le bord du chemin. Passionné de papillons, il décida de le ramener chez lui. Pour cela, il l'enveloppa avec précaution dans son mouchoir. Il le mit ensuite dans un bocal sous le regard amusé de sa femme et fit des trous sur le couvercle. Il le plaça bien en vue pour pouvoir observer l'évolution. Régulièrement, il examinait le cocon dans son enveloppe. Celui-ci bougeait et à certain moment, se mettait à trembler tellement il était actif. Quand les tremblements devinrent de plus en plus forts, l'homme se dit : — Je vais l'aider un peu, sinon il va mourir d'épuisement à trembler ainsi. Il prit donc des petits ciseaux bien pointus et coupa délicatement et superficiellement sur le côté du cocon. Très vite une aile sortit, l'autre suivit immédiatement. Enfin les efforts si intenses pouvaient s'arrêter ! Le papillon marchait sur le bord du bocal. L'homme attendait le moment où il allait le voir voler mais rien ne se produisit. Les jours passaient et le papillon ne volait toujours pas ! Il demanda conseil à un ami professeur de sciences, en lui expliquant tout ce qu'il avait fait. Et tout de suite ce professeur lui répondit : — Il ne volera jamais. C'est la lutte et la souffrance qui lui donnent la force et le préparent à voler. La même chose se produit si on veut aider un poussin à sortir de sa coquille. La lutte et les efforts que fait le poussin à l'intérieur de sa coquille le fortifient et le préparent à sortir par lui-même. Il est très important qu'il arrive au point où il peut briser lui-même sa coquille. Et selon les scientifiques, les efforts qu'il fait sont énormes, on pourrait dire avec humour « surhumains ». Malheur à celui qui voudrait l'aider en cassant la coquille avant l'heure... le poussin mourrait avant même de sortir ! Le Seigneur a fait dans la création beaucoup de choses qui sont des modèles pour nous dans notre vie spirituelle. Voyez l'exemple du cocon et du poussin, c'est pareil pour nous les humains. Les luttes et les souffrances de la vie sont là pour fortifier notre foi.
11/13/20203 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

70 ans de Vie et Lumière en MP3

L'histoire passionnante du réveil parmi le peuple des voyageurs Tziganes, en France et à travers le monde. Thème : 70eme anniversaire de vie et lumière Pasteur et enseignant : Charles Welty ( Tarzan ) Mouvement : Vie et lumière
9/5/202038 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

El perdón del hijo pródigo - 365 Historias (42)

Basado en una historia real.
8/22/20203 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

"Le rompí la pata" - 365 Historias (43)

Una emotiva historia.
8/22/20202 minutes, 23 seconds
Episode Artwork

El hombre y la silla - 365 Historias (44)

Una historia atrapante.
8/21/20202 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Prohibido pescar desde el balcón - 365 Historias (45)

Una historia interesante.
8/20/20203 minutes, 8 seconds
Episode Artwork

Sus últimas palabras - 365 Historias (46)

Una emotiva historia.
8/19/20201 minute, 43 seconds
Episode Artwork

Un sueño - 365 Historias (48)

Una historia atrapante.
8/18/20206 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

Examen de honestidad - 365 Historias (47)

Un gran mensaje.
8/17/20202 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

Escuchar la voz de Dios - 365 Historias (52)

Una historia que nos dejará una gran enseñanza.
8/16/20205 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

Un viento salvador - 365 Historias (65)

Una emocionante historia.
8/15/20203 minutes, 43 seconds
Episode Artwork

Compartamos el Evangelio siempre - 365 Historias (66)

Una historia emotiva acerca de John Wesley.
8/14/20201 minute, 58 seconds
Episode Artwork

Responda: sí o no - 365 Historias (75)

Una historia impactante.
8/14/20201 minute, 40 seconds
Episode Artwork

L'Éternel fit souffler sur la mer

Emmené par le courant, l’énorme voilier dérivait peu à peu vers un dangereux récif. Le commandant à bord fit de son mieux pour empêcher le bateau d’échouer, mais hélas le vent faisait défaut. Les rochers devenaient de plus en plus distincts au fur et à mesure que le navire les approchait. Alors le capitaine, angoissé, annonça aux passagers que la catastrophe serait inévitable. — J’ai fait tout ce que j’ai pu, leur dit-il. Mais sa confession fut saluée d’un « non, il y a encore une chose à faire ! » Cette parole venait d’un missionnaire accompagné de trois autres. Tous étaient en route pour la Chine. — Nous pouvons encore prier, dit-il. Demandons tout de suite à Dieu de faire lever le vent. Aussitôt dit, aussitôt fait. De la part de ces quatre chrétiens une fervente prière monta au Seigneur qui soudain, fit souffler un vent fort. Le voilier fut sauvé. Le missionnaire en question était Hudson Taylor. Quelques années plus tard, il apporta l’Evangile à l’intérieur de la Chine où la Bible était encore inconnue. Il y posa les bases d’une église fidèle jusqu’à aujourd’hui et il fonda l’Union Missionnaire d’Outre-mer, qui aujourd’hui encore, propage la Parole de Dieu dans les pays orientaux. Quand devant le danger, nous sommes désespérés, il y a encore quelque chose à faire : nous pouvons prier celui qui est le Seigneur de toute la terre. Il est toujours capable de nous secourir.
8/14/20202 minutes, 28 seconds
Episode Artwork

"Toma tu dinero" - 365 Historias (123)

Una historia con una gran enseñanza.
8/13/20202 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Esperar en Dios - 365 Historias (124)

Una historia con un gran mensaje.
8/12/20202 minutes, 32 seconds
Episode Artwork

El coraje de dar testimonio - 365 Historias (125)

Una historia entre una estudiante y su maestro.
8/11/20203 minutes, 44 seconds
Episode Artwork

¡Cuánto pesa el pecado! - 365 Historias (126)

Un testimonio edificante.
8/10/20202 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

Quiero Ser Su Amigo - 365 Historias (127)

Cuando la gracia de Dios se manifiesta en nuestras vidas...
8/9/20202 minutes, 18 seconds
Episode Artwork

Limpiemos nuestra fuente - 365 Historias (128)

No dejemos que nuestra fuente se contamine.
8/8/20203 minutes
Episode Artwork

Questions-Réponses. Trois pasteurs répondent à vos questions !

Questions : 1- Un chrétien peut-il jouer aux jeux d'argent, de hasard ? - 1:01 2- Un chrétien peut-il porter des bijoux et des perles précieuses ? - 3:57 3- Comment être baptisé du Saint-Esprit ? Le baptême du Saint-Esprit est-il toujours accompagné du parler en langue ? - 6:10 4- Pour certains péchés, faut-il les confesser aux autres pour être libéré ? - 9:16 5- Sachant que nous sommes le temple du Saint-Esprit et soumis à l'autorité de Jésus-Christ, Satan peut-il mettre des questions dans notre tête ? Et peut-il y répondre en nous faisant croire que c’est Dieu qui nous parle ? - 13:49 6- Dans mon travail, presque tout le monde est malhonnête. Je reste intègre mais je vois ce que mes collègues font. Dois-je les dénoncer ? Suis-je coupable si je ne dis rien ? Que dois-je faire ? - 17:05 7- Quand Jésus a été tenté, a-t-il été emmené physiquement dans le désert, sur le haut du temple, sur une haute montagne, … ou bien Satan lui a-t-il parlé en esprit ? - 20:42 8- Le sujet de l’argent est de plus en plus dans la bouche des pasteurs. Des promesses de richesse sont prêchées dans mon église si je donne mon argent. J’ai un cœur pour donner mais il semble que ça n’est jamais assez, et je culpabilise car je ne gagne pas beaucoup d'argent. Vais-je être privé de bénédiction si je n’obéis pas au pasteur ? (question de la semaine dernière) - 24:10 9- Pourriez-vous m’expliquer ce verset de jean 16.8 : « le Saint-Esprit convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement » ? Quels sont ces 3 choses exactement ? - 30:38 10- Est-ce biblique de donner un nom ou d’accrocher un logo sur une assemblée du corps de Christ ? - 32:55 11- Est-ce biblique d’avoir une école de disciples qui forme au ministère d'autorité de prophète ? - 34:31 12- Est-ce biblique que le pasteur choisisse l'équipe avec qui il travaille, les établisse comme il veut, et exclut qui il veut ? - 38:55 13- Je suis une femme pasteur. Je vous ai entendu parler que le ministère est réservé aux hommes. Pourtant, je sers le Seigneur de tout mon cœur et je sens que c’est ma place. Dans l’histoire, des femmes comme Catherine Kulman ont été utilisées par Dieu et beaucoup de miracles se sont produits par son ministère. Pourquoi donc devrais-je quitter mon ministère ? - 43:57 14- Un mari peut-il dire à sa femme d’être soumise ? Certains hommes profitent de leur position et ne réalisent pas qu'ils le font de manière légaliste.- 47:41 15- Dans Matthieu 9.8 il est écrit "Quand la foule vit cela, elle fut émerveillée et célébra la gloire de Dieu, qui a donné un tel pouvoir aux hommes". Est-ce que Dieu a donné ce pouvoir à l’homme en général (hommes et femmes) ou juste aux hommes ? - 50:27 16- Avant de me marier, faut-il que j’en parle parler aux avec les anciens et avec parents de la fille ? - 51:19 17- Puis-je avoir des relations avec elle avant le mariage ? - 53:30 18- La Bible dit : « Éprouvez les esprits ». Mais comment fait-on exactement ? - 56:04 19- Dans la fin des temps, y aura-t-il des hommes qui marcheront dans la puissance d'Eli ? - 59:40
8/8/20201 hour, 3 minutes, 45 seconds
Episode Artwork

Felix Mendelssohn Y El Organista - 365 Historias (129)

Un encuentro entre dos músicos.
8/7/20204 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

El Origen Del Naufragio - 365 Historias (130)

La verdad siempre sale a la luz.
8/6/20202 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

Bajo la sombra de tus alas - 365 Historias (35)

Una impactante historia acerca de un hombre que confió en Dios.
8/5/20202 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

La subasta - 365 Historias (41)

Una historia emocionante.
8/4/20204 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

La viejita y el hijo del pastor - 365 Historias (33)

Un emotivo relato.
8/4/20206 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

¿Rico o pobre? - 365 Historias (39)

Una historia con un profundo mensaje.
8/3/20203 minutes, 55 seconds
Episode Artwork

Tout cela est-à toi ?

Carl était un homme très, très riche. Il possédait de grandes propriétés. Un de ses passe-temps favoris était de monter à cheval se promener pour se pavaner à travers sa vallée, regarder tout ce qu’il possédait et se féliciter de sa grande richesse. La vie d’un homme ne dépend pas de ses biens... Un jour, Carl monta sur une colline. Au loin il aperçut un de ses commis fermiers, un vieil homme prénommé Hans. Il alla à sa rencontre. Hans lui demanda à qui appartenait ce château, bien visible avec ses tours, en haut de la colline. ― À moi, répondit le Seigneur. Puis, pour étonner davantage encore le paysan, il ajouta : "Vois-tu cette vaste forêt, ce beau lac, ces prés, ces champs… ? Tout cela m’appartient, c’est à moi !" L’homme le regarda longuement puis, il lui montra le ciel : "Et cela, est-ce à toi ?" Si nous n’avons regardé jusqu’alors qu’aux choses matérielles qui n'existent que pour un temps limité ici-bas, laissons-nous interpeller par la question si sérieuse du paysan : "Et cela, est-ce à toi ?" Jésus a dit que la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, même s’il est dans l’abondance. Ce n’est pas l’héritage terrestre qui importe, mais l’héritage céleste, héritage qui n'est pas constitué de propriétés et comptes en banque, mais qui découle de notre foi en Jésus-Christ. Pour nous, notre cité est dans les cieux… Philippiens 3.20 Une prière pour aujourd'hui Seigneur ma vraie richesse, c'est toi ! Je ne regrette rien de ce que je ne possède pas. Que je puisse toujours me réjouir en toi et être reconnaissant(e) que tu m’as appelé(e) à te suivre pour l'éternité. Amen.
8/2/20202 minutes, 53 seconds
Episode Artwork

¿Cómo quién? - 365 Historias (40)

Una historia que nos enseña a quién debemos imitar.
8/2/20203 minutes, 23 seconds
Episode Artwork

Oro acumulado durante muchos años - 365 Historias (38)

Una historia impresionante.
8/1/20203 minutes
Episode Artwork

Escondido debajo de la cama - 365 Historias (37)

Una historia que nos deja una fuerte enseñanza.
7/31/20202 minutes, 32 seconds
Episode Artwork

El pequeño aprendiz marinero - 365 Historias (36)

Un relato atrapante.
7/30/20204 minutes, 8 seconds
Episode Artwork

Bajo la sombra de sus alas - 365 Historias (35)

Una historia emotiva que nos muestra el amor de Dios.
7/29/20202 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

Témoignage de Stal J-F Miraculé du COVID 19 !

Notre frère a attrapé le COVID 19 le 27 mars 2020, il a été 22 jours dans le coma où il est passé plusieurs fois près de la mort, mais les frères priaient pour lui et Jésus l'a guéri et la redonner aux siens. Exactement comme l’Apôtre Pierre dans Actes 12 : 1-11 Gloire au Seigneur ! Notre frère vit dans la région Parisienne dans une caravane, il fait partie des gens du voyage et il prêche l’Évangile comme pasteur ! Écoutez-le !
7/29/20206 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

La puerta marcada con sangre - 365 Historias (32)

¿Esta historia te resulta familiar? El pueblo de Dios fue salvado por la marca de sangre en las puertas de las casas, evitando que el espíritu de muerte los tocara, esto lo podemos leer en Exodo 11:1-10, pero tambien lo vemos hoy en día, como una sangre nos cuida de la muerte, la sagre de Jesús que fue derramada nosotros en la cruz, nos limpia y nos protege del mal que nos acecha.
7/28/20202 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

Asombrosas riquezas en reserva - 365 Historias (31)

Una poderosa historia con una gran enseñanza.
7/27/20203 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

Él cambió las cervezas por muebles - 365 Historias (30)

Una nueva historia con un mensaje poderoso.
7/26/20201 minute, 40 seconds
Episode Artwork

Ne crains pas !

J’allais subir une grave intervention chirurgicale, et, pour me donner du courage, je me mis à chercher dans la Bible tous les « ne crains pas ». J’étais ainsi occupée lorsque le chirurgien passa et s’arrêta près de mon lit. — Que lisez-vous là ? — La Bible, docteur. Et je lui montrai le verset 5 du 1er chapitre du livre de Josué : Je serai avec toi ; je ne te laisserai point et je ne t’abandonnerai point. — Ah ! dit-il, vous cherchez à vous encourager ; n’ayez pas peur, tout ira bien. — Je n’ai pas vraiment peur, repris-je, mais j’ai besoin de la confiance que me donne mon Père céleste. — Bien, dit-il, vous avez probablement raison. J’aimerais bien avoir encore la foi simple que j’avais autrefois. Courage, dit-il encore en s’en allant, ce ne sera pas aussi mauvais que vous le croyez. L’infirmière me raconta ensuite que, pendant l’opération, sous l’influence de l’anesthésie, j’avais chanté le cantique « Reste avec moi, Seigneur » ; et tout le personnel en avait été très impressionné, plus particulièrement, le chirurgien. Quelle ne fut pas ma surprise et ma joie lorsque, quelques jours plus tard, il s’approcha de mon lit en murmurant : « Tout va très bien, petite madame ! Il faut que je vous le dise : j’ai retrouvé ma foi en Dieu et dans la Bible ». Ne crains rien, car je te rachète, je t’appelle par ton nom : tu es à moi ! Si tu traverses les eaux, je serai avec toi ; Et les fleuves, ne te submergeront point ; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, et la flamme ne t’embrasera pas, Esaïe 43 : 1-2.
7/26/20202 minutes, 44 seconds
Episode Artwork

Rescatado por el gran ingeniero - 365 Historias (29)

Una nueva historia con una gran enseñanza.
7/25/20202 minutes, 27 seconds
Episode Artwork

El hombre depresivo - 365 Historias (28)

Una historia con una poderosa enseñanza.
7/24/20201 minute, 37 seconds
Episode Artwork

La foi d'une mère (2 partie et fin )

Une autre fois, elle se trouva dans l’incapacité de payer la scolarité de ses enfants. Par ailleurs, son mari lui faisait des reproches en la rendant responsable de cette situation. Il lui disait que le déshonneur d’être endettés était la conséquence de son entêtement, ce qui rendait encore plus pénibles ces soucis financiers. Néanmoins, elle proclamait avec une confiance invariable que le Seigneur allait bientôt intervenir et les libérer. La réponse de son mari était : « Nous verrons, nous verrons plus tard, le temps nous le montrera ! » Au milieu de ces circonstances très éprouvantes, alors qu’un jour, son mari était à son bureau absorbé dans ses méditations, le facteur apporta trois lettres, postées des différentes villes où les garçons étaient à l’école. Ces lettres disaient qu’à moins que les dettes ne fussent promptement payées, les garçons seraient renvoyés ! Leur père lut ces lettres avec un énervement grandissant, et les jetant par-dessus la table devant sa femme qui rentrait dans la pièce, il s’écria : « Tiens, regarde-moi cela ! et paie donc tes dettes avec ta foi ! Moi, je n’ai pas d’argent, et je ne sais où en trouver ! » Se saisissant des lettres, ma mère jeta rapidement un coup d’œil dessus, avec un visage grave, mais elle répondit fermement à son mari : « Tout va bien, la cause est entendue, car Celui qui a dit l’or et l’argent m’appartiennent, va trouver facilement une solution pour nous. Après avoir dit cela, elle sortit hâtivement de la pièce. » Notre père pensa immédiatement qu’elle allait, comme elle l’avait déjà fait, voir un ami qui nous avait aidés auparavant ; mais il se trompait car, cette fois-ci, ses pas la conduisirent dans une autre direction. Nous avions, à la cure, une petite pièce tout en haut, fermée par une porte-trappe. Derrière cette porte, elle savait qu’elle pouvait se mettre à genoux et commencer à s’entretenir avec Celui en qui elle pourrait trouver la force d’élever ses enfants. Elle étala devant Lui les fameuses lettres, et Lui parla des moqueries de son mari. Elle Lui rappela aussi comment sa vie avait été rachetée des portes de l’enfer et de la mort, afin de sauver et élever ses enfants. Elle déclara ensuite qu’elle ne pouvait pas croire qu’Il l’avait abandonnée dans ces circonstances ; elle ne pouvait se résoudre à croire que Dieu, pour la première fois, se détournerait d’elle. Pendant ce temps son mari l’attendait au pied des escaliers. La nuit vint, et elle n’apparaissait toujours pas ! Sa fille aînée, dont le prénom était Béate, monta les marches quatre à quatre et l’appela, mais sa mère lui répondit : Quand je serai prête, je descendrai ! » Les heures passèrent ainsi, et bientôt en bas des escaliers, son mari, les enfants, tous commençaient à s’effrayer, n’osant pas toutefois la déranger davantage encore. A la fin, la porte s’ouvrit, et elle sortit, le visage resplendissant d’une merveilleuse lumière ; la plus petite de ses filles pensa que quelque chose d’extraordinaire était arrivé ; courant se jeter dans les bras de sa mère, elle s’écria : — Maman, que s’est-t-il passé ? Est-ce que les anges ont apporté l’argent ? — Non, mon enfant, répondit sa mère avec un sourire, mais maintenant, je suis absolument certaine que la fin de notre souci d’argent est proche...
7/24/20207 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Salvados por sangre - 365 Historias (27)

1 Pedro 1: 18 y 19 "Sabiendo que fuisteis rescatados de vuestra vana manera de vivir, la cual recibisteis de vuestros padres, no con cosas corruptibles, como oro o plata, sino con la sangre preciosa de Cristo, como de un cordero sin mancha y sin contaminación" Fuimos salvados por la sangre de un hombre que nos amo, fuimos salvos por la sangre de Dios hecho hombre, nuestro Señor Jesús, limpio nuestras iniquidades y nos dio entrada al Padre, no esperes mas y ve a sus pies, ¡Él espera que abras tu corazón!
7/23/20202 minutes, 16 seconds
Episode Artwork

La ropa sucia por la ventana - 365 Historias (28)

No podemos juzgar a los demas por sus errores, nosotros somos iguales, cometemos errores pero Dios con su amor nos limpia y nos purifica para poder estar delante de Él!
7/22/20202 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

Don Roth - 365 Historias (30)

2 Corintios 9:7 "Cada uno debe dar según lo que haya decidido en su corazón, no de mala gana ni por obligación, porque Dios ama al que da con alegría." Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/
7/21/20202 minutes, 17 seconds
Episode Artwork

Ser fiel en lo poco - 365 Historias (31)

Lucas 16:10 "El que es fiel en lo muy poco, es fiel también en lo mucho; y el que es injusto en lo muy poco, también es injusto en lo mucho." ¡Dios te bendiga! Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases
7/20/20206 minutes, 16 seconds
Episode Artwork

No mate al perro - 365 Historias (22)

Una noche, unos ladrones buscaban la manera de entrar en la casa de un hombre que trataba de dormir. El perro de la casa amarrado en el patio comenzó a ladrar. El amo le ordenaba al perro que se callara, pero no había nada que hacer, finalmente sacó su rifle y mató a su perro. Así, a veces Dios nos habla pero nosotros no queremos escuchar...
7/19/20202 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Une réponse judicieuse

Au plein milieu de la guerre, lors de la création d’une des œuvres dramatiques de Paul Claudel à la Comédie Française en 1943, un critique littéraire demanda à l’auteur : — Comment pouvez-vous croire en Dieu, quand vous voyez les guerres qui ravagent la terre ? — Comment pouvez-vous supporter ces guerres, répliqua Claudel, si vous ne croyez pas en Dieu ? Sa réponse ne manquait pas d’à-propos. Nous connaissons tant de personnes qui se disent croyantes mais qui, dès que survient un événement qui les déconcerte (et il n’en manque pas dans ce monde ni dans nos propres vies), s’écrient : « S’il y avait un Dieu, il ne permettrait pas cela… » Notre planète est ravagée par le péché, et les événements iront en empirant, la Bible le dit. Mais le Seigneur a le pouvoir de nous secourir au sein de la tourmente, et de nous donner de supporter ce qui, sans son aide, nous serait insupportable. Car, du fait qu’il a souffert lui-même lorsqu’il fut tenté, Jésus peut secourir ceux qui sont tentés, Hébreux 4 : 14-16. #guerre #milieu #création #œuvre #dramatique #comédie #française #ravager #France #supporter #croire #dieu #réponse #personne #connaître #événement #découverte #vie #permettre « cela # planète #ravager #péché #empirant #bible #pouvoir #secourir #sein #tourmente #supporter #aide #insupportable #souffert #tenter #secourir
7/17/20202 minutes, 43 seconds
Episode Artwork

Vers une société nouvelle ?

Le progrès technique a mis en place de formidables moyens de manipulation des masses. On a ouvert ainsi la voie, sans s’en rendre compte, à tous les débordements irrationnels : drogue, musique liée à l’occultisme, philosophies païennes, mépris de la famille et de la vie, violence. Ce n’est pas seulement un glissement incontrôlé, c’est une évolution organisée sous la conduite du diable, et visant particulièrement la jeunesse. Le but est de façonner des hommes nouveaux, affranchis des vieilles contraintes jugées insupportables. On veut fonder une société nouvelle dont le dieu soit l’homme. Le mouvement quelquefois appelé « Nouvel Age » porte ce caractère. Dieu a créé l’univers pour déployer magnifiquement sa gloire et son amour ; la créature a profané sa gloire et son amour. Eh bien, le péché ne triomphera pas, il est puni de mort ; le monde ne prospérera pas, il sera détruit ; et la majesté de Dieu brillera de tout son éclat. Mais les hommes, ces créatures que Dieu ne cesse pas d’aimer… ? Il veut les arracher au péché et au monde. Il a formé et réalisé un plan digne de Lui. L’outrage fait à Dieu par le péché trouve son châtiment dans la mort du Fils de Dieu. Et l’homme pécheur, s’il se reconnaît tel et croit en Jésus-Christ, trouve la paix avec Dieu. Tout est parfaitement juste, et Dieu peut exprimer son amour librement envers le croyant. Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui, ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle, Jean 3 : 16.
7/16/20202 minutes, 49 seconds
Episode Artwork

Savoir s’arrêter !

Un soir, une maman rentrait du travail en retard, fatiguée et irritée. Elle trouva son fils de 7 ans qui l'attendait à la porte. Ce dernier lui dit : — Maman, je peux te poser une question ? — Oui, bien sûr, répondit-elle. — Maman, combien gagnes-tu pour une heure de travail ? La femme se mit en colère. Elle répondit avec impatience. — Mais, ça ne te regarde pas Pourquoi me poses-tu cette question ? — Maman, ne te fâche pas, je veux juste savoir. S’il te plaît dis-moi, combien gagnes-tu pour une heure de travail ? — Tu veux savoir, répondit-elle brutalement, je gagne 15 euros pour une heure de travail. — Oh merci maman ! Le petit garçon baissa la tête et demanda doucement en tremblant un peu. — Maman, s'il te plaît, tu peux me passer 15 euros ? La mère se mit réellement en colère, elle cria : — C’est pour ça, la seule raison pour laquelle tu m'as posé cette question c’était pour me demander de l’argent pour acheter des jouets stupides ou des bonbons qui te font mal aux dents. Je travaille dur, moi, tu crois que c’est pour que tu ailles gaspiller bêtement mon argent, hurla-t-elle. Tu ne te rends pas compte ! De toute façon tu ne te rends compte de rien. Le petit garçon baissa la tête et rentra dans sa chambre. Il ferma doucement la porte. « Maman est fatiguée par sa grosse journée, pensa-t-il. Sans doute que sa chef lui a encore dit des horreurs, pauvre maman ». La femme s'assit. Elle bouillonnait de rage. — Il exagère, mon petit garçon. Ils n’ont jamais assez, on leur donne un doigt, ils veulent le bras. Il ne se rend pas compte du prix que je paie pour que monsieur puisse avoir ce dont il a besoin. On leur apprend quoi à l’église des enfants. Il faudra que j’en parle à sa monitrice. Il faut faire une étude sure : « L’amour de l’argent est la racine de tous les maux ». Après environ une heure, la femme s'était calmée. Elle se demandait s’il avait peut-être besoin d’acheter quelque chose pour l’école. C’est vrai, il ne me demande pas souvent de l'argent. Elle alla à la porte de la chambre du petit garçon et elle ouvrit la porte. — Tu dors ? — Non maman. — J'ai pensé… J'ai peut-être été trop dure avec toi tout à l'heure, dit la femme. J’ai eu une mauvaise journée et je me suis agacée bêtement. Voici les 15 euros que tu m'avais demandé. Fais ce que tu veux. Le petit garçon se redressa en souriant et cria : — Oh, merci Maman ! Puis, soulevant son oreiller, il sortit des pièces de monnaie. La femme vit que le garçon avait déjà de l'argent et elle se fâcha de nouveau. — Pourquoi voulais-tu de l'argent, puisque tu en avais encore, murmura-t-elle les dents serrées pour contenir sa rage. Le petit garçon compta lentement son argent, leva les beaux yeux bruns vers sa mère. — Parce que je n'en n’avais pas assez, mais maintenant, oui, j’ai suffisamment. J’ai 15 euros, plus les 15 euros que tu me donnes, ça fait 30 euros. Donc, ça fait deux heures de ton temps. Je voudrais dîner avec toi demain et il me faut au moins deux heures pour te raconter tout ce que je veux te raconter. La mère fût écrasée de chagrin. Elle serra son petit garçon jusqu’à l’étouffer et le supplia de lui pardonner. Parents, souvenez-vous, le temps passe, un jour il sera trop tard, votre enfant va grandir et ce chagrin de n’avoir jamais passé du temps avec sa maman ou son papa va rester au fond de son cœur et créer un vide profond. Et vous un jour quand il sera grand, vous regretterez toute votre vie de n’avoir pas passé une heure avec lui. L’amour vaut plus que l’or et l’argent. Rappelez-vous que demain il sera trop tard.
7/15/20204 minutes, 19 seconds
Episode Artwork

Aimer ou périr

Yvonne posa sa tête sur mon bureau et sanglota. Après un moment, elle laissa échapper : — Je ne voulais pas le taquiner en disant quelque chose sur ma belle-mère. Mais, bassement, Mike répliqua par quelque chose sur ma mère. Alors, je l’ai giflé dans les règles, comme il le méritait. Mais lui, il m’a frappée d’un coup de poing en pleine figure. Regardez mon œil au beurre noir ! Je m’en vais. Je vais prendre les deux enfants et retourner chez ma mère. J’aime Mike, mais je ne peux pas accepter cela. Alors, tandis qu’Yvonne tenait une poche à glace sur son œil gauche et me regardait de l’autre, je lui donnai un petit conseil matrimonial, tardif, assurément. Je terminai ma leçon par des paroles comme celles-ci : — Yvonne, dans tout mariage, il surgit forcément des situations où l’un des partenaires doit céder par estime et par amour pour l’autre. Ne vous tourmentez pas si vous découvrez que c’est vous qui devez céder la plupart du temps. J’ai des nouvelles étranges, mais bonnes à apporter : quand vous cédez à Mike, vous perdez votre vie de la seule et unique façon qui permette de trouver vie et bonheur valable. Le secret du bonheur en mariage, c’est que chaque conjoint fasse de petits sacrifices, de bon cœur et joyeusement. — Vous dites que je dois prouver mon amour pour Mike. Est-ce le genre d’amour qui est patient et plein de bonté ? Le seul amour qui tiendra le coup dans les mises à l’épreuve journalières est celui que Dieu décrit et donne à ceux qui marchent à la lumière de ses commandements. La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n’est point envieuse ; elle ne se vante pas, elle ne s’enfle pas d’orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal […] Elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne périt jamais. 1 Corinthiens 13 : 4. L’amour est une nécessité fondamentale, pas seulement pour obtenir le maximum de satisfaction dans la vie sexuelle, mais dans la vie tout simplement. Le docteur Smilez Blanton, dans son livre récent intitulé : « Aime ou péris », dit : « Pendant plus de quarante ans, j’ai été assis dans mon bureau à écouter des gens de tout âge et de toutes catégories me parler de leurs espoirs et de leurs craintes. Jetant un coup d’œil en arrière sur toutes ces années bien remplies, il y a une vérité qui émerge clairement dans mon esprit : le besoin absolument général d’amour. On ne peut vivre sans amour. On doit l’avoir ou bien l’on périt ». Pourquoi ne souffrez-vous pas plutôt quelque injustice ? 1 Corinthiens 6 : 1-9.
7/14/20204 minutes, 37 seconds
Episode Artwork

Avancer dans l’obscurité

Un chrétien eut un rêve. On était à la veille d’une nouvelle année. Or, elle s’annonçait mal pour lui. Il prévoyait de nombreuses difficultés, et ne voyant pas du tout son chemin, il se sentait angoissé. Dans son rêve, il vit un ange qui se tenait à l’entrée de l’année nouvelle. Il lui adressa cette supplication : — Donne-moi une lumière pour entrer dans cette nouvelle année, afin que je ne marche plus dans les ténèbres et que je puisse voir mon chemin. Alors il entendit distinctement l’ange lui dire : — Tu dois t’avancer dans l’obscurité, mais en mettant ta main dans celle de Dieu. Cela vaudra mieux pour toi qu’une lumière et te gardera plus sûrement. La vraie Foi permet au chrétien d’aller de l’avant, même quand l’obscurité est profonde, car il peut mettre sa main dans celle de Dieu qui le conduit en toute sécurité. Ne crains rien, car je suis avec toi. Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu, je te fortifie. Je viens à ton secours. Je te soutiens de ma droite triomphante, Esaïe 41 : 10-14.
7/13/20202 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

Dos enfermos en un cuarto - 365 Historias (18)

Dos hombres enfermos, se encontraban en el mismo cuarto de un hospital. Uno de ellos debía sentarse sobre su cama durante una hora todas las tardes para evacuar el líquido de sus pulmones. Su cama estaba cerca de la única ventana del cuarto. El otro hombre tenía que pasar el día entero acostado sobre su espalda lejos de la ventana. Hablaban juntos durante horas. Cada tarde, cuando el hombre de la cama que se encontraba cerca de la ventana podía sentarse, le describía a su compañero de cuarto todo lo que podía ver afuera. Para el hombre que estaba en la otra cama, era como si su mundo cambiara de color y se alegraba por todas las actividades y colores del mundo exterior. Sin embargo el hombre era ciego y afuera solo había un muro gris. Con Cristo podemos ver las cosas de diferente manera.
7/11/20203 minutes, 37 seconds
Episode Artwork

El perdón y el amor de un padre - 365 Historias (19)

Una conmovedora historia entre un padre y su hijo.
7/10/20202 minutes, 46 seconds
Episode Artwork

Avoir raison, et quand même demander pardon !

Voilà une attitude que seul le véritable amour inspirera. Prenons un exemple concret de tous les jours. Supposez que le mari ait raison et que la femme ait tort. Qu’elle sera l’attitude du mari dans une telle situation ? Va-t-il profiter de cet avantage pour justifier sa position et attendre que la femme fasse le premier pas ? Dans de telles circonstances, le mari doit se rappeler qu’il a pu, lui aussi, faire de la peine à sa femme, peut-être sans s’en rendre compte. Seul un esprit d’humilité et de pardon peut rétablir la situation. Avec tact et compassion, il pourra aborder son épouse en lui disant : « Chérie, si j’ai fait quelque chose qui t’a fait de la peine, je t’en demande sincèrement pardon ». Que se passera-t-il alors ? Un tel comportement, dépourvu de toute condamnation, touchera profondément son cœur. En général l’épouse réagira de la manière suivante : « Non, non, non, ce n’est pas toi qui dois me demander pardon, c’est moi ». Et c’est ainsi, par l’exemple du mari, que la paix se rétablira dans le foyer. Oh ! Si tous les couples agissaient ainsi chaque jour, on verrait des merveilles dans les relations entre époux ! Si ton frère a quelque chose contre toi, va d’abord te réconcilier avec ton frère, Matthieu 5 : 23-26.
7/10/20203 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Las consecuencias del fundamento equivocado - 365 Historias (20)

Esta historia nos muestra lo importante que es fundar nuestras vidas no solamente basándonos en las apariencias; sino sobre todo, en los fundamentos de nuestras vidas.
7/9/20203 minutes, 51 seconds
Episode Artwork

Augmentons notre connaissance de la Parole !

Le grand missionnaire-médecin au Labrador qu’a été W. Grenfell a écrit son témoignage en ces termes : « Pour moi, la mémorisation de l’Écriture Sainte m’a été d’un immense secours lors de doutes, d’anxiétés, de chagrins, des vicissitudes innombrables et des problèmes de la vie. J’y crois suffisamment pour avoir passé de longues et nombreuses heures à meubler ma mémoire des passages que je ne pouvais ni négliger, ni rester incapable de comprendre ! Quand je me trouvais en face de la mort sur une banquise, dans le Grand Nord, j’ai découvert que ces textes bibliques me donnaient tout ce dont j’avais besoin. Ils demeuraient auprès de moi comme les plus fidèles des amis. Je recommande de toute mon âme à tout le monde de consacrer un peu de temps chaque jour afin de s’assurer l’immense profit que cette mémorisation des versets de la Bible offre et garantit. » Employez l’Écriture comme une épée et comme le faisait César Malan, de Genève. Une fois, lors d’un voyage à Paris, il se mit à converser avec un homme qui discuta du christianisme. Chaque argument reçut une réponse au moyen d’un texte biblique, C. M. ne se risquant même pas à l’expliquer ou à l’appliquer. Toutes les fois que le contradicteur essayait d’échapper par un autre argument, le Dr Malan répondait par un autre verset de la Bible. À la fin, l’homme exaspéré répondit : — Ne comprenez-vous pas que je ne crois pas à votre Bible et qu’il est inutile de me la réciter ? La seule réponse que donna C. Malan fut : — Si vous ne croyez pas en Moi, vous mourrez dans vos péchés. Quelques années plus tard, le Dr. Malan reçut une lettre dont il ne connaissait pas l’écriture et qui était un témoignage. La voici : « Vous avez pris l’épée de l’esprit, qui m’a poignardé de part en part ; chaque fois que j’essayais de parer les coups en vous obligeant d’employer vos mains et non l’acier divin, vous me donniez un autre coup de poignard. Vous m’avez fait sentir que je ne vous combattais pas vous, mais Dieu. » Tandis que C. M. lisait cette lettre, il réalisa qu’elle venait de son compagnon de voyage de Paris, des années auparavant. L’épée de l’Esprit avait fait son œuvre. La Parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée, Hébreux 4 : 12-13.
7/9/20204 minutes, 11 seconds
Episode Artwork

La Biblia y los lentes - 365 Historias (21)

¿Tienes una biblia? ¿La estas leyendo? la biblia es la escritura sagrada que Dios donde encontramos historias, susesos, consejos, promesas, etc... El dia de hoy nuestra historia habla de la biblia y como no la usamos.
7/8/20203 minutes, 49 seconds
Episode Artwork

Aide-toi et le ciel t’aidera !

Né à Saigon au Vietnam, j’avais trois ans quand ma famille a fui le Vietnam pour se réfugier en France. On m’avait appris : « Aide-toi et le ciel t’aidera ! », et qu’il fallait s’en sortir tout seul. Et tout semblait bien aller jusqu’au jour où ma grande sœur a fait une grave dépression. Toute la famille en a été très affectée. Pour l’aider, mes parents ont fait venir des guérisseurs, des médiums et des spirites. Puis, nous nous sommes tournés vers le bouddhisme, vers le catholicisme, vers Lourdes et Marie, afin de guérir ma sœur. Dans cette période, mes parents avaient rencontré un pasteur. Je savais seulement qu’il priait pour ma famille et pour ma sœur. J’étais devenu athée. Je ne comptais que sur moi. Mon succès dans les études me rassurait. Mais quel grand vide intérieur ! Parti aux États-Unis, j’y ai retrouvé mon autre sœur. Elle avait fait une tentative de suicide. Alors j’ai sombré à mon tour. Là, j’ai réalisé que je ne pouvais pas m’en sortir seul. Ma vie n’avait pas de sens, vide d’amour véritable. Alors, je me suis souvenu de ce pasteur. Il était retourné à Washington : je suis allé le voir. Il m’a parlé de mon état de pécheur, expliqué que Jésus était mort pour moi, que j’étais sur une mauvaise route. Je devais compter sur Jésus pour ma vie, et pour cela lui demander pardon pour tout le mal dont je m’étais rendu coupable. Je le fis à l’instant même. Depuis, je suis réconcilié avec Dieu. Christ a rempli ce vide en moi de Sa présence. Ma vie a un nouveau sens. Tu disais en ton cœur : Moi, moi et rien que moi, Esaïe 47 : 4-10.
7/8/20203 minutes, 14 seconds
Episode Artwork

24 CD 24 Jésus dans la maison de Zachée

24 CD 24 Jésus dans la maison de Zachée by Jean-Louis Gaillard
7/7/20203 minutes, 1 second
Episode Artwork

Nuestro acceso al padre - 365 Historias (17)

A través de esta historia podemos entender lo que significa ser hijos del Padre. Seamos conscientes del gran amor de Dios hacia nosotros.
7/7/20202 minutes, 43 seconds
Episode Artwork

Puissance de la Parole de Dieu !

Lors d’une réunion de témoignages, un homme se leva, tenant à la main un Nouveau Testament. — Mon histoire n’est pas ordinaire, dit-il. J’étais pickpocket. Je vis un jour un homme ayant dans la poche arrière de son pantalon une forme bien rebondie. Une bourse bien garnie, pensais-je, et aussitôt elle passa dans ma poche. — Mais arrivé chez moi, je regardai : c’était un livre. De dépit, je le jetai dans un coin, mais par la suite, par simple curiosité, je l’ouvris et en commençai la lecture. En peu de jours, je découvris en Christ mon Sauveur et mon Maître. Après avoir entendu ce témoignage, un colporteur de la Société Biblique qui était présent fut très intéressé et à l’issue du service, il demanda à voir le Nouveau Testament en question. — C’était bien celui qu’il avait porté sur lui pendant des années et qu’il avait considéré comme perdu ! Cela prouve le pouvoir de la Parole de Dieu pour transformer les vies d’hommes. Qu’a-t-elle fait dans votre vie ? L’Évangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque qui croit, Romains 1 : 16.
7/7/20202 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

El clavadista - 365 Historias (16)

La perseverancia de este deportista lo animará y también le enseñará algo más.
7/6/20205 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

Le porte-bonheur du vieux soldat !

Au temps des pionniers aux États-Unis, un vieux soldat traverse un village. Il frappe à la porte d’une maison pour demander du pain. L’homme qui lui ouvre remarque qu’il porte un étui en cuir pendu à son cou. — Qu’as-tu là, mon ami ? — Un porte-bonheur qui m’a été donné quand j’ai quitté l’armée. — Fais-moi voir ça… Il l’ouvre et en sort un papier tout froissé qu’il ne sait pas lire. Il le tend à son interlocuteur qui n’en revient pas. — Eh bien, c’est ton certificat de libération de l’armée fédérale, signé du général George Washington lui-même ! Il te donne droit à une pension à vie ! Consterné, le vieux soldat réalise qu’il a, pendant près de 30 ans, porté sur lui la promesse d’une rente qui auraient couvert tous ses besoins… s’il l’avait réclamée ! Il n’aurait pas été un pauvre, obligé de mendier pour subvenir à ses besoins. Histoire incroyable, mais vraie, qui ressemble à celle de beaucoup de chrétiens. Dieu nous a fait des promesses ; Il met ses richesses spirituelles à notre disposition et nous nous contentons d’une vie médiocre, pendant que les provisions de Dieu resteraient inutilisées ! N’oublions pas que Dieu a mis ses ressources (sa Parole, sa paix, sa joie, la vie de famille,) à notre portée grâce à l’œuvre de Jésus-Christ. Emparons-nous chaque jour des promesses de la Parole de Dieu pour soutenir et fortifier notre foi. Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâce,2 Corinthiens 9 : 8.
7/5/20203 minutes, 4 seconds
Episode Artwork

No pase por otro lado - 365 Historias (15)

Una historia que nos muestra la importancia de algunos momentos puntuales en nuestras vidas; en especial, aquellos que no comprendemos.
7/5/20202 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

Saber detenerse - 365 Historias (14)

Algunas veces es necesario parar y reflexionar sobre ciertos temas con respecto a nuestros hijos.
7/4/20204 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

En urgencia - 365 Historias (13)

En medio de una situación difícil, como en una emergencia, muchos podemos perder la calma y encontrarnos en una profunda desesperación; pero Dios tiene todo bajo control. Pero hay algo más...
7/3/20202 minutes, 55 seconds
Episode Artwork

Le rempart de neige !

En janvier 1814, à l’approche de l’armée russe, la population des duchés de Schleswig-Holstein en Allemagne vécut dans la terreur. Les troupes ennemies faisaient de grands ravages sur leur passage. Une femme qui aimait Dieu pria instamment que sa maison soit épargnée et, avant d’aller se coucher, elle chanta le cantique de Luther : C’est un rempart que notre Dieu, une retraite sûre, notre délivrance en tout lieu, notre invincible armure. Son fils avait entendu la prière et se récria : — Maman, il ne faut pas demander l’impossible ! — Pour Dieu, toutes choses sont possibles (Matthieu 19 : 26), répondit-elle. La nuit vint. Ils s’endormirent. Sur le matin, un grand tapage les réveilla. Les soldats étaient entrés dans la ville, ils pénétraient dans toutes les maisons et les pillaient. Mais personne n’entra chez eux ! Peu à peu, les bruits diminuèrent, l’ennemi s’éloigna. Comment leur maison avait-elle été épargnée ? Une neige épaisse était tombée la nuit et, poussée par le vent du Nord, elle s’était entassée devant la porte, la cachant entièrement. Dieu leur avait envoyé un rempart de neige ! Quelle reconnaissance monta dans leur cœur, vers : Celui qui campe autour de ceux qui le craignent et les arrache aux dangers ! Psaumes 34 : 8. L’Eternel est bon, il est un refuge au jour de la détresse ; Il connaît ceux qui se confient en Lui, Nahum 1 : 7. Il a nous donné le salut pour murailles et pour rempart […] ; tu assures la paix, la paix, parce qu’il se confie en Toi, Esaïe 26 : 1-3.
7/3/20203 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Historia de amor de un papá y de su hija - 365 Historias (11)

Historia de amor de un papá y de su hija - 365 Historias (11) by Jean-Louis Gaillard
7/2/20205 minutes, 47 seconds
Episode Artwork

Papá al volante - 365 Historias (12)

Muchas veces no conocemos el camino, pero si nuestro padre está al volante; podemos ir tranquilos.
7/2/20203 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

Quand l’ennemi attaque !

On dit que le héron cendré possède un singulier mode de défense. Quand il est attaqué par un aigle ou par un faucon, il se tient simplement immobile et ferme, se contentant de faire face à son ennemi et utilisant son bec comme une épée, une épée sur laquelle son ennemi va s’empaler, poussé par sa propre force. La méthode du chrétien est similaire. Nous avons l’épée de l’Esprit. Quand vous êtes attaqués, tenez ferme, déployez la Parole, mettez-la en avant. Plus férocement l’ennemi attaquera, plus sûrement il se transpercera lui-même par elle. Prenez aussi l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu, Ephésiens 6 : 13 et 17
7/1/20202 minutes, 5 seconds
Episode Artwork

Un vaso de agua - 365 Historias (10)

Un momento difícil nos enseña muchas cosas. En esta historia conocerá la experiencia de alguien que moría de sed.
6/30/20206 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Décider sans connaître !

— Qui a empaillé ce hibou ? demande un client en attendant son tour chez le coiffeur. Ne recevant pas de réponse : — Comment peut-on faire un travail si mauvais ! Vraiment, M. Boniface, je ne donnerai pas un centime pour un oiseau pareil. J’ai visité bien des musées, mais celui qui a empaillé cet animal-là est un maladroit. Le coiffeur continue tranquillement son travail. Nouvelle attaque : — J’ai étudié les oiseaux de nuit et je peux vous affirmer qu’un hibou peut s’asseoir sans s’appuyer de la sorte. Et puis, les ongles n’ont jamais été si arqués. Perché habituellement sur des branches dénudées, il n’a jamais les pattes aussi droites, ni le cou aussi tordu. C’est impossible, vous ne me la ferez pas ! M. Boniface continue de coiffer sans broncher. — Mais enfin, regardez ses yeux ! Des boutons de verre ! Ils ne sont pas même de la couleur voulue ! Descendez donc cette horreur et faites-la rempailler, M. Boniface ! À ce moment précis, le hibou remue, se dresse, perce de son regard le jeune intrus… Cela vous fait rire peut-être ? Mais que penser de ceux qui critiquent la Bible sans l’avoir lue ? Que penser de ceux qui se moquent de Jésus-Christ, ou qui veulent Le représenter en images ou en imagination ? Aucun homme ne s’est approché sincèrement de Dieu sans se rendre compte de son erreur et sans voir Sa Parole s’illuminer à son cœur. Méprisé et abandonné des hommes […], nous l’avons dédaigné, Esaïe 53 : 1-7 et 10.
6/29/20204 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

¡Múdese! - 365 Historias (09)

Una emocionante experiencia de una mujer que quiso superar la difícil situación que atravesaba.
6/29/20204 minutes, 10 seconds
Episode Artwork

J’ai vendu ce que je possédais de plus précieux !

Mon père était alcoolique et dépensait tous ses revenus pour boire. Nous habitions un quartier pauvre de Belfast. À l’École secondaire, j’avais reçu un Nouveau Testament de la part des Gédéons. Je ne l’avais pas lu. Je me suis lancé à la recherche de plaisirs et de sensations, essayant tout ce que le monde peut offrir. Mais je n’y ai trouvé aucune satisfaction. Je ressentais de plus en plus de vide dans mon existence et je menais une vie agitée. C’est à ce moment-là que je me suis souvenu du Nouveau Testament reçu à l’école. Je l’ai retrouvé. En feuilletant les pages d’introduction, je lus : « Secours en cas de besoin » suivi d’une série de versets bibliques. Au cours de la lecture des textes proposés, l’amour de Christ m’atteignit et je reçus le salut en l’acceptant comme Sauveur personnel. Je me devais de vous écrire pour vous dire tout ce que ce Nouveau Testament m’a apporté et signifié pour moi. Je joins à ma lettre un petit don, pour vous assister dans l’aide que vous pourrez apporter à d’autres. Note : Un membre de l’Association des Gédéons est allé voir ce jeune homme pour le remercier. Lorsqu’il lui demanda d’où il avait pris cet argent pour faire le don, le jeune homme répondit qu’il n’avait pas d’argent, donnant tout à sa mère pour la nourriture, mais qu’il avait vendu ce qu’il avait de plus précieux : sa collection de CD. Il l’avait fait pour que d’autres garçons et filles puissent apprendre à connaître Jésus-Christ. Pour l’amour de Christ, je me suis dépouillé de tout, Philippiens 3 : 8-9.
6/28/20203 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

La venganza del cristiano - 365 Historias (08)

Descubra esta conmovedora historia de una víctima del nazismo.
6/28/20203 minutes, 4 seconds
Episode Artwork

Todo ha sido pagado, sin embargo... a duras penas - 365 Historias (06)

Una dura historia acerca del capricho de un joven que le hará pensar.
6/27/20203 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

Las manos - 365 Historias (05)

Cada cosa tiene un valor diferente, dependiendo de las manos que la posee. Una historia para pensar.
6/26/20202 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Boussole inutilisée !

Trois jeunes ont décidé de faire en barque la traversée de l’estuaire. — Prenez la boussole, leur dit leur père. — Inutile, répond l’aîné. Nous connaissons la direction ! Cependant, sur un nouvel ordre de son père, il obéit. Peu après le départ, la barque est en plein brouillard. Son jeune pilote ne s’inquiète pas de la boussole, il est bien trop sûr de lui. La traversée s’avère cependant plus longue que prévu. Enfin, il aperçoit confusément des arbres, une maison, et il aborde… pour se rendre compte qu’il est revenu exactement au point de départ. Que faire ? Tout confus, les trois jeunes repartent, mais cette fois, en consultant la boussole. Si on dérive, on rectifie aussitôt. L’expérience a servi. Maintenant la barque va dans la direction voulue. Plus le brouillard est épais, plus le pilote se fie à ce qu’elle indique. Bientôt, enfin, ils sont sur l’autre rive. Notre boussole, c’est la Bible, la Parole de Dieu. Vouloir s’en passer est présomptueux. Rien n’est plus utile que de la posséder. Mais la posséder sans vouloir s’en servir ne peut mener qu’à la dérive. Dieu, qui est notre Père, nous recommande de nous en munir et de l’utiliser dans la traversée de notre vie. De même, avoir une lampe de poche pour effectuer un parcours de nuit ne suffit pas. Encore faut-il l’allumer et ne pas détourner nos regards des indications qu’elle donne. Procurez-vous donc la Bible, si vous n’en possédez pas. Mais surtout, lisez-la jour après jour et laissez-vous instruire par ce qu’elle révèle et enseigne. C’est vital (au sens absolu) pour vous ! Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier, Psaumes 119 : 105.
6/26/20203 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Iván y los lobos - 365 Historias (04)

Una historia impactante acerca de la experiencia de este joven en medio del bosque.
6/25/20203 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Parfaitement réglé

Pendant la Révolution française, le dimanche fut aboli en France. Au lieu d’un jour de repos sur sept on institua le décadi : un jour de repos sur dix. « Nous ne pouvons pas détruire le Christianisme si nous ne détruisons pas auparavant le dimanche chrétien », avait dit Voltaire. L’expérience se révéla désastreuse, pour les hommes comme pour les bêtes. Les chevaux, après neuf jours de travail sans interruption, s’effondraient dans les rues sous la charge excessive. Si extraordinaire est cette harmonie bienfaisante de un jour sur sept, qu’un écrivain de l’époque a pu dire que nous serions coupables de malhonnêteté intellectuelle, en disant que c’est Moïse qui, par hasard, a institué cette ordonnance, en dehors de l’intervention divine. Diminuez la semaine d’un seul jour, la semaine est trop courte pour un jour de repos. Augmentez-la d’un seul jour, le travail est trop grand pour être poursuivi sans repos. Tu travailleras six jours, mais le septième jour est le jour du repos, Exode 20 : 1-17.
6/24/20202 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

El robo de mis tablas - 365 Historias (03)

Un impactante testimonio de lo que ocurrió en medio de un robo.
6/24/20203 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

La permanence de la littérature !

Il y a quelques années sévissait à Téhéran, en Iran, une crise du papier. Au cours de cette crise, un jeune musulman du nom de Nassi était allé au marché pour acheter du fromage. Le vendeur, qui n’avait pas de papier spécial pour envelopper le fromage, l’a emballé dans une feuille de papier imprimée, ce qui a excité la curiosité de Nassi. Arrivé chez lui, il a sorti avec soin le fromage et s’est mis à dérouler la feuille qui avait été salie. Nassi s’est mis à lire la feuille. Il l’a montrée à son père, qui a soupçonné avec raison qu’il s’agissait d’une page provenant d’une Bible, le livre des chrétiens. Il a mis son fils en garde contre la lecture de cette page ou de toute autre page semblable. Mais le jeune homme était complètement captivé par le message sur lequel il était tombé par hasard. Le jour suivant, Nassi est retourné au marché et est allé voir le même marchand. Aussi discrètement que possible, il s’est renseigné sur la mystérieuse page et on lui a répondu que, s’il achetait quelque chose d’autre, il aurait davantage de « papier d’emballage » à lire. Aussi le jeune homme a-t-il acheté des figues, qui ont été aussitôt enveloppées dans une page imprimée. Le jour suivant, il est retourné et a acheté des dattes. Puis il a acheté encore du fromage et, ainsi de suite, pendant plusieurs jours, jusqu’à ce qu’il ait en sa possession toute une collection de pages de la Bible qu’il a tenues cachées de son père. Les pages, naturellement, ne se suivaient pas et n’offraient que des informations fragmentées. C’était très frustrant pour Nassi. Il s’est donc mis à la recherche d’une Bible entière et a fini par en trouver une en langue farsi. En quelques semaines, il est venu au Seigneur et a accepté Christ comme son Seigneur et son Sauveur. Oh ! La puissance de la page imprimée ! Oh ! La faim de ce monde ! L’efficacité de la Parole de Dieu écrite et de la littérature évangélique est indéniable. Recevez avec douceur la parole, qui peut sauver vos âmes, Jacques 1 : 21
6/24/20203 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

Louis Pasteur - 365 Historias (01)

Una interesante anécdota entre un estudiante y Louis Pasteur.
6/23/20202 minutes, 15 seconds
Episode Artwork

La crainte devint confiance !

Un homme hésitait à traverser le Mississippi à l’heure du crépuscule au temps de la conquête de l’Ouest américain. Le fleuve était gelé, mais notre homme, ne sachant quelle était l’épaisseur de la glace, s’y engagea cependant. Il rampa de manière à répartir son poids sur la glace et avança ainsi péniblement. Il était arrivé au milieu du fleuve lorsqu’il se rendit compte qu’un chariot rempli de charbon attelé à quatre chevaux le traversait aisément. Il comprit alors que si la glace pouvait supporter un tel poids, il n’avait aucune crainte à se mettre debout et à franchir à pied la distance qui le séparait encore de l’autre rive. Il était maintenant plein de confiance. Ne vivons donc plus dans la crainte, d’autant plus que la Bible nous dit : Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur et ne t’appuie pas sur ta sagesse. Reconnais-le dans toutes tes voies et il aplanira tes sentiers, Proverbes 3 : 5-6. Tous ceux qui se sont fondés sur la parole de Dieu et qui ont expérimenté la solidité de ses promesses nous encouragent à mettre toute notre confiance en notre Seigneur. Avec lui, nous avons un appui solide, et nous pouvons lui faire confiance pour toute la traversée de notre vie.
6/22/20202 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

LES PETITS PAQUETS NOIRS !

Tellement de choses, de pensées peuvent accabler l'âme de l'homme : la perte d'un travail, les soucis de la vie, une situation familiale difficile et tant d'autres choses encore, l'empêchant de goûter à la paix de Dieu. Seigneur, je t'en prie, aide-moi à garder les yeux fixés sur toi. Un serviteur de Dieu raconte à ce sujet comment sa mère, chrétienne, mais d'une nature trop sensible, se faisait du souci pour tout et pour rien. Il essayait de la convaincre que se tourmenter était aussi un péché. Mais, peine perdue, elle souffrait, même à l'avance, de maux qui n'arrivaient jamais. Un matin, au petit-déjeuner, elle parut le visage rayonnant. Son fils lui en ayant demandé la raison, elle lui raconta le rêve qu'elle avait fait. Une grande foule, dont elle faisait partie, marchait sur une longue et grande route. Chaque personne avait l'air las, soucieux et presque toutes portaient un petit paquet enveloppé de noir paraissant fort lourd. La dame remarqua aussi de nombreux individus, au visage repoussant, qui circulaient sans bruit parmi les voyageurs, et dont la tâche consistait à déposer à terre ces paquets noirs, pour qu'ils soient ensuite ramassés par ces derniers, déjà si las, pourtant. Elle-même, comme les autres, était chargée d'un tel fardeau. Tout à coup, levant les yeux, elle aperçut un homme au visage lumineux qui se penchait tendrement, vers l'un ou l'autre des voyageurs, pour le consoler. Lorsqu'il s'approcha d'elle, elle reconnut le Sauveur et le regarda avec angoisse. - Je suis si lasse, Seigneur, dit-elle. Il sourit tristement et dit : "Pourtant, ce n'est pas moi qui t'ai donné ce fardeau, mais bien l'Ennemi, ton ennemi. Jette ce paquet loin de toi et refuse d'en toucher un autre, même du bout des doigts. Ton chemin deviendra plus facile et tu marcheras comme si tu étais portée." Puis il lui toucha la main et une paix ineffable inonda le cœur de la chrétienne quand elle lâcha le misérable paquet noir. Comme elle s'apprêtait à se jeter aux pieds du Sauveur bien-aimé pour l'adorer, elle se réveilla, ayant enfin compris la leçon. Depuis cette nuit mémorable, délivrée de ses soucis par la foi en celui qui tient notre vie passée, présente et à venir entre ses mains puissantes - seulement si nous le laissons faire-, cette chrétienne devint la personne la plus confiante et heureuse de toutes. Vous sentez-vous également chargé d'un lourd fardeau ? Il ne vient pas de Dieu. Levez donc les yeux vers Jésus. Savoir que Jésus, votre Sauveur, tient entre ses mains votre passé, votre présent et votre futur suffit pour que vous vous réveilliez chaque matin dans une paix immense. Nous pouvons prier si vous le souhaitez Seigneur, je t'en prie, aide-moi à garder les yeux fixés sur toi. Que mes difficultés ne remettent pas en cause ma foi en toi, car tu es le bon berger et tu prends soin de moi.
6/21/20203 minutes, 46 seconds
Episode Artwork

Et si vous y puisiez aussi ?

En visitant l’île de Trinidad, nous sommes arrivés à un endroit appelé « Pitch Lake », une des merveilles du monde. C’est un volcan éteint dont le cratère mesure à peu près un demi-kilomètre. Toute la zone du cratère est remplie d’asphalte durci sur lequel on peut marcher jusqu’au centre du puits, où deux équipes d’ouvriers travaillent incessamment à l’extraction de l’asphalte. Ils remplissent inlassablement des wagonnets de ces gros blocs noirs, pesant de 50 à 100 kg chacun, d’où ils sont dirigés vers la raffinerie construite au bord du cratère. Ces ouvriers nous expliquent que pour extraire l’asphalte, ils n’avaient creusé qu’à une profondeur de deux ou trois mètres et qu’au bout de soixante-douze heures, le trou serait comblé, toute trace d’excavation ayant disparu ! Et ce travail se poursuit, ajoutèrent-ils, depuis soixante-trois ans, expédiant de pleins cargos d’asphalte dans toutes les parties du monde. Cependant, « Pitch Lake » contient toujours autant d’asphalte qu’avant de commencer les travaux. Bien que des milliers de bateaux en aient été remplis, la provision n’a jamais diminué… Tandis que nous étions là contemplant cette merveille de la création de Dieu, nous avons médité ensemble sur cette autre source inépuisable qu’est la grâce divine. Celui qui aime à se nommer « le Dieu de toute grâce » possède une provision inépuisable. Ses enfants dans le monde entier peuvent jouir de cette grâce en abondance -autant qu’ils sont capables de s’en approprier-et pourtant, la source n’en est jamais tarie. C’est pour cette raison que nous avons à cœur de faire parvenir la bonne nouvelle du salut à tous les hommes. Il n’y a aucune distinction de races pour le Seigneur. C’est pour tous les hommes qu’Il a bien voulu mourir, afin que tous puissent être sauvés. Si les fleuves de ce monde peuvent tarir, le fleuve du salut, lui, coule toujours à travers tous les continents du monde et ne sera jamais épuisé. Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, Jean 7 : 37 et 38.
6/19/20203 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Les valeurs de la vie

L’histoire de Rick Husband est belle et exemplaire quoique difficile. Rick Husband est né le 12 juillet 1957. Après des études scientifiques, il est entré dans l’Armée de l’air. Rapidement, il entre dans l’école des pilotes d’essai. En 1994, il entre à la Nasa, et en 1998, il fait son premier vol. Le 16 janvier 2003, il embarque à bord de la navette Columbia pour ne plus revenir. Le 2 février 2003, la navette Columbia s’est désintégrée au-dessus du Texas. Il en était le commandant de bord. Il était marié avec Evelyne et il avait deux enfants. Il avait donné sa vie au Seigneur, et tout le monde autour de lui le savait. Avant que la navette ne décolle le 16 janvier, il avait réuni tout l’équipage et il avait prié avec eux, et pour eux. Le personnel était impressionné de voir un commandant de bord prier avec son équipage. Ils n’avaient jamais vu cela ! Deux minutes avant le décollage, l’un des membres du centre de contrôle avait dit : — Temps parfait pour décoller. Rick répondit : — Le Seigneur nous a donné une belle journée. Avant de partir, il avait enregistré 34 petits messages en vidéo. Cela devait remplacer les petits moments de culte qu’il avait l’habitude d’avoir avec chacun de ses enfants. Il devait être absent 17 jours. Un enregistrement pour chacun d'eux et pour chaque jour d'absence… Il ne voulait pas que ses enfants ratent ce petit moment avec leur papa. Il avait même enregistré une vidéo pour son église à Houston. Il y déclarait : « Réussir ma vie d’astronaute ne sert à rien, si j’ai sacrifié ma vie de famille ou si je vis une vie qui n’est pas digne du Seigneur. Si je rate ma vie avec le Seigneur, je le regretterai amèrement. Je réalise que la chose la plus importante dans ma vie, c’est d’essayer de vivre ma vie comme Dieu me le demande. C’est d’essayer d’être un bon mari pour Evelyne et un bon père pour mes enfants ». Dans une lettre pour son pasteur, il lui avait demandé de prendre soin de sa famille et il avait conclu en disant : « Parlez-leur de Jésus. Il est tout pour moi, et je veux qu’Il devienne tout pour eux ». Il est clair qu’il avait donné sa vie à Christ. Cela se voyait non seulement dans ses paroles mais aussi dans sa vie. Dieu l’a conduit à devenir astronaute. Pour lui c’était sa façon de servir Son Seigneur. Le Seigneur l’a repris en pleine gloire. On peut ne pas trop comprendre pourquoi. Mais Paul avait écrit qu’il voulait glorifier le Seigneur soit par sa vie, soit par sa mort. Rick Husband a glorifié Jésus, par sa vie, et il a glorifié le Seigneur par sa mort. Qui sait ce qui va en sortir. Jésus a dit : Si le grain de blé ne meurt, il ne peut porter beaucoup de fruit. Cette vie a certainement porté beaucoup de fruits.
6/17/20204 minutes, 15 seconds
Episode Artwork

Moi, je ne suppose jamais rien

Aux États-Unis, vers 1850, une dame toujours soucieuse et triste parlait à sa servante noire qui, elle, était toujours sereine et enjouée : — C’est bien d’être joyeuse. Il me semble pourtant que la question de votre avenir devrait atténuer un peu votre joie. Supposons que vous tombiez malade, supposons que vos employeurs déménagent et que personne ne vous donne du travail… supposons que… — Moi je ne suppose jamais rien, Madame, s’écria la servante. Le Seigneur est mon berger. Moi, je ne manquerai de rien. Tous ces « supposons » vous rendent si triste. Vous devriez les laisser là et avoir confiance dans le Seigneur. Et dire que cette patronne se disait croyante. Mais c’était sa servante qui avait la vraie foi. Fondés sur les promesses de la Bible et sur l’œuvre accomplie par Jésus-Christ en leur faveur, les chrétiens véritables peuvent dire : Je sais […], j’ai l’assurance […], je suis persuadé […]. J’ai la certitude […] Romains 8 : 38.
6/15/20202 minutes, 43 seconds
Episode Artwork

Qui était près de vous ?

Lorsque le pasteur Arnold Bovet commença l’œuvre de la Croix Bleue, à Berne, il eut beaucoup à souffrir de ses ennemis. Il n’est pas d’avanie, d’insultes qu’il n’ait eu à essuyer. À la première réunion, ce furent des cris, du bruit, des moqueries sans fin. On en vint même aux brutalités. Un pauvre ivrogne avait pris une bouteille de schnaps qu’il jeta violemment à travers la fenêtre contre le pasteur, pendant qu’il parlait. La bouteille passa près de la tête d’Arnold Bovet et s’écrasa contre le mur. La réunion fut interrompue. Le pasteur retournait à la maison et l’ivrogne le suivait, pour lui faire un mauvais coup. Quelques années plus tard, un homme entrait dans le cabinet de travail d’Arnold Bovet. Il appartenait à la Croix Bleue : — Monsieur le pasteur, je dois vous demander quelque chose. Qui était près de vous dans cette terrible soirée, lorsque vous retourniez à la maison ? — Personne n’était auprès de moi. — Pourtant, monsieur, il y avait un homme fort à côté de vous. — Non, vous vous trompez. Je suis certain d’avoir été complètement seul ce soir-là. — Pardon, monsieur le pasteur. J’allais derrière vous avec l’intention de vous tuer, lorsque je vis à côté de vous un homme plus fort que moi. Mon plan était déjoué. Bovet se tut. Il pensait au Psaume 34. L’ange de l’Eternel campe autour de ceux qui le craignent « Auparavant j’avais une foi intellectuelle, dit-il. Il ne m’était jamais venu à l’esprit que la foi pouvait être vivante et concrète ».
6/14/20202 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Une Bible jetée par la fenêtre…

Deux voyageurs dans un train traversant la Géorgie semblaient avoir une conversation animée. L’un des hommes découvrit que son interlocuteur était un pasteur. Le ton se durcit. Le pasteur sortit sa bible de sa valise et en lut quelques fragments. Inutile. Chacun resta sur ses positions et un silence glacial s’installa dans le compartiment. Un moment après, comme le pasteur revenait des toilettes, l’autre refermait la fenêtre. La bible avait disparu. Les deux hommes se regardèrent sans rien se dire. Quelques mois plus tard, le pasteur reçut la visite d’un inconnu. — Je voudrais être baptisé, demanda celui-ci. — À quelle Église appartenez-vous ? — À aucune. J’ai lu la Bible ; elle m’a montré que j’étais un pécheur, j’ai appris à connaître le Dieu Sauveur. Méfiant, le pasteur l’interrogea : — Comment avez-vous obtenu une Bible dans ce pays ? — Je suis entrepreneur et je devais inspecter un bâtiment près de la ligne de chemin de fer. Un train passa et tout à coup un objet tomba à mes pieds. C’était une bible. — Avez-vous cette bible avec vous ? — Bien sûr, la voici. Le pasteur prit le livre dans ses mains et reconnut sa Bible. C’était il y a huit ans. Aujourd’hui, profitant de la liberté de culte qui existe à nouveau dans les pays de l’Est, une assemblée de chrétiens s’est formée dans le village du nouveau converti. Vous avez été régénérés par la parole vivante et permanente de Dieu,1 Pierre 1 : 23 Nouvelle vidéo sur ma chaîne de pasteur : " Les anciens : qualifications & rôles" A cette adresse : https://youtu.be/oDh1FMmyICU
6/12/20203 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

24 CD 05 Mal en point

Mal en point Se fondant sur les études statistiques, un organisme spécialisé annonçait récemment qu’à la fin du siècle, les dépenses de santé dépasseraient celles de nourriture. Cette « surconsommation » impressionnante, largement due aux tranquillisants, ne traduit-elle pas, en particulier, le mal-être et les angoisses de l’homme de cette fin de siècle et son besoin d’être rassuré ? On appelle, au chevet de cet homme mal en point, les grands « docteurs ». Ils s’épuisent en diagnostics contradictoires ! Il n’y a qu’un remède qui soit à la mesure de ce mal pernicieux : c’est Dieu seul qui peut l’administrer. Lui peut libérer l’être humain de l’anxiété que le stress de la vie moderne n’a fait qu’aggraver. Vous êtes nombreux à vous débattre au milieu de tous ces problèmes dont le moindre n’est pas l’inquiétude pour l’avenir. Jésus vous attend et vous invite. Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et moi, je vous donnerai du repos […] vous trouverez le repos de vos âmes, Matthieu 11 : 28–29. Rien de plus simple que de s’adresser à Lui par la prière, pas une prière toute faite, mais celle qui vient de votre cœur. Lisez la Bible, la parole même de Dieu, et vous y trouverez ce qui vous manque : non seulement la paix et le vrai bonheur, mais aussi, Celui qui seul peut répondre à vos besoins les plus profonds, Jésus-Christ, le Sauveur. C’est Dieu qui guérit ceux qui ont le cœur brisé, et qui bande leurs plaies, Psaumes 147 : 3. Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler à la repentance des justes, mais des pécheurs. Luc 5 : 31.
6/11/20203 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

La fleur rare

Un botaniste amateur consacrait sa fortune et ses talents à la culture des orchidées. Ses serres étaient pleines de plantes étranges et précieuses, provenant des pays les plus éloignés et sur lesquelles il veillait avec un soin jaloux. Il voulait mieux encore : créer une fleur nouvelle, magnifique, étonnante de forme et de couleurs. Mais ni ses efforts persévérants ni sa science n’avaient abouti. Un soir où il devait s’absenter, il appela le gardien de ses trésors pour lui recommander d’user d’une vigilance particulière et d’avoir soin de fermer portes et fenêtres car un orage menaçait dans le lointain. Le gardien promit et le maître s’en alla, confiant. Or, le gardien fut infidèle à sa parole. L’orage survint, le vent souffla en tempête, s’engouffra dans les serres aux fenêtres mal closes, en arracha les vitres par où pénétrèrent des trombes d’eau et d’énormes grêlons. Le désastre fut affreux. Dans les serres brisées, inondées, les orchidées gisaient, lamentables, mélangées à des débris de verre. À son retour, le maître furieux, désespéré de ce malheur, se montra inconsolable. Cependant, il finit par rassembler tant bien que mal les restes mutilés de ses collections et tenta de reconstituer ses serres. Une année, deux années s’écoulèrent. Quelques orchidées se mirent à fleurir, péniblement, pauvrement. Où était leur gloire d’autrefois ? Mais, ô surprise ! Un jour, on vit poindre le bouton d’une fleur inconnue qui, bientôt, s’ouvrit toute grande, merveilleuse, inédite. C’était la fleur tant cherchée, tant rêvée : sa création était due à l’orage dévastateur ! Cette découverte consola le botaniste de son long chagrin et, pour rappeler l’origine de la fleur rare, il l’appela : « l’orchidée-ouragan ». Lorsque nos plans sont brisés, nos efforts anéantis, notre santé compromise, rappelons-nous que ces heures de détresse et d’obscurité peuvent faire éclore la fleur rare, le bonheur vainement cherché et que nous n’espérions plus, la joie d’essence supérieure qui absorbe peines et amertumes. Émergeant de ses misères, un poète donnait ce sage conseil : « Dépouille devant tous l’orgueil qui te dévore, cœur gonflé d’amertume et qui t’es cru fermer ; aime et tu renaîtras, fais-toi fleur pour éclore. » Il rendra son désert semblable à un Éden, Esaïe 51 : 3.
6/10/20204 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

La parabole du fil de fer

Près de ma maison, il y a un arbre. Lorsqu’il était petit, il portait une étiquette avec son nom, fixée par un mince fil de fer. L’arbre grandit : l’emplacement était bon, le sol bien travaillé. Chacun admirait sa belle croissance. Un jour il tomba malade, s’arrêta de pousser, les feuilles pâlirent. Nous nous demandions ce qu’il avait et nous avons découvert que le fil de fer s’était incrusté dans l’écorce empêchant l’afflux de la sève… Après l’avoir retiré, l’arbre reprit vie. Que de fils dans la vie des chrétiens, en fer ou peut-être en or ou en argent, ce peuvent être aussi des désirs charnels, nos raisonnements, nos plans ! Ce que la Bible appelle toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Christ ! Nous les connaissons tous et le voisin les découvre avant nous, avant que nous en ressentions les effets néfastes… Arrière de nous, tous ces « fils de fer » qui arrêtent la vie ! Le chrétien, nous dit la Bible dans le Psaume 1, Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit.
6/9/20202 minutes, 16 seconds
Episode Artwork

Cuando Dios Da Una Orden Hasta El Diablo Obedece - 365 Historias (59) Español

Cuando la palabra de Dios sale de su boca, toda su creacion oye la voz de Dios y obedece, hasta aquellos cuya gracia fue quitada, son obedientes y sirven a los hijos del Rey de reyes. Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
6/8/20202 minutes
Episode Artwork

Crash dans la rivière !

Un jour, au pied des Andes, quatre hommes assez corpulents avaient pris place avec leur pilote dans un Piper Tri-Pacer, au cours d’un vol au-dessus de la jungle. Le poids de ces hommes créa une surcharge par rapport à la puissance des moteurs. En fin de vol, le Piper décrocha au-dessus de la montagne, tomba au milieu d’un fleuve de la jungle plein de remous et s’enfonça. Les hommes se dégagèrent rapidement et se mirent à nager avec frénésie vers la berge éloignée d’une cinquantaine de mètres. Mais le courant était beaucoup trop fort. Avant qu’ils n'aient pu parcourir dix mètres, ils avaient été entraînés sur 400 mètres. La mort semblait imminente. Complètement épuisé, le premier abandonna. Mais tandis que son corps perdait toute son énergie et que ses jambes s’enfonçaient, ses pieds touchèrent le lit du fleuve. Quelles ne furent pas sa satisfaction et sa joie de constater que ce fleuve qui les entraînait vers la mort était profond de moins d’un mètre ! Il se mit debout et cria à ses compagnons, qui luttaient toujours, d’arrêter de nager et de mettre les pieds par terre. Le visage marqué par l’effort, mais le cœur plein de joie, les quatre hommes pataugèrent en toute tranquillité vers la rive. Que de fois avons-nous, nous aussi, fait des efforts inutiles, nous fatiguant à vouloir nager dans des eaux peu profondes alors que nous aurions dû nous abandonner à Dieu avec confiance. Ne crains rien, car je suis avec toi, Esaïe 41 : 10-14
6/7/20202 minutes, 47 seconds
Episode Artwork

El Coraje De Dar Testimonio - 365 Historias (125) Español

El dar testimonio a veces puede ser complicado o da temor, pero con nuestro testimonio podemos glorificar el nombre de nuestro Dios, porque damos a conocer el poder de su amor y gloria, hable con el mundo sobre como Dios cambio su vida para bien, ¡sin temor porque Él esta con usted a donde vaya! Isaias 55:6 Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
6/7/20203 minutes, 44 seconds
Episode Artwork

Felix Mendelssohn y El Organista - 365 Historias (129) Español

Una historia inspiradora que nos relata la experiencia de este famoso compositor en una iglesia. Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: www.365histoires.com/ Y la página en español: www.365histoires.com/
6/6/20204 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

La Anciana Que Viaja - 365 Historias (139) Español

Dios nos da a escoger dos caminos, en nuestras manos esta cual tomar, debemos ser sabios en todo tiempo, a veces, el camino facil resulta perjudicar nuestras vidas. ¡Dios te bendiga! Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
6/5/20205 minutes, 53 seconds
Episode Artwork

Quand le fardeau devient un pont !

Paul était en vacances dans les Pyrénées. Un jour qu’il gravissait un chemin dans la montagne, il observa quelque chose d’étrange. Une fourmi traînait derrière elle un long fétu de paille, trois fois plus long qu’elle. Il s’arrêta et se mit à l’observer. La fourmi arriva sur une fente du rocher qui vu sa taille était pour elle un véritable précipice. Elle essaya plusieurs fois de traverser avec son chargement. Cela semblait impossible, elle risquait de tomber dans le « précipice », elle et son chargement. Elle s’arrêta quelques instants comme pour réfléchir. Puis elle saisit une extrémité du fétu et le poussa devant elle au-dessus de la fente, puis elle s’en servit comme d’un pont pour passer de l’autre côté. Ensuite elle tira la paille derrière elle et reprit son chemin avec son chargement. Elle et son fétu étaient sains et saufs. Quelle leçon peut-on en tirer ? Au lieu d’aborder un fardeau comme une montagne infranchissable, pourquoi ne pas « l’utiliser » comme un pont pour traverser les situations difficiles. Que ce pont devienne pour vous et pour moi, un pont qui nous aide à grandir, et à fortifier notre foi. Portons-le avec persévérance. Car mon joug est doux, et mon fardeau est léger, Matthieu 11 : 30.
6/4/20202 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Una Biblia Sobre Las Vías Del Tren - 365 Historias (144) Español

La historia de hoy nos enseña que la Palabra de Dios nunca regresa vacia! Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal. Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/ Facebook: https://www.facebook.com/365histoires/ Facebook ES: https://www.facebook.com/365-historias-637713832927143/
6/4/20202 minutes, 8 seconds
Episode Artwork

La puissance de la croix !

Pendant longtemps, les missionnaires moraves envoyés au Groenland avaient évangélisé les Esquimaux sans constater une seule conversion. Enfin, en 1738, un groupe d’Esquimaux vint à passer près de la cabane de quatre missionnaires, et, poussés par la curiosité, quelques-uns y pénétrèrent. Les quatre amis étaient précisément occupés à traduire les évangiles, ce qui intrigua beaucoup les visiteurs. Alors, un des missionnaires eut l’idée de lire à haute voix le récit de la « Passion du Christ ». Il supplia ensuite ses auditeurs de se tourner vers Jésus, dont le sang avait été versé pour le rachat de leurs âmes. Quelques-uns des visiteurs s’esquivèrent, mais l’un d’eux, nommé Kajarnak, dit avec émotion : « Expliquez-moi cela encore une fois. Moi aussi, je voudrais être sauvé ! » Les larmes aux yeux, les missionnaires recommencèrent à parler des souffrances et de la mort du Sauveur. En 1739, Kajarnak se fit baptiser avec sa famille, malgré les menaces de mort des membres de sa tribu. En dépit de tout, il demeura ferme, et sa conversion finit par ébranler ses compatriotes. De tous côtés arrivaient maintenant des Esquimaux pour entendre parler du Christ crucifié. Et c’est la prédication de la croix qui a toujours fait sur eux l’impression la plus profonde. Malgré les efforts des sorciers, le nombre des convertis s’accrut, au point de former toute une assemblée autour du poste missionnaire. Car l’amour de Christ nous presse, 2 Corinthiens 5 : 14. Nous prêchons Christ crucifié […] mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu, 1 Corinthiens 1 : 23-24.
6/4/20202 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Dios Es Fiel - 365 Historias (147) Español

Dios Es Fiel - 365 Historias (147) Español by Jean-Louis Gaillard
6/3/20206 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Faut-il vraiment écouter ses parents ?

L’entrée du terrier des rats musqués se trouve généralement en dessous du niveau de l’eau. Le rat musqué plonge donc sous l’eau pour rentrer chez lui, et remonte dans son terrier creusé dans la terre des berges. Un jour, je trouvai une entrée prometteuse, car j’estimai que ce terrier devait abriter toute une famille. Ne pouvant placer le piège habituel, je fixai solidement à l’entrée une nasse de ma fabrication (rouleau de grillage fermé d’un côté et portant de l’autre une entrée en forme de cône), le rat musqué entra par le cône dans la nasse et n’arriva plus à en ressortir. La famille était donc enfermée dans son terrier et le piège mortel les attendait à la sortie. Mais cette fois, je ne capturai que deux jeunes membres de la famille. On peut imaginer les choses ainsi : papa et maman rats musqués, sages et expérimentés, firent comprendre solennellement à chacun qu’il ne fallait sortir à aucun prix. Mais avec le temps, perdant patience, sûrs d’eux-mêmes, bravant le danger, deux de leurs enfants sortirent dans la nasse… pour y perdre la vie. Pourquoi donc ces « jeunes » n’ont-ils pas écouté la voix de la sagesse, selon qu’il est écrit : Ecoute, mon fils, l’instruction de ton père, et ne rejette pas l’enseignement de ta mère, verset tiré de l’un des plus beaux Proverbes à savoir, 1 : 33.
6/3/20202 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

Tato, Un Hombre De Gran Corazón - 365 Historias (151) Español

Esta es la historia de Tato, un hombre que daba alegremente de corazón a las personas que necesitaban, tomando el ejemplo de Dios, la historia de Tato, el suegro de nuestro pastor, fue un hombre que dió ejemplo de vivir una vida confiando en que Dios los iba a sustentar, a veces nos preocupamos porque nos falta comida o dinero, pero Dios nos dice en Mateo 6:26 “Mirad las aves del cielo, que no siembran, ni siegan, ni recogen en graneros; y, sin embargo, vuestro Padre celestial las alimenta. ¿No valéis vosotros mucho más que ellas?”, nuestro Padre celestial nos sustenta y nos guarda en todo tiempo... Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
6/2/20206 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Les conséquences d’une mauvaise fondation !

L’histoire se passe au Canada. Un promoteur se lance dans la construction d’un nouveau quartier dans la banlieue de Toronto. C’est un faubourg élégant et les maisons sont chères. Elles coûtent l’équivalent de 200 000 à 3 500 000 euros. A grand renfort de publicité, le promoteur réussit à vendre les lots rapidement. Les maisons sont terminées avant l’été. Les nouveaux propriétaires sont ravis. Il fait beau, les jardins sont magnifiques, les maisons sont confortables, claires. Tout l’été, les propriétaires profitent du beau temps. Ce sont des barbecues, des après-midis au bord de la piscine. La belle vie ! Mais l’automne et l’hiver arrivent. Tout le monde sait qu’au Canada, à partir de fin octobre commence les saisons difficiles, la pluie et la neige. Les hivers sont très rigoureux. La neige et la pluie s’abattent sur ces belles maisons. Brutalement, l'une d’elles s’écroule dans un trou. Quelques jours après, une autre, puis encore une. En un rien de temps presque toutes les maisons s’écroulent dans des trous et celles qui restent s’affaissent, et d’autres tiennent à peine debout. Devant l’étendue du désastre, le promoteur est obligé d’avouer que ce quartier avait été construit sur une décharge d’ordures. Parce qu’il était pressé de construire, et de vendre, il n’avait pas pris le temps de renforcer cette décharge, en apportant le bon remblai. Il n’avait pas construit sur de bonnes fondations. Il s’était juste contenté de tasser les ordures et de construire dessus. Est-ce que cela vous parle ? Notre vie chrétienne aussi doit être construite sur une bonne fondation. Jésus nous rappelle que notre maison doit être construite sur du roc. Cette fondation nous dit l’Apôtre Paul : C’est Jésus, mort pour nous à la Croix et ressuscité le troisième jour. Il ajoute « J’ai posé ce fondement comme un sage architecte. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus, 1 Corinthiens 3 : 10. Si notre vie chrétienne n’est pas construite sur ce bon fondement, nous nous écroulerons. L’image est forte. L’Apôtre dit aussi qu’il considère tout ce qu’il a été avant sa conversion « comme de la boue ou des vieilles ordures ». Si nous nous obstinons à vouloir construire notre vie chrétienne sur les valeurs de notre passé ou sur notre ancienne manière de vivre, nous construisons notre vie sur des choses vaines, mortes et sans valeur et qui à la moindre tempête s’écrouleront. Si nous voulons tenir fermes lors des hivers rigoureux où la pluie, la glace, et les vents, fondent sur nous, construisons notre vie sur la mort et la résurrection de Jésus. Laissons cette mort travailler nos cœurs pour nous délivrer de toute cette « boue du passé ». Laissons Jésus affermir et guérir nos cœurs afin que nous tenions fermes dans la tempête.
6/1/20204 minutes, 20 seconds
Episode Artwork

Los Pequeños Paquetes Negros - 365 Historias (166) Español

1 Pedro 5:7 "Echando toda vuestra ansiedad sobre Él, porque Él tiene cuidado de vosotros." Tantas cosas pueden preocuparnos, hasta el punto de olvidarnos del mismo Jesús y desviar nuestra mirada de Él, por el simple hecho de estar atribulados por una carga que no nos pertenece ya que Jesús no nos la dió... ¿Siente usted, igualmente el peso de esa carga? Levante su mirada al cielo y mira a tu Creador, porque Él nos cuida y vela por nosotros. Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
6/1/20204 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

La puissance du pardon !

C’était l’hiver. Un hiver bien rigoureux, un homme qui vivait seul fit une crise cardiaque. Il avait eu la force d’appeler les secours. Il fut admis d’urgence à l’hôpital. Dans un souffle, il demanda à l’infirmière d’appeler sa fille. « C’est ma seule famille » murmura-t-il. L'infirmière téléphona à la fille. La fille éclata en sanglot : « ce n’est pas possible, ce n’est pas possible, gardez-le en vie, je vous en supplie ! Il faut que je le voie avant qu’il ne meure. L’année dernière, on s’était disputé violemment. Je suis partie en claquant la porte et je lui ai crié : « je te hais ». Mais aujourd’hui, je réalise que ce n’est pas vrai : je ne le hais pas, je ne le hais pas…. Je ne le hais pas… ». Elle sanglota de plus belle. « Je voulais aller le revoir, reprit la fille, pour lui demander pardon, j’arrive tout de suite, dites-lui de m’attendre ! » Malheureusement, le père eut un nouvel arrêt cardiaque. On tenta de le ranimer. L’infirmière priait : « ne permet pas qu’il parte avant que sa fille arrive ». Malgré tous leurs efforts, l'équipe médicale, ne parvint pas à le ranimer. Entre temps la fille arriva, hors d’elle-même. Le médecin la prit à part devant la porte de la chambre. — Je suis désolé, dit-il. La fille éclata en sanglot ; entre deux hoquets elle cria : — Je ne l’ai jamais haï ! Je l’aimais, laissez-moi le voir une dernière fois. L’infirmière la fit rentrer dans la chambre. La fille se jeta sur le corps de son papa. Il était là inerte, mais avec un beau sourire sur le visage. Il était parti avec son Sauveur. L’infirmière tourna la tête pour cacher ses propres larmes. Soudain, elle remarqua que le père tenait un morceau de papier. Elle ouvrit doucement la main pour prendre le papier. Et elle lut : — Ma fille chérie, je te pardonne, je sais que tu ne me hais pas, et moi je t’aime, et je prie que tu me pardonnes aussi. Je pars retrouver mon Sauveur, le Seigneur Jésus, qui nous a tout pardonné à la Croix. Nous nous retrouverons avec Lui pour toujours. Persévère dans ta communion avec le Seigneur. Sache que je t’aime. Ton Papa.
5/31/20203 minutes, 18 seconds
Episode Artwork

Los Dos Hermanos - 365 Historias (171) Español

La historia de hoy habla de dos hermanos, el mayor en el camino del mundo y el menor en el camino del evangelio, un día el hermano mayor cometio un delito, y fue hacia donde estaba su hermano menor y le pidio ayuda, y para librarlo del mal su hermano menor se sacrifico por él siendo inocente... Así mismo hizo Jesús con nosotros, nos libro de nuestros pecados muriendo en una cruz, siendo nosotros no merecedores de tal acto de amor. ¡Cristo de ama, ve a sus pies, Él espera por ti para limpiar tu corazón y tu vida! Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
5/31/20204 minutes, 25 seconds
Episode Artwork

La Importancia De La Integridad - 365 Historias (173) Español

Esta historia nos enseña una valiosa lección, que sin importar la ocación o la circunstancia, debemos mantenernos integros, porque nuestro testimonio habla de nuestra vida como cristianos y como Jesús actua en nosotros, debemos ser sabios en todo tiempo y escuchar la voz de Dios. ¡Nuestra vida es la biblia que leen a diario las personas en nuestro entorno! Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
5/30/20203 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Le pardon et l'amour d'un père

Cela se passait en Espagne. Pedro avait un fils adolescent avec qui les rapports étaient difficiles. Tous les jours, ce n’était que cris et insultes. Paco, le fils, reprochait à son père de ne pas le comprendre et Pedro reprochait à son fils d’être rebelle. Ce dernier, à bout, se sauva de la maison. Le père paniqué chercha partout son fils rebelle. Il courut chez tous les amis de celui-ci. Le soir, il allait dans les bars où aurait pu être son garçon. Il alla même à la maison où Paco se retrouvait avec ses amis pour faire de la musique. Mais Paco n’était pas là. Finalement à bout d’idée, et ne sachant que faire, il fit paraître une annonce dans le journal populaire de Madrid. L’annonce disait : « Paco, je te pardonne de tout mon cœur, reviens à la maison, je t’aime et tu me manques terriblement. Retrouve-moi demain à midi devant le bureau du journal sur la grande place. Ton père qui t’aime et qui ne peut vivre sans toi ». Le lendemain, à midi, le père se précipita devant le bureau du journal. Il fut très étonné de voir 800 « Paco » qui attendaient. Chacun avait pensé que c’était à lui qu’était adressé le message du père. Et chacun était venu rechercher l’amour et le pardon de leur père. Et vous ? Savez-vous que le Père Céleste vous adresse un appel : Reviens et je te pardonnerai dit-Il à travers les prophètes de l’Ancien Testament. Et la plus grande preuve qu’Il nous donne de Son Amour et de Son Pardon, c’est qu’Il a donné son Fils Unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle. Et vous, avez-vous entendu ce cri qu’Il vous adresse à travers chaque page de la Parole de Dieu, la Bible ? Avez-vous vu Sa Main tendue vers vous, nuit et jour ? Qu’allez-vous répondre ? Attrapez cette main, entendez cet appel et rentrez dans la maison du Père. Il vous a préparé un banquet et des vêtements de fête, comme lorsque le fils prodigue est revenu. Luc 15 : 11-32. Revenez ! Il vous appelle.
5/30/20203 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Una Mano Dibujada - 365 Historias (176) Español

La historia de hoy tiene una enseñanza muy poderosa, nuestro Padre celestial nos exorta a ayudarnos los unos a los otros, a estar atentos, no solo de nuestros hermanos, sino de cada persona en este mundo que necesita una palabra de aliento y animos, y en otras ocaciones una mano... Mateo 22: 36-40 Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
5/29/20201 minute, 41 seconds
Episode Artwork

Qu’est-ce qui est le plus important ?

Cela se passait lors d’un grand festival de musique. Le violoniste le plus connu du monde devait se produire lors d’un concert exceptionnel. Il devait jouer sur un violon extrêmement précieux, un authentique stradivarius qui datait du XVIIIème siècle, de l’époque même du célèbre luthier. On disait même que ce violon avait appartenu au maître luthier en personne. Le soir du concert, la salle était comble. Les spectateurs venaient des quatre coins de l’Europe. Certaines personnes avaient réservé leur place depuis des mois. Le violoniste parut. Il était magnifique dans son costume noir. Tout le monde regardait son violon. Le silence se fit rapidement. Le musicien commença à jouer. Il jouait avec passion. Les yeux fermés, il faisait courir son archet sur les cordes. Beethoven, Mozart, le répertoire était magnifique, puissant. Le public était enthousiaste, tour à tour en larmes ou transporté de joie. L’émotion était à son comble. Soudain, le musicien s’arrêta. Le public retint son souffle… Qu’allait-il se passer ? Dans un geste absurde, il saisit son violon, le jeta à terre, le piétina. Le public était interloqué. Des protestations commencèrent à fuser dans la salle. L’atmosphère devint électrique, au bord de l’explosion. L’organisateur de la soirée pénétra sur la scène. Avec calme il prit la parole et dit : « Ne vous inquiétez pas, ce violon n’a aucune valeur. Notre virtuose a voulu démontrer, que l’instrument n’a pas d’importance. C’est le virtuose qui est important. C’est lui qui peut tirer de son instrument ces sons, qui vous font pleurer et qui vous transportent de joie ». Le violoniste revint sur scène. On lui tendit un nouveau violon. Le virtuose se mit à jouer. Les mêmes émotions parcoururent la salle. Le violon était le vrai, l’authentique Stradivarius du XVIIIème siècle. Et nous ? Nous ne sommes que des instruments entre les mains du Seigneur. C’est Lui qui, tel ce virtuose, arrive à tirer de nous des sons ineffables. Il nous utilise comme Il veut. Faisons-Lui confiance parce que ce qu’Il fait de nos vies est parfait. Ne regardons pas à nos imperfections. Dieu sait ce qu’Il peut faire de nos vies. Nos capacités, nos dons ne l’impressionnent pas. Il sait Lui, ce qu’Il veut faire. L’artiste, c’est Lui !
5/28/20203 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Misericordia Inexplicable - 365 Historias (180) Español

¿Puede Dios perdonarnos y limpiar nuestros pecados? Esta pregunta nos las hacemos muchas personas, la misericordia de Dios es tan grande que nos perdona sin siquiera flaquear, nos ama tanto que perdona nuestras ofensas, sin siquiera merecerlo, la misericordia de nuestro amado Padre celestial es inexplicable, es extraña, pero su misericordia nos alcanzo y nos cubrio, haciendonos parte con Él y con su Hijo... ¡Dios te ama, Cristo te ama, y estan esperando a que des el primer paso para limpiar tu corazón! Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
5/28/20204 minutes, 19 seconds
Episode Artwork

Un sac de pommes de terre !

Un professeur d’Institut Biblique devait apporter un enseignement sur le thème du pardon. « Pour le prochain cours », dit-il à ses étudiants, chacun de vous apportera un sac de pommes de terre ! Au jour J, chaque étudiant est invité à inscrire sur chacune des pommes de terre de son sac le nom d’une personne à qui il refuse de pardonner ! » Et l’enseignement pratique se poursuit : « Pendant le mois qui vient, ordonne le professeur, partout où vous irez, vous porterez votre sac de pommes de terre sur le dos, chacun le sien ! » Un fardeau qui parut bien vite insupportable à l’ensemble des étudiants ! Et chacun de se rendre compte du poids spirituel de la rancœur qu’il portait en lui. Sans parler du degré d’énergie qu’il gaspillait en transportant son fardeau et du danger qu’il courait à laisser ce fardeau à un mauvais endroit… Puis, à mesure que les pommes de terre commençaient à pourrir, chacun comprit qu’il devait se débarrasser du sac au plus vite ! Écoutez ces paroles : Si vous pardonnez aux autres le mal qu’ils vous ont fait, votre Père qui est au ciel vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père ne vous pardonnera pas non plus le mal que vous avez fait, Matthieu 6 : 14-15. Tel est le prix à payer quand on refuse de pardonner ! Le pardon n’est pas seulement un don que vous faites aux autres, c’est aussi -et surtout- un cadeau que vous vous faites à vous-même, car, en refusant de pardonner, un boulet s’attache à votre cœur : le bonheur et la bénédiction s’enfuient loin de vous. Qu’allez-vous donc faire du fardeau de fautes que vous refusez de pardonner ? Aimeriez-vous vraiment que Dieu vous pardonne avec le même enthousiasme que vous mettez à pardonner aux autres ? Si cette idée vous gêne un peu, agissez dès aujourd’hui, avant le coucher du soleil. C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur, Matthieu 18 : 21-35.
5/27/20203 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Escuchar La Voz De Dios - 365 Historias (52) Español

Una noche, un joven asistió a una reunión bíblica sobre lo importante que es escuchar la voz de Dios y obedecerla. Al término de la dicha reunión, el joven no podía dejar de preguntarse si verdaderamente Dios seguía hablándole a la gente. Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
5/27/20205 minutes, 41 seconds
Episode Artwork

C’est la planche qui compte !

Voici une réflexion frappante faite par l’un des successeurs de Georges Müller dans la direction des orphelinats de Bristol à propos de « petite foi » et « grande foi ». Un jour que M. Allan, fondateur de la Mission parmi les Indiens de Bolivie, était venu visiter l’œuvre en compagnie de son épouse, celle-ci, à la vue des 5 immenses bâtiments, s’écria : — M. Burton ! Il doit falloir une dose de foi peu ordinaire pour faire marcher tout cela ! — Madame, fut la réponse, une petite foi basée sur une planche solide me maintient au-dessus des flots, une grande foi basée sur une planche vermoulue me ferait faire naufrage. Que votre foi soit fondée sur la puissance de Dieu, 1 Corinthiens 2 : 2 et 5.
5/27/20202 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

De Regreso A Casa - 365 Historias (204) Español

Muchos cristianos han abandonado su casa espiritual por cualquier motivo, y la mayoria no vuelve por temor a que Dios no los reciba, en la historia de hoy veremos un caso parecido, un hombre que se fue de su hogar y al momento de regresar a casa se sentia inseguro por no ser recibido en la misma... ¡Dios nos ama y espera por sus hijos en su casa, nos recibira con amor y con los brazos abiertos, recibira a los que nunca han estado en su casa y a los que se han marchado, Dios nos espera de brazos abiertos y con su amor infinito! Recuerda que cada semana hay una historia nueva en el canal: https://www.youtube.com/365historiases Visita la página principal para ver mas historias: https://www.365histoires.com/ Y la página en español: https://www.365histoires.com/
5/26/20206 minutes, 22 seconds
Episode Artwork

La parabole de l’horloge !

Une petite horloge réparée se mit à broyer du noir : « Voilà, dit-elle de sa mince voix métallique, je suis toute petite et pourtant, celui qui m’a faite m’a donné une tâche incroyable ! Il me condamne à faire 3 600 tic-tacs par heure, 86 400 par jour et 31 536 000 par an. Rien que d’y penser je suis à demi-morte ». L’horloger qui rentrait, entendit la fin de ce discours, et, tout en la remontant, lui dit doucement : — Tu as assez de force pour un seul tic-tac à la fois. Je ne t’en demande pas davantage. Il y a longtemps de cela et l’horloge marche toujours. Dieu ne nous demande pas plus : accomplir maintenant le devoir de l’heure présente. Ce qui paralyse tant d’être généreux, qui voudraient être magnifiques, c’est que tous ces êtres généreux voudraient faire, sans tarder, de grands bonds en avant. Peut-être, cela leur sera-t-il donné un jour. Mais, en attendant, qu’ils apprennent à commencer par de petits pas. Et surtout à continuer. Voilà, n’est-ce pas, un bon moyen, le vrai moyen de faire la volonté de Dieu. Et d’être paisibles et heureux. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine, Matthieu 6 : 34
5/25/20202 minutes, 34 seconds
Episode Artwork

Le bâtisseur ! (Une histoire vraie librement inspirée de la vie de George Cadbury).

Cette histoire s’adresse à tous et surtout à ceux qui aiment le chocolat. Qui n’a pas goûté ces merveilleuses tablettes de chocolat au lait, fourrées aux noisettes et aux raisins ? L’homme qui a créé cette usine de chocolat était un homme qui aimait gagner. Aucune montagne n’était trop élevée pour lui. Mais ce qui était important pour lui, c’est que ce qu’il construisait soit durable. Ce n’était pas l’homme des châteaux de carte qui s’effondrent dès le moindre souffle de vent. Sa première construction fut un château de sable. Un après-midi d’été, le soleil tapait fort sur cette plage du petit village de Blackpool. De nos jours Blackpool est une grande ville, mais à l’époque ce n’était qu’un petit village. Les « bâtisseurs professionnels » de châteaux de sable savent qu’il faut être nombreux pour construire un édifice imposant. Aussi le petit George invita-t-il toute sa famille à l’aider, dans la construction de sa première œuvre. Tout le monde s’était mis à l’œuvre. Les jeunes frères et sœurs, cherchèrent partout sur la plage les meilleurs matériaux de construction –les galets lisses et plats, l’argile le plus malléable, les coquillages entiers et de belles couleurs. Pendant que les uns cherchaient, lui et ses grands frères construisaient. Ils travaillèrent tout l’après-midi, sculptant, collant les coquillages, fignolant les créneaux, réfléchissant à la manière la plus efficace de construire un pont levis. A la fin de l’après-midi, l’œuvre, au fait le chef d’œuvre, fut achevé. Mais est-ce qu’il tiendrait jusqu’au lendemain ? Le lendemain, la famille se précipita et le petit Georges vit que le château fort était toujours là, fier, et résistant aux vagues. La famille entière, s’était unie pour apporter un soin particulier à la construction de ce petit bijou. Cela, fut une grande leçon pour Georges. Quand il eut vingt-deux ans, son frère Richard prit la direction de l’usine familiale. Ils fabriquaient une confiserie bon marché, qui ressemblait au chocolat. A l’époque, c’était une minuscule usine, la plus petite du pays. Malgré tous ses efforts, au bout de trois ans, l’entreprise perdit tant d’argent, qu’ils étaient à deux doigts de fermer. L’entreprise était au bord de la faillite. Alors Georges et son frère décidèrent de cesser la production de ce mélange bon marché. Comme pour le château fort, ils décidèrent de partir à la recherche d’ingrédients excellents. Leur devise devint « totalement pure ». Bien sûr que le chocolat allait être plus cher mais en contrepartie, il allait être excellent. Leur effort paya. Beaucoup se mirent à acheter ce chocolat. Ils eurent tant de succès qu’ils ne pouvaient même plus honorer leur commande. Bientôt Georges fut à la tête d’une des plus grosses usines de chocolat du pays. Pourtant, il ne fit pas fortune. Savez-vous pourquoi ? Son argent servit pour construire autre chose. Selon sa manière d’agir, il y travailla dur à la recherche de matière première d’excellente qualité. Mais là, ce n’était pas des choses matérielles, comme du cacao et du chocolat. Il s’agissait des choses spirituelles, telles qu’une foi pure, un amour pur et de l’espérance. George aimait Jésus, et son plus grand désir était d’annoncer l’évangile et d’emmener les gens à mener une vie sainte. Et enfin la troisième et, la plus importante aux yeux de Georges Cadbury, est éternelle : c’est le Royaume de Dieu sur terre. C’est à cette construction qu’il consacra toute sa force, c’est celle qui était la plus chère à ses yeux
5/25/20206 minutes, 10 seconds
Episode Artwork

Dans quel type d'église un chrétien devrait se retrouver ?

J'ai été souvent sollicité pour aller dans une Méga-Church, et j'y suis allé, et j'ai vu beaucoup de choses étranges. J'ai été ancien dans l'une des grandes églises de Paris durant 10 années, et je vous raconte ... Références des anciens qui dirigeaient l'église de Jérusalem : Actes 11 : 30 Actes 15 : 2, 6, 23 Actes 21 :18 Je vous montre ce qu'est "un ancien" dans une église locale, et comment cela devrait fonctionner ainsi que la gouvernance collégiale des anciens et les cinq ministères...
5/23/202014 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Il est interdit de pêcher depuis les balcons !

Etonnante non, cette petite phrase ! Avez-vous déjà vu une pancarte de ce genre sur la façade d’un grand hôtel ? Imaginez un bel hôtel 1900 avec vue sur la mer. Certaines chambres donnent carrément sur la mer et non pas sur la plage, mais sur la mer même ! Un grand hôtel qui a un grand restaurant, avec des grandes baies vitrées et qui donnent sur la mer. Les touristes aisés viennent y déguster du homard ou des soles meunières. Mais toutes les baies vitrées de cette salle à manger sont brisées. Pourquoi ? Les touristes un peu farfelus essayaient de pêcher depuis les terrasses de leur chambre. Bien sûr, les lignes étant trop courtes et les plombs très lourds, se fracassaient contre les baies vitrées. Ces immenses baies vitrées coûtent très cher. Plus de 3 000 euros chacune ! Imaginez le budget « vitres cassées » de cet hôtel. Les propriétaires avaient tout essayé : des panneaux, des menaces de sanction, obligation de rembourser les fenêtres. Rien n’y faisait. Plus on interdisait, plus on menaçait, plus les touristes étaient rebelles et trouvaient mille manières de faire comme ils leur plaisaient, c’est-à-dire d’envoyer leur ligne pour pêcher depuis leur balcon. C’était même devenu un jeu. En fin de compte, le propriétaire de l’hôtel, épuisé par cette lutte incessante, enleva les panneaux, les menaces, les sanctions. « Tant pis, se dit-il. Ça fera partie des pertes et profits. On va augmenter l’assurance ». Curieusement les problèmes cessèrent. Avez-vous compris la leçon ? Plus on interdit, plus on a envie de faire la chose qu’on nous interdit. La loi fait ressortir la nature pécheresse en nous. C’est la loi qui a révélé le péché. Plus on nous dit que c’est mal, plus on a envie de faire les choses. Le péché nous conduit à la mort. Mais la loi n’est pas la solution. Mais où est la solution ? me demanderez-vous. Comme l’apôtre Paul on peut crier : Mais qui me délivrera de ce corps de mort, malgré mes bonnes résolutions, les lois que je m’impose, la discipline de fer. Non je n’y arrive pas. La solution c’est comme le dit l’apôtre Paul : Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ, notre Seigneur, qui nous délivre de la loi du péché et de la mort. La solution c’est Jésus, reconnaître que l’on est incapable de nous en sortir par nous-mêmes, reconnaître qu’Il a payé pour moi. Reconnaître que j’ai besoin de Lui. Venez à Lui vous tous qui êtes fatigués et chargés (par le poids du péché et de la mort) et Il vous donnera du repos. Jésus est la réponse ! Il peut et veut nous rendre LIBRE ! L’accepteriez-vous ?
5/22/20203 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Communications

Le monde actuel dispose d’un réseau très complexe de moyens de communications : radio, TV, téléphone, télex, fax, Internet, Réseaux sociaux ... le tout retransmis par satellites. Les évènements et les nouvelles se transmettent d’un bout du monde à l’autre au moment même où ils se déroulent. C’est ainsi que les hommes et ceux qui les dirigent diffusent leurs raisonnements, proposent leurs critères et imposent leurs choix. Nos contemporains s’expriment en fonction et dans les termes de ce qu’ils ont entendu et vu, par ce qu’on appelle « les media ». Qu’en est-il de nous chrétiens ? Nos références sont-elles basées sur telles ou telles sources d’information, du reste si souvent contradictoires, sinon mensongères ? Soyons plutôt à l’écoute d’une autre voix, la seule qui mérite d’être écoutée et crue. La Bible nous fait entendre la voix divine, et le Saint-Esprit qui habite en nous, nous montre que Dieu conserve la haute main sur les événements qui bouleversent le monde. Sa Parole permet au chrétien de situer l’actualité dans la perspective de l’éternité. Les hommes pensent faire leur volonté et parvenir à leurs fins, mais Dieu tient tout dans sa main et soyons assurés qu’Il aura le dernier mot pour sa gloire et pour le bonheur des siens. Ecoutez ma voix, soyez attentifs, écoutez ma parole. Esaïe 28 : 23. Terre, terre, terre, écoute la parole de l’Eternel, Jérémie 22 : 29. Bienheureux sont ceux qui écoutent la Parole de Dieu, Luc 11 : 28.
5/20/20202 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

La grâce !

On se souvient de la vague de froid sibérien qui déferla sur la vallée du Rhône dans les premières semaines de janvier 1940 ; on ne reconnaissait plus l’Ardèche, tant la température était inaccoutumée ! Bientôt cependant le blizzard et la neige firent place à une lourde et tiède humidité : le sec Vivarais ruisselait maintenant de pluie et collait de boue ; le brouillard d’Angleterre nous ensevelissait vivants. J’eus à sortir un soir, à grand péril, tant le brouillard opaque rendait la circulation dangereuse pour les automobilistes. Il fallait longer le Rhône ; traverser un bourg et pénétrer dans le parc de l’hôpital municipal par une allée carrossable, laquelle était surélevée par rapport aux pelouses marécageuses. Je manquai le virage, glissai sur le talus herbeux et m’embourbai. Que faire ? Le réservoir d’essence avait pris une telle inclinaison que le carburant n’alimentait plus le moteur. J’essayai de pousser la voiture : impossible ! J’allai chercher au bourg un bidon d’essence : le moteur tournait maintenant, mais en vain ; car les roues patinaient et la voiture s’embourbait de plus en plus. Il me fallut alors chercher le garagiste lui-même qui, malgré le brouillard et la nuit, consentit à venir dépanner la voiture avec chaîne, corde et auto. Ce fut peine perdue ! Après une heure de manœuvres inutiles, l’homme plia sa corde et alla se coucher. Quant à moi, j’en fus à me demander ce qu’il convenait de faire ! Faire quelque chose ? Mais il n’y avait plus rien à faire ! On dit que la nuit porte conseil. Soit ! Je décidai de rentrer chez moi par mes propres moyens. La voiture fut laissée là et, bientôt, je m’abandonnai au sommeil. On verrait bien demain ! À sept heures, le lendemain matin, coup de téléphone ! C’était l’hôpital municipal : —Allô, allô ! Monsieur le pasteur ? — Oui. — Votre voiture est dépannée. — Mais qui a fait cela ? —Au petit jour, le camion de la voirie est allé la chercher. Tout heureux, je partis pour prendre livraison de mon bien et récompenser l’auteur du dépannage. Comme je sortais mon portefeuille : —Non, dit le chauffeur, laissez cela. — Mais, combien vous dois-je ? — Rien du tout, c’est gratuit ! Parabole ! Vivant loin de Dieu, nous connaissons nous aussi la congélation sibérienne de notre vie profonde qui, bientôt, se dissout dans le brouillard le plus terne, la tristesse la plus morne et la boue du péché. Tous nos feux s’éteignent : toutes nos lumières ne suffisent plus à éviter l’accident. Alors, ça y est : nous voilà embourbés dans une situation impossible, totalement immobilisés dans la nuit ! Que faire ? D’abord, nous mettons tout en œuvre pour nous sortir de là selon nos propres forces : nous poussons au maximum toutes les ressources du moteur de notre volonté. Souvent aussi, nous faisons appel aux possibilités (également humaines) d’autrui. Mais hélas, nous faisons l’amère expérience que nous n’avons pas à lutter seulement « contre la chair et le sang », comme dit l’apôtre Paul, mais bien contre des puissances surhumaines qui agissent obscurément en nous et nous enchaînent. Que faire alors ?.... Bonne écoute !
5/19/20206 minutes, 15 seconds
Episode Artwork

Trois croix !

Sur la croix centrale, on a cloué celui qu’on désigne comme le plus coupable. Or, cet homme est précisément le seul juste. Lui, qui n’a jamais commis le moindre péché donne sa vie pour expier les péchés des autres, les miens et les vôtres. Il aurait pu se soustraire à cet horrible supplice et remonter vers son Dieu. Il ne l’a pas fait parce qu’il voulait sauver des coupables, subir la punition que vous et moi nous méritions. Deuxième croix : voici un homme qui se tourne vers Jésus. Il reconnaît sa culpabilité et la sainteté de celui qui n’a rien fait de mal. Il l’appelle Seigneur et reconnaît sa dignité, Luc 23 : 40-42. Mais, ce condamné est un malfaiteur. Qu’importe ! Le salut est pour tous. Il est pour : quiconque croit, Jean 3. 16. Alors, Jésus lui dit : — Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis ! Sur la troisième croix, un autre condamné est crucifié. Il injurie le Seigneur et se moque de lui : N’es-tu pas le Christ, toi ? Sauve-toi toi-même et nous aussi, Luc 23 : 39. Incrédule, il meurt loin de Dieu alors que le Sauveur était là, tout près de lui. Jésus s’approche de vous. Il vous offre son salut. Vous n’avez qu’à tendre la main, la main de la foi. Jésus sortit portant sa croix et s’en alla au lieu appelé lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. C’est là qu’il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu, Jean 19 : 17-18.
5/18/20202 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

Que vos enfants soient fiers de vous !

Les parents sont la fierté de leurs enfants, Proverbes 17 : 6. Vous qui êtes parents, rappelez-vous que votre intégrité (ou votre manque d’intégrité) aura des conséquences irrémédiables non seulement sur votre vie mais aussi sur la vie de vos enfants. Il y a bien des années, grandissait en Allemagne un jeune garçon juif qui admirait beaucoup son père. Ce dernier avait bâti la vie de sa famille autour de sa religion et de sa foi. Chaque semaine, il les emmenait tous à la synagogue. Lorsque le garçon eut dix ans, la famille fut forcée de déménager et d’aller vivre dans une autre ville, dépourvue de synagogue. Tous les gens importants de la ville allaient à l’église Luthérienne, la seule église de cette ville. Soudain, le père du garçon déclara qu’ils allaient tous devenir Luthériens, ajoutant que ce serait excellent « pour leurs affaires ». Le garçon en fut profondément marqué. Il en voulut à son père et plus tard décida de quitter l’Allemagne pour continuer ses études en Angleterre. Il se mit à passer ses journées au British Museum, réfléchissant et formulant ses idées dans un livre où il décrivait un nouvel ordre social et imaginait un nouveau concept politique qui allait entraîner plus tard misère et souffrances pour des millions d’êtres humains. Sa philosophie allait devenir la base de réflexion de la moitié des gouvernements de notre planète. Ce garçon s’appelait Karl Marx, le père du communisme. L’histoire de notre époque a été affectée à jamais par un père qui « vendit » ses principes pour un bénéfice temporaire. Vous qui êtes parents, vivez une vie intègre devant vos enfants et vous n’aurez rien à craindre ! Faites que votre vie soit un livre ouvert dans lequel vos enfants pourront lire sans arrière-pensée. Etablissez un système de valeurs capables de régir chaque aspect de votre vie. Bien sûr, vous êtes humains tous les deux, père et mère et parfois, vous vous débattrez dans des situations qui exigent que vous fassiez un choix entre ce que vous voulez faire et ce que vous devez faire. Mais marchez avec Dieu, la main dans la main, défendez votre intégrité coûte que coûte et vous découvrirez que vous êtes capables, chaque fois, de faire le bon choix !
5/17/20203 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Non, jamais seul !

Il y avait un couple athée qui avait un enfant. Le couple n'avait jamais dit quoi que ce soit à leur fille au sujet du Seigneur Jésus. Une nuit, quand la petite fille avait 5 ans, les parents se battirent entre eux et le papa tira une balle de revolver sur la maman, juste devant l'enfant. Puis, le père retourna l’arme contre lui et se suicida. La petite fille regardait tout cela. Elle fut ensuite envoyée dans un foyer d'accueil. La mère adoptive était chrétienne et amena l'enfant à l'église. Le premier jour à l'école du dimanche, la mère adoptive dit au professeur que la fillette n'avait jamais entendu parler de Jésus et lui demanda d’avoir de la patience avec elle. L'enseignant montra une image de Jésus et demanda : « Est-ce que quelqu'un sait qui c'est ? » La petite fille prit la parole : « Je sais, c'est l'homme qui se tenait près de moi, la nuit où mes parents sont morts. » Le SEIGNEUR protège les immigrés, il soutient l’orphelin et la veuve, mais déroute les pas des méchants, Psaumes 146 : 9.
5/15/20202 minutes, 9 seconds
Episode Artwork

Parabole : la tapisserie

Cette tapisserie encore en chantier, c’est ma vie ; tendue sur un cadre rigide, ses fils de chaîne solidement amarrés, elle s’élabore au jour le jour. L’artisan travaille sans relâche et son modèle est, dit-on, de toute beauté. Pourtant, il échappe à mon regard, défie ma curiosité. Pire encore, je ne distingue pas, dans l’enchevêtrement des fils et dans la diversité des couleurs, de ligne directrice ni d’indice sûr qui me permette d’anticiper l’œuvre achevée : des brins de laine pendent çà et là, des nœuds jaillissent, disgracieux, certains motifs paraissent s’interrompre. En outre, pourquoi avoir mis cette teinte sombre, juste à cet endroit ? Et puis, non ! Qui suis-je pour contester ? N’ai-je pas décidé, une fois pour toutes, de remettre la trame de ma vie au souverain Tisserand et de lui faire confiance ? Comment ai-je pu oublier : ce qui heurte mon regard et paraît décevoir mon attente, ce n’est que l’ENVERS de l’ouvrage. De l’autre côté, l’Artiste, dans son chantier de lumière, sait à quoi il travaille et il veillera à me conformer au Modèle. L’argile dit-elle à celui qui la façonne : que fais-tu ? Isaïe 45 : 9.
5/14/20202 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Un mal irréparable !

Un homme pieux s’en allait mourir, lorsqu’il vit son voisin Jean entrer dans sa chambre d’un air triste et humilié et lui dire : —Je viens d’apprendre à l’instant que tu es bien mal et je ne puis te laisser partir ainsi. Il y a quelque chose qui me tourmente ; tu sais ce que c’est : je me suis toujours laissé aller à dire des méchancetés contre toi. Je ne le faisais pas dans une mauvaise intention mais j’y prenais un malin plaisir, parce que tu étais chrétien ; je sais que tu en as souffert et que même cela t’a fait du tort. Maintenant, je le regrette de tout mon cœur. Peux-tu me pardonner ? Le malade l’écouta avec émotion et répondit : —Oui, Jean, je te pardonne volontiers. Il est vrai que bien des fois tu m’as profondément blessé et que tu m’as fait manquer des occasions de travail ; mais c’est passé maintenant. Je suis heureux que tu aies reconnu ton tort et, encore une fois, tout est pardonné. J’ai cependant un désir à t’exprimer. —Lequel ? dit Jean. Je suis prêt à tout ! —Alors, je désire que tu prennes mon oreiller de plume et que tu ailles le vider du haut du clocher de l’église. Les assistants se regardèrent avec étonnement, et la femme du mourant lui demanda si c’était bien cela qu’il voulait dire. Il fit un signe de tête si sérieux qu’il n’y avait pas à s’y méprendre. Aussi Jean alla-t-il s’acquitter de sa singulière commission ; il monta sur le clocher du village, secoua soigneusement l’oreiller et vit les innombrables petites plumes emportées par le vent se répandre de tous côtés. Puis il rapporta le sac vide au moribond. —Bien, lui dit celui-ci ; maintenant, encore quelque chose et je serai content ! Prends cette taie et va ramasser toutes les plumes qui y étaient jusqu’à ce qu’elle soit remplie. Jean regarda le mourant d’un air interrogateur. Mais, au bout d’un instant, il comprit et baissa les yeux. Puis, tristement, il regarda de nouveau son ami, qui lui dit encore : —Tu vois, Jean : c’est la même chose avec la médisance : Les paroles sont vite prononcées et elles se répandent au loin. Et puis, quand on veut réparer le mal qu’on a fait, ce n’est plus possible, c’est trop tard ! Je pars sans aucune amertume contre toi, puisque tu regrettes de t’être laissé aller, mais le tort que tu m’as fait n’est plus réparable. Que Dieu te garde à l’avenir ! Et maintenant, adieu ! Je crains à mon arrivée […] de trouver des médisances, des calomnies, 2 Corinthiens 12 : 20.
5/13/20203 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Un cœur plein d’amertume !

Une dame d’un certain âge avait non seulement le cœur brisé mais déjà infecté, plein d’amertume, dévoré même par la jalousie. Elle ne pouvait plus sortir de ce cercle infernal. Elle prit rendez-vous avec le docteur Tournier de Genève. Je le cite : « Je me mets tout simplement à lui parler de Jésus-Christ, du pardon, de la sérénité qu’on trouve dans l’abandon. Elle me regarde avec un étonnement grandissant. Bientôt, elle se met à pleurer et puis à prier pour apporter tous ses mauvais sentiments à Dieu et lui demander de la libérer. Elle me quitte, toute douce et souriante. J’étais encore plus ému qu’elle… » Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée ; Car nuit et jour ta main pesait sur moi, Ma vigueur n’était plus que sécheresse, comme celle de l’été. (Pause.) Je t’ai fait connaître mon péché, Je n’ai pas couvert ma faute ; J’ai dit : Je confesserai mes transgressions à l’Éternel ! Et toi, tu as enlevé la faute de mon péché, Psaumes 32 : 3-5. Si nous avouons nos fautes, nous pouvons nous fier à Dieu : il nous purifiera, 1 Jean 1 : 9.
5/12/20202 minutes, 16 seconds
Episode Artwork

Comment ai-je succombé à la tentation ?

Après plusieurs mois d’instruction concernant les diverses fonctions d’infirmier militaire, les cours se terminaient par un grand examen général où les meilleurs étaient récompensés en se voyant attribuer des grades militaires. Le jour des épreuves, nous étions tous dans le même endroit, avec un seul chef surveillant militaire. Il nous posait les questions et nous devions répondre par écrit. Mais quelque chose d’inattendu et d’anormal se produisit sous mes yeux. Beaucoup de mes camarades se mirent à tricher ; ils sortaient de leurs sacs cahiers et livres et répondaient ainsi aux questions posées, sans que notre surveillant ne réagisse. J’étais outré ; j’avais bien révisé mes cours, mais concernant une question posée, il y avait un petit détail qui m’échappait. Devant cette marée de tricherie, je me laissai entraîner pour répondre à ce détail et, ouvrant quelques secondes mon cahier, je volai le détail dont j’avais besoin. C’était si peu par rapport aux autres. Mais peu ou beaucoup, j’avais triché moi aussi et ce n’était pas du tout dans mes habitudes. Alors, ma conscience, qui n’était pas « élastique » (Dieu merci), me tourmenta avec raison, jusqu’à ce que j’aille trouver notre chef, pour lui avouer ma faute. Sa surprise (et son étonnement) fut telle qu’il en resta un moment muet comme une carpe, tandis que le repentant retrouvait la paix qui vaut plus que tout. L’apôtre Paul ne disait-il pas lui-même : Ce qui fait notre gloire, c’est ce témoignage de notre conscience, 2 Corinthiens 1 :1 2. Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, mais celui qui les évoque et les délaisse obtient miséricorde, Proverbes 28 : 9-13.
5/10/20202 minutes, 46 seconds
Episode Artwork

Conscience du Peau-Rouge !

« Oui, je sais ce que c’est que la conscience », disait un Peau-Rouge. « C’est une petite chose en forme de triangle au-dedans d’ici ; ça s’arrête quand je fais bien, mais quand je fais mal, ça tourne et les coins me font mal. Si je continue à mal faire, les coins s’usent et ça ne me fait plus mal. » Dieu a doté chaque être humain d’une conscience, cette connaissance intérieure que chacun a de ce qui est bien et de ce qui est mal et qui le pousse à porter un jugement de valeur sur ses propres actes. Nous sommes malheureusement dans un temps où la conscience est comme étouffée. Souvent on ne veut plus l’écouter.
5/8/20202 minutes, 49 seconds
Episode Artwork

Michel Faraday

Michel Faraday, celui qu’on a appelé « le père de l’électricité », est né en 1791. Fils d’un petit forgeron de Londres, il parvint à faire des études scientifiques grâce à une persévérance extraordinaire, servie par une haute intelligence. Il se distingua surtout dans le domaine de l’électromagnétisme et il ouvrit le chemin à la production du courant électrique. Mais Faraday possédait quelque chose de beaucoup plus précieux que la célébrité : il connaissait le Seigneur Jésus comme son Sauveur et ne manquait pas une occasion de lui rendre témoignage. La parole de Dieu était sa grande référence. « Le plan du salut, disait-il, est si simple que chacun peut le comprendre. L’amour que nous avons pour le Seigneur est la réponse à celui que Lui-même a montré envers nous sur la croix ». Un de ses biographes a dit de lui : « Son devoir avait toujours comme base la révélation de la volonté de Dieu dans sa Parole écrite. Arrivé au sommet de sa renommée mondiale, ce savant ne cessa de prêcher l’évangile ; la dernière fois qu’il le fit en public, ce fut en Ecosse, et on a dit de lui à cette occasion que : Son visage rayonnait comme celui d’un ange ». Ce grand savant termina sa vie en 1867. Il avait l’habitude de dire que de toutes les découvertes qu’il avait faites, il n’y en avait pas de plus grande que celle de l’Evangile. L’électricité ne profite que pour cette vie, disait-il, mais le salut de Dieu garde sa valeur pour l’éternité. Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié […] Que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu, 1 Corinthiens 2 : 2, 5.
5/6/20203 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

La nuit du destin !

En 1991, pendant le ramadan, un jeune musulman de l’île Kalimantan en Indonésie (ex Bornéo) eut un rêve qui le perturba. Il rêva qu’il était assis sur une chaise, et ses bras y étaient attachés par des cordes. Un homme, qu’il reconnut comme étant Jésus, vint vers lui. Jésus toucha les cordes et elles tombèrent de ses bras. Jésus lui dit : — Cherche la potence. — Quelle potence ? demanda-t-il Mais Jésus répéta simplement : — Cherche la potence. Le jeune homme se réveilla de son rêve, se demandant qu’elle pouvait en être la signification, mais au bout de quelques jours, il l’oublia, et sa vie continua. Deux ans plus tard, durant le ramadan en 1993, il eut un autre rêve. Cette fois, Jésus vint vers lui en lui disant : — Je t’avais dit de chercher la potence. Pourquoi n’as-tu pas fait ce que j’ai dit ? Le jeune homme répondit : — Où est la potence, et comment puis-je la trouver ? Jésus lui indiqua une colline très éloignée et dit : — Va, cherche la potence. Dans son rêve, il courut dans la direction que Jésus lui avait indiquée. Il lui sembla parcourir des kilomètres au milieu des épines et de la jungle épaisse. Epuisé, il finit par arriver à une clairière, et là, devant lui, une croix était dressée. C’était la potence que Jésus lui avait demandé de chercher ! Le jour suivant, le jeune homme alla voir le chef de la mosquée et lui raconta ses étranges rêves. Il demanda à l’imam s’il connaissait la signification de la croix. L’imam répondit : —Cherche la vérité. — Le Jésus des chrétiens est-il la vérité ? demanda-t-il. Mais l’imam répéta simplement : — Cherche la vérité. La nuit suivante, le jeune homme rêva à nouveau, et cette fois, il vit un cimetière chrétien -parce que devant toutes les tombes, il y avait une croix. Alors qu’il regardait les tombes, celles-ci s’ouvrirent tout à coup, et ceux qui étaient enterrés s’élevèrent vers le ciel où Jésus les attendait. Il cria à Jésus qu’il n’était pas prêt parce qu’il n’avait pas encore la croix ! Il se réveilla de son rêve très perturbé. Il connaissait une petite église près de son village et alla y trouver le pasteur. Le jeune homme demanda si le pasteur pouvait l’aider à comprendre ses rêves. Le pasteur lui donna une Bible et l’ouvrit à Jean 14 : 6. Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie. Ce jeune homme commença à venir à l’église durant plusieurs semaines avant de donner enfin sa vie au Seigneur Jésus. « Le chemin, répondit Jésus, c’est moi (parce que) Je suis la vérité et la vie. Personne ne parviendra jusqu’au Père sans passer par moi ».
5/6/20203 minutes, 50 seconds
Episode Artwork

Une tasse de thé !

Mme C. était désireuse de trouver le salut. Un évangéliste étant de passage dans sa localité, elle le pria de la visiter car elle désirait le questionner et réclamer son aide. Tout en lui servant une tasse de thé, elle lui dit comment elle priait avec insistance depuis longtemps pour recevoir le salut, mais sans résultat. Pour toute réponse, le serviteur de Dieu s’écria : — Oh ! Madame, j’ai terriblement soif ; voudriez-vous avoir l’obligeance de m’offrir une tasse de thé ? Stupéfaction de l’hôtesse, répondant aussitôt : — Mais, Monsieur, vous êtes servi ? La tasse est là, devant vous. Il vous suffit de la prendre ! L’entretien se poursuivit, la dame revenant sans cesse à ses problèmes, l’évangéliste l’interrompant encore une ou deux fois pour réclamer une tasse de thé, tandis que celle qui lui avait été servie refroidissait devant lui. Finalement, Mme C. comprit : ce salut qu’elle réclamait à grands cris, il était déjà à sa disposition, il lui suffisait de s’en emparer ! Ce qu’elle fit sans attendre… Oui, notre salut a été parfaitement accompli par Jésus-Christ à la croix. Il est, depuis lors, offert à tous. Comment le recevoir ? C’est très simple : il suffit de reconnaître son état de péché, son incapacité à « se sauver soi-même », et d’accepter dans la reconnaissance le grand salut que Dieu donne à ceux qui se repentent et croient.
5/5/20202 minutes, 24 seconds
Episode Artwork

Albums de photos

Aimez-vous regarder vos anciens albums de photos ? L’autre jour, j’en ai feuilleté plusieurs ; cela m’a rappelé beaucoup de bons moments passés en famille, des paysages de mon enfance, tant de visages aimés… En général, nous aimons conserver un souvenir photographique des meilleurs instants de la vie, mais personne n’aurait l’idée de se faire prendre en photo quand ce n’est pas à son avantage et de garder trace de ses mauvais moments : une colère par exemple. Aimeriez-vous qu’un album remette sous vos yeux tous les péchés que vous avez commis ? Vous ne le regarderiez pas souvent et encore moins le montreriez-vous à d’autres. Eh bien, Dieu enregistre nos vies tout entières. Il connaît toutes nos actions, nos paroles et même nos pensées. Il se souvient de chaque détail et jugera chaque vie humaine. Heureusement, tout notre passé coupable peut être effacé. Ces fautes que nous avons oubliées, mais qui chargent notre conscience, comme celles dont le souvenir nous afflige longtemps après, peuvent être complètement ôtées. Dieu ne se souviendra plus d’aucune d’elles. Comment est-ce possible ? Par le sang de Christ. Nous étions condamnés, mais le Fils de Dieu est mort sur la croix à la place de ceux qui se confient en Lui. Sa vie offerte a répondu à la justice et à la sainteté de Dieu. Il a fait la paix par le sang de sa Croix, Colossiens 1. 20. Maintenant, Dieu pardonne et reçoit tous ceux qui viennent à Lui par Jésus. J’ai effacé… comme une nuée, tes péchés, Esaïe 44 : 22. Le sang de Jésus-Christ, son Fils, nous purifie de tout péché, 1 Jean 1 : 7.
5/3/20203 minutes, 1 second
Episode Artwork

Pour moi, j’espérerai toujours !

Henri avait 6 ans. Ses parents étaient des chrétiens fidèles et convaincus. Ils avaient tout naturellement enseigné les grandes vérités de la Bible à leur petit garçon. Henri était assidu à l’école et il avait beaucoup de bons camarades. Il menait donc une vie d’enfant plutôt harmonieuse et jouissait du privilège de grandir dans une famille heureuse et unie. Mais soudainement cette vie de famille gaie et paisible fut changée en drame. Le petit Henri fut atteint d’une maladie grave qui pouvait mettre ses jours en danger. Après un assez long séjour à l’hôpital, les médecins n’osaient toujours pas se prononcer sur l’issue de cette terrible épreuve. Bien entendu, les parents d’Henri priaient avec ferveur pour la guérison de leur petit garçon bien-aimé. Leurs amis chrétiens partageaient leur inquiétude et se joignirent à eux pour demander à Dieu une intervention de sa toute-puissance. Un jour lorsque le petit Henri, toujours dans son lit d’hôpital, parlait au téléphone avec son meilleur camarade de jeu, il dit : « Tu sais, je crois que je vais bientôt rentrer à la maison chez papa et maman. En tout cas, je l’espère bien. Mais si jamais je ne rentre pas chez eux, je rentrerai à la maison de Dieu. » Quelques jours plus tard, le petit Henri s’éteignit paisiblement dans son lit d’hôpital, laissant ses parents et ses camarades dans une immense tristesse et avec la question lourde et pesante : pourquoi ? Oui, pourquoi Henri devait-il mourir si jeune ? Pourquoi Dieu ne l’avait-il pas guéri ? Ici-bas, il y aura toujours des questions qui resteront sans réponse. Parfois, nous avons peut-être un élément de réponse. Dans d’autres cas, tout semble inexplicable, incompréhensible et totalement dénué de sens. Pourtant, les paroles que le petit Henri adressa à son meilleur camarade au téléphone expriment bien la nature de l’espérance du chrétien. En effet, Henri avait d’abord un espoir humain et tout à fait légitime. C’était de pouvoir bientôt rentrer chez son papa et sa maman. Mais malgré son jeune âge, il avait compris la gravité de la situation. C’est pour cela qu’il ajouta que si jamais cet espoir ne se réalisait pas, il avait une autre espérance. « Alors je rentrerai à la maison de Dieu », disait-il. C’est le psalmiste dans la Bible qui dit : Pour moi, j’espérerai toujours. Comment pouvait-il dire une chose pareille ? Il savait très bien que certains de nos espoirs terrestres ne se réaliseraient pas. Il savait que toutes nos attentes ne seraient pas comblées. Il connaissait probablement le témoignage de Job qui disait : J’attendais le bonheur, mais le malheur est arrivé ; j’espérais la lumière, mais les ténèbres sont venues. Pourtant, le psalmiste pouvait dire qu’il espérerait toujours car, exactement comme le petit Henri, il avait une autre espérance qui allait au-delà de toutes les attentes terrestres. Savez-vous que dans la Bible, Jésus-Christ est appelé « notre espérance » ? En mettant votre confiance et votre espoir en Lui comme Sauveur et Seigneur, vous ne serez jamais totalement sans espérance. Vous aurez vous aussi cette autre espérance qui ne dépend plus des circonstances d’ici-bas. Et malgré les questions qui resteront sans réponse, vous pourrez dire vous aussi : Pour moi, j’espérerai toujours ! Psaumes 71 : 14
5/2/20204 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Il s’aperçut que l’eau le portait !

Un visiteur se promenait sur un endroit escarpé du rivage de la mer Morte, quand il perdit l’équilibre et glissa dans l’eau. Il ne savait pas nager et, pour ne pas s’enfoncer et se noyer, il se mit à se débattre dans tous les sens et de toutes ses forces. Mais il finit par s’épuiser et vit qu’il n’y avait rien à faire. C’est alors qu’il s’aperçut que l’eau le portait : en effet, les minéraux et le sel contenus dans la mer lui confèrent une densité telle, qu’en restant calme, sans bouger, il découvrit qu’il flottait. Spirituellement, il en est de même pour nous ; cessons de gesticuler et de nous débattre dans de stériles efforts et abandonnons-nous avec confiance en Dieu qui nous aime et qui soutient toutes choses. Ne t’ai-je pas dit que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? Jean 11 : 40
5/1/20201 minute, 58 seconds
Episode Artwork

La burette d’huile

On raconte l’histoire d’un homme à cheveux blancs qui, où qu’il aille, portait toujours avec lui une petite burette d’huile. S’il passait par une porte quelconque dont les gonds grinçaient, il en mettait quelques gouttes. Si l’on avait de la peine à ouvrir un portail de fer, il huilait la serrure. Et c’est ainsi qu’il avançait dans son voyage terrestre, mettant partout un peu de douceur et facilitant la vie à ceux qui venaient après lui. Dans ce monde, bien des vies grincent… et c’est avec beaucoup de peine qu’elles avancent, jour après jour. Il semble que tout y aille de travers. Oh, elles ont besoin de quelques gouttes de joie, de bonté, de douceur. Avez-vous toujours avec vous votre burette d’huile ? Dès le matin, vous apprêtez-vous à en verser un peu dans la vie de la personne avec laquelle vous vivez ? Un seul acte d’amour peut adoucir pour elle la journée entière : l’huile de l’encouragement, pour un cœur lassé, peut-être… Nous touchons certaines vies une fois seulement dans notre voyage ici-bas, et puis notre route s’éloigne de la leur, pour ne plus jamais les rencontrer. Que de vies ont été encouragées, bénies, sauvées d’une catastrophe même, par quelques gouttes d’huile de l’amour : une parole douce, un sourire, une poignée de main, aplanissant ainsi le chemin pour l’arrivée du Sauveur dans des cœurs endurcis et fermés. Un mot aimable est comme un rayon de soleil sur un cœur triste. Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres ; par honneur, usez de prévenances réciproques, Romains 12 : 9.
4/30/20202 minutes, 44 seconds
Episode Artwork

Rêve

Un jeune homme entre en rêve dans un magasin. Derrière le comptoir se tient un ange. Le jeune homme lui demande : —Que vendez-vous ? L’ange lui répond : — Tout ce que vous désirez. Alors, le jeune homme commence à énumérer : — Si vous vendez tout ce que je désire, alors j’aimerais bien : la fin de la guerre dans le monde, la fin des bidonvilles en Amérique latine, l’intégration dans la société de tous les marginaux, du travail pour tous les chômeurs, plus d’amour et de vie communautaire dans l’Eglise… L’ange lui coupe la parole : — Excusez-moi, Monsieur, vous m’avez mal compris, ici nous ne vendons pas de fruits, nous ne vendons que les graines. Dans l’Evangile de Jean, chapitre 12 : 24, notre vie spirituelle est comparée à une graine ou un grain de blé : En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. Beaucoup de gens cherchent les fruits sans passer par la mort et nous devons déjà commencer par mourir à nous même, c’est-à-dire renoncer à nos plans et à notre volonté pour chercher le plan et la volonté de Dieu. Les hommes veulent toujours avoir des fruits mais ils n’acceptent pas d’avoir le rôle de la graine qui doit mourir. Or, nous devons mourir à nous-mêmes exactement comme a fait Jésus, qui a renoncé à faire ses plans pour faire la volonté de son père céleste. L’exemple de Jésus l’a démontré toute sa vie, mais il y a un exemple bien spécifique dans ce passage. Nous retrouvons Jésus en agonie, la crucifixion vient, il est dans le jardin de Gethsémané, Matthieu 26 : 38 – 39. Il leur dit alors : Mon âme est triste jusqu’à la mort ; restez ici, et veillez avec moi. Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. Et là, nous aurons des fruits…
4/29/20203 minutes, 1 second
Episode Artwork

À qui s’adresser

Un noble Irlandais, religieux, employait à son service un cultivateur chrétien. Celui-ci avait emprunté à ce maître une importante somme d’argent qu’il était incapable de lui rendre. Le paysan s’adressa tour à tour à un employé subalterne, puis à un responsable plus important pour obtenir un dégrèvement. Mais en vain. Prenant son courage à deux mains, le chrétien présenta directement sa requête à son maître, en lui exposant, sans détour, sa situation critique. Son honnêteté et sa façon très naturelle de parler touchèrent le cœur du noble qui lui remit entièrement sa dette. En repartant, son maître l’accompagna à travers le vestibule aux murs garnis de peintures de saints et de martyrs : — Sais-tu ce que représentent ces tableaux, questionna le noble. — Non. — Ce sont des images de saints que je prie d’intercéder en ma faveur auprès de Dieu pour le pardon de mes péchés. — Mais pourquoi ne vous adressez-vous pas directement au Seigneur de la Création ? — Ce serait trop osé. Il vaut mieux avoir des intermédiaires, comme ces saints, entre Dieu et les hommes. — Eh bien, moi, je ne le pense pas. Monseigneur, et je veux vous le prouver. Je me suis d’abord adressé, dans mon besoin, à vos employés pour qu’ils interviennent pour moi auprès de vous. Mais rien n’y fit. Ensuite j’ai présenté ma requête à un de vos employés supérieurs. Mais aussi en vain. Finalement, je me suis tourné directement vers vous et vous m’avez remis toutes mes dettes. Cet humble chrétien avait bien compris l’enseignement des Écritures : Il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ. La Bible condamne le culte des anges et l’apôtre Pierre lui-même refuse énergiquement l’adoration que l’officier romain Corneille voulait lui rendre : Lève-toi, moi aussi je suis un homme. Jésus nous connaîtrait-il moins intimement qu’un ange ou un Saint ? Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins, Hébreux 4 : 15-16. Il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes : Jésus-Christ, 1 Timothée 2 : 5-6.
4/28/20203 minutes, 54 seconds
Episode Artwork

Vous me chercherez

Charles Finney naquit en 1792 dans le Connecticut (États-Unis). Son éducation religieuse fut négligée à tel point qu’il n’eut connaissance des vérités évangéliques qu’à l’âge de 26 ans, quand il commença ses études de droit. Et encore, ces vérités lui furent présentées par une église qui n’avait plus de vie ! Finney désirait passionnément connaître la Vérité. Il assistait aux réunions de prière, mais il ne tarda pas à constater avec surprise que les prières n’étaient pas exaucées, et que même, on ne s’attendait pas à ce qu’elles le soient ! Si bien que lorsqu’on lui demanda s’il désirait que l’on prie pour lui, il répondit : « Non, car je ne vois pas que vos prières soient exaucées ». Dès cet instant, il ne voulut plus d’autre guide que la Parole de Dieu, qu’il étudiait avec ardeur. L’intelligence de ce jeune avocat avait saisi la vérité, mais son cœur n’était point encore gagné, lorsqu’un dimanche d’automne 1821, il prit la ferme résolution de donner son cœur à Dieu. Après une lutte intense, dans un bois où il s’était caché avec soin, son orgueil lui fut révélé ; il l’abandonna alors avec force et détermination. « Je ne quitterai pas ce lieu, se dit-il, quand même tous les hommes du monde et tous les diables de l’enfer s’assembleraient pour me regarder ! Eh quoi ? Un pécheur dégradé, comme je le suis, aurait-il honte d’être surpris par un autre pécheur, implorant à genoux la miséricorde de son Dieu ? Non, non ! Ce serait un trop grand péché ! » Son cœur se brise, toutes ses résistances cèdent, et cette Parole de l’Écriture lui revient à l’esprit : Vous me chercherez et vous me trouverez si vous me cherchez de tout votre cœur, je me laisserai trouver par vous dit l’Eternel, Jérémie 29 : 13.
4/27/20203 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Courage moral Le vrai courage

Me promenant un soir sur la plage, je rencontrai un soldat avec lequel j’engageais une conversation. — Il est une chose, lui dis-je, qui m’étonne chez le soldat. — Quoi donc. Monsieur ? — Il est brave et parfois téméraire, et pour lui le terme le plus injurieux est celui de lâche. Il y a des soldats qui se feraient tuer à la bouche d’un canon, et qui, cependant, n’oseraient pas le soir s’agenouiller dans leur caserne pour demander la protection de Dieu. Le soldat resta pensif, et, après un moment de silence répondit : — C’est vrai. Monsieur. Mais cela me rappelle ce qui s’est passé il y a quelques semaines dans ma compagnie. Un jeune camarade, le premier soir qu’il se trouvait dans notre chambrée, s’agenouilla devant son lit avant de se coucher. Il n’eut pas plus tôt commencé sa prière qu’il se fit un vacarme terrible autour de lui. On lui lança à la tête des képis, des ceinturons, toutes sortes de projectiles, mais rien ne put l’interrompre ni le faire bouger. Le soir suivant, le moment venu, on cria de tous côtés : « Encore, encore ! » Mais tout cela ne l’empêcha pas de se mettre à genoux comme d’habitude et de faire sa prière. Cette scène se répéta plusieurs jours, mais à la fin les autres soldats, voyant que le jeune homme tenait ferme, se mirent à le respecter, et plusieurs, même, suivirent son exemple. J’honorerai ceux qui m’honorent a dit Dieu,1 Samuel 2 : 30. Résistez au Diable, et il s’enfuira loin de vous, Jacques 4 : 7. Je n’ai point honte de l’Évangile, C’est la puissance de Dieu pour quiconque croit, Romains 1 : 16.
4/25/20202 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Ce n’était pas la bonne prière

Un enfant terrible ne se calmait que le soir, au moment de faire sa prière. Un soir, un ami de ses malheureux parents, venu à la maison, l’interrogea : — Sans doute pries-tu Dieu de te rendre plus sage ? — Non, répondit l’enfant. Je lui demande de rendre maman plus patiente. Au fond, ce n’était qu’un enfant. Mais nous, qui sommes adultes, sommes-nous vraiment plus raisonnables que lui lorsque nous demandons à Dieu de transformer ceux qui nous posent des problèmes au lieu de Le prier de changer notre cœur ? Nous voudrions que les autres nous supportent tels que nous sommes. Nous ne manifestons aucun signe de repentir ni de désir d’être transformés par la puissance de l’Esprit de Dieu. Notre prière ne peut pas être alors agréable à Dieu. Nous devrions lui dire, avec sincérité, comme le fît David : Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé : O Dieu ! Tu ne dédaignes pas un cœur brisé et contrit, Psaumes 51 : 19. D’où viennent les luttes, et d’où viennent les querelles parmi vous ? N’est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres ? Vous convoitez, et vous ne possédez pas ; vous êtes meurtriers et envieux, et vous ne pouvez pas obtenir ; vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas. Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions, Jacques 4 : 1-3
4/24/20202 minutes, 42 seconds
Episode Artwork

Admirer sans comprendre

Le Dr. W.L. Wilson allait un jour annoncer l’évangile dans un collège américain quand il fut abordé par un étudiant qui lui demanda s’il était le prédicateur attendu. — Oui, et j’ai pour vous un message du plus grand intérêt. — Je ne crois rien de vos fariboles, répondit le jeune homme ; je ne crois que ce que je peux comprendre ! Wilson monta sur l’estrade et commença de cette manière : « Vous avez parmi vous un sympathique jeune homme qui vient de me dire qu’il ne croit que ce qu’il comprend. Je vais lui demander s’il peut nous expliquer comment il se fait qu’une vache noire mange de l’herbe verte, donne du lait blanc avec lequel on fait du beurre jaune ». Après cette entrée en matière qui fit sourire l’auditoire, le prédicateur puisa d’autres exemples dans la nature : transformation de la chenille en un splendide papillon. Quelle extraordinaire mutation s’est opérée à l’abri du cocon ! Le Créateur lui-même en a minutieusement réglé les détails. Belle image de la transformation que Dieu veut produire dans un être humain. Il s’en saisit, lui donne des mobiles célestes, d’autres affections, une énergie renouvelée et un caractère éternel. Ce miracle se renouvelle, toujours aussi étonnant, lors de chaque conversion. Combien sont insondables la puissance et la sagesse de Dieu déployées dans la création ! Mais plus incompréhensible et plus admirable encore est son amour pour sa créature déchue. Où étais-tu quand je fondais la terre ? Dis-le, si tu as de l’intelligence, Job 38 : 4. Job répondit à l’Eternel et dit : voici, je suis trop peu de chose ; que te répliquerais-je ? Je mets la main sur ma bouche, Job 39 : 36-37.
4/23/20203 minutes, 11 seconds
Episode Artwork

Portable

Aujourd’hui, la mode est au téléphone portable. Tout le monde se balade avec son portable. Ainsi, on peut être en contact avec ses correspondants à tout instant. Privilège ? Chaîne ? Entrave à la liberté ? Les avis sont partagés ! Mon propos n’est pas d’apporter une réponse et de trancher dans le vif de cette importante question, mais simplement d’introduire un fait divers qui, d’après ce qu’on m’a raconté, se serait passé quelque part en Afrique. Au volant de sa voiture, une femme se fait arrêter par la police pour un contrôle de routine. Elle sort de son véhicule, pose son téléphone portable sur le siège à côté du sien et se dirige vers le chef de poste, laissant le deuxième policier à côté de sa voiture. Les formalités accomplies, avant de reprendre sa place au volant, elle s’aperçoit que son portable a disparu. —Monsieur le policier, j’ai laissé mon portable dans la voiture sur le siège et il a disparu. Avez-vous vu quelqu’un dans les parages ? L’avez-vous pris vous-même pour le mettre en lieu sûr et éviter qu’on ne me le vol ? —Non, madame, répondit le policier. Je n’ai vu personne et je n’ai pas touché à votre téléphone. —Mais enfin, il n’y avait que vous ici ! Les téléphones n’ont pas de jambes pour se sauver… —Vous voulez m’accuser ! Vous me prenez pour un voleur, réplique le policier en commençant à s’échauffer. Juste à ce moment-là arrive une autre voiture. Au volant, un homme qui connaît bien la dame. Apprenant les détails de l’incident, il a une idée lumineuse : il sort son propre portable de sa poche avec lequel il fait le numéro du portable de la dame. Surprise : la poche du policier se met à sonner ! Je ne connais pas la suite : je la laisse à votre imagination. Une chose est certaine : il est préférable d’avoir une existence droite, correcte et transparente pour éviter la honte, l’humiliation et le mépris. De quoi me souvenir de cette parole : Il n’y a rien de caché qui ne se découvre un jour. Et cette autre interpellation : Ton péché te trouvera. Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face, Esaïe 59 : 2. Nouvelle vidéo du pasteur Jean-Louis Gaillard : Avec tant de progrès, pourquoi notre monde est-il si malade ? https://youtu.be/_dz4O3cVkUs
4/22/20203 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Entrez d’abord !

Je suis à la gare et je dois donner un coup de téléphone, je trouve enfin une cabine, mais elle n’est pas éclairée. Du dehors, je cherche en vain l’interrupteur. Que faire ? Soudain, un monsieur s’approche et me dit aimablement :« Entrez d’abord ! La lumière se fera ensuite ». J’obéis et, en effet, la cabine s’éclaire et je peux donner mon coup de fil. Ainsi, bien des gens voudraient « obtenir de la lumière » sur les problèmes de la foi. Mais ils veulent d’abord tout voir et tout comprendre pour croire ensuite. Et ils font fausse route ; ils agissent à l’envers. Nous devons entrer premièrement dans le monde caché de la foi et ensuite non seulement nous « verrons » (nous comprendrons le pourquoi), mais nous serons encore les témoins d’authentiques miracles ! C’est ainsi que nous devons agir : en misant le tout sur la carte de la foi. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru, Jean 20 : 29.
4/21/20202 minutes, 23 seconds
Episode Artwork

Le pardon

Une jeune fille, accompagnée de sa mère âgée, passait quelques semaines de vacances en Autriche. Pour payer les frais de l’hôtel, elle devait donner des leçons de piano. Hélas, le petit nombre de ses élèves ne lui permettait plus de trouver les sommes nécessaires. Pour avoir plus de leçons, elle avait pensé donner un récital de piano. Un salon de l’hôtel étant mis à disposition, elle prépara une affiche sur laquelle elle inscrivit les morceaux qu’elle se proposait de jouer. Craignant que peu de personnes ne fussent attirées par le nom d’une modeste inconnue, elle le fit suivre de cette mention : « Elève de Liszt ». En fait ce n’était pas vrai. Elle avait écrit ces mots en espérant ainsi attirer plus de monde. Or, le grand compositeur, à cette époque au sommet de sa renommée, descendit à l’hôtel le jour même où devait avoir lieu le récital. Il lut l’affiche. Bouleversée à la pensée que son mensonge allait être découvert, la jeune fille, confuse et en larmes, avoua sa faute à l’artiste. Celui-ci sans s’émouvoir, répondit avec une grande bonté : — J’aimerai beaucoup, mademoiselle, vous entendre jouer un des morceaux de votre programme. Émue et tremblante, mais encouragée par le ton bienveillant du grand compositeur, la jeune fille se mit au piano. De temps en temps, Liszt lui donnait un conseil, corrigeait la position de ses mains, lui disait comment faire pour donner plus d’émotion à son morceau. Lorsqu’elle eut terminé : — Eh bien, mademoiselle, vous pouvez, sans aucune hésitation, écrire que vous êtes élève de Liszt. Et vous pourrez ajouter sur votre affiche que le dernier morceau sera joué par Liszt lui-même. Quelle leçon de délicatesse et d’humilité nous donne ce grand musicien ! La supériorité des maîtres écrase souvent ceux qui demandent, ils ne savent ni rassurer, ni consoler, ni encourager. Mais un vrai maître est celui qui sait se mettre au niveau de son élève. C’est un acte d’amour que de se mettre au niveau des petits, de pardonner leurs erreurs. Ici le grand musicien nous a donné une vraie leçon. Il a manifesté envers cette petite un vrai cœur de père, qui ne condamne pas, qui, non seulement, pardonne mais qui aide le plus faible à rester sur le chemin. Il a su s’humilier pour se mettre au niveau de cette petite jeune fille. Dieu agit ainsi avec nous. Il se met à notre niveau, Il nous pardonne nos bêtises, et Il nous apprend à marcher droitement et l’erreur ou le péché devient un tremplin pour la victoire. Liszt a non seulement corrigé la petite jeune fille, mais l’a aussi aidée en jouant le dernier morceau. Dieu, non seulement corrige nos bêtises, mais Il prend le relai et joue le dernier morceau ; celui de la victoire que nous chanterons avec lui pour l’éternité dans son ciel de gloire ! Et j’entendis la voix d’anges nombreux autour du trône, des animaux et des anciens. Leur nombre était myriades de myriades et milliers de milliers. Ils proclamaient d’une voix forte : Il est digne, l’agneau immolé, de recevoir puissance, richesse, sagesse, force, honneur, gloire et louange. Et toute créature au ciel, sur terre, sous terre et sur mer, tous les êtres qui s’y trouvent, je les entendis proclamer : A celui qui siège sur le trône et à l’agneau, louange, honneur, gloire et pouvoir pour les siècles des siècles, Apocalypse 5 : 11-13. Le pardon se trouve auprès de Toi, afin qu’on te craigne, Psaumes 130.
4/20/20203 minutes, 29 seconds
Episode Artwork

La force de l’exemple

Le vendeur de téléphones portables était à bout d’arguments. Il n’arrivait pas à convaincre son interlocuteur sur les diverses possibilités de ce smartphone, dernier cri. L’homme en face ne semblait pas du tout intéressé. Il avait beau donner les arguments les plus séduisants, cela n’intéressait absolument pas le client potentiel. Finalement à bout d’argument, le vendeur tira ledit smartphone de sa poche, le montra au client et lui dit : « J’ai le même, et je l’utilise tout le temps ». Le visage du client se dérida. Il sourit. Et il acheta l’appareil tout de suite. L’exemple est le meilleur argument, n’est-ce pas vrai ? Quand quelqu’un vit ce qu’il dit, cela nous convainc bien plus que tous les discours. Et au contraire lorsque nous surprenons quelqu’un qui vit le contraire de ce qu’il dit, cela nous déçoit terriblement. C’est la même chose pour l’Evangile. Si nous annonçons que Jésus-Christ donne la paix et la joie du cœur, et que notre expression, et notre vie en général, disent exactement le contraire, cela n’attirera pas beaucoup de monde. Si nous faisons de merveilleux discours sur la confiance en Dieu et que dès la moindre difficulté, notre visage se ferme et que nous paniquons, nous ne convaincrons pas grand monde. Si nous parlons du péché en disant que c’est mal et que quelqu’un nous surprend en train de faire le mal, cela desservira plutôt la cause de l’Evangile. Combien de fois n’avons-nous pas entendu des personnes dire : « s’il était chrétien, il ne ferait pas ça, ou il ne dirait pas, ou il ne réagirait pas comme ça ». Si nous connaissons réellement Jésus, ne soyons pas juste des chrétiens du dimanche. Le dimanche nous portons notre masque de sainteté et à partir du lundi, nous jurons, nous paniquons, nous sommes contrariés pour un oui ou un non. Notre témoignage n’a plus aucune valeur. Contrairement à ce que nous croyons, ceux qui nous entourent, nous voient vivre. Alors donnons le bon exemple. Laissons Christ vivre sa vie en nous. Et nos paroles auront du poids. Parce que ceux qui nous entourent, de plus en plus, verront Christ. Nos voisins et nos collègues de travail ne liront sans doute jamais la Bible, mais en nous voyons vivre, ils pourront être interpellés. Paul n’a-t-il pas dit que nous sommes une lettre ouverte, le sceau de son apostolat ? Dieu n’a-t-il pas dit qu’Il écrirait sa Loi dans nos cœurs ? Alors par notre style de vie, soyons cette lettre ouverte. Malgré nos faiblesses et nos manquements, que ceux qui nous entourent voient Christ briller à travers nous. Alors ils seront interpellés, peut-être même nous poseront-ils des questions Que cet évangile soit lisible dans notre vie et que cela attire ceux qui sont encore loin du Sauveur. Seigneur, que chaque jour, je sois cette lettre ouverte, qui parle de ton amour, de ton humilité. Que ma vie t’honore, et que par ma vie, Tu puisses attirer à toi, tous ceux que tu as appelés Enseigne-moi à vivre en ton honneur, où que je sois. Jusqu’au bout du chemin, par ton pouvoir divin, que je reste dans ta main, Ô mon Sauveur !
4/17/20204 minutes, 12 seconds
Episode Artwork

Dieu regarde le cœur

Il y avait une fois un petit garçon qui était berger. Un dimanche matin, alors qu’il était dans les champs avec son troupeau, il entendit le son des cloches qui rappelait aux villageois qu’il était temps de se rendre à l’église. Bientôt notre berger distingue entre les arbres, des groupes de deux ou trois personnes qui se dirigeaient vers la maison de Dieu et lui vint alors un ardent besoin de prier Dieu qu’Il le rende bon, sage et heureux. Mais comment prier ? Personne ne lui avait jamais appris et il n’était pas entré de sa vie dans une église ! Il réfléchit un instant, puis s’agenouilla dans l’herbe à l’endroit même où il se tenait ; il joignit les mains comme il l’avait vu faire sur les gravures naïves qui nourrissaient son imagination et commença à réciter l’alphabet : A, B, C, D, etc. À ce moment un monsieur qui se rendait à l’église passa de l’autre côté de la haie et l’entendit distinctement réciter tout l’alphabet. Il écouta, puis appela doucement l’enfant : — Que fais-tu donc, mon petit ami ? L’enfant leva les yeux : — Pardon, Monsieur, je dis ma prière. — Pourquoi alors répètes-tu l’alphabet ? — Oh, reprit l’enfant, je ne sais pas prier, mais je désire tant demander à Dieu de prendre soin de moi, de me bénir et de m’aider, alors j’ai pensé que si je lui disais tout ce que je savais, il saurait bien mettre les lettres ensemble et comprendre ce que je veux dire. — Et il le fera, sois en sûr, mon garçon ! En disant ces mots, l’étranger s’assit à côté de l’enfant et il lui apprit comment, tout simplement, chacun peut parler au Seigneur, lui demander pardon pour ses péchés, le recevoir comme son Sauveur personnel, lui confier sa vie lui demander son aide pour toutes choses et le remercier pour tous ses soins. Il fait toute chose bonne en son temps ; même il a mis dans leur cœur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Dieu fait, du commencement jusqu’à la fin, Ecclésiaste 3 : 11.
4/17/20203 minutes, 18 seconds
Episode Artwork

Savoir pardonner

Un jour en Afrique, l’armée du salut organisa une réunion. La femme d’un chef zoulou y fut invitée. Elle entendit l’Evangile, et elle fut bouleversée. A la fin de la réunion, elle répondit à l’appel, et elle expérimenta une conversion radicale. En rentrant chez elle, elle ne pouvait s’empêcher de parler de son expérience et de l’amour de Jésus. Son mari entra dans une terrible colère. Il lui interdit d’y retourner. Mais la femme avait trop faim de la Parole et elle brava l’interdiction de son mari. Ce jour-là, l’homme en colère alla à sa rencontre et dès qu’il la vit sur le chemin, il l’attrapa par les cheveux et la frappa sauvagement. Elle tomba sur le bord du chemin, à moitié inanimée. Et lui, retourna chez lui. Le chef curieux de voir ce qu’était devenue sa femme, retourna sur ses pas. Elle n’était pas à l’endroit où il l’avait laissée. Il la trouva allongée sous un buisson, le visage tuméfié, les yeux au beurre noir. Il se pencha sur elle, l’attrapa par les cheveux, ce qui lui arracha un cri de douleur. Il lui murmura à l’oreille avec un sourire hideux : — Il est où ton Jésus, qu’est-ce qu’Il fait pour toi ? Il est où ton Dieu d’amour, montre-le-moi ? Appelle-le. La pauvre femme, brisée par la douleur, le regarda à travers ses yeux tuméfiés : — Il est là, Il me demande de te pardonner ! Par mes propres forces, je ne peux pas, mais Il remplit mon cœur d’amour pour toi et il m’aide à te pardonner !
4/16/20202 minutes, 46 seconds
Episode Artwork

Une prière enfantine

Alors que sa maman revenait de clinique, sa fillette lui demanda : — Maman, tu es guérie maintenant ? — Disons que je le suis à moitié, ma chérie. Le soir. Jeannette faisait sa prière : — Et puis. Seigneur, guéris l’autre moitié de maman. C’est là une prière enfantine, pleine de naïveté, mais aussi pleine d’une confiance qui est agréable à Dieu. Nous, adultes, nous sommes souvent si compliqués dans les requêtes que nous lui adressons. Que notre foi soit simple, sans détour ni vains verbiages ! Ce ne sont pas nos belles phrases qui toucheront le cœur de Dieu, mais notre confiance sereine Le prophète le guérirait de sa lèpre, 2 Rois 5 : 2.
4/15/20202 minutes, 44 seconds
Episode Artwork

Un caïd redouté

Dans les années 1990, Manuel s’était forgé une réputation terrible, d’être un homme dur et violent, sans aucune pitié, surtout quand il s’agissait de chrétiens. C’était un chasseur de chrétiens redoutable. Il vivait dans la région de San Juan Chamula, au Chiapas. Chamula est en réalité gouverné par des chefs tribaux, les caciques, qui fonctionnent sur un mode mafieux. Manuel était leur chef, il avait tout pouvoir, et il usait largement de ce privilège. Il se souvient :« Nous ne voulions aucun chrétien à Chamula, on les poussait à partir sous la menace ». En effet, lorsque les gens se convertissaient, ils ne participaient plus aux rituels traditionnels. Lors de ces rituels, les gens s'enivraient des jours durant. On leur vendait un alcool artisanal trés cher , de mauvaise qualité, qui s’appelait le posh. Pour l’acheter, ils devaient y laisser une grande partie de leurs maigres ressources. De toute façon, ils n’avaient pas le choix ; sinon ils risquaient leur peau. C’était une grande source de revenus pour les caciques. Quand ils devenaient chrétiens, les pauvres gens ne voulaient plus participer à ces orgies. Donc nous voyions filer une importante source de revenus. Cela nous rendait furieux. « La rage me rendait redoutable. Les gens avaient peur de moi. Je pouvais faire ce que je voulais. Le gouvernement avait trop peur de Chamula, et il n’y avait pratiquement pas de policiers, ni de service d’ordre. Le peu qui était là avait, soit peur de nous, soit était corrompu, parce qu’on pouvait aisément les acheter. Nous régnions en maître ». La vie semblait facile pour Manuel et sa famille. Il avait épousé Guadalupe, avec qui il avait eu 8 enfants. Il n’avait eu que des filles et un seul fils. Et vous savez combien, dans la culture latine, un fils est important. Malheureusement celui-ci était gravement malade. « Guadelupe ne faisait que pleurer, dit-il. Je ne savais quoi faire. J'avais donné 5 000 pesos à un sorcier pour qu'il le soigne. Sans succès. Il n'y avait plus d'espoir ». Un jour il entendit parler d’un jeune pasteur chrétien qui avait prié pour la guérison d'un jeune garçon, et celui-ci avait été guéri. Mais faire appeler un pasteur évangélique quand on est un parrain du haut banditisme à Chamula, c'était absolument inimaginable. On imagine son état de désespoir pour faire appel à un pasteur chrétien, lui qui toute sa vie avait craché sur les chrétiens. Le couple attendait un miracle. « Je me souviens, la première chose que le pasteur nous a dite était que si nous voulions réellement la guérison, il fallait chercher Dieu et être remplis de l'amour de Jésus...Au point où nous en étions, nous n’avons pas hésité, nous avons prié, nous avons donné notre vie au Seigneur Jésus et nous sommes devenus chrétiens ». Plusieurs personnes vinrent prier pour son fils, et il fut guéri ! Maintenant, ses amis d’hier parmi les caciques devinrent alors, du jour au lendemain, ses pires ennemis. Sa tête fut mise à prix. Impossible pour lui d'aller cultiver ses terres, il finit par perdre tous ses biens. Au cours d'une tentative d'assassinat, il a compté 86 impacts de balle sur les murs de sa maison. « Si je vis, c'est au nom de Jésus, si je meurs, c'est au nom de Jésus. Le Seigneur me protège, moi et ma famille ». Manuel et sa famille ont intégré l'église évangélique de Alas de Aguila, une église dans la banlieue de San Cristobal de las Casas. Il anime également un groupe d'hommes qui se rencontrent chez lui pour des études bibliques. Il aimerait pouvoir un jour créer une église dans la région de Chamula. « Manuel est le Saul de Tarse de Chamula », nous dit son pasteur. Rien n'est impossible au Seigneur ! Seulement, conduisez-vous d’une manière digne de évangile de Christ, Phi 1 : 27 Ma Parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de Puissance. 1 Cor 2 : 4.
4/14/20205 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Le costume du Dimanche

Tous les étés nous partions en vacances chez mes grands-parents. Le dimanche, nous allions au culte, vêtus de nos plus beaux habits. Au retour, avant de passer à table, il fallait « se changer ». La semaine, on remettait nos habits « de tous les jours ». Cela me parle. Est-ce que nous ne faisons pas la même chose spirituellement ? Le dimanche, nous portons « le costume du dimanche ». Nous mettons notre face du dimanche, notre sourire du dimanche. Pendant la louange, nous fermons nos yeux d'un air très inspiré. Nous sommes remplis de bonté et de grâce. Nous avons un beau langage bien spirituel. Et la semaine, nous remettons notre habit de tous les jours. Dans notre bouche, plus de louange mais nous ne sommes jamais contents. La prière ? Non je n'ai plus le temps. La lecture de la Bible ? Vite on lit la « pensée du jour » dans la « Manne du matin ». Les cantiques ? Dans la voiture, nous préférons écouter les nouvelles qui sont bien déprimantes souvent. Ainsi nous commençons la journée accablée. Où est-il le chrétien qui veut honorer son Dieu ? Où est-il le chrétien, qui, le dimanche, chante : « prends ma vie, change-moi, fais de moi un instrument d'adoration, que ma vie te loue et te glorifie » ? Dans 2 Timothée 3 : 5, Paul met en garde les chrétiens : N’ayez pas l’apparence de la piété tout en reniant ce qui en fait la force. Nous nous trompons nous-mêmes. Nous vivons un leurre. Nous croyons mériter un certificat de bonne conduite, mais sommes-nous sûrs que cela plaît au Seigneur ? Ne faisons pas partie de ceux à qui le Seigneur dira : Vous m'appelez Seigneur, Seigneur, mais je ne vous connais pas. Attention on ne trompe pas Dieu. Le Seigneur connaît nos cœurs. Il dit dans le prophète Esaïe : Ce peuple m'adore du bout des lèvres mais son cœur est loin de moi. Le Seigneur prend plaisir à un cœur contrit et à un esprit brisé, qui tous les jours, à chaque instant dépend de son Dieu. Ne soyons pas de ceux qui prétendent connaître Dieu, mais qui le renient par leurs œuvres, Tite 1 : 16. Gardons tous les jours « nos habits du dimanche », sans hypocrisie, mais avec humilité. Que le monde ne nous souille pas. Nous sommes dans le monde mais pas du monde. Que le contact avec le monde ne vienne pas salir notre « robe de justice ». Je bénirai l’Eternel en tout temps ; sa louange sera continuellement dans ma bouche, Psaumes 34 : 1 Profitons de cette période de confinement pour casser nos habitudes et de nous approchez avec un cœur ouvert au Seigneur Jésus !
4/12/20203 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

Moody et le billet anonyme

Un jour, le grand Evangéliste Moody devait donner une conférence dans une grande ville. Lorsqu’il entra dans la salle, des milliers de personnes l’attendaient, prêtes à l’entendre. Alors qu’il montait sur l’estrade, un homme s’approcha et lui remit un billet soigneusement plié. Moody, pensant qu’il s’agissait d’une annonce, le remit dans sa poche pour le lire au moment opportun. Il sortit sa Bible et ses notes. Avant de commencer, il déplia le papier et lut. Il n’y avait qu’un seul mot : « idiot ». Moody ne fut pas du tout impressionné. Il reprit ses notes et avant de commencer, il s’adressa à la foule. « Souvent, dans ma vie, j’avais reçu des mots et des lettres, et parfois, pour des raisons personnelles, l’expéditeur ne signait pas. Sans doute était-ce un oubli ? Aujourd’hui, il m’est arrivé une drôle d’aventure. Un homme s’est approché de moi et m’a remis une lettre avec un seul mot : « idiot ». Cela ne m’était jamais arrivé. Pour la première fois de ma vie, je reçois une lettre signée mais sans contenu. Celui qui a écrit a oublié d’écrire ce qu’il voulait dire ». Cette histoire nous prouve que l’on peut être un grand homme de Dieu et être en même temps rempli d’humour. D'autre part, nous venons de sortir, une nouvelle vidéo sur ma chaîne : "Jean-Louis Gaillard" https://www.youtube.com/jeanlouisgail... en tant que pasteur elle s'appelle :"Qu’est-ce que le coronavirus nous apprend sur notre pays ?" https://youtu.be/HVRROHdn3co Le thème est : Le droit à la vie face à l'avortement. N'hésitez à la regarder et de vous abonner à la chaîne Merci !
4/11/20202 minutes, 26 seconds
Episode Artwork

L’avion sans pilote

Jésus dit : Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi, Apocalypse 3 : 20. Jésus frappe à ma porte. Mon ami Georges était confortablement assis sur un siège dans le petit avion, ATR (petit avion à hélices) qui devait l’emmener à Tours. L’avion était prêt à décoller du petit aérodrome de campagne. Le personnel de bord venait de fermer la porte et se préparait au décollage. Du hublot on pouvait voir la pluie qui tombait à verse. Soudain, Georges vit un homme courir, emmitouflé dans un imperméable. Il monta le petit escalier qui mène à l’avion, et il frappa frénétiquement à la porte. Une hôtesse de l’air, montra son poignet et essaya de lui faire comprendre qu’il est trop tard. L’homme frappa de plus belle. Voyant que l’hôtesse de l’air ne comprenait pas, il sortit sa carte officielle de la compagnie aérienne. Finalement l’hôtesse ouvrit la porte, et au grand étonnement de tous, on découvrit que l’homme qui pénétrait dans l’avion était... le pilote. Cette histoire paraît saugrenue. Quel est cet équipage qui ne connaît pas son pilote ? Pourtant elle démontre l’état de notre société, où les hommes s’embarquent dans la vie à côté de personnes qu’ils ne connaissent pas. Ils ne se préoccupent même pas de savoir si quelqu’un va piloter l’avion. Cela ne semble même pas les déranger. Et quand le pilote se présente à la porte, personne ne le connaît ou ne le reconnaît. Le Pilote est pourtant là, Lui qui nous connaît parfaitement puisque c’est Lui qui nous a créés. Il connaît exactement, le « plan de vol » qui nous mènera à bon port et nous rendra heureux et accompli malgré les difficultés de la vie. Qui est ce pilote qui frappe à la porte de ton cœur et qui veut prendre ta vie en main. Il sait tout de toi. Il dit : Car je connais les projets que j’ai formés sur toi, projets de paix et non de malheur, afin de te donner un avenir et une espérance, Jérémie 29 :11. N’est-ce pas là, un merveilleux plan de vol ? Il est à la porte de ton cœur, de ta vie et Il frappe. Peut-être es-tu malade. Peut-être que tu viens d’avoir un accident. Peut-être vis-tu un drame que tu ne comprends pas. C’est Lui qui frappe, et qui essaye d’attirer ton attention. Ne fais pas semblant de ne pas le voir. Peut-être aussi que tu es tombé par hasard, sur un texte biblique, ou sur ce feuillet ? Ne fais pas la sourde oreille. Ouvre la porte ! Ouvre-lui ton cœur. Invite Jésus-Christ à entrer ! Il désire, comme ce pilote, te conduire dans la vie sur le chemin de la paix. Il souhaite « souper avec toi », avoir une relation de confiance avec toi. Parce que Lui, Il est Dieu, Lui seul a des solutions aux situations que tu ne comprends pas. Lui seul peut guérir ton cœur brisé. Il te dit : « Ne cherche pas à comprendre, accepte mon amour, ouvre la porte et je te conduirai ». Dis-lui simplement : « Seigneur Jésus, je t’ouvre la porte, prends ma vie, conduis-moi. Comme lorsque je suis dans un avion, je ne sais pas trop comment fait le pilote, mais je lui fais confiance. De même Seigneur, je ne sais pas comment tu vas faire mais prends ma vie, je te fais confiance ».
4/10/20204 minutes, 38 seconds
Episode Artwork

Jésus sait comment je me sens ! Joni

Jésus prend nos faiblesses au sérieux. Luther traduit : « Le Saint-Esprit vient au secours de notre faiblesse. » Le Saint-Esprit s’intéresse à nos faiblesses et s’en occupe. Voyez Joni Eareckson. C’était une jolie athlète, heureuse de vivre. Un livre et un film retracent sa vie. Sa tête heurta un rocher lors d’un plongeon dans un lac et ce qui entraîna, pour elle, une paralysie totale de la nuque aux pieds. D’un seul coup, elle était devenue infirme. Elle voulut mettre fin à ses jours car l’existence était devenue un enfer pour elle. Après trois années de vie douloureuse et sans espoir, elle vécut un émouvant retour à Christ. Cindy, sa meilleure amie, était à son chevet et cherchait désespérément une parole qui l’encouragerait. Tout à coup, la lumière se fit dans son esprit : « Joni, Jésus sait comment tu te sens. Tu n’es pas la seule à être paralysée. Lui aussi a été paralysé -Il a été cloué sur la croix. Les coups ont endommagé sa colonne vertébrale. Comme il aurait aimé pouvoir bouger ! Pourtant, c’était impossible. Joni, il sait comment tu te sens. » Ces mots touchèrent le cœur de la jeune fille infirme. Christ avait fait l’expérience de la paralysie dans son propre corps. Le Fils de Dieu connaissait la détresse et la paralysie, parce qu’il les avait vécues. Nous disons sans cesse que Jésus est mort pour nos péchés. C’est l’essentiel et c’est juste. Mais il est aussi allé à la croix et a pris sur lui nos faiblesses, nos douleurs, nos blessures morales. Ne sommes-nous pas convaincus que le chapitre Esaïe 53 du prophète Ésaïe annonce le sacrifice du Christ à la croix ? Et que dit le verset Esaïe 53 : 4 ? En vérité, il a pris sur lui les maladies qui nous étaient destinées et il a porté les douleurs que nous avions méritées.
4/9/20203 minutes, 6 seconds
Episode Artwork

Conversion d’un tueur à gages

Un missionnaire chrétien en Colombie était très actif. Il évangélisait et son activité portait beaucoup de fruits. Cela déplut. Ses opposants décidèrent d’engager un tueur à gages pour l’exécuter. Cinq fois, il essaya d’assassiner l’homme de Dieu. Mais à chaque fois, il échouait. « Je n’ai jamais vu ça, dit-il. Cinq échecs, c’est incroyable. Moi qui ne rate jamais mes coups. Ils sont protégés par Dieu. J’ai intérêt à me méfier ». Finalement il prévint ses commanditaires qu’il arrêtait ce travail. Il leur rendit l’argent. Aujourd’hui il sert le Seigneur. Comme Saul de Tarse, sur le chemin de Damas, il a été arrêté en chemin par le Seigneur Jésus dont il persécutait les serviteurs (Actes 9 : 4). Il s’est tourné vers Dieu pour avoir la vie éternelle. Maintenant, ceux qu’il persécutait sont devenus ses frères, et il répand avec eux la bonne nouvelle du salut. Et vous ? Vous ne persécutez pas les chrétiens ; vous les respectez même, et peut-être même, vous les admirez. Cela ne vous sauve pas. Vous êtes même certainement baptisé ? Peut-être même que vous allez à l’église tous les dimanches ? Cela ne vous sauve pas davantage. Dieu veut vous rencontrer personnellement. Il a donné son Fils unique sur la Croix. Quand Jésus est mort, le rideau du Temple s’est déchiré parce que Dieu veut que rien ne le sépare de la relation avec les hommes. Mais pour cela, il vous faut reconnaître votre besoin de Lui : confessez vos péchés, reconnaissez votre besoin de Lui et croyez à l’efficacité absolue du sacrifice de Christ pour vous mettre à l’abri du jugement de Dieu et vous permettre de vivre une vie pure sur cette terre et une vie éternelle dans la félicité. Moi qui auparavant étais un blasphémateur, un persécuteur, un homme violent. Mais j’ai obtenu miséricorde, parce que j’agissais par ignorance, 1 Timothée 1 : 13 Celui qui autrefois nous persécutait, annonce maintenant la foi qu’il détruisait jadis, Galates 1 : 23.
4/8/20203 minutes, 12 seconds
Episode Artwork

Une voix venue du ciel

L’évangéliste Spurgeon, invité à prêcher au « Palais de cristal » de Londres, voulut s’assurer que sa voix serait assez forte pour cette immense salle. Il décida d’y faire un essai et s’y rendit la veille avec un ami qui s’assit au dernier rang. Du haut de l’estrade, Spurgeon prononça à voix forte cette citation de l’Ecriture : Cette parole est certaine et entièrement digne d’être reçue, que le Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, 1 Timothée 1 : 15. Il répéta le même verset, cette fois sans forcer la voix. L’ami lui fit signe que l’acoustique était bonne et il rentra chez lui rassurée. Vingt-cinq ans plus tard, un homme très malade demandait à voir un pasteur. Ce fut Spurgeon. —Etes-vous prêt à affronter la mort ? demanda l’évangéliste. — Oui, Dieu merci répondit le mourant. — Racontez-moi comment vous avez trouvé le salut de votre âme ? — D’une manière extraordinaire : en tant que plombier, j’eus une réparation à faire, il y a vingt-cinq ans, sous la coupole du palais de cristal. En ce temps-là, je vivais sans Dieu. Tout à coup, j’entendis à deux reprises une voix comme venant du ciel : Cette parole est certaine que le Christ-Jésus est venu dans le monde pour sauver des pécheurs. Ces mots atteignirent ma conscience et mon cœur avec une force telle que le jour même, je me tournai vers le Seigneur Jésus. Ainsi sera ma parole qui sort de ma bouche : elle ne reviendra pas à moi sans effet, mais accomplira ce pour quoi je l’ai envoyée, Esaïe 55 : 11
4/7/20202 minutes, 49 seconds
Episode Artwork

L’enfant handicapé

Alfred, un jeune garçon, devenait peu à peu mentalement malade. On disait de lui que, malheureusement, il devenait idiot, c’est-à-dire de plus en plus dépourvu d’intelligence et de bon sens. C’était très dur pour ses parents et lui-même s’en rendait compte. Un jour, son père l’entendit prier. Alfred disait : —Seigneur, Tu sais pourquoi Tu m’as donné cela ; mais je veux me confier en Toi jusqu’au bout. Savez-vous ce qu’est devenu Alfred ? Un médecin spécialiste très renommé (quelle bonne nouvelle !) Il m’a oint pour amener une bonne nouvelle aux pauvres, Luc 4 : 18 Ceux qui se confient en l’Éternel Sont comme la montagne de Sion, qui ne chancelle pas, Elle subsiste à toujours, Psaumes 125 : 1.
4/5/20201 minute, 53 seconds
Episode Artwork

La langue, poison mortel

Un chrétien âgé visitait un jeune homme qui était en prison pour avoir volé son patron. Le visiteur dit au prisonnier : —Il me semble que je vous ai déjà vu ? —Certes, il y a dix ans, et vous êtes, en grande partie, responsable de ma présence ici ! —Comment ? Ce n’est pas possible ! Je ne me rappelle pas vous avoir fait le moindre mal ! —Oh, sans mauvaise intention, certes ! Mais une fois, mon père et moi avions assisté à une réunion d’évangélisation où nous vous avions rencontré. Or le message m’avait fort impressionné. J’étais sous une profonde conviction de péché. J’étais bien résolu à aller dès le lendemain trouver l’évangéliste et à lui ouvrir mon cœur. Mais je vous ai entendu ridiculiser le prédicateur, vous moquer de sa prononciation et de ses fautes de français. Et alors mes bonnes résolutions me quittèrent. Je n’allai point voir l’évangéliste, je ne voulus même pas retourner l’entendre. Depuis ce jour, je n’ai plus pensé à mon salut. J’ai suivi de mauvaises compagnies qui m’ont amené ici. Les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs, 1 Corinthiens 15 :32-34
4/3/20202 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Une lutte et non un jeu

Il y a quelques années, on pouvait voir dans un cirque un serpent de dix mètres de long s’enrouler autour du corps de son dompteur. Cet homme avait eu ce serpent tout petit ; il l’avait apprivoisé et dressé et tous les soirs depuis vingt ans, il jouait avec son élève qui lui obéissait de point en point, au grand émerveillement des spectateurs. Lorsque, sur un signe, le serpent l’entourait de ses anneaux et le dominait de la tête, c’était un tonnerre d’applaudissements ! Lentement alors, le serpent se détachait et regagnait son gîte. Mais un soir, on entendit un craquement épouvantable, suivi d’un cri perçant : le dompteur venait d’être écrasé par le reptile. Pendant vingt ans, il avait joué avec le serpent, maintenant, le serpent se jouait de lui. Il n’en est pas autrement de ceux qui jouent avec le péché. Longtemps il paraît inoffensif : un jour vient où il sort vainqueur de ce que l’on pensait n’être qu’un jeu, mais qui ne doit jamais cesser d’être une lutte. "Joueras-tu avec lui comme avec un oiseau ? "Job 41 : 5. Genèse 4 : 6-7 " L’Éternel dit à Caïn : Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu ? Si tu agis bien tu relèveras la tête, mais si tu n’agis pas bien, le péché est tapi à ta porte, et ses désirs (se portent) vers toi : mais toi, domine sur lui."
4/3/20202 minutes, 33 seconds
Episode Artwork

Mort pour moi

Dans l’histoire sanglante de la Terreur, un incident brille d’un éclat incomparable. Le jeune Thibaud, on ne sait sous quelle accusation, avait été arrêté, jugé et condamné à mort. Dans ces temps troublés, la justice était expéditive. La veille de l’exécution, le père, par une faveur très rare, obtint l’autorisation de visiter le jeune homme, qu’il trouva au bord du désespoir. Il fit de son mieux pour le consoler, et le jeune Thibaud finit par s’endormir, tandis que le père, oublié là par le gardien, passait la nuit à ses côtés. Bien avant l’aube, la clé grinça dans la serrure, l’appel du gardien retentit « Thibaud ! » Et le père, qui avait répondu « Présent ! » fut emmené vers le lieu du supplice. Quelques minutes plus tard, le couperet de la guillotine faisait rouler sa tête aux pieds du bourreau. Quand le jeune Thibaud s’éveilla, tout étonné de trouver la porte de sa cellule ouverte, il se rendit au bureau où on lui signifia qu’il était libre, puisque le nommé « Thibaud » avait été exécuté au petit jour. Comme l’amour de ce père, se sacrifiant pour son enfant, nous touche ! Cher lecteur, l’amour de Jésus, mourant à votre place sur la croix, ne vous toucherait-il pas ? L’apôtre dit : Il s’est livré lui-même pour moi. Nous étions perdus, loin de Dieu, mais Christ a pris sur Lui tout le poids de notre jugement, et désormais nos sommes libres, graciés, sauvés. Le croyez-vous ? Il s’est livré lui-même à la mort, il a été mis au nombre des malfaiteurs, Esaïe 53 : 1-12.
4/2/20202 minutes, 49 seconds
Episode Artwork

Expérience d’éducation

En 1946 paraissait aux Etats-Unis un manuel d’éducation : « Comment soigner et éduquer votre enfant. » Il pouvait se résumer ainsi : « Toute civilisation étant en répression ou mutilation de l’instinct sexuel, il faut supprimer l’éducation répressive du bébé et de l’enfant. » Ce qui a amené à tout laisser faire. Des millions de parents, américains d’abord, puis européens, l’ont cru. Or, en 1974, le docteur Spock, l’auteur du manuel en question, a avoué : « Je me suis trompé. » C’est que, entre les deux dates, il était devenu père et grand-père. Mais néanmoins, le mal était fait, et c’est ainsi que l’on s’est acheminé vers la société permissive que l’on connaît aujourd’hui. Le docteur Spock a donné ensuite ce conseil aux parents qui venaient le consulter : « Donnez à vos porcs et à vos enfants tout ce qu’ils désirent. C’est ainsi que vous aurez de bons porcs… et de mauvais enfants. » En France, il y a presque 50 ans, Françoise Dolto, une psychanalyste, reprenait la théorie du Dr Spock sur l’éducation des enfants. Mon petit frère venait de naître et ma maman qui ne supportait plus l’éducation autoritaire dans laquelle elle et mon père nous avaient élevés, décida de se fier aux théories modernes de ces spécialistes à la mode. Ce fut une véritable catastrophe et 50 ans plus tard, on peut voir de nos yeux les méfaits de la théorie de l’enfant Roi. A 10 ans, mon petit frère a mis le feu à la maison qui a été consumée presque totalement. A12 ans, il ramenait une copine à la maison pour passer la nuit, à 13 ans, il aimait l’herbe et il la fumait. Toute sa vie il a été rebelle et insoumis, les pauvres parents ont pleuré toutes les larmes de leur corps. La Bible ne manque pas de donner de sages conseils en ce qui concerne l’éducation des enfants, entre autres, dans le livre des Proverbes situé dans l'Ancien Testament, juste après le livre des Psaumes. Cet ouvrage, essentiellement l'œuvre du roi Salomon, est une suite de développements pédagogiques ou de brèves sentences, dont l'objet est d'enseigner la "Sagesse", mais la sagesse selon Dieu et non selon les hommes. Un exemple : Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. Je vous propose de lire Proverbes 22 du verset 1 au 10.
3/31/20202 minutes, 54 seconds
Episode Artwork

Sage réponse

Un professeur vivait dans un pays du sud-est de l’Europe où un régime athée chercha à imposer l’incrédulité et à étouffer le témoignage des chrétiens. Il distribuait avec zèle, Bibles et littérature chrétienne. Chaque occasion lui était bonne pour parler de Jésus son Sauveur et de la nécessité pour chacun de recevoir par la foi le sacrifice de Christ pour devenir un enfant de Dieu. Un jour, il fut arrêté et interrogé par la police secrète de ce pays. A chaque question posée, il répondit par une parole de la Bible. Exaspéré, le colonel qui l’interrogeait décida de lui faire dire quelque chose contre le président athée du pays, afin d’avoir une accusation valable à produire contre ce croyant : — J’ai compris, lui dit le colonel, vous croyez dans la Bible. Très bien. Dans la Bible :Il est dit que Dieu est vrai et que tout homme est menteur (Romains 3 : 4). Alors que dites-vous : le président est-il ou non un menteur ? — J’ai un petit garçon de sept ans. Quand on lui pose une question à laquelle il ne peut pas répondre, il dit : je ne sais pas, demandez à mon père. Eh bien, je vous donne la même réponse : demandez à mon Père. Le colonel baissa la tête et laissa partir le croyant. Cette sage réponse contient une leçon très utile pour nous chrétiens. Quand, en raison de nos esprits limités, nous ne savons pas répondre aux questions qu’on nous pose, laissons notre Dieu répondre pour nous. Quand on vous emmènera pour vous livrer, ne vous inquiétez pas d’avance de ce que vous aurez à dire, mais dites ce qui vous sera donné à l’heure même ; car ce n’est pas vous qui parlerez, mais l’Esprit-Saint, Marc 13 : 11
3/31/20203 minutes, 15 seconds
Episode Artwork

Voir au-delà de l’horizon

Quelle est notre attitude à l’égard du mal ? Comment réagissons-nous au mal qui nous est fait ? Le mal est une réalité quotidienne dans nos pensées, nos paroles et nos actes. Voici une conséquence inattendue d’un acte perpétré contre Brengle, un officier de l’Armée du Salut qui avait tenu une réunion d’évangélisation. Un homme ivre lui lança une tuile qui l’atteignit en pleine tête. Gravement blessé, il fut longtemps entre la vie et la mort. Dix-huit mois après l’incident, il était encore en incapacité de travail. Pendant cette période, il écrivit des articles qui furent assemblés par la suite dans le livre Vers la sainteté. Cet ouvrage eut un rayonnement insoupçonné. Il connut plusieurs rééditions et fut traduit en plusieurs langues. La femme de l’officier de l’Armée du Salut prit la tuile jetée contre son mari et écrivit dessus : Vous avez voulu faire du mal, Dieu a voulu en faire du bien ! En présentant son ouvrage, il souriait et disait : « Remerciez Dieu aussi pour cette tuile. Si elle n’avait pas été lancée, ce livre n’aurait jamais paru. » La détresse pousse les uns à prier, les autres à jurer. Heureux ceux qui supportent l’épreuve ! Pour les matérialistes, de telles paroles sont incompréhensibles ; ce ne sont que des dictons dénués de sens. Les chrétiens, eux, comptent sur l’intervention de Dieu dans les situations les plus incroyables. Le Dieu vivant a la puissance de redresser ce qui est courbé, de faire jaillir la bénédiction des situations les plus tragiques et négatives. En général, nous ne nous en apercevons qu’après coup. Lorsque le malheur, la tristesse et la maladie viennent frapper à notre porte, nous sommes découragés. Nous nous cabrons et nous nous révoltons. Ce n’est que par la foi que nous pouvons affirmer : Dieu a voulu en faire sortir du bien. Je vivrai et je raconterai les œuvres de l’Éternel, Psaumes 118 : 17.
3/28/20203 minutes, 10 seconds
Episode Artwork

Le serpent

Un certain soir, fatigué à l’excès, je me couchai et m’endormis profondément, raconte un fonctionnaire anglais en Inde, mais mon sommeil fut troublé par une impression douloureuse. Il me semblait qu’un poids énorme et froid comme de la glace, pressait ma poitrine au point de me suffoquer. Je me réveillai en sursaut et j’allais sauter du lit lorsque, tout à coup, à la faible clarté d’une lumière dans la nuit, j’aperçus se déroulant sur mon lit, un énorme serpent aux yeux ardents, qui sortait et rentrait sa langue en faisant entendre des sifflements sinistres. Le rapide et brusque mouvement que j’avais fait l’avait éveillé et irrité. Le feu de ses yeux et les mouvements convulsifs de sa langue manifestaient sa rage. À une sorte de gonflement en forme de casque, qui se produisait sur sa tête, je compris qu’il s’agissait du plus redoutable des serpents, le cobra venimeux. Je restai immobile et le serpent se calma, rentra sa langue, cessa son sifflement, tandis que ses yeux perdaient leur feu ; son casque aussi s’affaiblissait. Une sueur froide me couvrit le corps. Au moindre mouvement de ma part, le serpent me mordrait et il n’existait pas de remède qui sauve de son venin. Réduit à l’immobilité d’un mort, il ne me restait qu’à attendre le jour, espérant alors que ce terrible reptile me laisserait pour se réfugier en quelque obscure retraite. Le serpent s’endormit. Quant à moi, je souffrais horriblement ; cette absolue immobilité était rendue insupportable par le poids du serpent qui me suffoquait et par l’odeur exécrable qu’il exhalait. Ainsi se passa une heure -elle me parut interminable- et je me demandais comment je sortirais de cette situation angoissante, lorsqu’un hindou entra doucement, tenant entre les dents un poignard. Son corps nu était couvert d’huile, de la tête aux pieds. Il s’approcha de mon coffre, l’examina, il vint ensuite près de mon lit ; la couverture qui le recouvrait excita sa cupidité. Dans son avidité à s’en emparer, il la saisit des deux mains, sans voir le reptile, qui aussitôt s’élança sur lui et le mordit à la joue. D’un coup de poignard, l’hindou lui trancha la tête, puis comprit sans peine qu’il s’agissait d’un cobra et qu’il était perdu. Dans une résignation muette, il se laissa tomber à terre et attendit la mort. À mes cris, les gens de la maison accoururent et se jetèrent sur le voleur, qui ne se défendait pas, déjà sous l’effet du venin ; quelques instants plus tard, il était mort. Dieu m’avait délivré. Son œil avait été sur moi. David dit encore : Éternelle, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin. Et Saül dit à David : Va, et que l’Eternel soit avec toi ! 1 Samuel.17 :37.
3/28/20204 minutes, 42 seconds
Episode Artwork

La grâce divine

Un jour, j’ai fait une expérience dans le TGV (Train à grande vitesse) qui m’a aidée à toucher du doigt la réalité de la grâce de Dieu. J’avais une réservation pour un train en fin d’après-midi mais je suis arrivé à la gare plus tôt que prévu. Je suis donc monté à bord d’un train en début d’après-midi, sans avoir la réservation correspondante. Le train était bondé et je m’étais installé sur un strapontin dans le couloir d’une voiture de deuxième classe. Après le départ, le contrôleur est venu vérifier mon billet : je lui ai expliqué mon histoire et il m’a, à ma grande consternation, invité à le suivre. Je crois qu’en le suivant, j’ai prononcé intérieurement ce que j’ai cru être ma dernière prière ici-bas ! À ma stupéfaction, il m’a conduit dans une voiture de première classe et m’a souhaité un :« Bon voyage » ! Je me suis retrouvé assis avec des personnes en règle pour avoir acquitté le prix d’un billet de première classe alors que je n’avais qu’un billet de seconde classe, sans la réservation correspondante ! Pour ainsi dire, la grâce, c’est d’être invité à voyager en première classe, alors qu’on ne le mérite pas. J’ai quand même une définition plus théologique de la grâce, basée sur 2 Corinthiens 8 : 9. La grâce, c’est le ciel (Dieu) qui a donné le meilleur (son Fils Jésus) pour racheter ce que la terre avait de pire (nous, les pécheurs) et avec cela en faire l’Église ! Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin que, par sa pauvreté vous fussiez enrichis.
3/26/20202 minutes, 54 seconds
Episode Artwork

Je meurs pour toi

Deux frères habitaient ensemble dans une ville d’Orient. L’aîné, homme sérieux, travailleur et croyant, se préservait des souillures du monde. Le cadet, léger et dissipé, se livrait du matin au soir à une vie de débauche et de dissipation. L’aîné avait souvent, mais en vain, exhorté son frère à changer de vie. Un soir, vers minuit, des coups violents retentirent à la porte d’entrée. Le chrétien se hâta d’ouvrir et se trouva en présence de son frère, pâle, tremblant, les vêtements en désordre et souillés de sang. —Sauve-moi, cache-moi. J’ai tué un homme et je suis poursuivi. L’amour est ingénieux. Le frère aîné demanda à son cadet d’ôter ses vêtements qui révélaient sa culpabilité, puis il se revêtit de ces derniers et poussa son frère dans la chambre voisine. Peu de temps après, on entendit les pas précipités des agents de police. —C’est toi qui as fait le coup ! Inutile de le questionner davantage, reprit le second agent. Regarde ses vêtements, ils répondent pour lui ! Ils lui mirent les menottes et l’emmenèrent. Il fut jeté en prison et l’on procéda sur le champ à son interrogatoire. Aux questions qu’on lui posait, le prévenu se bornait à répondre : —Je dois payer ce crime de ma vie et le plus tôt sera le mieux. Le procès fut rapidement conduit et l’assassin présumé, condamné à mort. Avant de mourir, le noble jeune homme demanda du papier et de l’encre. C’était une lettre à faire porter à son frère après l’exécution. La lettre contenait ces mots : « Demain, revêtu de tes habits, je mourrai pour toi. Mais toi, en souvenir de moi et couvert de mes vêtements, tu devras vivre à l’avenir une vie saine et juste. » « Je meurs pour toi. » Ces quelques mots bouleversèrent jusqu’au fond de l’âme le cœur du coupable qui s’avoua vaincu. Il se précipita chez le juge. Le directeur de la prison (qui n’avait point oublié le regard si sérieux du frère aîné), après avoir écouté ses aveux, déclara qu’il n’avait pas le droit de le faire emprisonner. Son frère était mort pour lui. La liberté et la vie lui étaient assurées. À partir de ce jour, le frère cadet mena une vie nouvelle. On ne le reconnut plus tant il était transformé. C’est en vain que ses camarades de plaisir vinrent le solliciter. —Avec les vêtements que je porte, je ne puis vous accompagner. Lecteur, ton Sauveur a donné sa vie pour toi afin que, revêtu de sa justice, tu sois irréprochable et pur, irrépréhensible au milieu d’une génération perverse et corrompue. Il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux, 2 Corinthiens 5 :15.
3/25/20204 minutes, 2 seconds
Episode Artwork

Comment réagir face aux épreuves

Une jeune femme alla trouver sa mère pour lui dire qu’elle trouvait que les circonstances de sa vie étaient très dures. Elle ne savait pas comment elle allait s’en sortir et elle avait envie de tout abandonner. Elle en avait assez de lutter. Il lui semblait que dès qu’un problème était résolu, un nouveau problème se présentait. Sa mère la conduisit à la cuisine. Elle remplit trois casseroles d’eau. Dans le premier, elle mit des carottes, dans le second deux œufs, et dans le troisième des grains de café. Elle les laissa sur le feu. L’eau se mit à bouillir. La maman ne disait rien. Vingt minutes plus tard, elle éteignit les feux. Elle pêcha les carottes et les mit dans un bol. Elle sortit les œufs qu’elle plaça dans un bol. Ensuite, elle filtra le café qu’elle plaça dans un bol. Puis elle se tourna vers sa fille et elle lui demanda : — Qu’est-ce que tu vois ? — Des carottes, des œufs et du café, répondit-elle. Elle rapprocha le bol de carottes et elle lui dit de toucher les carottes. La fille les toucha et elle vit qu’elles étaient molles. Puis elle lui demanda de prendre les œufs et de les casser. Après avoir enlevé la coquille, la jeune femme remarqua que l’œuf était dur. Enfin elle lui demanda de goûter le café. La fille savoura l’arôme délicat. Ensuite la jeune fille demanda : — Mais, maman, que veut dire tout cela ? La maman répondit : — Tu vois ces trois éléments ont fait face exactement à la même adversité, l’eau bouillante, mais chacun a réagi différemment. La carotte est rentrée dans l’eau, elle était forte, dure et implacable. Après avoir été plongée dans l’eau bouillante, elle s’est attendrie et est devenue faible. L’œuf était fragile. Sa coquille fine et fragile protégeait le liquide à l’intérieur. Mais après vingt minutes dans l’eau bouillante, l’intérieur a durci. Le café moulu était unique. D'ailleurs après avoir été plongé dans l’eau bouillante, c’est lui qui a changé l’eau : — Lequel d'entre eux es-tu, demanda la maman à sa fille. Quand l’adversité frappe à ta porte, quelle est ta réponse ? Es-tu une carotte, qui semble forte et dure mais face à l’adversité, tu fonds, tu ramollis et tu perds ta force ? Es-tu un œuf qui commence avec un cœur liquide mais qui change avec la chaleur ? Est-ce que tu as un cœur malléable mais après la mort d’un bien-aimé ou après la rupture d’une relation émotionnelle, ou une difficulté financière ou après tout autre épreuve, tu t’endurcis et tu te raidis ? Ta coquille est la même mais à l’intérieur tu es amère et dure, avec un esprit raide et dur. Ou est-ce que tu es comme ce grain de café qui, lorsque les choses sont terribles, change l’eau bouillante, c’est-à-dire la circonstance même qui apporte la douleur ? Quand l’eau bout, l’arôme et le parfum sont libérés. Si je suis comme le grain de café, lorsque les circonstances sont au plus mal, moi je vais mieux et je change les circonstances autour de moi à travers Christ en moi qui me fait lui ressembler. Lorsque les heures sont les plus sombres et que les épreuves sont les pires, est-ce que tu passes à un autre niveau ? Comment fais-tu face à l’épreuve ? Les chrétiens sont comme les carottes, les œufs ou les grains de café. Ils ne savent pas comment ils vont réagir jusqu’à ce qu’ils tombent dans l’eau bouillante. Lequel d'entre eux êtes-vous ? Prière : Seigneur, aide-moi à réaliser que toutes les expériences que tu mets devant moi, chaque personne que tu mets sur mon chemin, sont une préparation parfaite pour ma vie. Et toi seul tu sais comment je vais sortir de cette épreuve. Je puis tout par celui qui me fortifie, Philippiens 4 :1
3/24/20204 minutes, 45 seconds
Episode Artwork

Le voyage

Une petite grand-mère tricotait. Parfois, elle levait sa petite tête et regardait par la fenêtre : son joli jardin était bien fleuri en cette saison. Au-delà du jardin, le Ballon d’Alsace (nom d’un sommet des Vosges). Grand-mère n’avait jamais quitté son petit village. Son petit-fils entra. Maintenant c’était un homme, tout le portrait de son fils. — Bonjour, mamama (mamie en alsacien), Je viens t’embrasser. Je viens de faire un long voyage. — C’est vrai, cela fait longtemps que je ne t’ai pas vu. — Oui mamama, cela fait au moins deux ans. — C’est gentil de penser à ta vieille mamama. — Mon petit, (elle l’appelait toujours mon petit même s’il avait 29 ans !) — J’ai passé un an en Chine, je vais te raconter ce que j’ai vu. Le petit-fils raconta avec enthousiasme tout ce qu’il avait vu. Shanghai. Les contres forts de l’Himalaya, avec le « toit du monde » (l’Everest) que l’on voit au loin. La grand-mère l’écouta, les yeux rêveurs. Au bout de quelques heures, quand il eut fini son récit, elle dit : — Merci, j’ai pu vivre avec toi ce beau voyage. J’étais avec toi, sur les routes de montagne, dans les huttes des paysans, sur les grandes autoroutes de Shanghai. C’est bien plus loin que ces montagnes. Mais, tu sais mon chéri, moi aussi je vais partir pour un grand voyage, un très grand voyage… — Toi, ma mamama ? Toi qui n’as jamais dépassé le fond de jardin. Mais à ton âge, où veux-tu aller ? — Je vais partir dans un beau pays, incomparable. Il n’y a rien ici qui lui ressemble. Il n’y a ni nuit, ni jours, ni souffrance, ni pleurs, et ni mort. Un pays où règne la vie. Le petit fils, commençait à comprendre, car il connaissait la foi de sa grand-mère. Foi qu’il ne partageait pas d’ailleurs. Il se rappelait que lorsqu’il était petit, ça l’agaçait quand sa grand-mère parlait de Jésus. Mais là, il sentait que c’était sérieux. Sans doute qu’elle sentait que ce Jésus dont elle parlait tout le temps, allait venir la chercher. Et si elle avait raison ? Perdu dans ses réflexions, le petit fils demanda : — Que fait-on là-bas ? — Tous ceux qui ont cru en Jésus, des hommes et des femmes de toutes races, de toutes nations, chantent leur reconnaissance et leur amour pour Jésus. Parce qu’Il nous a sauvés. Tous, nous chanterons sa Gloire. Nous le verrons sur le trône, assis. Il regardera tous ceux qui Lui ont fait confiance, avec amour et bienveillance. Tous verront les marques des blessures dans la paume de sa main et dans son côté. Marques des blessures causées par l’abominable mort sur la Croix. Mort qui nous a rachetés et qui nous a permis d’être là avec Lui. Le petit-fils la regarda perplexe. Au fond de son cœur, cette question lancinante, revenait comme un refrain : « Et si ce qu’elle dit est vrai, et si un jour je réalise que j’ai vécu toute une vie en passant à côté de l’essentiel ? Quel drame ! De toute façon qu’est-ce que je risque d’essayer, simplement que ce ne soit pas vrai. Et alors ! Je me serai trompé, voilà tout ». Il s’entendit poser la question, comme si c’était quelqu’un d’autre, comme si c’était plus fort que lui qui parlait. — Tu crois vraiment que ce pays existe ? — C’est le royaume de Jésus. Il est là-bas, entouré de tous les fils et les filles de Dieu qui ont cru en lui. Bientôt Il va venir me chercher et Il me dira : « Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis ». Comme au brigand sur la croix, parce que devant Lui, je ne suis pas plus juste que ce brigand. Peut-être qu’extérieurement j’étais quelqu’un de bien mais Lui seul sait de quelles pensées j’étais animée parfois. Elle se tourna vers son petit-fils et le regarda longuement. Elle lui dit : — Tu veux me revoir un jour ? Un frisson parcourut le corps du jeune homme. Quelle question ? Des larmes lui montèrent aux yeux. Il ne put rien répondre. Elle continua : — Crois au Seigneur Jésus, non seulement tu seras sauvé du jugement mais en plus, on se retrouvera là-haut dans le Royaume de lumière ...
3/23/20206 minutes, 57 seconds
Episode Artwork

Le titre de propriété.

C’était en Chine. Une pauvre veuve se trouvait dans une cour de justice de campagne. Et cette vieille femme, au visage tout ridé, aux habits en haillons, se défendait contre des voisins rusés qui prétendaient que le meilleur de son terrain leur appartenait. La lutte était serrée et le moment arrivait où les adversaires obtiendraient injustement gain de cause. Alors, la veuve se mit à chercher quelque chose dans ses habits. Vous savez sans doute que les Chinois cachent ce qu’ils ont de plus précieux sous leurs vêtements, à même le corps. Elle chercha un moment, trouva enfin, puis sortit triomphalement un petit papier tout sale : c’était l’acte de propriété établi à son nom. Dès que le juge vit ce chiffon, toute la situation fut renversée ; les Chinois ont un grand respect de « ce qui est écrit ». Cet acte authentique confondait les usurpateurs. Et la veuve retourna dans sa propriété sauvegardée grâce au titre qu’elle avait par bonheur si bien conservé et dont ses adversaires ignoraient l’existence. Quand l’adversaire des âmes, le diable, destructeur, prince des ténèbres, menteur et père du mensonge, voleur, vient pour « dérober, égorger et détruire », comme Jésus-Christ nous en avertit (Jean10 :10), pouvez-vous montrer l’acte écrit prouvant que vous êtes rachetés, hors de son pouvoir mortel ? Pouvez-vous présenter le titre de propriété établissant que vous êtes enfant de Dieu ? C’est un acte éternel, un document précis mis à votre disposition. Il importe que vous le possédiez et que, ayant cru au nom du Fils de Dieu, votre Sauveur, vous receviez le nom d’enfant de Dieu (Jean 1: 12). Ainsi vous pourrez opposer ce texte de la Parole de Dieu -ou d’autres- à celui qui voudrait usurper votre propriété, celle du salut éternel de votre âme, acquise à si grand prix par le sang expiatoire du Seigneur Jésus-Christ. Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu, 1 Jean 5 : 13.
3/22/20203 minutes, 31 seconds
Episode Artwork

Conversion Charles Studd

Ce fut la logique qui amena Charles Studd (1862-1931), le fondateur de la Croisade Évangélique Mondiale, à accepter le salut. Un prédicateur, invité pour le week-end par son père, cherchait à lui parler. Comme j’allais sortir pour jouer au cricket, il réussit à mettre le grappin sur moi, alors que je ne m’y attendais pas et me demanda si j’étais chrétien. Je pensai que pour me débarrasser de lui, le mieux était de lui répondre le plus exactement possible, et je lui avouai : — Je ne peux pas dire que je sois ce que vous appelez un chrétien. Je crois en Jésus-Christ depuis que je suis haut comme ça. Et naturellement, je crois à l’Église. Mais il était collant comme la glue, et reprit : — Écoute ce verset : Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle. —Tu crois bien à la mort de Jésus-Christ ? — Oui. — Tu crois que c’est pour toi qu’il est mort ? — Oui. — Et crois-tu aussi à la fin du verset : « afin d’avoir la vie éternelle » ? — Cela non, dis-je, je ne le crois pas. — Alors, voyons, n’es-tu pas illogique, de croire une moitié de verset et de ne pas croire l’autre ? Je dus en convenir ! Il insista : — Tu veux rester aussi illogique toute ta vie ? — Ah ! bien non, pas toujours … — Voudrais-tu devenir tout de suite conséquent avec toi-même ? Je me sentais au pied du mur, et je commençais à craindre d’avoir honte de moi-même si je ne me décidais pas à prendre plus sérieusement les choses. Et après mon acquiescement, il dit : —Ne te rends-tu pas compte que la vie éternelle est une grâce ? Et quand quelqu’un te donne un cadeau à Noël, qu’est-ce que tu fais ? Je répondis que je le prenais en disant merci. — Alors, dit-il, pour ce don-là, ne veux-tu pas dire « merci » à Dieu ? Ce « merci », oui, je le prononçai devant Dieu à genoux. Et à l’heure même et dans cette salle, la joie et la paix entrèrent dans mon cœur. J’appris alors ce que c’était que « naître de nouveau ». La Bible, jusqu’alors si aride, devint tout pour moi. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle, Jean 3 : 16.
3/21/20203 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

La conversion d'un enfant

J’ai eu le privilège d’avoir des parents chrétiens pratiquants ; mais on ne naît pas chrétien, on le devient seulement par la repentance et la foi personnelle en Jésus-Christ, le Sauveur. Je me rappelle très bien que je me trouvais face à un choix capital : accepter ou ne pas accepter mon Sauveur. Recevoir ou ne pas recevoir le Christ vivant, dans ma vie. Mais un jour béni, vers mes 13 ans, poussé par la grâce divine, simplement mais très sérieusement, j’ai écrit une petite lettre à ma chère maman. Je ne me souviens plus des détails mais je me rappelle bien le point central, que je résume ainsi : « Maintenant, je crois que Jésus-Christ est mon Seigneur et mon Maître et je l’accepte dans ma vie. » Aujourd’hui encore je ne doute pas que ce fut le point de départ d’une vie nouvelle ; d’autant plus que le Christ désormais en moi commença à me transformer et les changements étaient visibles à la maison et à l’école. Non seulement la conversion d’un enfant est possible mais l’enfant est, par son humilité, sa confiance et sa foi, un exemple à suivre selon le Seigneur lui-même, qui a dit : Si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez pas comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux, Matthieu 18 : 3.
3/19/20202 minutes, 27 seconds
Episode Artwork

Il aurait pu la dépanner !

Cette histoire authentique a été vécue telle quelle, voici quelques années. Une dame était assise dans sa voiture, garée le long du trottoir, quand une jeune femme dont la voiture était devant la sienne vint vers elle pour lui demander si elle n’avait pas un marteau à lui prêter. Comme sa réponse était négative, elle s’adressa à un autre automobiliste qui lui en tendit un. Alors, sans perdre une minute, elle brisa la vitre d’une portière avant de sa voiture et, après être allée rendre le marteau à son propriétaire, elle put enfin se saisir de ses clés. Puis, elle les agita en direction des conducteurs qu’elle avait sollicités, avec un air de triomphe. Enfin, elle se mit à son volant et démarra. Une fois qu’elle fut partie, le propriétaire du marteau s’exclama à qui voulait l’entendre —Si seulement elle m’avait expliqué ce qu’elle voulait, j’aurais pu la dépanner ; je suis serrurier. Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu, Luc 19 :10.
3/18/20202 minutes, 2 seconds
Episode Artwork

En mémoire de lui.

En 1943, un matin d’été à Auschwitz, à l’appel des détenus, il manque dix hommes. Les représailles sont impitoyables : dix prisonniers, pris au hasard, seront fusillés sous les yeux de leurs camarades. L’un deux, bouleversé, s’écrie : — Oh ! Ma femme, mes enfants ! Laissez-moi l’espoir de les revoir un jour ! Silence. Un homme sort du rang. Il s’avance vers le commandant et déclare : « Je veux mourir à sa place. Moi, je n’ai pas de famille ». C’est un prêtre du nom de Kolbe. Le commandant accepte. Après la libération, le rescapé n’a pas oublié celui à qui il devait la vie. Il est retourné au camp pour fixer contre le mur des fusillés une plaque à la mémoire du prêtre Kolbe et de son acte héroïque. Évoquons un sacrifice combien plus grand : celui que la Bible appelle : L’offrande du corps de Jésus-Christ, faite une fois pour toutes, Hébreux 10 : 10. Il imposait à notre Sauveur une souffrance que, ni le héros de notre récit, ni aucun homme ne pouvaient connaître : l’abandon de Dieu. Christ s’est substitué à nous pour subir à notre place la terrible condamnation que méritaient nos péchés. Du sacrifice de Jésus-Christ, il existe même un mémorial, institué par lui-même : le pain et le vin qui, d’une manière silencieuse, rappellent aux chrétiens la mort du Seigneur. Lui-même les invite, pendant le temps de son absence, à perpétuer ce souvenir : Faites ceci en mémoire de moi, Luc 22 :19. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même ; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père, Jean 10 : 18.
3/17/20202 minutes, 59 seconds
Episode Artwork

On ne se moque pas de Dieu.

Un vieux paysan des Cévennes, M. Vigne, à qui le Seigneur avait accordé le don de guérison et de puissance du Saint-Esprit, vit un jour venir chez lui, quatre jeunes gens portant sur une civière, un de leurs camarades. Leur but était de « singer » le miracle -décrit dans l’évangile de Marc 2- du paralytique porté par quatre hommes et de jouer un tour à l’homme de Dieu. Mais celui-ci, inspiré par l’Esprit, demanda au soi-disant malade : —Est-ce vrai que vous êtes paralysé ? — Oui, Monsieur, répondit-il, voulant jouer son rôle fidèlement. —Eh ! Bien, soyez paralysé, répondit le serviteur de Dieu. Instantanément, le jeune moqueur sentit ses membres se raidir : il était frappé de paralysie ! Par ce miracle (de jugement ?), le Seigneur donna à comprendre à ces impies qu’on ne se moque pas de Dieu ! Puisse ce « fait-divers » authentique donner à réfléchir à ceux qui osent blasphémer le Dieu Tout-Puissant. Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu, Galates 6 : 7.
3/16/20202 minutes, 1 second
Episode Artwork

Aller où Dieu nous veut.

Lorsque j’eus vingt ans, je fis une merveilleuse expérience. J’avais passé, à douze ans, quelques jours à Strasbourg chez un couple d’un certain âge : ces personnes avaient montré une grande gentillesse à mon égard et j’avais gardé d’eux un excellent souvenir. Puis je les perdis de vue pendant plusieurs années. À mon retour à Strasbourg, je décidai d’aller les voir à l’occasion. Un jour, en marchant dans la rue, je reçus soudain intérieurement l’ordre d’aller au numéro 14 de la rue du Rempart. C’est là qu’habitait le couple. Dans mon esprit, je répondis que je voulais bien y aller mais un autre jour, car je devais alors m’occuper d’affaires plus urgentes, et je continuai ma route. L’ordre devint finalement si insistant, que je m’en retournai et courus en toute hâte au lieu indiqué. Après avoir sonné plusieurs fois, j’entendis dans l’appartement quelqu’un se traîner péniblement vers la porte : c’était la vieille dame. En m’ouvrant, elle me dévisagea et dit : — Je ne vous connais pas. Quand je me fis connaître, elle s’écria : —Comment ? C’est toi ? Tu es envoyé comme un ange du ciel car nous sommes dans une grande détresse. Nous avons crié à Dieu qu’il nous envoie quelqu’un et il t’a envoyé. Elle me conduisit alors au lit de son mari qui était gravement malade ; elle aussi était malade et ne parvenait plus à se soigner ni à soigner son mari. Or, ils avaient une fille qui était infirmière à Paris : je devais envoyer un télégramme afin qu’elle vienne tout de suite aider ses parents. Après avoir fait le nécessaire, je partis. Quelques jours plus tard, je dus à nouveau obéir à une contrainte intérieure et, lorsque j’arrivai, ce fut juste à temps pour prier avec le vieil homme mourant. C’était la première fois que je devais prier avec un agonisant. Cet homme put quitter ce monde dans la confiance et dans la paix. Un ange du Seigneur, s’adressant à Philippe, lui dit : Lève-toi, et va du côté du midi, Actes 8 :26.
3/16/20203 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

C’est Dieu qui parle Par une révélation de Dieu .

Un pasteur anglais, au cours d’une prédication, précise tout à coup ceci : il y a ici un jeune homme qui a trompé quelqu’un de 3 livres et 18 shillings, il ne retrouvera la paix avec Dieu qu’après avoir restitué cette somme. Quelques jours plus tard, le jeune homme se présente chez le pasteur et lui dit : — Vous me connaissez ? — Non ! répond le pasteur. — Pourtant, dans votre sermon dimanche, vous avez décrit exactement ma faute. —Je ne sais rien de vous, précise le pasteur, mais c’est Dieu qui m’a fait connaître votre situation. Souvent en tant que prédicateur nous sommes agressés par des personnes qui, à la fin du culte nous disent : « Mais vous avez raconté ma vie ce matin ! Qui vous en avait parlé avant ? » Je leur réponds : — Personne, c’est le Saint Esprit qui fait ces choses et nous ne pouvons pas nous y opposer. Remerciez Dieu de vous aimer tellement qu’Il a voulu vous parler ce matin, c’est une preuve de son amour pour vous ! À l’un est donnée par l’Esprit une parole de connaissance, 1 Corinthiens 12 : 8.
3/15/20202 minutes, 14 seconds
Episode Artwork

Le vêtement de Dieu

Un grand seigneur incrédule entendait souvent parler d’un de ses paysans fort pauvres mais qui était réputé pour sa grande connaissance de la Bible et pour la sagesse avec laquelle il répondait à toutes sortes de questions. Le rencontrant un jour, le prince l’accosta : —Eh bien ! L’ami, j’entends dire que tu connais la Bible d’un bout à l’autre et je voudrais bien apprendre une chose de toi : combien faudrait-il à Dieu de mètres d’étoffe pour se vêtir, puisque les prophètes déclarent qu’il remplit les cieux et la terre ? Le fermier réfléchit un instant, chapeau bas, puis respectueusement : —Je crois Excellence, que quatre mètres suffiraient ; cinq en tout cas feraient l’affaire ! » — Comment ? Que dis-tu ? s’écrie le prince surpris. Tu ne me feras pas croire que tu as vu cela dans la Bible ? » —Pardonnez-moi Excellence, mais ça y est. Connaissez-vous cette parole de Jésus : Ce que vous faites à l’un de ces plus petits de mes frères, vous me l’avez fait à moi-même ? Matthieu 25 :40. Et le roi leur répondra : en vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ! Enchanté de cette réponse, le prince ordonna que, chaque année, il fût pris sur sa caisse particulière de quoi faire un habit neuf à ce paysan chrétien. Je suis Jésus que tu persécutes, Actes 9 :5.
3/13/20202 minutes, 19 seconds
Episode Artwork

Repos et abandon

Je traitais le sujet de la joie lorsqu’un homme s’approcha de moi : —Il est facile pour vous de prêcher la joie, mais lorsqu’on est dans le trou noir, eh bien ! On y reste. Si vous étiez à ma place… — Expliquez-vous, lui dis-je. — Il y a deux ans de cela, je revenais de mon travail, sifflotant sur ma bicyclette, heureux d’aller retrouver les miens pour le dîner. Je grimpe au deuxième étage, j’introduis la clé dans la serrure, j’ouvre la porte et reste cloué sur place. Mon appartement était entièrement vidé de mes meubles et personne dans la pièce. Ma femme était partie, emmenant mon fils et tout le mobilier avec ! Rien n’aurait pu me laisser supposer ce malheur. Voici maintenant deux ans que je suis sans nouvelle des miens et j’ignore où ils sont. Alors, la joie ! Vous m’avez compris. — Votre douleur est grande et je la respecte. Ce n’est pas moi qui vous reprocherai de pleurer. Je me garde même de vous demander de changer votre tristesse en joie. C’est impossible. Et d’ailleurs, vous en êtes déjà convaincu. — J’aime vous l’entendre dire. — Mon cher ami, vous avez besoin d’un cadeau du ciel. Dieu connaît votre épreuve et considère votre souffrance avec une immense compassion. Pourquoi ne vous accorderait-il pas maintenant Son secours, Sa paix et Sa joie malgré cette douloureuse séparation ? Non pas une joie exubérante de mauvais aloi mais une paix sereine, un vrai don du ciel qui vous redonnerait courage et goût à la vie ? Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ, Philippiens 4 :6-7.
3/11/20202 minutes, 56 seconds
Episode Artwork

Voir Dieu

L’empereur Trajan demandait un jour à un célèbre docteur juif, Rabbi Josué : —Où est ton Dieu ? — Il est partout, répondit le Juif. — Pourrais-tu me le montrer ? reprit l’empereur. — Mon Dieu ne peut être vu : nul œil mortel ne pourrait soutenir l’éclat de sa gloire. Et en prononçant ces mots, le visage du Juif brillait d’une fierté sans pareille. —Eh, bien, dit Rabbi Josué, si je ne puis vous faire voir mon Dieu, je puis au moins vous montrer un de ses ambassadeurs. Trajan fit signe qu’il consentait à le voir. Rabbi Josué l’invita à sortir. Il était midi et le soleil brillait de tout son éclat. —Levez les yeux et regardez, dit le Juif, en désignant le soleil, voici l’un des ambassadeurs de mon Dieu. — Je ne puis le regarder, dit l’empereur, sa lumière est trop éblouissante. — Vous ne pouvez regarder en face l’une des créations de Dieu, et vous prétendez voir le Créateur ! L’Éternel dit : Tu ne pourras pas voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre. Exode 33 :20. Mes amis, je voudrais vous inviter à regarder une vidéo de la mission que nous venons d'avoir, le mois dernier dans une des Îles des Caraïbes. Le but est de vous faire connaître qu’il existe encore des pays qui accueillent pleinement l’Évangile contrairement à notre vieille Europe ! L’Évangile va de l’avant, ne nous fions pas à ce que nous voyons dans notre pays de France. Voici la référence de la vidéo : https://youtu.be/9IG1fj0-eGo Pasteur Jean-Louis Gaillard
3/11/20202 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

Deux Bibles pour une conversion

Lorsque Caroline et son petit ami (devenu depuis son mari) se sont convertis, ils menaient une existence complètement désorganisée et commençaient à sombrer dans la drogue. L’Évangile changea vraiment tout pour eux, au grand émerveillement de leurs parents, amis et connaissances. Le papa de Caroline, espagnol vivant en France, se réjouissait de la transformation et en remerciait le Seigneur. Mais en même temps il se sentait un peu dérangé dans sa foi bien traditionnelle. Et lorsque Caroline s’efforçait de lui rendre témoignage, il acceptait mal d’apprendre quoi que ce soit de la part de sa propre fille. Ne sachant plus comment s’adresser à lui, Caroline lui offrit simplement pour Noël deux Bibles : l’une en français, l’autre en espagnol, toutes deux en langage courant et lui recommanda de commencer par le Nouveau Testament. Lorsqu’au bout de quelques semaines, par affection pour sa fille, également par curiosité, M. Ramirez ouvrit enfin la Bible, il mit son point d’honneur à commencer par la première page. À la lecture de la Genèse, il se posait bien des questions « mais, dit-il, au fur et à mesure que je lisais, les questions semblaient se résoudre d’elles-mêmes. » Il dévora l’Exode, passa sans difficulté le cap du Lévitique et enchaîna un livre après l’autre avec un intérêt grandissant. Il en était aux prophètes lorsque les vacances le ramenèrent pour un mois dans son Espagne natale. C’est alors que le miracle se produisit. Voici comment il le raconte lui-même : « Je me revois arpentant les plages d’Espagne. Les larmes me montaient aux yeux tandis que résonnaient dans ma tête ces paroles d’Esaïe : Ce peuple n’est proche de moi qu’en paroles, c’est du bout des lèvres qu’il m’honore, mais de cœur, il est loin de moi. Quand j’avais lu ce passage, je m’étais indigné contre le peuple juif qui rejetait le Sauveur. Mais à ce moment-là, je me suis senti repris moi-même et, tout en pleurant, je me suis mis à prier comme jamais je ne l’avais fait. Seigneur, c’est exactement mon portrait. J’ai toujours été chrétien, mais ne je pratiquais que du bout des lèvres. Pardon ! Pardon ! Pardon ! Puis je me suis souvenu aussi de cette autre promesse de Dieu qui parle de jeter dans la mer tous les péchés de ceux qui reviennent à lui et j’ai ajouté : Seigneur, la mer est là, à mes pieds. S’il te plaît, prends mes péchés, fais-en un baluchon et jette-le bien loin. Que mon passé soit oublié. » Peu de temps après, Mme Ramirez fut également saisie par le Seigneur et c’est sans fausse honte désormais qu’ils se réjouissent avec leur fille des merveilles du Seigneur. Heureux celui à qui la transgression est remise, à qui le péché est pardonné, Psaumes 32.
3/9/20204 minutes, 7 seconds
Episode Artwork

Le sang de Jésus-Christ nous purifie

Luther était malade. Pendant une nuit de fièvre, il crut voir Satan en personne entrer dans sa chambre et se poster au pied de son lit. Il avait en mains un rouleau de papier d’une grandeur prodigieuse qu’il se mit à dérouler avec un sourire de maligne satisfaction sur ses lèvres. Le malade, fixant sur le papier ses yeux étonnés, fut consterné en y lisant l’énumération des péchés de sa jeunesse et de son âge mûr, fautes cachées et fautes manifestées, négligences et transgressions. Tout y était inscrit en caractères aussi noirs que les péchés eux-mêmes l’avaient été et aussi distincts qu’ils devaient l’être, si Dieu les mettait devant la clarté de sa face. Il sentit son cœur défaillir : ce cœur brave et intrépide qui ne faiblissait jamais devant aucun homme s’agita ; cet œil courageux qui regardait en face des princes et des empereurs se troubla en se fixant sur le terrible rouleau. Ses iniquités avaient surpassé sa tête, elles étaient comme un pesant fardeau. Soudain, une pensée consolante traversa son esprit. Se dressant sur son séant et étendant les bras vers le funeste rouleau, il s’écria avec force : « Tu as oublié une chose, tout cela est vrai, trop vrai mais tu as oublié une chose : le sang de Jésus-Christ nous purifie de tout péché ! » À peine l’eut-il dit que Satan disparut avec son lugubre rouleau. En Jésus-Christ nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, Éphésiens 1 :7. Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici : (toutes choses) sont devenues nouvelles.2 Corinthiens 5 :17.
3/8/20203 minutes, 4 seconds
Episode Artwork

Choisir de pardonner

Elodie est secrétaire, elle a 25 ans et vit en région parisienne. C’est une jeune femme heureuse et épanouie. Il n’en a pas toujours été ainsi. À l’âge de 3 ans, son frère a commencé à abuser d’elle. Pendant plus de trois ans, Elodie pleurait souvent, parfois toute la journée. Elle refusait d’aller aux toilettes. Elle se barricadait dans sa chambre ; elle dormait parfois avec un couteau de cuisine sous son oreiller (à 4 ans !). Elle a gardé ce secret pendant 18 ans. Dix-huit longues années de haine et de rancune ! Elle en voulait à mort à ses parents et à son frère. Un jour, Elodie a tout raconté à Martine, une amie du travail qui l’a écoutée d’une oreille attentive et compatissante. Là Martine lui a appris à s’aimer et à se respecter. Elle lui a parlé d'un homme qui l'avait pardonnée alors qu’elle ne le connaissait pas. Que cet homme avait donné sa vie pour elle. Un soir, alors qu’elles discutaient autour d’une tasse de café, Martine lui dit : « Si tu veux vraiment t’en sortir Elodie, je ne vois qu’une solution : Pardonne ! » Elodie explose : « Jamais tu n’entends ! Jamais je ne leur pardonnerai ! » Mais la pensée avait été semée dans son esprit. Les semaines suivantes, Elodie réfléchit aux paroles de Martine. Pardonne, pardonne, pardonne. Ce mot revenait constamment à son esprit. Enfin, un dimanche après-midi, Elodie choisit de pardonner de tout son cœur se rappelant ce que Christ avait fait pour elle alors qu’elle n'avait jamais rien fait pour Lui. Puis elle téléphona à ses parents et à son frère. Que pensez-vous cher lecteur ? Depuis ce jour-là, elle ne souffre plus. Tout a changé. Elodie éprouve de nouveau de l’affection pour ses parents et pour son frère. Elle revit. Que dis-je ? Elle vit. Enfin ! Si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi, Colossiens 3:13. Nos comptes Facebook : @jeanlouisgaillard8 https://www.facebook.com/pg/jeanlouis... @365histoires https://www.facebook.com/365histoires/ Nos chaînes YouTube : Youtube.com/365histoires et Youtube.com/jean-Louis Gaillard Je suis prêt à adresser 5 histoires audio par semaine à vous et à vos amis, n’hésitez pas à les inviter à s’inscrire : Pour cela il me faut leur numéro de smartphone avec le logiciel WhatsApp. Ecrivez-moi à [email protected] Bien sûr c'est gratuit ! A bientôt
3/6/20203 minutes, 13 seconds
Episode Artwork

C’est Dieu qui est le maître de toute chose.

Quand Elsa se fit piquer par un scorpion, ce fut pour nous l’occasion d’expérimenter la grâce du Seigneur. Cela arriva à cinq heures de l’après-midi et je réalisai immédiatement que nous n’aurions pas le temps de nous rendre à l’hôpital voisin, distant de plus de 100 km. Nous arriverions trop tard pour administrer une piqûre antipoison à notre chère Elsa. Il ne me fallut qu’un instant aussi pour me rappeler ma propre douleur lorsque je fus piqué, l’an dernier, également par un scorpion. Une douleur insupportable, à tel point que je m’étais brûlé au premier degré, en trempant ma main dans de l’eau bouillante pour tenter de soulager la douleur. Aussi ma décision fut-elle rapide et résignée : « Rentrons et prions. » Et là, en quelques mots seulement nous avons demandé au Seigneur de guérir Elsa, notre petite fille. J’en avais les larmes aux yeux et la gorge sèche. Vous pouvez imaginer notre reconnaissance lorsque progressivement toute douleur a cessé. Nous avons un peu mieux compris qu’il fallait nous reposer sur le Seigneur ; et pourtant, la leçon n’était pas complète. Le soir même, je me persuadai que tout était de ma faute, que j’avais laissé dans la cour un tas de bricoles où les scorpions aiment bien se cacher et où les enfants aiment bien jouer. Alors, je décidai de tout nettoyer. Je finis très tard, fatigué et sans avoir rien trouvé ! Le lendemain matin au réveil, Rémi trouva un scorpion pris au piège dans une casserole laissée ouverte sur le réchaud ! C’était comme si Dieu me disait : tu vois, ce n’était pas la peine de remuer toute la maison ! C’est Moi qui suis le Maître de toutes choses. Par la suite, nous avons encore trouvé d’autres scorpions, mais nous avons, chaque fois, été protégés. Beaucoup de douleurs sont la part du méchant, Mais celui qui se confie en l’Eternel est environné de sa protection. Psaumes 32 :10. Nos comptes Facebook : @jeanlouisgaillard8 https://www.facebook.com/pg/jeanlouis... @365histoires https://www.facebook.com/365histoires/ Nos chaînes YouTube : Youtube.com/365histoires et Youtube.com/jean-Louis Gaillard Je suis prêt à adresser 5 histoires audio par semaine à vous et à vos amis, n’hésitez pas à les inviter à s’inscrire : Pour cela il me faut leur numéro de smartphone avec le logiciel WhatsApp. Ecrivez-moi à [email protected] Bien sûr c'est gratuit ! A bientôt
3/4/20203 minutes, 21 seconds
Episode Artwork

La petite fille ne perd pas l’espoir

Durant la guerre de sécession aux Etats-Unis, on raconte l’histoire d’un jeune soldat qui avait déserté pour fuir le cauchemar des champs de bataille. Rattrapé, il avait été jugé par une cour martiale et condamné à mort. En apprenant la nouvelle, les parents du jeune homme eurent le cœur brisé ; c’était leur seul garçon, même s’ils avaient aussi une petite fille. Cette dernière, connaissait de nom le président Lincoln et sa mansuétude. Elle pensa en elle-même : « Si le président savait combien mon père et ma mère aiment mon frère, il ne le laisserait pas fusiller » Elle supplia son père d’aller à la capitale pour tenter d’obtenir la grâce du condamné. Désespéré, le père lui répondit : « Ce n’est pas possible, la loi doit suivre son cours. On a déjà refusé plusieurs grâces, et le président a déclaré qu’il n’interviendrait plus, et que les sentences des cours martiales seraient désormais exécutées. » Le père et la mère avaient abandonné tout espoir que leur fils pût être gracié. Mais pas la petite fille, qui ne perdit pas espoir ; à force de persévérance, elle réussit à convaincre sont père de l’emmener prendre le train, afin d’aller de son village à la capitale. Debout sur le quai de la gare, la petite fille sentit son cœur battre lorsque le train arriva ; mais ce n’était pas de la peur, plutôt de l’excitation, à l’idée de ce premier grand voyage loin de chez elle, et de sa future rencontre avec le président des Etats-Unis. Lorsqu’elle arriva devant la Maison-Blanche, les soldats qui en contrôlaient l’accès voulurent l’empêcher de passer ; mais elle raconta les raisons de sa venue. Les soldats, qui avaient aussi connu la terrible réalité des combats, lui ouvrirent le passage. Le secrétaire particulier du président refusa de l’introduire auprès de celui-ci ; mais une fois de plus, la petite fille raconta l’histoire de son frère qui l’avait poussé à venir de si loin. Le secrétaire en fut touché et il l’introduisit devant le président. Quand elle entra dans le cabinet du président Lincoln, elle vit là des sénateurs, des généraux, des gouverneurs, des hommes politiques, tous occupés aux grandes affaires du moment. Impressionnée, l’enfant s’arrêta. Mais le président la vit, debout devant la porte. « Que puis-je pour toi ?» lui demanda-t-il ; et l’enfant commença à raconter son histoire, dans son simple langage. Au fur et à mesure que la petite fille parlait, des larmes coulèrent sur les joues du grand homme, qui était père lui aussi. Il fit rapidement expédier un télégramme pour faire venir le condamné. Quand il fut arrivé, le président le gracia, lui donna trente jours de congé et l’envoya chez lui rejoindre sa sœur et ses parents, pour que toute la famille puisse se réjouir ensemble. Comme le brigand qui été crucifié en même temps que Jésus et qui oser lui dire : « Souviens-toi de moi… » Et Jésus répondit aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis ! Évangile de Luc chapitre 23 : verset 39 à 43
3/4/20203 minutes, 39 seconds
Episode Artwork

Le grand Luther découragé.

Martin Luther, le grand théologien du XVIe siècle, est passé par des moments de combats redoutables, au sein desquels il se sentait abattu et défait, tant l’adversité était grande. Un jour son épouse se présenta devant lui revêtue de vêtements de deuil, ce qui ne manqua pas de l’interpeller. — Qui est mort ? demanda Luther — Dieu, lui répondit elle — Dieu ! s’exclama Luther horrifié. Mais comment peux-tu dire une pareille chose ? Elle lui répondit : —Je dis seulement ce que tu es en train de vivre. Luther prit effectivement conscience qu’il était en train de gérer son existence comme si Dieu n’était plus le Vivant qui voulait prendre un tendre soin de son serviteur. Cette prise de conscience transforma son regard sur sa sombre situation et il retrouva les forces nécessaires pour continuer la lutte dans une tout autre perspective. Notre parcours de croyant peut également être caractérisé par des vallées profondes, ténébreuses, au sein desquelles notre aveuglement est devenu à ce point profond, que nous ne prenons même plus conscience que le Dieu avec lequel nous avons pu faire alliance est réellement présent avec nous dans toutes nos luttes, prêt à nous secourir. Accueillons-le de nouveau comme celui qu’il est vraiment ! Tu as changé mon deuil en allégresse. Tu as délié mon sac et tu m’as ceint de joie, Psaumes 30 : 11.
3/3/20202 minutes, 40 seconds
Episode Artwork

Elle lui avait pardonné !

Dieu exauce parfois différemment de ce que nous avions pensé, mais aucune requête faite avec foi ne demeure vaine. Sur la côte suédoise, à quelques kilomètres du rivage, s’élève une petite île. Il y a de nombreuses années, une seule cabane y était bâtie ; au moment de notre récit, elle était habitée par une pauvre femme et son petit garçon, âgé alors de douze ans. On était le 24 décembre, 18 heures. La mer, gelée depuis plusieurs semaines, rendait faciles les communications entre l’île et la terre ferme. Mais Noël qui apporte à chacun, même au plus pauvre, un petit rayon d’espoir semblait avoir oublié les habitants de la petite île isolée. La pauvre mère se mourait, et son fils, à genoux près du lit, pleurait amèrement. Tout à coup, la malade se souleva péniblement et s’assit : —Patrick, dit-elle, il me semble que si j’avais un peu de ce thé que Peterson t’avait donné, cela me ferait du bien ! —Oui, maman. Je vais t’en chercher ; peut-être qu’avec le secours de Dieu, il te rendra un peu de force. —Merci… Notre Père t’accompagne et te garde de tout malheur ! Passe aussi à la poste, et demande s’il n’y a pas de lettre de Hjalmar. Dieu veuille le ramener ! Hjalmar était le fils aîné de la veuve. Quatre ans auparavant, il avait été entraîné par des mauvais sujets à quitter la maison paternelle et jamais, depuis, il n’avait donné de ses nouvelles ! Mais la mère malade ne cessait d’attendre et de demander à Dieu le retour de ce fils prodigue. Patrick prit son bonnet, attacha ses patins et, après avoir embrassé sa mère, il sortit de la maison. La nuit était noire et le vent du nord soufflait avec violence ; mais cela n’effraya pas le jeune garçon. N’avait-il pas fait plusieurs fois cette course par un temps aussi sombre ? N’y allait-il pas de la vie de sa mère ? Et Dieu ne le guiderait-il pas ? Il le Lui demanda avec insistance, puis se mit à patiner vigoureusement vers l’ouest. Après avoir patiné environ une demi-heure, il commença à chercher de tous les côtés les lumières du village où demeurait Peterson, mais aussi loin qu’il pouvait voir, il n’apercevait que la nuit. De nouveau, il éleva son âme à Dieu et se remit à patiner avec plus de confiance. Au bout d’une autre demi-heure qui parut bien longue à Patrick, il remarqua enfin une lumière partant d’une petite maison. Prenant encore quelques élans, il aborda à sa grande surprise une petite île. Quand il ouvrit la porte de la maisonnette, il aperçut une dizaine d’hommes autour de la table, en train de boire. —Pardon, dit-il, où est Bannersby ? —A un mille environ de ce côté (un mille suédois égale 10 kilomètres), répondit un homme, en étendant le bras dans la direction d’où arrivait Patrick. Celui-ci comprit qu’il s’était avancé vers le nord, s’éloignant ainsi au lieu de se rapprocher de son but, et il éclata en sanglots. — Qu’as-tu ? Lui demandèrent en même temps plusieurs hommes. —Je me suis perdu ! Mon Dieu ! Que vais-je devenir ? Et il sanglotait toujours plus fort. — Où demeures-tu ? Qui est ta mère ? —Nous demeurons dans une petite île vis-à-vis de Bannersby, et je devais aller chercher des remèdes pour maman qui est mourante. Quelques-uns des hommes paraissaient émus et ils cherchaient un moyen de l’aider. — Ecoute, dit l’un d’eux ; nous ne sommes ici que jusqu’à demain soir ; nous retournerons alors sur notre bateau. Reste avec nous cette nuit et demain nous t’accompagnerons. —Non, non, répondit Patrick, je veux retourner immédiatement. Que deviendrait ma mère si je ne rentrais pas ce soir ? Ô mon Dieu ! Aie pitié de moi ! ...
3/1/20207 minutes, 52 seconds
Episode Artwork

Etienne et le canard.

Il était une fois un prince qui vivait seul dans un magnifique château. Il décida un jour d’adopter un garçon de huit ans. Ce fils adoptif s’appelait Etienne. Un matin, le prince mis sa main derrière le dos d’Etienne et le conduisit sur la terrasse de son château. Il lui fit découvrir un parc magnifique et un immense bassin dans lequel s’ébattaient de beaux canards. Il pourrait désormais jouer avec tous les animaux qui vivaient dans ce parc. La seule chose que le prince lui recommanda fut de prendre soin des canards qui lui étaient si chers. Un jour où Etienne jouait avec son arc, il tua l’un des canards en manquant sa cible. Etienne comprit son erreur et tout en pleurs décida d’enterrer le canard sans rien dire à personne. Pris de remords, Etienne ne pouvait plus dormir, revoyant ce pauvre canard qui l’appelait dans ses rêves. Le cuisinier qui avait tout vu l’obligea à devenir son esclave en lui faisant faire les plus sales corvées. Etienne décida alors de tout avouer au prince en lui demandant pardon. Le bon prince qui aimait le Seigneur Jésus lui dit alors, qu’il savait tout et lui pardonna en lui expliquant que Dieu qui voit tout, connaissait son péché et avait envoyé son Fils, Jésus-Christ pour que ses fautes puissent être pardonnées -car quiconque croit en Lui reçoit par son nom le pardon des péchés. Etienne se confia en Jésus et se mit à genoux pour lui demander pardon. Voici ce que nous dit Jean dans sa première épître, chapitre 1 verset 9 : Si nous avouons nos fautes, nous pouvons nous fier à Dieu. Il nous pardonnera nos péchés.